Une nouvelle carte d’identité qui n’est plus nationale mais qui est biométrique

carte d’identité

Lundi 2 août 2021, la nouvelle carte d’identité nationale, comportant des données biométriques stockées dans une puce électronique, est entrée en vigueur dans toute la France. A en croire le gouvernement et le ministère de l’Intérieur, elle serait à la fois plus sécurisée, plus pratique et plus moderne. Marlène Schiappa s’est d’ailleurs fendue d’un tweet à ce propos : « Aujourd’hui 2 août, la nouvelle carte d’identité peut être demandée partout en France ! Plus sécurisée et d’un format plus pratique, 500 000 exemplaires ont déjà été produits depuis le 15 mars. Et pour votre vieille carte, elle est toujours valide jusqu’à péremption. »

La nouvelle carte d’identité nationale a la taille d’une carte bancaire et remplace la carte d’identité à laquelle nous sommes pour l’heure encore habitués, une carte datant de 1995. Cette nouvelle carte est le point d’orgue d’une harmonisation européenne : chaque Etat membre est, selon le ministère de l’Intérieur, « obligé de mettre en circulation un nouveau format de carte d’identité ». L’objectif ? Empêcher la fraude à l’identité, un crime perpétré environ 45 000 fois en 2019, à en croire le ministère de l’Intérieur.

Quelles différences ?

La carte d’identité en question n’est pas nouvelle uniquement parce qu’elle remplace l’ancienne. Elle l’est aussi parce qu’elle présente des éléments inhabituels. D’abord, la nouvelle carte d’identité n’a plus de national que le mot. Bien sûr, elle comporte le drapeau tricolore mais il est dessiné en forme de symbole de la République : ce n’est donc pas de la France qu’il s’agit mais de la République française. Par ailleurs, et à égalité de traitement, la nouvelle carte d’identité comporte le drapeau de l’Union européenne, avec les lettres FR au centre des étoiles, un peu comme pour une plaque d’immatriculation automobile. Un dernier élément montre une volonté de nier la nation au profit d’une conception européiste et mondialiste : tout est traduit… en anglais. Tous les mots, comme nom, prénoms, nationalité, date de naissance, lieu de naissance, nom d’usage, taille, date d’expiration…, tous ces mots sont traduits en anglais. La nouvelle carte d’identité n’a ainsi de national que le mot, elle est de fait un document interne à l’Union européenne. Il est d’ailleurs amusant, Brexit oblige, de constater que cela demande de passer par des traductions en langue anglaise. Parmi les nouveautés aussi : chacun peut indiquer deux adresses sur sa carte. C’est avant tout destiné aux enfants en garde alternée chez leurs parents séparés ou divorcés.

Cependant, la vraie nouveauté de cette carte d’identité réside dans la biométrie, à l’instar d’un passeport. La carte contient un Datamatrix, semblable à un code-barres ou à un QR code. Ce Datamatrix a pour objectif de permettre de vérifier que le document d’identité est authentique et valable. Ce n’est pas le seul outil biométrique. La carte comporte une puce électronique qui stockera les données du propriétaire de la carte, en particulier ses empreintes digitales. Tout cela se ferait, évidemment, selon l’exécutif, dans le plus grand respect de notre vie privée… Qui ne voit que c’est un pas de plus vers la numérisation et le contrôle de nos existences ?

Paul Vermeulen

Article paru dans Présent daté du 3 août 2021

Élections régionales – Front républicain ? Même pas mort !

Front républicain

Il y aura bien sûr de nombreux enseignements à tirer des scrutins départementaux et régionaux des 20 et 27 juin 2021. Il y a amplement matière à réfléchir. Au sujet de la démocratie, en premier lieu. Que signifie un scrutin auquel participent moins de 35 % des inscrits ? Comment les élus le sont-ils ? Leur élection est-elle légitime ? Qui représentent-ils, sinon une minorité, de plus en plus ténue, dont la spécificité est de posséder, qu’ils soient de droite ou de gauche, les grands traits d’une idéologie en commun : le mode de vie et de pensée libéral-libertaire, une manière d’être au monde qui sévit principalement dans les métropoles. C’est un des enseignements de ces scrutins, en particulier des résultats des régionales.

Ainsi, le front républicain que l’on disait parfois mort et enterré n’est pas mort, le second tour des régionales et des municipales est venu le rappeler. De même qu’est rappelée la persistance du clivage droite-gauche qu’on croyait lui aussi enterré, du moins à l’échelle d’élections où chacun a essayé de donner des repères à ses électeurs. Une nécessité. LREM paie autant l’absence de repères clairs que son déficit d’implantation. La gauche, la droite et le front républicain, cela existe toujours. A droite, il y a ce que le Système appelle l’« extrême droite », essentiellement le Rassemblement national. Il y a aussi de fausses droites, telles que Les Républicains, dont l’immense majorité des élus et des responsables pensent à gauche, ayant entièrement intégré l’idéologie du progrès et les modes de pensée libéraux libertaires. C’est pour cela que des candidats LR, LREM, PS, EELV et même parfois LFI peuvent se retrouver à l’occasion d’un scrutin et appeler « solidairement » à battre l’« extrême droite », autrement dit le Rassemblement national.

Globalement, cela ne consiste plus en une fusion des listes. C’est plus sournois. Le front républicain passe soit par le retrait de listes, comme avec la liste PS en PACA, soit par un maintien ayant comme but de « battre le RN ». L’existence et même l’ancrage de ce front républicain, réflexe pavlovien de nombre d’électeurs, du moins parmi ceux qui n’ont pas encore compris que ces élections sont une farce, furent évidents en PACA. Dans cette région, la liste conduite par Renaud Muselier, destinée à « vaincre le RN », obtient 25 points de plus au deuxième tour.

C’est d’un état d’esprit qu’il s’agit, un état d’esprit du type « Mieux vaut n’importe quel libéral libertaire d’entre nous que le RN ! ». Cet état d’esprit s’est retrouvé dimanche dans les Pays de la Loire, dans le Grand Est, en Bourgogne-Franche-Comté, en Normandie, en Bretagne, en Nouvelle-Aquitaine, en Occitanie et dans les Hauts-de-France. Les principaux hommes politiques pourront dire ce qu’ils veulent, c’est ce « théâtre » – le mot est de Jospin – de la mise en scène anti-RN qui explique l’extraordinaire désaveu que les Français ont infligé à la classe politique et à cette « démocratie ». Les Français ne veulent plus être les dindons de la farce du front républicain, alors ils restent chez eux. Ils ont mieux à faire que de participer à des élections qui n’ont de libres que le nom.

Paul Vermeulen

Article paru dans Présent daté du 28 juin 2021

Le Danemark, avant-poste du refus des migrations massives ?, par Paul Vermeulen

Danemark immigration

L’époque où la Scandinavie, en particulier la Suède et le Danemark, appliquant le credo social-démocrate du « vivre ensemble » et des « bienfaits » du multiculturalisme, ouvrait ses portes en grand aux migrants, qualifiés de « réfugiés », serait-elle révolue ? Depuis trois ans, le Danemark a mis un tour de vis à sa politique migratoire. Ce pays l’accentue même, soucieux de survie identitaire et de lutte contre la criminalité et la délinquance. Les Danois regardent la réalité en face : les migrations massives sont la source du développement de la violence.

Le Parlement du Danemark a donc adopté jeudi 3 juin 2021 une loi qui l’autorise à transférer ses demandeurs d’asile en dehors de l’Union européenne dès qu’ils arrivent sur le territoire danois. Cela choque les médias publics français, RFI par exemple, qui annonçait cette décision ainsi : « Délocaliser les demandes d’asile, ce dont rêvent toutes les extrêmes droites européennes, le gouvernement de la sociale-démocrate Mette Frederiksen l’a fait. »

Que dit la loi ?

Que prévoit la loi ? Tout candidat à l’asile arrivant au Danemark sera aussitôt mis dans un avion en direction du Rwanda, de l’Erythrée ou d’autres pays ayant accepté de traiter sa demande d’asile. Le Danemark paiera les frais. L’idée n’est pas neuve et, contrairement à ce que paraît penser RFI, elle a été envisagée ailleurs. Macron avait évoqué cette possibilité durant sa campagne présidentielle. Reste que le Danemark est le premier pays de l’UE à mettre en œuvre un embryon de remigration. Une bonne nouvelle pour les populations européennes, en particulier pour les jeunes femmes, plus souvent victimes qu’à leur tour de l’hystérie migratoire. Si la demande d’asile est prise en compte, le migrant peut éventuellement entrer au Danemark, sans certitude. Si la demande est rejetée, ce sera au pays coopérant avec le Danemark de renvoyer le migrant chez lui. Un premier pas en avant vers « l’Afrique aux Africains », ce qui fut d’ailleurs longtemps la revendication des Africains eux-mêmes, une revendication à laquelle il paraît sage d’accéder. Un pas en avant sans doute symbolique, le Danemark ayant eu seulement 1 500 demandes d’asile en 2020, mais une loi qui ouvre peut-être enfin la boîte de Pandore dans le bon sens.

Les danois sont ainsi les premiers Européens à réagir face à l’immigration massive. Le Danemark, et en particulier Copenhague, connaît une flambée des violences imputables à des immigrés depuis bientôt dix ans, avec une recrudescence depuis cinq ans. Il n’est pas rare de voir débouler des musulmans et/ou Africains sur des vespas et tirer sur tout ce qui bouge. Au cœur de Copenhague. Le fruit de guerres entre bandes ethniques. Certains quartiers sont à 90 % étrangers.

C’est ce qui avait déjà conduit le Danemark, en 2018, à baisser les allocations pour les migrants, à doubler les peines de prison, à extraire les criminels des cités et à rendre obligatoire la crèche pour les enfants de migrants. Des mesures de bon sens, des mesures de survie identitaire. Prises par un gouvernement social-démocrate. Reste à mener une grande politique européenne de remigration : le grand remplacement n’est pas une fatalité.

Paul Vermeulen

Article paru dans Présent daté du 4 juin 2021

Benzema – Tu n’aimes pas la France ? Tu joues en bleu quand même !

Karim Benzema

Il est de retour ! La nouvelle a été confirmée par Didier Deschamps, sélectionneur de l’équipe de France, mardi 18 mai 2021 lors du JT de TF1 : Karim Benzema va de nouveau porter le maillot tricolore et sans doute jouer le championnat d’Europe des Nations, « l’Euro » 2021 (11 juin – 11 juillet). Benzema, l’équipe de France et Didier Deschamps, une véritable saga, digne d’une série télévisée aux yeux des passionnés de football, ridicule pour ceux qui se fichent du ballon rond.

Pourquoi tant de bruit à propos d’un joueur de football ? Alors titulaire indiscutable en équipe nationale, Benzema en a été exclu il y a un peu plus de cinq ans par Didier Deschamps, à la suite de l’affaire dite de la « sextape ». Une histoire de petites frappes de bacs à sable de cité des « quartiers ». Des individus, dont un proche de Benzema, faisaient chanter Mathieu Valbuena, autre footballeur de la sélection nationale, car ils avaient en leur possession une vidéo à caractère sexuel – de Valbuena et de sa petite amie. Qu’une telle vidéo soit filmée, diffusée et se retrouve entre des mains peu amicales donne en soi une idée du niveau de caniveau qui règne dans le milieu du football où des post-adolescents irresponsables dans tous les domaines accèdent au statut d’idoles mondiales (et financièrement mondialisées). L’affaire ayant fait du bruit et donnant une image catastrophique, Deschamps a mis les deux hommes à la porte. Depuis cinq ans, la question Benzema est cependant demeurée à l’ordre du jour. Le joueur de 33 ans a fait une carrière talentueuse dans l’un des cinq plus grands clubs du monde, le Real Madrid, et est un serial buteur en pleine forme, peut-être au sommet de son « art ». Le genre de joueur dont aucune équipe ne peut théoriquement faire abstraction. D’autant qu’il est devenu un véritable numéro 9, buteur et remiseur, qui, associé avec Mbappé et Griezmann, pourrait faire des étincelles. Il pourrait bien ne pas être de trop, la France jouant dans un groupe très relevé, avec le Portugal, l’Allemagne et la Hongrie.

Pourquoi évoquer une information « sportive » de cette nature ? « L’affaire » ne concerne pas seulement la sextape. Bien sûr, Benzema a été exclu pour cela. Mais le procès de cette affaire n’aura lieu qu’à l’automne. Pourquoi n’a-t-il pas joué depuis 5 ans, du fait de cette affaire, s’il peut maintenant jouer… malgré cette même affaire encore non réglée juridiquement ? Incompréhensible. Plus encore : en juin 2016, Benzema s’en était pris au sélectionneur, affirmant qu’il avait « cédé à la partie raciste de la France ». Les propos de Benzema laissaient entendre qu’il ne se sentait pas français. La France, il en veut bien pour profiter des opportunités de gloriole sportive mais pas pour le reste. Un sacré exemple pour la jeunesse d’un pays dont les instances sportives ne cessent de répéter que le sport doit être exemplaire. Des mots.

La réintégration de Benzema est un message détestable lancé aux « jeunes » des « quartiers » : vous ne vous sentez pas français ? Pas grave, les gars, venez, les petits fours c’est par là. Et c’est la Maison France qui offre.

Paul Vermeulen

Article paru dans Présent daté du 19 mai 2021

Censure : Facebook n’en fait pas assez… selon Facebook

Selon son propre conseil de surveillance, qui s’occupe des cas de modération sensibles, Facebook aurait dû réagir plus rapidement contre Donald Trump. Les faits ? Mercredi 5 mai 2021, ce peu indépendant « conseil de surveillance », créé par Facebook pour un coût estimé à 130 millions de dollars, a confirmé la suspension de l’ancien président des Etats-Unis pour avoir « légitimé et encouragé la violence », et propagé de la « désinformation ». Cette confirmation est cependant provisoire : le conseil demande que la décision soit réétudiée dans six mois. Outre que cette interdiction de la liberté d’expression imposée à Trump est prise en dehors de toute décision de justice, loin des tribunaux, le sens du mot « désinformation » fonctionne à sens unique. Serait désinformation toute information allant à l’encontre de la doxa idéologique dominante, une doxa qui, contre Trump, était propagée par 99 % des médias américains.

Mark Zuckerberg, patron et fondateur de Facebook, est-il renvoyé dans les cordes de son propre ring ? Pas vraiment. Le conseil lui demande d’examiner la part de responsabilité du réseau social dans la diffusion de la « désinformation » mais indique que suspendre Trump était « la bonne décision », « nécessaire pour préserver la sécurité publique » suite aux « émeutes » du Capitole du 6 janvier 2021. Le monde libéral-libertaire aime jouer à être menacé de putsch.

Le rapport du conseil soulève un autre problème que celui de la justice rendue hors tribunaux. Il interroge le pouvoir des GAFAM : les réseaux sociaux qui ont interdit Trump de parole, Facebook, Instagram et Twitter, ont interdit d’expression une personne qui était toujours le président des Etats-Unis jusqu’à la date de la passation de pouvoir. Dans le même temps, un de ses discours était censuré sur CNN. Il est donc possible, pour ces entreprises, de censurer le président des Etats-Unis. Voilà qui en dit long sur les véritables lieux du pouvoir politique contemporain.

Pourquoi le conseil de surveillance complique-t-il la donne ? La charte de Facebook ne comporte pas la possibilité de suspendre indéfiniment une personne. Suspendre Trump de cette façon enfreint donc les règles de Facebook. Le même conseil de surveillance affirme dans son rapport que Facebook ne doit pas hésiter à fermer les comptes des « influenceurs » si besoin, y compris des chefs d’Etat. Au moins, les choses sont claires : la censure est de fait officialisée.

Trump a vite réagi en déclarant : « Ce que Facebook, Twitter et Google ont fait est une honte absolue. On a retiré la liberté d’expression au président des Etats-Unis parce que des fous de la gauche radicale ont peur de la vérité mais la vérité sortira de toute façon, plus grande et plus forte que jamais. » Trump est par ailleurs toujours interdit de Twitter. Ironie ? Ses tweets dévastateurs sont de ceux qui ont été les plus diffusés de l’histoire de Twitter. Ils sont donc de fait, aussi, de ceux qui ont le plus enrichi les propriétaires de cette entreprise. Il en va de même pour Facebook. Les GAFAM aiment le beurre et l’argent du beurre.

Paul Vermeulen

Article paru dans Présent daté du 7 mai 2021

Un pass décisif… vers la dictature sanitaire ?

pass sanitaire

Dès la fin du mois de février 2021, le président de la République demandait à ses ministres d’imaginer des modes de fonctionnement, des « outils » dans le jargon des « élites » mondialisées, qui permettraient de vivre avec le virus. L’un de ces outils est l’application TousAntiCovid qui remplace, semble-t-il avec un peu plus de succès, une première application qui fut un fiasco. Macron demandait déjà à ses troupes de réfléchir à un « passeport vaccinal » qui servirait de sésame pour voyager, se rendre dans des lieux culturels, des salles de sport, au restaurant ou simplement au bistrot du coin. Dans une société où la communication et le bavardage ont remplacé la pensée et l’esprit critique, l’expression « passeport vaccinal » a vite fait long feu car jugée négative : « passeport » et « vaccinal », cela laissait entendre que les citoyens seraient obligés d’être vaccinés pour retrouver droits et libertés perdus.

C’est pourquoi Emmanuel Macron déclarait jeudi 29 avril 2021, dans un entretien accordé à la presse régionale : « Ce pass, qui sera papier ou numérique, via l’application TousAntiCovid, permettra de montrer qu’on est vacciné ou testé négatif dans les deux jours qui précèdent. C’est juste et ça ne fracturera pas le pays. Ce sera un outil supplémentaire pour assurer la protection des Français. » Il s’agit là d’un marqueur concret de l’idéologie au pouvoir. Pourquoi ? Le mot « pass » a une valeur positive, passer enfin les portes que les Français aspirent tant à franchir de nouveau. Un pass, donc, mais un « pass sanitaire ». Là aussi, le sens a vocation à être positif : l’on prend soin de notre santé. L’idéologie au pouvoir joue ainsi sur les éléments de langage, juste pour l’image.

Cela présente un risque totalitaire, la prise en charge des consciences démarrant toujours par celle du langage. Ici, l’exécutif veut faire passer une restriction supplémentaire des libertés – la nécessité de posséder un document spécifique pour faire des choses aussi simples qu’aller dans les stades, salons ou foires – pour un nouveau droit. Pour le moment, pas besoin du pass pour aller au ciné ou au resto. Pour le moment. Le pouvoir répète aussi que « chacun demeurera libre » de se faire vacciner ou non. En réalité, chacun pourra choisir de ne pas être vacciné à condition d’abandonner une partie de ses droits, comme celui d’aller et venir librement. Et ce choix sera contrôlable autant que fiché. Sans doute ce pass deviendra-t-il peu à peu obligatoire sur téléphone, ce qui pousse à s’interroger au sujet des personnes qui développent les applications avec l’argent public.

Qui ne voit que la mise en marche d’une idéologie totalitaire des rapports sociaux conduit toujours, si elle n’est pas stoppée à temps, à une forme de dictature ? Une dictature sanitaire, au nom du prétendu « bien ». Et que ce pass se mette en place à l’échelle de l’Union européenne sous forme de « certificat », contenant les certificats de test négatif, de rétablissement du patient, et celui de vaccination, n’est pas fait pour rassurer, tout au contraire. La boîte de Pandore vers le contrôle des données de nos existences ne cesse de s’ouvrir. Heureusement, l’opposition à ce « pass sanitaire » monte sur les réseaux sociaux, autour de hashtags comme #NonAuPassDeLaHonte. Une opposition populaire. En revanche, où sont passées les bonnes consciences dites intellectuelles ?

Paul Vermeulen

Article paru dans Présent daté du 4 mai 2021

Covid et réouvertures – Macron fait dans le flou

covid commerces

Le nombre de malades du Covid-19 hospitalisés en réanimation lundi 26 avril 2021 en France est repassé au-dessus de la barre des 6 000 patients, selon les pouvoirs publics. Cette barre des 6 000 patients est élevée, de leur point de vue, puisque lors du pic de l’épidémie en avril 2020, il y avait un peu plus de 7 000 malades accueillis en réanimation. La situation ne semble donc guère s’améliorer. Toutes ces personnes sont hospitalisées dans des services dits de « soins critiques ».

Le franchissement de cette barre symbolique n’a pas empêché Emmanuel Macron de se montrer optimiste lundi. Le chef de l’Etat visitait une école à Melun (Seine-et-Marne), en compagnie du ministre de l’Education Nationale Jean-Michel Blanquer. Ce dernier en a profité pour minimiser les dysfonctionnements de l’école numérique, supposant que les familles ayant rencontré des difficultés de connexion le devaient à des soucis de « cache » dans leur navigateur ou bien au fait de confondre site commercial et site pédagogique du CNED. Pas de hackers russes ou chinois cette fois.

Emmanuel Macron, répondant à une fillette, dans une mise en scène rappelant les films de propagande d’autrefois, a donné des indications peu précises sur le possible assouplissement des mesures de restriction des libertés liées à la crise sanitaire.

Des annonces de réouvertures par exemple, mais partielles et sur le long terme, en particulier pour les terrasses des bars, les restaurants, certains commerces, les cinémas et les lieux de culture. Derrière l’optimisme apparent, les mots du président de la République sont surtout très imprécis : le gouvernement va « essayer de rouvrir les établissements culturels dès la première phase, avec des jauges plus réduites ». L’emploi du verbe « essayer » a été remarqué. Macron a aussi précisé que ces réouvertures dépendaient des taux d’incidence départementaux et locaux. Ce ne serait donc pas partout au même moment. Il a de surcroît expliqué que le couvre-feu pourrait débuter plus tard. Il s’agirait là aussi d’« essayer de le décaler un peu, car 19 heures, c’est trop tôt ». L’explication est à n’en pas douter digne du chef de l’Etat d’un pays tel que la France : « 19 heures, c’est trop tôt ».

Pour les restaurants, secteur où la grogne ne cesse de monter, le chef de l’exécutif s’est montré tout aussi évasif : il a évoqué une « possible réouverture dans les prochaines semaines » dans les zones les moins touchées. Il n’a en revanche pas parlé des centres commerciaux. Un flou qui pourrait être dissipé « dans les prochains jours », le président voulant donner « une vision jusqu’à début juillet ». Il a cependant, peut-être incidemment, fourni une vraie indication : nous devrons vivre avec le virus « pendant plusieurs semaines ou plusieurs mois ». Un optimisme de façade en somme. Le MEDEF l’a d’ailleurs bien compris, déclarant de son côté, par la voix de son président, que « tout est préférable » à la fermeture. Il espérait néanmoins bien plus. Gabriel Attal déclarait qu’il ne fallait pas croire en un « grand soir économique », le MEDEF aurait aimé un « petit matin ». Avec un petit crème, cela va sans dire.

Paul Vermeulen

Article paru dans Présent daté du 27 avril 2021

Bernard Madoff est encore parti sans finir de payer

Bernard Madoff

L’escroc américain Bernard Madoff, né en 1938 à New York, ancien président du NASDAQ, figure de Wall Street, arnaqueur des riches, des banques et des fonds d’investissement, condamné à 150 ans de prison pour une des pires fraudes financières de l’Histoire, de l’ordre de plusieurs dizaines de milliards de dollars, peut-être même la pire étant donné le contexte de crise financière et économique en 2008, est mort derrière les barreaux du pénitencier de Butner en Caroline du Nord. Il avait 82 ans. Ses grands-parents étaient des immigrés juifs polonais, roumains et autrichiens.

Après 2008, Madoff était devenu le symbole de la crise financière. Pendant 20 ans, le financier « gérait » l’argent d’investisseurs, en particulier de la « jet society » démocrate. En réalité, cet argent était déposé sur un compte et lorsque ses créanciers réclamaient des dividendes, il leur redonnait une petite partie de leur argent, de faux dividendes en somme. Jouant de l’argent des uns et des autres, Madoff est ainsi parvenu à tromper son monde durant deux décennies. Madoff piochait dans le portefeuille des uns pour payer les dividendes des autres et réciproquement. Les marchés financiers avaient d’autant plus confiance en lui qu’au début du XXIe siècle, ils explosaient, sans que l’on s’aperçoive qu’il s’agissait d’une bulle. Madoff était considéré comme l’un des meilleurs financiers de la planète. Sa réputation lui apportant sans cesse de nouveaux dindons, dont l’argent servait à payer les faux dividendes des suivants et cetera.

Ce système d’escroquerie, dit de Ponzi, évalué à plus de 62 milliards de dollars, s’est écroulé du fait de la crise financière de 2008, quand nombre d’investisseurs ont voulu retirer leurs fonds des coffres d’un Madoff qui n’était pas en capacité de les rembourser, l’argent n’existant plus. Le pot aux roses est alors apparu aux yeux éberlués de la mondialisation financière, révélant à tout un chacun combien ce système, au-delà d’individus tels que Madoff, n’est que faux-semblants et escroqueries par essence. L’affaire avait été révélée par les deux fils de Bernard Madoff, décédés depuis, l’un étant mort d’un cancer, l’autre s’étant suicidé.

Bernard Madoff, comme tout escroc de cette envergure, n’a jamais manqué de culot. Ce fut le cas jusqu’à la fin de sa vie. En effet, il a demandé, en février 2020, a être libéré par « compassion », arguant d’une maladie des reins, affirmant être mourant. Le pénitencier où il purgeait sa peine est d’ailleurs une prison fédérale médicalisée. Ses arguments ? Madoff les a exprimés auprès du Washington Post. Il fallait oser : « Je suis mortellement malade. Il n’y a pas de guérison pour ce genre de maladie. J’ai déjà purgé 11 ans et franchement, j’en ai souffert ». Dur de ne plus être un privilégié. Les victimes de la crise de 2008, par centaines de milliers, les habitants de Détroit par exemple, ville passée de plus de 2 millions à 700 000 habitants en 30 ans, avec une accélération de son dépérissement à partir de 2008, apprécieront. Au fait, qui a payé les pots cassés de la crise de 2008 en général ? Les peuples. Vous, moi.

Paul Vermeulen

Article paru dans Présent daté du 15 avril 2021

Vacciner n’est pas libérer ?

vaccination

L’expression « tricher n’est pas jouer » s’entendait beaucoup autrefois dans les cours de récréation. Au sujet de la pandémie, le gouvernement triche souvent avec la vérité, les chiffres, la communication, changeant les règles d’un jeu qui, de toutes les façons, n’est pas clair tant les règles en sont incompréhensibles. « Tricher n’est pas jouer » ? « Vacciner, n’est pas libérer » non plus, semble-t-il.

Saisi par un octogénaire vivant dans l’un des premiers départements concernés par les mesures de restriction maintenant étendues à tout le pays, le Conseil d’Etat a débouté sa demande. Que voulait-il ? Etre libre de se déplacer car il a reçu ses deux doses de vaccin. Problème réglé ? Non. Malgré les multiples affirmations des divers membres du gouvernement, être vacciné contre le coronavirus ne permet pas de se déplacer en France. Dans son ordonnance rendue le vendredi 2 avril, la plus haute juridiction administrative française indique que « les personnes vaccinées peuvent demeurer porteuses du virus et ainsi contribuer à la diffusion de l’épidémie ». La même ordonnance précise que le vaccin contre le Covid-19 « n’élimine pas complètement » le risque de contamination et que cette « atteinte à la liberté individuelle […] ne peut en l’état, au regard des objectifs poursuivis, être regardée comme disproportionnée en tant qu’elle s’applique aux personnes vaccinées ». Olivier Véran a confirmé le rejet de la requête. Etre vacciné ne rend donc pas plus libre.

La France est ainsi devenue le territoire d’Ubu roi. Les personnes vaccinées sont considérées comme ne l’étant pas puisque, à l’opposé de ce que répètent les mantras gouvernementaux, elles ne bénéficient pas d’une amélioration de leur situation quotidienne personnelle. Il n’y aurait pas encore assez de vaccinés, malgré la campagne de propagande d’un exécutif qui affirme le contraire tous les jours. Beaucoup pensaient que, une fois vaccinés, une fois franchi le cap de la peur de vaccins dont on ignore beaucoup sinon que les effets secondaires sont nombreux et dangereux, ils pourraient se déplacer librement sous réserve de bien appliquer les gestes barrières. Que nenni ! Vaccinés mais (faussement) confinés, comme tout le monde ! Une question vient évidemment à l’esprit : si cela ne permet pas la liberté de déplacement, autrement dit si cela ne protège ni ceux qui sont vaccinés ni les autres, à quoi bon aller se faire vacciner ? Une autre question : pourquoi annoncer une vaccination prochaine des enseignants s’ils ne peuvent pas aller enseigner ? Un nouveau mensonge pourrait bien se profiler : le vaccin ne conduira pas forcément à la sortie de la crise sanitaire.

Ce que le gouvernement confirme par défaut, selon l’avocat de l’octogénaire, en motivant son refus par le fait que les vaccins « ne fonctionnent pas à 100 % » et qu’il y a « une incertitude sur ces vaccins ». Ce sont les mots de deux mémoires communiqués par le ministère de la Santé. La vaccination à grande échelle démarrerait-elle avec des vaccins qui ne fonctionnent pas vraiment ?

Paul Vermeulen

Article paru dans Présent daté du 6 avril 2021

Sciences Po Strasbourg – « Samuel Paty » rayé des listes, par Paul Vermeulen

Samuel Paty

Le vendredi 12 mars 2021, les étudiants de Sciences Po Strasbourg étaient appelés à venir voter pour choisir le nom de leur parrain de promotion, un usage courant pour nombre d’écoles d’enseignement supérieur. Ce choix, dans le cas de cet IEP, concerne les quatre années à venir. Les étudiants de 1re année ont placé Samuel Paty parmi les qualifiés pour le tour suivant. Un choix qui ne surprend pas mais qui doit être salué. Sciences Po n’étant guère encline à développer un vivier d’opposants à l’idéologie au pouvoir, il n’est pas anormal que les étudiants, pour beaucoup futurs cadres des différents pouvoirs du système, médiatique, politique, éducatif ou culturel, suivent ce que ces pouvoirs ont fait mine de vouloir faire : rendre hommage à Samuel Paty.

Le choisir est néanmoins un geste fort : Samuel Paty est ce professeur d’histoire-géographie qui a été assassiné et décapité par un musulman islamiste terroriste tchétchène le 16 octobre 2020 à Conflans-Sainte-Honorine, dans les Yvelines. Le terroriste, Abdoullakh Anzorov, l’a tué à proximité du collège où il enseignait, à la veille des vacances de la Toussaint. Un meurtre qui a provoqué une vive indignation. A la rentrée, l’exécutif avait mimé un vague hommage, vite transformé en une pantalonnade.

Reste que le professeur sauvagement assassiné par un musulman âgé de 18 ans, ayant bénéficié du statut de réfugié accordé à ses parents avant sa majorité, est devenu un symbole fort de la liberté d’expression, en particulier au sein de la jeunesse étudiante, du moins de ses pans non encore pollués par les théories indigénistes et racistes de gauche radicale. Des étudiants qui, du fait de leur jeune âge, ont encore en mémoire leurs professeurs de collège et de lycée, le relationnel, la proximité humaine parfois.

Or, le nom de Samuel Paty, bien qu’élu par les étudiants de 1re année, a été retiré de la liste des candidats du 2e tour sur décision de la direction de l’école.

L’affaire a été révélée par la section strasbourgeoise de l’Union nationale inter-universitaire (UNI), syndicat étudiant de droite, les autres étant demeurés bien silencieux. Dans son communiqué, l’UNI parle de « la colère au sein de la promotion » et indique que ce retrait montre « la manière dont l’idéologie et les militants d’extrême gauche font la loi et n’hésitent plus à fouler du pied la mémoire d’un martyr de la liberté ». De manière symbolique et pacifiste, les militants locaux de l’UNI ont rebaptisé le principal amphithéâtre de Sciences Po Strasbourg du nom de Samuel Paty.

Ce retrait, s’agit-il d’une bourde, de censure ou de peur ? Un peu de tout cela sans doute. La direction préfère peut-être éviter ce qu’elle estimerait être une provocation vis-à-vis des musulmans ? Officiellement, la direction a retenu cinq noms « dans un but de parité ». Ce sont cinq noms de femmes. Exit les hommes. Dont Samuel Paty. Ce qu’elle ne dit pas, c’est qu’elle a changé les règles du scrutin entre les deux tours. Que craint Sciences Po Strasbourg, sinon l’islam ? La promotion s’appelle finalement « Gisèle Halimi ».

Paul Vermeulen

Article paru dans Présent daté du 22 mars 2021

Face à l’ensauvagement de la société, l’exécutif fait de nouveau pschitt

ensauvagement racailles

Il y aurait eu 357 rixes entre « bandes de jeunes » en 2020, selon le ministère de l’Intérieur. Le 26 février 2021, à Bondy, en Seine-Saint-Denis, un adolescent de 15 ans a été abattu. Peu auparavant, deux adolescents de 14 ans étaient morts poignardés dans l’Essonne. Des faits divers parmi des centaines. Des « jeunes » de 13 ou 14 ans, dans le collège, la rue ou le « quartier », armés, hors de tout contrôle familial, issus de l’immigration, parlant souvent un sabir mélangeant mauvais arabe et français de pacotille, un regard de travers ou bien le souvenir d’un mot peu amène sur un réseau social et voilà la rixe qui commence. Elle n’a aucune raison d’être mais elle tue. On parle de « bandes de jeunes » pour éviter de parler de la réalité : ce sont des « bandes ethniques ».

Que préconise le gouvernement ? Réunis lundi 1er mars, Darmanin, Blanquer et Dupond-Moretti ont donné pour instruction aux préfets de « réactiver » le plan de lutte contre les bandes. Il avait donc été « désactivé » ? Le ministre de l’Intérieur veut que les préfets lui fournissent un « diagnostic » par département, pour cerner l’origine du phénomène, sa cartographie, l’historique des affrontements, l’âge des individus, le degré de diffusion des armes et les modes d’utilisation des réseaux sociaux. Il veut un plan de « repérage, d’accompagnement, d’information préventive et de sensibilisation ». Les mesures supposées concrètes ? Recourir à des groupes locaux de traitement de la délinquance, unissant la police, la mairie, les services éducatifs et de justice. Ils devront surveiller les réseaux sociaux, utilisés par les « jeunes » afin de se donner rendez-vous en vue de se battre. La sécurité aux abords des écoles, le suivi de l’absentéisme scolaire et la médiation des quartiers seraient « renforcés ». Des mots creux. Pire, Darmanin déclarait : « On a été surpris par ce qui s’est passé dans l’Essonne. » Ah bon ?

L’ensauvagement de la société est dénoncé de longue date par la droite authentique, les nationaux, les patriotes ou les souverainistes, ce que le pouvoir en place nomme l’« extrême droite ». La source réelle, concrète, délinquante, criminelle et meurtrière de cette violence est connue de chacun : c’est l’immigration et l’idéologie multiculturelle, associées au refus de toute forme d’autorité. Ce sont ces « jeunes » issus de l’immigration qui s’organisent en bandes, multipliant les rixes, blessés et morts. Ils fonctionnent par génération, les « 04 », « 02 », « 05 », selon les années de naissance, se connaissent depuis l’école, sont allés au collège ensemble, ont toujours fonctionné en hordes. Les collèges connaissent ces « jeunes » qui ne font rien sur un plan scolaire, terrorisent, dégradent, insultent, détruisent le système éducatif de l’intérieur. Ils sont ensauvagés de par leur culture d’origine. Là est le grand non-dit de notre époque au sujet de ces « jeunes », comme à propos de l’immigration. Darmanin ferait mieux de lire Présent, il aurait moins de mauvaises surprises.

Paul Vermeulen

Article paru dans Présent daté du 2 mars 2021

Manifestation du collectif Némésis contre l’islamisation, par Paul Vermeulen

collectif Némésis contre l’islamisation

Dimanche 31 janvier 2021, à 8 heures, les féministes identitaires du collectif Némésis étaient rassemblées place du Trocadéro, sur le parvis des Libertés. Elles sont venues protester contre l’islamisation de notre pays. Elles étaient une trentaine. Les vidéos circulant sur les réseaux sociaux les montrent volontairement et intégralement voilées. Glaçant. Le collectif féministe a de plus affiché cette banderole : « Les Françaises dans 50 ans ? ».

Elles ont donc pour l’occasion revêtue chacune le voile intégral, le niqab, et dénoncé le « World Hijab Day », inadmissible jour international de « solidarité » avec des musulmanes « victimes » d’une « oppression » en Europe. Un retournement du réel qui laisse pantois : il existe une journée mondiale de promotion du voile islamique et de défense des femmes voilées, femmes qui seraient discriminées dans les civilisations occidentales chrétiennes, mais pas de journée mondiale de défense des femmes musulmanes voilées par obligation, la majeure partie d’entre elles, malgré la fantasmagorie du féminisme libéral-libertaire contemporain, ne choisissant pas d’être ainsi dégradées.

Le voile est précisément ce à quoi l’Occident et le féminisme devraient s’opposer sans concession : le marqueur de l’oppression subie par les femmes ; regarder leur situation d’infériorité humaine dans les pays musulmans ou avoir à l’esprit le calvaire vécu par nombre de ces femmes dans l’Etat islamique devrait suffire. Sans compter leur mise sous tutelle familiale et sociale. Les libéraux libertaires aux prétentions « humanistes » mettent sous le tapis ce fameux patriarcat, plus guère en vigueur dans les familles françaises, mais dominant dans la communauté musulmane, communauté qui porte aussi en son sein, sujets tabous, les plus forts taux de violences familiales faites aux femmes comme de délinquance chez les « jeunes ». Joint par téléphone dimanche soir, un capitaine de police désireux de conserver l’anonymat nous expliquait la corrélation entre les différents phénomènes. Par exemple, les violences faites aux femmes musulmanes dans le contexte familial et l’obligation de porter le voile, tout comme l’interdit qui leur est fait par les hommes de se vêtir de certaines tenues, la jupe par exemple, ne proviennent pas seulement des pères de famille mais aussi des adolescents et jeunes adultes de sexe masculin. « Il est fréquent que les filles soient sous le contrôle de leurs frères, on le sait tous. On sait moins que les mères subissent le même genre de contraintes », confirmait le capitaine de police interrogé. Bien sûr, l’action du collectif Némésis sera officiellement blâmée par la police médiatique, culturelle et politique de la pensée.

La principale responsable de Némésis, Alice, a été interpellée par les forces de l’ordre. Pourtant, n’est-il pas évident que ces mêmes bien-pensants, théoriquement soucieux des libertés individuelles et des droits des femmes, devraient combattre le voile, et par conséquent l’islamisation de la société ?

Paul Vermeulen

Article paru dans Présent daté du 1er février 2021

Darmanin crie au loup – Génération Identitaire met le gouvernement au pied du mur, par Paul Vermeulen

dissolution GI

Mardi 26 janvier 2021, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, affirmait que Génération Identitaire « saperait le travail de la République ». Au point d’annoncer étudier sa possible dissolution. Signes des temps ? Les Français sont ulcérés par les politiques migratoires menées depuis cinquante ans tandis que la classe politico-médiatique s’effraie de constater que la défense des racines et de l’identité européenne et française demeure ancrée dans l’ADN des peuples.

Il aura suffi d’une petite semaine pour que ces questions – les migrations, les racines et l’identité – s’imposent dans le débat public grâce à Génération Identitaire. D’abord, la polémique déclenchée par les réactions face au passage de Thaïs d’Escufon, l’une des porte-paroles de Génération Identitaire, dans « Balance Ton Post », l’émission de Cyril Hanouna sur C8, jeudi 21 janvier. Le sujet ? Celui qui préoccupe Darmanin et l’idéologie dominante : « Faut-il obliger le gouvernement à dissoudre Génération Identitaire ? ».

Thaïs d’Escufon était invitée à la suite d’une nouvelle action d’envergure menée le 19 janvier, une mission de défense des abords du col du Portillon, près de Bagnères-de-Luchon dans les Pyrénées, lieu de passage des migrants, illégaux et donc par nature délinquants, ce qui n’empêchait pas France Info de répéter en boucle mardi soir 26 janvier qu’il s’agirait de « réfugiés » – ce qu’ils ne sont pas tant qu’aucune décision de droit n’est allée dans ce sens. Sous l’intitulé de Defend Europe, les militants ont voulu rappeler au gouvernement qu’il est de son devoir de protéger les frontières, en particulier contre les filières de migrants abritant des terroristes, ainsi que les attentats perpétrés en France l’ont démontré.

D’après le commandant en chef de la gendarmerie de Saint-Gaudens, « aucun trouble à l’ordre public » ni « opération de remise de migrants » n’a eu lieu. Mieux, il n’a vu que « des personnes avec des drapeaux qui sont restées un petit peu et sont reparties ». Contrairement aux véritables fauteurs de troubles, à l’image des milieux indigénistes que personne ne menace de dissolution, les militants de Génération Identitaire sont soucieux d’ordre. Le procureur de Saint-Gaudens est en désaccord : il ouvre une enquête pour « provocation à la haine raciale », en raison d’une banderole anti-immigration, ce qui reste pourtant du domaine de l’opinion. Pour les mêmes faits, en 2018, dans les Alpes, GI avait été innocentée en appel après avoir été condamnée en première instance. Il va être difficile de dissoudre un mouvement auquel la justice n’a rien d’illégal à reprocher. Une justice qui ne poursuit pas d’autres structures, écologistes notamment, pour des actions coups de poing bien plus violentes.

Ce qui gêne au fond ? Des propos comme ceux de Thaïs d’Escufon. « Il se trouve que pour l’avoir vécu moi-même, toute femme sait très bien que les personnes qui viennent l’embêter dans la rue, qui viennent l’insulter, ce sont des jeunes hommes d’origine africaine et maghrébine, ça… c’est un fait. » Une réalité qui dérange, en somme.

Paul Vermeulen

Article paru dans Présent daté du 27 janvier 2021

« Etat français », « héritage chrétien » – Haro sur Emmanuelle Ménard

Au grand dam d’une Assemblée nationale libérale-libertaire obsédée par la réécriture de l’Histoire, le député de la 6e circonscription de l’Hérault Emmanuelle Ménard, épouse du maire de Béziers Robert Ménard, a proposé un amendement ancré dans des faits historiques incontestables, provoquant un tollé en retour. La proposition de Madame Ménard, samedi 23 janvier 2021, dans le cadre des discussions portant sur le projet de loi contre le « séparatisme », vise à réécrire ainsi l’article 1er de la loi de 1905 : « L’Etat français, fort de son héritage chrétien, assure la liberté de culte et la liberté de conscience. »

La formule actuelle du premier article de la loi de 1905 est : « La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l’intérêt de l’ordre public. » Bien que la formulation proposée par Emmanuel Ménard comporte l’essentiel de la loi de 1905 – la liberté de culte et de conscience –, elle a provoqué des réactions épidermiques de la part de nombreux députés, dont Florent Boudié, rapporteur LREM du projet de loi contre le « séparatisme », selon qui Madame Ménard reconnaîtrait « ce que l’extrême droite est de tous temps : l’ennemi de la République ». L’opinion du rapporteur général LREM donne une idée du niveau de culture historique de ces milieux où l’on considère que le christianisme est l’ennemi de la République. Cette conception confine au négationnisme historique et à la christianophobie : ceux qui refusent l’héritage chrétien de l’Etat français sont de toute évidence des faussaires de l’Histoire.

L’on peut s’étonner que les mêmes vierges effarouchées par la proposition de l’élue de la République Emmanuelle Ménard ne s’offusquent pas de la présence du mot « ordre » dans l’actuel article 1er de la loi de 1905. Après tout, l’ordre, cela doit bien, d’une façon ou d’une autre, dans leurs esprits, référer aux fameuses « heures sombres de notre histoire ». L’inénarrable député de LFI, Alexis Corbière, considérait quant à lui qu’Emmanuelle Ménard nierait le principe de laïcité.

Pire, le ministre de l’Intérieur Darmanin a osé affirmer que l’expression « Etat français » serait « connotée », en référence au Maréchal Pétain. Etrange affirmation, l’expression « Etat français » étant d’usage courant en France.

Certains députés, y compris au sein du Modem, ont cependant l’intelligence de reconnaître l’héritage chrétien de la France en tant que fait historique. Madame Ménard reste droite dans ses bottes en précisant que « ce n’est pas la République, simple régime politique, qui garantit la liberté de conscience, mais bien l’Etat français à travers tous les régimes politiques assumés ». Elle estime également que « l’Eglise catholique ne peut être traitée tout à fait de la même manière que d’autres cultes arrivés plus récemment ». On ne saurait mieux dire.

Paul Vermeulen

Article paru dans Présent daté du 25 janvier 2021

Les doutes se multiplient au sujet des vaccins à ARN messager

vaccins à ARN messager

Mercredi 6 janvier 2021, peu après l’approbation par l’Agence européenne des médicaments du vaccin développé par le laboratoire américain Moderna, la Commission européenne donnait le feu vert pour sa mise sur le marché. Auparavant, depuis le 21 décembre 2020, seul le vaccin de Pfizer-BioNTech avait été autorisé par l’agence européenne. Les pays de l’Union européenne vont donc disposer de deux vaccins utilisant la technologie dite de l’ARN messager, ou acide ribonucléique messager. Officiellement considérée et louée comme ultra-innovante, cette technologie rompt avec les vaccins classiques. C’est une des raisons pour lesquelles la méfiance se multiplie à l’égard de vaccins représentant un saut dans l’inconnu, d’autant qu’ils ont été fabriqués à une vitesse inédite. C’est un autre élément de doute. Tout se passe comme si une course contre la montre pour sauver l’humanité était lancée. Pourtant, le Covid-19 ne semble pas menacer d’éradiquer l’espèce humaine. Une telle Blitzkrieg du vaccin peut susciter des interrogations.

Outre la réticence naturelle des Français à se faire vacciner, chacun aimant connaître ce qui est injecté dans son corps, la technologie des vaccins à ARN messager inquiète en tant que telle. Pour les vaccins classiques, le virus est injecté dans l’organisme sous une forme atténuée ou inactivée. Dans le cas de l’ARN messager, le vaccin envoie un message, une sorte de recette, dans la cellule du patient. Puis le message est détruit. Les informations reçues permettent aux cellules vivantes de produire la protéine présente sur la surface du virus. Ainsi, l’organisme apprendrait à générer les réponses immunitaires de lui-même. Le souci étant que le message s’adresse à l’ADN présent dans le noyau de la cellule. Les inquiétudes viennent donc du fait que les vaccins à ARN messager sont des vaccins génétiques agissant sur notre matériel génétique. Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, l’organisme génétiquement modifié s’appelle l’être humain.

Les doutes seraient peut-être moins prégnants si les us et coutumes scientifiques avaient été respectés. Usuellement, les laboratoires de recherche communiquent leurs résultats à la communauté scientifique pour validation. Ce n’est qu’ensuite que ces résultats sont agréés ou non. Si l’ARN messager fait l’objet de recherches depuis plusieurs années, respectant les protocoles scientifiques, le fait que les contrats de commande de ces vaccins comportent des clauses indiquant que la communication à la communauté scientifique se fera après les vaccinations ne peut que semer le trouble et donner le sentiment d’un essai grandeur nature. D’autant que les effets indésirables dits bénins sont nombreux, qu’un infirmier californien a été testé positif une semaine après avoir été vacciné et qu’en matière de Covid les Français ont déjà entendu tout et son contraire depuis un an. Notons qu’une seule dose de ces vaccins coûterait 18 euros à la collectivité nationale, un prix non confirmé puisque l’UE ne souhaite pas donner de précision à ce sujet.

Paul Vermeulen

Article paru dans Présent daté du 7 janvier 2021

2020, année islamiste – 2020 annus horribilis, par Paul Vermeulen

samuel paty islamistes

L’assassinat du professeur Samuel Paty par le musulman islamiste tchétchène Abdoullakh Anzorov, perpétré le vendredi 16 octobre 2020 à proximité du collège où il travaillait, est venu rappeler combien la France est victime d’une véritable offensive islamiste. Cet attentat est un terrible symbole de cette offensive, comme le furent les attentats de Charlie Hebdo. Dans les deux cas, ce furent des attentats contre la liberté de conscience, une des principales valeurs des « démocraties libérales ». Dans les deux cas, comme pour tous les attentats, les revendications se font au nom de la lutte contre la « Chrétienté ». Pour les musulmans, nous sommes des mécréants, et encore des chrétiens.

Par ailleurs, le meurtre de Samuel Paty a été le fait d’un musulman ayant obtenu le statut de « réfugié » en 2020, à l’instar de toute sa famille, arrivé en France à l’âge de six ans, toujours pas intégré une douzaine d’années plus tard. Cet attentat traduit ainsi l’échec des politiques migratoires et des politiques dites d’intégration menées par les gouvernements s’étant succédé au pouvoir en France, comme par l’idéologie européiste, depuis maintenant quarante ans. Il montre aussi l’incapacité de l’école à remplir le rôle d’intégration qui lui est assigné : c’est impossible, tout simplement. La mort de Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie et d’éducation morale et civique, montre ce fait de façon criante, tout comme elle est un révélateur du poids incroyable des populations musulmanes dans les établissements scolaires, parents et élèves imposant leur mode de vie, de pensée et leurs pratiques religieuses. Et même la polygamie et l’excision dans de nombreux quartiers.

La digue a cédé devant l’islamisation

2020 aura ainsi été l’année ou même un exécutif d’idéologie libérale libertaire, mêlant des sociaux-démocrates de gauche et de droite libérale, sous la houlette d’un président caricatural en ce domaine, se retrouve contraint de tenter la mise en oeuvre d’une « loi contre les séparatismes », vite devenue « loi confortant les principes républicains » afin de ne pas choquer les musulmans tant l’islamisation est grande, comme dans ces rues où la langue de la République n’est plus le français.

L’offensive islamiste, dont l’assassinat de Samuel Paty aura été le terrifiant point d’orgue, bénéficie de multiples complicités d’élus, notamment de LFI et du PCF, mais pas seulement, déversant des subventions dont l’utilisation est douteuse, mais aussi de la bienveillance de tous les tenants de l’idéologie du Progrès. C’est ainsi que l’année 2020 se termine, à Lyon, par le soutien apporté par un membre de la « Jeune garde antifasciste » aux islamistes radicaux. Un marqueur d’islamisation parmi d’autres, dont le moindre n’est pas la prolifération des femmes voilées et des commerces islamistes. Le poids de l’islamisation est tel que lundi 28 décembre 2020, la Grande mosquée de Paris annonçait se retirer du processus de création du conseil national des imams. La raison ? Les organisations islamistes contrôlent ce processus.

Paul Vermeulen

Article paru dans Présent daté du 30 décembre 2020

Covid-19 : un dépistage massif Et approximatif

Covid-19 dépistage massif

Les opérations de dépistage massif de la Covid-19 commencent. Que peut-on en attendre ? Le ministre de la Santé le dit : il s’agit d’améliorer la stratégie « tester, alerter, protéger ». Ces dépistages se déroulent du lundi 14 décembre au samedi 19 décembre 2020 dans les métropoles du Havre et de Charleville-Mézières – puis à Roubaix et Saint-Etienne autour du 11 janvier 2021 –, avec la mise en place de sites éphémères, notamment dans les établissements scolaires et de grandes entreprises. Le choix des écoles étonne : le ministre de l’Education nationale ayant fortement insisté sur le fait que l’épidémie serait « maîtrisée » une fois franchies les portes des écoles. Les chiffres de Blanquer sont faux, la presse en a rendu compte. Par ailleurs, le chef du service infectiologie de la Pitié-Salpêtrière à Paris l’affirmait le 8 décembre sur France Inter : « Le fait que ça stagne s’explique par le fait qu’il y a toujours des contaminations en milieu scolaire, et après ça se transmet dans les familles. »

Dépistons, dépistons, il en restera quelque chose ? Pas sûr.

A propos des dépistages massifs, Olivier Véran a précisé que seraient ciblés en priorité les « publics vulnérables » et les « publics les plus exposés aux risques de clusters ». Pour les établissements scolaires, c’est donc à ne rien y comprendre. Le ministre de la Santé a aussi expliqué qu’il s’agira, si le test est positif, de « mettre en place un contact tracing [ce sont ses mots] immédiat et de garantir de bonnes conditions de mise à l’abri des patients positifs ».

Comme les tests ne sont pas obligatoires et que leur résultat ne vaut qu’à un instant précis, Véran a dû concéder que ces tests sont « un levier d’expérimentation de la stratégie ». Les quatre métropoles sont donc des métropoles cobayes. Pour quel objectif ? Et quel résultat ?
Les tests PCR n’étaient déjà pas fiables à 100 %. Ici, ce sont les tests antigéniques qui vont surtout être utilisés, donnant un verdict en trente minutes. Seulement, dès novembre, Carine Wolf-Thal, présidente du Conseil national de l’Ordre des pharmaciens, l’affirmait : le test antigénique « ne garantit pas que l’on est porteur du virus ». Il y aurait, selon elle, un tiers de faux négatifs. Dès lors, quelle fiabilité attendre de ces tests et de « l’expérimentation » voulue par l’exécutif ?

La question se pose d’autant plus que le coût financier est élevé, de l’ordre de 100 000 euros par exemple pour Charleville-Mézières. Des personnes ayant souhaité être testées pourront, si elles sont positives et si elles le désirent, être isolées durant sept jours dans des hôtels.
Le gouvernement met en scène une usine à gaz qui fera flop : des tests selon les bonnes volontés, une fiabilité douteuse des tests, des cas positifs n’ayant pas obligation de s’isoler…
Ni actes médicaux effectifs, ni statistiques fiables ne sont possibles dans ces conditions. Une seule chose perdure : l’exécutif communique.

Paul Vermeulen

Article paru dans Présent daté du 14 décembre 2020

Les préférences étrangères du président Macron

Macron préférences étrangères

Elu en 2017 pour gouverner, Macron continue à communiquer. Une confusion qui explique le long entretien au média en ligne Brut, suivi d’échanges avec des jeunes sur le compte Snapchat du même média. Parmi les sujets abordés : l’immigration et le multiculturalisme.
Macron en a profité pour affirmer clairement sa vision de la France de demain : une France de la préférence étrangère.

Les exemples les plus éloquents ? « Ce que je veux faire, c’est pouvoir remettre l’enseignement de l’arabe : l’une des langues les plus parlées par ces jeunesses dans leur famille, pour éviter que ce soit détourné par d’autres mais aussi pour reconnaître cette part. » L’arabe a quatre millions de locuteurs en France. Pour Macron, « on a en quelque sorte refoulé les langues étrangères de celles et ceux issus d’autres pays ou qui appartenaient à des diasporas, c’est vraiment un processus de refoulement ». Il a même insisté : « Quand vous connaissez l’arabe ou que votre famille parle l’arabe en France, c’est une chance pour la France. Cela a quelque chose à apporter pour notre pays, pour connaître la littérature, l’enseigner à d’autres, pour pouvoir voyager, commercer, rendre le pays plus fort. On apprend tous des langues étrangères. » Considérer que l’arabe est « une chance pour la France », alors que beaucoup des attentats perpétrés sur le sol français l’ont justement été par de jeunes musulmans, les fameuses « chances pour la France », vieille expression qui a amplement démontré sa fausseté, ressemble à une provocation.

Le président a par ailleurs encouragé « la population et les universitaires à constituer une liste de 300 à 500 noms de personnalités historiques noires ou arabes d’ici mars 2021 afin de rebaptiser des noms de rues ou dresser de nouvelles statues », donnant ainsi quitus aux revendications des minorités ethniques, indigénistes et racistes noires. Un comité scientifique, une vingtaine de personnes de la gauche culturelle, a été constitué, proposant les premiers noms : le premier musulman à avoir intégré Polytechnique, par exemple. Lino Ventura aussi, qui ne semblait pourtant ni Noir ni Arabe. La proposition est d’ailleurs raciste : Macron n’évoque pas les Asiatiques, pas plus les bouddhistes.

Selon Brut, l’entretien avec le chef de l’Etat aurait été suivi par plus de sept millions de jeunes, tandis que sa retransmission sur les chaînes d’information aurait rassemblé six millions de personnes. Il y aurait eu « 100 millions » d’interactions sur Snapchat (messages éphémères). C’est à relativiser car les jeunes zappent. Parmi tous ces gens, combien sont allés sur Brut et sur Snapchat juste pour voir, avant de passer à autre chose ? Par ailleurs, sauf les proches de Macron, tant parmi les politiques que les médias, personne n’a été convaincu par cette intervention, ni dans la manière ni dans les propos tenus. Vendredi dernier, c’est Macron le démagogue qui parlait aux « jeunes ».

Paul Vermeulen

Article paru dans Présent daté du 7 décembre 2020