Tag Archives: récidiviste

Agnès Marin

Massacre de la jeune Agnès Marin : l’Etat condamné pour « faute lourde »

Souvenez-vous, c’était en novembre 2011. La France, horrifiée, découvrait le martyre d’Agnès Marin, une jeune fille de 13 ans, élève au collège-lycée Cévenol du Chambon-sur-Lignon (Haute-Loire), violée, poignardée à 17 reprises et finalement brûlée par un autre élève de l’établissement.

Comble de l’abomination et du scandale, les Français apprenaient dans la foulée que le coupable, âgé de 17 ans et toxicomane, avait déjà effectué, un an auparavant, quatre mois de détention provisoire pour le viol (avoué), sous la menace d’une arme, d’une autre jeune fille dans le Gard.

Remis malgré tout en liberté par le juge d’instruction, avant même que les conclusions de l’enquête socio-éducative et de l’expertise psychiatrique ne soient connues, le meurtrier avait été envoyé dans cet internat mixte, où il devait normalement être soumis à « un contrôle judiciaire strict ». Ce qui ne l’avait pas empêché de passer devant un conseil de discipline au mois de juin précédent pour des « comportements déplacés » à l’égard de plusieurs jeunes filles de l’établissement…

Un laxisme impardonnable qui avait poussé les parents d’Agnès, au lendemain du massacre de leur enfant, à engager des poursuites contre l’Etat. Or, dans sa décision rendue le 24 avril dernier, mais révélée seulement mercredi, le tribunal de grande instance de Paris a reconnu que l’Etat avait commis des « négligences fautives » dans le suivi du meurtrier. Soulignant notamment que le juge d’instruction n’avait pas demandé l’avis de la Protection judiciaire de la jeunesse avant de libérer le meurtrier et n’avait pas non plus attendu le rapport de l’expert psychiatre, pointant pourtant les « traits pervers très actifs et effrayants » du coupable, le tribunal a conclu que

« ces négligences fautives […] doivent être assimilées à une faute lourde de l’Etat qui a pu favoriser le passage à l’acte du 16 novembre 2011 » et condamné celui-ci à verser 185 000 euros de dommages et intérêts à la famille de la victime.

Cependant, plus que de prétendues « réparations », ce que souhaitait surtout la famille d’Agnès, c’était que l’Etat mette fin au laxisme judiciaire qui sévit depuis des années dans notre pays. Or, pour cela, peut-être serait-il temps de rendre les magistrats pénalement responsables de leurs décisions.

Franck Deletraz

Article paru dans Présent daté du 5 mai 2017

Victime d'un récidiviste, Sylvia Peromingo lance un appel contre la réforme pénale de Taubira

Victime d’un récidiviste, Sylvia Peromingo lance un appel contre la réforme pénale de Taubira

30/10/2014 – PARIS (NOVOpress)Sylvia Peromingo avait été victime d’un viol sauvage avec arme. Son agresseur avait été condamné à 10 ans de prison, il a été relâché après 4 ans et 4 mois.
Il a alors récidivé rapidement, mais cette fois-ci en allant jusqu’à tuer Natacha Mougel : “enlèvement”, “séquestration avec actes de torture et de barbarie”, et “homicide volontaire”. Son procès pour ce meurtre a eu lieu en janvier 2014.

Sylvia Peromingo participe a une campagne de l’Institut pour la justice contre la réforme pénale encore plus laxiste lancée par Christiane Taubira. Dans la vidéo ci-dessous, elle explique les raisons de son engagement. Devant l’impopularité de cette réforme le gouvernement a prudemment renvoyé l’examen de cette loi par l’Assemblée Nationale à mi-avril 2014, après les élections municipales.
Le formulaire pour contacter votre député dont il est est question dans la vidéo est ici.

Le formulaire pour contacter votre député est ici.

Ahmed Konkobo, tueur du RER : des « faits odieux par leur brutalité, leur sauvagerie, leur gratuité »

Ahmed Konkobo, tueur du RER : des « faits odieux par leur brutalité, leur sauvagerie, leur gratuité »

14/11/2012 –  08h00
PARIS
(NOVOpress) – Ahmed Konkobo a été condamné hier soir à 16 ans de réclusion criminelle comme le parquet général l’avait requis. En avril 2010, il avait tué un homme en le poussant contre une rame de RER. L’avocat général, Olivier Bray, a estimé que l’accusé était coupable de « faits odieux par leur brutalité, leur sauvagerie, leur gratuité ».

Lire la suite

L’amour des siens a sauvé Chloé Rodriguez

L’amour des siens a sauvé Chloé Rodriguez

27/11/2012 –  10h00
BARJAC (NOVOpress) –
M6 a diffusé dimanche soir le témoignage poignant de Chloé Rodriguez. Cette jeune fille de 15 ans, kidnappée à Barjac (Gard) le 9 novembre et retrouvée une semaine plus tard à Oppenau près d’Offenbourg (Allemagne). L’adolescente était enfermée dans le coffre du véhicule de son ravisseur présumé, Kamel Bousselat. Une information judiciaire a été ouverte à son encontre, à Nîmes, pour enlèvement, séquestration et viol. Kamel Bousselat a déjà été condamné pour agression sexuelle.

Lire la suite

Plusieurs centaines de policiers en colère manifestent à Bordeaux aussi

Plusieurs centaines de policiers en colère manifestent à Bordeaux aussi

06/05/2012 – 08h30
BORDEAUX (NOVOpress via Infos Bordeaux) –
A Bordeaux comme à Paris, Bobigny, Nantes et bien d’autres villes (voir Novopress ici), plus de trois cent fonctionnaires de police, se sont rassemblés, jeudi pendant près d’une heure sur le parvis du commissariat central de Bordeaux, derrière une unique banderole : « Policiers en colère ». « Nous sommes là en soutien à notre collègue mis en examen à Noisy-le-Sec et pour demander que la loi sur la présomption de légitime défense soit revue et intègre les policiers », a expliqué Olivier Hourcau, représentant du syndicat Alliance pour le Sud-Ouest, insistant sur le caractère « spontané » du rassemblement initié par des fonctionnaires de terrain.

« Il y a un ras-le-bol aujourd’hui dans la police, un mal-être qui vient du manque de reconnaissance de la hiérarchie et notamment de la justice, et aussi des mauvaises conditions de travail », a-t-il ajouté.

La grogne monte depuis plusieurs jours dans les rangs de la police après la mise en examen d’un policier de 33 ans pour « homicide volontaire », suite au décès du délinquant multirécidiviste, Amine Bentounsi, le 21 avril dernier. De nombreux policiers reprochent à la justice son acharnement contre les forces de l’ordre. Il est vrai que le syndicat de la magistrature n’est pas réputé pour ses accointances avec les policiers, comme en témoigne ce livre édité en 2004 par ce syndicat, qui appelle à voter François Hollande.

Bordeaux

Meurtre d’une adolescente à Nantes : le suspect, un Angolais de 25 ans, a avoué

Meurtre d’une adolescente à Nantes : le suspect, un Angolais de 25 ans, a avoué

20/03/2012 – 17h00 NANTES (NOVOpress Breizh) – Un homme d’origine angolaise a reconnu le meurtre de la jeune fille retrouvée morte hier matin, dans les toilettes publiques de Bouguenais, une commune de la banlieue nantaise. L’individu, considéré comme un « marginal » avait également tenté de poignarder un homme en lui portant un coup de couteau au niveau du cou et agressé violemment un octogénaire à son domicile à Vertou, un village du vignoble nantais proche de Bouguenais.

C’est hier matin qu’un passant, qui voulait utiliser les toilettes publiques, a découvert dans celles-ci une mare de sang. Alertés, les pompiers ont découvert le corps terriblement ensanglanté, partiellement dénudé, de l’adolescente, face contre terre.

« Je suis atterrée, a déclaré à Ouest-France, Michèle Gressus, le maire de Bouguenais. Et je ne peux rien faire d’autre que d’exprimer ma profonde sympathie pour les proches de la victime de ce drame d’une violence extraordinaire. On ne s’attend pas à de telles choses sur un territoire aussi calme et serein. »

La jeune victime, signalée en fugue depuis peu, faisait l’objet d’un suivi de la part des services sociaux du conseil général. Dimanche, elle avait envoyé plusieurs SMS à sa mère, qui réside dans cette banlieue. C’est grâce à son téléphone portable, qui a été retrouvé dans les poches du suspect, que ce dernier a pu être confondu.

Selon Presse Océan, l’homme, âgé de 25 ans, qui réside dans l’agglomération nantaise, était déjà connu de la justice notamment pour des faits de cambriolages et vols divers. Réfugié politique (?) depuis 2005, il avait déjà été condamné à une peine de huit mois de prison avec sursis en 2009 et à cinq ans de prison en 2010. Libéré, il avait l’obligation de porter un bracelet électronique depuis février 2011, bracelet qu’il avait arraché. Le suspect faisait l’objet d’un mandat d’arrêt depuis le 16 mars 2012, soit trois jours avant les agressions et le meurtre.

Crédit photo : David.Monniaux, licence cc.