Tag Archives: migrants

Sébastien Meurant : « Il y a un lien entre immigration et délinquance »

19/07/2018 – FRANCE (NOVOpress)
Rapporteur spécial au Sénat du projet de loi Asile et immigration, Sébastien Meurant, sénateur LR du Val d’Oise, est revenu sur la politique française en matière d’immigration et d’asile.

Que pensez-vous de la loi Asile et immigration ?

La loi qui a été votée n’est pas du tout à la hauteur des enjeux.
Or, ce sont des enjeux majeurs pour l’avenir de la France et de l’Europe. Nous l’avons vu récemment avec les élections successives. Ce qui s’est passé en Italie est également très intéressant. C’est un enjeu qui risque de faire éclater l’Europe.
Avant tout, si on se place du point de vue français qui m’intéresse en premier lieu, c’est un enjeu civilisationnel. Sur un certain nombre de territoires, la France et les lois de la République ne sont plus respectées. Cet état de fait est directement lié à l’immigration.
Le texte voté ne répondra à rien de tout cela. Pire, il élargit le regroupement familial. Cette loi favorisera l’envoi de mineurs qui seront exploités. On subventionne tout un tas d’associations dont le fonds de commerce est cette misère humaine. Nous sommes donc aujourd’hui complices du trafic d’êtres humains. C’est dramatique et tragique.
L’État français est complice de cela. Nous savons très bien qu’en envoyant des signaux forts, comme le disait l’Italie ou comme l’avait proposé un Général italien, en une semaine les flux irréguliers en Méditerranée sont réglés.
La France qui a une politique ambiguë est complice de cela. On ne veut pas accueillir l’Aquarius, mais on va accueillir les personnes qui sont dans l’Aquarius et qui veulent quitter l’Espagne pour venir en France. Et c’est bien normal qu’ils le veuillent puisque notre modèle social, qui prend l’eau de toutes parts, est une pompe aspirante énorme. C’est humainement compréhensible. En revanche, politiquement c’est suicidaire.
Demain, l’Afrique doublera sa population. Que fait-on ?
Devons-nous continuer à nous voiler la face en mettant de l’argent et des moyens qui sont évidemment insuffisants, car la misère dans le monde est grande ? Nous jouissons en France d’un modèle extrêmement généreux. Or, ce modèle-là est déficitaire et la perpétuation de ce système se fait à l’encontre des Français, car il y a un appauvrissement généralisé.
Ce refus de voir la réalité est politiquement terrible. Je suis allé voir France terre d’asile. Cette association de 35 personnes en 1997 et aujourd’hui à plus de 900 personnes. Ce sont des fonds publics. Le rôle des parlementaires est d’aller voir comment sont utilisés les fonds publics, notamment en matière migratoire.
La réalité est que l’immigration conduit à un appauvrissement du pays et à une augmentation de la délinquance. Évidemment, l’immigration n’est pas gratuite. Lorsqu’on supprime des classes dans certaines zones rurales, on en crée dans certaines zones périphériques. Évidemment lorsqu’aucun parent ne parle français, c’est plus difficile pour les enseignants. Il faut donc mettre des moyens, mais malheureusement, nous n’avons plus ces moyens actuellement.

Faites-vous un lien entre immigration est délinquance ?

Il suffit d’ouvrir les yeux et les oreilles et de visiter les prisons. Évidemment, on peut faire un lien entre immigration, délinquance et pauvreté. On peut également faire un lien avec les attentats terroristes islamistes. Évidemment qu’il y a un lien. Je rappelle simplement ce que monsieur Valls avait déclaré en octobre 2015. Il déclarait que nous ne faisions pas de tri entre migrants. Et peu de temps après, en novembre, il déclarait que des terroristes s’étaient glissés parmi les migrants.
La réalité qui n’est autre que celle-ci, même si elle déplaît à certaines personnes. Croyez-vous que cela va s’améliorer si on ne change rien ?
Cette question-là est majeure pour l’Europe, un continent vieillissant qui subit une immigration de masse. Ce qui se passe en Italie et en Allemagne est très intéressant.
L’échec de Merkel en 2015, et de l’Europe, est d’avoir annoncé que nous allions accueillir 1 million de personnes sans demander aux pays membres. Or, une fois entrées dans l’espace Schengen, ces personnes vont où elles veulent. Et actuellement, l’Europe n’assure pas la sécurité des peuples européens. Nous avons confié à la Turquie l’essence même de ce que peut faire l’Europe, la sécurité, avec 6 milliards d’euros pour assurer la gestion des flux.
La raison d’être de l’Etat est d’assurer la sécurité intérieure et extérieure du pays. Les deux sont liées. On voit que des personnes venant de l’extérieur peuvent perpétrer des meurtres de masse. Il suffit de revenir 20 ou 30 ans en arrière, c’était inenvisageable. On ne peut pas continuer comme cela. On ne peut pas continuer à accueillir comme cela des gens de l’extérieur qui veulent nous imposer leur façon de vivre, avec une vision de la femme incroyable et une religion qui pour certains est une religion du pré-Moyen-âge.
Les questions de l’identité, de la religion, de la sécurité sont des questions majeures et essentielles.
La loi immigration qui vient d’être votée ne changera rien. Elle peut apparaître avec la complicité des médias et de la gauche comme trop restrictive alors qu’en réalité, elle est plus permissive que ce qui existe. On est dans la communication et le » en même temps ». On essaie de séduire un peu la gauche et un peu la droite. Il ne faut pas prendre les Français pour des gogos.


[Vidéo] «La plupart des migrants ne viennent pas d’Afrique »

17/07/2018 – INTERNATIONAL (NOVOpress)
Quels enjeux pour le 31e sommet de l’Union africaine qui avait lieu début juillet à Nouakchott ? Rachel Marsden recevait à ce sujet Leslie Varenne, directrice de l’IVERIS et spécialiste de l’Afrique ainsi qu’Emmanuel Dupuy, président de l’IPSE et spécialiste des questions africaines.


Italie : Enchaînés pour soutenir l’invasion migratoire

12/07/2018 – FRANCE (NOVOpress)
En Italie, une quarantaine de militants du réseau #restiamounmani (restons humains) se sont symboliquement enchaînés devant le ministère italien des Transports pour protester contre la fermeture des ports aux navires des ONG décidée par le gouvernement.

Une militante immigrationniste a déclaré ceci :

C’est important que les gens sachent qu’il existe une société civile qui n’accepte pas que l’on traite les migrants de cette façon. C’est aussi un geste symbolique destiné à montrer qu’il y a des gens qui s’opposent à ce genre de pratiques non pas en traitant le problème assis derrière un ordinateur, mais physiquement.

Ces individus comprendront-ils un jour qu’ils se font les complices des mafias de passeurs ?


Le Conseil constitutionnel pour l’immigration de masse, par Francis Bergeron

Le prétendu « délit de solidarité » consistant à encourager, favoriser les filières d’immigration clandestine allait-il rester un délit ? Très habilement, les associations de soutien et d’encouragement au grand remplacement avaient posé une question prioritaire de constitutionnalité (QPC). Pouvait-on faire condamner des individus ou des réseaux de soutien aux clandestins, aux sans-papiers, si ces réseaux agissaient non pour des raisons financières, mais bénévolement, sur des bases idéologiques, « humanitaires » ? Non. Non, il est impossible de poursuivre et de les faire condamner s’ils ne sont pas mus par l’appât du gain. Cette décision est un tournant qui vient ruiner tout le dispositif législatif censé nous assurer la maîtrise de l’immigration, le droit des Français à contrôler qui vient chez eux, pour y faire quoi et pour combien de temps.

Le Conseil constitutionnel s’est tout simplement livré à une analyse basique de la formule « liberté, égalité, fraternité ». La fraternité étant un principe constitutionnel, puisque référencé dans le préambule de la Constitution, toute personne, toute association, qui aidera des illégaux, des clandestins, en leur faisant passer la frontière, en les logeant, en les nourrissant, en leur fournissant des avocats, des formations, un travail (lui-même clandestin) sera considérée comme accomplissant un acte licite – et plus que cela, un acte humanitaire, un acte de fraternité.

Un appel d’air sans précédent

Depuis cette décision du Conseil constitutionnel, ce vendredi 6 juillet, c’est l’ébullition dans les organisations du prétendu antiracisme, et aussi au PC, chez les Insoumis, les Ecolos, dans les groupuscules. Toutes préparent des programmes au grand jour pour aider les clandestins à franchir nos frontières, et mettre en place, officiellement cette fois, les moyens matériels de la submersion migratoire.

Certes, les passeurs professionnels – qui se font rétribuer pour transférer les migrants en Europe – ne sont pas concernés par cette interprétation de la Constitution. Et leur activité ne sera pas légalisée. Mais les migrants auront-ils encore besoin de passeurs rémunérés, alors qu’une multitude d’associations – elles-mêmes subventionnées par l’Etat – et les collectivités territoriales le feront, dans les faits, de la façon la plus officielle ?

La décision du Conseil constitutionnel est gravissime. Elle constitue un appel d’air sans précédent pour tous ceux qui veulent converger vers l’Europe, et désormais vers la France avant tout.

Les macronistes soulignent que nous conserverons la liberté d’accueillir ou pas les clandestins. Mais quand on sait que 90 % de ceux qui parviennent à entrer chez nous y restent, ce chiffre sera désormais de 100 %, et 100 % d’une masse fortement gonflée par ce message d’encouragement.

Les LR regrettent la décision, mais ils sont piégés puisque le principal argument qu’ils mettaient habituellement en avant pour refuser l’immigration de masse, sans sortir du politiquement correct, était le rôle des passeurs mafieux, qui disparaîtront d’eux-mêmes avec cette mesure. Le Rassemblement national souligne pour sa part que cette décision constitue « une violation des droits de la nation française ». Elle sonne même la fin de la nation française.

Nous avons donc à présent, d’un côté des Alpes un pays qui annonce clairement la tolérance zéro pour l’immigration, et de l’autre côté un pays dans lequel partis politiques, syndicats, associations, municipalités vont s’engouffrer dans l’énorme brèche ouverte par le Conseil constitutionnel.

Les conséquences se feront sentir extrêmement vite sur nos équipements, notre sécurité, notre taux d’emploi, nos régimes sociaux, etc. Mais la vérité des chiffres sera sans doute cachée le plus longtemps possible aux Français.

Conséquence de la position aberrante de la Cour de Cassation : s’opposer aux actes non rémunérés de soutien aux migrants, par exemple une aide au franchissement de frontière devient donc un délit. Les premières victimes seront les autorités préfectorales des Alpes maritimes, et les Identitaires, qui peuvent être poursuivis pour délit d’atteinte au droit de fraternité, garanti par la Constitution

Francis Bergeron

Article repris du quotidien Présent

Crise migratoire dans les médias : un catalogue sans cesse renouvelé d’arguments en faveur de l’ouverture des frontières

Dans un précédent article de l’OJIM, nous reprenions les chiffres officiels de l’immigration : ils montrent une très forte augmentation des entrées légales et illégales d’immigrés en France ces dernières années, qui atteignent des niveaux connus au plus fort des « 30 glorieuses ». Les Français ont bien compris l’ineptie d’ouvrir les frontières en période de stagnation économique et de communautarisme grandissant. Mais cela n’ébranle pas les certitudes de « la France d’en haut », dont les porte–paroles monopolisent les micros des radios et les éditoriaux des journaux.

Dans leur campagne pour convaincre l’opinion publique de la nécessité d’ouvrir toujours plus les frontières, plusieurs argumentaires sont utilisés dans les médias depuis le début de la dite « crise migratoire ». Une crise qui est avant tout une crise des frontières, qui ne sont pas respectées en France, alors que les pays d’Europe centrale parviennent à stopper les flux migratoires. A intervalles réguliers, des éléments de langage fallacieux apparaissent pour démontrer que « la France n’en fait pas assez ». Illustrations.

Le refus de la distinction migrant économique / réfugié politique

Le mois de janvier 2018 a été marqué par une vague de contestation du projet de Loi sur l’asile et l’immigration. Celle-ci a été largement relayée dans les médias. Un argument en vogue a été de nier la distinction entre réfugié politique et clandestin économique.

Des associations, de rares élus et une frange des médias ont ainsi plaidé pour… que les clandestins puissent rester en France. La distinction entre réfugié politique et économique est qualifiée de « nauséabonde » dans un blog de Mediapart. C’est une « facilité de langage » pour un universitaire qui s’exprime dans L’Express. Une distinction qui « ne va pas de soi » pour Alternatives économiques. Le 10 janvier, lors de l’émission « le téléphone sonne » sur France Inter, des associatifs, des élus et l’animatrice de la radio s’accordent pour nier la distinction entre réfugié politique et clandestin.

Pendant ce temps, comme l’indiquent Le Monde et Le Point, certains pays comme l’Allemagne ou l’Autriche plafonnent…le nombre des demandeurs d’asile à leurs capacités d’accueil.

« Il n’y a pas de crise migratoire mais une crise de l’accueil des migrants »

Vers le mois d’avril 2018, la formule « il n’y a pas de crise des migrants mais une crise de l’accueil des migrants » fait florès dans les tribunes offertes aux journalistes, associations et personnalités pro-immigration. On retrouve ce mantra sur les ondes et les pages de France Inter, L’Obs, France Info, Nice Matin, L’Opinion, Le Monde, Sud Ouest, La Croix, Libération, etc.

Bien sûr, les chroniqueurs, responsables associatifs et autres experts patentés garderont le silence sur la multiplication des structures et l’augmentation des capacités d’accueil partout en France, jusque dans des villages reculés de province. Ces statistiques et cartes de France de la CIMADE en attestent. Vous avez dit : jamais assez ?

Les quotas de migrants relocalisés comme mesure de l’« effort de la France » dans la crise migratoire

Les pays européens ont conclu un accord en 2015 qui prévoit une « relocalisation » de migrants arrivés en Italie et en Grèce. Chaque pays européen s’est vu ainsi attribuer un quota à accueillir. Le nombre de migrants « relocalisés » devient parfois le mètre étalon de l’effort de la France dans la crise migratoire. Ainsi, le 10 janvier, lors de l’émission « le téléphone sonne » sur France Inter, des associatifs et l’animatrice de la radio sont sur la même ligne pour estimer insuffisant l’accueil de « 30 000 migrants ». Ce chiffre mis en avant pour critiquer l’accueil de la France ne représente pourtant qu’une partie des arrivées d’étrangers en France. Cette confusion amène l’écrivain et essayiste Pascal Bruckner, d’habitude plus prudent, à reprendre ces chiffres dans une interview au Figaro comme étant le nombre de « réfugiés » accueillis par le France.

Lire la suite

Porte ouverte pour 132 « naufragés » de l’Aquarius et du Lifeline, par Pierre Malpouge

La France terre d’accueil et d’asile pour tous : telles sont les prétendues « valeurs » de leur République dont ils nous bassinent à longueur de temps depuis le début d’un flux migratoire qui ne connaît pas de répit. D’où un arrivage massif sur les côtes de leur Europe en pleine implosion de « réfugiés », économiques pour la plupart, fuyant la misère de leur pays d’origine. Comme ceux de l’Aquarius et du Lifeline sauvés des eaux méditerranéennes par les navires affrétés par des ONG complices des passeurs et autres trafiquants de vies humaines.

A bord de ces deux cargos façon « coke en stock » moderne, 629 « migrants » pour l’un, 234 pour l’autre, que l’Italie puis Malte (qui entre temps a cédé à la pression de l’Europe bien-pensante) et même, indirectement, la France ont refusé de les laisser jeter l’ancre dans leurs ports, renvoyant cette « patate chaude » notamment à l’Espagne pour l’Aquarius. Ce dernier ayant accosté à Valence le 11 juin dernier et ayant reçu, nous dit-on, un accueil chaleureux de la part des Espagnols.

Solidaire, un peu honteux mais assurément hypocrite comme pas deux, le gouvernement français qui avait préféré regarder ailleurs pendant l’errance de l’Aquarius, avait alors tenté de redorer son blason en assurant qu’il prendrait sa part de « migrants » (précisons que parmi les 629 « migrants » qui se trouvaient à bord de l’Aquarius, les nationalités les plus représentées sont notamment des Soudanais, 184, des Nigérians, 144, des Erythréens, 52, ou encore des… Algériens, 41. Même origine ou quasiment pour les « rescapés » du Lifeline). Aujourd’hui, c’est chose faite.

A la suite du déplacement de Pascal Brice, directeur de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra), à Valence pour identifier des personnes pouvant relever de l’asile, sur les quelque 215 « migrants » – 121 Soudanais, 39 Erythréens et 37 Algériens (surprenant quand on connaît la générosité de la France en matière de visas accordés à ceux-ci) s’étant manifestés pour déposer une demande de « protection auprès de la France » – la France en accueillera donc 132. Cent trente-deux futures chances pour la France, essentiellement Soudanais et Erythréens, qui devraient arriver « rapidement » sur le territoire, a précisé Pascal Brice avant d’ajouter que « les personnes secourues en mer relèvent bien du droit d’asile ». Emballé, c’est pesé. D’où un appel d’air (notamment pour la France accueillante) qui laisse présager un bel avenir pour une Europe incapable de gérer la crise migratoire.

D’autant plus qu’au sortir du Conseil européen des 28 et 29 juin, l’Union européenne s’est engagée à « explorer » la mise en place de « plateformes régionales de débarquement » et de « centres contrôlés » pour « étudier » au cas par cas les demandes d’asile.

Pierre Malpouge

Article paru dans Présent daté du 4 juillet 2018

Hervé Morin: “Si l’Europe n’est pas capable d’accueillir 5000 réfugiés politiques, c’est qu’elle va mal”

04/07/2018 – FRANCE (NOVOpress)
Hervé Morin, président de l’Association des régions de France et président de la région Normandie, était ce mercredi matin l’invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et RMC.

Interrogé sur la crise migratoire qui divise les Européens, Hervé Morin – en bon immigrationniste – a déclaré :

Si l’Europe n’est pas capable d’accueillir 5000 réfugiés politiques, c’est qu’elle va mal.


Migrants – Marine Le Pen rappelle que “les ONG sont les complices des passeurs”

03/07/2018 – INTERNATIONAL (NOVOpress)
Marine Le Pen était l’invitée de RTL ce mardi 3 juillet 2018.

Interrogée notamment sur la crise migratoire qui frappe l’Europe, Marine Le Pen a pointé du doigt la complicité des ONG dans ce drame humain :

Il faut confisquer les bateaux des ONG qui sont clairement les complices des passeurs. Il faut arraisonner les bateaux de migrants qui partent, les mettre en sécurité et les ramener sur les rives de la Syrie ou de la Libye. De là où ils sont partis.


Qui est responsable des 35.000 noyades de migrants ?

Accordons aux refoulés une aide au retour. Voilà la seule solution humaine qui permettra de faire cesser l’hécatombe.

Une centaine de réfugiés, dont trois bébés, viennent de se noyer au large de la Libye. C’est un drame épouvantable et choquant auquel personne ne peut rester insensible. Et on doit se demander qui est responsable de cette tragédie et comme éviter qu’elle ne se reproduise dans le futur.

Il y a quelques jours, une association pro-migrants a déversé des gilets de sauvetage, un par sénateur, devant le palais du Luxembourg. Pour elle, les parlementaires qui étudiaient la loi Asile et Immigration étaient à l’origine, en n’ouvrant pas grand les vannes de l’immigration, de l’hécatombe de migrants (35.000 noyades !). Les coupables sont-ils les gouvernements occidentaux ? Oui, d’une certaine façon, car ils refoulent tout migrant arrivant par les airs, se présentant à un poste-frontière en Thrace ou débarquant d’un bateau qui n’a pas effectué de sauvetage en mer. Comme les réfugiés ne peuvent pas entrer officiellement dans l’Union européenne, ils sont « obligés » de forcer la porte arrière de la forteresse Europe en tentant une traversée dangereuse et en achetant cher, auprès de passeurs cyniques, leur place dans une barque pourrie. Ils dépensent bien plus que le prix du billet d’avion qu’ils acquerraient si l’accès à notre continent était libre. Mais comment faire autrement ? Si on ne refoulait personne à Orly ou à Roissy, s’il suffisait de débarquer d’un avion pour être aussitôt admis à rester dans l’Hexagone le temps que la demande d’asile soit examinée, nous aurions alors un appel d’air comme en a connu l’Allemagne en 2015. En six mois, un million de personnes, en un an, deux millions de migrants viendraient chez nous. Nous serions incapables de recevoir tous ces réfugiés et nous serions sans doute très vite obligés de rétablir des contrôles.

Si les pouvoirs publics sont coupables, sont-ils les seuls ? Les associations pro-migrants n’ont-elles pas, elles aussi, une part de responsabilité dans cet holocauste ? Si les migrants dits « économiques » n’avaient aucune chance de voir leur demande aboutir, s’ils étaient certains d’être refoulés, tenteraient-ils la traversée si dangereuse ? Non, bien sûr ! C’est parce qu’ils savent que beaucoup de clandestins finissent par être régularisés qu’ils risquent leur vie, et ce sont les pro-migrants qui font traverser les Alpes aux demandeurs d’asile, contrecarrent la Justice par tous les moyens, même illégaux, empêchent toute loi un peu sévère d’être adoptée et les incitent à prendre des risques insensés. Les pro-migrants sont donc, eux aussi, en partie responsables du carnage dans les mers, même si leurs intentions sont louables et humanitaires.

Comment, alors, faire cesser cet abominable massacre ? La meilleure solution est celle qu’ont évoquée les dirigeants européens au dernier sommet européen : créons des camps en Tunisie, en Algérie, en Libye, confortables, gérés par la Croix-Rouge, où tout le monde pourrait se présenter, où les migrants recueillis en mer et tous ceux qui ont débarqué en Grèce, en Espagne ou en Italie seraient systématiquement conduits. Leur situation serait étudiée avec humanité. On admettrait, bien sûr, tous les vrais demandeurs d’asile, mais pourquoi pas y ajouter quelques réfugiés économiques selon des quotas à définir ? Accordons aux refoulés une aide au retour. Voilà la seule solution humaine qui permettra de faire cesser l’hécatombe, vu qu’il sera inutile de risquer sa vie en mer, et il faut d’urgence la mettre en place. Si les pro-migrants s’opposent à ce plan, ils seront alors entièrement responsables des futurs noyés. Et n’oublions pas : un migrant coûte 20.000 euros par an pendant au moins dix ans avant qu’il ne s’intègre. Une pension annuelle de 1.000 euros confère à un réfugié rapatrié dans son pays d’origine un niveau de vie supérieur au salaire minimal !

Christian de Moliner

Tribune reprise de Boulevard Voltaire

Crise migratoire : Accords et désaccords en Europe

02/07/2018 – FRANCE (NOVOpress)
Découvrez cet entretien du 30 juin 2018 avec Georges Estievenart, responsable des études européennes de l’IPSE.

Invité sur le JT de RT France, il s’interroge sur la mise en œuvres des accords des pays de l’Union européenne sur la gestion des migrants.


Les trafics de migrants, les États et les mafias, par Jean-Gilles Malliarakis

Il règne autour de l’affaire de l’Aquarius et plus généralement du chantage humanitaire des officines une désinformation stupéfiante. Revenons sur l’accusation, portée de façon explicite le 18 juin, par Dupont-Aignan à l’encontre contre ce que l’on appelle “les ONG”, ou bien encore “les associations”. Celles-ci n’interviendraient pas seulement pour secourir, mais aussi pour organiser la marche vers l’Europe de ceux qu’on nous présente pour des réfugiés.

Cette hypothèse semble se confirmer au vu de diverses vidéos accablantes.

Le Salon Beige faisait ainsi connaître à ces lecteurs le 14 juin un document révélant que “La fondation Gefira a enregistré pendant 2 mois les déplacements des bateaux des différentes ONG récupérant des immigrés. Ces ONG vont chercher les migrants au plus près des côtes libyennes. Aucune intervention n’a lieu en pleine mer…”[1]

Les gardes-côtes libyens préviennent SOS Méditerranée que la présence de l’Aquarius favorise les passeurs : “Vous rendez service aux passeurs. […] Les passeurs savent que vous êtes là, et donc ils envoient chaque fois plus de gens en mer.” Reprise aussi par TV Libertés cette information dérangeante sera éventuellement rapprochée de la censure, de fait, opérée au nom des droits d’auteurs, le 14 juin par Youtube, c’est-à-dire par Google, à l’encontre de cette chaîne insupportablement indépendante des pouvoirs. Big Brother aime si fort notre liberté qu’il l’étouffe en l’embrassant.

Tout se passe donc comme si de très grosses influences voulaient à tout prix nous apitoyer, presque de force, sur la nécessité d’accorder à ceux qui fuient l’Afrique et l’orient, l’asile que leurs coreligionnaires du Golfe, si richissimes soient-ils, ne leur proposent jamais.

Or, si l’on en croit les sondages, actuellement 56 % des Français estiment que la France a fait le bon choix en n’accueillant pas elle-même, directement, tout ou partie des 629 passagers de l’Aquarius[2]. Suivre sur ce point l’opinion du peuple souverain ne peut pas être respecté, nous assure-t-on, comme digne de la démocratie. Ce doit être considéré au contraire comme du populisme.

En Allemagne, un sondage publié le 15 juin montrait que près de 90 % de la population veut plus d’expulsions de clandestins. Sous la pression de ses alliés Frau Merkel se voit contrainte de reculer dans ses projets immigrationnistes. Soulignons aussi qu’au gré des plus récentes élections plusieurs pays ont porté à leur tête des dirigeants aux positions restrictives contre les migrations de masse.

Mais que sont, en face de l’opinion massive des Européens, les associations actives en faveur de ce trafic de migrants.

On connaît en France Médecins sans Frontières, fondée en 1971 et qui a même reçu, en dépit de la scission de Médecins du Monde en 1980, le Prix Nobel de la paix en 1999. Elle continue à faire parler d’elle, non plus par de grandes interventions médiatisées comme par le passé, mais par une manière de labellisation des autres petits intervenants.

Aquarius par exemple est affrété par SOS Méditerranée. Cette dernière structure a été créée en 2015. L’association, sise légalement à Marseille, est dirigée par un marin allemand, Klaus Vogel, et par une activiste française Sophie Beau. Officiellement elle serait financée à 98 % par de petites contributions participatives individuelles recueillies sur internet. Elle se flatte d’avoir aidé à transférer depuis les côtés libyens près de 30 000 migrants depuis 2016. Et malgré le durcissement annoncé des politiques migratoires européennes, l’organisation entend rester fidèle à “sa promesse, celle de sauver des gens”.

D’autres organisations peuvent être citées, qui ont mis à la mer de plus petites embarcations. Par exemple : SeaWatch, association allemande fondée en 2015, Seafuchs ou encore Open Arms, organisation catalane. Au total, tout de même, des structures très légères et relativement inconnues du grand public et/ou impopulaires.

Il faut donc à tout prix que ces migrations soient perçues comme des appels au secours, jamais comme des trafics.

Qui les soutient ? Certains voudraient pouvoir prouver l’intervention de George Soros : on ne prête qu’aux riches. Thierry Meyssan ne manque pas d’apporter sa petite pierre à l’édifice conspirationniste. Il dénonce, de son côté, trois personnages qu’il considère comme les “tireurs de ficelles” [3]: Peter Sutherland, Gerald Knaus et Diederik Samsom. Explication quelque peu complotiste diront ses détracteurs.

N’oublions pas de mentionner surtout l’implication de certains pays dans ce qui, dans le cas précis, ne peut être interprété que comme un trafic de migrants.

Ayant indiqué que deux d’entre eux, au moins, sont officiellement candidates à l’Union européenne, un de mes correspondants me demande si l’un des deux ne serait pas l’Albanie.

Effectivement, on doit évoquer cette connivence, mais en la situant au niveau des organisations criminelles, très présentes également au Kossovo.

Car contrairement à l’autre État impliqué, à savoir la Turquie, ce pays relativement petit ne dispose que d’une administration policière très faible. Quand on le cite on doit toujours se représenter la faiblesse de son pouvoir central. Province ottomane jusqu’en 1913, le Pays des Aigles a certes connu au XXe siècle deux périodes d’unité. Ce fut pendant une dizaine d’années sous le règne relativement bienfaisant du roi Zog, de 1928 à 1939. Puis, régna l’abominable dictature communiste d’Enver Hoxha, de 1945 à 1985. En dehors de ces deux périodes, peu démocratiques d’ailleurs, le gouvernement de Tirana s’est trouvé impuissant à juguler les héritages claniques, bases matérielles du recrutement des mafias.

Dans la Turquie d’Erdogan, en revanche, on peut redouter, d’abord, que le régime se durcisse encore plus au lendemain du vote du 24 juin. Ce ne sera pas pour le bonheur du peuple. Car non seulement ce pouvoir ne jugule pas les réseaux criminels et les structures de corruption, mais il en constitue l’incarnation visible, il les renforce, il les structure. À plusieurs reprises l’opposition turque a cherché à déjouer ou à dénoncer les trafics liés à la famille d’Erdogan elle-même. Mal en a pris aux journalistes courageux.

Les complicités turques et albanaises doivent être aussi comprises au regard des filières islamiques, abritées par les confréries, tels les Naqshbandis[4].

Remarquons enfin que la Commission européenne pense obtenir un accord sur les questions migratoires lors du Conseil européen de Bruxelles des 28 et 29 juin. Fasse le Ciel qu’il réponde aux dangers qui s’accumulent sur nos pays tragiquement désarmés parce que désinformés et culpabilisés.

[1] Cf. l’article “Les ONG, ces négriers des temps modernes”
[2] sondage réalisé par OpinionWay pour les médias Public Sénat, Les Échos et Radio Classique.
[3] Cf. son article “Les tireurs de ficelles de la crise migratoire” sur le réseau Voltaire
[4] Qu’on me permette de renvoyer à mon article publié dans Histoire et Liberté, n°65, juin 2018.

Jean-Gilles Malliarakis

Article paru sur le site de L’Insolent

Migrants : les pays de Visegrad boycottent le mini-sommet

22/06/2018 – EUROPE (NOVOpress)
Jeudi, à Budapest, les quatre pays de l’Est européen les plus hostiles aux quotas de migrants ont de nouveau affiché leur unité. Pas question pour eux de se répartir des réfugiés. Les pays du groupe de Visegrad se sont réunis à la veille d’un mini sommet européen consacré à la question migratoire. Un mini sommet qu’ils ont décidé de boycotter.

Viktor Orban, Premier ministre hongrois, a notamment déclaré :

Cela ne vaut pas la peine d’insister sur les questions qui ne font pas l’objet d’un accord, je veux parler des quotas de migrants, parce que ces questions ne déboucheront pas sur une coopération, cela finit toujours en confrontation.

Et Sebastian Kurz, Premier ministre autrichien, d’ajouter :

L’agence (des frontières européennes) Frontex doit être renforcée non seulement en nombre et financièrement mais aussi en terme de pouvoir. Frontex doit être en mesure de lutter contre les passeurs dans un pays tiers pour empêcher les navires de contrebande de quitter les côtes pour se rendre en Europe.


Quand France 24 informe les migrants pour qu’ils boivent la tasse

France 24, télévision de l’État français modestement regardé en métropole mais très regardée dans toute la francophonie où elle est un média de référence, propose un média spécifiquement dédié aux migrants sur son site. Analyse.

France 24 est un média réputé de longue date pour son ancrage dans la pensée dominante, jouant le rôle d’un vecteur de cette pensée hors métropole. Un de ces médias qui diffusent une pensée officielle à l’étranger, au point que la moindre prise de position un peu différente a pu provoquer polémique. N’ayant pas rendu visite à France 24 depuis quelques temps, l’OJIM a été surpris de trouver sur son site, dans le menu de gauche, parmi les onglets des rubriques, un lien vers un étrange site intitulé InfoMigrants. Cliquons.

La voix de la France officielle à l’étranger ?

Le site est mis en œuvre par France 24, RFI, France Médias Monde, Deutsche Welle (la radio internationale allemande qui comporte une surprenante page d’actualités intitulée « racines d’Afrique ») et l’ANSA (Agence Nationale de Presse italienne, l’AFP de la péninsule). France Médias Monde est la version modernisée de l’ancien Audiovisuel Extérieur de la France. Il se compose aujourd’hui de trois médias principaux, France 24 et RFI mais aussi Monte Carlo Doualiya (MCD) la station de radio française « diffusant en arabe, depuis Paris » vers les pays de provenance des migrants musulmans en France, par exemple la Mauritanie ou le Soudan. Une façon de mieux faire connaître nos contrées à ceux qui veulent payer des passeurs pour ensuite risquer leur vie sur des bateaux de fortune. Notons que la « mission » de France Médias Monde, regroupant donc ces divers médias, est annoncée comme ceci : « contribuer à la diffusion et à la promotion de la langue française, des cultures françaises et francophone » dans le monde. La notion de promotion est ainsi clairement affichée, ainsi que cette étrange idée d’une pluralité des « cultures » françaises. Idée étrange, en particulier dans le contexte d’un média d’État. Notons aussi que RFI et France 24 concernent de l’ordre de 40 millions de téléspectateurs ou d’auditeurs chacune dans le monde, MCD de l’ordre de 7 millions. France Médias Monde émet dans 180 pays, et une soixantaine de journalistes travaillent pour lui. Plus qu’un média, une machine médiatique de guerre à destination du monde. C’est cette machine mondiale qui promeut InfoMigrants. Ce fait est d’autant plus intéressant quand il est mis en relation avec celui-ci : « Le 23 mars 2016, FMM signe un partenariat de trois ans avec l’État pour renforcer l’éducation aux médias dans les établissements scolaires. Des journalistes du groupe se rendront dans les écoles pour parler de la différence entre information et propagande et partager leur réflexion sur la liberté de la presse ».

À bras ouverts ?

La question peut se poser. Force est de constater qu’un média clairement financé par les États français et allemands, et donc par les peuples de ces deux pays, pratique l’information à destination des migrants, et sur les migrants, information au sujet des lieux cibles de ces mêmes migrants. Avec l’assentiment démocratique des peuples concernés ? Sans doute les jeunes femmes du jour de l’An de Cologne seront-elles intéressées d’apprendre que certains des migrants les ayant agressées ont peut-être trouvé la route de la gare de Cologne grâce à ce média en forme de site de propagande.

Parcourant le site InfoMigrants, que l’on peut lire en français, en anglais et dans diverses formes de l’arabe, cette même diversité qui est proposée pour apprentissage optionnel dans les écoles de la République française, on apprend nombre de choses édifiantes :

– Les migrants sont appelés à « témoigner », à « partager les expériences », et peuvent envoyer ledit témoignage à la rédaction.
– Une rubrique s’intitule « Comprendre l’Europe » (sous-entendu avant de venir). On y trouve des articles aidant à trouver un logement une fois en Europe, et particulièrement en France, quand on est « à la rue ». Autrement dit, les médias de l’État français informent les personnes vivant à l’étranger sur comment se loger en France, une fois décidées à traverser la Méditerranée au péril de leur vie. La question de savoir qui met concrètement en danger ces populations peut donc légitimement se poser.
– Plus encore, le site fournit toutes les informations dans des rubriques : « Pour vous aider à votre arrivée… » en France, Italie etc… : la page est ici. Il y a entre autres des cours de « vivre ensemble », des informations sur comment trouver de quoi se nourrir, comment accéder à internet… à Calais, et beaucoup d’autres informations très utiles pour toute personne vivant en Afrique et ayant le désir de venir en France. De quoi programmer son arrivée.
– Pour les migrants qui s’inquiéteraient du risque « d’expulsion », des articles expliquent comment les éviter. Autrement dit, des organismes médiatiques d’État expliquent à des délinquants (entrer illégalement dans un pays est un délit) comment utiliser la loi et les administrations afin de contourner le statut de délinquant !
– Autre exemple d’incitation plus ou moins discrète à venir : un article veut rassurer les candidats à la migration qui s’inquiéteraient de l’antisémitisme et de l’homophobie en France. Le lecteur comprend qu’il ne doit pas s’inquiéter, en France la loi le protégera.

Il est bien évidemment impossible de détailler l’ensemble de ce que propose ce site d’incitation à risquer sa vie sur un esquif de fortune ou à la frontière enneigée des Alpes, tant cette incitation est massive, au point de ressembler à s’y méprendre à de la propagande. Quelques exemples supplémentaires intéressants :

– Témoignage : « Je suis arrivé en Espagne analphabète, aujourd’hui j’ai un Master ».
– France 24 : « Refoulement de l’Aquarius et de 629 migrants : un acte contraire au droit européen»
– « Les réfugiés en Europe : étudier, travailler pour s’intégrer»
– « Enfermés avec un fils handicapé : dans l’enfer des centres de rétention en Angleterre»
– « Espagne : la maison barcelonaise des migrants venus du Maghreb »

Une visite sur France 24 et son site d’informations sur et à l’attention des migrants apportera nombre d’autres informations au lecteur intéressé, surtout s’il vit en Afrique et aspire à venir s’installer en Europe. InfoMigrant, un média qui oscille entre deux lignes éditoriales :

– la multiplication d’informations concrètes destinées à aider tout candidat à la migration vers l’Europe à venir dans les meilleures conditions possibles. Y compris au risque de sa vie.
– une dramaturgie digne de la presse sur les affaires criminelles, destinée à émouvoir les européens et à diffuser l’idéologie politique officielle visant à favoriser l’immigration sur le territoire européen.

Texte daté du 19 juin 2018 et repris du site Ojim

I-Média: Bella Ciao Aquarius

21/06/2018 – FRANCE (NOVOpress)
L’Aquarius, bateau de la discorde européenne ! Le navire qui opère en mer méditerranée au « secours des migrants » n’est pas le bienvenu en Italie.

Scandale dans la presse et dans le monde politique. I-Média analyse cette polémique.