Tag Archives: passeurs

Defend Europe 1

Opération Defend Europe face aux migrants : Génération Identitaire a trouvé le bateau !

Defend Europe 228/06/2017 – EUROPE (NOVOpress) : Dans le cadre l’opération européenne Defend Europe, Génération identitaire l’annonce : « Nous avons enfin un navire ! » Dans trente jours, annonce le mouvement, « nous allons lancer une mission de recherche d’assistance identitaire au large des côtes libyennes ». Dans une vidéo tournée devant le porte de Brandebourg, à Berlin, les jeunes identitaires européens expliquent vouloir « faire trois choses » :

« Nous voulons surveiller les navires des ONG et informer les garde-côtes libyens sur leurs agissements, Nous voulons intervenir quand ils sont dans l’illégalité et évidemment si nous recevions un signal SOS, nous sauverons les personnes en détresse et nous assurerons leur retour aux côtes libyennes, juste comme la loi le décrit. »

Ainsi, expliquent-il, « nous ferons de la Méditerranée une mer plus sûre de deux façons » :

« Premièrement, il y aura un bateau de plus pour répondre aux signaux SOS. Deuxièmement, avec notre politique du NO WAY et de rémigration, nous diminuerons le trafic d’êtres humains sur les côtes. »

Selon eux, Defend Europe est « la seule voie pour assurer la sûreté des frontières européennes et pour mettre un terme aux noyades en mer ».

Ils lancent aussi un appel aux dons :

« Nous avons maintenant besoin de lever 60 000 € pour amener notre navire en mer Méditerranée, et pour ça nous avons besoin de vous. Montrons aux médias, aux ONG et à l’Union Européenne que nous pouvons réaliser cela ensemble. Amenons le bateau patriote de sauvetage en Méditerranée ! »

Les ONG immigrationnistes accusées de financer les passeurs

17/06/2017 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Les ONG et autres associations en faveur de l’arrivée massive d’immigrants illégaux en Europe contribueraient au financement des réseaux crapuleux de « passeurs ». Selon un article du Daily Mail, quotidien britannique, les autorités libyennes s’inquiètent de ce comportement pyromane des pseudos secouristes occidentaux.

Un haut dignitaire des garde côtes, le colonel Tarek Shanboor, affirme avoir des preuves que ces organisations financent le voyage des Africains auprès des trafiquants

Ceux ci promettent des trajets réussis en Europe à des prix exorbitants alors que les embarcations proposées sont rarement en état de naviguer. Ils indiquent aussi le meilleur moyen de rallier les bateaux dirigés par ces ONG. Le colonel déclare ainsi : « Les ONG nourrissent la crise en encourageant activement l’augmentation du nombre de migrants. Nous avons désormais la preuve qu’elles sont de mèche avec les passeurs ».

Un procureur sicilien souhaite enquêter sur les collusions entre ONG et réseaux de passeurs

Si les ONG prétendent simplement assurer la survie des individus, elles se font surtout les auxiliaires d’une invasion silencieuse. Elles font même délibérément obstacle aux interventions des garde côtes libyens : en mai dernier, un bateau de l’ONG allemande SeaWatch a voulu conduire en Europe une embarcation d’immigrants, alors que les autorités européennes leur avaient demandé de laisser officier les garde côtes libyens. Ceux ci ont dû couper la route aux immigrationnistes, afin de ramener les immigrants à Tripoli.

Même l’agence européenne Frontex reconnaît la dangerosité de l’implication des ONG

Selon un rapport daté de l’an dernier, l’agence explique que les acteurs impliqués contribuent, même de manière non intentionnelle, à la prospérité des passeurs, en favorisant les chances de succès des candidats à l’invasion. C’est pourquoi Génération identitaire met en place une opération à l’échelle européenne pour contrer les départs d’embarcations. Ils ont déjà récolté 65 000 € de dons en quelques semaines.

ONG migrants

Un Libyen accuse : des ONG paieraient les passeurs pour qu’ils leur livrent des migrants !

15/06/2017 – LIBYE (NOVOpress) : Des ONG d’aide aux réfugiés paieraient des trafiquants d’être humains pour transporter des migrants jusqu’aux navires de secours patrouillant au large de la Libye ! Telle est l’incroyable accusation émise par un haut responsable des gardes-côtes libyens : dans le Mail On Sunday, il a affirmé détenir des preuves que des ONG versent de l’argent pour aider des migrants souhaitant rejoindre l’Europe mais incapables de payer les passeurs. Voici un condensé de cet article.

ONG Migrants 2Le colonel Tarek Shanboor a indiqué avoir obtenu des informations bancaires et des relevés téléphoniques prouvant que des ONG versent de l’argent à des réseaux criminels qui ont mis des centaines de milliers de migrants sur des bateaux inadaptés – en conduisant des milliers à la mort. Ses accusations sont inquiétantes car cela fait longtemps qu’on craint que des islamistes ne se glissent parmi les migrants.

Les ONG qui patrouillent dans la Méditerranée prétendent qu’elles ne font que venir en aide aux migrants. Mais le colonel Shanboor dit que les ONG encouragent de plus en plus de migrants à faire ce trajet périlleux. Il dit avoir remis des preuves de collusions entre ONG et passeurs à des hauts responsables de l’Union Européenne à Bruxelles, mais refuse de donner plus de détails.

Accordant une interview exclusive au Mail On Sunday, il a déclaré :

« Les ONG aggravent la crise en encourageant activement l’augmentation du nombre de migrants. Nous avons des preuves qu’ils sont de mèche avec les passeurs. Nous avons des preuves que les passeurs appellent directement les ONG et qu’il y a des accords entre eux. »

Le colonel Shanboor prétend que les ONG payent 450 livres sterling par migrant. Il pense que les ONG sont bien intentionnées, mais qu’elles se trompent.

Les accusations du colonel Shanboor viennent quelques mois après qu’un rapport interne de l’UE a révélé que des employés des ONG en mer étaient directement en contact avec les migrants en mer, et leur donnaient même des indications précises pour atteindre les vaisseaux de secours. Le record du nombre de migrants tentant la traversée depuis la Libye jusqu’à Lampedusa et la Sicile a déjà été franchi cette année, mettant l’Italie en première ligne de la crise. Un procureur sicilien a lancé une enquête sur ces liens entre passeurs et ONG, et accusé les ONG d’aggraver la crise migratoire en Europe.

Dans un rapport publié l’an dernier, l’agence européenne Frontex a indiqué que « tous ceux qui sont impliqués dans les opérations de sauvetage en Méditerranée centrale aident de fait les criminels à atteindre leurs objectifs à moindre coût et renforcent leur business model en augmentant les chances de réussite. »

Dans un autre document, Frontex a fait état d’un cas où « des réseaux criminels transféraient des migrants directement sur des bateaux d’ONG » et d’un autre où il est dit que les migrants « avaient reçus des instructions très claires avant le départ sur la direction à suivre pour rejoindre les bateaux des ONG ».

Un porte-parole de Frontex nous a même déclaré qu’en une occasion, un navire d’ONG a utilisé ses lumières comme phare pour les migrants se rendant en Europe, mais qu’il n’avait pas de preuves que les passeurs étaient payés par les ONG.

Le magistrat sicilien Carmelo Zuccaro, lui, a lancé une enquête sur la collusion entre passeurs et ONG et a déclaré qu’il récoltait des preuves d’action criminelle.

Toutes les ONG venant aux aides aux migrants ont démenti les accusations portées par le garde-côtes libyen.

Immigration Libye Europe ONG

Immigration illégale depuis la Libye : ça continue de plus belle !

Réunis vendredi dernier à Malte, les dirigeants des vingt-huit pays de l’UE ont affirmé dans leur déclaration commune vouloir « casser le modèle économique des passeurs ». Ils se sont en effet rendu compte de la chose suivante : « Plus de 181 000 arrivées ont été détectées en 2016 et, depuis 2013, le nombre de décès ou de disparitions en mer atteint un nouveau record chaque année. » Faut-il se réjouir de cette prise de conscience ? Non, car elle n’a rien de nouveau et les prises de conscience de l’UE sont rarement suivies d’effet.

« La décision établissant une opération navale de l’UE afin de casser le business model des réseaux de passeurs et trafiquants en Méditerranée vient d’être prise », clamait déjà en mai 2015 Federica Mogherini, haute représentante de l’Union pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité. Le business model, c’est le modèle économique, et ce qui a été dit à Malte le 3 février avait donc déjà été dit près de deux ans plus tôt, avec les conséquences que l’on sait : le renforcement du dispositif naval européen au large des côtes libyennes et son effet de pompe aspirante qui en a fait un service de navette entre la Libye et l’Italie, accroissant le nombre d’immigrants et accessoirement de morts.

Sur le site de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker se félicite d’ailleurs des résultats de ce sommet informel de Malte et de l’aval donné aux propositions de la Commission « visant à mieux gérer les flux migratoires et à sauver les vies le long de la route de la Méditerranée centrale ».

Alors certes, les vingt-huit évoquent une collaboration avec le gouvernement libyen de Fayez el-Sarraj et avalent l’accord signé la veille entre M. el-Sarraj et le Premier ministre italien Paolo Gentiloni. Seulement le « gouvernement d’entente nationale » siégeant à Tripoli ne contrôle qu’une partie des côtes libyennes et, avec le foutoir mis dans ce pays en 2011 par le président français Nicolas Sarkozy et son Premier ministre François Fillon, le renforcement des garde-côtes libyens promis par l’UE ne saurait stopper l’afflux d’immigrants vers l’Europe.

Au cours du week-end qui a suivi le sommet des vingt-huit, quelque 1 500 immigrants ont été repêchés en Méditerranée par les navires européens malgré les conditions météo difficiles. Ceci amène le total des immigrants amenés en Italie par le dispositif européen à 4 500 depuis mercredi !

Tout reste donc comme avant dans cette Europe passoire et il y a urgence pour la France à récupérer la maîtrise de ses frontières.

Olivier Bault

Article paru dans Présent daté du 8 février 2017

Libye : environ 800 000 migrants attendent de passer en Europe

25/03/2016 – PARIS (NOVOpress) : Jean-Pierre Elkabbach a harcelé Jean-Yves Le Drian jusqu’à ce qu’il donne un chiffre et, à la troisième tentative, le ministre de la Défense a cédé. Il est convenu que le nombre de 800 000 migrants potentiels, attendant, en Libye, de pouvoir traverser la Méditerranée pour gagner l’Europe, est « un chiffre à peu près convenable ».

Au cours de cet entretien vérité, diffusé hier matin sur Europe 1, Le Drian a aussi évoqué l’implication de l’Etat islamique dans les filières de passeurs : « Il y a trois dangers majeurs qui existent en Libye. Le premier c’est Daech, qui a entre 4 000 et 5 000 combattants en Libye. Il faut également éviter les trafics de migrants, qui profitent d’ailleurs à Daech, et le troisième danger est le trafic d’armes. »


Jean-Yves Le Drian : “Il y a trois dangers en… par Europe1fr

Publié le
Vu sur Twitter

U.E. L’opération anti-passeurs de clandestins pourrait créer un appel d’air

Publié le
The Spanish coastguard intercepts a traditional fishing boat carrying African migrants off the island of Tenerife

Des djihadistes pourraient se cacher parmi les clandestins, selon l’Otan

20/05/2015 – EUROPE (NOVOpress)
Des « terroristes » et djihadistes pourraient se mêler aux clandestins qui traversent la Méditerranée, selon le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg.

L’avertissement est clair : Jens Stoltenberg prend au sérieux la menace proférée par l’État Islamique en Libye d’envoyer des flots de clandestins sur les cotes européennes, parmi lesquels seraient infiltrés des djihadistes. Il faut dire que la première partie de la menace de l’EI, en cours d’exécution sous nos yeux, donne du poids à la seconde.
Le secrétaire général de l’OTAN a ainsi averti les ministres de la Défense et des Affaires étrangères des 28 à Bruxelles lors d’une réunion consacrée à la mise sur pied d’une opération navale européenne pour contrer l’action des passeurs de migrants en Méditerranée.

L’un des problèmes est qu’il peut y avoir des combattants étrangers, qu’il peut y avoir des terroristes qui se cachent, se mêlent aux migrants

Une mise en garde qui va à l’encontre du discours larmoyant de l’UE sur le drame des « migrants » (drame par ailleurs bien réel), forcément tous de pauvres réfugiés qu’il convient de répartir dans les pays de l’Union, en fonction de quotas. C’est donc sans surprise que le chef du groupe des socialistes et démocrates (S & D) au Parlement européen, Gianni Pittella, a écarté l’avertissement d’un revers de la main, arguant qu’

Après avoir parlé avec le directeur de Frontex, il est nécessaire de souligner qu’il n’a pas et qu’il n’y a pas eu jusqu’ici de preuve de la présence de terroristes parmi les migrants.

Argument spécieux s’il en est, la nature même du terroriste étant de ne pas déclarer ou rendre évidentes ses intentions. Au vu des moyens de Frontex et des polices italiennes, grecques, espagnoles ou maltaises face au flot de clandestins, on imagine mal que les autorités puissent mener une enquête approfondie sur chaque personne débarquée en Europe. Cela doit se limiter à peu près à la question rituelle des douaniers américains à l’entrée de leur pays « Do you have anything illegal to declare ? » (Avez-vous quelque chose d’illégal à déclarer ?)

menaces Etat islamique à Rome

Des partisans de l’EI brandissent des panneaux menaçants dans des lieux publics à Rome

Par ailleurs, l’l’État Islamique lui-même fait tout pour accréditer la thèse des combattants infiltrés. Guerre psychologique rustique ou réelle menace, des partisans de l’EI ont récemment posté des photos sur les réseaux sociaux montrant qu’ils étaient déjà en Europe, notamment en Italie.

l’État Islamique est à Rome, en train d’identifier ses cibles, en attendant l’heure zéro

Il serait préférable de laisser vos enfants à la maison

Clament en Arabe les pancartes brandies devant le Colisée de Rome ou dans des lieux publics tels que des gares et des expositions. Là encore, le modus operandi de l’EI, qui annonce toujours la couleur, donne du poids à la menace. Rappelons que les djihadistes avaient déclaré dans une vidéo montrant les exécutions de 21 Coptes égyptiens « Vous nous avez vus sur les collines Syriennes, mais maintenant nous sommes au sud de Rome. En Libye », avertissant ainsi qu’ils arrivaient.
Quand M. Pittella ajoute, à propos du risque de djihadistes dissimulés parmi les clandestins qu’

Il est improbable que des terroristes soient prêts à risquer la mort par noyade ou d’être identifiés

se rend-il compte qu’il parle de personnes pour qui la mort par « martyr » est une bénédiction qui leur garantit l’accès au paradis ?
Une réaction en tout cas symptomatique de l’aveuglement mêlé de mauvaise foi de la plupart de nos dirigeants face au péril islamiste.

Crédit photo : UNHCR Photo Unit, A. Rodriguez, via Flickr (CC) = Les garde-côtes espagnols interceptent un bateau de pêche transportant des clandestins africains au large de l’île de Tenerife


 

Frégate Maestrale F570

L’Europe prête à entrer en guerre contre les passeurs d’immigrés ?

23/04/2014 EUROPE – NOVOpress
On croit presque rêver… Les premiers résultats du sommet extraordinaire de chefs d’État européens après la série de naufrages qui ont fait plusieurs centaines de victimes parmi les migrants clandestins vont dans le sens de la fermeté. Poudre aux yeux ?

La réponse au problème des armadas de navires transportant des immigrés clandestins vers les côtes européennes pourrait être militaire : il faut « entreprendre des efforts systématiques pour identifier, capturer et détruire les bateaux avant qu’ils ne soient utilisés par les trafiquants », selon le projet de déclaration qui a été diffusé aujourd’hui. L’Europe devrait lancer les « préparatifs pour une possible opération de sécurité et de défense », autrement dit une opération militaire.
L’UE répond ainsi au souhait du chef du gouvernement italien a demandé l’examen de la possibilité de mener des « interventions ciblées » contre les passeurs en Libye, principal point de départ des migrants en direction de l’Italie et de Malte. Et de citer en modèle l’opération Atalante, mission anti-piraterie de l’UE au large des côtes somaliennes. Par des interventions en mer et parfois aussi à terre, elle a permis, outre la protection des navires marchands, l’arrestation de 117 pirates présumés et, pour la seule année 2011, le démantèlement de 27 groupes de pirates, selon l’UE.

Pourtant, il y a encore loin de la coupe aux lèvres. Rappelons que l’opération Atalante a été lancée en 2008, mais que les premières actions contre les bateaux des pirates n’ont été menées qu’en 2011-2012. Décision politique, déblocage des moyens, identification des cibles, planification des opérations, le processus pour ce type d’opérations multinationales est long et la menace, c’est maintenant.
« Il faut le dire clairement », assure à l’AFP l’ex-amiral français Alain Coldefy, « cette question est totalement insoluble en termes militaires. Des responsables politiques m’ont plusieurs fois posé la question de ce qu’on pouvait faire pour endiguer ce trafic par la force, et la réponse est simple : rien ».

« Une fois que ces bateaux chargés de migrants ont quitté les eaux libyennes, on ne peut qu’appliquer les réglementations internationales, c’est-à-dire porter secours aux personnes en danger », ajoute l’ancien inspecteur général de l’armée française. « Comment voulez-vous empêcher ces embarcations de prendre la mer : en leur tirant dessus ? Les marines de guerre ne sont absolument pas faites et équipées pour ce genre d’opération ».
Le ministre italien de l’Intérieur Angelino Alfano a proposé de son côté, pour « lutter contre les marchands de mort », de « couler leurs bateaux avant qu’ils ne prennent la mer ». Mais comment distinguer un « bon » et un « mauvais » bateau ? Le risque de faire des victimes collatérales est grand, en visant par exemple des bateaux de pêche par erreur.

Un blocus, outre qu’il serait extrêmement difficile à mette en œuvre, serait une opération de guerre. Sans mandat de l’ONU, on voit mal l’UE s’engager dans cette voie. Même cas de figure pour la prise de contrôle des ports libyens, qui ajouterait de plus la certitude de lancer nos troupes dans un vrai guêpier (que nous avons créé, rappelons-le), avec la certitude de pertes importantes.

Enfin, souvenons-nous que lorsque l’Italie avait brandi la menace militaire contre la Libye en février dernier, la menace d’une armada de 500 000 migrants l’avait fait promptement reculer. Parions donc que l’UE s’en tiendra plus prudemment au reste de son programme, notamment :

• Le renforcement des opérations Triton et Poséidon, en augmentant leurs moyens financiers et matériels.

• Une coopération accrue entre EUROPOL, Frontex, EASO et EUROJUST pour réunir des informations sur les modes opératoires des trafiquants.

• La mise en place d’actions avec les pays voisins de la Libye pour bloquer les routes utilisées par les migrants. Le Niger est un des pays de passage et la présence européenne devra y être renforcée.

• La prise systématique des empreintes digitales de tous les migrants à leur arrivée sur le territoire des États membres.

• L’examen des options pour une répartition plus équitable des réfugiés entre les États membres de l’UE.

Crédits photo : Marvin Harris via Wikimedia (cc)


Daniel Cohn-Bendit : « il faut ouvrir les portes européennes »

Pour régler le problème de l’immigration clandestine, Daniel Cohn-Bendit a sa solution : « Ouvrons les portes de l’immigration ! »

22/04/2015 – Paris (NOVOpress)
Régulièrement Daniel Cohn-Bendit livre son humeur à la radio comme d’autres livrent des pizzas : souvent, rapidement et à chaud. Il a ainsi donné son avis sur les drames qu’engendre le rêve d’eldorado européen chez les Africains, en premier lieu les noyades qui se multiplient à cause des embarcations surchargées des passeurs peu scrupuleux.

Selon Daniel Cohn-Bendit, les responsables sont les gouvernements qui ferment les frontières, pas les passeurs. Pour lui, il faut donc ouvrir grandes les portes de l’Europe et accepter l’invasion migratoire pour éviter des morts en Méditerranée…

Crédit photo : European Parliament via Flickr (cc)


Calais : passeurs pour une passoire (Présent 8222)

Calais : passeurs pour une passoire (Présent 8222)

31/10/2014 – CALAIS (NOVOpress)
Neuf passeurs ont écopé de dix mois à six ans de prison ferme à l’issue d’un procès mardi à Boulogne-sur-Mer qui a permis de jeter un éclairage sur les pratiques de ce type de réseaux.

Une du numéro 8222 de "Présent"

Une du numéro 8222 de “Présent”

Neuf chances pour la France… Les huit Egyptiens et le Tunisien condamnés proposaient aux migrants de les faire entrer clandestinement en Angleterre. Arrivés à Calais, les migrants sont approchés par ces passeurs qui sont en rapport, eux, avec la tête du réseau en Angleterre. Deux options s’offrent aux clandestins : un passage « classique », c’est-à-dire caché dans un camion pris d’assaut, pour lequel il faut compter entre 400 et 1.000 euros ; ou un passage « garanti », dans le coffre d’une voiture complice. Une offre premium qui coûte jusqu’à 5.000 euros. De l’argent trouvé… en volant les téléphones portables et les porte-monnaie des Calaisiens de souche, en fouillant dans les tiroirs-caisses des commerçants.

Le procureur de la République avait demandé aux juges « d’adresser un message aux réseaux d’immigration clandestine pour qu’ils ne continuent pas impunément de gagner énormément d’argent sur la détresse des migrants ». Autrement dit : si les passeurs œuvraient bénévolement, ou pratiquaient des tarifs plus raisonnables, le procureur n’y trouverait rien à redire.

Les passeurs avaient un train de vie intéressant. Les virements de 10.000 euros n’étaient pas rares. L’un des Egyptiens annonçait à sa mère, au téléphone, un envoi d’argent important pour l’acquisition d’un appartement « au pays ». Les enquêteurs ont également découvert que certains prévenus détenaient des machettes, des fusils à pompe. Avaient-ils, comme le Calaisien moyen, un sentiment d’insécurité ? Oui, en raison d’une « guerre de territoire » avec un réseau kurde concurrent. Saine émulation entreprenariale !

Lire la suite

Italie : 22 passeurs nigérians font entrer 10.000 clandestins criminels

Italie : 22 passeurs nigérians font entrer 10.000 clandestins criminels

10/12/2012 — 11h00
ROME (NOVOpress) —
« Opération Charon », d’après le passeur des Enfers : c’est le nom que la Guardia di finanza (la police des frontières) de La Spezia, en Ligurie, a donné à une vaste enquête terminée vendredi, sous la direction du pôle anti-mafia de Gênes. 22 individus, tous Nigérians, ont été arrêtés dans toute l’Italie, du Piémont à la Calabre, en passant par la Lombardie, l’Emilie, la Ligurie et la Campanie. Ils sont accusés d’association criminelle aux fins d’aide à l’immigration clandestine et de réduction en esclavage.

Lire la suite