[vidéo] Vaccin contre le Covid-19: une surenchère de l’efficacité, non prouvée

vaccin covid-19

19/11/2020 – INTERNATIONAL (NOVOpress)
En moins d’un an, des résultats probants sur un futur vaccin contre le Covid-19 ont déjà été annoncés. Pfizer, Spoutnik V ou encore Moderna: tous surenchérissent sur le taux d’efficacité de leur vaccin, rassurant à la fois les populations mais surtout leurs actionnaires.

Une avancée en matière de recherche scientifique indéniable, mais en trompe-l’œil: les résultats ne sont pas définitifs et les vaccins présentent de véritables défis. Pourtant, des pays – dont la France – se préparent déjà à une campagne massive de vaccination, malgré la défiance de la population.

Des experts appellent à la prudence et surtout à ne pas relâcher les efforts pour lutter contre l’épidémie, car la bataille est loin d’être gagnée.

Bernard Bégaud, docteur en médecine et professeur de pharmacologie à l’université de Bordeaux, analyse ces annonces pour Sputnik.


Le « disease mongering », ou comment l’industrie pharmaceutique invente des maladies

Le « disease mongering », ou comment l’industrie pharmaceutique invente des maladies

25/07/2012 – 14h00
PARIS (NOVOpress) — Qui n’a jamais été pris d’une légère poussée d’anxiété en visionnant l’un de ces spots publicitaires qui commencent à abonder sur nos écrans, pour nous décrire les symptômes d’une maladie dont nous n’avions jamais entendu parler auparavant ? Les symptômes sont généralement suffisamment vagues et généralistes (maux de tête, anxiété passagère) pour que chacun puisse un peu s’y reconnaître. De la même manière les médias généralistes nous « informent » de nouvelles pathologies : piochées au hasard dans la presse de ces dernières semaines, l’alcolorexie et l’orthorexie. Il s’agit de troubles du comportement alimentaire : l’alcolorexie touche surtout les femmes, il s’agit de ne pas manger quand on boit de l’alcool (en soirée par exemple) et ce afin de ne pas grossir, ce qui peut parfois arriver quand on surveille sa ligne. Maintenant c’est officiel, c’est une maladie mentale. Idem pour l’orthorexie, qui consiste à vouloir manger sain. Pour l’industrie pharmaceutique, les adeptes forcenés du bio sont donc des malades à soigner. Et bien sûr – bonne nouvelle – il existe un traitement pour cela.

Lire la suiteLe « disease mongering », ou comment l’industrie pharmaceutique invente des maladies