Mieux vaut être islamiste que non-vacciné…, par Ivan Rioufol

Ivan Rioufol

Les non-vaccinés sont traqués par l’Etat hygiéniste et ses rabatteurs, mais les islamistes prospèrent dans l’indifférence de l’ « Etat protecteur ». Alors que le passe vaccinal entre en vigueur ce lundi et officialise le statut de sous-citoyen, M6 a diffusé dimanche soir un reportage (« Zone interdite ») sur l’emprise de l’islam radical à Roubaix : il en ressort le constat d’un système qui, depuis trente ans, laisse prospérer à son aise le poison mortel du fondamentalisme. Aujourd’hui, un ficher S soupçonné de liens avec le djihadisme qui tue est plus libre de ses mouvements qu’un citoyen ordinaire privé de son laisser-passer, qui lui interdit désormais de prendre un TGV. L’autoritarisme d’Emmanuel Macron s’est épanoui dans sa « guerre » contre le Covid : elle est devenue une guerre contre des indésirables coupables de réclamer leur libre consentement face aux vaccins. Cependant, si le chef de l’Etat a su, dans les mots, désigner également le « séparatisme » de la contre-société islamiste, il s’est gardé d’employer la même brutalité réglementaire contre les fanatiques qui narguent la France, la république, la démocratie. A dire vrai, cette lâcheté du pouvoir n’a rien pour surprendre. La macronie n’est que le maillon d’une chaîne de démissions. Ce n’est pas tant l’islamisme qui menace la nation que ceux qui le laissent s’étendre, en fermant les yeux voire en l’encourageant.

A Roubaix, certains magasins vendent des poupées sans visage car Allah interdit la représentation individuelle. Des petites filles de 9 ans portent le voile dans des salles de classes et sont séparées des garçons. Des hidjabs sont vendus dans des magasins. Des associations islamistes sont subventionnées sous couvert d’une raison sociale anodine. A l’annonce de la diffusion de ce reportage, des appels au boycott de M6 ont été lancés. La France Insoumise a qualifié cette enquête de « reportage ordurier » visant à « salir Roubaix et les musulmans ». A droite, de nombreux responsables s’indignent de ces révélations et appellent au réveil des consciences. Mais rien de ce qui est décrit dans ce reportage ne devrait surprendre. Déjà, en 1996, « Le paradoxe de Roubaix », écrit par Philippe Aziz, avait alerté sur l’emprise du communautarisme islamiste.

L’ouvrage soutenait que la ville, à majorité musulmane, était devenue « une cité-laboratoire exemplaire où cohabite, à côté d’une élite maghrébine cultivée et remarquablement intégrée, une grande foule d’exclus musulmans abandonnés dans des quartiers-ghettos où la police ne s’aventure qu’avec prudence, où les prédicateurs d’un islam radical gagnent chaque jour du terrain ». Cette description avait été contestée par les dénégationnistes. La presse locale avait, à l’époque, dénoncé « une caricature de Roubaix » (La Voix du Nord), une « escroquerie et une manipulation intellectuelle » (Nord Eclair). La politique de l’autruche, que partage l’actuel biopouvoir, reste le meilleur allié de l’islam radical.

Ivan Rioufol

Texte daté du 24 janvier 2022 et repris du blog d’Ivan Rioufol