Chrétiens persécutés : le Vatican « va demander aux théologiens musulmans d’expliquer le Coran »

Chrétiens persécutés : le Vatican « va demander aux théologiens musulmans d’expliquer le Coran »

17/12/2012 – 11h45
MUNICH (NOVOpress) – L’archevêque allemand Gerhard Ludwig Müller (photo), nouveau (et controversé) préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, a donné ce week-end un entretien à Focus, le grand hebdomadaire de Munich. Il y a surtout « condamné les courants extrémistes dans l’Église catholique en Allemagne », en particulier le site internet Kreuz.netqui vient de fermer, à la suite de l’action lancée contre ses responsables par la justice allemande pour « homophobie, islamophobie et antisémitisme ». Selon le prélat, de tels sites sont « le contraire de chrétien, qui signifie que l’on se comporte convenablement avec les gens ».

Mgr Müller a affiché sa fermeté à l’égard de la Fraternité Saint-Pie X, en faveur de laquelle l’Église « ne saurait faire aucune concession dans la foi ».

L’archevêque a aussi été interrogé sur la persécution des chrétiens dans les États musulmans. Sa réponse : «Nous allons demander aux théologiens musulmans d’expliquer que le Coran ne permet pas de priver d’autres personnes de leurs droits, ou même de les menacer dans leur chair et dans leur vie, et que le terrorisme ne peut jamais se réclamer de Dieu ».

Voilà une déclaration où les chrétiens persécutés ne manqueront pas de puiser un grand réconfort !

Crédit photo : DR.

Islam et persécutions : qui sauvera les chrétiens du Kosovo

Islam et persécutions : qui sauvera les chrétiens du Kosovo

Photo : Au Kosovo, les chrétiens vivent assiégés dans des ghettos encerclés par des musulmans hostiles. Pour se protéger des attaques, ils s’entourent de barrages et de fil de fer barbelé.

Entretien avec Arnaud Gouillon, président de Solidarité Kosovo

La parution d’un film « anti-islam » de série Z – qui serait resté méconnu si des musulmans ne l’avaient pas eux-mêmes monté en épingle – et une page de caricatures dans « Charlie Hebdo » ont suffi pour que le monde islamique entre en ébullition et que certains musulmans vivant sur notre sol se prétendent « victimes » des persécutions haineuses d’un Occident diabolique.

La réalité, c’est que, aujourd’hui, en Europe, les vraies victimes de persécutions religieuses sont des chrétiens : ils sont orthodoxes et vivent au Kosovo. Leurs bourreaux, eux, sont des musulmans. Et on est assez loin d’une poignée de caricatures ou d’une bande-annonce sur Internet. Là-bas, la violence n’est pas virtuelle. Le sang coule pour de vrai, les flammes des incendies sont réelles, les larmes des femmes et des enfants aussi. Mais aucun journal, aucune association droit-de-l’hommiste ne s’en émeut. « Minute » fait le point sur cette situation dramatique avec Arnaud Gouillon, président de Solidarité Kosovo (SK), une ONG venant en aide à ces chrétiens menacés de disparaître du sol européen.

Lire la suiteIslam et persécutions : qui sauvera les chrétiens du Kosovo

Nouvelles menaces islamistes sur les Coptes en Egypte

Nouvelles menaces islamistes sur les Coptes en Egypte

17/09/2012 – 12h00
LE CAIRE (NOVOpress) –  Des centaines de milliers de Coptes sont menacés de nouvelles persécutions en Egypte et risquent d’être déracinés, suite aux violentes manifestations musulmanes contre le film critique sur l’islam, L’Innocence des musulmans. Certains Coptes sont accusés en effet d’avoir produit le film. Sur internet, des informations contradictoires circulent sur des demandes d’asile de ces chrétiens aux Pays-Bas et au Canada.

Lire la suiteNouvelles menaces islamistes sur les Coptes en Egypte

Kenya : les chrétiens victimes de la violence musulmane

Kenya : les chrétiens victimes de la violence musulmane

28/08/2012 – 10h00
MOMBASA (NOVOpress) –  Au moins une personne est morte et deux églises ont été pillées après le meurtre d’un prêcheur musulman kényan lundi. Des émeutes pro-musulmanes ont en effet éclaté dans le port de Mombasa (photo ci-dessus), deuxième ville du Kenya sur les côtes de l’océan Indien. Elles sont survenues après l’annonce du décès d’Aboud Rogo Mohammed, tué par balles par des inconnus dans sa voiture lundi matin.

Aboud Rogo Mohammed aurait levé des fonds pour les miliciens islamistes shebab en Somalie.  De plus, il est soupçonné de liens avec Fazul Abdullah Mohammed, l’ex-chef de la cellule est-africaine d’Al-Qaïda décédé l’an dernier. En 2002, il avait été accusé de participation à un attentat qui avait fait 18 morts dans un hôtel proche de Mombasa, dirigé par des Israéliens.

Les persécutions contre les chrétiens risquent de ne pas se calmer suite au message sur Twitter du Centre kényan de la jeunesse musulmane (MYC). L’organisation, basée à Mombasa, a déclaré qu’Aboud Rogo Mohammed resterait « dans nos cœurs. Nous sommes dans le vrai quand nos responsables deviennent des martyrs », a lancé le chef du MYC, Cheick Ahmad Iman Ali.
Crédit photo : huguesn/Flickr (cc)

Epuration idéologique: le consul italien Mario Vattani a cinq jours pour quitter Osaka

Epuration idéologique: le consul italien Mario Vattani a cinq jours pour quitter Osaka

18/05/2012 – 08h00
ROME (NOVOpress)
– Le gouvernement non élu de Mario Monti aura donc fini par « avoir la peau » du consul Mario Vattani, ce brillant jeune diplomate dont le crime est d’avoir donné un concert à la « Tana del Tigri », la fête nationale du mouvement Casapound, avec son groupe de rock SottoFasciaSemplice.

Malgré les décisions du tribunal administratif qui avaient suspendu un temps cette véritable chasse aux sorcières, le ministre des affaires étrangères italien, qui semble n’avoir rien de plus urgent et important à faire, a saisi le Conseil d’Etat afin de pouvoir donner l’ordre à Mario Vattani et à sa famille de « quitter Osaka en 5 jours ».

« Ceci est une persécution personnelle, un acharnement qui se base sur un point de départ ridicule » a déclaré Mario Vattani en commentant cette décision.

Persécutions antichrétiennes en Algérie : une réalité travestie par l’Etat

Persécutions antichrétiennes en Algérie : une réalité travestie par l’Etat

25/01/2012 – 11h00
ALGER (NOVOpress) – Bouabdellah Ghlamallah, le ministre des affaires religieuses algériennes, souhaiterait que sept églises chrétiennes, qui célèbrent leur culte clandestinement, puissent « régulariser leur situation ». Le dirigeant musulman a ajouté que « les chrétiens en Algérie exercent librement leur culte ». Une réalité sérieusement travestie par la propagande de l’Etat algérien.

Mgr Ghaleb Moussa Bader, archevêque d’Alger, note que l’administration algérienne refuse de plus en plus souvent de délivrer des visas à des prêtres ou des religieux. Lors d’un récent colloque, le prélat s’est inquiété du « risque d’asphyxier à petit feu la communauté catholique ». Tandis que les évêques d’Algérie exprimaient début 2010 leur « grande peine » suite au saccage d’un temple protestant à Tizi Ouzou (Est d’Alger) et se déclaraient « très inquiets des entraves mises à la pratique du culte chrétien dans le pays ». Fin septembre 2010, France Soir soulignait aussi que « depuis plusieurs années, procès, persécutions et discriminations en tout genre se multiplient contre les chrétiens en Algérie, où l’islam est religion d’Etat ».

Crédit photo : Maya-Anaïs Yataghène via Flickr, licence CC.

Donne-moi ton église que j’en fasse une mosquée

Donne-moi ton église que j’en fasse une mosquée

Toujours moins de chrétiens en Turquie

L’église Sainte-Sophie de Nicée (aujourd’hui Iznik) (photo) est un haut lieu du christianisme. Elle accueillit jadis deux importants conciles avant d’être transformée en mosquée par la conquête turque. Désaffectée depuis 1923, elle a été restaurée en 2007 pour servir de musée. A la veille de Noël, elle a de nouveau été transformée en mosquée…

Il y a un siècle, 30 % de la population vivant dans les frontières de l’actuelle Turquie étaient chrétienne; ils ne sont plus que 0,2 % aujourd’hui. Tout est dit dans ces deux chiffres: la Turquie est devenue entièrement musulmane au XXe siècle par la déportation et le massacre de ses minorités. C’est ce que publie régulièrement M. Ragip Zarakoglu, un éditeur courageux qui brise les tabous et qui défait l’histoire officielle. Erol Özkoray, rédacteur en chef de la revue « Idea Politika », écrit à son sujet: « En Turquie, il est le premier à briser le tabou concernant le génocide. […] C’est grâce à lui que nous avons su que dans ce pays nous avons eu plusieurs génocides: les Arméniens, mais aussi les Grecs d’Anatolie, les chaldéens, les cyriaques, bref tous les chrétiens de Turquie. »

Des chrétiens torturés, égorgés, décapités…

La Turquie est aussi, faut-il le rap peler, toujours candidate à l’entrée dans une Union européenne qui ne manifeste, elle, qu’un maigre intérêt pour les questions religieuses. Un de nos diplomates en poste dans le pays a bien voulu nous exposer la situation: « 99 % des Turcs se déclarent musulmans et l’islam s’exprime ici dans un cadre défini par l’Etat. » Et de préciser: « Ce dernier, croyez-moi, n’est en rien laïque: il recrute et rétribue les 83000 imams, contrôle toutes les mosquées, finance toutes les écoles coraniques, supervise les manuels d’enseignement et fait même figurer l’appartenance religieuse sur les cartes d’identité! Le regard des autorités turques sur les cultes non musulmans est donc absolument conditionné par l’islam: ils sont tolérés, mais perçus comme intrinsèquement étrangers ».

En 2006, un prêtre catholique a été assassiné à Trébizonde. En 2007, ce fut le tour d’un journaliste arménien à Istanbul, puis, en avril, eut lieu un crime particulièrement odieux, celui dont furent victimes deux Turcs et un Allemand, égorgés après de longues tortures sur leur lieu de travail, une maison d’édition protestante qui diffusait des Bibles. Et en 2010, Mgr Luigi Padovese, le vicaire apostolique, fut assassiné et décapité…

Un prêtre autrichien nous confie: « Les chrétiens en général et les catholiques en particulier sont ici dans une situation extrêmement précaire. Une estimation précise est difficile parce que depuis 1965, il n’y a plus de statistiques ethnico-religieuses officielles et les autorités se bornent à indiquer des chiffres frisant le ridicule ». Les chiffres officieux qu’il nous communique parlent de 130000 chrétiens. Les plus nombreux sont les Arméniens d’Istanbul (60000 à 90000) qui ont échappé aux déportations de 1915. Il y a environ 33000 catholiques (dont 15000 latins) et il ne subsiste sur ces vieilles terres de l’hellénisme qu’à peine 4000 Grecs orthodoxes.

Pas une seule église édifiée depuis 1911

La plupart de ces chrétiens ne disposent pas de lieux de culte et doivent donc se contenter de réunions dans des lieux privés. Aucune construction d’église « visible » (avec croix ou clocher) n’a été autorisée depuis 1911! Les Eglises ne peuvent d’ailleurs pas accéder à la propriété. Pourtant leurs biens immobiliers existent. Ils sont même innombrables (églises, séminaires, écoles, hôpitaux) mais ils ont simplement été confisqués, décennie après décennie, à l’image de l’église de Nicée.

Aussi, depuis 1970, l’Eglise catholique demande-t-elle à l’Etat turc une reconnaissance juridique. En vain. Elle ne bénéficiera pas plus de la récente loi sur la restitution de certains biens confisqués. Publiée le 27 août 2011, cette loi ne s´applique parcimonieusement qu’aux Arméniens, aux Grecs orthodoxes et aux Juifs. Mais pas à l’Eglise catholique. Et encore moins à l’église Ste Sophie de Nicée.

M. Selcuk Mülayim, professeur d’histoire de l’art à l´université de Marmara s’en était inquiété et avait prévenu ses compatriotes: « Cette mesure va déclencher des protestations du monde entier en raison de l´histoire de l´édifice et de sa signification pour le monde chrétien. » Ses craintes ne se sont pas vérifiées; les protestations ont été rares et inaudibles… Pour Mgr Edmond Farhat, ancien nonce apostolique à Ankara et qui, comme Libanais, s’exprime à la fois librement et dans un français parfait: « La Turquie est un pays qui se définit comme une démocratie laïque mais la liberté religieuse n’y existe que sur le papier. Il existe en fait en Turquie une christianophobie institutionnelle pas très différente de celle qui existe dans les autres pays musulmans ».

Un chrétien turc d’Istanbul nous a confié quant à lui, sous couvert d’anonymat bien entendu: « Les Européens se trompent; je croirai leurs discours généreux sur la cohabitation des religions et des peuples quand je verrai les Etats musulmans favoriser sur leur territoire tous les cultes. Soyez fermes! Aidez-nous! Rappelez à vos interlocuteurs turcs que la réciprocité est la clef de toute relation humaine. »

Message relayé, mais qui a peu de chances d’être entendu. Lorsque l’église Sainte-Sophie est redevenue mosquée, sur décision du pouvoir turc, l’Union européenne s’est tue. Pourquoi s’émouvoir? Il ne s’agissait après tout que d’un petit édifice de rien du tout, juste une église construite au VIe siècle sur le modèle de Sainte- Sophie de Constantinople par l’empereur Justinien Ier. Juste une église dont le nom, Hagia Sophia, signifie, en grec, la « sagesse divine ».

Dominique Fabre

[box class=”info”] Article de l’hebdomadaire “Minute” du 18 janvier. En kiosque ou sur Internet.[/box]

Crédit photo : CyberMacs via Flickr, licence CC.

Donne-moi ton église que j’en fasse une mosquée

Égypte : la situation se détériore de façon dramatique pour les Coptes

Égypte : la situation se détériore de façon dramatique pour les Coptes

29/10/2011 – 11h30
SCHWABISCH GMÜND (NOVOpress) —
La situation de la minorité chrétienne s’est dramatiquement détériorée en Égypte depuis le début de l’année.

Anba Damian, évêque des Coptes en Allemagne
Anba Damian, évêque des Coptes en Allemagne. Crédit : Wikipédia Commons
C’est ce qu’a rapporté l’évêque des quelques 6 000 chrétiens orthodoxes coptes vivant en Allemagne, Anba Damian (photo ci-contre), à l’occasion d’un congrès intitulé « la persécution des Chrétiens aujourd’hui », qui s’est déroulé du 23 au 26 octobre dernier* à Schwäbisch Gmünd (Baden-Württemberg, dans le sud de l’Allemagne).

Outre l’évêque Damian, se sont succédés à la tribune des intervenants tels que Hatune Dogan, religieuse orthodoxe syriaque venant en aide aux chrétiens persécutés ; Helmut Matthies, rédacteur en chef de l’hebdomadaire chrétien allemand Idea Spektrum ou Volker Kauder, président du groupe parlementaire chrétien-démocrate au Bundestag.

Épuration religieuse

Comme aux temps du président Hosni Moubarak déchu en février, les Coptes sont victimes de violences systématiques. “L’objectif est de débarrasser l’Égypte de ses Chrétiens”, a affirmé l’évêque devant quelques 400 congressistes. Il a reproché à l’armée de participer aux violences antichrétiennes.

L’armée a en effet, le 9 octobre, attaqué une manifestation pacifique de Coptes. 35 Chrétiens ont été tués à cette occasion et plus de 200 personnes auraient été blessés. Dans de nombreuses régions du pays, des églises sont incendiées, les messes empêchées et des jeunes filles seraient enlevées sans que les forces de l’ordre n’interviennent. Beaucoup de Chrétiens essaient de fuir à l’étranger.

Les portes de l’Europe seraient malheureusement « plutôt closes » : l’évêque a imploré l’opinion publique mondiale de suivre l’évolution religieuse en Égypte avec autant d’attention que l’évolution politique. Il s’est affirmé convaincu que la révolution n’aurait pas suivi un cours aussi peu sanglant s’il n’y avait pas eu la présence des observateurs étrangers. C’est d’une solidarité de ce type dont les Coptes ont maintenant besoin. Le gouvernement actuel ne reconnaîtra l’égalité des droits civiques des Chrétiens que s’il s’aperçoit que toute la chrétienté est derrière eux. Damian estime qu’environ 20% des quelques 83 millions d’habitants que compte l’Égypte appartiennent à l’église orthodoxe. Les musulmans constituant la majorité restante.

Autre intervenant, Hatune Dogan. Cette nonne orthodoxe syriaque originaire de Turquie s’occupe entre autres des Chrétiens persécutés en Syrie, en Égypte et en Irak, et est la fondatrice et dirigeante de l’association caritative « Helfende Hände für die Armen (aidons les pauvres) ». Selon elle, l’objectif des extrémistes serait de purifier leurs pays de toute présence chrétienne. C’est à cela que serviraient les attentats commis à l’encontre d’églises et d’institutions chrétiennes, tout comme les assassinats, les enlèvements et les viols. Leurs auteurs invoquent le Coran et d’autres livres saints de l‘Islam ; il y serait fait appel 32 000 fois à la guerre contre les « infidèles » et à leur meurtre. La conséquence est que de plus en plus de Chrétiens doivent fuir leur patrie. « Le climat d’insécurité et de peur est palpable », selon Dogan.

Une presse européenne qui, au mieux, minimise les événements

Le nombre des Chrétiens en Irak serait, depuis 2003, passé de 1,3 millions à moins de 300 000. Un exode a commencé en Égypte. En Syrie, le régime acculé par les rebelles chercherait à résoudre ses problèmes sur le dos des Chrétiens. « Malheureusement, les médias allemands ne prennent acte de ces évolutions ou minimisent les événements », a regretté Hatune Dogan. De son point de vue, de nombreuses rédactions craignent de tomber sous le feu de la critique d’extrémistes. La presse française est dans son ensemble soumise à la même omerta.

Une situation qui n’est pas sans rappeler celle des catholiques en Indonésie, et plus généralement des chrétiens dans l’ensemble des pays du Maghreb. Cela sera peut-être bientôt le cas en France ?

[box class=”warning”]*Plusieurs manifestations importantes se sont déroulées dans de nombreux points du globe : Londres le 16 octobre ; aux États-Unis, une manifestation de Coptes s’est déroulée le 19 octobre devant la Maison Blanche pour les mêmes raisons ; tandis qu’en Australie, une réunion publique avait lieu également, à l’instigation de la communauté copte. Un rassemblement de même nature a eu lieu à Toronto (Canada) le 23 octobre, et le 26 octobre, devant le parlement européen.[/box]
[box class=info]Photo en Une : capture d’écran de la vidéo de la destruction par l’armée du monastère Saint-Bishoy à Wadi el-Natrun en janvier 2011. Vidéo ci-dessous.[/box]

Un Serbe assassiné et son fils blessé au Kosovo

Un Serbe assassiné et son fils blessé au Kosovo

03/09/11 – 23h00
KOSOVSKA MITROVICA (NOVOpress) –
Dans la nuit de samedi à dimanche, Aleksandar Putnik âgé de 51 ans a été assassiné et son fils Dobrica de 23 ans a été blessé au Kosovo.

Le drame s’est produit non loin de l’enclave Orahovac dans le sud de la province serbe à majorité albano-musulmane. Cette zone est connue pour être l’une des plus dangereuses de la région. En seulement douze ans ce sont 69 Serbes qui ont été abattus, pour une population chrétienne d’environ mille personnes…

La tragédie s’est déroulée devant un restaurant où la famille avait l’habitude de se rendre. C’est à la sortie de celui-ci qu’un Albanais a fait feu au fusil de chasse sur Aleksandar Putnik, le blessant mortellement. Son fils s’est alors précipité sur lui pour le secourir. En vain. Le courageux garçon a reçu des balles dans l’épaule et le bras sans pouvoir sauver son père. Ensanglanté le jeune homme a réussi à prendre la fuite en voiture pour rejoindre l’hôpital de Prizren où ses jours ne seraient plus en danger.

Le ministre serbe pour le Kosovo et la Métochie, Goran Bogdanovic, a expliqué l’inquiétude que provoquait cette tragédie chez tous les Serbes du Kosovo. Il exige une plus grande implication des forces internationales dans la protection des populations serbes vivant au sud du Kosovo. Il a également demandé à ce que le fils blessé soit transféré à l’hôpital de Kosovoska Mitrovica, en zone serbe, pour des raisons de sécurité. L’hôpital de Prizren est en effet situé en pleine zone musulmane.

Le ministre a également rappelé que suite aux nombreuses attaques antiserbes de ces derniers mois, aucune interpellation n’avait été enregistrée.

L’heure des pogroms antichrétiens serait-elle revenue au Kosovo ?

Si cette situation vous révolte, vous pouvez soutenir l’ONG « Solidarité Kosovo » qui vient en aide à ces populations martyrisées depuis l’année 2004 et signer la pétition en ligne ici.

[box] Photo : L’enclave d’Orahovac, janvier 2011.[/box]

Sicile : un maghrébin détruit la statue du saint patron d’Agrigente

La statue avant sa destruction

10/07/2011 – 08h00
AGRIGENTE (NOVOpress) – Vive émotion aujourd’hui dans la ville d’Agrigente en Sicile, après l’acte sacrilège (les journaux italiens n’ont pas peur d’employer le mot) d’un immigré maghrébin, qui s’est introduit dans le sanctuaire de San Calogero pour y détruire une statue du saint, le patron de la ville.

La statue avant sa destructionVendredi 9 juillet au matin, vers 7 heures, alors que le portail venait d’être ouvert pour la messe de 7h 30, un immigré Nord-Africain (qui, selon certaines sources, était en état d’ébriété) a pénétré dans l’église. Il s’est alors mis à hurler des phrases en arabe, avant de s’introduire dans la sacristie, où se trouvait une statue en plâtre de saint Calogero. Il l’a saisie et jetée violemment contre un mur, la détruisant complètement.

Un fidèle qui se trouvait dans l’église a tenté d’arrêter le maghrébin mais a été légèrement blessé : il a ensuite, dans son émotion, fait un malaise. La police, prévenue, est intervenue immédiatement. Il n’a pas fallu moins de quatre agents pour maîtriser l’immigré, qui a été arrêté.

Saint Calogero (Caloger), ermite, figure au Martyrologe romain au 18 juin, aurait vécu au Vème siècle. D’après l’ancien office de sa fête, publié en 1610 et repris dans les Acta Sanctorum des Pères Bollandistes, c’était un Grec, né à Constantinople, qui se rendit à Rome, où il reçut l’habit monastique des mains du pape. Il évangélisa la Sicile, dont il chassa tous les démons qui l’infestaient. Il y reste très vénéré.

« Un exemple d’intégration entre les peuples », selon l’archevêque d’Agrigente, Francesco Montenegro, aujourd'hui en morceaux
« Un exemple d’intégration entre les peuples », selon l’archevêque d’Agrigente, Francesco Montenegro, aujourd'hui en morceaux

À Agrigente, sa fête est précisément célébrée ces jours-ci, entre les deux premiers dimanches de juillet. La statue détruite était depuis toujours objet d’un pèlerinage populaire, et les fidèles y portaient du pain et des vêtements à bénir. Il n’en reste aujourd’hui que des fragments, rassemblés dans des boîtes en carton.

Ironiquement, du fait de ses origines orientales, saint Calogero est souvent représenté comme un vieillard à la peau noire : c’était le cas de la statue détruite. L’archevêque d’Agrigente, Francesco Montenegro (également président de la Caritas italiana, dont l’engagement immigrationniste est bien connu), avait même cru pouvoir présenter saint Calogero comme « un exemple d’intégration entre les peuples ». Un exemple aujourd’hui en morceaux.

[box class=info]Sources : agrigentooggi.it / www4.siciliano.it[/box]

[cc] Novopress.info, 2011, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine
[https://fr.novopress.info]

Le FPOe veut défendre les chrétiens persécutés

Le FPOe veut défendre les chrétiens persécutés

05/07/11 – 11h00
VIENNE (NOVOpress)
– Le FPOe s’est clairement engagé pour la défense des chrétiens persécutés lors d’un colloque organisé ces jours derniers par son centre de formation à Vienne. Y ont participé Heinz-Christian Strache, le président du FPOe, le journaliste copte Victor Elkharat, Katharina Grieb de l’International Society for Human Rights, et l’historien Martin Kugler, qui est également membre du Centre de documentation de l’intolérance contre les chrétiens.

À l’issue du colloque, Heinz-Christian Strache a exprimé ses profondes inquiétudes au sujet de l’étude de Victor Elkharat. Il a réaffirmé son engagement à lutter contre la persécution des chrétiens. Heinz-Christian Strache a également indiqué que l’on doit résister à de telles persécutions qui commencent ici en Europe (comme au Kosovo, note de Novopress). Enfin, il a précisé qu’en Autriche, les croix chrétiennes resteront dans les classes et les traditions telles que la fête de saint Nicolas seront préservées.