Printemps républicain, universalistes… cocus mais pas contents, par Clément Martin (Les Identitaires)

republique republicain

Amine El-Khatmi, Raphaël Enthoven… En France, le discours de la « tenaille identitaire » a la peau dure : pour ses partisans, la République est menacée de part et d’autre, d’un côté par les islamistes (qui n’ont bien entendu rien à voir avec l’islam) et de l’autre par les identitaires. Pour les idéologues de la République daltonienne, seule une politique de fermeté raisonnable face à tous les « séparatismes » (terme vide de sens qui permet d’accuser simultanément islamistes et patriotes) peut permettre de sauver la République laïque, une et indivisible. Pour la France, on repassera. Fort logiquement, tout cette mouvance s’est ralliée derrière Emmanuel Macron aux dernières présidentielles[1].

Après la nomination de Pap Ndiaye à la tête de l’Éducation nationale, c’est la surprise généralisée pour ces dindons de la farce.

L’hiver républicain

En se ralliant systématiquement aux gardiens du statuquo, les républicains-laïcards se voient comme la première ligne de défense du rêve républicain français, qui, par son loyalisme aveugle, mérite bien quelques prébendes. En réalité, la fonction objective de ces gens est de servir de sous-traitants disciplinaires. Cela signifie que dans un contexte de tensions identitaires graves et de crise profonde du multiculturalisme, le soutien des laïcards permettra de cogner sur la droite identitaire, seule faction politique capable de mettre à mal la suprématie politique du macronisme. Alors qu’ils sont persuadés de lutter avec autant de ferveur contre la réaction identitaire (et donc immunitaire) du peuple français que contre l’hydre islamiste, les laïcards sont bien plus virulents à l’égard des identitaires que des islamistes, soit parce que ces derniers sont des ennemis plus dangereux (risque de représailles), soit parce qu’il est difficile d’attaquer l’islamisme sans finir par attaquer l’islam et l’invasion migratoire, ou peut-être enfin parce que les rangs des laïcards sont composés pour une part importante de descendants de l’immigration, qui perçoivent qu’un projet identitaire réel pour l’Europe se ferait sans eux.

Toujours est-il qu’aujourd’hui, les laïcards sont les chiens de garde du multiculturalisme finissant. En refusant de s’attaquer de front à la question migratoire et démographique, ils valident passivement la conflagration ethnique qui ronge la France. Incapables d’apporter des réponses pertinentes à ce sujet, ils en sont réduits à blâmer les réactions des patriotes et à rallier la technostructure macronienne. Et les appels à l’ « assimilation », aux « hussards noirs de la République » ou à Marianne (des objets politiques et historiques obsolètes) n’y feront rien.

Nouvelle République et identité asymétrique

L’arrière-garde laïcarde n’a pas compris l’évolution du concept de « la République » au xxie siècle. Celle-ci a, sous les coups de la mondialisation et de l’arrivée au pouvoir d’une nouvelle classe dirigeante acquise au progressisme (plus ou moins radical), abandonné son héritage laïque et homogénéisant (ce que nous ne regrettons pas, par ailleurs), pour y préférer une sorte de nouvelle synthèse asymétrique. De la même façon que l’anarcho-tyrannie propose la répression pour les citoyens honnêtes et le laxisme pour les criminels, cette nouvelle version de la République propose l’indifférenciation, le légalisme froid et la laïcité pour les Français de souche et favorise l’expression communautaire pour les allogènes. Les premiers sont sommés de se comporter comme des citoyens abstraits et déracinés, sans origines et sans histoire, afin de laisser la place aux nouveaux arrivants, encouragés (voire sommés) d’affirmer leurs racines avec ferveur, au nom de la lutte contre les discriminations et de l’expiation du passé colonial et esclavagiste de l’Europe.

Dans ce contexte, la position des universalistes-laïcards est vouée à l’obsolescence : condamnés à être taxés de réactionnaires xénophobes (ce qui est déjà le cas dans les recoins de l’extrême gauche), leur horizon se limite à servir de voiture-balai de la macronie, préposés à la domestication identitaire des derniers Français attachés à la république laïque et révolutionnaire.

Sur les cendres de l’idéologie et du système paléo-républicain, on voit émerger tout le discours post-colonial, décolonial, indigéniste (décidément bien mal nommé), bref, la faction « woke ». Mais l’affaiblissement de l’idée républicaine, si elle est plus lente chez les Français de souche européenne, est inéluctable. Dans ce nouveau chapitre de l’histoire de France, les identitaires doivent travailler sans relâche à exprimer et à affirmer les forces de l’identité européenne. Car la fin de l’indistinction, c’est à la fois le retour de la compétition entre les civilisations, mais c’est aussi la fin de notre marginalisation, et donc l’occasion de sortir de l’intoxication.

[1] https://www.printempsrepublicain.fr/#acturs

Clément Martin

Texte repris du site de : Les Identitaires