Grenoble : des femmes musulmanes continuent leur manifestation contre l’interdiction du burkini

01/07/2019 – FRANCE (NOVOpress)
Une quinzaine de personnes, dont des membres de l’Alliance citoyenne de Grenoble, se sont réunies le 30 juin près de la piscine en plein air Jean-Bron, à Grenoble, pour défendre le droit des femmes musulmanes à porter le burkini.

Elles ont protesté contre les «règlements discriminatoires» des piscines à propos du maillot de bain musulman.


Le burkini fait son entrée de force à la piscine de Fort-Mahon-Plage suite à une assignation du défenseur des droits

15/03/2019 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Le syndicat mixte Baie de Somme-Grand littoral picard a dû modifier le règlement de son équipement aquatique situé à Quend-Fort-Mahon, l’Aquaclub de Belle Dune, afin d’accueillir les femmes vêtues de burkini.

La décision fait suite à un incident survenu mi-2016. Deux clientes en maillot de bain intégral, tenue non autorisée à l’époque, se voient refuser l’entrée de l’Aquaclub de Belle Dune. L’une des deux femmes a saisi le Défenseur des droits, estimant « avoir été victime de discrimination fondée sur sa religion ». Après étude du dossier, celui-ci a assigné le Syndicat mixte, dénonçant une “discrimination fondée sur la religion”.

Compte tenu du risque d’être poursuivi devant le tribunal correctionnel et d’une jurisprudence donnant droit à la plaignante à une indemnisation de 1000 euros, les élus du Syndicat mixte ont après de vifs échanges considéré la requête du Défenseur des droits et décidé de modifier le règlement de l’Aquaclub. Une indemnisation de 300 euros sera également proposée à la plaignante.

A noter que le short de bain reste quand à lui toujours interdit pour question d’hygiène…


Mantes-la-Jolie : un collectif musulman veut des horaires de piscine réservés aux femmes

06/01/2016 – INTERNATIONAL (NOVOpress)

Le groupe “Les femmes résidentes de la Camy” a lancé il y a une semaine une pétition intitulée “Bénéficier d’un créneau hebdomadaire réservé aux femmes à la piscine de Mantes La Jolie VF”. Parmi les revendications, ce collectif musulman demande la présence de « personnel féminin » lors de la privatisation de la piscine pour les femmes.

Face à ceux qui dénoncent une dérive communautariste, certains expliquent qu’il faut simplement prendre en compte le Grand remplacement en cours :

Même si la communauté arabo-musulmane est très majoritaire parmi les signataires, ce n’est pas du communautarisme. Nous vivons dans un territoire où cette communauté est très présente: on n’y peut rien.

Pour le moment, Paul Martinez (UDI), président de la Communauté d’Agglomération de Mantes en Yvelines, a déclaré : “Il n’y a aucune raison objective qu’on accepte. La piscine a toujours bien fonctionné ainsi et on ne compte pas changer le mode d’accueil”.


Sanvignes-les-Mines : “incivilités” à la piscine

Sanvignes-les-Mines : "incivilités" à la piscine

10/07/2014 – SANVIGNES-LES-MINES (NOVOpress)
Sanvignes-les-Mines (Saône-et-Loire), 4.000 habitants, est une paisible bourgade de l’ancien bassin minier. Elle a hérité de son époque de grande activité industrielle d’une fort belle piscine municipale qui fait dès juin – lorsque le temps le permet – la joie des scolaires et des licenciés de son club, et en juillet-août celle de familles bien tranquilles. Mais il y a une ombre à ce tableau idyllique : le débarquement occasionnel de bandes de cités de villes voisines, qui préfèrent ce lieu à la piscine couverte mieux gardée dont ils disposent par ailleurs. Un problème récurrent existant depuis de fort nombreuses années, sans qu’il y soit, au-delà du mutisme, apporté de réponse adéquate.

Ils sont quelquefois une trentaine à arriver en berlines de luxe pour profiter des équipement municipaux selon leur bon plaisir, en chahutant et bien sûr en entrant sans payer. Et au désespoir des voisins dérangés par tant de bruit, ils aiment aussi occasionnellement les bains nocturnes et ne se gênent pas pour manger au bord des bassins. Et lorsqu’enfin, alertée par la population, vient une patrouille de police, elle se contente de constater les faits. A deux contre trente, c’est compréhensible…

Il y a quelques jours et à la grande stupéfaction des parents présents et du chef de bassin, une bande d’individus a enjambé les barrières de la piscine encore fermée au public, perturbant un cours de natation donné à des enfants en bas âge, et privant en même temps des licenciés de l’usage des plongeoirs squattés par les intrus. Malgré les demandes réitérées du chef de bassin, qui ne lui ont valu que des marques d’irrespect, la bande a pu s’amuser en toute quiétude pendant trois quarts d’heure, avant que n’arrive enfin la police alertée par de nombreux coups de fil, pour les prier gentiment de partir. Un de ces individus a d’ailleurs baissé son caleçon volontairement et longuement devant les agents de police et les enfants présents, puis, ils sont partis, sourire aux lèvres, en narguant l’autorité et les adultes, et visiblement fiers de leur acte de bravoure !

Lire la suiteSanvignes-les-Mines : “incivilités” à la piscine