Philippe Vardon et Christian Estrosi sur RTL [audio]

Philippe Vardon et Christian Estrosi sur RTL

Le journaliste de RTL est obligé d’admettre qu’à Nice “dans ce quartier, c’est vrai que les commerces tenus par des Occidentaux sont de plus en plus rares. Reste un boucher au bord de la retraite” et ce boucher précise que “Le soir il y a des rassemblements partout”, “les clients déménagent”(autrement dit les “occidentaux” sont obligés de fuir leur propre sol).

Christian Estrosi considère les membres de Nissa Rebela comme des marginaux. Il est là juge et partie et ce n’est pas l’avis de l’historien des idées et politologue Stéphane François, qui dans l’émission “C dans l’air” de France 5 du 3 août dernier indique “Estrosi est carrément embêté avec” Nissa Rebela, “et Vardon est vraiment très fort de ce point de vue là”écouter sur Novopress ici).

Concernant les autres déclarations d’Estrosi puisque Vardon n’a pas pu répondre sur RTL, voici ce qu’il à répondu par écrit le jour même :

[box]Christian Estrosi a prétendu que Marine Le Pen avait accordé des investitures à des candidats de Nissa Rebela lors des dernières élections cantonales. C’est rigoureusement faux et tout le monde le sait très bien. Nous nous réservons le droit de déposer plainte en diffamation, et j’imagine qu’il en sera de même pour le Front National.

Christian Estrosi s’est défendu de vouloir organiser le 11 septembre un meeting contre Marine Le Pen. C’est pourtant exactement l’inverse qu’il avait déclaré en annonçant cette réunion, voulant en faire une démonstration de force pour se mesurer au FN.

Enfin, Christian Estrosi a prétendu que le conseiller municipal de La Colle-sur-Loup s’étant fait remarquer pour son imitation de l’accent maghrébin avait été suspendu de l’UMP « dans la minute » par ses soins. C’est une fois de plus totalement faux et tous les articles de presse depuis deux jours en attestent. Dans ce cas comme dans tant d’autre, Estrosi a fui ses responsabilités préférant refiler la patate chaude à Messieurs Luca et Condomitti.[/box]
[box class=”warning”]Photo : Christian Estrosi en Afrique ? Non à Nice, pour la fête du “Mieux Vivre Ensemble”[/box]

Philippe Vardon : Christian Estrosi sur RTL, le grand n’importe quoi !

Philippe Vardon : Christian Estrosi sur RTL, le grand n’importe quoi !

[box class=”warning”] Philippe Vardon (photo), président de Nissa Rebela nous communique : [/box]

J’ai écouté avec attention – et donc consternation – Christian Estrosi sur RTL ce matin.

Je ne reviendrai pas sur le tournant social de Christian Estrosi qui fait bien rire tout le monde à Nice, nous qui savons trop bien comment le roitelet et sa cour se préoccupent de la plèbe et comment ils se comportent au quotidien. Mais il y a bien d’autres choses à commenter.

Christian Estrosi a estimé que Nissa Rebela (j’avais été interviewé par la radio et une phrase de mon entretien a été diffusée) ne réunissait que «quelques marginaux»(1).

Quel mépris pour les Niçois et Niçoises qui ont défendu nos couleurs lors des différentes élections. Contrairement à beaucoup de personnes dans l’entourage de M. Estrosi, nous n’avons pas toujours vécu de la politique et nous sommes tous d’honnêtes et respectés travailleurs dans nos domaines respectifs. Certains ayant même connu une certaine réussite dans le monde de l’entreprise ce qui n’est pas – je crois – le cas de notre cher maire.

Quel mépris aussi pour les milliers de Niçois qui votent pour les candidats identitaires, et plus largement pour les dizaines de milliers de Niçois qui nous ont en sympathie et soutiennent notre action.

Nous ne sommes pas des marginaux M. Estrosi. Nous, nous sommes le peuple !

Christian Estrosi a aussi réclamé à l’antenne que les personnes ayant apposé quelques affichettes inoffensives sur des plaques de rue soient condamnés pour « incitation à la haine raciale ». Une haine dont on cherche toujours la trace tant sur le fond que sur la forme… On aimerait voir M. Estrosi aussi ferme avec les musulmans qui bloquent la rue de Suisse chaque vendredi, ou ceux qui font pression sur les commerçants du quartier vendant de l’alcool.

Christian Estrosi a prétendu que Marine Le Pen avait accordé des investitures à des candidats de Nissa Rebela lors des dernières élections cantonales. C’est rigoureusement faux et tout le monde le sait très bien. Nous nous réservons le droit de déposer plainte en diffamation, et j’imagine qu’il en sera de même pour le Front National.

Christian Estrosi s’est défendu de vouloir organiser le 11 septembre un meeting contre Marine Le Pen. C’est pourtant exactement l’inverse qu’il avait déclaré en annonçant cette réunion, voulant en faire une démonstration de force pour se mesurer au FN.

Enfin, Christian Estrosi a prétendu que le conseiller municipal de La Colle-sur-Loup s’étant fait remarquer pour son imitation de l’accent maghrébin avait été suspendu de l’UMP « dans la minute » par ses soins. C’est une fois de plus totalement faux et tous les articles de presse depuis deux jours en attestent. Dans ce cas comme dans tant d’autres, Estrosi a fui ses responsabilités préférant refiler la patate chaude à Messieurs Luca et Condomitti.

En réalité la grande chance de Christian Estrosi est de ne jamais avoir de véritable contradicteur en face de lui. Il faut dire qu’il se débrouille pour éviter toute réunion et tout débat où il pourrait se retrouver un tant soit peu mis en difficulté.

Qu’il continue de bien en profiter pour raconter n’importe quoi, car il se pourrait bien qu’en 2014 il voit « quelques marginaux » lui compliquer la vie !

Philippe Vardon – président de Nissa Rebela

(1) Note de Novopress. Pour les “marginaux” voir ici l’avis de l’historien des idées et politologue. Stéphane François, dans l’émission “C dans l’air” de France 5 du 3 août 2011 : “Estrosi est carrément embêté avec” Nissa Rebela, “et Vardon est vraiment très fort de ce point de vue là”.

Nice : nouvelle action choc des identitaires contre un projet de mosquée et d’école islamique

Nice : nouvelle action choc des identitaires contre un projet de mosquée et d'école islamique

15/07/2011 – 17h00
NICE (NOVOpress) – Comme à Pessac, Strasbourg ou Clermont-Ferrand il y a quelques mois, les identitaires ont réédité une formule choc pour “réveiller la population” à Nice cette fois-ci, en lançant un très matinal “appel du muezzin”, destiné à sensibiliser les riverains quant à l’installation prochaine d’un nouveau lieu de culte musulman en plein Nice. Nous reproduisons ci-dessous le communiqué de presse de leur antenne locale Nissa Rebela.

[box]”Projet d’école islamique sur le bd Gambetta : les identitaires réveillent la population”[/box]

[Communiqué du 15 juillet 2011] – Après la grande mosquée de l’Ariane, après le projet de collège islamique de la Trinité, après les prières bloquant la rue de Suisse… c’est désormais dans le quartier Gambetta que l’islam a décidé de poursuivre son expansion.

Au 109 boulevard Gambetta (angle avenue Saint Joseph), un ancien entrepôt est désormais loué par l’association El Wajiz. Dans le bail que nous nous sommes procurés voici comment celle-ci présente les activités qui seront menées dans ce local : “Le preneur devra exercer dans les lieux l’activité de soutien scolaire, activités culturelles, pédagogiques et sportives, jeux de société, vente de boissons non alcoolisées et gâteaux, voyages de découverte et d’étude. Initiation à la langue Arabe littéraire et pratique du culte Musulman Sunnite, ainsi que toute activité complémentaire ou connexe.”

Derrière le gentil vernis associatif, on se rend bien compte que le projet auquel nous sommes confrontés est celui d’une école islamique, doublé d’une mosquée !
Depuis plusieurs semaines, des habitants du quartier se sont mobilisés, avec une pétition notamment, mais la Mairie n’est toujours pas intervenue.

Cette nuit, comme ils l’avaient déjà fait à la Trinité, ce sont les identitaires qui ont réveillé les habitants au bruit de la prière musulmane pour les sensibiliser. Mais si un frein n’est pas mis à l’islamisation de notre ville, ce seront bientôt des dizaines d’appels du muezzin que nous entendrons retentir dans Nice comme c’est déjà le cas dans plusieurs villes d’Europe. Alors mobilisez-vous  à nos côtés contre ce projet et… RÉVEILLEZ-VOUS !

Philippe Vardon et l’Entente Républicaine s’insurgent contre la trahison d’André Chauvet

Philippe Vardon et l'Entente Républicaine s'insurgent contre la trahison d'André Chauvet

11/07/2011 – 15h10
NICE (NOVOpress) – Comme NOVOpress vous l’annonçait en exclusivité dès ce matin, l’élu de Nice André Chauvet, l’un des deux représentants de l’Entente Républicaine (le parti local de Jacques Peyrat, l’ancien maire de Nice), a entériné ce matin son rapprochement avec la majorité UMP de Christian Estrosi. Il a en effet été nommé pour une délégation en tant que représentant du conseil municipal auprès de l’Opéra de Nice. Maigre récompense pour une trahison dans les règles… Si André Chauvet n’a pas encore officialisé son ralliement total à la majorité, et donc la fin du groupe Entente Républicaine (ne restant plus qu’un seul élu sur les onze entrés en 2008 ! ), on s’attend à ce que cela se fasse lors du prochain conseil.
Ce matin, une dizaine de représentants et militants de l’Entente Républicaine, accompagnés du dirigeant identitaire niçois Philippe Vardon, assistaient au conseil municipal et ont symboliquement quitté la salle lors de l’annonce des nouvelles fonctions d’André Chauvet. Lui tournant le dos tout comme lui le tourne aux milliers d’électeurs qui avaient voté pour la liste Peyrat en choisissant une alternative – de droite – au sarko-estrosisme.
Notons que Jean-Claude Mari, dernier élu peyratiste du conseil municipal et beau-frère de l’ancien maire, a voté contre cette nomination, alors même qu’il siégeait encore à côté d’André Chauvet. Christian Estrosi s’est offert la peau d’un opposant à peu de frais, André Chauvet lui ayant à plusieurs reprises causé des soucis par ses actions en justice contre les décisions de la ville de Nice.

Nice : Estrosi s’offre l’un des deux derniers conseillers municipaux peyratistes

Nice : Estrosi s'offre l'un des deux derniers conseillers municipaux peyratistes

11/07/2011 – 10h15
NICE (NOVOpress) – L’élu de Nice André Chauvet, l’un des deux représentants de l’Entente Républicaine (le parti local de Jacques Peyrat, l’ancien maire de Nice), devrait annoncer ce matin lors du conseil municipal qu’il rallie la majorité UMP de Christian Estrosi. Il ne resterait alors plus qu’un seul élu – Jean-Claude Mari – ayant obtenu son siège en étant candidat sur la liste de Jacques Peyrat à ne pas voir cédé aux sirènes estrosistes. Il s’agit du propre beau-frère de Jacques Peyrat ! Ce sont 11 élus qui étaient entrés sous les couleurs de l’Entente Républicaine en mars 2008, et ce sont donc 10 d’entre-eux qui ont oublié que les Niçois les avaient justement élus en se prononçant pour une alternative – de droite – à Christian Estrosi et son équipe.

Ce qui a pu pousser André Chauvet à trahir ainsi son ami Jacques Peyrat (il y a encore quelques semaines, Peyrat retrouvait son activité d’avocats et installait son bureau dans les locaux de son collègue Chauvet) ? Les rumeurs vont bon train dans les rues du Vieux-Nice, et ne sont pas à la gloire d’André Chauvet. Nous devrions en savoir plus dans la journée ou les jours à venir.

Interrogé par NOVOpress ce matin, Philippe Vardon – président de Nissa Rebela qui a conclu un accord avec Jacques Peyrat lors des élections cantonales, en vue d’une liste commune aux prochaines élections municipales – nous déclarait : “Pour vouloir saborder de la sorte un groupe composé de seulement deux élus, Christian Estrosi doit être bien fébrile. Il a bien raison ! Car les conseillers municipaux que nous ferons élire et qu’il devra affronter lors de la prochaine mandature, il ne pourra les acheter d’aucune manière !”

Quartier Notre-Dame (Nice) : Nissa Rebela ne veut pas de “quartier halal”

Quartier Notre-Dame (Nice) : Nissa Rebela ne veut pas de "quartier halal"

07/07/2011 – 16h00
NICE (NOVOpress) –
Lors d’une conférence de presse mercredi 5 juillet, Nissa Rebala, par la voix de Philippe Vardon, est revenu sur l’islamisation croissante du quartier Notre-Dame et notamment sur l’éventualité d’une mosquée en régie municipale : “Après 11 ans d’occupation illégale, sans que l’arrêté d’expulsion ne soit jamais exécuté par l’Etat (on aimerait voir autant de compassion pour les familles françaises expulsées de leur logement), la municipalité de M. Estrosi s’est donc décidée à préempter les locaux faisant office de mosquée rue de Suisse. Mais le but n’est pas d’en finir avec l’islamisation, et par conséquent avec la ghettoïsation de ce quartier, comme ont pu le croire dans un premier temps les riverains. La réalité est qu’une fois préemptée par la mairie, cette mosquée deviendra… une mosquée”.

De plus, Nissa Rebela fait remarquer que “dans le cadre de sa préemption, la municipalité entend prendre part à des guerres intestines au sein de la communauté musulmane, et favoriser l’influence de l’UOIF – Union des Organisations Islamiques de France, incarnée à Nice par l’UMAM – Union des Musulmans des Alpes-Maritimes et le Cheikh Othman, imam de la mosquée de l’Ariane. Rappelons-nous que lorsque les prières de rue avaient cessé, c’était vers la mosquée de la Madeleine – affiliée à l’UOIF et dépendant de la mosquée de l’Ariane – que les musulmans étaient amenés par bus… L’UOIF, dont on ne rappellera jamais assez qu’elle est en France l’une des organisations les plus radicales et est une émanation du réseau international des Frères Musulmans”.

Sans oublier qu’une autre mosquée pourrait être construite dans le même quartier, place Saëtone, malgré le refus de commerçants et de riverains.

Face à cette islamisation du quartier Notre-Dame, Nissa Rebela organisera à la fin du mois une grande manifestation au sein même du quartier Notre-Dame pour dire “Non quartier halal !”

A noter que Jacques Peyrat (photo), ancien Sénateur-maire de Nice, a tenu à participer à cette conférence de presse pour apporter son soutien à l’action De Nissa Rebela. Il a brièvement pris la parole pour rappeler comment, alors qu’il était maire, il s’était fermement opposé à la ghettoïsation du centre-ville. Il avait notamment préempté des locaux pour empêcher la création d’une grande mosquée dans l’autre versant de Notre-Dame, rue Hancy. Eddy Blondeau, candidat FN dans les montagnes niçoises lors des cantonales de mars dernier, est aussi venu apporter son soutien à Nissa Rebela.