Une arme de destruction financière massive menace le RN, par Paul Vermeulen

Régulièrement contraint à la débrouille financière, le Rassemblement national devra s’expliquer devant la justice russe le 2 juin 2020 au sujet du non-remboursement d’un prêt de 9,1 millions d’euros contracté en 2014. L’un de ceux qui se trouvent désormais les créanciers russes du parti de Marine Le Pen a saisi la justice russe dans ce but. A cela s’ajoute la réclamation de 4 millions d’euros par Jean-Marie Le Pen, via son association de financement Cotelec.

En Russie, c’est la société Aviazapchast qui a saisi la justice pour « non-recouvrement de crédit ». Le FN devenu RN ne s’est pourtant pas endetté auprès de cette société. L’entreprise spécialisée dans la vente de pièces détachées d’avions russes a hérité de la créance contractée par le FN en 2014 auprès de la First Czech-Russian Bank, mise sous tutelle il y a quatre ans. Un imbroglio de plus, qui trouve son origine dans un fait inadmissible très précis : le refus antidémocratique des banques françaises et européennes – donc de milieux financiers où certains ont de nombreux amis – de prêter de l’argent. Au jeu de la « démocratie » française, les règles ne sont pas les mêmes pour tous. Le prêt devait être remboursé en septembre 2019. Il n’y a cependant pas de quoi en faire un tel foin médiatique, selon le trésorier du parti, Wallerand de Saint-Just, assurant à L’AFP que le RN est « en train de rembourser », qu’il entretient de bonnes relations avec l’entreprise russe et que « tout va rentrer dans l’ordre ».

Pour gagner, un bon progressiste est prêt à tout

Après tout, ce n’est que simple vie quotidienne de nombre d’entreprises et d’associations. Sauf que dans ce cas précis, la situation ne devrait pas exister : les banques françaises devraient prêter à tous les partis autorisés par la loi républicaine. Il s’agit de fait d’une discrimination : rappelons par exemple que les comptes du RN ont été clôturés pour des raisons non expliquées par la Société générale en 2017.

Il convient de situer les mésaventures russes du RN dans le cadre plus large du rejet de la pensée autre, différente, par nombre d’acteurs de la vie politique, médiatique, sociale et économique française. Les banques françaises, dans le cas du parti de Marine Le Pen. L’Etat, dans d’autres cas – comme pour la suppression de l’aide attribuée à Présent. Les « progressistes » essaient de toucher au portefeuille des familles de la droite nationale, souverainiste, conservatrice, populiste, européenne et/ou chrétienne, tout en instaurant des systèmes de contrôle de la liberté d’expression, avec la loi Avia ou la censure exercée par les plateformes du numérique à l’encontre de ces mêmes familles. Quand il met son idéologie en actes, le progressisme porte toujours le même habit, celui de l’intolérance véritable. Il est interdit de ne pas interdire ceux qui pensent autrement, c’est le vrai slogan des progressistes, au rang desquels il faut compter les censeurs économiques et financiers du Rassemblement national. Des menaces pèsent en effet sur la démocratie, pas de doute à ce propos.

Paul Vermeulen

Article paru dans Présent daté du 7 février 2020

Immigration : le nombre de demandeurs d’asile explose en France

Le premier bilan 2019 relatif aux demandes d’asile et aux expulsions de migrants en France a été donné par le ministère de l’Intérieur mardi 21 janvier. La pression migratoire s’amplifie. Les immigrés sont chaque année de plus en plus nombreux sur le territoire. Pour beaucoup de Français, ce ne sont aucunement des chiffres abstraits mais une réalité vécue au quotidien dans des villes dont les populations se transforment à une vitesse inédite. Le ministère de l’Intérieur indique que la demande d’asile est en hausse mais moins qu’avant, tandis que les expulsions auraient beaucoup augmenté, bien que demeurant faibles. Une manière d’enjoliver la réalité, les expulsés revenant aussi vite qu’ils sont partis.

En 2019, la France a accordé 3,534 millions de visas à des étrangers dont 95 % de court séjour. Les Tunisiens et les Algériens sont toujours nombreux dans cette catégorie. Concernant les titres de séjour, leur délivrance s’est accrue de 6,8 %, dont nombre d’étudiants (91 445 titres, hausse de 9,3 %). C’est beaucoup pour un pays où bien des jeunes ont du mal à accéder aux formations qu’ils souhaitent. Cette hausse est voulue et facilitée par une procédure Internet. Les titres fournis pour raisons familiales (88 778) arrivent pour la première fois après ceux octroyés pour études. Viennent ensuite l’immigration économique, 38 843 titres, + 15,3 %, et l’immigration humanitaire, celle souvent mise en avant, avec seulement 38 157 titres mais une hausse de 9,1 %.

L’Afrique noire s’invite en France

Outre ces chiffres équivalents à la population d’une métropole régionale, le fait marquant est la poursuite de l’explosion des demandes d’asile : 132 614 demandes faites à l’OFPRA, soit une hausse de 7,3 %. C’est moins qu’en 2018 (+ 22,3 %) et qu’en 2017 (+ 17,5 %) mais, sur une période de trois, cinq ou dix ans, c’est énorme et cela aide à comprendre pourquoi le paysage humain de nos villes se transforme à une telle vitesse. En tout, 36 512 dossiers ont été retenus en 2019, un « taux de protection de 38,2 % » selon le ministère. Il s’agit de migrants refusés dans d’autres pays européens, qui passent d’un pays à l’autre et font des demandes similaires, mais aussi de candidats pour le moins étranges comme les Albanais et les Géorgiens. Outre ces deux pays, la majeure partie des demandeurs viennent d’Afghanistan (refusés en Allemagne), Guinée, Côte d’Ivoire, Haïti, Nigeria, Mali, République Démocratique du Congo et Bangladesh. 50 % de pays d’Afrique noire. Face à cela, le ministère de l’Intérieur prétend se féliciter d’une hausse des expulsions de… 50 % depuis l’élection de Macron. En réalité, ce sont environ 18 000 expulsés sur les 100 000, au moins, obligations de quitter le territoire français (OQTF) décrétées. La loi est respectée dans à peine 20 % des cas. Même avec ces documents présentés de la façon la plus favorable imaginable pour le gouvernement, les chiffres ne font pas illusion : la France connaît une nouvelle vague d’immigration massive en provenance d’Afrique noire.

Paul Vermeulen

Article paru dans Présent daté du 23 janvier 2020