Etats-Unis : une nageuse « transgenre » fait des vagues

transgenre

C’était prévisible, et même inévitable, et nous l’avions annoncé, avec quelques autres, sous les quolibets méprisant des belles âmes progressistes : l’intégration d’athlètes « transgenres » – c’est-à-dire des hommes – dans les compétitions sportives féminines allait déséquilibrer et fausser celles-ci et même, à terme, les faire imploser. Démonstration aujourd’hui par la natation féminine américaine.

En effet, à 22 ans, Lia Thomas a multiplié ces derniers mois les belles performances et les records dans les bassins universitaires américains. Seul problème, « Lia » est à l’origine un homme et le fait qu’elle enchaîne les victoires, écrasant la concurrence, commence à agacer jusque dans les rangs féministes. D’ailleurs, « la » nageuse ne pourra désormais plus participer aux épreuves de la NCAA (la fédération sportive estudiantine), à la suite d’une modification du règlement limitant la participation des athlètes transgenres aux compétitions. Ce changement réglementaire fait suite à une intense polémique qui agite les Etats-Unis. Au cœur de celle-ci, la méchante et obscurantiste nature qui, insensible aux idéologies à la mode, fait qu’un homme naît avec un corps et des caractéristiques physiologiques différents de celui d’une femme et que, sur cette base, les athlètes « transgenre » sont bien évidemment très largement, et injustement, avantagés – en termes de force, de puissance notamment – par rapport à leurs concurrentes.

Ainsi, depuis la saison 2021-2022, Lia Thomas a accumulé les performances remarquables, approchant voire dépassant les meilleures performances historiques dans la discipline. Fort logiquement, plusieurs anciennes nageuses, ainsi que des journalistes, ont dénoncé le caractère « faussé » et « artificiel » de ces résultats, certains établissant même un parallèle entre la nageuse « trans » et les nageuses de l’ex-RDA qui se dopaient à la testostérone ou aux stéroïdes anabolisants dans les années 80. C’est sans doute oublier que ce qui était hier une « tricherie » est aujourd’hui une grande « avancée sociétale ». Ces critiques ont néanmoins eu d’autant plus d’écho qu’elles ne provenaient pas uniquement du camp « réactionnaire ».

« En tant que championne olympique et avocate des droits civiques, je peux vous assurer qu’il n’y a rien de juste à ce que la femme transgenre Lia Thomas concoure pour l’Université de Pennsylvanie en NCAA », a ainsi déclaré Nancy Hogshead dans un texte publié par le journal anglais Daily Mail.

L’hydre progressiste se mord donc la queue et l’on s’écharpe dorénavant sur les campus américains entre tenants de « l’inclusion » à tout prix et défenseurs de « l’égalité des chances sportives » qui, n’en doutons pas, ne tarderont pas à être traités de dangereux « fachos ».

Le débat a pris une telle ampleur que même Donald Trump l’a évoqué en affirmant lors d’un meeting tenu le 15 janvier : « Nous interdirons aux hommes de participer aux sports féminins ». Une évidence de simple bon sens ? Malheureusement plus du tout dans le grand asile à ciel ouvert qu’est devenu le monde moderne.

Xavier Eman

Article paru dans Présent daté du 28 janvier 2022

« Sexe, drogue et natation »: les confidences d’Amaury Leveaux

27/04/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Cocaïne, dopage, relations entre les nageurs… Dans son autobiographie « Sexe, drogue et natation », qui ce sort ce mercredi, le quadruple médaillé olympique Amaury Leveaux raconte sans détour les coulisses de ce sport.

Depuis quelques jours, l’ouvrage suscite de nombreuses réactions, dont certaines très critiques.



"Sexe, drogue et natation": les confidences d… par LEXPRESS