Tag Archives: Metz

Moselle : le dhimmi Grosdidier kiffe la mosquée de Metz, par Alain Sanders

Il y a quelque temps que je n’ai pas parlé de François Grosdidier, maire LR de Woippy jusqu’à l’an dernier, ville où sa dhimmitude s’est vautrée jusqu’à l’indécence. Aujourd’hui sénateur de Moselle, il nous la joue Messin sans frontières…

En duo avec la conseillère Colin-Oestrelé, Grosdidier fait déjà campagne pour les municipales de 2020 à Metz. A Woippy, il s’était vanté d’être le seul maire de France à avoir construit une mosquée et une école coranique payées à 100% par l’argent public. Une mosquée avec, sur le terrain communal, une place de stationnement « réservée à l’imam ». Une mosquée avec une entrée principale réservée aux hommes, les femmes devant passer par une petite porte à l’arrière du bâtiment. Une rue de mosquée où la mairie dhimmitesque a financé et installé des lampadaires orientaux surmontés du croissant islamique.

On rappellera que ce Grosdidier est favorable au port du voile, aux menus communautaristes dans les cantines scolaires et qu’il a pour l’importante communauté turque du coin les yeux de Shéhérazade.

Aujourd’hui, il publie sur sa page Facebook le projet de grande mosquée à Metz, projet qu’il soutient et porte avec diligence bien sûr. Ce qui fait dire au sénateur Jean-Louis Masson, qui a toujours été indépendant et courageux, lui : « En souhaitant financer le projet de grande mosquée à Metz avec l’argent des contribuables, il reste dans la même démarche électoraliste. Le communautarisme est un ferment de division et d’affrontement. Ce n’est rendre service ni aux Messins ni aux musulmans que de l’exacerber de la sorte (…). Metz ne doit pas devenir un Molenbeek-sur-Moselle. Ce sera l’enjeu du second tour des municipales de 2020 à Metz. A droite comme à gauche, la priorité sera de faire barrage au communautarisme. ».

Le bulletin Perspectives municipales : objectif 2020 à Metz publie la photo de deux élus dhimmitisés habillé en turcs sur fond du drapeau du régime islamiste du sanglant Erdogan ! Avec ce commentaire : « S’ils ne sont pas élus à Metz, ils pourront toujours aller se présenter à Istanbul. » Ankara s’ils sont en carafe…

Le même bulletin souligne : « Plutôt que d’engloutir l’argent des contribuables dans la construction d’une mosquée, plutôt que d’organiser l’apprentissage de l’arabe dans les écoles primaires, il faut concentrer les moyens disponibles pour aider les jeunes gens des quartiers à apprendre le français, à s’insérer dans la société et à acquérir une formation professionnelle conduisant à l’emploi. »

Mais le clientélisme a ses raisons que le patriotisme ne connaît pas. Lénine disait grosso modo : « Les capitalistes sont si bêtes qu’ils finiront par nous vendre la corde pour les pendre. » Les élus dhimmis sont tellement avides d’être réélus qu’ils vendent leur âme – ce dont on se moque un peu – mais surtout, et cela nous concerne, l’identité de notre pays, fourriers du Grand Remplacement qu’ils ont choisi d’être.

Après les attentats de Paris, on a beaucoup parlé de Molenbeek. Des Molenbeek, il y en a des dizaines, peut-être des centaines, en France. On parade armé et on tient en joue avec des AK-47 des policiers à Marseille, la cité phocéenne est devenue une large zone de non-droit, des CRS sont tabassés et dépouillés à Grenoble, les attaques contre les forces de l’ordre sont quotidiennes. Régler – et définitivement – ces « problèmes » nous semble plus urgent que d’aller construire une mosquée dans la Lorraine de Lyautey et de Barrès…

Alain Sanders

Article paru dans Présent daté du 29 mai 2018

Pour des Turcs pro-Erdogan de Metz, les Européens «vont le regretter»

13/03/2017 – FRANCE (NOVOpress)
Après avoir été interdit dans plusieurs pays européens, un meeting du chef de la diplomatie turque s’est tenu à Metz dans l’après-midi du 12 mars, rassemblant plusieurs centaines de membres de la diaspora turque de France. L’occasion pour Mevlut Çavusoglu, ministre des Affaires étrangères, de défendre le projet de révision constitutionnelle de son pays, promue par le président Recep Tayyip Erdogan.

Les Turcs présents au rassemblement étaient remontés contre la décision de plusieurs Etats européens d’interdire des événements de ce type sur leur sol.

Nombreux étaient les participants à s’emporter en menaçant les Européens :

La Turquie c’est un pays démocratique, et comme on avance de plus en plus, ils [les Européens] ne le supportent pas. […] Qu’ils s’excusent, on l’accepte pas, et ils vont le regretter.


Photo primée Metz transports

Une photo de femmes voilées primée au concours des transports de Metz !

29/04/2016 – METZ (NOVOpress) : Il n’y avait qu’un prix et c’est une photo de femmes voilées posant autour d’un livre à la couverture manquée qui l’a remporté au concours « Lecture en bus » organisé par Le Met’, le réseau de transports publics de Metz et de son agglomération. « Bravo à Hind Bou », s’extasie Le Met’ sur sa page Facebook, sans en dévoiler plus sur cette « Hind Bou » alias Diaf, une habitante de Metz originaire de Batna, en Algérie, et qui, sur sa page Facebook, se laisse à peine apercevoir sous un voile…

Le Met va donc offrir à « Hind Bou » le prix annoncé : une liseuse « Kobo FNAC» 6 pouces très haute définition d’une valeur de 129,99 €. Oui, vraiment, bravo à Hind Bou pour cette provocation qui a séduit le jury…

Au fait, qui composait donc ce jury ? Difficile de le savoir car, bizarrement, le règlement du concours a disparu. De même qu’ont été supprimés les commentaires – pas vraiment élogieux – qui avaient suivi l’annonce de ce choix…

Ce réseau de transports est exploité par une société détenue majoritairement par la communauté d’agglomération de Metz-Métropole, présidée par le centriste Jean-Jacques Bohl. On peut essayer de le joindre à Metz-Métropole, sinon à la mairie de Montigny-lès-Metz : c’est lui le maire.

 

Contre les immigrationnistes, Génération Identitaire affirme « Clandestin, l’Europe n’est pas ton destin ! »

15/09/2015 – FRANCE (NOVOpress)
« Clandestin, l’Europe n’est pas ton destin ! » Le slogan brandi par Génération identitaire Metz à la face d’une manifestation immigrationniste a fait mouche. L’énervement des intéressés et des médias en atteste. Par Jordan Lauer

Avenir Ensemble avait réuni 300 personnes pour son « rassemblement humaniste » en faveur des « réfugiés », samedi dernier à Metz. Ce petit monde pensait ronronner tranquillement dans les bons sentiments et l’entre-soi. C’était sans compter sans une vingtaine de militants de Génération Identitaire Lorraine, accompagnés d’élus FN messins, parmi lesquels Françoise Grolet et Thierry Gourlot, venus réclamer un référendum local sur la question de l’accueil.

migrants 2

Notre message était pour sa part plus simple : Génération Identitaire Lorraine réclame l’expulsion de tous ces immigrés entrés illégalement sur notre territoire ! C’est derrière une banderole sur laquelle on pouvait lire : « Clandestin, l’Europe n’est pas ton destin » que la petite troupe a investi pacifiquement le village associatif sur le parvis des droits de l’Homme, pour passer le message d’une majorité de la population aux immigrationnistes militants présents et aux élus : les aides envisagées pour les clandestins devraient être mises en place pour nos SDF avant tout !

En effet, le maire socialiste de la ville, Dominique Gros revenait tout juste de Paris où il a rencontré le premier ministre en compagnie de 600 autres élus venus recevoir la bonne parole… leur quota de « réfugiés » et les crédits qui vont avec. M. Gros a confirmé pour sa part sa volonté d’accueillir 250 Syriens à Metz, estimant qu’il s’agit pour lui d’un devoir.

Il y a des appartements vides et par-dessus tout j’en appelle à la population

déclare-t-il. Appel non entendu, puisque seuls 25 Messins sont portés volontaires pour ouvrir leur porte.
Peut-être aurait gagné à consulter la population au nom de laquelle il s’engage avant de lancer ses hasardeuses initiatives, cela lui aurait rappelé que les Français sont majoritairement opposés à l’accueil de davantage de clandestins. Sans doute va-t-il pallier au manque de civisme de ses administrés en logeant les 225 « réfugiés » restants dans son appartement ?

Soulignons enfin que, contrairement aux élucubrations des journalistes du Républicain Lorrain, nous n’avons bien évidemment pas menacé la sécurité des manifestants pro-immigration avec des « pétards ». Cette mise en scène de la presse locale est comme d’habitude grotesque… Les Messins ne sont plus dupes.

Jordan Lauer – Responsable Génération Identitaire Lorraine


Metz : face à la délinquance et l’inaction de la mairie, Génération Identitaire maintient la pression

22/06/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Les militants de Génération Identitaire continuent leur travail de sensibilisation de l’opinion publique en dénonçant à la passivité de la municipalité face à la délinquance endémique qui affecte certains quartiers de l’agglomération messine.

Délinquance : Metz, c’est Chicago-en-Lorraine !

10/06/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Les affrontements armés deviennent monnaie courante dans les quartiers sensibles de Metz. Seuls les élus locaux ne semblent pas s’en apercevoir.

Hier matin, une fusillade éclate rue de Ryneck à Woippy, dans la banlieue nord de Metz. Un jeune homme de 23 ans s’effondre, touché d’une balle de calibre 22 long rifle dans l’abdomen. Son pronostic vital ne serait pas engagé, il a même pu répondre à la police, sans donner d’indiction utile quant à son agression. Les premiers éléments de l’enquête font apparaître que le jeune homme est en possession d’armes et de cachets pouvant être des « stupéfiants de synthèse », selon la police, des précisions qui désignent un crime lié à la délinquance toujours plus présente dans les quartiers sensibles de Metz et son agglomération.

Ce déchaînement de violence n’est que le dernier d’une longue série qui ensanglante Metz et ses environs :
Le 5 juin, une fusillade avait éclaté à Metz-Bellecroix, faisant deux blessés, dont un grave, toujours dans le coma.
Le 30 mai dernier, un tireur « fou et ivre » avait ouvert le feu au pistolet automatique 9 mm dans une rue du quartier Boileau, à cheval entre Woippy et Metz, tuant une femme de 22 ans et blessant trois autres personnes.

tuerie du 30 mai : François Grosdidier, maire de Woippy déplorait un «cas isolé»

Tuerie du 30 mai : François Grosdidier, maire de Woippy déplorait un «cas isolé»

Le 28, un règlement de comptes à l’arme à feu, sur fond de trafic de drogue, fait un blessé avenue André Malraux.
Le 17 mai, c’était encore un règlement de comptes entre bandes rivales, toujours avec armes à feu, qui faisait un blessé à la Grange-aux-bois.
Lire la suite

Vu sur Twitter

Cette candidate UMP à Metz qui fait un discours dans une mosquée avec le voile

Publié le