Avant l’immigration, pensons d’abord à l’émigration

L’incapacité de l’Europe à gérer efficacement le problème de l’immigration – par Vincent Revel

Source : Boulevard Voltaire. Le seul moyen d’arrêter l’immigration en Europe est d’aider les États afin que les peuples puissent rester enracinés dans leur culture et leur territoire.

Le président polonais Andrzej Duda a exprimé son inquiétude, vendredi dernier, avant sa rencontre avec son homologue allemand, devant l’afflux de migrants en provenance d’Ukraine.

C’est par milliers que des Ukrainiens franchissent la frontière polonaise ou hongroise, fuyant leur pays.

Son inquiétude est légitime mais, toutefois, démontre une fois de plus l’incohérence de la politique étrangère de l’Europe. Comment se plaindre des problèmes que pose l’immigration lorsque l’on fait tout pour que le peuple d’un État émigre ?

Si, par servilité ou vénalité, la Pologne a soutenu un coup d’État, elle ne peut se plaindre des conséquences. L’Ukraine est devenue invivable pour une grande partie de la population active.

L’effondrement économique et la guerre civile générés par le coup d’État font qu’un citoyen, désormais, a le choix entre devenir de la chair à canon, aller en prison pour désertion ou non-paiement de ses factures d’énergie, ou bien encore fuir ce pays qui ne lui propose plus une vie décente.

Pire : aujourd’hui, la Pologne maintient son soutien à un gouvernement qui, jour après jour, enterre le pays. À sa décharge, elle se comporte en fidèle soutien des USA dans sa politique mondiale de pillage.

L’Europe, qui n’en peut plus de l’immigration du Proche-Orient et du Maghreb, voit poindre à ses portes une nouvelle source d’immigration.

Comment imaginer que les conséquences d’un tel coup d’État n’étaient pas prévisibles pour nos « élites » ? Elles l’étaient et c’est en toute connaissance de cause que nos politiques ont orchestré ce drame de l’émigration, donc de l’immigration.

Pensent-ils que le seul moyen de résoudre le chômage est de faire s’exterminer les peuples entre eux, et que vider un pays de ses habitants rend sa mise à sac plus aisée ?

Après avoir vidé de leur substance les mots liberté et démocratie, l’objectif est de vider les hommes de leur propre substance, de leurs racines.

La nature humaine fait que les hommes aspirent à vivre sur la terre qui les a vus naître et grandir. Ils sont enracinés dans un terroir et dans une culture.

Nous allons bientôt fêter les 70 ans de l’ONU, qui a inscrit dans sa charte le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Le corollaire est que les États ont un devoir de non-ingérence dans les affaires intérieures d’un pays, et surtout pas pour les fameux principes de démocratie et de liberté. La démocratie prônée par nos élites consiste à demander l’avis du peuple pour ne pas en tenir compte ensuite, et la liberté qu’ils proposent est l’asservissement économique et financier.

Le seul moyen d’arrêter l’immigration en Europe est d’aider les États afin que les peuples puissent rester enracinés dans leur culture et leur territoire, de ne pas créer l’illusion d’un ailleurs meilleur à l’aune du matérialisme déshumanisant.

Au plan humain, l’émigration forcée est d’abord un drame pour le migrant, et l’immigration massive une atteinte à l’intégrité intime des peuples.

Ronald Zonca

Bientôt chez nous : foules haineuses, «Allah Akbar»… L’Europe de l’Est, laboratoire de l’invasion migratoire

01/09/2015 – MONDE (NOVOpress)
Alors que les journaux officiels font dans l’émotionnel en décrivant quelques cas individuels de clandestins, souvent des femmes avec enfants pourtant notoirement sous-représentées dans les flots de « migrants », voici la réalité telle que la vivent nos voisins d’Europe de l’Est. Les mêmes scènes en France ? C’est pour bientôt !

A peine arrivé en Hongrie, ces clandestins manifestent violemment au cri de Allah Akbar, brandissant des drapeaux islamiques. Vous avez dit envahisseurs ?

Gare centrale de Budapest, inaccessible. Des milliers de clandestins se massent à l’ombre de ses bâtiments.

 

Ces clandestins tentent de gagner l’Allemagne, vi a l’Autriche, depuis Budapest.

Une manifestation éclate alors que la police tente de les évacuer :

 

Lire la suiteBientôt chez nous : foules haineuses, «Allah Akbar»… L’Europe de l’Est, laboratoire de l’invasion migratoire

Migrations. Nadine Morano a dit ce qu’il fallait

Source : Polémia

Nadine Morano s’est fait vivement critiquer par le maire de Calais (Les Républicains) quand elle s’est demandé pourquoi les centaines de milliers de migrants qui sont arrivés depuis le début de l’année en Europe ne prennent pas les armes pour se défendre chez eux contre les quelques milliers d’islamistes qui les terrorisent, de même que les résistants durant la Seconde Guerre mondiale avaient pris les armes contre l’occupant allemand.

Nous ne sommes pas nécessairement ici du bord politique de la députée européenne, mais il faut bien reconnaître qu’elle a parfaitement raison. Il semblerait que ces migrants trouvent le moyen de verser des sommes de plusieurs milliers d’euros aux passeurs qui les conduisent jusqu’aux portes de l’Europe ; on se demande pourquoi, s’ils disposent de telles sommes, ils ne se procurent pas des kalachnikovs pour se défendre contre les islamistes qui les terrorisent, comme l’ont fait en leur temps les Kurdes dont on ne saluera jamais assez le courage. Les Kurdes ont des femmes et des enfants, néanmoins ils se battent chez eux, y compris avec femmes et enfants, pour rester maîtres de leur territoire.

On dira que l’on ne devient pas combattant expérimenté sans disposer de la longue expérience acquise par les djihadistes. Néanmoins, il n’est pas possible de prétendre que, sur les centaines de milliers de migrants qui fuient lâchement, il ne pourrait pas se trouver quelques milliers d’hommes courageux capables de tenir tête aux quelques milliers d’islamistes qui les égorgent comme des moutons.

Lire la suiteMigrations. Nadine Morano a dit ce qu’il fallait

Allemagne : un incendie criminel détruit le chantier d’un centre d’accueil d’immigrés

26/08/2015 – MONDE (NOVOpress)
Une salle de sport scolaire en cours de transformation comme refuge temporaire pour les demandeurs d’asile a été brûlée lors d’un incendie criminel.

Les enquêteurs croient que l’incendie survenu dans la petite ville de Nauen, à l’ouest de Berlin, a été provoqué intentionnellement. Personne n’a été blessé. Des manifestants avaient déjà manifesté contre l’arrivée de ces clandestins dans la région. Un peu plus tôt la chancelière allemande Angela Merkel avait condamné des manifestations violentes devant un refuge d’asile dans la ville de Heidenau, près de Dresde, en fin de semaine dernière. Des dizaines de policiers ont été blessés dans les affrontements. Mme Merkel a décrit le comportement des militants patriotes à Heidenau comme « révoltant » et « honteux » et a décidé d’aller rendre visite aux réfugiés de cette ville ce mercredi. L’Allemagne attend jusqu’à 800.000 demandeurs d’asile avant la fin de 2015. La plupart des Allemands sont favorables à l’arrivée des demandeurs d’asile, mais une petite minorité reste ferme dans son opposition. Le brasier a détruit le gymnase dans les premières heures de mardi.

Lire la suiteAllemagne : un incendie criminel détruit le chantier d’un centre d’accueil d’immigrés

« Migrants » : un terme choisi pour imposer l’idée que l’invasion migratoire serait inévitable

Eric Zemmour

25/08/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Pour Éric Zemmour, « migrants » fut le mot de l’été : « migrants à Calais, migrants à Kos, migrants en Macédoine, migrants à Vintimille »… Un mot qui s’est imposé « parce qu’on ne pouvait pas dire immigrés, puisqu’ils n’étaient pas invités et qu’on ne voulait pas dire clandestins, pour ne pas les diaboliser ». Pour le journaliste, ce terme a été choisi « pour imposer l’idée à une population rétive que ce phénomène est inévitable, inéluctable, irrésistible et irrépressible ».

Éric Zemmour dénonce la trahison des élites :

Nos gouvernements, pris dans l’étau entre les élites qui en appellent à l’âme de l’Europe, et les classes populaires, qui ont l’angoissante impression d’être envahies, mettent en scène leur inutilité.


N°1 des ventes de musique en Autriche : une minute de silence pour les clandestins

itunes autriche raoul Haspen

24/08/2015 – MÉDIAS (NOVOpress)
Ineptie et bons sentiments : le top des ventes sur la version autrichienne de la plate-forme musicale Itunes est une minute de silence en hommage aux clandestins… ou comment s’acheter une bonne conscience pour 0,99 €.

Raoul Haspen, l’artiste à l’origine de ce « hit » souhaite sensibiliser l’opinion publique sur le sort des clandestins en Europe. Il a donc voulu créer une minute de silence afin de leur rendre hommage.

Il semble que j’ai trouvé les mots justes pour cette situation : pas de mots du tout

a-t-il déclaré. En Autriche, le titre a tellement de succès que plusieurs radios ont décidé de le diffuser sur leurs ondes. Selon BFMTV, tous les fonds récoltés seront versés à un camp de réfugié situé au Sud de Vienne.



En Autriche, une minute de silence pour les… par lemondefr


Milos Zeman : la crise des migrants est née des opérations militaires occidentales au Moyen-Orient

Source : RT en Français
Le Président de la République tchèque s’est exprimé sur la question des migrants, arguant que la crise était une conséquence directe des interventions militaires de l’occident en Irak, Syrie et Libye.

La vague de migrants [en Europe] prend racine dans l’idée absurde [des États-Unis] de lancer une intervention en Irak, qui était sensé avoir des armes de destruction massive, mais rien n’a été trouvé

Ainsi raisonne Milos Zeman, le Président de la République Tchèque, sur la question des migrants. Dans une interview au journal populaire tchèque Blesk, dimanche 2 août, le chef de l’état a fustigé les interventions occidentales au Moyen-Orient, pointant du doigt ces initiatives comme les causes directes de la crise des migrants que connaît l’Europe.

Pour Zeman, les Américains ne sont pas les seuls responsables de cette situation. Ils partagent la faute avec leurs alliés occidentaux qui ont participé à « coordonner les opérations en Libye ». Selon l’homme politique, la volonté occidentale de « restaurer l’ordre » en Libye et en Syrie aura été à l’origine d’un embrasement des conflits dans ces deux pays et à l’émergence d’organisations terroristes, poussant les populations locales à fuir leur pays.
Le Président tchèque a annoncé dans ce même entretien son intention de s’exprimer lors de la prochaine réunion de l’Assemblée générale des Nations-Unies (ONU) et d’y proposer la création d’unités militaires pour détruire les camps d’entraînement djihadistes.

L’opinion du Président Milos Zeman était sollicitée après un incident dans un centre de détention pour migrants, au nord-est de la République tchèque. Plusieurs dizaines de détenus avaient pris part à une manifestation et tenté de fuir le centre, commettant des actes de vandalisme. La police avait dû employer du gaz lacrymogène pour disperser la manifestation. Le chef de l’état a eu des mots sévères à l’égard des immigrants illégaux, leur rappelant que

personne ne vous a invité. Mais maintenant que vous êtes ici, vous devez respecter nos règles, comme nous respectons les vôtres lorsque nous nous rendons dans vos pays.

Milos Zeman avait résumé sa pensée en une maxime : « si vous ne vous plaisez pas ici, partez ».

Crédit photo : David Sedlecký via WikiMedias (CC) = Miloš Zeman, Président de la République tchèque


Clandestins : depuis mai, la Méditerranée est moins meurtrière

migrants_secourus

01/08/2015 – EUROPE (NOVOpress)
Le renforcement des moyens de la mission de surveillance « Triton » conduit à sauver plus de clandestins en mer… et donc à en encourager encore plus de tenter leur chance.

Routine : chaque jour, les autorités italiennes annoncent le sauvetage de migrants repêchés en Méditerranée. Des centaines de vies ont été sauvées depuis le renforcement des moyens de la mission « Triton ». La zone d’intervention de la mission a alors été élargie pour se rapprocher des côtes libyennes, et son budget, revu à la hausse.
Le nombre de morts est en net recul, à en croire un rapport publié le 1er juillet par l’agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR) : si ce flux ne cesse de croître – 150 000 personnes sont arrivées sur les côtes européennes par la Méditerranée depuis le début de l’année, dont la moitié en Italie – , le nombre d’individus décédés ou portés disparus a diminué de manière spectaculaire. 12 victimes ont été identifiées au mois de juin, contre plus de 1 750 entre janvier et avril 2015.
Outre la météo plus favorable,

Les opérations de recherche et de sauvetage menées par les Européens depuis mai ont eu un impact immédiat et positif

note le HCR. Officiellement mission de surveillance, « Triton » s’est muée en opération humanitaire. Résultat : depuis le renforcement de la mission, 1 migrant sur 427 embarqué en Méditerranée a perdu la vie en mer contre 1 sur 16 en début d’année.

Techniquement, Frontex est une agence de protection des frontières, mais dans la pratique nous sauvons des individus et les ramenons en Italie, donc notre action ne diffère en rien de celle de « Mare Nostrum » »

reconnaît Ewa Moncure, porte-parole de l’agence européenne de protection des frontières, Frontex.
Ambiguïté entretenue à l’endroit des opinions publiques européennes, mais qui ne trompe pas les passeurs, lesquels envoient de plus en plus de clandestins en mer.
Si l’on ne peut que se féliciter des vies sauvées, il est en revanche tragique de constater l’appel d’air à l’immigration clandestine que constitue « Triton » tant que les responsables de Frontex ne reconduiront pas les naufragés à leur point de départ au lieu de les acheminer sur le sol européen.

C’est de cette façon qu’en juillet 1962, on traita les rapatriés d’Algérie

Source : Boulevard Voltaire
Il m’apparaît comme instructif, pour les générations qui n’ont pas connu, ou mal connu, ces événements tragiques, de faire souvenir de quelle manière ont été accueillis ces Français lors de leur arrivée, par Manuel Gomez.
À rapprocher de l’attitude de nos dirigeants face aux clandestins… (NDLR)

26 juillet 1962, le maire de Marseille, le socialiste Gaston Defferre, accorde une interview au quotidien Paris-Presse l’Intransigeant. Sujet : L’arrivée massive des rapatriés d’Algérie.
53 ans plus tard, il m’apparaît comme instructif, pour les générations qui n’ont pas connu, ou mal connu, ces événements tragiques, de faire souvenir de quelle manière ont été accueillis ces Français lors de leur arrivée, contre leur gré et emportés par le vent de l’Histoire, dans leur pays, leur patrie, la France.
Le « bafouilleur marseillais », Gaston Defferre, ne se prive guère de donner son avis : «

Ils fuient. Tant pis ! En tout cas, je ne les recevrai pas ici. D’ailleurs, nous n’avons pas de place. Rien n’est prêt. Qu’ils aillent se faire pendre où ils voudront ! En aucun cas et aucun prix je ne veux des pieds-noirs à Marseille.

À la question “Voyez-vous une solution aux problèmes des rapatriés à Marseille ?”, il répond : “Oui, qu’ils quittent Marseille en vitesse ; qu’ils essaient de se réadapter ailleurs et tout ira pour le mieux.”
Mais Gaston Defferre n’est pas un cas isolé.
Un sondage IFOP début juillet indique que 62 % des métropolitains refusent toute idée de sacrifice à l’égard des Français d’Algérie.
Voici d’ailleurs un rapport découvert lors de l’ouverture des archives :

Les Français d’Algérie qui débarquent en métropole font l’objet d’une froide indifférence, ou même d’appréhensions. On ne les connaît pas. On ne sait d’où ils viennent ni s’ils sont “vraiment” français. Jugés premiers responsables du conflit qui vient de se terminer et qui a coûté la vie de trop nombreux soldats métropolitains, ils ne semblent pas “mériter” que l’on porte sur eux le regard compatissant que beaucoup espèrent.

Lire la suiteC’est de cette façon qu’en juillet 1962, on traita les rapatriés d’Algérie

Immigration clandestine à Calais : pour 1,5 milliards à jeter !

17/07/2015 – MONDE (NOVOpress)
La Grande-Bretagne jette chaque année pour 1,5 milliard d’euros d’aliments et marchandises contaminés par les immigrants illégaux de Calais.

La Grande-Bretagne est maintenant forcée se débarrasser d’une quantité inimaginable de nourriture qui a été « contaminée » par les immigrants illégaux dans des camions à Calais. Certains chauffeurs préfèrent faire des détours de 120 km en Hollande afin d’éviter les gangs de demandeurs d’asile essayant de se faufiler au Royaume-Uni à l’arrière de leurs camions. Le patron du principal groupe de transport en Grande-Bretagne a décrit devant les députés l’ampleur choquante de la crise et des gâchis engendrés.

Les policiers français ont effectivement perdu le contrôle de la ville portuaire et cela représente un coût énorme et inacceptable pour notre économie.

Richard Burnett, directeur général de l’Association du transport routier, précise que

les clandestins défèquent et urinent à l’intérieur des camions en route vers la Grande-Bretagne ce qui signifie que toute la cargaison devient totalement irrécupérable.

Lire la suiteImmigration clandestine à Calais : pour 1,5 milliards à jeter !

Migrants africains : comment casser l’entonnoir libyen ?

Source : Blog officiel de Bernard Lugan

L’entonnoir libyen par lequel l’Afrique déverse son trop-plein de population en Europe est la conséquence de la guerre insensée menée hier contre le colonel Kadhafi. La déferlante est aujourd’hui encouragée par les technocrates bruxellois qui ordonnent aux peuples européens d’accueillir des intrus dont ces derniers ne veulent pas. Cependant, le phénomène n’est possible que parce que nos forces navales sauvent les forceurs de frontière de la noyade pour les transporter jusqu’en Italie…d’où ils seront répartis dans l’espace Schengen.

Au moment où, contre la volonté du Peuple, les dirigeants français ont décidé d’accueillir plusieurs dizaines de milliers de nouveaux clandestins-migrants qui seront discrètement “dilués” dans nos campagnes, l’urgence de salut public est de casser l’entonnoir mortifère.
En effet, sans d’immédiates et très fermes mesures, cette migration-peuplement va augmenter d’autant plus automatiquement, d’autant plus inexorablement, qu’elle est la conséquence d’une démographie devenue folle, qui tue l’Afrique à petit feu, exacerbe ses conflits et pousse ses enfants à risquer leur vie pour tenter d’atteindre le “paradis européen”.
Tous les projets de développement du continent postulés être des régulateurs démographiques ont échoué. Les futurs, à la condition qu’ils aient une meilleure réussite que les précédents, ne donneront, au mieux, des résultats que dans plusieurs décennies[1]. En attendant, la population africaine va donc continuer de croître. De 100 millions d’habitants en 1900, elle était passée à environ 275 millions dans les années 1950-1960, puis à 640 millions en 1990 et à un milliard en 2014. Dans les années 2050 les Africains seront entre 2 et 3 milliards (dont 90% au sud du Sahara), puis 4,2 milliards en 2100 et ils représenteront alors 1/3 de la population mondiale. En 2050, 40% des naissances mondiales seront africaines[2].

Dans l’immédiat, comme il nous est impossible d’agir sur cette démographie, notre seule marge d’action est défensive. Or, en ce domaine, nous ne sommes pas démunis: nous savons en effet d’où partent les “migrants” ; nous connaissons les filières mafieuses et islamistes qui les acheminent depuis le coeur de l’Afrique jusque sur le littoral libyen; les lieux de transit sont identifiés; nous connaissons à l’unité près les moyens de transport qu’utilisent les passeurs; nous avons les noms de leurs chefs, nous savons où ils vivent, quelles sont leurs habitudes, qui sont leurs correspondants-complices en Europe.
Les moyens d’action seraient donc rapides à mettre en oeuvre, efficaces et immédiatement dissuasifs. Mais ils déclencheraient l’hystérie émotionnelle médiatique. Or, nos hommes politiques sont tétanisés par une telle perspective. Voilà le vrai problème.

Bernard Lugan
11/07/2015

7 Français sur 10 pour un rétablissement des contrôles aux frontières des États de l’UE

Italie : Après avoir obtenu l’air conditionné, les clandestins manifestent contre les moustiques

06/07/2015 – MONDE (NOVOpress)
Non contents de débarquer illégalement, les clandestins exigent des conditions de séjour optimales… et les obtiennent.

Il est décidément bien douloureux, le sort réservé en Italie à nos frères migrants venus à la recherche, selon la formule consacrée, d’une vie meilleure. Il ne se passe guère de jours sans qu’ils doivent protester contre le standing déplorable de leurs conditions d’accueil.

Le mois dernier, les « réfugiés » hébergés dans le camp de la Croix-Rouge à Bresso (dans la province de Milan, en Lombardie) s’étaient soulevés pour protester contre les températures trop élevées sous les tentes – eh oui, en Italie aussi il fait chaud – ainsi que contre un changement apporté dans les menus. À cause justement de la chaleur, la Croix-Rouge avait cru bien faire en leur servant du riz froid : « une nouveauté, écrivait très sérieusement La Repubblica qui, semble-t-il, n’a pas été appréciée ». Les responsables du camp n’avaient pu rétablir l’ordre, après avoir appelé les carabiniers à la rescousse, qu’en promettant de fournir immédiatement des ventilateurs. On a travaillé en outre, ces dernières semaines, « à l’installation de l’air conditionné sous chaque tente » – le camp en compte 54, dont chacune abrite entre 6 et 8 clandestins.

Las, d’autres tortures restaient réservées aux « réfugiés » de Bresso. Jeudi après-midi, une centaine d’entre eux ont à nouveau marché sur les bureaux de la direction pour exprimer leur mécontentement. « Cette fois-ci, ils dénoncent la piètre qualité du séjour. Il y a trop de moustiques dans les tentes ». Les malheureux immigrés ont donc exigé qu’on leur distribue tout de suite de la lotion antimoustiques,

en menaçant d’élargir leur protestation si leurs revendications n’étaient pas prises en compte.

Crédit photo : il Giornale, ultime notizie (CC) = Nel campo profughi di Bresso (MIlano)

Islam et immigration : réveil des nations européennes

22/06/2015 – EUROPE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Dominique Venner a-t-il été entendu ? Serait-ce enfin l’heure du réveil après tant d’années de dormition ? Dans la lignée des rassemblements Pegida en Allemagne, des milliers de personnes ont manifesté samedi à Bratislava, capitale de la Slovaquie, contre les quotas d’immigrants que l’Union européenne envisage de répartir entre les pays-membres. On pouvait lire entre autres sur les banderoles le slogan « Multiculturalisme = génocide ». Au Danemark, les dernières élections législatives ont placé en 2e la droite anti-immigration avec 21,1 % des voix. Cette percée spectaculaire a obligé le Premier ministre socialiste-démocrate à démissionner.

La Suisse connaît, elle aussi une forte mobilisation contre l’immigration…
En effet. La Suisse, connue pour son référendum anti-minaret, voit les lignes bouger sur la question migratoire. La journaliste genevoise Mireille Vallette, issue de la gauche, dont elle dénonce la bien-pensance, lance une plate-forme nommée l’Association Suisse Vigilance Islam. Il s’agira, je cite : « De défendre nos valeurs et notre civilisation, menacées par une religion totalitaire ». Fin de citation. Des gauchistes comme elle, on en redemanderait plus souvent.
Par ailleurs, le chef du gouvernement du Tessin souhaite fermer les frontières face à l’afflux des demandeurs d’asile. En première ligne face à l’Italie, Norman Gobbi membre de la Lega s’inspirant de la Ligue du Nord entend ainsi préserver la Suisse.

Les Européens prennent-ils enfin conscience de la fragilité de leur destin ?
Il semblerait. Partout en Europe, les esprits éclairés sont conscients qu’une société multiculturelle est par nature multi-conflictuelle. L’Autriche vient encore de nous en fournir la preuve. Un automobiliste a tué samedi trois personnes et blessé 36 autres en lançant son véhicule à pleine vitesse dans la foule. Présenté par les autorités et la presse complice comme un déséquilibré, Aymeric Chauprade a quant à lui dénoncé un attentat islamiste sur Twitter. Difficile en effet de ne pas faire le lien avec les événements similaires en France de décembre dernier. L’État islamique avait préconisé ce mode opératoire pour frapper l’Occident. Précisons à toutes fins utiles que le forcené ayant sévi en Autriche est d’origine bosniaque et n’était sous l’emprise d’aucune drogue ni alcool.

Crédit photo : Stefan W via Flickr (CC) = Bratislava

Les grandes mesures pour favoriser l’accueil des clandestins

18/06/2015 – EUROPE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

L’Europe est submergée par l’immigration illégale. Elle vient majoritairement de la Méditerranée. Nul besoin de rappeler les descriptions de Jean Raspail dans le Camp des saints. Les multiples naufrages dont sont victimes les clandestins ont ouvert les yeux de nos gouvernants. Depuis janvier 2015, plus de 103 000 clandestins sont arrivés en Europe par la Méditerranée. Ce ne sont que les chiffres officiels.
Devant cette marée humaine, les pays européens tentent depuis plusieurs semaines de trouver une solution pour régler le problème. Plusieurs plans ont été proposés jusqu’ici, mais aucun ne propose de régler le problème à la source. Au niveau européen, les États se renvoient la patate chaude tandis qu’en France, on colle un pansement sur une jambe de bois.

Quelles solutions étaient envisagées par les États membres de l’Europe ?
Il y a d’abord un plan de la commission européenne censé limiter l’immigration. 10 mesures étaient présentées fin avril 2015. Il s’agit de renforcer l’opération Triton qui surveille la Méditerranée. Couper la route de la Libye qui est le principal point de sortie des migrants. Renforcer la lutte contre les passeurs. Rien cependant sur la Syrie, la fermeture des frontières ni l’expulsion.
Puis il y a les mesures de l’Union européenne pour l’accueil des migrants. C’est d’abord, l’histoire des quotas. 90 % des clandestins sont répartis sur seulement 8 des 28 pays de l’Union européenne. Après de nombreuses réunions, il était envisagé de mieux répartir les clandestins dans toute l’Union européenne. Heureusement, les négociations qui durent depuis plusieurs semaines n’ont toujours pas débouché. Les motifs des adversaires des quotas sont divers. Le Portugal et l’Espagne font référence à leur taux élevé de chômage. La Lettonie ne se sent pas encore prête. Les gouvernements français, italien et allemand sont plutôt favorables à cette solution. Ils n’arrivent pourtant pas à se mettre d’accord.
La question des quotas sera encore discutée pendant le sommet européen des 25 et 26 juin.
À défaut de stopper l’immigration, Bernard Cazeneuve organise un meilleur accueil des clandestins. Il présentait hier en conseil des ministres un plan d’accueil pour favoriser l’accueil des clandestins.

Crédit photo : capture d’écran de la vidéo tournée lors de la distribution d’aide alimentaire à Menton le 14/06/15


Suède : Les propriétaires de garages doivent les transformer en logements pour immigrés

16/06/2015 – MONDE (NOVOpress)
Pour faire face à l’afflux d’immigrés, la Suède envisage d’inciter les habitants à transformer leur garage en habitation… avant de les y forcer ?

Les clandestins ne cessent d’affluer et il devient matériellement impossible de leur trouver un toit. On le constate dans tous les États d’Europe, mais au premier chef en Suède, dont les gouvernants ont mis en œuvre une politique d’« accueil » illimitée. C’est au point que le pape François l’a donnée en modèle, dans son fameux entretien de juillet 2014 au supplément Viva du quotidien argentin El Clarín. Déplorant que l’Europe « ait peur des immigrés », le pape a fait l’éloge de « la Suède qui, ces dernières années, a accueilli 800 000 migrants [sic] pour une population de 9 millions et demi d’habitants ».

Mais où loger ces frères migrants ? Le député suédois Fredrik Schulte a trouvé la solution, qu’il a exposée au Parlement le 5 juin dernier. La vidéo de son intervention, sous-titrée en anglais par The European Guardian est disponible ci-dessous. On notera au passage, à en juger par le nombre de fauteuils vides, que le Riksdag, en fait d’absentéisme, n’a rien à envier à notre Chambre des députés.

Le député est passablement bégayant, mais son propos est sans ambiguïté.
« Nous avons, fait-il observer, un gros problème avec le manque de logements. L’Autorité pour les migrations a, je crois, en ce moment 9000 personnes qui ont obtenu un permis de séjour permanent, mais n’ont aucun endroit où vivre et ne peuvent pas être installées dans des logements municipaux ». Si l’on veut maintenir « l’ouverture suédoise », il faut « faire en sorte que les gens ordinaires, comme on dit, s’impliquent dans l’accueil des nouveaux arrivants dans la société suédoise ». Pour ce faire, il faut mettre en place des incitations fiscales. « Par exemple, si vous avez un garage que vous reconstruisez pour en faire… euh… quelque chose de semblable à un appartement, que vous pouvez louer à une personne qui vient d’arriver ». « Les gens ordinaires » retireraient ainsi « un profit économique » de l’afflux des immigrés et « pourraient aussi servir de pilotes pour les gens qui sont en fuite et sont arrivés en Suède et y ont trouvé refuge ». « Les gens qui sont arrivés ici auraient les meilleures chances pour s’y installer ».

Il faut souligner que cette proposition n’est pas une lubie d’un député Vert ou d’extrême gauche. Le député Fredrik Schulte appartient aux Moderaterna, le Parti du rassemblement modéré, équivalent suédois de l’UMP (Les Républicains), à laquelle elle est associée au sein du Parti populaire européen. Les Moderaterna étaient au pouvoir encore très récemment, sous la direction de John Fredrik Reinfeldt, Premier ministre suédois de 2006 à 2014, qui avait mis en œuvre une politique dite « libérale-conservatrice », qui combinait privatisations massives et immigrationnisme débridé.

À ce stade, il ne s’agit que d’inciter les particuliers à accueillir des clandestins chez eux, en leur faisant miroiter des allégements fiscaux. Mais nul doute que la prochaine étape consistera à rendre cet accueil obligatoire, par exemple en taxant lourdement tous les garages qui n’auront pas encore été transformés en logements pour immigrés.

Crédit photo : capture d’écran de la retransmission des débats au parlement suédois : député “Moderaterna” Fredrik Schulte



Claude Bartolone accueille personnellement les clandestins à Paris

16/06/2015 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

L’actualité parisienne de ces derniers jours est émaillée d’incidents de clandestins. Les médias préfèrent utiliser le terme vague de « migrants », mais ne nous y trompons pas, il s’agit bien de délinquants entrés illégalement sur le sol français. Il y a d’abord eu l’évacuation du bidonville du métro La Chapelle le 2 juin, pour des raisons sanitaires. La pression de ces clandestins est telle que pendant même l’évacuation une centaine d’autres clandestins attendait la place de pied ferme. Mais les 350 personnes évacuées n’ont pas à s’en faire. L’État est généreux. La majorité d’entre eux est alors accueillie dans un centre d’hébergement d’urgence tandis que 74 sont relogés dans des hôtels, en particulier les mineurs.

Cette évacuation a pourtant donné lieu à d’autres rebondissements
À l’initiative des associations de soutien, la halle Pajol dans le XVIIIe arrondissement de la capitale a été squattée quelques heures par plusieurs dizaines de clandestins. Ils ont finalement été évacués par la police. Le défenseur des droits a déjà été saisi pour qu’il se prononce sur les conditions de cette évacuation. C’est à cette occasion qu’Olivier Besancenot s’est fait bousculer par la police, alors qu’il tentait de s’interposer contre l’évacuation.

Quelle est la réaction des autorités face à cette situation ?
Le président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone, accompagné du maire de Paris est allé jusqu’à saluer personnellement les clandestins dans un centre d’accueil. Il estime que la mise en place d’accueil décent ne crée pas d’appel d’air. Il plaide donc pour un accueil d’urgence pour tous les migrants ainsi que pour une répartition sur tout le territoire, manière de lisser le problème et de le rendre plus supportable pour la population française. Gageons qu’il verrait les choses d’une tout autre manière s’il habitait Calais ou le XVIII arrondissement.

Le maire de Paris s’est également exprimé
Anne Hidalgo estime de son côté que les clandestins ne peuvent pas dormir dehors

Face à l’afflux de migrants auquel nous sommes confrontés, il faut ouvrir un centre qui permette de s’occuper des migrants qui ne savent pas où ils vont demander asile. Accompagnés par les associations, il faut un lieu où ils puissent se poser et réfléchir

a demandé la maire de Paris. Elle avait l’air moins gênée lorsqu’il ne s’agissait que de SDF français.

Une autre solution est pourtant possible
Bien sûr. L’Australie nous en a donné un exemple flagrant, il y a un an en interdisant drastiquement l’immigration clandestine. Plus récemment et plus près de nous, l’Autriche a gelé en fin de semaine dernière l’examen des demandes d’asiles. Elle souhaite ainsi inciter les autres pays européens à faire de même. Espérons qu’elle fasse des émules.

Crédit photo : FRANCOIS GUILLOT / AFP = évacuation d’un groupe de migrants à Paris