Deux soldats des forces spéciales sacrifiés – pour libérer deux touristes avant les européennes, par Olivier Bault

Disons-le tout net : dans nos cœurs, comme dans ceux de beaucoup de Français et, sans doute, de la quasi-totalité des forces spéciales soumises au devoir de réserve, ce n’est pas seulement la tristesse qui prévaut depuis l’annonce de la mort au combat des maîtres Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello. Mais aussi une immense colère suscitée par la manière absolument scandaleuse avec laquelle le chef de l’Etat a engagé la vie de nos soldats pour délivrer les deux otages français retenus dans le nord du Bénin. Non justifiée parce que ces gens avaient eux-mêmes choisi de s’offrir des sensations fortes en s’asseyant sur les consignes de sécurité du Quai d’Orsay, et non urgente parce que leurs ravisseurs avaient évidemment pour projet de négocier financièrement leur libération. Cette opération, visiblement montée dans la précipitation pour répondre aux pressions de l’exécutif, avait évidemment pour but non avoué de redorer le blason de Macron et du gouvernement à l’approche des européennes.

En « voyage de noces » dans la Pendjari

Il y avait quand même de quoi fulminer, samedi, devant le spectacle affligeant du président de la République, flanqué de Parly et de Le Driant, accueillant solennellement à la descente d’un avion aux couleurs de la République (donc financé avec nos deniers), comme on l’eût fait pour des héros, ce couple d’enseignants gays qui, pour son « voyage de noces », n’avait rien trouvé de mieux que d’aller faire des selfies avec des animaux dans le parc national de la Pendjari, une zone répertoriée par le Quai d’Orsay comme particulièrement dangereuse et « formellement déconseillée » aux voyageurs depuis le 27 avril. Ce faisant, ces deux individus avaient eux-mêmes mis leurs vies en danger et étaient donc seuls responsables de leur capture par des djihadistes. Cette « inconscience », comme l’a désignée Marine Le Pen, aurait dû à elle seule dissuader le gouvernement d’organiser tout accueil officiel. Mais, plus grave encore, l’imprudence du couple Lassimouillas-Picque venait de coûter la vie à deux de nos commandos ! Aussi, nombreux sont ceux qui, au sein de la classe politique et sur les réseaux sociaux, ont fort justement dénoncé l’attitude inadmissible du gouvernement et rappelé, à l’instar d’Hubert Falco, que « nos seuls compatriotes qui méritent aujourd’hui l’hommage de la nation, ce sont […] nos deux soldats varois morts au combat, pour sauver la vie de touristes inconscients ! »

Pressions permanentes de l’exécutif

Mais, dans cette affaire, le scandale est loin de s’arrêter là. En effet, alors que tout chef d’Etat responsable et soucieux de ne pas engager inconsidérément la vie de ses soldats aurait décidé d’abandonner ces deux otages à leur sort, Macron, voyant là une occasion de gagner quelques points dans les sondages, a, dès les premières heures de l’enlèvement, pris en main ce dossier, exigeant de l’état-major qu’il l’informe très régulièrement de l’évolution de la situation et surtout de la moindre opportunité de tenter une libération par la force. Y compris dans la précipitation et au risque de perdre des personnels… Témoin (entre autres) de cette pression exercée sur les militaires et de cette précipitation, la découverte, lors de l’opération elle-même, des deux autres otages : quand on connaît le très haut degré de professionnalisme des équipes de renseignement du commandement des opérations spéciales, il paraît impensable que la présence des deux autres otages ait pu leur échapper.

Aussi, pour cette manœuvre bassement électoraliste et d’un cynisme extrême qui aura coûté la vie à deux de nos meilleurs soldats, souhaitons que Macron soit rapidement appelé à rendre des comptes devant les Français.

Olivier Bault

Article paru dans Présent daté du 13 mai 2019

Pourquoi les otages de l’État islamique restent impassibles lors de leur exécution

13/03/2015 – PARIS (Novopress)
Un ancien traducteur de l’État islamique a révélé (vidéo ci-dessous) pourquoi les otages en combinaison orange (symbole de Guantanamo) restent impassibles lors de leur exécution. Selon une confidence faite par “Saleh” (nom d’emprunt) à Sky News, les victimes ont été soumises à d’innombrables reprises à des mises à mort factices, leur donnant une fausse impression de sécurité. Quand c’était “pour de vrai”, les otages croyaient à un énième simulacre d’exécution.

“Saleh”, un ex-interprète qui a fui Daech pour la Turquie, dit avoir obtenu cette information lors de discussions avec Jihadi “John”, le bourreau de l’État islamique. La stratégie de l’EI? Faire croire aux prisonniers qu’il ne s’agit que d’une vidéo de propagande pour les amadouer et leur donner l’impression qu’ils n’allaient pas mourir pour les rassurer.

“Il me disait de leur dire qu’il n’y avait pas de problème, que c’était juste une vidéo. Nous n’allons pas vous tuer, nous demandons à votre gouvernement d’arrêter les attaques en Syrie. Nous n’avons aucun problème avec vous. Vous êtes seulement nos invités”. Voilà le discours fallacieux répété à l’envi par les bourreaux de l’EI aux otages.

Nom arabe
Autre stratégie pour qu’une sorte de confiance s’installe: attribuer aux otages un nom arabe. C’est ainsi que le photographe japonais Kenji Goto avait été rebaptisé “Abu Saad”. “Quand ils lui parlaient, je voyais qu’il se sentait clairement plus à son aise”, raconte Saleh.

Ce témoignage expliquerait donc pourquoi les victimes – les journalistes américains James Foley et Steven Sotloff, les travailleurs humanitaires britanniques David Haines, Peter Kassig et Alan Henning ainsi que Kenji Goto et son compatriote Hauruna Yukawa – sont restées si calmes sur les images de leur exécution. Pour eux, il s’agissait d’une nouvelle mise en scène destinée à infléchir la politique de leur pays.


 

L’homme qui a voulu prendre en otage une émission de télé Hollandaise est un nouveau « casizolé »

L’homme qui a voulu prendre en otage une émission de télé Hollandaise est un nouveau « casizolé »

01/02/2015 – HILVERSUM (NOVOpress – traduction) – L’individu serait âgé de 19 ans et a été identifié sur les réseaux sociaux comme étant Tarik Zahzah un étudiant en chimie d’origine égyptienne vivant à Pijnacker, près de la ville universitaire de Delft.

La police à néanmoins refusé de confirmer la moindre information le concernant, mais recherche des complices dans tous les Pays-Bas. La police a aussi refusé de confirmer si ce suspect n’était pas sur une liste de surveillance des militants islamistes.

Tarik Zahzah est actuellement interrogé et pourrait être accusé de kidnapping, possession d’arme à feu et attaque à main armée a déclaré le procureur Johan Bac lors d’une conférence de presse. Les forces spéciales de police ont contrôlé le bâtiment à la recherche d’explosifs mais n’ont trouvé, a déclaré la porte-parole de la police Christine Scholts.

“Il a pris un garde de sécurité en otage et a déclaré qu’il voulait s’exprimer à l’antenne. Si nous refusions il y aurait des bombes qui allaient exploser dans différents lieux aux Pays-Bas “ a ajouté Mme Scholts.

Le directeur de la chaine Néerlandaise M. Jan de Jong a pourtant affirmé que l’entreprise avait renforcé sa sécurité à la suite de l’attaque contre le journal satirique Charlie Hebdo à Paris où 12 personnes avaient été tuées.

Il a ajouté que personne ne savait comment cet homme avait trompé la sécurité rigoureuse du bâtiment dans le centre-ville de Hilversum et trouvé son chemin dans les bureaux.

Le parc des médias de Hilversum abrite de nombreux diffuseurs néerlandais, et est étroitement surveillé par la police depuis l’assassinat de l’homme politique néerlandais Pim Fortuyn abattu en 2002 par un tueur musulman.

Sources : NOSTelegraaf

Sydney : un islamiste prend en otage des clients d’un café [MàJ]

Sydney : un islamiste prend en otage des clients d'un café

15/12/2014 – SYDNEY (NOVOPress)
Le profil du djihadiste preneur d’otages et qui a tué un des otages est particulièrement édifiant : réfugié iranien, condamné pour 40 agressions sexuelles, poursuivi pour le meurtre de son ex-femme.

Lire la suiteSydney : un islamiste prend en otage des clients d’un café [MàJ]

Face à la barbarie islamique, l’aveuglement des Occidentaux trahit leur impuissance (Présent 8188)

Immigration-invasion et islamo-terrorisme : le conflit syrien s’exporte en Allemagne (Présent 8206)

15/09/2014 – PARIS (NOVOPress) – « Ils massacrent des milliers de musulmans, de chrétiens et d’autres représentants de minorités à travers l’Irak et la Syrie. Ils se vantent de leur brutalité et prétendent le faire au nom de l’islam. Cela n’a aucun sens. L’islam est une religion de paix. Ce ne sont pas des musulmans, ce sont des monstres », s’est indigné le Premier ministre britannique David Cameron à l’annonce – nouvelle surenchère dans l’horreur – de l’assassinat par les « fous d’Allah » de l’Etat islamique d’un nouvel otage, David Haines, un humanitaire britannique de 44 ans qui avait été capturé alors qu’il travaillait en Syrie dans un camp de réfugiés, près de la frontière turque.

Face à la barbarie islamiste, l’aveuglement des Occidentaux trahit leur impuissance (Présent 8188)« Notre compatriote a été tué de la manière la plus brutale et la plus horrible que l’on puisse imaginer », a ajouté le Premier ministre de Sa Majesté en dénonçant un « meurtre ignoble et révoltant » avant d’assurer : « Nous traquerons les responsables et les ferons passer en justice. Peu importe le temps que cela prendra. »

Que pouvait-il dire d’autre pour tenter de faire « bonne figure », si l’on peut dire, après la revendication et la diffusion (dans une vidéo insupportable de plus de 2 minutes) sur YouTube de cet assassinat barbare, dont il est bien sûr accusé par les terroristes de porter l’entière responsabilité ? Et alors que les terroristes menacent « d’exécuter » – comme ils disent – un second humanitaire britannique pris en otage, pour faire payer aux Occidentaux leur engagement militaire en Irak et en Syrie ou les dissuader encore d’intervenir.

Le piège s’est donc refermé sur nos « pauvres démocraties » qui, après avoir trop longtemps fermé les yeux sur la montée en puissance de cette internationale du terrorisme voulant instaurer de gré ou de force un califat sur tout le Proche et le Moyen-Orient, ne peuvent bien évidemment rester sans réagir face à ces scènes de terreur qui révoltent à juste titre nos opinions publiques.

Mais dédouaner l’islam et renoncer à désigner clairement l’ennemi islamique, comme l’a fait dimanche Cameron, constitue une première victoire psychologique et politique des terroristes de l’Etat islamique. Car si des gens fanatisés et endoctrinés, capables de commettre pareille sauvagerie, sont bel et bien des « monstres », ils n’en restent pas moins des « musulmans » puisqu’ils se réclament ouvertement de cette religion dont ils veulent appliquer la charia (la loi islamique) dans toute sa rigueur dans tous les territoires qu’ils auront ainsi « libérés ».

Lire la suiteFace à la barbarie islamique, l’aveuglement des Occidentaux trahit leur impuissance (Présent 8188)

Otages en Syrie : la France a-t-elle versé une rançon de 18 millions d’euros ?

26/04/2014 – VIDÉO BFMTV – L’hebdomadaire allemand Focus affirme que la France aurait versé une rançon de 18 millions d’euros pour obtenir la libération des quatre otages détenus en Syrie, libérés samedi 19 avril. Le gouvernement a démenti “catégoriquement” et rappelé qu’il ne verse pas de rançons. L’État français arme déjà des terroristes (tout en les combattant au Mali), de là à les financer…

https://www.youtube.com/watch?v=rcNye4sd5MI

Otages : le billard à trois bandes de Iyad Ag Ghali – Par Bernard Lugan

Otages : le billard à trois bandes de Iyad Ag Ghali - Par Bernard Lugan

Fondateur du mouvement touareg islamiste Ansar Dine et responsable de la prise de Mopti (Konna) le 9 janvier 2013 et du raid sur Bamako qui déclencha l’Opération Serval, Iyad Ag Ghali, vient de réussir un coup de maître qui le replace au cœur du jeu politique malien. En utilisant les otages, il a négocié un blanc-seing avec les Français, mais, surtout, débarrassé de ses encombrants alliés d’Aqmi par l’Opération Serval, il a réussi ce qu’il cherchait en vain à faire depuis le mois de janvier 2012, début de la guerre du Mali, à savoir être un interlocuteur« incontournable ».

Lire la suiteOtages : le billard à trois bandes de Iyad Ag Ghali – Par Bernard Lugan

Niger : les circonstances de la libération des otages restent troubles

Niger : les circonstances de la libération des otages restent troubles

31/10/2013 – 12h00
(Bulletin de réinformation) –
Hier matin, François Hollande a accueilli les quatre otages français libérés la veille à l’aéroport de Villacoublay. Ces salariés d’Areva avaient été enlevés en 2010 au Niger.

Outre la satisfaction de retrouver ces citoyens français en vie, les conditions de leur libération suscitent déjà de nombreuses interrogations. D’après les révélations du journal Le Monde, il y a bien eu une contrepartie financière, de plus vingt millions d’euros. Cet argent serait issu de fonds secrets alloués aux services de renseignement. Ces informations ont été immédiatement démenties par le ministre de la Défense Jean Yves Le Drian.

Lire la suiteNiger : les circonstances de la libération des otages restent troubles

Prise d’otage islamiste à la prison de Full Sutton

Prise d’otage islamiste à la prison de Full Sutton

29/05/2013 – 08h00
FULL SUTTON (NOVOpress) –
Dimanche, dans la prison de haute sécurité de Full Sutton (nord-est de l’Angleterre), trois délinquants islamistes ont pris en otage un gardien et blessé un autre. Selon l’association des gardiens de prison, un des gardiens a été « pris en otage » et la police antiémeute est intervenue pour le libérer. Le gardien a été blessé, ainsi qu’une de ses collègues qui tentait de s’interposer.

Lire la suitePrise d’otage islamiste à la prison de Full Sutton

Prise d’otages en Algérie : la réaction de Philippe Vardon

Prise d'otages en Algérie : la réaction de Philippe Vardon

L’Algérien Mokhtar Belmokhtar, à l’origine de l’attaque du site gazier. Crédit photo : DR

17/01/2013 – 23h30
NICE (NOVOpress) – Même si très peu d’informations circulent pour l’instant et que l’on ne connaît pas encore le nombre exact de morts et de blessés, selon l’agence Reuters deux Français se trouveraient parmi les morts qui font suite à l’assaut de l’armée algérienne pour mettre fin à la prise d’otages sur le site gazier, l’un serait un otage, l’autre un islamiste.

A la suite de cette annonce par Reuters, Philippe Vardon a réagi : “C’est évidemment totalement dramatique. Je pense au film Irréversible (de Gaspard Noé, Note de Novo) en voyant cet enchaînement : chaque action a une conséquence ! Cette prise d’otages en Algérie est la conséquence de l’intervention au Mali, pas d’intervention au Mali sans la déstabilisation provoquée par celle en Libye.” Mais surtout “la mort des deux personnes de nationalité française a quelque chose d’éminemment symbolique. Même dans cet événement on retrouve la fracture profonde de notre société. L’un des deux était otage, l’autre était un islamiste preneur d’otages.”

Armée française engagée au sol au Mali, et prise d’otages en Algérie [MàJ]

Armée française engagée au sol au Mali et prise d'otages en Algérie

Complexe gazier de Tiguentourine. Copie d’écran de Google Earth.

Mise à jour – 17/01/2012 – 21h00 – L’armée algérienne intervient depuis cet après-midi dans la prise d’otages. Les informations sont toujours confuses sur la situation et le nombre de morts, selon certaines sources important parmi les otages. Un otage algérien qui s’est échappé a indiqué que les preneurs d’otages disent qu’ils tueront les “chrétiens et les infidèles” mais ne s’en prendront pas aux musulmans.

17/01/2013 – 14h00
PARIS (NOVOpress/Bulletin de réinformation) – Après plusieurs jours d’opérations aériennes au nord-Mali, l’armée française est engagée au sol depuis hier.

Officiellement, cette intervention vise à sauver ce pays d’Afrique subsaharienne de la submersion islamiste. Mais déjà six jours après le début de l’intervention militaire, la situation reste mouvante, sans véritable front. Et ce alors qu’un pilote d’hélicoptère français, le chef de bataillon Damien Boiteux, est tombé pour la France vendredi dernier.

La France a-t-elle encore les moyens matériels suffisants pour ce type d’intervention ?

Il semble qu’après des années de coupes budgétaires dans le domaine militaire, la France soit contrainte de faire sans cesse appel à une assistance technique de plusieurs pays alliés.

Lire la suiteArmée française engagée au sol au Mali, et prise d’otages en Algérie [MàJ]

Interview avec le commandant de “l’Opération Jaque” de libération d’otages en Colombie

Íngrid Betancourt allumant une bougie dans le sanctuaire de Lourdes, le 12 juillet 2008, 10 jours après sa libération.

Par Eduardo Mackenzie, 2 juillet 2011.

La discrète réunion a eu lieu dans la salle de restaurant d’un hôtel parisien le 1er juillet 2011. Sept journalistes des média les plus prestigieux de France et moi-même avions été invités par l’Association des Journalistes de Défense pour un déjeuner avec le militaire colombien qui avait joué, le 2 juillet 2008, sous le pseudonyme de José Luis Russi Caballero, le rôle d’un expert colombo-italien en droit international humanitaire et négociateur en chef, alors qu’il était, en fait, le commandant tactique de l’opération Jaque, aujourd’hui mondialement célèbre.

Lire la suiteInterview avec le commandant de “l’Opération Jaque” de libération d’otages en Colombie