Tag Archives: présidence des Républicains

Eric Zemmour Wauquiez

Eric Zemmour : « A vouloir trop rassembler, Wauquiez s’est coupé les deux bras »

14/11/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Décidément, le destin de Laurent Wauquiez inspire Eric Zemmour. Après lui avait prédit, le 26 octobre sur RTL, un proche avenir de « général d’une armée morte », l’éditorialiste en a remis une couche ce matin sur la même antenne : « “Je suis venu trop tard dans un monde trop vieux”. Laurent Wauquiez est un des derniers hommes politiques vivants à savoir que ce vers est d’Alfred de Musset. Mais Laurent Wauquiez est aussi le dernier homme politique à comprendre que cette phrase célèbre pourrait bien résumer son destin politique. Avant même qu’il ne prenne la présidence des Républicains, le parti se désagrège sous ses yeux.

On se croirait dans ces vieux dessins animés où la voiture perd les portes, le capot, le moteur, avant qu’il ne reste que le volant entre les mains du chauffeur interdit.

« Il ne restait déjà plus grand chose après la présidentielle d’un parti lourdement endetté avec ses 70 000 adhérents, estime ensuite Eric Zemmour, mais en quelques jours, tout s’est accéléré. Wauquiez a coupé la tête du patron de Sens Commun, Christophe Le Bihan, coupable d’avoir regardé un éventuel retour en politique de Marion Maréchal-Le Pen avec les yeux de Chimère. […] Ce sacrifice n’était pas facile à faire. Sens Commun, ce n’est pas rien : ce sont des milliers de militants déterminés, sortis de la Manif pour Tous, et qui, on s’en souvient, lors du fameux meeting du Trocadéro, avaient sauvé une candidature Fillon qui prenait l’eau. Mais ce sacrifice n’a servi à rien. »

Explication de texte d’Eric Zemmour : « Wauquiez a en quelques jours perdu sur les deux tableaux, à droite et au centre. A force vouloir rassembler à tout prix, il s’est coupé les deux bras. Sa stratégie était pourtant simple : refaire du Sarkozy ; parler à droite un langage eurosceptique, identitaire, pour ramener l’électorat populaire, mais sans jamais faire de risettes au Front national, pour ne pas s’aliéner les élus modérés, les médias. Il était sûr de sa martingale. […] Mais les électeurs [de Marine Le Pen] ne se laisseront pas forcément prendre une seconde fois aux sirènes de la droite.

Il faudra davantage que quelques signaux, que quelques messages, que “du gros rouge qui tache“ comme disait avec mépris Sarkozy. Là aussi, Sarko a tué le job, pour parler encore comme lui.

« Mais Wauquiez n’a pas compris qu’on n’était plus en 2007. C’est le drame des demi-habiles. Et Wauquiez sait aussi que ça, c’est du Blaise Pascal. »