Les Verts restent d’indécrottables mondialistes

Les Verts restent d'indécrottables mondialistes

02/08/2012 — 21h00
PARIS (NOVOpress) — Que les salariés soient conscients d’un fait important, les Verts ne sont guère motivés pour les défendre. C’est le bilan que l’on peut dresser des propos tenus ce matin sur les ondes de RMC par Jean-Michel Placé (photo ci-dessus), président du groupe Europe Ecologie-les Verts (EELV) au Sénat.

Lire la suiteLes Verts restent d’indécrottables mondialistes

Entre plage et métissage, Eva Joly symbole de la bien-pensance mondialiste

Entre plage et métissage, Eva Joly symbole de la bien-pensance mondialiste

17/04/2012 – 13h00
BATZ SUR MER (NOVOpress Breizh) –
Eva Joly était en Loire-Atlantique dimanche dernier. Après Batz-sur-Mer, une commune de la presqu’île guérandaise gravement touchée en 1999 par la marée noire de l’Erika, la candidate d’Europe Écologie Les Verts est allée apporter son soutien à Nantes à deux agriculteurs qui ont entamé une grève de la faim pour protester contre leur expropriation liée au futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Mais celle qui a intégré dans son discours tous les codes de la bien-pensance mondialiste – tendance bobo – a bien du mal à décoller dans les sondages.

Ceinte de son écharpe tricolore, la maire (UMP) de Batz-sur-Mer Danielle Rival avait tenu à accueillir en personne la candidate des Verts, histoire de bien lui faire comprendre que « l’environnement appartient à tout le monde ». Madame Joly avait choisi de faire ce déplacement pour dénoncer le pourvoi en cassation de Total dans l’affaire de la marée noire provoquée par le naufrage de l’Erika.

Suite à cette catastrophe écologique, l’une des plus grandes que la France ait connue – 400 kms de côtes avaient été pollués – quatre responsables avaient été condamnés au plan pénal par la cour d’appel de Paris le 30 mars 2010. La société de classification Rina, le gestionnaire Antonio Pollara et l’armateur Giuseppe Savarese avaient été condamnés respectivement à 375.000 euros et deux fois 75.000 euros d’amende. Contre le groupe Total, affréteur du pétrolier, les magistrats avaient estimé que celui-ci avait commis une imprudence quant au choix du navire et avait condamné Total à une amende de 375.000 euros.

Concernant le « préjudice écologique », reconnu pour la première fois par la justice, le montant des dommages et intérêts avait été fixé à 200,5 millions d’euros, une somme légèrement supérieure à celle fixée par le tribunal correctionnel de Paris (192 millions).

Suite au pourvoi en cassation fait par Total, l’avocat général a demandé il y a quelques jours l’annulation de toute la procédure judiciaire, estimant que la justice française n’était pas compétente dans cette affaire. La Cour doit rendre sa décision le 24 mai prochain.

Il convient de rendre cette justice à Eva Joly qu’elle se montre plus diligente que son amie Dominique Voynet qui, ministre de l’Environnement à l’époque de la catastrophe, avait de prime abord refusé d’abréger ses vacances à La Réunion, déclarant qu’il ne s’agissait « pas de la catastrophe écologique du siècle ». Une désinvolture que les Bretons n’ont pas oubliée.

« Nous ne voulons pas que nos plages soient souillées, ni par la marée noire, ni par les algues vertes. Plus jamais ça ! », a-t-elle proclamé lors d’une courte promenade sur la plage, estimant à propos du pourvoi effectué par Total que « l’impunité est dévastatrice, qu’elle concerne l’élite du pays ou les multinationales ».

La candidate d’EELV est allée ensuite à Nantes s’entretenir avec les deux agriculteurs qui ont entamé une grève de la faim pour protester contre la procédure d’expropriation diligentée contre eux dans le cadre de la construction du futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Elle a rappelé sa demande de moratoire pour un projet qui, selon elle, n’a pas de justification économique.

Considéré officiellement comme « non négociable » par les Verts, l’« Ayraultport » n’a cependant pas empêché la signature d’un accord électoral entre ces derniers et le PS pour les prochaines législatives. Entre les grands principes et les places à prendre, les vrais patrons d’EELV, Cécile Duflot et Vincent Placé – surnommés par André Bercoff « Les Thénardier des Verts » ( ! ) – n’ont pas hésité une seconde.

Mais la candidate Eva Joly assume volontiers toutes les contradictions – politiques et idéologiques – des Verts. Ainsi, soucieuse de défendre la biodiversité tant que celle-ci concerne les plantes ou les animaux, elle n’hésite pas à affirmer, dans une tribune publiée récemment par le think tank socialiste Terra Nova, vouloir « mettre au cœur du débat politique la France d’aujourd’hui et de demain, la France métissée ». Défendre, comme elle le prétend, l’existence des langues, des cultures et des ethnies – elle demande la mise en place de statistiques ethniques – et prôner simultanément un « métissage » généralisé de la « diversité », apparait pour le moins incohérent.

Qualifiée aimablement par Yves Cochet d’« écologiste de la dernière pluie », l’ancienne juge d’instruction espère encore faire démentir les sondages. Créditée aujourd’hui entre 1 et 3%, elle voudrait bien atteindre les 5%. Il est permis de rêver.

Retrouvez la “chanson de campagne parodique” d’Eva Joly, revisitée par la maison de disques Olga Records (www.olga-records.com).


Chansons de Campagne Olga – Eva Joly par olgarecords

Crédit photo : Antony4 via Flickr (cc), Eva Joly sur la côte bretonne, novembre 2011

Laurence Parisot à Nantes pour défendre le « projet de société » du Medef

Laurence Parisot à Nantes pour défendre le « projet de société » du Medef

19/03/2012 – 18h00
NANTES (NOVOpress Breizh) – « Un vrai projet de société pour les années à venir ». Laurence Parisot était à Nantes le mercredi 14 mars pour présenter « Besoin d’aire », le livre programme du Medef. Au-delà de la vie économique, il s’agit en effet pour l’organisation patronale de construire les Etats-Unis d’Europe, de réguler le monde, de réinventer la France et de mettre en œuvre une ambition « humaniste ». Coup de projecteur sur l’idéologie du grand patronat français en 2012.

Devant 300 représentants des organisations patronales et chefs d’entreprise de la région, la réunion s’est ouverte par un éloge des “Pays de la Loire” et de la parfaite coopération entre les élus socialistes, en particulier le président du conseil régional J. Auxiettte, et le Medef. Laurence Parisot, membre du Siècle, club le plus fermé de l’oligarchie au pouvoir, participante des réunions du Groupe Bilderberg – un acteur clef de la mondialisation – a exposé son projet intitulé « Besoin d’aire », c’est-à-dire selon elle « besoin d’espace, de nouveaux horizons, de territoires, pas de repli sur soi, participer à la mondialisation pour que nos entreprises gagnent ».

Rappelant qu’en 2007, le Medef avait choisi d’être présent dans la campagne présidentielle en publiant un livre papier intitulé « Besoin d’air » avec 10 propositions pour améliorer la vie des entreprises, la patronne des patrons souligne qu’en 2012, « Besoin d’aire », livre électronique téléchargeable gratuitement, se veut plus ambitieux. « Nous entrepreneurs devions présenter un vrai projet de société » affirme-t-elle. Celui-ci se décline autour de quatre thèmes.

Le premier est de consolider la construction européenne en constituant les Etats-Unis d’Europe. En effet, pour la patronne du Medef, depuis sa création, l’Europe a permis aux pays qui la composent un fort développement. Aujourd’hui, l’Europe est la première puissance économique. Elle continue de mettre en œuvre de grands projets comme celui de Galileo pour la maîtrise des transferts d’information. Pour continuer, il faut préparer l’union politique.

Le second est de réguler le monde car « s’il est évident que rejeter la mondialisation c’est refuser de voir que la terre tourne », il faut des règles communes pour que la compétition soit équitable. A l’occasion du dernier G20 à Cannes, elle a participé à la constitution du B20, B pour business, avec les autres représentants patronaux des 20 pays concernés.

Le troisième est de « réinventer » la France. Il faut lui insuffler l’esprit de conquêtes. La France est riche de « success stories » d’entrepreneurs mais elle est handicapée par son niveau de redistribution qui atteint 54% du PIB. Pour le réduire, il faut organiser, en particulier, le désendettement compétitif en maintenant les leviers de la croissance. De même, la fiscalité des entreprises est la seconde des pays développés derrièrela Suède. Pour la réduire, un nouveau pacte fiscal et social est nécessaire. Ainsi, la diminution des cotisations sociales des salariés pourrait être compensée par une hausse de la CSG, celle des cotisations patronales par une hausse de la TVA.

Le quatrième thème développé par l’organisme patronal est de mettre en œuvre « une ambition humaniste ». Un de ses objectifs est d’assurer l’égalité Homme – Femme d’où la proposition du congé de paternité pour équilibrer la vision des recruteurs sur la disponibilité des jeunes quel que soit leur sexe. Citant Julia Kristeva, L. Parisot veut s’inspirer des pratiques des pays nordiques. Mais surtout elle entend promouvoir « la mixité, la diversité selon le sexe, l’origine, les parcours car on est plus créatif…. lutter contre le racisme, les discriminations.. » pour conclure « qu’ainsi on contribuera à faire avancer la société ».

Laurence Parisot clôturera son intervention par la projection d’un montage tiré à partir du générique du film « L’auberge Espagnole ». Le héros français du film résume ainsi son expérience barcelonnaise : « je suis Français, je suis Danois… c’est le bordel mais je me suis bien marré ». Omettant juste de préciser qu’à l’université de Barcelone les cours sont donnés en langue catalane, démontrant ainsi que la réussite passe aussi par la tradition et l’identité de chaque peuple.

Crédit photo : Medef, licence CC.

François Hollande à Saint-Nazaire : recherche voix ouvrières désespérément

François Hollande à Saint-Nazaire : recherche voix ouvrières désespérément

21/12/2011 – 13h00
SAINT-NAZAIRE (NOVOpress Breizh) – « Je suis à Saint Nazaire car notre pays a un avenir industriel. Je serai le président du redressement industriel et productif ». François Hollande était avant-hier en Bretagne pour visiter le chantier naval STX et l’usine Airbus d’où sort le long courrier A350. Quand le chantre du mondialisme social démocrate (voir vidéo ci-dessous), à la recherche des électeurs ouvriers que le PS ne séduit plus guère, redécouvre sur le tard la nécessité pour la France d’avoir une industrie puissante
.

« Le capitaine de pédalo vient voir le dernier chantier naval d’importance encore en activité en France ». L’ironie mordante de Jean-Luc Mélenchon aura inspiré certains mauvais esprits nazairiens, qui auront salué à leur manière la visite du chantier naval effectuée au pas de charge par le candidat socialiste. Celui-ci n’a pas manqué de rappeler « la nécessité pour la France d’avoir une politique de construction navale », oubliant un peu vite que STX France SA, propriétaire des chantiers nazairiens, appartient en réalité pour les deux tiers à STX Europe, une filiale à 100 % du coréen STX Business Group, et pour un tiers à l’Etat français – via le Fonds stratégique d’investissement. L’avenir de la navale française dépend donc aujourd’hui de décideurs installés en Corée du Sud.

Lors d’une rencontre avec des représentants du réseau d’industriels locaux Neopolia – 145 entreprises industrielles représentant plus de 13 000 salariés – dont certains travaillent dans le développement du projet d’éoliennes en mer, le député de la Corrèze s’est dit prêt à encourager ce secteur d’activité, comme toutes les énergies renouvelables. Une déclaration qui devrait plaire à ses alliés d’Europe Ecologie Les Verts. Avant de se reprendre aussitôt en réaffirmant clairement sa position « pour le maintien d’une industrie nucléaire puissante et prépondérante ». Ce qui leur plaira assurément beaucoup moins.

Derrière cet appel à la ré-industrialisation, il faut sans doute voir dans la visite de François Hollande à Saint-Nazaire – fief ouvrier dirigé depuis des lustres par les socialistes – la volonté de ce dernier de tenter de se réapproprier les voix d’un électorat populaire qui s’est éloigné du PS. Dans un rapport de 88 pages qui a fait beaucoup de bruit lors de sa sortie en mai dernier, Terra Nova, un think tank socialiste, constate en effet le divorce des ouvriers et employés d’une part et des socialistes de l’autre. A force de favoriser l’ultra-libéralisme mondialiste et le capitalisme financier, ceux-ci ont perdu le contact avec le peuple authentique. Pour Terra Nova le nouveau « peuple de gauche » serait désormais constitué des jeunes, des femmes, des « minorités » et des diplômés.

Le candidat socialiste arrivera-t-il à remonter la pente dans un électorat populaire dont il ne peut malgré tout se passer pour espérer l’emporter en 2012 ? On peut se poser la question. Selon un récent sondage BVA, 43 % des ouvriers auraient l’intention de voter Marine Le Pen à la présidentielle. La candidate du Front National vient d’ailleurs d’annoncer sa venue à Saint Nazaire le 13 avril 2012 pour y tenir l’un de ses derniers meetings de campagne. Une démarche qui ne relève pas du hasard.

Crédit photo: François Hollande via FlickR. Licence CC.

[Tribune libre] Servir le Système pour s’en préserver – Par Marie-Thérèse Bouchard

[Tribune libre] Servir le Système pour s'en préserver - Par Marie-Thérèse Bouchard

Amaury Valetard est stressé aujourd’hui : il a rendez-vous chez GraveMal pour un poste à Kuala Lumpur (photo en Une). Après une licence d’économie dans une université privée avec grillages de protection à Paris, il a intégré l’école supérieure de commerce de La Rochelle où il a validé avec mention Passable son master en éco-fi. Depuis deux ans, après un passage éclair à Londres, le voilà de retour à Paname où il a créé sa société de consulting et officialisé sa relation avec Béatrice qu’il fréquentait depuis la classe de Terminale. Un avenir radieux semble sourire à Amaury : famille, argent, bientôt la gloire, il est, à presque trente ans, à deux doigts d’avoir réussi sa vie. Seulement, y a un hic : Amaury pense qu’il ne pense pas comme il faut.

Il a bien voté Sarkozy en 2007, il est certain que « la France va droit dans le mur », qu’il faut « respecter les valeurs », qu’il se doit d’« avoir des principes inflexibles dans la vie », il va avec Béatrice à la messe une fois par semaine et tous deux organisent un mariage « tradi » dans les règles de l’art. Il se dit de « droite décomplexée » mais ne parle jamais de politique au boulot car « il ne faut pas tout mélanger ». Craignant que ses prises de position ne lui fassent perdre des contrats de conseil en placement, communication et stratégie management (on peut bien être conseiller en tout quand rien n’a de sens), il commente des blogs que personne ne lit sous pseudo et brûle au briquet les lettres de fundraising d’associations catholiques qu’il reçoit dans sa boîte, de peur que sa concierge découvre son terrible secret.

Son objectif au fond est très simple : avoir une maison, trois enfants, une femme au foyer et un univers sain pour tout cela. Seulement voilà, pour avoir de quoi se l’offrir, il faut vivre dans un enfer urbain afin de pouvoir être le premier à mettre la main sur de la fausse monnaie imprimée par la Fed et la BCE, ladite fausse monnaie qui permet à la France, l’Europe, l’Occident d’acheter des produits de merde à la Chine. Cet argent sale pour des produits de mauvaise qualité pousse les diplômés de vrais métiers à s’expatrier vers ces Eldorados asiatiques en carton pendant que l’Ouest fait venir en masse des miséreux des tropiques afin de combler le manque de natalité de ceux qui sont restés, après avoir perdu leur emploi et réduit de moitié leur consommation de pâtes discount à cause de l’inflation engendrée par cette création monétaire. Amaury, pour protéger sa future progéniture du dépotoir qu’est devenu son pays décide donc de devenir un rouage de la Machine infernale.

*
**

[Tribune libre] Servir le Système pour s'en préserver - Par Marie-Thérèse BouchardCes questions, Edgar Grave se les pose aujourd’hui du haut de sa tour de Kuala Lumpur. Propriétaire de trois étages de Petronas (photo ci-contre, les tours), son bureau personnel dans lequel ne rentre que sa fille Laurine, étudiante en commerce qui a trouvé son stage à GraveMal, recèle de trésors de guerre et sert d’écrin à un Modigliani original. Fils d’un médecin de campagne qui a travaillé dur pour lui permettre de faire les études dont il l’estimait digne, Edgar a gravi tous les échelons jusqu’à devenir le milliardaire que l’on sait. Contraint de vivre en Asie afin d’échapper au Fisc, il pense avec tristesse à la maison dans laquelle il a grandi dans le Sud-Ouest et écrit tout au long de ses journées des « Lettres à France ». Rentrer pour lui signifierait la ruine, alors il se morfond depuis sa tour de verre. Il a bien une idée pour rendre à son pays ce qu’il lui a donné. Investir dans la Reconquête. Mais celle des esprits. Il a décidé de financer un think-tank libéral qui aura pour mission de sensibiliser le grand public aux théories économiques qui peuvent sauver la France, l’Europe, l’Occcident de la crise.

*
**

Amaury pense avec tristesse à ses vieux et à ses amis de toujours qu’il va devoir laisser avant de partir si GraveMal le recrutait. Même à Londres, le mal du pays lui prenait parfois la gorge et il se cachait dans les toilettes de sa société pour appeler Béa en pleurs. Quitter la France? Oui, mais pour y revenir plus fort, plus riche, avec un réel esprit de conquérant : revenir pour la Reconquête, partir pour mieux réanimer le cadavre, voilà la raison du sacrifice. Il n’a jamais lu un livre et fantasme une école pour ses enfants qui ne peut plus exister mais peu importe, il est attaché aux formes. Les gamins porteront des uniformes impeccables et apprendront la théorie du genre, il s’en contentera.

Il vivra dans une maison avec une alarme dans chaque pièce et embauchera des gardes du corps pour que ses enfants jouent dans un pré qu’il aura loué avec d’autres parents, désireux de donner à leurs enfants la même illusion que celle que l’on tente de créer dans un bocal en mettant des petites algues en plastique afin de faire croire aux poissons qu’ils sont toujours dans l’océan. Il a un peu de spleen mais ne veut surtout pas « se prendre la tête ». Il monte dans sa voiture et met Lady GaGa, ce soir, après son entretien, il prendra l’avion afin d’enterrer sa vie de Français au Postmodernklüb de Berlin où la jeunesse de droite décomplexée adore parler de la décadence de la République avant de finir la tête dans un caniveau.

*
**

Edgar appelle sa fille Véronique restée en France afin de lui parler de son projet d’engagement politique à distance. Pendant que la sonnerie retentit il regarde sur son mur une photo de lui et de son éditeur, Dominique Lourdeau. Véronique répond. Ex-avocate chez GraveMal et directrice de collection chez Dominique Lourdeau Editions, elle est la plus grande fierté de son père qui estime qu’elle est, de ses six enfants, celle qui a le mieux réussi à s’affranchir de l’aura paternelle. Elle accepte. Elle est même très enthousiaste et commence à manger la moitié, puis les trois quarts de ses mots, tant elle est excitée. Faudra commencer par un webzine, et mener une vraie campagne de vulgarisation de Frédéric Bastiat afin de faire comprendre aux gens qu’ils vivent dans un système super-étatiste et qui joue contre eux, avec l’argent prélevé de force sur leur travail. Enfin ça, c’est ce qu’a compris Edgar, car Véronique, malgré son cursus au Royaume-Uni, n’a pas beaucoup de culture économique.

Véronique à Paris envoie un mail à Jean-Pierre Ether, un ami de Grave Père. Elle lui demande si il accepterait d’écrire des articles pour le webzine et après une vingtaine d’échanges, ils se décident enfin à recruter un webmaster. Il s’appelle Ludovic Grangeon et n’a pas de grandes prétentions salariales. Il est surtout connu de la nanosphère libérale parisienne pour avoir lancé une pétition depuis son blog qui avait récolté près de 200 000 signatures, ce qui lui avait valu une réputation de mec débrouillard qui connait la stratégie à adopter sur le net. Ludovic vit à Reims et n’accepte qu’à la condition de pouvoir faire du télé-travail. La condition est acceptée et le contrat est signé, bien qu’il stipule pour des raisons administratives des horaires de présence dans les locaux de GraveMal France, nouveau siège de l’Institut Reagan.

Véronique rencontre Vespasien Luron, un ami de son ex-mari. Trader pour Goldman Sachs Europe et amoureux des pétro-dollars, la mission que lui ont confiée ses employeurs est d’investir la netosphère libérale afin de dédiaboliser la finance islamique dont raffole la banque aux pratiques douteuses. Tous deux se congratulent et parlent des voyages qu’ils ont effectués ces dernières années. De Singapour à Manhattan en passant par Genève, ils ne connaissent que le globish et les Hilton, ils compensent leur insignifiance par l’importance qu’ils accordent à leurs métiers, financé par Papa dans le premier cas, financé par le Diable dans l’autre, sachant que Papa bosse déjà avec Méphisto. Grave fille, qui n’a de l’amour que pour le T9 de son portable et l’argent, deux moyens efficaces pour dissimuler aux yeux de jeunes naïfs comme Amaury son inculture crasse, décide donc de rebaptiser le site « desspecialistesdeleconomieparlentauxfrancais.org », balançant ainsi à la flotte le projet de son père et s’achetant une réputation de spécialiste auprès d’un milieu insignifiant d’une dizaine de personnes sur tout le territoire français.

L’éducation de ses six enfants est sûrement le plus gros investissement que Grave ait fait dans sa vie. Fils de médecin, catholique, de droite, amoureux des valeurs, plein de principes, il a tenu à leur enseigner la modestie, la réussite par soi-même mais a échoué. Posant son verre de whisky, il écoute le cœur lourd le Requiem de Mozart, seul, en haut de sa cage dorée. Il se sent impuissant et triste à en crever, lui qui ne peut s’évader dans quelque coin sauvage autrement qu’en hélicoptère ou en passant de son bureau au parking. Il n’a pas mis les pieds dans les bidonvilles de Kuala Lumpur depuis près de vingt ans.

Grave est le modèle d’Amaury, qui compte trouver à Kuala Lumpur le moyen de sauver sa vie.

[box class=”info”] Source : reproduit avec l’aimable autorisation du blog Marie-Thérèse Bouchard. [/box]

Crédit photo en Une : Azreey, licence CC. Crédit photo dans le texte : Flayas, Licence publique générale GNU

Kemi Seba l’africain clash Stéphane Durbec du Front National [audio]

Kemi Seba l’africain clash Stéphane Durbec du Front National

27/11/2011 – 08h30
MARSEILLE (NOVOpress) —
Lors de l’émission hebdomadaire “Afro Insolent”, retransmise en direct d’Afrique, Kemi Seba est revenu le 24/11/11 sur le différend qui l’oppose à Stéphane Durbec, responsable d’origine africaine du Front National en PACA.

L’occasion pour lui de rappeler les racines africaines de Stéphane Durbec et de manifester son incompréhension devant le fait qu’un africain puisse défendre la France plutôt que l’Afrique.

L’occasion également de dénoncer les dérives d’un système mondial qui provoque ces “chocs culturels” et qui fait que des individus peuvent défendre une civilisation qui n’est pas la leur.

“Avec Arnaud Montebourg, un premier pas vers la démondialisation” : Appel d’un collectif

“Avec Arnaud Montebourg, un premier pas vers la démondialisation” : Appel d’un collectif

01/10/2011 – 22h00
PARIS (NOVOpress) –
Un “Collectif pour une démondialisation intégrale” vient de publier un manifeste appelant au rassemblement le plus large possible quelle que soit l’appartenance partisane pour défendre la démondialisation et pour organiser des assises de la démondialisation larges et ouvertes.

Pour le Collectif, “Les mondialistes” “et leurs alter égos altermondialistes ont monopolisé la parole politique.” ” Les identitaires s’affirmaient, eux, anti-mondialistes depuis leur création en 2002. Aujourd’hui ces derniers constatent en écoutant Arnaud Montebourg que leur ténacité a porté ses fruits ! Comme Arnaud Montebourg l’a écrit, il n’y a pas de mondialisation heureuse. Le mondialisme n’est ni souhaitable, ni réformable. Ne nous trompons pas, le basculement de l’altermondialisme à la démondialisation est bien plus qu’une victoire sémantique”.

Que ce soit pour Arnaud Montebourg ou pour les identitaires, c’est à l’échelle de l’Europe qu’il faut se protéger de la mondialisation, rappelle le Manifeste.

Arnaud Montebourg fixe comme objectif prioritaire la relocalisation de nos industries face à la délocalisation en particulier par les multinationales. Le Manifeste remarque que pour être efficace il faut ajouter “l’interdiction à ces mêmes multinationales de « délocaliser à domicile » en faisant venir ici une main d’œuvre étrangère” “Le concept de démondialisation inventé par le Philippin Walden Bello ne précise-t-il d’ailleurs pas de « fixer les populations dans leurs aires d’origine » !”

Pour le Collectif il faut “Penser global, agir local !”et c’est avec justesse qu’ “Arnaud Montebourg évoque les convergences de vue de la démondialisation avec les préoccupations des écologistes. Surtaxer des produits venant de l’autre bout du monde et produits dans des conditions douteuses, c’est favoriser une production locale, sans transport polluant inutile, et respectueuse de nos eco-systèmes !”

Le manifeste du “Collectif pour une démondialisation intégrale” peut être lu dans son intégralité sur le site votez-demondialisation.com.

“Un mondialisme sans queue ni tête : la politique de l’âme et des racines brûlées”, par Laurence Maugest [tribune libre]

Un mondialisme sans queue ni tête : la politique de l'âme et des racines brûlées, par Laurence Maugest [tribune libre]

[box class=”info”]Tribune reproduite avec l’aimable autorisation du site Polémia. L’image ci-dessus est un dessin de Chard.[/box]

De la quête du bonheur à la recherche du confort.
Dans la mentalité dominante distillée par les média, la notion du bonheur est de plus en plus souvent réduite à celle du confort qui favorise la consommation des biens matériels. Dans ce nouveau monde fait de secousses incessantes et d’images virtuelles, la sensibilité de l’homme à l’univers qui l’entoure s’amenuise.
C’est pourtant par sa relation au monde réel que l’homme a aiguisé, au fil des siècles, sa spiritualité.

Du confort à la lourdeur
La poésie meurt étranglée par la vulgarité qui s’infiltre dans ce qui a mission d’élever l’homme : la recherche du beau est bannie dans l’art, l’amitié se cherche sur les réseaux sociaux, l’amour en PACS prêt à l’emploi est jetable, la sexualité en jeux s’achète sur la toile…

L’aboutissement de l’homme machine : le consommateur du XXIème siècle : montage en kit, mode d’emploi fourni, arc réflexe bien connu des publicistes…
Ce sont les éléments essentiels de l’être humain qui sont ainsi, circonscrits, matérialisés dans un prosaïsme grisâtre. La singularité de l’homme nait de ce qui est indéfinissable en lui. Elle constitue la sphère spécifique à l’être humain où l’on trouve la créativité, la curiosité, l’élévation, la fantaisie, l’amour. La vie affective se réduit actuellement et trop souvent au corps donc à la matière. Au bout du compte, elle en perd sa beauté, sa dignité et peut-être ainsi roulée dans la fange qu’expriment si clairement les néologismes comme « meuf, nique » qui fleurent bon le merveilleux de la rencontre amoureuse. Via l’air du temps dominant, l’amour, qui est un joli pont entre le temporel et le spirituel, quitte cet entre-deux quand il se limite au souci constant du plaisir immédiat. Il y a le temporel inscrit, comme son nom l’indique, dans le temps, enraciné et secrété par l’histoire, où l’on trouve la verticalité de la conscience du destin humain. Parallèlement, il y a le temps moderne, avec ses mots rétractés, son temps haché sous l’étau de la productivité où l’homme risque de se réduire aux réflexes basiques de sa consommation. Dans ce monde suspendu, sans racine, l’homme se monte lui-même en kit. Il s’autoconstruit et peut même autodéterminer son sexe, en cour de route, grâce à la l’idéologie du « Genre ». Son mode d’emploi est approfondi dans les écoles de publicité et de communication. Dans le cadre de ces métiers où l’on doit apprendre à « gérer » parfaitement le fonctionnement de l’humanoïde du XXIème siècle siècle, ce mutant que l’on appelle l’usager ou le consommateur.

[box]Pour lire la tribune dans son intégralité[/box]

Identarisation des esprits : Eva Joly prône la relocalisation des industries

Identarisation des esprits : Eva Joly prône la relocalisation des industries

22/08/2011 08h30
PARIS (NOVOpress) – Les Identitaires deviennent-ils la boîte à idées d’une partie de la gauche française ? Derrière cette question iconoclaste apparaît une évolution des discours et des valeurs de cette gauche qui va dans le sens du combat des Identitaires. Notamment autour de la question de la relocalisation des activités économiques. Après le soutien des militants du Projet Apache à la candidature d’Arnaud Montebourg à la primaire socialiste, c’est au tour d’Eva Joly, la candidate écolo, de prôner la relocalisation des industries.

C’est ce qui ressort du discours qu’elle a prononcé avant-hier lors de la côture des Journées d’été d’Europe Ecologie – Les Verts à Clermont-Ferrand. Certes, même s’ils militent pour la défense de l’environnement et la relocalisation, les Identitaires ne partagent pas tous les délirs des Verts quant à l’immigration.

Cela risque cependant d’alimenter les articles de dénonciation de Paul Ariès dans les colonnes de la Décroissance, où ce petit flic de la décroissance passe son temps à combattre les Identitaires leur déniant toute légitimité sur ce thème. Dernier exemple en date, un article intitulé “Les identiverts ? Non merci!”

[Tribune libre] Ce qui doit tomber, il ne faut pas le retenir. Il faut encore le pousser

[Tribune libre] Ce qui doit tomber, il ne faut pas le retenir. Il faut encore le pousser

[box class=”info”] Ne craignons pas l’effondrement –tant attendu– du système, mais plutôt précipitons-le. [/box]

L’ensemble de la presse convenue panique devant un événement attendu depuis pourtant presque dix ans : la chute de l’empire américain

Le déclic, la goutte qui fit déborder le vase, fut la dégradation de la note de la dette publique des États-Unis par l’un des instituts américains qui se sont auto-attribués la capacité à apprécier les économies des États du monde.

[Tribune libre] Ce qui doit tomber, il ne faut pas le retenir. Il faut encore le pousser Ainsi ce n’est pas tant la situation des États-Unis qui se serait précipitamment dégradée, ce qui pèse c’est, comme le note bien La Croix, qu’un tabou est brisé. Il aura fallu presque dix ans pour que ce tabou tombe, dix ans depuis notamment l’ouvrage publié en 2003 par Emmanuel Todd : Après l’empire.

Ainsi depuis dix ans les esprits éclairés de plus en plus nombreux annoncent le déclin du modèle socio-économique né de l’après-guerre et reformulé en plusieurs étapes, notamment en 1968. Déjà en 1971 (cela fait tout de même 40 ans), le secrétaire américain au Trésor, John Connally déclarait avec arrogance : « The dollar is our currency and your problem », « Le dollar est notre devise et votre problème ». Et le plus fort est que cela a fonctionné ainsi. Aujourd’hui encore la presse — encore sous influence — s’émeut des « conséquences mondiales de la dégradation de la note américaine », comme si cela était encore une surprise.

Si l’économie américaine s’effondre, son modèle, son paradigme, pour parler comme les philosophes, s’effondre aussi. Toutes les personnes qui tirent profit de ce paradigme peuvent s’émouvoir, car leurs vérités, leurs positions acquises se désagrègent. Avec la fin de l’empire américain, prend fin également un modèle pétri de mondialisme, de cosmopolitisme, de matérialisme, d’hédonisme.

Les tenants du système et tous ses bénéficiaires, tentent, en vain, de préserver leurs acquis en effrayant par la peur du lendemain, car ils savent bien que la chute de l’empire amènera un monde nouveau qu’ils combattent de toutes leurs forces. Ce monde nouveau se construira sur le rejet des valeurs dominantes actuelles, à savoir sur le localisme au lieu du mondialisme, sur l’enracinement au lieu du cosmopolitisme, sur la convivialité au lieu du matérialisme, sur la sobriété au lieu de l’hédonisme.

Tout ce qui tend à prolonger encore le système, comme le fut la prise en charge par les États des dettes non solvables des banques privées (subprimes), n’est que pur gâchis. Plus le système est moribond, plus l’énergie requise pour sa survie est importante.

Ce qui doit tomber, il ne faut pas le retenir. Il faut encore le pousser Friedrich Nietzsche dans un style qui n’appartient qu’à lui nous l’annonçait déjà : « Ce qui doit tomber, il ne faut pas le retenir. Il faut encore le pousser. »

Georges Gourdin pour Novopress France

L’Idéologie de la superclasse mondiale

L'Idéologie de la superclasse mondiale

[box class=”info”] Texte reproduit avec l’aimable autorisation de Polémia. [/box]
[box] En octobre 2009, le Club de l’Horloge a consacré sa XXVe Université annuelle à « Crise économique : la responsabilité de la superclasse mondiale ». Henry de Lesquen y a consacré une conférence à l’idéologie de la superclasse mondiale (SCM). Polémia met ce texte à la disposition de ses lecteurs en quatre « livraisons : un réseau mondial de personnes déracinées et dénationalisées ; une prétention au « despotisme éclairé » ; une philosophie sous-jacente : le cosmopolitisme ; la superclasse mondiale responsable de la crise. L’ensemble du texte est aussi disponible en PDF. (*)

Polémia – 21/7/2011[/box]

La superclasse mondiale : un réseau mondial de personnes déracinées et dénationalisées

Samuel Huntington avait déjà décrit la superclasse mondiale (SCM) dans son livre de 2004 : Qui sommes-nous ?, où il avait mis en évidence le danger qu’elle représentait pour l’identité de sa patrie américaine – et, plus généralement, pour celle de tous les pays. Mais c’est la crise économique de 2008 qui a véritablement révélé la nature de la SCM et le rôle central qu’elle joue dans les affaires mondiales.

La superclasse mondiale est un phénomène qui n’a pas d’équivalent dans l’histoire. Elle regroupe quelques dizaines de millions de personnes, selon Huntington, principalement en Amérique du nord et en Europe occidentale, mais pas seulement : presque tous les pays sont concernés. Elle était en gestation depuis au moins le début du XXe siècle, mais c’est l’effondrement de l’URSS en 1991 et la victoire finale des Etats-Unis après quarante années de guerre froide qui ont accéléré sa coalescence et sa croissance, à partir de l’oligarchie – l’establishment – de la côte Est.

Des transnationaux économiques qui partagent la même vue du monde

La SCM est un réseau mondial de personnes qui entretiennent des relations régulières, professionnelles, mondaines ou amicales, et qui partagent une vue du monde originale. Elle est si nombreuse qu’il ne faudrait surtout pas la réduire à une courte liste de personnalités emblématiques dont le nom vient à l’esprit quand on la nomme : par exemple, pour la France, Ernest Seillière, Laurence Parisot, Alain Minc, Jean-Marie Messier, Pierre Bergé, Bernard Kouchner, Jean-Claude Trichet, Pascal Lamy, Dominique Strauss-Kahn, etc. Ce sont les entreprises multinationales d’une part, les organisations internationales d’autre part, qui en constituent le vivier.

La superclasse mondiale est relativement homogène – malgré sa dispersion géographique – quant à son mode de vie et ses orientations culturelles, politiques et métapolitiques. Elle se caractérise fondamentalement par un trait négatif : les membres de la SCM sont déracinés et dénationalisés. Comme le disait Huntington : « Les transnationaux économiques constituent le noyau d’une super-classe mondiale en cours de formation. Ces transnationaux n’ont guère besoin de loyauté nationale, voient les barrières nationales comme des obstacles qui sont heureusement en train de disparaître. »

Cependant, la SCM est devenue aujourd’hui fort hétérogène, dans la mesure même où le déracinement et la dénationalisation sont la pierre de touche de l’appartenance à cette espèce d’immense club qu’elle constitue à l’échelle du monde. Elle est donc multiethnique, multiraciale, multiconfessionnelle.

La SCM est une élite qui vit dans l’isolement, à l’écart de la masse de la population, qu’elle évite autant que possible. Elle ne contient pas de travailleurs manuels – à l’exception de quelques artistes ou prétendu tels, comme Jeff Koons ! Ses membres manient des signes. Ils sont financiers, avocats, dirigeants d’entreprises, hauts fonctionnaires internationaux, parfois hommes politiques, éventuellement scientifiques, mais rarement ingénieurs ou médecins.

La SCM vit par et pour l’argent.

On y évalue les hommes en fonction de leur revenu ou de leur fortune. Elle a étendu au monde le règne de l’étalon-dollar qui prévaut depuis toujours aux Etats-Unis. En son sein, ce sont les banquiers qui tiennent le haut du pavé. La banque Goldman Sachs, toute-puissante dans les cercles de pouvoir aux Etats-Unis depuis la présidence Clinton, et qui l’est restée sous George W. Bush et Barack Hussein Obama, en est de loin l’institution la plus prestigieuse et la plus influente.

Dans son numéro du 31 octobre 2008, Le Monde a consacré un article de deux pages à la banque Goldman Sachs, signé Marc Roche, sous le titre : « Goldman Sachs, la firme ». On y lit : « L’histoire de cet établissement fondé en 1869 par un instituteur juif new-yorkais, Marcus Goldman, se confond avec celle des Etats-Unis. » On y rappelle que Henry Paulson, le ministre des finances de Bush, avait été le directeur général de Goldman Sachs, et on y voit la photo de « Timothy Geithner, président de la Réserve fédérale de New York, un proche de Goldman Sachs, dont le nom circule pour le poste de Secrétaire au trésor [ministre des finances], en cas de victoire d’Obama ». On sait que Geithner a été effectivement nommé au poste de ministre des finances. Conclusion de l’article : « Ce qui est bon pour Goldman Sachs est bon pour les Etats-Unis. Et vice-versa. »

Cette incroyable promiscuité d’une banque, et des banques, avec le système politique américain est grosse de conflits d’intérêts. Fin 2008, le plan Paulson, 700 milliards de dollars pour racheter les actifs toxiques des banques, a fait gagner beaucoup d’argent à Goldman Sachs. Le renflouement de l’assureur AIG, par exemple, a permis à la banque de recouvrer 14 milliards de dollars.

Les banques centrales, aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en Europe sont dirigées par des membres de la SCM qui agissent comme ses mandataires. La politique monétaire obéit donc aux intérêts des banques, beaucoup plus qu’à ceux de leurs clients. C’est ce tropisme fatal qui est à l’origine de la crise de 2008. En effet, le président de la Federal Reserve, Alan Greenspan, et son successeur, Ben Bernanke, n’ont cessé de déverser des liquidités sur l’économie pour maximiser les profits des banques et les cours de la bourse, ce qui fut la cause de la formation de ces énormes « bulles » financières qui devaient finir tôt ou tard par éclater. Ainsi que l’explique Martin Hutchinson, dans un article du Monde intitulé « Les responsabilités d’Alan Greenspan » : « Quand Alan Greenspan dirigeait la Réserve fédérale américaine (Fed), il avait laissé M3, la mesure la plus large de la masse monétaire, croître de 8,3 % par an en moyenne pendant onze ans, jusqu’à son départ en février 2006. C’est presque 3 points de plus que la croissance nominale du produit intérieur brut (PIB). Il a aussi autorisé les banques américaines à construire des réseaux inextricables d’engagements les unes envers les autres qui représentaient plusieurs PIB des Etats-Unis. En d’autres termes, M. Greenspan a fourni trop d’argent au système financier et ensuite n’a pas suffisamment contrôlé ses excès. (…) Du côté de la régulation bancaire, M. Greenspan savait que les engagements hors bilan des banques explosaient. (…) Une Fed responsable aurait resserré à la fois la politique monétaire et la régulation. Sous la présidence de Greenspan, elle a failli dans les deux domaines. » (Le Monde, 10 avril 2008).

Et le successeur de Greenspan, Ben Bernanke, avec son collègue Trichet, ont décidé, après le déclenchement de la crise, d’ouvrir encore plus les vannes de la monnaie et du crédit, pour conjurer, disaient-ils, un « risque systémique ».

La mainmise des intérêts privés sur l’Etat est ici évidente : pendant la phase d’expansion, les banques prospèrent et fond d’immenses profits ; mais quand survient la crise qui est la conséquence inévitable de ces excès et de ce laxisme, l’Etat – le gouvernement et la banque centrale, agissant de concert – se précipitent au secours des banques avec l’argent public (y compris celui qui est créé ex nihilo par la banque centrale) pour qu’elles n’aient pas à subir les conséquences de leurs excès. Autrement dit : privatisation des profits, étatisation des pertes…

Une oligarchie mondiale au pouvoir avant tout financier

La SCM est une oligarchie mondiale dont le pouvoir est avant tout financier : c’est très précisément une ploutocratie, qui pèse de tout son poids, qui est grand, sur les décideurs publics, fonctionnaires, ministres, parlementaires, qu’elle séduit ou qu’elle corrompt, appliquant à l’échelle mondiale les recettes éprouvées de l’action d’influence que les Etats-Unis d’Amérique ont légalisées de longue date sous le nom de « lobbying » : la corruption officialisée et institutionnalisée.

Henry de Lesquen
Club de l’Horloge
Octobre 2009

(*) On peut lire ici le texte intégral en PDF.

Voir aussi les textes de Michel Geoffroy, Jean-Yves Le Gallou et Gérard Dussouy :

La généalogie de la superclasse mondiale (Première partie)
La généalogie de la superclasse mondiale (Deuxième partie – Suite et fin)
Les convergences paradoxales de l’extrême gauche et de la superclasse mondiale
Essor de la « superclasse globale » (ou hyperclasse) et crise des classes moyennes.

Et :L’identité nationale selon Huntington

[box class=”info”] Source : Correspondance Polémia – 21/07/2011 [/box]