Déchéance de nationalité, Hollande se dégonfle

22/12/2015 – POLITIQUE (Présent 8509)

Il l’avait annoncé très sérieusement en novembre, devant les parlementaires réunis en Congrès à Versailles, faisant frémir au passage les journalistes des gros médias qui, tous, s’étonnaient de la « très grande fermeté » et de la « détermination » affichées par le Président contre l’islamo-terrorisme. Une « fermeté » et une « détermination » qui n’auront duré que le temps d’un suffrage : un mois après et les régionales passées, le projet d’inscrire la déchéance de nationalité française dans la Constitution a été enterré mardi matin par le Conseil des ministres.
8509P1
Fronde à gauche

Souvenez-vous, c’était le 16 novembre dernier, au lendemain des terribles attentats qui venaient de frapper la France. Devant des parlementaires stupéfaits réunis à Versailles, François Hollande annonçait officiellement son intention de modifier la loi afin qu’elle permette dorénavant de retirer la nationalité française aux binationaux nés Français, en plus des binationaux naturalisés.
Ainsi, lançait-il solennellement, « Nous devons pouvoir déchoir de sa nationalité française un individu condamné pour une atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation ou un acte de terrorisme, même s’il est né Français, je dis bien même s’il est né Français, dès lors qu’il bénéficie d’une autre nationalité. »
Une mesure principalement défendue par le Front national ainsi qu’une partie de la droite LR et qui faisait grincer bien des dents à gauche. À commencer par celles du Premier ministre lui-même, qui confiait encore récemment aux journalistes que « la déchéance de nationalité n’est pas une arme contre le terrorisme » et que « l’on a pris [cette mesure] parce que c’était une proposition de la droite ». Il faut dire qu’il y a un mois, les élections régionales n’avaient pas encore eu lieu, et l’on annonçait alors une cuisante défaite pour les socialistes…

« Une cynique annonce de campagne »

Au final, la réforme constitutionnelle devrait donc se limiter à constitutionnaliser l’état d’urgence. Une reculade de plus, aujourd’hui saluée par nombre de parlementaires de gauche, qui menaçaient de mettre en difficulté le projet de loi constitutionnel si le gouvernement ne renonçait pas à la déchéance de nationalité. Ainsi Benoît Hamon, qui avait alerté il y a une quinzaine de jours le secrétaire général de la présidence d’une fronde au sein du PS, se félicitait-il mardi que l’Élysée ait « pris conscience du schisme que cela créerait non seulement au sein du PS, mais dans la gauche tout entière ».
Une « nouvelle pantalonnade », vivement dénoncée par le Front national, qui a d’ores et déjà annoncé que, si la déchéance de nationalité ne figurait plus dans le projet de loi du gouvernement destiné à réformer la Constitution, ses élus voteraient contre. « Nous avions encore raison, expliquait en effet lundi Marine Le Pen, ils ne feront rien de durable et de construit contre le fondamentalisme islamiste. Il s’agissait d’une cynique annonce de campagne. »

Franck Delétraz

Hollande abandonne la déchéance de nationalité pour terrorisme

22/12/2015 – FRANCE (NOVOpress)

Hollande avait défendu la mesure devant le Congrès le 16 novembre, puis hésité, flotté… hollandisé… Sans grande surprise, le « président » va finalement laisser tomber la déchéance de nationalité des binationaux, nés français en cas de condamnation pour terrorisme. La disposition était controversée à gauche, car elle représentait une disposition demandée par la droite, y compris la droite nationale.
Il ne s’agissait que d’étendre aux binationaux Français de naissance une mesure déjà applicable aux naturalisés.
La gauche est contre l’idée au motif qu’elle « stigmatiserait » les 4 millions de binationaux, puisqu’elle ne serait pas applicable aux citoyens n’ayant que la nationalité française, la législation internationale interdisant de produire des apatrides.

Tout à sons son souci de ne fâcher personne, Hollande enterre l’une des mesures les plus symboliques de la réforme constitutionnelle décidée au lendemain des attentats du 13 novembre.

La délation progresse : les médecins peuvent signaler des patients radicalisés

21/12/2015 – SOCIÉTÉ (NOVOpress)
L’ordre des médecins autorise les praticiens à « signaler » aux autorités des patients radicalisés « au cas par cas ». Derrière les bonnes intentions, c’est la délation qui progresse.

Le Conseil national de l’ordre des médecins autorise les praticiens à s’affranchir du secret médical pour signaler certains patients radicalisés. La note indique aux professionnels la marche à suivre en cas de patient en voie de radicalisation ou déjà radicalisé.
La bonne intention est évidente : éviter des attentats ou des départs de jeunes embrigadés vers les terres de djihad. Pour autant, on ne peut s’empêcher de s’inquiéter de la progression continue de la délation en France, qui instaure un climat des plus malsains.
Dernièrement, Bercy a remis sur le tapis la rémunération de ses « indics ». on a déjà un site qui permet de dénoncer les contenus non conformes sur le web. Les familles peuvent aussi signaler leurs membres en voie de radicalisation sans grand succès pour le moment.
Mais dans le contexte de l’état d’urgence permanent, de la lutte d’un pouvoir aux abois contre tous les opposants – notamment patriotes — de telles mesures a de quoi inquiéter. Certes il faut prendre des mesures énergiques contre le fléau islamiste, mais rappelons-nous que dans l’esprit de ceux qui nous gouvernent, il n’y a qu’un pas entre FN et Daesh. Aujourd’hui, on est invité à « signaler » (dénoncer) les barbus, demain les blonds aux cheveux courts ?

C.D.


https://www.youtube.com/watch?v=oj80pA5qE0g

Pour le président du CFCM, pas de mosquées radicales en France !

Source : Le Figaro
Bel exercice de langue de bois de la part du président du Conseil français du culte musulman (CFCM), Anouar Kbibech, publié par le Figaro.fr. Au delà des habituelles indignations contre l’islamophobie et les appels au dialogue, nous apprenons que les mosquées radicales n’existent pas en France ! Invitons M. Kbibech à se pencher sur la note des services de renseignement parue en février et relayée par les médias, qui fait état de 89 lieux de culte déjà sous influence salutiste et de 41 qui font l’objet d’entrisme. Mais circulez, y a rien à voir, tout est la faute aux réseaux sociaux.

Ayoub El Khazzani, l’auteur de l’attaque dans le Thalys, a fréquenté la mosquée radicale de Taqwa à Algésiras, en Espagne. Des établissements de ce type existent-ils en France?

Il faut rappeler que l’auteur de l’attentat n’est pas Français et n’a pas été éduqué en France et, non, ce type d’établissement n’existe pas en France. Aucun cas de radicalisation ne s’est produit via les mosquées de France.

lire l’ensemble de l’article

Cameron sur le terrorisme islamique : clair et ferme !

David Cameron aux musulmans sur le sol anglais : « soyez plus britanniques »

Source : atlantico.fr
Et Cameron donna l’explication la plus claire du terrorisme islamique et de l’extrémisme jamais osée par un leader politique… mais pourquoi tant de réticences en France à dire la même chose ?

À travers un discours ferme, David Cameron s’est exprimé lundi 20 juillet sur la lutte contre le radicalisme islamique et le terrorisme. Le premier ministre britannique s’est employé à attaquer certaines explications populaires qui considèrent que le terrorisme est le produit de la pauvreté, du manque d’éducation, voire d’une maladie mentale. Son discours balaye ces arguments en objectant que bien des terroristes avaient grandi dans des familles prospères et suivi un enseignement dans des universités occidentales.

Alors que la société britannique repose sur un système communautariste, David Cameron n’a pas hésité à pointer du doigt les dangers de la ségrégation qui favorise la diffusion d’une idéologie extrémiste et le processus de radicalisation : Nous devons nous pencher sur le problème de la ségrégation, car lorsque les gens grandissent et sont scolarisés entre eux, sans contact avec des personnes de milieux différents, cela conduit à la division a-t-il précisé, tout en notant « de nombreuses voix musulmanes fortes, positives ».
Certaines chaînes étrangères sont également responsables de ce fondamentalisme religieux et de la violence qui en découle, à travers la diffusion « de contenu extrémiste » et une large place accordée dans les programmes aux « prêcheurs de haine ».

Lire la suiteCameron sur le terrorisme islamique : clair et ferme !

L’immigration précipite la France vers le chaos

migrants_secourus

02/05/2014 – France (NOVOpress avec le Bloc Identitaire)
L’immigration massive, encouragée par les gouvernements successifs, porte les germes de la déliquescence de notre société et de la guerre civile. La multiplication des actions de terroristes islamiques le démontre.

L’attentat déjoué fortuitement de Sid Ahmed Ghlam dans deux églises en région parisienne n’est que le dernier en date d’une longue série. Il y a eu l’attaque contre Charlie Hebdo, bien sûr, mais aussi les attaques au couteau ou à la voiture-bélier en décembre dernier à Dijon et Nantes. Mohamed Merah (Toulouse et Montauban) et Mehdi Nemmouche, (musée juif de Bruxelles) sont encore dans toutes les mémoires. Un peu plus loin de nous, Tunis et Copenhague ont été récemment ensanglantées. L’Afrique, le Moyen-Orient et l’Asie Centrale font l’objet de véritables génocides à l’encontre de leurs populations chrétiennes…
Rappelons aussi que l’État Islamique a menacé l’Europe de la submerger de 500 000 migrants, parmi lesquels se dissimuleront de nombreux terroristes, si elle intervenait militairement en Libye. Une menace qui a au moins le mérite de souligner que l’immigration est une arme, laquelle est déjà en train de précipiter l’Europe, et la France au premier plan, vers le chaos.

Sid Ahmed Ghlam : faussaire, fiché pour terrorisme, laissé en liberté !

La particularité du cas Sid Ahmed Ghlam est de démontrer, s’il en était besoin l’absurdité de la politique des gouvernements successifs vis-à-vis de l’immigration. Cet étudiant algérien arrivé en France en 2010 dans le cadre du regroupement familial et qui souhaitait mener le djihad en France était boursier, bénéficiaire d’une chambre dans un foyer étudiant du XIIIe arrondissement de Paris. Une bourse et un logement auxquels il ne pouvait normalement pas prétendre, car l’administration avait découvert en décembre 2014 que Sid Ahmed Ghlam avait falsifié des documents pour entrer à l’université !

Lire la suiteL’immigration précipite la France vers le chaos

Natalité africaine, chaos et intégrisme islamiques, les menaces à nos portes

Foule en Afrique du Sud

Source : Boulevard Voltaire
Plus personne ne s’inquiète – ou ne peut exprimer son inquiétude — face à la natalité galopante en Afrique. Le monde musulman est lui en proie au chaos et à la radicalisation. Ces deux maux se conjuguent pour menacer la survie de l’Europe.

Dans les années 70, tout le monde craignait la surpopulation de la planète et recommandait le contrôle des naissances. La chape de plomb du politiquement correct est tombée sur cette question : la délirante surnatalité de l’Afrique (7,6 enfants par femme au Niger en 2012) relève désormais du tabou antiraciste.
Le Moyen-Orient, entre l’échec patent des « printemps arabes », l’exacerbation des fondamentalismes sunnites et des haines religieuses (à l’encontre des chrétiens, des juifs, des chiites…), est la proie du chaos.
Ajoutons qu’avec Boko Haram, AQMI, Ansar Eddine et autres groupes extrémistes africains, les deux périls se conjuguent.

À la rencontre de ces deux échecs majeurs – folie nataliste africaine et folie religieuse musulmane —, le Camp des saints qui s’installe en Sicile menace toute l’Europe.


Le « Black Book » du djihad se répand sur Internet

Guide du moudjahid 2015

22/04/2014 MONDE (NOVOpress) – À l’instar de la CIA et de ses fameux « black books » sur la guérilla et la survie en milieu hostile, les djihadistes ont maintenant leur manuel du parfait petit terroriste. NOVOpress a pu prendre connaissance de ce document qui inquiète les spécialistes du renseignement et du terrorisme.

Comment survivre en occident : un guide du moudjahid (2015) se décrit comme « un guide pour les musulmans qui vivent dans des terres à majorités non musulmane » et qui « va vous apprendre comment vivre une double la vie, une attitude que les musulmans devront adopter pour survivre dans les années à venir ».
Rédigé en anglais par un auteur anonyme, l’e-book apprend à être un « agent infiltré » dans une société détestée. « Dans ce livre, vous apprendrez ces compétences… comment mener une double vie, comment garder votre vie privée secrète, comment survivre dans un pays en danger, comment vous armer et aider les autres musulmans quand le temps pour le Djihad sera venu dans votre pays, dans votre quartier. En termes simples, à partir de ce guide, vous apprendrez comment être un agent dormant efficace au bon moment lorsque l’Oumma aura besoin de vous ».
Il présente des informations utiles à tout apprenti terroriste, alliant conseils pour gagner de l’argent (de manière légale ou non) à la fabrication d’armes ou de bombes, l’entraînement, les règles pour éviter la détection par les services de sécurité du pays hôte ou la conduite à tenir en cas de surveillance ou de perquisition. Le livre présente quelques études de cas sur la façon de s’échapper après des attaques, notamment l’assaut de Charlie Hebdo à Paris.

Conseils rustiques, mais efficaces

Il offre également des conseils sur l’espionnage de base, à la fois dans la détection de la surveillance et sa mise en place et donne beaucoup d’indications sur la façon d’utiliser les médias sociaux et comment retrouver les comptes Twitter suspendus de jihadistes. « Comment survivre en occident » contient également des conseils sur la façon de mieux cacher ses actifs financiers sans éveiller de soupçons ainsi que des techniques de combat de base.
Il est difficile de connaître la diffusion réelle d’un tel document, car les sites de partage l’effacent au fur et à mesure qu’il y est posté et il ne semble être disponible que sous forme de PDF et non en ligne. Pourtant, le Guide du moudjahid inquiète les spécialistes du terrorisme à la fois par son contenu et par la population visée. Cet e-book « est plus un élément de propagande visant à inciter les musulmans en Europe à agir comme des loups solitaires en appui de l’État islamique », a déclaré Kerry Myers, un ancien agent spécial de surveillance du FBI. « Les techniques décrites sont très élémentaires et faibles. C’est pour un public de la rue, sans éducation, des dealers de drogue dans une ville urbaine – et encore… ».

Merci, M. Myers, c’est exactement le profil des frères Kouachi et d’Amedy Coulibaly, de Mohamed Merah, le tueur de Toulouse et Montauban. Ou de Mehdi Nemmouche, (musée juif de Bruxelles). Ou des auteurs de la vague d’attaques de décembre dernier au couteau ou à la voiture bélier (Dijon et Nantes), de la décapitation d’un soldat en pleine rue à Londres en mai 2014 ou de la prise d’otages sanglante de Sydney. Bref, de la plupart des terroristes sévissant actuellement dans les pays développés, même si certains ont reçu des rudiments de formation militaire dans tel ou tel pays islamique.

Djihadistes, cachez votre foi musulmane ; rejoignez les militants de gauche

Ben Venzke, directeur général d’IntelCenter, qui suit les groupes djihadistes indique en effet que « Le plus préoccupant n’est pas le manuel lui-même, mais plutôt l’environnement qui existe maintenant. La menace posée par un manuel de formation terroriste efficace et largement distribué a changé depuis une dizaine d’années. Il y a maintenant d’innombrables “loups solitaires djihadistes” enthousiastes et agressifs qui entendent répondre à cet appel ».Mais même si « les informations apportées restent basiques ou même évidentes cela permettra néanmoins de faire fonctionner plus intelligemment et réduire le risque d’exposition des apprentis terroristes », a déclaré Venzke, en ajoutant que le fait que cet e-book mentionne l’attaque de Charlie Hebdo est « troublant ». Bon nombre des suggestions de ce manuel sont « maladroites », a déclaré Clint Watts, un ancien directeur général du Centre de lutte contre le terrorisme de West Point, comme d’utiliser du jus de citron pour écrire des messages secrets et de s’inspirer de la série Jason Bourne. Mais contrairement à Venzke, Watts a déclaré que certaines des informations contenues dans l’e-book ne pourront que se retourner contre leurs utilisateurs parce que tellement simplistes.

Selon NOVOpress, c’est là une réaction typiquement américaine : une technologie plus sophistiquée est forcément supérieure à son pendant « rustique ». Au vu du public visé et du modus operandi des terroristes 2.0, cette rusticité des procédés nous semble au contraire un atout. Le guide s’adresse en effet à des gens qui sont naturellement « sous le radar » des grands services de renseignement – typiquement des « jeunes de banlieue » autoradicalisés — et qui peuvent, par l’emploi de procédés simples, rester indécelables. Quand bien même ils se feraient pincer, il s’agit d’une main d’œuvre aussi aisément remplaçable qu’un stagiaire au service marketing d’un grand groupe, à la différence des terroristes professionnels des années 70 à 2000, qu’il s’agisse des mouvements d’ultragauche (Brigades Rouges, Action Directe…), palestiniens (OLP, FPLP, Fatah…) ou islamiques (GIA, Al Quaida…).


Public ciblé : les jeunes musulmans autoradicalisés

D’ailleurs, nos jihadistes 2.0 recherchent le martyr, à la différence des « pros ». Ces derniers coûtent cher à recruter et former, tandis que l’EI ou Boko Aram se contentent de lancer leurs filets sur la toile et de remonter les « poissons » venus se jeter dedans volontairement ou poussés par des rabatteurs locaux (imams, « grands frères », etc.). Avantages : les attentats sont commis par des résidents du pays cible, limitant les besoins en logistique et augmentant d’autant l’effet recherché : la radicalisation tous azimuts.

Ainsi, le Guide du moudjahid exhorte les musulmans à entreprendre un jihad violent parce que « vous serez emprisonné pour votre foi, maintenant ou à l’avenir, alors demandez-vous si vous serez en mesure de garder votre foi à ce moment-là. Ceux qui iront à l’offensive plus tôt apprendront à réagir dans des situations différentes, et seront plus susceptibles de recevoir le martyre (Chahada) au lieu de l’emprisonnement à long terme ».



Principales recommandations :

• Modifiez vos noms pour des noms à consonances non-musulmanes — « Adam au lieu de Ali, ou un nom neutre comme Alain ». Un alias avec un nom non-musulman serait utile si vous voulez obtenir une « position importante » par exemple dans une centrale électrique.

• Faire semblant d’être un militant écologiste proanimal, prosioniste, allié de la gauche, et assister à des manifestations de Palestine où « les connexions entre musulmans et militants de gauche seront établies, et où une partie d’eux se rendra compte que les manifestations ne sont pas efficaces et que le combat armé est la seule alternative »

• Si vous êtes un expert dans la fraude de carte de crédit, en phishing, en piratage, ou si vous connaissez les codes d’une grande entreprise, alors utilisez vos compétences.

• Si vous pouvez prétendre à des prestations supplémentaires d’un gouvernement, alors faites-le. Si vous pouvez éviter de payer des impôts, alors faites-le.

• Entraînez-vous au tir : « Vous devez acheter des armes factices (pistolets Nerf par exemple), ou des paintballs pour la pratique sur cible » — de préférence via un enfant pour ne pas éveiller les soupçons.

• Formation pratique : les djihadistes occidentaux sont invités à exécuter dans le parc en « pantalons de jogging mi — longs, » à apprendre à sauter les murs sur Wikihow, et rejoindre un club d’escalade.

• Le livre donne des conseils sur les « guerres de territoire » pour commencer à occuper le terrain au niveau de son quartier.

• Immigrez/envahissez l’Italie. Le pays sera alors « conquis par les musulmans armés de tous les côtés : 1 — Gangs européens musulmans armés du Nord et de l’Ouest ; 2— Combattants d’Europe de l’Est islamiques des Balkans (comme la Bosnie, l’Albanie, le Kosovo, etc.) ; et 3 — Missiles et flottes musulmanes du Sud. »

• L’EI compte aussi sur une autre particularité pour briser les frontières européennes : « l’ennemi principal de l’Europe », la Russie. L’Europe de l’Ouest fera « un pacte de non-agression avec l’État islamique » alors que la Russie deviendra plus puissante et « menacera » les musulmans sunnites ainsi que l’Europe. Cette stratégie prévoit la défaite d’une alliance Russie-Iran, l’attaque sur Rome de l’État islamique, et sa conquête en 2020.


 

Les attentats de janvier ont-ils donné un coup de fouet aux conversions à l’islam ?

Le français Raphael Gendron converti et radicalisé

20/04/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Les conversions à l’islam sont en forte hausse en janvier 2015 par rapport à l’an dernier. Un inattendu effet Charlie, qui soulève bien des questions sur les motivations de ces nouveaux convertis.

Selon RTL, le nombre de conversions enregistrées dans les grandes mosquées de Paris, Lyon et Strasbourg est en forte hausse en janvier 2015 par rapport à janvier 2014 : +100 %, 20 % et 30 % respectivement. Pas d’affolement, nous parlons de 40 conversions en janvier dernier au lieu de 22 il y a un an pour la grande Mosquée de Paris. Mais tout de même, juste après les attentats contre Charlie Hebdo et l’hyper-casher, en plein « effet Charlie », l’info est choquante. De plus, le chiffre s’inscrit dans un contexte de croissance des conversions de 20 % par an depuis 2010, le Ministère de l’Intérieur évaluant pour sa part les conversions à 4000 par an. Et sur le nombre, une faible part se radicalise, qui représente tout de même 20 à 25 % des quelque 1200 combattants français de l’Etat islamique.

Néo-romantisme mortifère

La motivation de ces néo-musulmans ? RTL nous l’offre en mode Bisounours : Éloïse, 18 ans, vient un mois jour pour jour après l’attentat faire sa profession de foi. Elle souhaite témoigner que l’islam, cette religion de paix et d’amour, est bien loin de tous les amalgames faits avec les terroristes. Trop beau pour être vrai, cette parfaite opération de propagande ? Même pas forcément. Les jeunes femmes constituent des cibles faciles pour les conversions… et la radicalisation. Leur « imaginaire […] se nourrit de l’idée qu’un homme capable de mourir pour ses convictions est forcément sincère et fidèle », explique le sociologue Farhad Khosrokhavar, directeur d’études à l’Ehess (École des Hautes Études en Sciences Sociales) évoquant un « néo-romantisme mortifère ». D’ailleurs, une simple recherche Google avec les termes « témoignage conversion islam », donne en première page 9 témoignages féminins, tous très favorables, pour une seule occurrence de témoignage masculin.

Soumission contre tranquillité, une bonne affaire ?

Nous avons là affaire à des conversions « relationnelles » : les convertis, souvent jeunes et modestes, découvrent l’islam au contact d’amis et sont « séduits par l’Islam égalitariste […], mais aussi par l’appartenance au groupe solidaire et protecteur que représente l’Oumma » détaille Franck Frégosi, chercheur au CNRS. La seconde grande catégorie de conversion, selon ce spécialiste de l’islam, est dite « rationnelle » et concerne plutôt, dans les catégories sociales favorisées, les personnes en quête de spiritualité.
Bien sûr, dans tout cela, rien sur la perte de valeurs, la négation de notre identité, le reniement de nos racines culturelles et religieuses, le grand vide existentiel que favorise notre société. Pour le combler, nombreux sont ceux qui se tournent vers l’islam, par conformité avec le milieu ambiant pour les jeunes de banlieue, mais aussi parce qu’il offre le sombre attrait de la puissance et de la force, dont les attentats récents sont une éclatante illustration. Corollaire, le climat de peur causé par les attentats pousserait certains à chercher la protection et la sympathie des plus forts en se convertissant, à l’instar du syndrome de Stockholm et de la thèse de Houellebecq dans « Soumission ».
Pour rappel, les otages de l’EI qui ont essayé la conversion pour sauver leur peau furent tout de même exécutés…

Crédit photo : AFP PHOTO / BELGA / LAURIE DIEFFEMBACQ