Le Covid, la guerre et la peur

trump macron

Si la peur et la sécurité sont parmi les fondements psychologiques de la légitimité d’un pouvoir, c’est-à-dire de l’adhésion passionnelle d’un peuple à ceux qui le dirigent, ce principe est d’autant plus vrai que l’on s’éloigne de la démocratie. Cette dernière a pour idéal un régime où règne un droit voulu par des hommes raisonnables. Son instauration conduit un pays à vouloir la paix et, selon Kant, la « paix perpétuelle » coïnciderait avec la démocratie universelle. Depuis, les démocraties, ou les régimes qui prétendent l’être, ont un rapport à la peur et à la guerre plus trouble.

D’une part, elles ont tendance à faire la guerre à reculons, de mauvais gré, et toujours en réaction défensive à une attaque. D’autre part, elles trouvent dans l’existence de cette menace un appui à la cohésion nationale et une inhibition spontanée aux dissensions que le débat démocratique introduit dans la société. Les États-Unis ont été timorés contre le communisme lors de la guerre civile chinoise et ils n’ont pas combattu en Corée pour écraser définitivement la Corée du Nord. MacArthur, le stratège du redressement militaire allié lors de ce conflit, et limogé par la suite, avait condamné la politique américaine. Par la suite, le communisme est devenu un ennemi dangereux, certes, mais bien pratique pour consolider la nation. L’effondrement du bloc soviétique a rendu les Américains orphelins de cet adversaire idéal. Il a eu deux successeurs qui ont fait apparaître au grand jour ce que la politique américaine pouvait receler de machiavélisme : le premier est l’islamisme à l’essor duquel, par leurs alliances et leur intervention en Afghanistan pour soutenir les rebelles, les États-Unis n’étaient pas étrangers. Le second est la Russie, héritière amputée de l’URSS, et délivrée de l’idéologie incompatible avec celle du monde « libre ». La guerre menée par Washington contre le terrorisme, après le 11 septembre 2001, n’a pas affronté l’islamisme. L’Arabie saoudite, le pays idéologiquement le plus éloigné, est resté le grand allié, les Frères musulmans ont été soutenus sous Obama. En revanche, les dictatures militaires et nationalistes d’une part, l’Iran chiite d’autre part, sont devenus les cibles privilégiées malgré leur absence de lien avec le terrorisme islamiste.

Le problème qui se pose aux démocraties occidentales qui ont compris qu’aucune politique ne peut se passer d’ennemis, comme le suggérait le sulfureux Carl Schmitt, comporte trois éléments : d’abord, en raison de la composition de plus en plus diverse de leur population et du refus de toute discrimination érigé en dogme, l’ennemi ne doit pas ni sembler proche d’une communauté intérieure, ni apparaître comme contraire aux postulats du politiquement correct ; ensuite, l’individualisme a fait de la vie des vivants, une fois nés, une valeur sacrée, et « zéro mort » est devenu le principe des guerres à coups de drones et avec le moins possible de combattants sur le terrain, professionnels au demeurant ; enfin, en raison de l’idéal démocratique d’une paix universelle, il est préférable que l’ennemi soit celui du genre humain plutôt que d’une nation ou d’une civilisation en particulier.

En raison de leur poids mondial, les États-Unis ne manqueront jamais d’ennemis plus ou moins réels. Ce n’était pas innocent de la part de Trump d’évoquer le virus « chinois ». Pour la France, c’est plus compliqué. La lutte contre l’islamisme met mal à l’aise un gouvernement qui se veut « multiculturel ». Des soldats français meurent au Sahel dans une guerre sans fin, comme d’autres sont morts en Afghanistan dans une guerre qui n’est pas finie, et pendant ce temps, Maliens et Afghans continuent à se réfugier en France, non sans poser des problèmes.

De plus, ceux qui sont les plus opposés à leur présence sont considérés comme l’ennemi de l’intérieur qu’il faut empêcher à tout prix d’accéder au pouvoir. On voit par là que le mot de « guerre » n’a pas été employé par hasard par Macron pour désigner l’épidémie du Covid-19.

Christian Vanneste

Texte repris du site Boulevard Voltaire

La peur, virus plus mortel que le Covid, par Ivan Rioufol

Il faut sortir, très vite, de l’hystérie sanitaire : elle va tuer davantage que le Covid. Le virus est mortel dans un cas sur mille. Il est bien moins contagieux que la peur, qui tétanise une partie du monde. En France, la vie s’est arrêtée au prétexte de sauver les plus vulnérables. Tout le monde s’est félicité que l’économie s’efface devant l’humain. Mais, aujourd’hui, les détresses causées par les enfermements, les isolements, les interdits s’annoncent plus tragiques que les contaminations. Selon l’Ifop, un Français sur cinq aurait envisagé de se suicider.

Les Echos de ce lundi rappellent, citant une enquête nationale sur l’état psychologique de la population, que la dépression touchait presque 21% des gens à la mi-novembre, c’est-à-dire deux fois plus que fin septembre ! Les jeunes, qui ont été invités par l’Etat à se sacrifier pour épargner à leurs parents ou grands-parents un possible risque fatal, sont les plus atteints : 29% des moins de 24 ans seraient dans un état dépressif, soit 16 points de plus que fin septembre ! “Ce deuxième confinement a ôté toute pulsion de vie à notre société“, explique un psychanalyste. “La vague de suicide est sans doute à venir“, prévient un psychiatre. La tyrannie de l’Ordre sanitaire a crée un monde invivable.

Le refus du gouvernement d’ouvrir, mardi, les lieux de culture (théâtres, cinémas, musées, spectacles, etc.) illustre l’abrutissement auquel conduit la modélisation de la société : la voici réduite à des courbes, des chiffres, des algorithmes, des prévisions au doigt mouillé. Olivier Véran, ministre de la Santé, semble prendre plaisir à distiller un même discours anxiogène et illisible, destiné à terroriser l’opinion. La ministre de la Culture, la pétulante et sans doute trop positive Roselyne Bachelot, a disparu du paysage politique. Il n’y a place que pour des hommes gris et masqués, nouveaux moines pénitents exigeant la soumission du troupeau.

Mais comment comprendre cette réticence à libérer les activités culturelles, tandis que les transports collectifs, les magasins, les grandes surfaces, les manifestations en tous genres brassent des milliers de personnes ? L’inacceptable a été franchi dans l’obsession hygiéniste, cette politique réduite au degré zéro. La démocratie n’y prend que des sales coups. C’est ainsi que le sort de la jeune Mila, chassée de son lycée militaire par crainte de réactions islamistes face à ses insolences, n’émeut guère le Landerneau médiatique. Faudrait-il vivre couché, rampant, tremblant ? Il est urgent de revivre !

Ivan Rioufol

Texte daté du 14 décembre 2020 et repris du blog d’Ivan Rioufol

Clandestins : à Calais, les chauffeurs de poids-lourds vivent dans la crainte

11/09/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Ce type de sujet est abondamment traité dans les médias britanniques, mais à notre connaissance, c’est la première fois que la télévision française se penche sur ceux qui sont en première ligne, les premières victimes de l’immigration de masse et des foules de clandestins qui occupent Calais et ses alentours : les chauffeurs routiers.

Entre temps de trajet rallongés, risques d’amende et surtout agressions, les chauffeurs n’en peuvent plus. Le Rendez-Vous du 19/20, sur France 3, se penche (enfin) sur leur sort. Julien, chauffeur routier, se confie :

Avant, il y avait des migrants, mais ils n’étaient pas aussi violents. Maintenant, dès qu’il se passe quelque chose, ils sortent les couteaux, les cutters… On a peur pour nous. Ils n’ont rien à perdre. Je pense que dans leur situation, on ferait la même chose.

Insécurité, islamisme : du déni de réalité à l’orchestration de la peur, la nouvelle stratégie de l’oligarchie

Insécurité, islamisme : du déni de réalité à l’orchestration de la peur, la nouvelle stratégie de l’oligarchie

Source : Polémia

Par Michel Geoffroy, essayiste.

♦« La peur soutenait déjà un fructueux commerce sécuritaire. Elle devient aujourd’hui un puissant moyen de sidération des autochtones à qui l’on apprend ainsi très tôt à raser les murs ».


La novlangue au service du déni d’insécurité

Face à l’augmentation de la délinquance, conséquence de l’idéologie laxiste qu’elle a mise en œuvre, l’oligarchie a d’abord inventé dans les années 1980 le fameux sentiment d’insécurité, une sorte de phobie d’extrême droite qui faisait, selon elle, voir la réalité sous un jour trop sombre. Elle a aussi inventé le concept d’incivilités qui permettait de banaliser la progression des délits, notamment ceux imputables aux jeunes issus de l’immigration.

On nous a ainsi expliqué, par exemple, qu’il était traditionnel de brûler des voitures à la Saint-Sylvestre. Car chaque fait divers se trouvait dépeint sous des couleurs les plus lénifiantes possibles : on nous présentait les délits voire les crimes comme incompréhensibles car intervenant toujours jusque-là dans des quartiers populaires mais tranquilles ou sans histoire (*). On ne comprenait donc pas le coup de folie qui avait pu saisir les auteurs de ces actes : sans doute parce qu’un banal vol de sac à main, une drague ou une bagarre par balles avait mal tourné. Bref, ce n’était pas vraiment la faute de ces individus bien connus des services de police, mais plutôt le fait de victimes de la malchance, du chômage et de la discrimination.

La novlangue au service du déni d’islamisme

L’apparition de délits commis par des personnes se réclamant de l’islam a subi le même traitement politico-médiatique. On a ainsi assisté à la négation systématique du caractère islamiste de ces agissements, comme par exemple lors des attaques commises en France à la Noël 2014.

L’oligarchie a donc mis l’accent sur le caractère isolé de ces loups solitaires, victimes d’une autoradicalisation pathologique. Même si ensuite on découvrait que leurs proches faisaient l’objet de poursuites ou que des filières avaient été démantelées !

Ou bien on les présentait comme des individus au comportement incompréhensible ou incohérent, comme par exemple dans le cas du profanateur du cimetière de Castres. Ou bien encore des individus dérangés, ce qui permettait d’ôter toute signification autre que médicale à leurs actes. On a même été jusqu’à nous présenter l’auteur musulman d’un attentat à l’arme automatique en Belgique comme un amateur d’armes !

Pas d’amalgame

Lire la suiteInsécurité, islamisme : du déni de réalité à l’orchestration de la peur, la nouvelle stratégie de l’oligarchie