Le PCF en son centenaire honteux, par Jean-Gilles Malliarakis

Crimes communisme

On s’achemine, dans les jours qui viennent, vers une évocation certainement urticante, des travaux du congrès du parti socialiste à Tours en 1920. La majorité des délégués y décida, au terme de 4 jours de débats, du 25 au 28 décembre, de transformer cette organisation en Section française de l’Internationale communiste créée à Moscou par Lénine en 1919.

L’appellation unique de PCF, parti communiste français, qui subsiste aujourd’hui encore, ne se substitua définitivement à celle de SFIC qu’en 1943. Il ne s’agissait pas d’un quelconque camouflage pseudo-patriotique, comme on l’entend si souvent affirmer, mais en application de la décision de Staline lui-même de dissoudre le Komintern.

La question qui était alors posée revenait à adhérer ou à ne pas adhérer à la IIIe Internationale. Le vote des délégués se traduisit par 3 208 mandats favorables à l’adhésion et 1 523 opposants.

Ceux-ci allaient être chassés du parti, conformément aux 21 conditions imposées par la direction de Moscou. Celles-ci furent rappelées brutalement par Zinoviev, dans un télégramme daté du 24 décembre, lequel sera lu le 28 : dehors les réformistes ! Dehors les révisionnistes qui osent remettre en cause le catéchisme marxiste dogmatisé par Engels ! Dehors enfin les partisans de la démocratie et autres complices de la bourgeoisie.

Une 22econdition sera imposée, un peu plus tard par Trotski. Elle fut formulée en novembre 1922, précisément à l’encontre du parti français. Le texte de 5 pages conclut sans ambiguïté : “la franc-maçonnerie est une plaie mauvaise sur le corps du communisme français. Il faut la brûler au fer rouge.” Cette chirurgie d’un genre spécial mettra longtemps à se cicatriser, un peu sous le front populaire d’abord, à la faveur de la résistance et surtout de la déportation, et jusqu’au règne dérisoire et éphémère du fossoyeur Robert Hue. En tout cas elle conduisit au départ de pas mal des majoritaires du congrès de Tours.

La question cruciale fut soulevée par Jean Longuet, petit-fils de Karl Marx et chef de file de la minorité : toute la décision au sein du Komintern était concentrée à Moscou qui s’attribuait le droit de juger sans appel.

Autre critique, celle de Léon Blum, lequel se réfère encore au marxisme : le caractère dictatorial du fonctionnement interne.

On doit s’attendre à l’occasion de cet anniversaire, submergeant quelques heureux rappels, au déferlement de quelques mensonges habituels.

Comme la plupart des partis socialistes d’hier et d’aujourd’hui, l’organisation française unitaire comportait plusieurs grandes tendances. Jaurès… Jules Guesde… Elle était issue en 1905 des efforts d’unification, préparés en 1904 par le congrès de Berne de la Deuxième Internationale. Mais ses déchirements s’étaient trouvés aggravés par la question de la guerre européenne.

Issu de la majorité hostile à la guerre, le PCF tout au long de son Histoire n’éprouva aucune difficulté à saboter la défense nationale. Son chef Thorez déserta en 1939 et s’enfuit en URSS. L’attitude du Parti pendant la drôle de guerre refléta l’alliance entre Staline et Hitler. On minimise à tort aujourd’hui la démarche de Tréand demandant aux autorités d’occupation le droit de faire reparaître L’Huma en 1940. Pendant les guerres d’Indochine et d’Algérie, il aide activement le Vietminh et le FLN.

Tous ces exploits sont demeurés pratiquement impunis. Petit à petit, des 25 % de suffrages qu’il recueillait dans l’immédiat après-guerre, ce parti de l’anti France est passé au-dessous de 2 %. “Révélation,nous dit-on, de la campagne des européennes”[1]de 2019, Ian Brossat culmine à 3 % dans les sondages, atteint 3,2 % à Paris où il sévit comme premier adjoint de la mégère Hidalgo, mais seulement 2,5 % au plan national. Le peuple s’en est écarté.

Le marasme persiste. Aussi certains bons esprits croient possible de s’en désintéresser.

Mais d’abord le PCF demeure une composante obligée de toutes les opérations unitaires de gauche, et il sévit toujours aussi à la tête de la CGT, syndicat en déclin certes mais toujours tout puissant dans les services publics, et de la FSU, majoritaire dans l’Éducation nationale.

Et puis, ce même parti exerce un incroyable diktat mémoriel. Les noms de Thorez, Duclos, Frachon, Marcel Paul, Croizat, etc. continuent de souiller les rues et avenues de nos villes. Tant que l’on ne les aura pas, au moins, effacés des mémoires, leur ombre obscurcira le chemin du redressement du pays.

Jean-Gilles Malliarakis

Article paru sur le site de L’Insolent

Que signifie le terme de parti ou mouvement populiste ?

Source : Pour une Europe intelligente
Dans le langage de la vie politique courante, qualifier un parti ou un mouvement de populiste représente une critique extrêmement grave, voire une disqualification définitive. […]

Tous ceux qui à droite et même à gauche s’opposent aux décisions des majorités politiques, sur quelque sujet que ce soit, sont à un moment ou un autre accusés de populisme. Il ne s’agit pas d’un compliment. Au sens d’un langage politique encore très répandu, l’adjectif n’est pas en effet flatteur. Il désigne celui qui pour se rendre populaire, flatte les tendances présentées comme les plus basses de l’opinion, les plus incompatibles avec une pratique démocratique consensuelle, respectueuse des différences. Le populisme est confondu alors avec la démagogie.
[…]
Est alors condamnée comme populiste toute position venant en contradiction avec les choix politiques « officiels », qu’ils inspirent les programmes gouvernementaux ou ceux des multiples intérêts, financiers, économiques ou médiatiques s’exprimant par l’intermédiaire de ces programmes. […]
Les exemples de ce mépris véritable de la discussion démocratique sont nombreux. Ainsi sont généralement qualifiés de populistes les partis dits d’extrême-droite ou d’extrême gauche. Ceci permet d’éviter toute analyse de ce que leurs programmes peuvent présenter de recevable. […]

Ainsi aujourd’hui sont dits populistes ceux qu’exaspèrent l’enfermement des États européens dans une Union qui a toujours été et se révèle de plus en plus manipulée par la superpuissance américaine. Sont dits populistes, d’un bout à l’autre de l’Union européenne, ceux qui demandent plus de protection face à une concurrence dite « libre et sans contraintes » imposée en fait par un grand capital dominé par les États-Unis. Sont dits populistes ceux qui veulent défendre les identités nationales ou régionales, à l’encontre d’une culture uniformisante imposée par les objectifs de la consommation de masse.

Migrations

Plus récemment, les États ou les groupes sociaux qui veulent résister à des migrations alimentées par les intérêts qui veulent détruire la civilisation européenne sont également qualifiés de populistes, nationalistes et xénophobes. Plutôt que reconnaître la légitimité de leur désir de survie, on les présente alors comme des résurgences de ce que l’Europe avait connu de pire, notamment le nazisme. […]
Il en est de même en France. Beaucoup d’électeurs n’ont pas de sympathie particulière pour le Front National, mais ce ne sera pas en traitant de populistes des revendications aussi légitimes qu’une prise de distance à l’égard de Bruxelles et qu’un rapprochement avec Moscou que l’on déconsidérera les candidats FN lors de futures élections. Ainsi en ce qui concerne Jean-Luc Mélanchon. Pour le déconsidérer, les hommes politiques de la majorité actuelle qualifient de populistes des propositions qui sont au contraire empreintes d’intelligence et de pertinence. À cette aune, ce sera bientôt tout ce que la France compte encore d’esprits libres et constructifs qui voudront s’affirmer populistes. Nous serons pour notre part fiers d’en être.

Jean Paul Baquiast

I-Media : Baylet, patron de presse, qui paye, commande !

21/02/2016 – MÉDIAS (NOVOpress)
Séance Hebdomadaire de décryptage de la propagande médiatique. Avec le remaniement et Baylet, patron de presse entré au gouvernement, Jean-Yves Le Gallou et Hervé Garrigou s’en donnent à cœur joie pour dénoncer la collusion, les conflits d’intérêt et l’entre-soi de la gauche au pouvoir.

01:51 – Le jeudi 11 février, Hollande a remanié son gouvernement. Une occasion pour faire rentrer comme ministre de l’aménagement du territoire, Jean Michel Baylet : Un baron Local et un patron de presse
09:05 – Le zapping d’I-média
17:09 – Un mois après la Saint Sylvestre et les agressions sexuelles de Cologne, l’enquête avance tant bien que mal.
La désinformation continue tout comme elle continue sur les conditions de la noyade du petit Aylan Kurdi. I-média décrypte et réinforme.
25:59 – Les tweets d’I-média
30:59 – A l’occasion de la sortie de son dernier livre, l’esprit du judaïsme, BHL était l’invité politique dans l’émission on n’est pas couché, portrait d’un squatteur des écrans, c’est la posture de l’imposteur.
38:20 – Le bobard d’I-média

https://www.youtube.com/watch?v=vRX9fB7yeRI

À bout de souffle

12/02/2016 – POLITIQUE (Présent 8545)

Cet ensemble baroque qu’est le nouveau gouvernement est donc censé porter le chef de l’État dans sa campagne électorale ! Car, quoiqu’il ait assuré que le moment de décider de sa candidature n’est pas encore venu, l’enseignement que l’on peut tirer de ce remaniement-là est que François Hollande compte bien se lancer dans la bataille.
8545-Present
Pour cela, il lui faut neutraliser une candidature écologiste et faire taire ceux qui pourraient lui savonner la planche par leurs critiques. D’où la distribution de pourboires à des écolos qui piaffaient d’impatience aux portes du gouvernement. D’où, également, le retour de Jean-Marc Ayrault, qui, toujours soutenu par une quarantaine de députés, commençait à élever la voix, critiquant les choix du pouvoir. Ne parlons pas de ce pauvre Baylet, des radicaux de gauche, qui espérait un grand ministère régalien et qui devra jouer les utilités dans un simple ministère.

Les chantres socialistes tentent d’expliquer que, ce faisant, le chef de l’État a élargi la base politique du futur candidat. Il n’a rien élargi du tout, il a débauché quelques individus dont l’ambition est plus forte que les convictions. Ainsi de la patronne des Verts, Emmanuelle Cosse, qui, aussitôt nommée ministre, est exclue de sa formation, ne représente plus qu’elle-même. En tant que ministre du Logement, elle reprend le portefeuille abandonné par Cécile Duflot, Manuel Valls ayant démonté ce qu’elle avait décidé et qui fut catastrophique pour le secteur du bâtiment.
Emmanuelle Cosse va donc continuer à piétiner ce que sa camarade avait bâti. Que ne faut-il pas faire pour l’amour d’un maroquin ! Quant à Ayrault, toute honte bue, il va se trouver sous la tutelle agressive de Valls qui n’a eu de cesse d’avoir sa peau pour le remplacer à Matignon puis de détruire ce qu’il avait fait dans le domaine fiscal, notamment. Bonjour l’ambiance au Conseil des ministres !

François Hollande a donné trois consignes à ses ministres : « agir, réformer, avancer » autour de trois exigences, la sécurité, l’emploi et l’environnement. N’était-ce donc pas déjà la feuille de route des précédents gouvernements ? À quoi la satisfaction de l’ambition des uns, le retour d’un autre, le don de quelques hochets à des anonymes, sous forme de secrétariats d’État bidon, peut-il servir ? À amuser la galerie des commentateurs pendant 48 heures sans que cela serve le pays ni n’intéresse les Français en quoi que ce soit. C’est le gouvernement d’un Hollande à bout de souffle et d’imagination.

On notera que François Hollande, à défaut d’inverser la courbe du chômage, a enfin créé des emplois : le nombre des ministres passe de 32 à 38, certains postes n’ayant été créés que pour obtenir un gouvernement paritaire. Ainsi ce saugrenu secrétariat d’État « à l’égalité réelle », confiée à une certaine Ericka Bareigts, élue de la Réunion. Dans sa première interview, elle a tenu à préciser : « L’égalité réelle ne concerne pas que les Réunionnais, mais l’ensemble des Français. » Encore heureux ! On peut tout de suite l’inviter à se pencher sur ce cas qui bafoue « l’égalité réelle » : les millions d’électeurs du Front national ne sont toujours représentés que par deux députés. Au travail, Mme Bareigts !

Guy Rouvrais

Remaniement : bras cassés et fonds de tiroirs

12/02/2016 – POLITIQUE (NOVOpress)
Hollande vient de se livrer au seul exercice dans lequel il excelle : les magouilles d’appareil. Problème : ce remaniement n’intéresse ni les Français, ni même la classe politique.

Chaises musicales, petits calculs politiciens coups de comm » aussi percutants que des pétards mouillés lancés un jour de bruine à Brest, voici venu le tout nouveau gouvernement Hollande. Prions qu’il s’agisse du dernier.
L’homme dont la seule compétence aura toujours été la magouille d’appareil, la « synthèse » de « courants » divers au sien du PS a donc remis ça. Il fallait (mais le fallait-il ??) élargir la base du gouvernement en s’ouvrant aux écolos (Emmanuelle Cosse), à l’UDE (Jean-Vincent Placé) et au PRG (Jean-Michel Baylet, qui apporte en plus quelques titres de presse dans al corbeille), ne pas donner trop de gages à Valls (pas de nouveau poulain de Manu la tremblote dans l’équipe), caser quelques copains (Jean-Marc Ayrault, Audrey Azoulay…).
Le seul intérêt – tactique — d’un remaniement aurait été de mettre quelques figures connues, mais pas folles, les personnalités approchées ont refusé sèchement : pressentis respectivement au Quai d’Orsay et à l’Écologie, Martine Aubry et Nicolas Hulot ont démenti avec une rapidité et une force de conviction qui en disent long. Ils sent bien, eux que le « président » est quand même un peu contagieux.
hollande_remaniement_03
Nous nous retrouvons donc avec une équipe de bras cassés, de troisièmes couteaux (les seconds couteaux étaient déjà dans l’équipe précédente), soit aveuglés par leurs petites ambitions qu’ils sont prêts à tous les reniements pour un maroquin et les avantages afférents, soit tellement égarés dans leurs petits calculs d’appareils qu’ils s’imaginent que cela fera une différence, ce qui est presque pire.

Lire la suiteRemaniement : bras cassés et fonds de tiroirs

Jean-Luc Mélenchon candidat a l’élection présidentielle 2017

11/02/2016 – POLITIQUE (NOVOpress)
Jean-Luc Mélenchon a annoncé sa candidature à la présidentielle, prenant de court ses « partenaires » communistes et zappant définitivement la case primaire. Il compte sur le soutien populaire « hors cadre de partis, ouvert aux citoyens », une attitude presque gaullienne qui prête presque à sourire au vu du personnage. Pas sûr en tout cas qu’il aille au bout de sa démarche, le PCF, qui lui est quasiment indispensable pour obtenir les 500 signatures nécessaires à la validation de sa candidature, étant plutôt dans la logiques de primaires à gauche pour éviter l’émiettement des voix.


http://www.dailymotion.com/video/x3reir8_jean-luc-melenchon-annonce-sa-candidateure-a-l-election-presidentielle-2017_news