Colloque de l’Iliade « Restaurer le politique » : Entretien avec Romain Petitjean

colloque iliade

Paris Vox a publié cet entretien avec Romain Petitjean en charge de la coordination et du développement de l’Institut Iliade avant l’organisation de leur prochain colloque annuel.

Que peut-on attendre de ce neuvième colloque ?

Du foisonnement et de la vie !

Foisonnement intellectuel tout d’abord grâce au thème exigeant du politique qui sera traité une semaine avant le premier tour de l’élection présidentielle. Où se trouve vraiment le pouvoir ? Qui est l’ami ? Qui est l’ennemi ? Quels sont les alliés et les adversaires ? Les élections sont-elles notre seul horizon ? Comment imposer et diffuser nos thèmes dans le champ électoral mais aussi dans les autres champs de pouvoir ?

Foisonnement communautaire ensuite, le colloque annuel de l’Institut Iliade qui réunit plus d’un millier de personnes étant LE rendez-vous le plus important des identitaires en France. La Vie pleine et entière comme nous la revendiquons s’exprime et s’épanouit dans l’environnement esthétique que nous nous attachons toujours à soigner, et à travers les dizaines de stands d’exposants. Sans oublier la garderie qui permet d’accueillir les enfants et les familles (première unité politique attaquée frontalement par le système marchand déconstructeur) ni la buvette qui reprend, après la parenthèse malheureusement pas totalement refermée de la coronafolie, enfin ses droits !

Quel sens ont la politique et le citoyen à l’heure d’un monde ultra connecté ?

La connexion à outrance, l’horizontalité de la transmission des savoirs, la fluidité des échanges peuvent donner la fausse impression d’un lien entre les citoyens et la vie de la Cité. Il n’en est malheureusement rien, surtout dans un monde de consommateurs indifférenciés qui s’ébattent dans des sociétés ethniquement et culturellement hétérogènes.

Seuls une certaine verticalité, des corps intermédiaires solides, une subsidiarité naturelle, une dimension sacrée indispensable à nos vies et surtout le lien intime entre substrat ethnique et territoire, permettent une réelle démarche politique. C’est tout le sens de notre engagement.

Le premier tour de l’élection présidentielle se tient le 10 avril. L’Iliade réunit son colloque annuel une semaine plus tôt. L’identité sera-t-elle l’enjeu majeur de cette élection ?

Nous le souhaitons ardemment.

Les lubies assimilationnistes des républicains hors-sols, mais aussi d’une partie de la dissidence nous ont fait perdre énormément de temps alors même que les Européens, et le peuple Français, attendent de retrouver le souffle de l’histoire, le génie et la grandeur qui est la leur. Ça ne peut se faire qu’après avoir reconcilié ethnos et polis.

La justice sociale, la protection de notre environnement, notre génie créateur et explorateur sont autant d’objectifs qui sont aujourd’hui freinés à la fois par le système de la marchandise, le Grand Remplacement de nos peuples et le Grand Effacement de notre mémoire. Il faut s’attaquer de front à ces périls et le reste suivra !

L’Institut Iliade s’exporte bien, son manifeste est aujourd’hui traduit en Italien, un colloque a été tenu récemment en Espagne. L’avenir de l’Iliade s’écrit-il désormais en Europe ?

L’ensemble de nos livres est désormais traduit, ou en cours de traduction en anglais, en italien, en allemand et en espagnol. C’est évidemment par ce biais-là, celui de la doctrine et du corpus idéologique, que nous entretenons des liens avec les intellectuels et les militants de toute l’Europe.

Nous avons des correspondants dans de nombreux pays et mois après mois, nous activons ce réseau.

L’Institut Iliade a choisi un développement stratégique pérenne. Après huit années d’existence, l’Iliade possède une maturité suffisante pour accélérer son rayonnement international. Nous sommes lus et attendus.

Nous sommes aussi à l’affût des auteurs émergents dans les pays européens.

Découvrir le programme : https://institut-iliade.com/iliade/colloque-iliade-2022/

Tribune reprise de Paris Vox

Combat culturel – Entretien avec le groupe FRACTION : « La colère profonde qui nous anime est intacte »

À l’occasion des 25 ans du groupe de Rock identitaire Fraction, est apparu sur la toile un nouveau site narrant et illustrant l’histoire de cette formation musicale turbulente et militante. Alors, simple nostalgie, « come back » ou grand retour ? Pour le savoir, nous avons interrogé Fabrice Robert, l’un des principaux protagonistes de l’aventure.

Découvrez cet entretien paru sur Paris Vox !


La réapparition de Fraction est-elle une manière de « Ne rien renier », comme vous le chantiez par le passé ?

De par son engagement sans concessions, je pense pouvoir dire que Fraction a considérablement marqué de son empreinte la scène du rock radical. Et je sais que de nombreux titres du groupe accompagnent encore aujourd’hui une jeunesse patriote, rebelle et enracinée.

Comment s’est mis en place ce retour de Fraction ? En fait, au début, je voulais simplement travailler sur un site web pour rappeler le parcours de Fraction, à l’occasion des 25 ans du groupe. J’ai donc remis la main sur un nombre important d’archives (photos, vidéos, enregistrements inédits, article de presse, etc.) que je compte publier au fur et à mesure. Puis en revoyant certains membres du groupe, je me suis rendu compte qu’on pouvait envisager d’aller plus loin et de refaire un bout de chemin ensemble.

25 ans après sa formation, il n’est pas question pour Fraction de renier quoi que ce soit. Je dirais même que les années et les épreuves de la vie nous ont encore plus endurcis. Il ne faut donc pas s’attendre à un Fraction aseptisé. Non, nous ne nous sommes pas calmés ! La colère profonde qui nous anime est intacte. Nous sommes toujours prêts à lancer le signal de la révolte sur les barricades !

Vous avez annoncé la sortie prochaine d’une compilation, avez-vous une date de sortie à nous communiquer ? Cette compilation aura-t-elle un support physique, que contiendra-telle ?

Pour fêter les 25 ans d’existence de Fraction, nous avons décidé de proposer une compilation-anniversaire qui réunit les morceaux emblématiques du groupe. Toutefois, il faut avouer que ce projet n’a pas été simple à mettre en place. En effet, il a fallu faire des choix parmi des titres qui correspondent souvent à des périodes différentes du groupe et trouver surtout le juste équilibre. Mais ce travail nous a aussi permis de refaire de belles découvertes sur certains enregistrements en studio, en live ou en répétition.

Au final, cette production propose quelques pépites pour les fans du groupe : des versions peu connues de certains morceaux (notamment avec Skual, le premier chanteur), un titre inédit (reprise d’un groupe des années 80…) ainsi qu’un enregistrement d’IpVox, projet metal-indus créé par certains membres du groupe en 2007.

Cette compilation, baptisée « FRACTION – XXV », est disponible depuis le 9 mars 2020 sur les principales plateformes de streaming.

Nous invitons le public à découvrir cette production sur SoundCloud : https://soundcloud.com/fraction-officiel/sets/fraction-xxv

Après cette compilation, envisagez-vous de nouvelles productions ?

Nous avons un certain nombre de projets. Pour commencer, j’ai remis la main sur quelques enregistrements rares (studio et concerts) sans oublier des reportages et entretiens avec Fraction. Il va falloir tout rassembler et numériser les contenus restés au format analogique (VHS, K7, etc.). Ensuite, nous verrons comment rendre disponibles toutes ces archives du groupe. Je pense notamment à une production réunissant des « raretés » : enregistrements démo, en répétition et en concerts. Mais il pourrait aussi y avoir un projet vidéo qui proposerait une immersion dans l’histoire de Fraction. Bref, un gros travail nous attend et il faudra donc patienter un peu.

Par ailleurs, nous avons également été approchés par un label pour des rééditions-collector. C’est ainsi que l’album Le son d’histoire va être à nouveau disponible mais en édition limitée et numérotée à la main. Il y aura aussi probablement une couverture inédite pour cette production. D’autres rééditions d’albums de Fraction devraient suivre après.

Enfin, pour répondre enfin à votre question, nous avons bien comme projet de composer de nouveaux titres. Nous avons longuement discuté avec certains membres historiques du groupe. Nous avons constaté que l’envie était intacte. L’inspiration aussi.

25 ans après, Fraction est toujours présent. Avec la même rage et encore avec beaucoup de choses à dire. Et nous comptons le faire savoir en composant de nouveaux titres qui seront, vous vous en doutez bien, des appels à l’insoumission !

Lire la suite