Immigration-invasion : Marine Le Pen dévoile ses six mesures phares

Jeudi dernier, veille de sa participation au sommet de Varsovie réunissant les chefs des partis patriotiques européens (voir dans ce numéro de Présent, le reportage de notre correspondant en Pologne Olivier Bault), la candidate du RN à la présidentielle est revenue, lors d’une conférence de presse à son QG de campagne parisien, sur son programme de lutte contre l’immigration. Un programme articulé autour de six mesures phares qui, une fois adoptées par voie référendaire et mises en œuvre, permettraient non seulement de mettre fin à l’invasion, mais aussi à notre pays d’économiser plus de… 80 milliards d’euros en cinq ans !

Couper les pompes aspirantes

Rappelons qu’en septembre dernier (voir Présent daté du 30 septembre), Marine Le Pen avait déjà présenté – entre autres – les grandes lignes de son projet de loi sur l’immigration. Mais, ce faisant, elle avait aussi promis de revenir sur celui-ci avec des propositions chiffrées. Ce qu’elle a fait jeudi, non sans avoir dénoncé auparavant et à fort juste titre la volonté du gouvernement de « tout faire pour dissimuler l’impact financier » de l’immigration. Ainsi, a expliqué la candidate du RN, « en réservant les prestations familiales aux foyers dont au moins un des parents est Français », notre pays pourra-t-il économiser 15,6 milliards durant son quinquennat. De même qu’en limitant le RSA, la prime d’activité, l’allocation adulte handicapée ou encore les allocations logement aux « étrangers ayant travaillé au moins cinq ans à temps plein », son gouvernement pourra tabler sur 21,9 milliards d’économies sur la même période. D’autre part, a-t-elle poursuivi, en remplaçant la très coûteuse aide médicale d’Etat par une « aide d’urgence vitale », l’Etat devrait faire 4,5 milliards d’euros d’économies sur cinq ans.

Plus de 80 milliards d’économies

Autres mesures capitales : la « restriction de l’immigration familiale », avec une « baisse de 75 % des flux annuels » qui signifierait 2,4 milliards d’euros d’économies de 2022 à 2027, ou encore la réforme du droit d’asile, incluant notamment la « fin de l’accueil des mineurs non accompagnés », qui permettra à la France d’économiser 30,7 milliards d’euros au cours de son quinquennat. Enfin, Marine Le Pen a rappelé qu’elle entendait bien « renvoyer les étrangers qui n’auront pas eu d’emploi pendant un an », mesure qui permettra une économie de 5,4 milliards d’euros sur la même période. Ce qui veut dire que, au total, ces mesures, qui seront appliquées dès leur acceptation par les Français lors d’un référendum proposé au lendemain de son élection à la présidence, devraient représenter jusqu’à « 80,5 milliards d’euros » durant le quinquennat, soit « 16,1 milliards » par an.

Franck Deletraz

Article paru dans Présent daté du 6 décembre 2021

Gilbert Collard: « Depuis l’affaire Merah nos policiers sont-ils sous-équipés ? »

Gilbert Collard: "Depuis l'affaire Merah nos policiers sont-ils sous-équipés ?"

22/01/2015 – PARIS (via BFMTV)
Jugeant les mesures contre le terrorisme annoncées mercredi par Manuel Valls « inefficaces », le député RBM, Gilbert Collard, s’interroge sur le financement d’un tel plan: « Ce qui m’étonne, c’est qu’on puisse débloquer soudainement tant d’argent ». « Depuis l’affaire Merah nos policiers sont-ils sous-équipés? », a-t-il également demandé en référence aux moyens matériels promis par le Premier ministre.

Congrès du Front national, face aux casseurs : les mesures du Bloc Identitaire Lyon

Congrès du Front national, face aux casseurs : les mesures du Bloc Identitaire Lyon

27/11/2014 – LYON (NOVOpress)
Comme il l’avait fait avant la coupe du monde, en exigeant des autorités qu’elles appliquent l’arsenal législatif existant concernant les méfaits des supporteurs algériens, le Bloc Identitaire Lyon tire une nouvelle fois le signal d’alarme. Car après Nantes, Rennes et Toulouse, l’extrême gauche a clairement annoncé son intention de saccager la ville de Lyon le 29 novembre prochain, lors d’un appel à manifester contre la tenue du congrès du Front National. Dans un communiqué diffusé dans les médias de la mouvance anarchiste, les organisateurs anonymes annoncent une « manifestation offensive », demandant aux manifestants de venir « casqués ». « Quitte à trouver la police sur notre route et à refuser de faire marche arrière ! », il n’est pas possible pour l’extrême gauche que le meeting du Front National « se déroule tranquillement ! » Des menaces claires et précises, passées sous silence par les médias et qu’aucun parti de gauche n’a dénoncées. Des menaces qui peuvent être lourdes de conséquences, voire dramatiques, quand on sait que Lyon va être le point de convergence durant ce week-end de tous les casseurs de France et de certains pays européens (Italie, Allemagne et Suisse).

Le Bloc Identitaire demande donc :

– Au préfet de prendre ses responsabilités et d’interdire en urgence la manifestation pour éviter des blessés inutiles chez les forces de l’ordre, au sein de la population et chez les manifestants parfois très jeunes.

– Aux partis de gauche, le Parti Socialiste et le Front de Gauche, « Collectif Vigilance 69 contre l’extrême droite » ou Conex (Coordination Nationale contre l’Extrême droite) d’arrêter de jouer avec le feu en accueillant dans leurs rangs à chaque manifestation des groupes d’individus armés (batte de base-ball, manche de pioche, matraque, etc), casqués et cagoulés. Les élus de gauche se font très complaisants voire même complices depuis des années de ces bandes armés. Car il suffit de consulter la liste des participants aux différents collectifs (CNT notamment) pour trouver des groupuscules appelant ouvertement à l’émeute et à « casser du flic ».

Lire la suite

Israël : un plan en 8 points pour combattre le terrorisme

Israël : un plan en 8 points pour combattre le terrorisme

27/11/2014 – TEL-AVIV (NOVOpress)
On peut critiquer la politique israélienne de colonisation en Cisjordanie, soutenir la création d’un Etat palestinien, cela ne devrait pas empêcher de suivre de près les mesures temporaires que souhaite prendre la coalition au pouvoir en Israël à l’initiative d’un député de la Knesset (Yariv Levin, photo) du parti le plus important, le Likoud. Ce député devrait présenter prochainement à la Knesset un plan sur ordre du Premier ministre Netanyahou afin de contrer une vague d’actes terroristes (attaques au couteau et par voiture principalement) individuels qui ont causé la mort de 11 juifs israéliens en 1 mois, principalement à Jérusalem.

Les 8 mesures principales visent à doter les forces de sécurité d’un réel pouvoir de dissuasion:
– Déchéance de nationalité pour tous les citoyens engagés dans ou coopérant avec une organisation terroriste.
– Expulsion du territoire après exécution de la peine de prison.
– Absence de funérailles pour les terroristes abattus sur le lieu de leur attaque.
– Corps non rendus aux familles et enterrés dans un lieu secret.
– Destruction du logement des terroristes dans les 24h suivant l’attaque.
– Arrestation des manifestants masqués et violents participant à des manifestations illégales pendant lesquelles des cocktails molotov et des pierres sont lancées et détention jusqu’au terme de la durée légale. Idem pour ceux qui brandissent un « drapeau ennemi ». Toute personne déclarée coupable perd ses prestations sociales et son permis de conduire pendant 10 ans.
– Déchéance de citoyenneté pour les familles de terroristes si celles-ci soutiennent publiquement (y compris sur les réseaux sociaux) les actes du terroriste.
– Fermeture des commerces et ateliers d’impressions faisant l’apologie des terroristes.

La proposition de loi prévoit aussi qu’un patron peut s’adresser à la police pour savoir si un quelconque de ses employés a déjà été arrêté pour une raison de sécurité et ainsi le licencier.

En France on a un numéro vert quand on s’alarme et des dirigeants qui condamnent fortement le terrorisme…

Crédit photo Une : Reuven Kapuchinski via Wikipédia (cc).

Nouvelles mesures socialistes en faveur de l’immigration

Nouvelles mesures socialistes en faveur de l’immigration

27/07/2012 – 13h00
PARIS (NOVOpress) –  Le ministre socialiste de l’Intérieur, Manuel Valls, a annoncé mercredi, devant la commission des Lois du Sénat, deux projets de loi pro-immigration, l’un pour l’automne, l’autre pour le premier semestre 2013. Ainsi, les critères de régularisation des clandestins « vont être discutés, cet été, avec l’ensemble des parties prenantes (associations, syndicats) ». Ils devront être « compréhensibles, à la fois par les personnes en situation irrégulière, par celles qui nourrissent le projet de venir sur notre territoire et également, cela me paraît essentiel, par nos compatriotes ». Ces derniers devront donc subir ces mesures alors que les socialistes sont minoritaires dans le pays.

Lire la suite