Victoire du clientélisme UMP à Levens (06)

Victoire du clientélisme UMP à Levens (06)

11/09/2012 — 10h00
NICE (NOVOpress) —
Dimanche avait lieu une élection partielle pour le canton de Levens, dans les Alpes-Maritimes. Nissa Rebela, les Identitaires du Pays niçois, avait un candidat en la personne de Benoît Vardon.

Lire la suiteVictoire du clientélisme UMP à Levens (06)

Negrescro : la polémique continue

Negresco : la polémique continue

10/07/2012 — 12h10
NICE (NOVOpress) — Si l’est une chose qu’il est difficile de nier, c’est que la polémique engendrée par le dernier clip du groupe de rap haineux Negrescro crée la polémique. Pour preuve, la presse nationale (ainsi que régionale) s’en mêle. Que ce soir la presse papier (Libération, Midi libre, le Parisien, le Figaro), les sites d’information (Dontmiss, Atlantico, Cagnes ma ville, Keek, Culturebox), ou la presse audiovisuelle (TF1, RTL, France Télévisions).

Une belle réussite pour les Identitaires de Nissa Rebela, qui, une nouvelle fois, sont au cœur de l’événement.

Une action qui oblige les élus locaux ou nationaux à prendre position. Dernière exemple, Rudy Salles – député UMP-NC de la 3ème circonscription des Alpes-Maritimes, celle sur laquelle se situe le quartier de l’Ariane, où a été tourné le « fameux » clip de Negrescro. Le député a publié un communiqué de pressé dans lequel il s’insurge contre un « vidéo-clip violent et provocateur », qui répand « un sentiment anti-français ». Pour lui, « ces attitudes inacceptables doivent être condamnées ».

Or, comme le fait remarquer Nissa Rebela, également par un communiqué de presse, « il aura vraiment fallu que notre campagne contre le groupe Negrescro prenne une ampleur considérable (avec des articles dans plusieurs médias régionaux et nationaux, et l’ouverture d’une enquête par la police judiciaire) pour que Rudy Salles se sente obligé d’écrire quelques lignes à propos de ces rappeurs sévissant pourtant sur la circonscription dans laquelle il a été élu. En 2009, il n’avait pas contredit ses collègues de la majorité municipale soutenant le groupe et le maintenant à l’affiche d’un festival alors que Nissa Rebela dénonçait déjà des propos intolérables. »

Nissa Rebela-Negrescro : la mobilisation paye

Nissa Rebela-Negresco : la mobilisation paye

06/07/2012 —19h30
NICE (NOVOpress) — L’action menée hier par Nissa Rebela contre le groupe de rap Negresco semble porter ses fruits. En effet, dans un communiqué, les identitaires du Pays niçois indiquent : “Depuis notre conférence de presse ce jeudi matin, de nombreux médias se sont faits l’écho du clip de rap haineux du groupe NEGRESCRO. En mobilisant ainsi les relais médiatiques, nous avons aussi forcé les pouvoirs publics à agir et se positionner. Une enquête de police a été confiée à la Sûreté départementale dans le but d’identifier les auteurs des différentes infractions (routières) émaillant le clip, et – surtout – les porteurs des armes à feu exhibées dans celui-ci.”

Dans ce communiqué, Nissa Rebela affirme vouloir continuer le combat : “Nous attirons à nouveau l’attention des médias et des pouvoirs publics, à la suite de la provocation de NEGRESCRO sur l’église de l’Ariane (où un immense drapeau algérien a été déployé), sur la situation des chrétiens de ce quartier. La possibilité de vivre leur Foi dans la dignité, la tranquillité et le respect doit être assurée. Nous serons particulièrement attentifs à cela. Si désormais l’affaire est sur la place publique – et c’était là notre premier objectif – nous n’en demeurons pas moins vigilants. Nous voulons que la police fasse toute la lumière sur ces armes, nous voulons que ce groupe cesse de sévir dans notre ville, nous voulons que les chrétiens – désormais minoritaires dans le quartier musulman de l’Ariane – soient protégés et respectés. NEGRESCRO BASTA !”

Dans un autre communiqué, Nissa Rebela appelle le maire de Nice à faire son mea culpa. En effet, Christian Estrosi explique qu’il est choqué par le comportement d’un groupe… qu’il soutenait en 2009.

[Màj] Nissa Rebela en pointe contre le rap qui prône le racisme anti-français

Nissa rebela en pointe contre le rap qui prône le racisme anti-français

06/07/2012 — 12h45
NICE (NOVOpress) —
La presse a relayé l’action de Nissa Rebela. Nice Matin, ici. Et France 3 dans la vidéo ci-dessous.

05/07/2012 — 19h00
NICE (NOVOpress) — Negresco, ce nom n’évoque pas là le palace niçois mais un groupe de rap, qui prône la haine anti-française (photo ci-dessus). Groupe de rap qui plus est soutenu par la mairie de Nice et l’adjointe au maire chargée de la culture. Et ce depuis 2009. Dernier “morceau de bravoure” de Negresco et de son chanteur “Pap”, le clip ci-dessous où comme l’indique Nissa Rebela dans un dossier remis à la presse : “Dans une ambiance de « gang » où les rappeurs et leurs amis font clairement comprendre qu’ils sont chez eux (faisant des rodéos en scooters et motos, sans casques évidemment, à quelques mètres de l’un des principaux commissariats de la ville), l’apologie d’un mode de vie baigné dans la délinquance et la criminalité y est omniprésente.

A plusieurs reprises, derrière ‘Pap’, des hommes cagoulés ou casqués (bizarre cette tendance à mettre des casques quand on est à pied et pas sur sa moto…) exhibent des armes à feu. Armes de poing, fusils à pompe et même un fusil d’assaut de type kalashnikov ! Habitués aux fanfaronnades des petites frappes de cité, on pourrait croire qu’il s’agit d’imitations. Il semble pourtant qu’il n’en soit rien… Nous avons pu en avoir confirmation auprès d’instructeurs de tir et de policiers : le bruit et le rythme du tir de la ‘kalash’ ne laissent pas de doute, il s’agit bien d’une arme réelle !

Dans le clip, on voit aussi de jeunes hommes monter sur le toit de l’église Saint-Pierre de l’Ariane et accrocher un énorme drapeau algérien sur la façade, couvrant ainsi le Saint-Pierre. On ne peut franchement s’imaginer qu’il s’agisse d’un hasard…”

Ce matin, à 10h30, Philippe Vardon a tenu une conférence de presse pour rappeler les actions menées par Nissa Rebela contre le rap haineux. Mais aussi pour mettre la mairie face à ses responsabilités, auprès du Procureur et du Préfet afin qu’une enquête (sur les armes à feu utilisées dans le clip par exemple) et des poursuites soient diligentées.

Cette conférence de presse semble avoir porté ses fruits puisque France 3 Nice annonce sur tweeter que Christian Estrosi a alerté le procureur.

D’autre part, Philippe Vardon et le chanteur de Negresco seront interrogés par France 3 Nice à ce sujet.

[Exclusivité NOVOpress] quand des militants UMP créent un faux site FN-Nice pour attaquer une candidate du Rassemblement Bleu Marine !

[Exclusivité NOVOpress] quand des militants UMP créent un faux site FN-Nice pour attaquer une candidate du Rassemblement Bleu Marine !

07/06/2012 — 09h30
NICE (NOVOPress) — Depuis hier, divers comptes plus ou moins anonymes sur twitter tentent de faire connaitre le site www.fn-nice.com.

S’ouvrant sur un sondage étonnant, semblant d’emblée s’attaquer à la notoriété de la candidate du FN-Rassemblement Bleu Marine dans la 5ème circonscription des Alpes-Maritimes (elle est évoquée entre Jacques Peyrat, l’ancien maire de Nice, et Philippe Vardon, président de Nissa Rebela et membre de la direction du mouvement identitaire), le site reprend les codes esthétiques des sites officiels du Front National. Un compte youtube FN-Nice a même été créé pour l’occasion.

On comprend pourtant très vite qu’il est en fait question pour ce site de s’en prendre à la candidature de Danielle Cardin, présentée comme “une candidate loin de chez nous”. Il est vrai que la malheureuse n’a pas hésité dans la presse à revendiquer son statut de “parachutée” dans la circonscription (un petit saut, elle vient des alentours de Grasse, mais qui compte terriblement dans un territoire aussi enraciné que le haut-pays niçois), et que les interventions vidéos reprises sur le site sont assez déconcertantes. Les autres candidats lui étant opposés dans le débat, les journalistes de Nice Matin et Radio France Bleu Azur, et même l’ensemble de la rédaction de NOVOpress cherchent encore à comprendre ce qu’elle a voulu expliquer concernant le logement social

Cette candidate a finalement été préférée par la direction du Front National à celle de Philippe Vardon, qui avait demandé le soutien du FN (dans le cadre du Rassemblement Bleu Marine). Las, ne souhaitant pas favoriser la candidature de Christian Estrosi en maintenant la sienne, Philippe Vardon avait décidé dans un geste élégant et responsable de se retirer de la course, concentrant son énergie “à soutenir le rassemblement là où il est une réalité effective : dans la 1ère circonscription avec la candidature de Jacques Peyrat”.  Il participe depuis à dynamiser la campagne de Jacques Peyrat, tant sur le terrain que dans le cadre de différentes réunions publiques dans les quartiers niçois.

Cité dans le sondage d’accueil – et même trois fois sur la page centrale du site – de FN-Nice, Philippe Vardon est ici largement instrumentalisé. Se basant sur tout cela, des esprits tordus auraient certainement pu imaginer que le site en question était une vengeance interne au FN, ou même provenait des rangs identitaires. Il n’en est pourtant rien. NOVOpress est en mesure de vous révéler que ce site a été créé par un militant UMP, des Jeunes Populaires précisément, jouissant d’une certaine proximité avec plusieurs élus des Alpes-Maritimes.

Une simple recherche “who is” permet d’identifier la personne ayant déposé le nom de domaine www.fn-nice.com. Il s’agit d’un certain Alexandre Ajacques.

Poursuivant les investigations (à l’aide d’un simple ordinateur et d’une connexion internet, toutes les informations de cet article étant publiques), on peut découvrir grâce à Twitter et Facebook qu’Alexandre Ajacques est en fait un militant des Jeunes Populaires des Alpes-Maritimes.  Un militant très actif puisqu’on peut le voir dans plusieurs réunions (et même carrément sur la scène) , collant des affiches, ou aux côtés de ses dirigeants (avec Eric Ciotti, Benjamin Lancar, Lionnel Luca ou Christian Estrosi). Il est aussi un fervent propagandiste de ses “héros” sur les réseaux sociaux.

Alexandre Ajacques, “propriétaire” du site, aurait-il été aidé dans sa conception par un autre militant des Jeunes Populaires ? Anthony Bressi semble avoir le profil tout indiqué, lui qui se définit sur son compte twitter comme “Développeur web / Infographiste / Community Manager / Présent sur Twitter sous de multiples identités…”. Un geek en somme, qui semble bien être le tout premier à avoir annoncé l’existence du site www.fn-nice.com, pile au même moment que le compte Twitter “Madame Michu” désormais célèbre relai de l’UMP.

Sur les réseaux sociaux toujours, Alexandre Ajacques n’hésite pas à se faire le zélé défenseur de ses chefs, s’en prenant à ceux qui les égratignent… et par exemple à Philippe Vardon ! Dont il semble pourtant si amoureux quand il s’agit de l’utiliser pour dénigrer Danielle Cardin.
Il semble, à en croire les photos, très proche de Christian Estrosi puisqu’on peut les voir partager des moments de complicité comme une petite partie de baby-foot. Alexandre Ajacques – militant UMP et propriétaire du faux site www.fn-nice.com rappelons-le – apparaît aussi comme un proche de Marine Brenier, jeune conseillère municipale de Nice et responsable des Jeunes Populaires 06.

Si proche, qu’elle fut aussi parmi les premières à “retweeter”, c’est-à-dire à relayer donc, l’existence du site www.fn-nice.com et les propos de Mme Cardin que celui-ci rapporte.

Arrivés à ce stade de notre “enquête”, il est clairement établi que ce site a été réalisé par un ou des militants de l’UMP pour plomber un peu plus la candidature de Danielle Cardin (FN) dans la 5ème circonscription, et donc favoriser celle de Christian Estrosi. Nous avons aussi établi qu’il existait entre le propriétaire de ce site, Alexandre Ajacques, et Christian Estrosi ou Marine Brenier une proximité évidente. Que celle-ci (conseillère municipale de Nice, avec une délégation, et conseillère métropolitaine tout de même) ait elle-même relayé très rapidement le faux site ne laisse que peu de doutes sur le fait qu’elle en connaisse l’origine.

Alors que l’affaire des faux-vrais tracts de Mélenchon à Hénin-Beaumont ne cesse de faire l’actualité, il serait désormais de bon ton que Marine Brenier et surtout Christian Estrosi s’expliquent sur l’affaire du faux-vrai site FN de Nice !

Jean Gastaud

PS : Lorsqu’il avait appris que le FN ne soutiendrait pas sa candidature et préférait envoyer Danielle Cardin, Philippe Vardon avait écrit : “Christian Estrosi doit en être ravi”. Interrogeant ce dernier, le quotidien Nice Matin lui avait demandé voici quelques jours : “Philippe Vardon, de Nissa Rebela, a renoncé à vous affronter au profit d’une candidate du FN parachutée : c’est un bonus pour vous ?”. Il semble bien que les attaques de l’UMP contre le FN, relayées par ce faux site, confirment cela. Dans cette campagne, la candidature de Danielle Cardin aura bien été une chance pour Estrosi.

Impact de l’implantation des identitaires niçois sur les résultats électoraux du FN sur le canton de Nice 3

Impact de l’implantation des identitaires niçois sur les résultats électoraux du FN sur le canton de Nice 3

Nous vous livrons ici (sur le site de Nissa Rebela, note de Novopress) une passionnante étude de sociologie électorale effectuée par l’une des responsables de l’association Les Identitaires (qui a en charge la formation et la réflexion intellectuelle et stratégique dans le mouvement identitaire). Cette étude tend à démontrer – chiffres à l’appui – que l’implantation identitaire dans le canton de Nice 3 y a renforcé le vote FN lors des scrutins nationaux. Exemple simple : alors que Marine fait, en 2012, 2270 voix de moins que le total JMLP/Mégret de 2002 sur Nice Ville, elle dépasse de 401 voix ce même total sur le seul canton de Nice 3 !

En 2001, sur le canton de Nice 3, ouvre la Librairie du Paillon, dirigée par Benoît Lœuillet. C’est la première pierre, encore inconsciente, de l’implantation des identitaires niçois dans le quartier du Port. En 2004, de l’autre côté du pâté de maison de la librairie, les JI Nissa inaugurent leur première maison de quartier, La Maioun. Peu à peu, différents militants ou sympathisants identitaires s’installent dans le quartier, pour y habiter ou y exercer leur activité professionnelle. En 2010, après la fermeture de La Maioun, c’est proprement au dos de la librairie que les identitaires niçois ouvrent leur nouveau local, Le Bastioun qui devient aussi, de fait, le siège de Nissa Rebela.

Depuis les législatives de 2007, Nissa Rebela est régulièrement représentée aux élections qui se déroulent sur ce canton, Philippe Vardon y obtenant 4,44% aux cantonales de 2011 (394 voix).

I – Le meilleur canton FN en 2012

Quatrième meilleur canton (sur 14) pour Jean-Marie Le Pen le 21 avril 2002 (29,29%), il est devenu, au premier tour des présidentielles 2012, le meilleur canton de Nice pour Marine Le Pen (28,33%). Quand Marine gagne 99 voix sur tout Nice par rapport à son père en 2002, elle en gagne 714 sur Nice 3. Seul le canton de Nice 9 fait mieux (771 voix de plus) mais il a connu une hausse du nombre d’électeurs inscrits de 10,6% entre 2002 et 2012 alors que le nombre d’inscrits de Nice 3 n’a progressé que de 1,7%. Mieux, alors que Marine fait, en 2012, 2270 voix de moins que le total JMLP/Mégret de 2002 sur Nice Ville, elle dépasse de 401 voix ce même total sur le seul canton de Nice 3 !

Bref, en pourcentage comme en voix, le canton de Nice 3 est devenu en 10 ans le bastion du vote Le Pen à Nice. Difficile de ne pas voir un lien entre cette évolution et le fait que ce canton soit aussi le “bastioun” militant des identitaires niçois…

Pour se faire une idée plus précise de ce phénomène, nous avons comparé les résultats du vote Le Pen sur le canton de Nice 3, le canton de Nice 12 (qui appartient à la même circonscription législative) et la ville de Nice aux élections présidentielles et européennes entre 2002 et 2012. Pour le 21 avril 2002, le score de Bruno Mégret est indiqué. Tous les résultats sont issus de ce site.

Pour lire la suite

Campagne “Hollande n’est pas mon Président” : les identitaires rassemblent 220 personnes à Nice

Campagne “Hollande n’est pas mon Président” : les identitaires rassemblent 220 personnes à Nice

[box class=”info”] Dans le cadre de la campagne des identitaires Hollande n’est pas mon Président”une manifestation a eu lieu à Nice vendredi soir. Ci-dessous la relation de ce rassemblement par le Bloc Identitaire. [/box]

Moins d’une semaine après l’élection de François Hollande à la présidence de la République, c’est à l’appel de Nissa Rebela – les identitaires du Pays Niçois – que 220 personnes se sont rassemblée devant la permanence du Parti Socialiste à Nice.

Ce rassemblement avait comme objectif de rappeler aux socialistes qu’ils n’ont recueilli les suffrages que de 32% des Français en âge de voter, et qu’ils ne jouissent donc pas d’une légitimité suffisante pour lancer des réformes aussi fondamentales pour notre société que le droit de vote des étrangers ou l’accès au mariage et à l’adoption pour les couples homosexuels.

Un responsable des jeunes identitaires de Jouinessa Rebela a rappelé qu’il existait dans notre pays une toute autre jeunesse que celle qu’on a vu “fêter” la victoire de François Hollande sur la Place de la Bastille dimanche soir. Une jeunesse fière des drapeaux de ses ancêtres (dans le rassemblement se côtoyaient drapeaux niçois et drapeaux tricolores). Appelant les très nombreux jeunes présents à la résistance dans les lycées et les facs, il a clairement opposé la génération identitaire à la génération Hollande.

C’est ensuite le délégué local de l’association Nationalité-Citoyenneté-Identité (militant contre le droit de vote des étrangers, et organisatrice des récentes assises “la France en danger”) qui a pris la parole. Dominique Guermouh a comme particularité d’avoir milité pendant plusieurs années dans les rangs du PS, et c’est ainsi en tant que connaisseur qu’il a pu expliciter la vision de la France de nombreux élus et militants socialistes.

Campagne “Hollande n’est pas mon Président” : les identitaires rassemblent 220 personnes à Nice

Philippe Vardon, porte-parole de Nissa Rebela et membre du bureau directeur du mouvement identitaire, a terminé avec un discours vigoureux ponctué de slogans repris par la foule. Un discours qu’il n’a pas conclu en lançant “l’Internationale” mais “Nissa la bella”, l’hymne niçois. Une manière supplémentaire de démonter que nous nous battons au nom de nos traditions, de nos racines, de notre plus vieille mémoire. L’identité contre l’idéologie.

Avec ce rassemblement, mais surtout avec le succès immense rencontré par la campagne “Hollande n’est pas mon Président” (et cela bien au-delà des réseaux militants habituels du mouvement) [voir des exemples sur Novopress], les identitaires démontrent qu’ils seront bien le fer de lance de la lutte politique et culturelle qui va désormais opposer le camp de la défense des racines à la gauche folle.

[box class=”info”] Plus de photos de ce rassemblement sur le site de Nissa Rebela.

Plus de renseignements sur cette campagne sur le site Hollande n’est pas mon Président. On peut y commander affiches et autocollants. [/box]

Nissa Rebela fête la sauvegarde du centre Costanzo : entretien avec Philippe Vardon [audio]

09/02/2012
NICE (NOVopress) – Après presque deux années de lutte, le Centre Costanzo de Nice est enfin sauvé. Sous la pression populaire, la municipalité a fini par racheter à Bouygues Immobilier le bâtiment. Samedi dernier, les habitants des quartiers de Riquier, Barla, République et Risso se sont retrouvés afin de fêter cette victoire face aux spéculateurs, mais également face à la mairie de Nice, qui avait au départ refusé d’acheter le bâtiment pour le laisser au promoteur immobilier.

Nissa Rebela, les Identitaires du Pays Niçois, a participé depuis le début de la lutte, il y a deux ans, à toutes les actions, tous les tractages pour sauver ce bâtiment historique de Nice.

Son président, Philippe Vardon, a accepté de revenir sur ce combat et sur cette victoire au micro de Novopress

[MEDIA not found]

Nissa Rebela attaque en justice le bail unissant la ville de Nice à la mosquée Ar-Rahma

Nissa Rebela attaque en justice le bail unissant la ville de Nice à la mosquée Ar-Rahma

19/01/2012 – 14 h – NICE (NOVOpress) – Depuis près d’un an, les identitaires de Nissa Rebela mènent le combat en première ligne contre la transformation d’une partie du centre-ville en « quartier musulman » (l’expression est de l’AFP !), ghetto communautaire où le peuple historique de Nice devient résiduel.

Il y a eu « l’apéro porchetta-rosé » (version relocalisée du fameux “apéro saucisson-pinard”) permettant de faire cesser pendant plusieurs mois les prières de rue en mettant sur le devant de la scène médiatique cette occupation scandaleuse du pavé niçois par des musulmans aux visées politico-religieuses ; il y a eu aussi l’intense mobilisation et le lobbying auprès de la mairie pour empêcher l’ouverture d’une seconde mosquée (par des islamistes radicaux liés aux Frères Musulmans) dans le quartier en lieu et place d’un restaurant de 250m², la mairie finissant par préempter les lieux sous la pression ; il y a eu l’intervention – en pleine rentrée politique de l’UMP et devant plusieurs minsitres réunis à Nice – de plusieurs militants brandissant des pancartes et scandant “Estrosi complice : pas de mosquées à Nice !”.

Rue de Suisse aussi, la municipalité a acheté les locaux occupés illégalement (sans titre et sans verser de loyer) par les musulmans depuis ONZE ans. Mais cette fois-ci pour les relouer à ces derniers ! Entérinant ainsi la présence de la mosquée Ar-Rahma, et cela à travers l’utilisation de fonds publics.

La ville de Nice a acheté des locaux avec l’argent des contribuables dans le but d’en faire profiter les musulmans en leur relouant les mêmes locaux qu’ils squattaient auparavant. Christian Estrosi espérant ainsi acheter la paix, favorisant au passage la tendance la plus dure de l’islam en pactisant avec l’imam Magamadov et l’UOIF.

C’est au cours d’une conférence de presse tenue voici moins d’une heure que Philippe Vardon – président de Nissa Rebela – et Me Pierre-Vincent Lambert ont annoncé que la lutte contre l’islamisation du Pays Niçois allait désormais se déplacer sur un nouveau terrain. Désormais, c’est donc sur le terrain judiciaire que ce combat va continuer à travers une action dénonçant cette violation manifeste du principe de laïcité s’appliquant aux institutions de la République. Philippe Vardon – en tant que contribuable de la ville de Nice – a ainsi déposé plainte devant le Tribunal Administratif de Nice contre le bail établi entre la ville et les musulmans. Il est soutenu par l’Association de Défense de la Laïcité, présidée par Me Pierre-Vincent Lambert, qui s’est associée à son action en justice.

Affaire à suivre… de près !

Présidentielles 2012 : les adhérents de Nissa Rebela se prononcent pour le soutien à Marine Le Pen

Présidentielles 2012 : les adhérents de Nissa Rebela se prononcent pour le soutien à Marine Le Pen

06/01/2012 – 19h
NICE (NOVOpress) – C’est à l’occasion de la traditionnelle galette des rois et de la présentation de ses vœux que Philippe Vardon-Raybaud a dévoilé ce soir le résultat de la consultation locale organisée auprès des adhérents de Nissa Rebela. En effet, en tant que mouvement associé au Bloc Identitaire mais néanmoins autonome, Nissa Rebela – au même titre qu’Alsace d’Abord – s’est vu offrir la possibilité de se positionner dans le cadre des élections présidentielles indépendamment de la consultation organisée au niveau national. Une belle démonstration de démocratie interne, de souplesse organisationnelle et de maturité politique de la part de l’ensemble du mouvement identitaire.

Si la direction d’Alsace d’Abord a choisi de ne soutenir aucun candidat, il en sera donc tout autrement des identitaires du Pays Niçois. Ce sont 79 % des adhérents qui se sont prononcés pour un soutien à la candidature de Marine Le Pen. Cette position avait été défendue par le bureau dirigeant du mouvement niçois, mettant en avant la volonté affichée par Marine Le Pen d’en finir avec le droit du sol et le regroupement familial (“de véritables mesures de salut public” selon le courrier envoyé aux adhérents) mais aussi la défense par la candidate de mesures de démocratie directe et participative. Un résultat sans appel donc, et pouvant être vu comme tout à fait significatif car Benoît Loeuillet – secrétaire général de Nissa Rebela – a indiqué que plus de la moitié des adhérents s’étaient prononcés dans le cadre de cette consultation. Parmi les autres propositions, l’alignement sur la position qu’exprimera nationalement le Bloc Identitaire a recueilli 9 % des suffrages, et le choix de ne soutenir aucun candidat 12 %. La proposition d’un soutien à Frédéric Nihous, candidat de la ruralité, n’a recueilli aucun vote. Le leader de Chasse-Pêche-Nature-Traditions payant certainement un manque de notoriété et de visibilité dans cette campagne.

Des cadres locaux du Front National ainsi que de l’Entente Républicaine, le parti de Jacques Peyrat (le maire de Nice étant représenté par sa secrétaire générale Catherine Garcia), étaient présents lors de cette galette des rois et Philippe Vardon-Raybaud en a profité pour réaffirmer sa candidature dans la 5ème circonscription aux élections législatives, en appelant au soutien de “tout le camp anti-mondialiste” dans son duel face à Christian Estrosi.

Ce soutien de Nissa Rebela ne préfigure pas forcément le résultat de la consultation nationale organisée par le Bloc Identitaire qui se clôturera le 17 janvier. En effet il reflète aussi une situation locale et des enjeux bien particuliers.

[Tribune libre] Gilbert et Thierry (1/2)

[Tribune libre de Philippe Vardon] Gilbert et Thierry (1/2)

C’est l’histoire de deux bijoutiers. Et de deux familles qui vivent un drame.

Philippe Vardon : Christian Estrosi sur RTL, le grand n’importe quoi !
Philippe Vardon, président de Nissa Rebela (les identitaires niçois)

Dans la périphérie de Lyon, à Bron, Gilbert Lori est mis en examen pour violence avec arme et risque de passer les premiers mois de sa retraite (qu’il prendra le 31 décembre prochain) en prison. Le 15 octobre, il a été victime d’un braquage par deux hommes armés et a riposté au tir de l’un de ses deux agresseurs, le blessant. Déjà, le jour même, il avait passé les 36 heures suivant son agression en garde à vue. En plus des poursuites engagées contre lui, Gilbert Lori et son épouse subissent des menaces. Les « amis » de ses braqueurs viennent cracher sur sa vitrine, le traitant de « bâtard raciste » et « d’enculé de Français ». Si les médias se sont bien gardés de révéler l’origine ou simplement les prénoms des deux braqueurs, on peut considérer ces insultes comme un indice…

A Cannes (plus précisément dans le quartier de Cannes-la-Bocca, bien plus populaire que la Croisette), Thierry Unik lui n’a pas pu riposter, et ne sera donc pas poursuivi par la justice. Les deux ordures ayant braqué sa bijouterie l’ont abattu d’une balle de kalachnikov en pleine tête, le samedi 26 novembre à 18 heures. Âgé de 42 ans, il avait ouvert ce commerce avec son frère jumeau et sa belle-sœur. Jeudi, près de 4 000 personnes ont marché pour honorer sa mémoire. Le journal Nice Matin signalait « la présence discrète du maire de Cannes Bernard Brochand ». Oh oui messieurs les politiques, faîtes vous discrets, très discrets. Car vous êtes les responsables, vous qui avez abandonné votre peuple aux prédateurs.

Mort ou en prison ?

Finalement on peut se demander si ce ne sont pas les deux possibilités offertes par notre société aux victimes de ces braquages de plus en plus violents. Se défendre, c’est passé du statut de victime à celui d’accusé ; ne pas se défendre c’est risquer de passer du statut de vivant à celui de mort.

Les braquages de bijouterie ont augmenté de 33%. Des explications « techniques » peuvent être avancées : la crise bien sûr (sauf qu’il n’est pas certain que les braqueurs en question soient des victimes des délocalisations dans l’industrie…), l’augmentation du coût de l’or et la multiplication des petits comptoirs permettant son rachat, la performance accrue des systèmes de sécurité et d’alarme en particulier qui entrainent vers des actes plus directs et plus violents. Le « car-jacking » qui remplace le vol de voiture simple, le saucissonnage qui prend le relai du cambriolage, le braquage de commerces plutôt que l’attaque de banque, en attendant la prochaine étape (nous y viendrons, Fofana et ses potes nous en ont donné un avant-goût avec le meurtre d’Ilan Halimi) que sera sans aucun doute la multiplication des enlèvements.

Dans une tirade délirante Luc Laventure, le patron de « la chaîne de la diversité » France Ô (que nous finançons tous via la taxe audiovisuelle) avait estimé que la France allait – ou devait, chez ces gens-là on est toujours dans la marche forcée – devenir « le Brésil de l’Europe ». Ah mais oui Luc, on va en manger du paradis multiculturel. Et tu nous diras si tu trouves que ça fait carnaval de Rio quand tu seras ligoté dans le coffre d’un Porsche Cayenne avant d’être traîné dans une cave sordide par des petites frappes… Parce qu’un patron de télé, se diront-ils, ça doit pouvoir se monnayer cher niveau rançon !

Mais puisque nous en sommes à avancer des chiffres, livrons-en quelques autres : entre 2006 et 2009 les violences aux personnes ont augmenté de 19%, les violences gratuites de 50%, les violences commises par des mineurs de moins de 15 ans de 52%, les violences sur les forces de l’ordre de 35%…

Kalach contre flash-balls

Car il n’y a pas que les bijoutiers qui soient victimes de ces fusils d’assaut. Manifestement, une livraison a été assurée dans la région ces derniers temps. Et à Marseille, en l’espace de deux jours, les policiers ont à deux reprises eu à faire face à des voyous armés de kalachnikovs. Un homme de la Brigade Anti-Criminalité est toujours entre la vie et la mort. Intervenant sur un cambriolage à Vitrolles, il s’est retrouvé avec son flash-ball devant un malfrat bien mieux équipé… Il y a toujours des bonnes âmes pour nous expliquer qu’il faudrait enlever les fusils à pompe aux unités de la BAC, car l’arme serait trop agressive ? Et puis on enverra peut-être l’anthropologue Didier Fassin, auteur récent d’une enquête profonde et pas du tout convenue nous expliquant à quel point les policiers sont d’affreux racistes cultivant des proximités avec « des groupes d’extrême-droite », parler à la famille de ce policier de 37 ans (presque) mort ? Juste parce qu’on envoie ces gars au carton contre des braqueurs équipés d’armes de guerre et survoltés à la cocaïne avec des armes « non-létales », affrontant du calibre 7,62 militaire avec des balles en caoutchouc.

Notez que si on envisage de priver les BAC de leurs fusils à pompe (qui ne sont pas utiles que dans une fusillade mais aussi pour ouvrir des portes, etc.), avec la population le problème est déjà réglé depuis longtemps. D’ailleurs, le jour où les Boccassiens rendaient un dernier hommage au bijoutier abattu une nouvelle disposition législative entrait en vigueur, obligeant la déclaration en préfecture des fusils de calibre 12 (le calibre classique des armes de chasse, que l’on ne pouvait déjà acheter qu’en vertu d’un permis de chasse ou d’une licence de tir sportif) à canon lisse, dernières armes y échappant. Dormez tranquilles braves citoyens, l’Etat veille sur tout… et pourra venir chez vous saisir vos armes quand il le jugera utile. « Fear the government that fears your guns »* dit-on aux Etats-Unis.

Tuez, vous êtes filmés

En tous cas, si les « honnêtes citoyens » ont aujourd’hui les plus grandes difficultés pour posséder une arme à feu, c’est loin d’être le cas des truands manifestement. Bien au contraire, les nombreuses fusillades des derniers mois semblent témoigner d’une recrudescence des armes parmi la racaille, et notamment d’armes de guerre. Il est certain que dans un pays qui n’arrive pas à empêcher l’entrée de dizaines de milliers de clandestins, on se demande bien ce qui pourrait empêcher ces armes d’arriver sur le territoire national…
Ainsi, bien équipés, les voyous peuvent donc s’adonner à des séances de ball-traps entre eux (dans le cadre de règlements de compte généralement liés au trafic de drogues qui est désormais au centre de quasiment toutes les activités criminelles), lors de braquages de plus en plus absurdes et violents, ou face aux forces de l’ordre. Et ils tuent de plus en plus souvent. Ce ne sont pas les caméras dont sont si friands les maires UMP qui vont les en empêcher.

Entendons-nous bien – malgré tout le mal que je peux en penser sur le plan philosophique, car nous ne répéterons jamais que nous n’avons aucune sympathie particulière pour les logiques sécuritaires mais nous sommes confrontés à une réalité qui n’a malheureusement rien d’idéal – la vidéosurveillance peut être une aide pour les enquêteurs et permettre (parfois, car on est souvent surpris de se rendre compte que la définition ne permet pas forcément d’identifier une plaque de voiture, etc.) d’appréhender certains malfaiteurs. Mais elle n’est pas et ne sera jamais une vidéoPROTECTION, expression d’une bêtise effarante mise en avant par Christian Estrosi. Non, les caméras ne protègent pas, car elles n’empêchent pas (ou peu) la commission des actes.

Cette logique correspond en la croyance que la technique peut forcément, toujours, apporter des réponses. Après tout on a bien remplacé les ouvriers par des machines, on devrait pouvoir remplacer les policiers par des caméras…

La technologie (que l’on parle de vidéosurveillance, de balises GPS planquées dans des bijoux, ou de toute autre bonne idée) n’empêchera pas une petite racaille les narines remplies de drogue d’abattre un commerçant. Des effectifs de police renforcés, patrouillant à pied dans les zones à risques, voilà de quoi apporter une solution – ou tout au moins une vraie dissuasion – en amont. Pas après le drame.

Philippe Vardon-Raybaud, président de Nissa Rebela
Auteur d’Éléments pour une contre-culture identitaire (IDées, 2011)

Photo en Une : Thenys via SXC (cc)