Tag Archives: migrants

Migrants mineurs isolés

Migrants : de plus en plus de « mineurs isolés » débarquent en Italie

20/07/2017 – ITALIE (NOVOpress) : Depuis janvier, plus de 85 000 migrants ont débarqué sur les côtes italiennes, un chiffre en hausse de 20 % par rapport à 2016. Parmi eux, de plus en plus de « mineurs isolés » – sans leur famille – ou supposés tels, car certains se font passer pour des mineurs alors qu’ils ne le sont pas. Par rapport à 2011, le nom de « mineurs isolés » a été multiplié par cinq ! Face à ce phénomène, Rome veut mettre en place des centres d’accueil spécialisés, financés en partie par l’Union européenne. Une émission préparée par Patrick Lovett et Aline Schmidt pour France 24.

Migrants Méditerranée Italie - copie

Immigration : l’option « nucléaire » de l’Italie contre l’Union européenne

Times migrants ItalieC’est le journal britannique The Times qui l’affirmait samedi : pour éviter des troubles sociaux majeurs, l’Italie serait prête à recourir à « l’option nucléaire » pour forcer ses partenaires de l’UE à accueillir une partie des immigrants clandestins.

L’option nucléaire, c’est celle qui consisterait à délivrer à tous les arrivants débarqués sur les côtes italiennes un titre de séjour qui leur permettrait de circuler librement dans tout l’espace Schengen.

Le premier ministre italien Paolo Gentiloni est très en colère contre ses partenaires de l’UE qui n’acceptent pas d’ouvrir leurs ports aux bateaux chargés de colons africains. Mario Giro, vice-ministre des Affaires étrangères, et Luigi Manconi, sénateur du parti PD du Premier ministre (centre-gauche, immigrationniste), auraient affirmé au Times que la solution des visas temporaires est discutée au sein du gouvernement.

Il y a déjà eu un précédent en 2011 quand le gouvernement de Silvio Berlusconi avait délivré des permis de séjour temporaires à plus de vingt mille Tunisiens, forçant la France à rétablir les contrôles à la frontière avec l’Italie. Ces titres de séjour étant valables dans tout l’espace Schengen, ils leur permettaient théoriquement de se rendre dans n’importe quel pays membre alors qu’ils étaient arrivés illégalement en Italie. Cette année, ces titres temporaires pourraient concerner dix fois plus d’immigrants illégaux !

Deux cent mille, c’est en gros le nombre d’immigrants encore coincés en Italie et c’est aussi le nombre minimum de nouveaux immigrants attendus cette année.

Après les plus de 180 000 arrivées de l’année dernière, 86 121 nouveaux immigrants ont été récupérés entre le 1er janvier et le 12 juillet 2017 au large des côtes libyennes par les navires européens et il s’agit principalement de jeunes hommes originaires d’Afrique noire qui viennent chercher en Europe de meilleures conditions de vie.

Quand Merkel, Macron et Gentiloni ont parlé immigration au sommet de Trieste le 12 juillet dernier, le président français a affirmé que la France n’avait toujours pas pris sa part de réfugiés, mais il a aussi souligné la distinction entre réfugiés et immigrants économiques. Or selon le Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR), seuls 30 % des personnes qui traversent la Méditerranée peuvent prétendre au statut de réfugié, les autres étant justement des migrants économiques.

Olivier Bault

Article paru dans Présent daté du 19 juillet 2017

Le drame des migrants, fruit de la lâcheté des dirigeants européens – par Gilles Ardinat

Volontairement passée sous silence le temps de la séquence électorale (présidentielle et législative), la crise migratoire fait son retour dans les grands médias  : squat de la porte de la Chapelle, Calais, Vintimille… les reportages quotidiens rappellent la gravité de la situation. En 2016, la France a accueilli près de 100.000 « migrants » qui s’ajoutent aux 230.000 immigrés légaux bénéficiant d’un titre de séjour. Ce flux sera sans doute encore plus élevé en 2017.

Cependant, la cause réelle et profonde de ce flot considérable n’est jamais soulignée par les journalistes. Ceux-ci invoquent « la guerre » ou « la misère » pour justifier ces déplacements massifs de population en direction de l’Europe. En réalité, ces « migrants » prennent la route de l’exil car ils y sont incités par nos dirigeants. Disons-le sans ambages : ce sont la politique d’accueil (très généreuse) et le laxisme de la classe politique européenne qui génèrent le chaos migratoire.

La preuve nous en est donnée par de nombreux pays très développés qui ne connaissent aucun problème d’immigration. Par exemple, le Japon, malgré sa richesse, n’attire aucun « migrant » car il applique une politique très stricte basée sur le droit du sang et la tolérance zéro vis-à-vis des clandestins. La Corée du Sud et Taïwan suivent la même méthode avec succès alors que des millions de malheureux et d’opprimés vivent à proximité de ces îlots de prospérité (Philippines, Corée du Nord, Indonésie…). Ni la Russie ni les richissimes pays du Golfe ne voient arriver ces « migrants ». Par exemple, les Érythréens préfèrent faire 5.000 kilomètres pour venir en France (où ils seront généreusement pris en charge) plutôt que de traverser la mer Rouge pour atteindre l’Arabie saoudite voisine. En dépit de ses milliards de pétrodollars, l’État saoudien ne donne aucun avantage aux clandestins. Avec la même fermeté, l’Australie a mis fin en 2013 à une crise migratoire majeure grâce à son programme « frontières souveraines ». L’État australien a repoussé systématiquement les embarcations et diffusé des messages dissuasifs à destination des pays de départ. Le nombre de boat-people est ainsi passé de plus de 20.000 (2012) à zéro et les morts par noyade ont cessé.

La France et l’Europe paient les conséquences, non pas de la guerre et de la misère du tiers-monde, mais de l’aveuglement criminel de leurs dirigeants. Lorsque Édouard Philippe annonce, le 12 juillet, la création de 12.500 places d’accueil supplémentaires, il envoie un message aux candidats à l’exil : la France va continuer, malgré sa situation identitaire, sécuritaire et économique alarmante, à accueillir des immigrés. Ces signaux, relayés par nos collectivités locales et le monde associatif subventionné, aggravent donc le problème. Nos politiques incitent clairement les « migrants » à venir en France, puisque notre pays leur accorde de nombreux avantages (que la plupart des pays du monde leur refusent). Tout laxisme dans l’accueil, la prise en charge ou le financement des « migrants », toute régularisation génèrent immédiatement de nouveaux départs. Lorsqu’un clandestin est logé, formé ou financé, ses proches restés au pays le savent et veulent légitimement bénéficier des mêmes largesses. Ce cercle vicieux, aggravé par le droit au regroupement familial, crée une situation que le géopolitologue Alexandre del Valle qualifie justement de « conquête humanitaire » de l’Europe.

Accueillir des « migrants » avec l’argent du contribuable n’est en rien humaniste. Cela relève au contraire d’un aveuglement désastreux. En outre, cette immigration profite aux réseaux de passeurs et aux mafias, au patronat sans scrupule qui exploite les étrangers et aux islamistes qui voient dans ces cohortes d’immigrés un cheval de Troie pour investir l’Europe. Loin d’être « généreux », nos dirigeants sont en définitive responsables d’une erreur d’appréciation criminelle.

Gilles Ardinat

Texte repris du site Boulevard Voltaire

Lahoo Samsooryamal

Hongrie : le procès du « camion charnier » bourré de migrants

Au 12 juillet, le procès de Kecskemét, dure depuis trois semaines. Et chaque jour y dévoile l’ampleur criminelle du trafic de réfugiés, auquel a décidé de mettre un terme le gouvernement hongrois de Viktor Orban. Un empêcheur de tourner en rond pour sûr.

En août 2015, en effet, les corps de 71 réfugiés étaient retrouvés dans un camion frigorifique abandonné près de la frontière entre la Hongrie et l’Autriche. Deux ans plus tard, le procès du réseau de passeurs se tient devant un tribunal hongrois. Ce groupe, dirigé par un Afghan entouré de Bulgares, avait méthodiquement organisé ce trafic d’êtres humains, aussi criminel que lucratif. Dans leur camion étaient transportés vers l’Autriche, et furent atrocement asphyxiés, ces immigrés illégaux, hommes, femmes, enfants, originaires de Syrie, d’Irak, d’Afghanistan et d’Iran.

Le chef du réseau est revêtu d’une tunique rouge, verte et noire. Il s’avance en souriant devant les trois juges. C’est un Afghan de 30 ans qui s’appelle Lahoo Samsooryamal (photo).

Il brandit un cahier où est écrite en arabe l’invocation Allahu Akbar, accompagnée d’une inscription en pachtoun : « Je ne suis ni meurtrier ni oppresseur. »

Accusé d’être son bras droit, Metodi Ivanov Georgiev, est un Bulgare de 31 ans qui faisait déjà l’objet d’un mandat d’arrêt en Bulgarie lors de son arrestation en août 2015. Il fait profil bas. Suivent deux autres accusés bulgares. Venceslav Todorov Borisov, 38 ans, accompagnait, en éclaireur, le « camion charnier » sur l’autoroute. Ivaljo Nelev Stojanov, 25 ans, était le chauffeur du convoi. Les quatre hommes encourent une peine de réclusion à perpétuité.

Saleh Kasim Hassan, 51 ans, ressortissant libano-bulgare, était, lui, chargé de se procurer et d’immatriculer les camions achetés par Lahoo Samsooryamal. Cinq autres inculpés bulgares suivaient, qui ont tous participé aux transports de réfugiés…

Article paru dans Présent daté du 18 juillet 2017

Migrants France

L’Europe face au Grand Remplacement : le « plan migrants » de la France

Alors que le déferlement migratoire auquel est confronté notre pays impose des mesures d’une grande fermeté, Edouard Philippe, dévoilant mercredi son « plan immigration », n’a fait qu’annoncer la poursuite de la politique suicidaire menée par tous ses prédécesseurs depuis des années.

Dans ses cartons, en effet, rien que du déjà-vu et des mesures qui ne feront que relancer les pompes aspirantes de l’immigration-invasion : la création pour les demandeurs d’asile de 4 000 places d’hébergement supplémentaires en 2018, puis de 3 500 l’année suivante. Ce qui, à l’heure où la France enregistre un déficit abyssal, portera le nombre total de places à près de 90 000 ! Mais ce n’est pas fini. Il faut encore ajouter à ce chiffre la création sur la même période de 5 000 places d’hébergement à destination des prétendus « réfugiés ».

Des foules de clandestins qui, a annoncé le Premier ministre, devront bénéficier de cours de langue française, afin de « renforcer leur intégration dans notre pays ». Preuve, s’il en était besoin, que le pouvoir n’a pas pour projet d’accueillir provisoirement des masses humaines persécutées, mais bien d’organiser la colonisation de notre pays.

Certes, conscient sans doute que nos compatriotes auront été scandalisés d’apprendre à cette occasion que sur 91 000 clandestins interpellés en France en 2016, moins de 25 000 ont effectivement quitté le territoire, Philippe s’est engagé parallèlement à renforcer l’effectivité des reconduites à la frontière, en affectant à cette mission dix obscurs « pôles spécialisés dans l’éloignement ». Tout comme il a garanti le maintien des contrôles systématiques aux frontières françaises : une vaste plaisanterie puisque, comme chacun sait, dès le 11 novembre, l’UE lui interdira cette mesure d’exception.

Bref, comme l’a rappelé Nicolas Bay pour le FN, « l’expulsion automatique et immédiate de toute personne entrée illégalement sur le sol national doit être une priorité. Cette politique ne peut être appliquée que si elle s’accompagne, bien sûr, d’un rétablissement complet de nos frontières nationales et d’un choix clair : l’arrêt de l’immigration massive, incontrôlée et continue ».

Franck Deletraz

Article paru dans Présent daté du 15 juillet 2017

Africains Adrian Amstutz

Les Africains arrivent, d’autres pays se réveillent…, par Adrian Amstutz (UDC)

L’Italie est submergée depuis des mois par des migrants clandestins en provenance d’Afrique et arrivant par la Méditerranée. La question est de savoir combien de temps ces gens resteront en Italie, car leurs objectifs véritables, ce sont des Etat sociaux généreux comme l’Allemagne, l’Autriche et la Suisse. 

Grâce à l’accord de réadmission que la Suisse a conclu séparément avec l’Italie, 25 000 personnes [1], que le Corps des gardes-frontière a interceptées l’an passé principalement à la frontière sud de la Suisse, ont encore pu être renvoyées en Italie.

L’UDC et ses élus fédéraux demandent depuis des mois l’intervention de gendarmes militaires formés pour soutenir le Corps des gardes-frontière et renvoyer les personnes tentant de franchir illégalement la frontière. La majorité du Conseil fédéral reporte sans cesse les propositions correspondantes des ministres UDC.

L’Autriche, en revanche, a décidé d’agir. Le ministre autrichien de la défense prévoit de stationner 750 soldats près du col du Brenner pour intervenir au cas où le nombre de migrants en provenance d’Italie continue d’augmenter [2]. Des véhicules blindés sont déjà arrivés sur place.

Au détriment de la sécurité intérieure

Les projets annoncés par le Conseil fédéral pour le cas où le nombre de requérants d’asile augmente rapidement à la frontière sud sont plutôt inquiétants. D’une part, le Corps des gardes-frontière a retiré du personnel des autres frontières du pays pour les envoyer dans le sud. Résultat: les autres régions du pays sont moins bien contrôlées, ce que les bandes de voleurs et de trafiquants de drogues exploitent immédiatement. D’autre part, la conseillère fédérale Sommaruga et son département de justice et police veulent envoyer 50 policiers cantonaux à la frontière sud, si on ne parvient plus à retenir les migrants. Résultat : la sécurité intérieure des cantons est affaiblie.

Ces réactions hésitantes face à une crise dont on sait qu’elle va s’aggraver à brève échéance sont proprement irresponsables.

Le nombre de migrants économiques illégaux augmente rapidement

Le nombre de migrants entrés illégalement en Suisse a massivement augmenté entre les mois de janvier et de mai cette année et la même période de 2015.

Les autorités ont interpellé 11 912 personnes qui sont entrées clandestinement en Suisse, un nouveau record. Durant la même période de 2015 ce chiffre était encore de 7063 [3].

Le nombre de demandes d’asile a cependant baissé en 2017. Ces chiffres étayent l’hypothèse selon laquelle de nombreux d’immigrants clandestins se cachent chez leurs compatriotes en Suisse et ne déposent pas de demande d’asile ou alors se servent de la Suisse comme pays de transit, ce qui est également illégal.

L’attractivité de la Suisse comme pays de destination est toujours beaucoup trop grande face aux migrations massives en direction de l’Europe.

La prétendue baisse du nombre de demandes d’asile ne doit pas faire oublier qu’un énorme potentiel migratoire s’est constitué aux frontières de l’UE, au Proche Orient et en Libye. Ces masses humaines se déverseront tôt au tard sur les principaux pays de destination, à savoir l’Allemagne, l’Autriche et la Suisse. Il existe également un gros potentiel de migration à l’intérieur de l’Europe, notamment en Italie, mais aussi en Allemagne [4].

Protéger les frontières nationales

L’Allemagne a été le premier Etat Schengen à réintroduire des contrôles frontaliers en septembre 2015 entre la Bavière et l’Autriche. L’Autriche, le Danemark, la Suède et la Norvège ont suivi l’exemple. Lorsque les contrôles aux frontières extérieures de l’UE sont inefficaces, la frontière nationale doit redevenir une frontière extérieure.

Selon des comptes rendus de la presse [5], la police allemande a exécuté, grâce au renforcement des contrôles frontaliers, 673 mandats d’arrêt pour des actes pénaux avant le sommet G20 et samedi, 8 juillet 2017 à minuit, des arrestations qui n’ont pas de rapport avec le sommet. Les autorités suisses, elles, se contentent d’attendre et d’espérer que cela aille mieux un jour.

L’UDC demande enfin l’engagement de gendarmes militaires à la frontière sud, la mise en alerte d’unités adéquates de l’armée, si nécessaires de troupes effectuant leur service de répétition, d’hélicoptères équipés d’appareils de vision nocturne ainsi que des mesures de construction pour empêcher les passages frontaliers illégaux.

De surcroît, il faut enfin communiquer ouvertement et honnêtement en Suisse et à l’étranger que la frontière suisse est étanche et que l’entrée de migrants clandestins et autres faux réfugiés n’est plus tolérée.

Si la majorité du Conseil fédéral continue de dormir et d’attendre que des dizaines de milliers de migrants et requérants d’asile déferlent sur la Suisse en l’espace de quelques jours – que ce soit pour demander l’asile en Suisse ou pour transiter par le pays – la majorité de centre gauche du Conseil fédéral, emmenée par la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga, sera pleinement responsable de la catastrophe qui se dessine d’ores et déjà en matière de migration.

Adrian Amstutz, conseiller national,
président du groupe UDC

Texte paru sur le site de l’UDC sous le titre
« Les Africains arrivent – d’autres pays se réveillent –
la majorité Conseil fédéral continue de dormir »


[1] Réponse du Conseil fédéral à la question urgente 17.1038 du CN Thomas Aeschi.
[2] “20 Minuten” du 04.07.17
[3] “20 Minuten” du 14.06.17
[4] Secrétariat d’Etat à la migration, Statistique de l’asile 1er trimestre 2017, page 2
[5] https://www.tagesschau.de/inland/g20-haftbefehle-101.html

Réfugiés Regroupement familial

Allemagne : et maintenant les « réfugiés » font venir leurs familles !

Le journal Die Welt a publié dans son édition de dimanche (Welt am Sonntag) les prévisions du ministère des Affaires étrangères en la matière : au moins 200 000 à 300 000 immigrants sont à prévoir dans un futur proche au titre des demandes de regroupement familial déposées par les immigrés syriens et irakiens fraîchement légalisés.

Au premier trimestre 2017, seuls 17 000 visas ont été délivrés dans le cadre du regroupement familial par les consulats allemands en Syrie, en Irak, au Liban et en Turquie, mais les temps d’attente sont de plusieurs mois en raison de l’augmentation des demandes, et Berlin s’attend à une très forte augmentation du nombre de visas accordés aux proches des nouveaux réfugiés dans les mois à venir. Les autorités n’ont toutefois pas indiqué le nombre exact de demandes de visa déjà déposées, et il est probable que les 300 000 immigrants annoncés dans un futur proche ne sont qu’une estimation très prudente à l’approche des élections législatives prévues en septembre.

D’autant plus que l’Office fédéral pour les migrations et les réfugiés (BAMF) est en train de rattraper son retard dans le traitement des demandes d’asile déposées en 2015-2016, et il en a ainsi examiné 408 000 de janvier à juin 2017. Or ce n’est qu’une fois qu’un immigré clandestin a obtenu le statut de réfugié qu’il peut demander à faire venir sa famille.

Extrait d’un article d’Olivier Bault
publié dans Présent daté du 12 juillet 2017

Ahmed Ouyahia Clandestins

Algérie : les clandestins « amènent le crime, la drogue et plusieurs autres fléaux »

11/07/2017 – ALGERIE (NOVOpress) : C’est le directeur de cabinet du président algérien Abdelaziz Bouteflika qui l’a affirmé : « Ces étrangers en situation irrégulière amènent le crime, la drogue et plusieurs autres fléaux. » Ahmed Ouyahia (photo), ancien premier ministre et secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND) visait explicitement les migrants subsahariens se trouvant clandestinement en Algérie.

Ces propos ayant suscité quelques remous, le ministre algérien des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, est venu à sa rescousse, affirmant que le pays devait prendre « des mesures urgentes » face au « flux en Algérie de migrants subsahariens » :

« Ces mesures sont devenues urgentes parce que derrière ce flux massif en Algérie de migrants subsahariens, il y a des réseaux très organisés qui entretiennent et facilitent ce trafic humain. »

Et Abdelkader Messahel d’ajouter :

« Notre obligation en tant qu’Etat, c’est d’abord de sauvegarder la souveraineté et la sécurité nationale, c’est notre droit. »

Le très officiel quotidien El Moudjahid s’indigne lui aussi… de l’indignation que les propos d’Ahmed Ouyahia ont suscité, écrivant en éditorial :

« Les déclarations du secrétaire général du RND n’ont rien de stigmatisant ou de “choquant“, mais expriment une réalité malheureusement peu brillante. »

Quant à Farouk Ksentini, ancien président de la Commission nationale consultative de protection et de promotion des droits de l’Homme, il a abondé auprès de Tout sur l’Algérie (TSA) :

« Dans toute immigration, il faut un minimum de contrôle. Sans porter atteinte à la dignité de ces migrants, il faut les contrôler médicalement et socialement parce qu’ils portent avec eux des maux sociaux. »

Et de livrer cette feuille de route du bon comportement face aux migrations :

« II faut prévenir, contrôler, organiser et prendre en charge le problème de manière rationnelle de façon à ce que l’immigration ne soit pas ressentie par la population comme une espèce de fléau qui vient s’ajouter aux problèmes du citoyen. »

Encore ! Encore !

Stockholm police

A Stockholm, la délinquance organisée est sous le contrôle total des immigrés

Alors que la Suède était autrefois un pays paisible qui connaissait peu de délinquance, l’arrivée massive de migrants a modifié la donne et la criminalité a explosé. Une étude du quotidien Expressen montre que

au sein de la capitale du pays, Stockholm, 94,5 % des personnes impliquées dans la délinquance organisée ont au moins un parent d’origine étrangère et 82 % ont leurs deux parents qui sont originaires d’un autre État.

Les pays dont sont originaires ces délinquants sont avant tout l’Irak, la Somalie, la Syrie et  la Turquie.

En Suède, 61 zones sont définies comme « vulnérables » et au sein de ces endroits, les allochtones sont massivement surreprésentés. Une responsable de la police, Linda Staaf, déclare :

« Au sein de ces zones vulnérables règnent les criminels. Autrefois, ils tiraient dans les jambes afin d’intimider, désormais ils tirent dans la tête pour tuer. »

Un enquête précédente, conduite par l’organe de presse Dagens Nyheter, montre que 90 % des personnes impliquées ou soupçonnées d’être impliquées dans des délits avec arme(s) à feu ont une origine étrangère, la plupart étant des hommes originaires d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. 

Texte repris du blog de Lionel Balland

Chrétiens Pakistan père Parvez

Dans l’enfer des chrétiens au Pakistan : « Mieux vaut être un martyr qu’un réfugié »

06/07/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Le père Emmanuel Parvez est prêtre catholique dans un Pakistan où les chrétiens sont persécutés et parfois mis en esclavage. Menacé de mort, cousin du ministre des minorités assassiné parce que catholique, le père Emmanuel Parvez se bat contre la terreur qui s’est installée depuis des lustres. Il apporte avec humilité et constance, une aide précieuse aux chrétiens abandonnés et soumis à la plus grande des pauvretés.

Un témoignage digne et poignant, en exclusivité pour TVLibertés, qui oblige à regarder la vérité en face. Personne ne pourra dire qu’il ne savait pas ce que représente le fondamentalisme islamiste.

Chard Immigration Autriche

Immigration-invasion : l’Autriche menace d’utiliser l’armée

Après avoir rétabli les contrôles le long de sa frontière avec la Hongrie fin 2015 et instauré en avril dernier un « état d’urgence » migratoire, l’Autriche, submergée par des milliers de clandestins en provenance d’Italie, va-t-elle bientôt déployer ses soldats sur le col frontalier du Brenner ? C’est en tout cas ce qu’a menacé de faire lundi le ministre de la Défense autrichien, suscitant au passage la colère du gouvernement italien.

Des mesures devenues « indispensables »

Interviewé par le quotidien viennois Krone, Hans Peter Doskozil a en effet déclaré s’attendre « à ce que les contrôles aux frontières et une mission d’assistance (de l’armée) soient très bientôt requis » au Brenner si l’afflux de clandestins en provenance d’Italie ne ralentissait pas. Des mesures devenues « indispensables », a-t-il expliqué, en précisant que 750 soldats et quatre véhicules blindés étaient prêts à y être déployés dès ce week-end.

Il faut dire que l’Autriche, pays de 8,5 millions d’habitants, à la jonction des « autoroutes migratoires » venant respectivement d’Italie et des Balkans, croule aujourd’hui littéralement sous le poids de l’invasion. Au point que le gouvernement (pourtant de gauche) de Werner Faymann s’est vu contraint d’adopter, le 27 avril, une loi d’« état d’urgence » migratoire, réduisant notamment à trois ans le permis de séjour accordé aux « réfugiés » et durcissant les conditions du regroupement familial. En même temps, anticipant une arrivée massive de clandestins en provenance d’Italie, Vienne avait alors annoncé son intention d’installer une barrière de 370 mètres au col du Brenner, afin de permettre à ses forces de l’ordre d’y effectuer des contrôles.

« L’Europe est définitivement morte »

Intervenant dans un climat déjà tendu entre les deux pays, l’annonce de Doskozil a bien sûr immédiatement suscité la colère du gouvernement italien, qui a aussitôt convoqué l’ambassadeur d’Autriche, et dont le ministre de l’Intérieur, Marco Minniti, s’est empressé d’affirmer qu’il s’agissait « d’une initiative injustifiée et sans précédent qui, si elle n’est pas immédiatement corrigée, aura inévitablement des répercussions sur la coopération des deux pays en matière de sécurité ».

Or, les chiffres parlent d’eux-mêmes. Selon le dernier bilan publié lundi par le HCR, quelque 83 650 clandestins auraient en effet débarqué en Italie depuis janvier, soit 20 % de plus que l’an dernier à la même période ! Ce qui a fait dire très justement à Luigi di Maio, l’un des responsables du Mouvement 5 étoiles, que « sur la question des migrants, aujourd’hui l’Europe est définitivement morte » et que « l’Europe – prix Nobel de la paix – montre son vrai visage : en cas de besoin, chacun pour soi ».

Franck Deletraz

Article et dessin de Chard parus dans Présent daté du 6 juillet 2017

Suède Festival Bravalla

Viols et djihadistes en liberté : l’échec cuisant du « vivre-ensemble » en Suède

Le festival de rock de Bravalla, en Suède, n’aura pas lieu l’année prochaine. Trop, c’est trop, les organisateurs ont décidé samedi de jeter l’éponge après la nouvelle vague de viols et d’agressions sexuelles.

Attouchements, masturbation en public, viol d’une jeune femme dans les toilettes, d’une autre au camping, et encore d’une adolescente de 15 ans au milieu de la foule pendant le concert du musicien suédois Hakan Helström : la police a enregistré en tout cinq plaintes pour viol et quinze pour agressions sexuelles caractérisées.

Les brassards anti-attouchements remis par la police et les tracts distribués par les féministes avec des « astuces pour éviter les viols » n’y font rien, la Suède progressiste et multiculturelle est désormais un pays où il ne fait vraiment pas bon être une jeune fille ou une femme.

La police ne donne aucune indication sur l’origine de suspects, mais les auteurs des agressions sexuelles dont avaient été victimes 40 jeunes filles au même festival l’année dernière avaient été décrits comme « d’origine étrangère ».

Chard Viols SuèdeCe n’est en effet sans doute pas un hasard si le nombre d’agressions sexuelles dans les festivals de musique suédois avait augmenté, selon un rapport de l’ONG Nattskiftet, de 1 000 % (mille pour cent) entre 2015 et 2016, après le tsunami migratoire de l’automne 2015.

Et ce n’est pas le seul problème créé par la politique immigrationniste du gouvernement social-démocrate de Stefan Löfven. Fin juin, le directeur de la police, Dan Eliasson, présentait un rapport montrant une multiplication des zones de non-droit.

Il y a désormais 61 zones « vulnérables » en Suède, dont au moins 23 où la police ne s’aventure plus (contre 15 il y a un an), et il s’agit principalement de quartiers à forte population immigrée.

Eliasson a mis en garde contre une possible rupture du contrat social en Suède, tandis qu’une proportion croissante de policiers suédois envisagent de changer de métier.

Autre effet du « vivre-ensemble », le nombre d’islamistes potentiellement violents recensés en Suède a été multiplié par dix depuis le début de la décennie, et il atteint désormais 2 000.

Environ 140 djihadistes sont par ailleurs rentrés de Syrie.

Au retour, certains bénéficient d’un programme de protection du gouvernement et d’une nouvelle identité pour leur permettre de recommencer leur vie incognito en Suède… ou ailleurs en Europe !

Olivier Bault

Article et dessin de Chard parus dans Présent daté du 5 juillet 2017
sous le titre « L’échec cuisant du “vivre-ensemble” suédois »

Defend Europe 1

Opération Defend Europe face aux migrants : Génération Identitaire a trouvé le bateau !

Defend Europe 228/06/2017 – EUROPE (NOVOpress) : Dans le cadre l’opération européenne Defend Europe, Génération identitaire l’annonce : « Nous avons enfin un navire ! » Dans trente jours, annonce le mouvement, « nous allons lancer une mission de recherche d’assistance identitaire au large des côtes libyennes ». Dans une vidéo tournée devant le porte de Brandebourg, à Berlin, les jeunes identitaires européens expliquent vouloir « faire trois choses » :

« Nous voulons surveiller les navires des ONG et informer les garde-côtes libyens sur leurs agissements, Nous voulons intervenir quand ils sont dans l’illégalité et évidemment si nous recevions un signal SOS, nous sauverons les personnes en détresse et nous assurerons leur retour aux côtes libyennes, juste comme la loi le décrit. »

Ainsi, expliquent-il, « nous ferons de la Méditerranée une mer plus sûre de deux façons » :

« Premièrement, il y aura un bateau de plus pour répondre aux signaux SOS. Deuxièmement, avec notre politique du NO WAY et de rémigration, nous diminuerons le trafic d’êtres humains sur les côtes. »

Selon eux, Defend Europe est « la seule voie pour assurer la sûreté des frontières européennes et pour mettre un terme aux noyades en mer ».

Ils lancent aussi un appel aux dons :

« Nous avons maintenant besoin de lever 60 000 € pour amener notre navire en mer Méditerranée, et pour ça nous avons besoin de vous. Montrons aux médias, aux ONG et à l’Union Européenne que nous pouvons réaliser cela ensemble. Amenons le bateau patriote de sauvetage en Méditerranée ! »

Défenseur des droits Toubon

Le défenseur des droits veut mettre l’Etat à genoux devant l’immigration

28/06/2017 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : Le défenseur des droits est une autorité indépendante. Elle a été créée par la révision constitutionnelle de 2008, sous la présidence Sarkozy. Le but était de donner plus d’importance à la haute autorité de lutte contre les discriminations et aux quelques autres organismes auxquels le défenseur des droits s’est substitué. En 2014, François Hollande a nommé à ce poste l’ancien chiraquien Jacques Toubon.

Le défenseur des droits défend donc les droits des citoyens de notre pays ? Hélas non.

Jacques Toubon ne cesse de réclamer des droits pour ceux qu’il appelle les « migrants », qui ne sont rien d’autre que des immigrés entrés illégalement dans notre pays – et qui pour beaucoup y restent dans l’illégalité la plus complète. Et il dénonce de supposés « traitements inhumains et dégradants »…

Jacques Toubon estime que le gouvernement n’en fait pas assez pour accueillir les envahisseurs. Il a ainsi appelé à la création d’un centre d’accueil pour immigrants à Calais. Une requête qui le range aux côtés des pires groupes de pression immigrationnistes. Comme France Terre d’asile, qui a obtenu du tribunal administratif de Lille qu’il enjoigne l’Etat à offrir des infrastructures aux clandestins, tels des points d’eau et des douches. Ce qui revient à fixer les clandestins là où ils ne devraient pas être et à renforcer les pompes aspirantes de l’immigration.

Le défenseur des droits se montre aussi très soucieux de la sauvegarde des libertés des terroristes potentiels. Il a ainsi critiqué les mesures du projet de loi renforçant la lutte contre le terrorisme.

En revanche, on n’entend pas le défenseur des droits réclamer davantage de liberté d’expression pour les Français qui critiquent le Grand Remplacement.

Et tout cela aux frais du contribuable. En 2016, le défenseur des droits a coûté 28 millions d’euros, pris sur le budget de l’Etat.

Calais : la justice refuse l’ouverture d’un centre d’accueil pour clandestins mais favorise tout de même leur installation

28/06/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Les associations réclamaient la création d’un centre d’hébergement fixe sur Calais. Mais lundi, le tribunal administratif a refusé cette proposition. Elle ne constitue pas « la seule solution pour prendre en charge efficacement et dignement les personnes concernées ».

Mais les juges ont ordonné des mesures d’aide pour les 600 réfugiés qui errent actuellement dans Calais. D’ici 10 jours, avec une astreinte de 100 € par jour de retard, le tribunal a contraint les autorités à créer à l’extérieur du centre de Calais, plusieurs points d’eau et des latrines.

Cette décision a été saluée par les défenseurs des immigrés clandestins.

Police politique Merkel Migrants Twitter

La police politique de Merkel perquisitionne chez 36 citoyens anti-migrants !

« La démocratie ? C’est quand une voiture s’arrête devant chez vous à l’aube et que vous êtes sûr que c’est le laitier. » Quand Churchill disait cela, il pensait à l’Allemagne nazie et aux craintes qu’inspirait la Gestapo. Après la guerre, il pensait à l’Union soviétique et à la RDA, où la Stasi s’occupait de « la vie des autres ». Si Churchill revenait aujourd’hui il penserait à l’Allemagne de Merkel.

C’est ainsi que, le 20 juin, 36 personnes ont subi l’irruption brutale de la police fédérale à leur domicile. Ces perquisitions de la police (politique) allemande intervenaient – dans le cadre d’une opération coordonnée – contre des auteurs de tweets soupçonnés d’avoir diffusé des « messages de haine ». En clair : d’avoir publié des tweets – humoristiques, critiques, voire violemment critiques – à propos de l’immigration.

Des hommes et des femmes qui risquent cinq ans de prison pour délit d’opinion –politiquement incorrecte – tout comme ceux qui émettaient des critiques sur le nazisme ou le communisme risquaient d’aller faire un séjour en camp de rééducation.

Bien sûr l’idéologie a changé mais les méthodes de répression judiciaire et policière sont restées les mêmes.

Merkel veut imposer l’accueil de centaines de milliers d’envahisseurs étrangers clandestins en Allemagne contre la volonté d’une large partie du peuple allemand. Elle ne peut le faire qu’en établissant une dictature de fait : par l’occultation de la réalité, la censure et la répression policière. L’ouverture des frontières n’est possible que par la destruction des libertés.

Ainsi lorsque des milliers de femmes allemandes ont été sexuellement agressées par des « migrants » dans la nuit de la Saint-Silvestre 2015/2016, le pouvoir et la police ont obtenu le black-outcomplet de la part d’une presse obéissant servilement à leurs consignes de silence. Comme dans tout bon régime totalitaire. Malheureusement pour la police et le pouvoir, le scandale a fuité sur les réseaux sociaux.

Depuis le gouvernement Merkel a trois priorités :
– garder toute sa puissance au consensus politiquement correct pouvoir politique/police/médias, gerbe des forces de tous les pouvoirs totalitaires ;
– obtenir des grandes firmes californiennes de l’Internet la mise en place de procédures de censure aussi rapides qu’arbitraires (en violation complète du principe de neutralité du net) ;
– engager des poursuites policières et judiciaires contre les personnalités jugées excessivement critiques de la politique du régime Merkel.

Nous assistons au début de ce processus de répression totalitaire qui concerne aussi, peu ou prou, la France.

Face à cela, les Résistants devront se montrer solidaires les uns des autres. Et défendre vaille que vaille la liberté d’expression, y compris pour les propos qu’ils ne partagent pas, voire qu’ils condamnent. Car la liberté d’expression n’a de sens que pour les idées qui déplaisent.

Et si la répression se durcit, certains Résistants devront se résoudre à demander l’asile politique à la Hongrie, à la Pologne ou à la Russie.

Sans attendre, il est indispensable de développer des canaux Internet alternatifs (à l’est plutôt qu’à l’ouest) permettant de s’exprimer en toute liberté. Le développement de RuTube ou de RuTweet recréerait une salutaire concurrence garante de la liberté !

Jean-Yves Le Gallou
président-fondateur de la Fondation Polémia

Texte repris de Boulevard Voltaire
(titre initial : « La dictature Merkel : cinq ans de prison pour délit d’opinion ! »)

La chaîne américaine de cafés Starbucks va recruter 2 500 immigrants africains

26/06/2017 – EUROPE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
La chaîne de cafés Starbucks va embaucher 2 500 immigrants allogènes dans ses cafés en Europe. Les recrutements ont déjà débuté dans huit pays européens : l’Allemagne, l’Autriche, l’Espagne, la France, la Grande Bretagne, les Pays Bas, le Portugal et la Suisse. Cette mesure qualifiée d’éthique, par la bienpensance, s’inscrit dans un large plan de recrutement sur cinq ans et qui prévoit l’embauche de 10 000 immigrants dans 75 pays différents. A terme, l’objectif de Starbucks est que les clandestins économiques représentent 8% de la masse salariale du groupe.

Officiellement, cette décision est en réaction au décret de Donald Trump, qui interdit l’entrée sur le sol des Etats Unis de sept pays majoritairement musulmans.

Notons néanmoins, qu’il s’agit d’une aubaine pour la multinationale qui trouvera là une main d’œuvre à bas coût au détriment des travailleurs européens – qui, eux, coûtent trop cher – car c’est bien là que réside l’intérêt de l’oligarchie cosmopolite.

Les firmes transnationales, en quête de reconnaissance auprès des consommateurs, se découvrent là une mission philanthropique en recrutant ces immigrants

C’est sous couvert d’aider les envahisseurs allogènes à s’intégrer dans les sociétés occidentales, que Martin Brok, président de Starbucks Europe, Afrique et Moyen Orient affirme que les multinationales : « peuvent utiliser leur taille pour avoir un impact positif sur la vie des gens ».

Le comble de l’hypocrisie est alors atteint.

La crise des migrants vue par Arte : les bons et les méchants

Source : Boulevard Voltaire – La crise des migrants vue par Arte : les bons et les méchants

Arte a diffusé mardi 13 juin 2017 un documentaire intitulé « 3 jours en septembre ». Il est résumé de la façon suivante sur le site de la chaine : « Au début du mois de septembre 2015, la chancelière allemande Angela Merkel décide de laisser entrer en Allemagne des milliers de réfugiés syriens bloqués en Hongrie. Retour sur trois jours qui ont changé l’histoire ».

Parmi les personnes témoignant au cours du documentaire, Marie Schutte, bénévole à la gare de Keliti (Hongrie), Melissa Fleming, porte parole de l’UNHCR (haut comité aux réfugiés des Nations Unies), Petra Bendel, spécialiste des migrations, Thomas de Maizière, Ministre de l’intérieur allemand, Angela Merkel, la Chancelière allemande, József Czukor, ancien ambassadeur de Hongrie à Berlin, Bernd Ulrich, journaliste au journal allemand Die Zeit et le journaliste d’Arte qui nous gratifie de nombreux commentaires entre les interviews.

Verbatim

Le journaliste d’Arte introduit le sujet en indiquant qu’en Hongrie, les migrants étaient alors bloqués à la gare, « c’est la confusion la plus totale. (… ) ». Les migrants veulent quitter la Hongrie car « le gouvernement s’évertue à ne leur donner aucune perspective ».

Pourquoi le nombre de réfugiés a-t-il augmenté si soudainement en septembre ? « à cause de l’exacerbation des conflits » selon Petra Bendel.

L’élément déclencheur : « Le tweet du ministère de l’office fédéral (allemand) a créé un effet d’aspiration » car il indiquait qu’il n’y aurait pas de renvois de syriens en Hongrie… . « Ils savaient qu’ils pouvaient tous aller en Allemagne » selon Thomas de Maizière.

À partir du moment où ce tweet a été connu, « tout le monde avait la nationalité syrienne », « mais quasiment personne ne pouvait le prouver » indique Marie Schutte.

Le journaliste du Zeit indique qu’il fallait alors « choisir dans la précipitation entre la culture de l’accueil ou du rejet ».

Le journaliste d’Arte précise que « la gare de Budapest devient une caisse de résonnance médiatique ». « La marche des migrants a un effet d’aimant, plus rien ne semble les arrêter ». « L’Allemagne met l’Autriche et la Hongrie devant le fait accompli, sans se soucier du sort des réfugiés » en affrétant des bus pour conduire les migrants dans ces pays.

Selon le journaliste « les scènes de Hongrie (un migrant qui a agrippé une voie de chemin de fer pour exiger de pouvoir aller en Allemagne) et les photos de la culture de l’accueil allemande ont pour point commun de nous montrer que quand les images circulent librement, le contrôle échappe aux politiques ». « L’Allemagne a montré un jour accueillant et le flux des réfugiés semble sans fin, ce qui n’est pas sans susciter quelques craintes ».

La parole est alors donnée à un représentant des autorités allemandes qui indique que l’Allemagne « ne peut à elle seule accueillir à elles seules tous les réfugiés du monde ». Le journaliste d’Arte reprend : « Le refrain de la surpopulation des réfugiés est repris par tous les extrémistes et populistes d’Europe ». « Pour eux, les crises humanitaires ne sont pas un argument ».

Lire la suite