Nucléaire : nouvel échec des négociations entre Téhéran et l’AIEA

Nucléaire : nouvel échec des négociations entre Téhéran et l'AIEA

14/02/2013 – 14h00
PARIS (NOVOpress) –
L’AIEA (Agence internationale de l’énergie atomique) n’est pas parvenue mercredi 13 février à un accord avec les autorités iraniennes sur le dossier du nucléaire, rapporte ce jeudi le New-York Times se référant à une déclaration de Herman Nackaerts (à gauche sur la photo), chef des inspecteurs de l’agence.

Lire la suiteNucléaire : nouvel échec des négociations entre Téhéran et l’AIEA

Programme nucléaire iranien : nouvelle « guerre des mots » américaine ?

Programme nucléaire iranien : nouvelle « guerre des mots » américaine ?

Photo ci-dessus : Le site nucléaire IR-40 à Arak, en Iran.

01/02/2013 – 20h45
PARIS (NOVOpress via Bulletin de réinformation) – Selon un document de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) rendu public hier à Vienne, l’Iran déclare avoir l’intention de moderniser ses équipements sur le site de Natanz.

Dans une lettre datée du 23 janvier, l’Iran a informé l’AIEA que des centrifugeuses de type IR2m seraient utilisées dans l’unité A‑22 du site d’enrichissement d’uranium de Natanz, au centre du pays. A priori, rien de scandaleux dans cette annonce, totalement compatible avec la détermination affichée de la République islamique d’enrichir de l’uranium à des fins pacifiques, jusqu’à 5% pour produire de l’électricité, ou jusqu’à 20% afin d’alimenter un réacteur fabricant des isotopes utilisés pour la recherche médicale.

Lire la suiteProgramme nucléaire iranien : nouvelle « guerre des mots » américaine ?

Nucléaire iranien : la rencontre des « Six » repoussée en février

Nucléaire iranien : la rencontre des « Six » repoussée en février

30/01/2013 – 08h00
TEHERAN (NOVOpress) – Initialement prévue pour fin janvier, la nouvelle rencontre entre l’Iran et les six médiateurs internationaux – Russie, États-Unis, Grande-Bretagne, France, Chine et Allemagne –, dits les « Six », sur le dossier nucléaire iranien se tiendra finalement en février, a annoncé lundi Michael Mann, porte-parole de la diplomatie européenne., sans toutefois en préciser davantage.

Lire la suiteNucléaire iranien : la rencontre des « Six » repoussée en février

Pyongyang va renforcer son potentiel nucléaire

Pyongyang va renforcer son potentiel nucléaire

Le mausolée des deux précédents maîtres de la Corée du Nord, Kim Il-sung et son fils Kim Jong-il.
Kim Jong-Un, le petit-fils de Kim Il-sung, est actuellement à la tête du pays : la première dynastie dictatoriale communiste.

23/01/2013 – 20h45
TOKYO (NOVOpress) – La Corée du Nord vient d’annoncer son intention de renforcer son potentiel militaire et nucléaire, faisant ainsi une croix sur les négociations sur la dénucléarisation de la péninsule, comme l’a annoncé mercredi l’Agence télégraphique centrale de Corée du Nord. “Nous adopterons les mesures nécessaires afin de renforcer notre puissance militaire, notamment les systèmes de dissuasion nucléaire”, indique l’Agence dans un communiqué officiel du mardi 22 janvier.

Lire la suitePyongyang va renforcer son potentiel nucléaire

Inde/Pakistan : nouvelle escalade au Cachemire

Inde/Pakistan : nouvelle escalade au Cachemire

Le découpage du Cachemire entre l’Inde et le Pakistan.La ligne rouge indique le territoire traditionnel de l’État princier précédant l’indépendance. Crédit photo : Spiridon Ion Cepleanu via Wikipédia(cc).

16/01/2013 – 08h00
PARIS (NOVopress) – “Répondez au feu par le feu”, l’ordre lancé lundi 14 janvier par le chef de l’armée indienne, Bikral Singh, à ses commandants postés dans la région du Cachemire, est on ne peut plus clair. Celui-ci fait suite à l’escalade de violence toute récente dans la région où les accrochages se sont multipliés la semaine dernière. D’un côté comme de l’autre, on affirme que deux soldats de chacune des factions ont été tués par les forces adverses.

Lire la suiteInde/Pakistan : nouvelle escalade au Cachemire

Le gouvernement japonais annonce une sortie du nucléaire sur 30 ans

Le gouvernement japonais annonce une sortie du nucléaire sur 30 ans

16/09/12 – 08h00
TOKYO (NOVOpress)
– Le drame de Fukushima et la mobilisation populaire anti-nucléaire qui l’a suivi auront finalement conduit le gouvernement japonais à annoncer, vendredi, une sortie progressive de nucléaire échelonnée sur 30 ans.

Le gouvernement va instaurer toutes les mesures possibles pour amener la production nucléaire à zéro pendant les années 2030“, indique le nouveau plan énergétique japonais communiqué à la presse internationale.

Cette annonce est un grand défi politique et sociétal visant à «créer un nouveau futur » selon les termes du document officiel.

Lire la suiteLe gouvernement japonais annonce une sortie du nucléaire sur 30 ans

Une fumée à Fessenheim pour cacher Notre-Dame-des-Landes

Une fumée à Fessenheim pour cacher Notre-Dame-des-Landes

07/09/2012 – 12h00
NANTES (NOVOpress Breizh) –
François de Rugy n’a pas tardé à briser le silence que Novopress soulignait avant-hier. Mais au lieu de parler de l’aéroport de Notre-Dame des Landes, il a tenté de monter en épingle un incident minime survenu à Fessenheim (photo ci-dessus).

Toute la presse a évoqué l’incident survenu hier à la centrale nucléaire de Fessenheim – qui du coup a pris des proportions considérables. Pourtant, il était parfaitement anodin. Le site web officiel de la centrale le décrit ainsi : « Le 5 septembre 2012 à 15h00, lors d’une manutention d’eau oxygénée dans la partie nucléaire de l’installation, un déversement du produit a provoqué un dégagement de fumée conduisant à l’intervention des secours EDF et des pompiers ».

Lire la suiteUne fumée à Fessenheim pour cacher Notre-Dame-des-Landes

Japon : 100 000 personnes dans la rue contre le nucléaire

Japon : 100 000 personnes dans la rue contre le nucléaire

19/07/12 – 14h30
TOKYO (NOVOpress)
– Plus de 100 000 manifestants anti-nucléaires ont défilé dans les rues de Tokyo lundi pour clamer leur opposition à l’énergie atomique et tenter de faire pression sur le Premier Ministre du Japon, Yoshihiko Noda.

Dans un pays encore traumatisé par la catastrophe de Fukushima et marqué historiquement par une conscience aigüe des drames nucléaires, il s’agissait de la plus grande manifestation depuis que Yoshihiko Noda a déclaré le mois dernier que le Japon avait besoin de redémarrer les réacteurs fermés pour des raisons de sécurité afin d’éviter les pénuries d’électricité qui pourraient affecter l’économie.

« Le Japon va se détruire lui-même en construisant des centrales nucléaires dans un pays tellement sujet aux séismes » clamait notamment l’un des manifestants

L’ensemble des 54 réacteurs nucléaires (qui fournissaient 30% de l’énergie du pays) ont été débranchés du réseau après le séisme et le tsunami du 11 Mars 2011, mais deux réacteurs devraient être redémarrés au cours du mois pour éviter des pénuries d’électricité cet été.

Cette décision a été considérée comme une victoire par l’industrie nucléaire du Japon, encore très puissante dans le pays où pourtant les sondages montrent que 70% de la population souhaite l’abandon de la production nucléaire d’électricité.

Credit Photo : ~Pil~ via Flickr (CC)

Projet Skolkovo : la « silicon valley » russe

Projet Skolkovo : la « silicon valley » russe


15/06/2012 – 18h30
MOSCOU (NOVOpress) —
Contrairement aux idées reçues, la Russie ne compte pas vivre éternellement sur sa rente gazière et pétrolière. Elle fait aussi le pari de la recherche de pointe et de l’innovation. Pour atteindre cet objectif, le projet Skolkovo a été lancé en 2009.

Il s’agit de créer une ville nouvelle dans la banlieue sud de Moscou, le Centre de recherche et de développement de Skolkovo. Le centre s’articulera autour de cinq pôles spécifiques : technologies de l’information, biotechnologies, énergie, espace et aéronautique, nucléaire.

Un projet alliant technologies de pointe et préoccupations écologiques

L'originalité du projet vient du fait qu'il s'agit d'un cluster scientifique et écologique.L’originalité du projet vient du fait qu’il s’agit d’un cluster scientifique et écologique. L’utilisation d’énergies propres adaptées au climat russe est au cœur du projet de développement urbain de la ville en construction (voitures électriques, tramways, constructions à échelle humaine peu habituelles en Russie, village urbain redécoupé en cinq villages spécifiques à chaque pôle de recherche). Le projet réunira sur un même site universités, entreprises, laboratoires, chercheurs et étudiants, et starts-up afin de favoriser la synergie entre l’enseignement, la recherche et la valorisation économique de ses applications.

L'utilisation d'énergies propres adaptées au climat russe est au cœur du projet de développement urbain de la ville en construction (voitures électriques, tramways, constructions à échelle humaine peu habituelles en Russie, village urbain redécoupé en cinq villages spécifiques à chaque pôle de recherche).Les missions de l’Institut technologique de Skolkovo (en charge du pilotage scientifique du projet) ont été définies comme suit : se concentrer sur la recherche appliquée, accueillir des chercheurs reconnus mondialement pour développer la recherche de pointe, accueillir des étudiants de haut niveau, les aider à devenir entrepreneurs ou leur faciliter l’intégration dans des grands groupes industriels, intégrer le réseau mondial des universités de recherche et atteindre les plus hauts niveaux des classements mondiaux, soutenir les laboratoires et starts-up établis sur place. Tout est prévu pour rendre Skolkovo attractif pour les chercheurs et les entreprises, aussi bien en terme d’infrastructures (logements, équipements sociaux et culturels) que de statut fiscal (exemption de TVA et d’impôt sur le revenu pour les entreprises réalisant moins de 30 millions de chiffre d’affaire annuel) ou de protection des brevets (adhésion aux normes OCDE).

Le projet doit être financé à la fois par l’État russe et les entreprises privées installées sur le site. La signature de partenariat de recherches avec des grands groupes (Microsoft, Google, Intel, Cisco, Siemens) a crédibilisé le projet sur le plan international. Ces groupes vont implanter des laboratoires de recherche sur place.

La France, partenaire majeur du projet

Mais la France n’est pas en reste. Elle est l’un des partenaires majeurs du projet. Pour commencer c’est un bureau d’études français, AREP (filiale de la SNCF) qui a obtenu l’appel d’offres pour la réalisation architecturale du projet. ALSTOM doit construire les infrastructures de transports et d’électricité et elle a signé un partenariat pour établir un institut de recherche et développement à Skolkovo. EADS (issu de la fusion de l’Allemand DASA, le Français Aérospatiale-Matra et l’Espagnol CASA) va également s’installer sur place pour collaborer plus étroitement avec les entreprises russes spécialisées dans l’industrie spatiale.

Le 9 juin dernier, les responsables russes du projet sont venus en visite en France : « Avec sa force historique dans les domaines du nucléaire, de l’aéronautique et des télécoms, la France dispose d’une expertise unique ». Le 14 juin des starts-up françaises feront le voyage à Skolkovo dans l’optique d’une future implantation.

Le projet ne commence qu’à peine à sortir de terre. Pour accélérer les délais de livraison du projet, les autorités russes ont annoncé que Skolkovo accueillera le G8 en 2014. À cette date la nouvelle « silicon valley » russe devrait être sortie de terre.

Spoutnik, pour Novopress

Crédit photos : Skolkovo Innovation Centre

Dossier nucléaire : l’Iran se trouve de nouveaux alliés‏

Dossier nucléaire : l’Iran se trouve de nouveaux alliés‏

30/03/2012 – 18h30
PARIS (NOVOpress via le Bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) Alors qu’Israël maintient sa pression pour une intervention en Iran, de nouveaux éléments infirment la thèse d’un programme nucléaire militaire à des fins de produire des arme.

Et ces éléments sont à prendre très au sérieux puisqu’ils émanent du Mossad et de la CIA. Les deux services de renseignement affirment je cite « qu’il n’y a pas de preuve que Téhéran possède un programme » selon une source du renseignement américain au New York Times. En outre, les multiples agences de renseignement américaines n’ont pu apporter la moindre preuve du développement de têtes nucléaires et de missiles.

L’Iran a trouvé un nouvel allié en la personne de Hans Blix, ancien Directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique.
« L’AIEA doit être prudente quant aux informations sur le programme nucléaire iranien qui reposent essentiellement sur les données d’Israël et des Etats-Unis », a déclaré M. Blix, dans un entretien accordé à la chaîne qatarie Al-Jazzera. Il ajoute : « Les Israéliens disent depuis de nombreuses années que l’Iran va mettre au point une bombe nucléaire sans pour autant pouvoir fournir des preuves ».

En novembre 2011, Hans Blix s’était déjà fortement opposé à toute attaque militaire contre l’Iran.
Selon Blix, je cite : « L’Iran ne menace personne. Ils n’ont aucun antécédent historique en terme d’agression, ni d’expansion. Ils ont énormément souffert au cours de la guerre contre l’Irak, pendant longtemps. Il n’existe par conséquent aucun signe d’agression ». Le journal britannique The Guardian a demandé à l’actuel chef de l’AIEA, Yukiya Amano, à ne pas emboîter le pas aux politiques des Etats occidentaux envers l’Iran. Dans son édition du vendredi 23 mars 2012, le quotidien britannique a critiqué les politiques adoptées par l’AIEA vis-à-vis de Téhéran et a accusé M. Amano de faire preuve d’une partialité exagérée en faveur de l’Occident en ce qui concerne le dossier nucléaire iranien. De son côté, Robert Kelly, scientifique américain, en tête de la délégation envoyée par l’AIEA en Irak, a confié au Guardian que les chancelleries occidentales étaient sur le point de commettre envers Téhéran les mêmes « erreurs » qu’elles avaient déjà commises en Irak.

Photo : une vue de Téhéran. Crédit photo : Ehsan . Domaine public.

Solidarité européenne : accueillir des enfants de Tchernobyl

Solidarité européenne : accueillir des enfants de Tchernobyl

29/02/2012 – 08h00
LILLE (NOVOpress) –
Le Secours populaire recherche 50 familles d’accueil pour héberger cet été des enfants de Tchernobyl. C’est l’appel lancé sur Europe 1 par Jean-Louis Callens, secrétaire départemental de l’organisation humanitaire (pour écouter l’appel, cliquer ici). Pour la 22ème année, le Secours populaire du Pas-de-Calais organise l’opération « Les Enfants de Tchernobyl ».

Suite à l’accident nucléaire qui s’est produit le 26 avril 1986 dans la centrale nucléaire Lénine, située en Ukraine, le Secours populaire a organisé une opération de solidarité européenne en accueillant plus de 2 000 jeunes dans l’Hexagone. Ils viennent de Biélorussie, un pays limitrophe de la catastrophe de Tchernobyl : deux millions de personnes, dont 800 000 enfants, ont été contaminés. Pendant quelques semaines, ces jeunes Bélarus qui ne sont pas malades, changent d’air et bénéficient de la générosité française. Si vous souhaitez soutenir cette opération, contactez le Secours populaire du Pas-de-Calais. Téléphone : 03 21 71 43 19.

Notre-Dame-des-Landes et EPR : les Verts capitulent en rase campagne (électorale)

Notre-Dame-des-Landes et EPR : les Verts capitulent en rase campagne (électorale)

17/11/2011 – 08h00 NANTES
(NOVOpress Breizh) – Alors qu’ils avaient toujours déclaré que l’abandon du projet de construction d’un aéroport à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) était – avec l’abandon de la filière nucléaire – une condition incontournable pour qu’un accord soit conclu avec le PS, les dirigeants d’Europe Ecologie Les Verts ont signé hier un accord électoral avec les socialistes. Mettant soigneusement de côté leurs « convictions » en échange de l’assurance de disposer d’un groupe de députés à l’Assemblée nationale.

« Si le PS maintient ce projet et passe en force, l’état de grâce est terminé avant d’avoir commencé. On ira partout à la bataille, au rapport de forces, et le PS risque d’avoir des surprises. Il fait une erreur. » Présent à Paris samedi dernier lors de la manifestation organisée contre le projet de construction de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, le député européen (EELV) José Bové était formel. Autant que la secrétaire nationale des Verts Cécile Duflot et la candidate à la présidentielle Eva Joly qui avaient affirmé en juillet dernier, lors d’une manifestation sur le site, que l’abandon du projet Notre-Dame des Landes était une condition « incontournable » de l’accord avec le PS.

Hier, après six mois de négociations, un « accord politique de majorité » a finalement été validé par Martine Aubry et Cécile Duflot (photo). Si cet accord prévoit théoriquement la réduction de la part du nucléaire dans la production électrique de 75 % à 50 % à l’horizon 2025, pour le reste il se contente de belles formules, comme celle sur la nécessité de « reprendre la main sur le système bancaire », celle « d’imaginer un nouveau modèle de développement économique, social et écologique » ou encore de « bâtir une République nouvelle », ce qui à l’évidence ne mange pas de pain.

Par contre aucun terrain d’entente n’a pu être trouvé entre les deux formations sur les deux sujets considérés pourtant comme essentiels par les Verts : la poursuite de la construction de l’EPR (réacteur pressurisé européen) de Flamanville et la réalisation de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Une capitulation en rase campagne d’EELV, en échange de l’assurance d’obtenir un groupe parlementaire à l’Assemblée nationale – et les avantages y afférents – quelle que soit l’issue des élections.

« Ce n’est pas un accord de compromis, c’est un accord de conviction », a déclaré sans rire Martine Aubry. « Nous avons été capables de constater qu’il était vain de chercher un compromis trop éloigné de ce que les uns et les autres pensaient sur le sujet (sic) », a précisé de son côté Cécile Duflot, montrant une fois de plus, s’il en était besoin, des qualités de politicienne aux convictions à géométrie très variable mais aux ambitions bien établies – l’accord devrait lui permettre en effet de devenir député de Paris.

Noël Mamère a évoqué pour sa part « un accord technique de basse intensité ». Un humour (noir) que les opposants au projet de Notre-Dame-des-Landes ne manqueront certainement pas d’apprécier.

Crédit photo : Marie-Lan Nguyen Licence CC

Israël envisage des frappes contre l’Iran

Israël envisage des frappes contre l’Iran

02/11/11 – 13h30
TEL-AVIV (NOVOpress)
– Il ne s’agit plus d’une vague éventualité, régulièrement évoquée par les médias, mais bel et bien d’un débat acharné au sein du gouvernement israélien. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et son ministre de la Défense, Ehud Barak, tentent actuellement de venir à bout de l’opposition d’un grand nombre de ministres à une attaque visant les installations nucléaires iraniennes.

Déjà, en début de semaine, certains médias israéliens avaient affirmé que la « décision était prise », malgré l’opposition des responsables de l’armée et du renseignement. Des affirmations démenties par le chef du gouvernement.

Légitimement inquiets des graves conséquences d’une telle opération militaire, la majorité des principaux ministres seraient encore opposés à cette option, seuls Netanyahu, Barak et le ministre des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, la défendant avec opiniâtreté.

Pour les autres membres du gouvernement, ce sont encore les pressions économiques et diplomatiques qui doivent prévaloir.

Pour la plupart des observateurs, le rapport de l’Agence internationale pour l’énergie atomique (AIEA) à propos du programme nucléaire iranien, qui doit être rendu public le 8 novembre,  aura « une influence décisive » sur les décisions du gouvernement israélien.

[box class=”info”]Crédit photo : Alexandre Prévot sous licence Creative Common[/box]

Après la catastrophe, le Japon veut réduire sa dépendance au nucléaire

Après la catastrophe, le Japon veut réduire sa dépendance au nucléaire [cc] Photo : Sterneck

17/07/11 – 17h50
TOKYO (NOVOpress)
– Le gouvernement du Japon a déclaré qu’il était impératif que le pays réduise sa dépendance à l’énergie nucléaire, suite à la crise nucléaire que traverse le pays depuis quatre mois.

C’est le premier ministre Naoto Kan qui a déclaré cette « nécessité », alors que le pays tente de mettre fin à une crise nucléaire qui dure depuis quatre mois à la suite du tsunami et du séisme qui ont endommagé les réacteurs de la centrale nucléaire de Fukushima.

Le Premier Ministre, de plus en plus impopulaire, semble ainsi vouloir répondre aux légitimes et croissantes inquiétudes de la population concernant l’énergie nucléaire.

« Nous devons revoir notre projet consistant à ce que l’énergie nucléaire contribue à 53% des approvisionnements en électricité d’ici 2030, et réduire le niveau de dépendance à l’énergie nucléaire » a notamment déclaré Naoto Kan.

Un plan d’énergie de base pour 2010 recommandait en effet l’augmentation de la part de l’énergie nucléaire dans les approvisionnements électriques du pays à 53% d’ici 2030 avec la construction d’au moins 14 réacteurs nucléaires. Un projet qui devrait être abandonné au profit du développement des énergies alternatives.

La crise a également fait naître des discussions sur le contrôle du nucléaire par des sociétés privées. De plus en plus de japonais souhaiteraient en effet que ce secteur extrêmement sensible soit placé sous l’autorité de l’État.

Nucléaire/M6 : la vidéo où Eric Besson s’“énerve” disponible sur Internet [vidéo]

Nucléaire/M6 : la vidéo où Eric Besson s'“énerve” disponible sur Internet

18/06/11 – 23h00
PARIS (NOVOpress)
– Alors que l’on pouvait craindre que les déclarations d’Éric Besson sur la plateau de l’émission-phare de M6, Capital et son départ précipité ne soient pas diffusées, le ministre de l’Industrie a indiqué sur son compte twitter ne pas avoir peur de la diffusion des ces images.

D’où la diffusion de l’extrait de Capital sur Internet (notamment le site de M6) et probablement ce dimanche sur M6.

Lire la suiteNucléaire/M6 : la vidéo où Eric Besson s’“énerve” disponible sur Internet [vidéo]