Tag Archives: présidentielle américaine

CNN fake news

Désinformation : CNN dans la tourmente après de nouvelles révélations

29/06/2017 – ETATS-UNIS (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : CNN, la chaîne de télévision américaine d’« information » en continu fondée, en 1980 par Ted Turner, est dans la tourmente. Pendant la récente campagne présidentielle, les Américains l’avaient ironiquement surnommée « Clinton News Network », tellement son parti pris pro‑Hillary était évident. Un peu comme si, en France, des esprits taquins surnommaient BFMTV « Banque Finance Macron à Toute Vapeur » ou « Broadcast fort Macron ».

Hier, notre équipe de réinformateurs a évoqué un entretien en caméra caché de John Bonifield. Bonifield, l’un des dirigeants de CNN y revendique sans scrupules les « fausses informations » (« fake » en anglais) diffusées par la chaîne au sujet des liens supposés de Donald Trump avec la Russie.

Bonifield qualifie ces « fakes » de « conneries pour l’audience ». Des « conneries », certes, mais suffisamment efficaces pour pousser, en avril dernier, le général Michael Flynn à la démission de son poste de conseiller à la sécurité nationale.

Van Jones, journaliste à cette même CNN, par ailleurs militant noir pour les droits civiques et ancien conseiller du président Obama, a par ailleurs reconnu, également en caméra cachée, que le « dossier russe » monté contre Donald Trump est complètement vide.

Mais il y a pire. Un article publié jeudi avant‑dernier par CNN affirmait que le congrès américain enquêtait sur les liens entre Anthony Scaramucci, un membre de l’équipe Trump, et un fonds d’investissements russe. Un « fake » total, comme l’a révélé le site Breitbart News. Le média pro‑russe Sputnik a pour sa part souligné qu’en plus d’être un « fake », l’article contenait un certain nombre d’erreurs factuelles manifestes. La queue entre les jambes, CNN a dû retirer l’article et présenter ses excuses à ses lecteurs.

Les trois journalistes fautifs ont par ailleurs démissionné. Toutes choses totalement impensables en France, soit dit en passant…

L’équipe Trump peut donc pavoiser… L’audience de CNN est en chute libre. Pour Sarah Sanders, le porte‑parole du président, ces dérives sont « une honte pour l’ensemble des médias américains ». Et pour le président lui‑même :

« Qu’en est‑il de NBC, CBS et ABC [trois grandes chaînes nationales] ? Qu’en est‑il des ratés du New York Times et du Washington Post ? Ce sont tous de faux médias ! »

John Bonifield CNN Intox Russie

Un producteur de CNN avoue ses intox sur la Russie

29/06/2017 – ETATS-UNIS (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : Dans un entretien récent enregistré par caméra cachée, l’un des cadres de la chaîne américaine CNN, John Bonifield, a reconnu que le sujet préféré de la chaîne, celui sur les liens Trump‑Russie et la soi‑disant ingérence russe dans la présidentielle américaine, n’était que « des conneries diffusées pour l’audience ».

John Bonifield a également exprimé des doutes quant à l’existence de fondements aux accusations contre la Russie, pointant du doigt la réputation controversée de la CIA. Il a déclaré :

« Même si la Russie tentait de s’ingérer dans les élections, nous essayons de nous ingérer dans les leurs, nous essayons toujours de manipuler des gouvernements. »

hillary-clinton-chard

Hillary Clinton mauvaise perdante

Elle avait déclaré après le troisième débat de la campagne présidentielle, à propos du refus de Donald Trump d’affirmer à l’avance qu’il accepterait le résultat des élections : « Notre pays existe depuis 240 ans et une de ses constantes a toujours été que nous acceptons le résultat de nos élections. » Mais Hillary Clinton, qui a reconnu sa défaite au lendemain des élections, a décidé de se joindre à la demande de recomptage des voix de trois Etats américains : le Wisconsin, la Pennsylvanie et le Michigan. Trois Etats qui ont donné au vainqueur 46 grands électeurs qui devront donc lui apporter leurs voix lors du vote du 19 décembre prochain, contribuant ainsi au total de 306 grands électeurs pour Trump contre seulement 232 pour Clinton.

Un renversement du résultat dans ces trois Etats pourrait donc en théorie changer le résultat des élections du 8 novembre, où Hillary Clinton a, aux dernières nouvelles, obtenu plus de voix, à l’échelle du pays, que le vainqueur. Mais même les Démocrates le reconnaissent, rien ne permet de croire à une fraude électorale dans les trois Etats litigieux où le Républicain a engrangé, au total, 100 000 voix de plus que sa concurrente démocrate.

Pour le porte-parole de Donald Trump, ce recomptage des voix « est une plaisanterie » quand on sait qu’il a été demandé par la candidate des Verts, qui a fait moins de 1 % des voix.

Le recomptage pourrait commencer dès jeudi dans le Wisconsin et l’on devrait en connaître le résultat le 12 décembre. Pour faire recompter les votes, il faut toutefois payer 3,5 millions de dollars, mais la candidate écolo, Jill Stein, affirmait lundi avoir déjà reçu 6,3 millions de la part de contributeurs.

Cette procédure étant toutefois peu susceptible de changer quoi que ce soit, notamment en Pennsylvanie où Trump bénéficie d’un avantage de près de 70 000 voix, l’establishment réfléchit encore à d’autres solutions. Serait-il possible, par exemple, que des grands électeurs votent contre le mandat que leur a donné le vote populaire dans leur Etat ? Au moins six grands électeurs affiliés au Parti démocrate seraient à la manœuvre pour convaincre d’autres membres du collège électoral de se rendre parjures. Mais à ce jour, il leur faudrait convaincre 37 grands électeurs pour faire perdre Donald Trump, ce qui est aussi hautement improbable.

Ce qui est hautement probable, par contre, c’est que toutes ces initiatives n’ont d’autre but que de tenter de délégitimer autant que faire se peut la victoire sans appel du « populiste » Donald Trump.

Olivier Bault

Article et dessin parus dans Présent daté du 1er décembre 2016

 

hillary-clinton-2020

Et si Hillary Clinton préparait déjà 2020 ?

29/11/2016 – ETATS-UNIS (NOVOpress avec le Bulletin de réinformation de Radio Courtoisie: Depuis l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, hypothèses et théories qui pourraient empêcher le milliardaire de siéger dans le bureau ovale et y précipiter Hillary Clinton se bousculent. Il y eut d’abord la possibilité que les grands électeurs ne respectent pas la coutume et ne votent pas in fine pour Donald Trump. Une pétition avait vu le jour demandant à ceux-ci de choisir Clinton plutôt que Trump. Puis est apparue la mise en cause du décompte des voix dans certains Etats.

Mais Jill Stein – la candidate du Parti Vert – fait‑elle vraiment cela pour revenir sur le résultat de l’élection ? Il semble assez évident que non. Il y a en effet très peu de chance pour que ce processus – à présent soutenu par Hillary Clinton — débouche sur une modification des résultats électoraux. En revanche, il paraît assez probable que Jill Stein fasse cela pour lever de gros fonds pour son Green Party ; elle a déjà levé plusieurs millions de dollars.

Mais pourquoi Hillary Clinton soutient‑elle alors, un tel recompte ? Le journaliste Ron Fournier du National Journal pense qu’il s’agit pour la candidate démocrate… de garder ses options ouvertes pour 2020 ! Il soutient avoir eu des confidences venant de l’entourage de Hillary Clinton qui vont dans ce sens.

Les donations à la Clinton Foundation ont brusquement chuté depuis sa défaite et elle n’a d’ailleurs aucune chance de la revendre si elle conserve le statut de candidate perdante. Gardez donc l’œil ouvert donc pour un Clinton comeback, son ego pourrait encore une fois la mener vers de nouveaux tréfonds.