Tag Archives: petits candidats

Jospin Vote utile 2002

L’argument du vote utile utilisé à chaque élection présidentielle

19/04/2017 – FRANCE (NOVOpress) : « Le vote utile, c’est de voter pour celui qui est en tête de la majorité et qui l’a été d’un bout à l’autre du parcours. Je vous appelle au vote utile, dès dimanche. » Ainsi s’exprimait Valéry Giscard d’Estaing en 1981. Trente-six ans plus tard, l’argument du vote utile est toujours brandi, à gauche comme à droite, pour éviter la dispersion des voix sur ce qu’on appelle les « petits candidats », ceux qui n’ont aucune chance de figurer au second tour, mais qui peuvent empêcher l’un ou l’autre de se qualifier. Ainsi les votes utiles, en 2017, sont d’apporter son suffrage à Marine Le Pen ou François Fillon, par exemple, plutôt que de l’accorder à Nicolas Dupont-Aignan ou à Jean Lassalle.

La rétrospective du « vote utile » proposée par l’Institut national de l’audiovisuel (INA) est instructive et amusante à la fois. Car parfois, petit candidat devient grand candidat, et découvre les vertus du vote utile, comme ce fut le cas pour Jean-Marie Le Pen, qui usa de l’argument contre Philippe de Villiers, en 1995, alors qu’il en avait dénoncé l’usage par Valéry Giscard d’Estaing, en 1974.

Il n’empêche qu’en 2002, c’est faute d’avoir convaincu les électeurs de gauche de ne pas disperser leurs suffrages sur les « petits candidats » que Lionel Jospin s’est retrouvé éliminé au soir du premier tour, et qu’il a mis fin sa carrière politique…

Général Tauzin

Présidentielle : le général Tauzin estime être « l’homme de la situation »

31/01/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Le général Tauzin est « plus que jamais » déterminé à être candidat à l’élection présidentielle. « J’arrive aujourd’hui à 300 promesses de parrainages », assure-t-il dans un entretien à TV Libertés. Depuis plus de deux ans, quadrillant le pays, le général Didier Tauzin va à la rencontre des maires de France pour obtenir les paraphes nécessaires pour être candidat à l’élection présidentielle.

Parallèlement, après le succès de son livre Rebâtir la France – qui est aussi le nom du mouvement qu’il a fondé –, il publie son programme pour le quinquennat dans lequel il détaille les principales mesures pour redresser la nation française. Il fait une présentation très précise de ses 100 premiers jours à l’Elysée et annonce la réalisation d’une « Grande Charte de France » soumise à référendum.