Tag Archives: mensonge

Cop21 : travailleurs détachés, fermeture des frontières, le pouvoir face à ses contradictions

07/11/2015 – FRANCE (NOVOpress)
200 « travailleurs détachés » sur le chantier de la Cop21, les frontières « fermées » pour protéger le raout écolo, mais ouvertes à tous les vents migratoires, le sommet sur le climat s’annonce comme un concentré des contradictions et reniements de la « gauche » au pouvoir.

À l’occasion de la Cop21, les frontières seront contrôlées du 13 novembre au 13 décembre, a affirmé Bernard Cazeneuve. Tous les moyens de transport sont concernés : ces contrôles s’effectueront aux points de passage frontaliers routiers, ferroviaires, maritimes et aériens.
Outre le côté ridicule de la mesure sécuritaire (terroristes de tout poil, il vous suffit d’entrer en France avant le 12 novembre et d’attendre tranquillou, Airbnb vous fournit des chambres d’hôtes discrètes), le symbole est symptomatique de ce qu’est devenue la « gauche » au pouvoir : servile avec les puissants, elle bafoue le droit de ses modestes citoyens, qui auraient été en droit d’entendre

La France va fermer ses frontières pendant quelques semaines

à propos de la crise migratoire qui frappe l’Europe et menace la survie de la civilisation européenne.
Mais bon sang, mais c’est bien sûr, ils s’en moquent, de la civilisation européenne ! et même sans employer de grands mots, ils se tamponnent aussi, nos hommes de « gauche », du modèle social français, avec ses trop nombreuses rigidités, certes, mais qui protégeait tout de même le travailleur modeste. Grâce à l’Europe de Bruxelles, tous ces « archaïsmes » sont bien heureusement à ranger au rayon des mauvais souvenirs. Ainsi avec la directive européenne ultralibérale de 1996, qui officialise le dumping social et la concurrence déloyale, on peut se payer des sommets mondiaux à moindres frais.
C’est pour cela que près de 200 travailleurs détachés venus d’Europe de l’Est sont employés sur le chantier de la Cop21 au Bourget, en Seine-Saint-Denis, alors que les organisateurs de la conférence s’étaient engagés à employer prioritairement la main d’œuvre locale. Un salarié venu de Slovaquie a expliqué qu’il ne touche que 70 € pour des journées de 10 à 12 heures.

Bref, droit, social, droit des peuples tout cela c’est bon pour les discours que plus personne ne croit. Le changement, de « gauche » en « droite », c’est maintenant.*
* mais rassurez-vous, l’inverse est également vrai


La dénonciation, un divertissement d’avenir

Source : Boulevard Voltaire
La défiance universelle est le plus sûr chemin vers le totalitarisme.

Depuis Alexandre de Tocqueville, dans la première moitié du XIXe siècle, on sait que les États-Unis d’Amérique sont notre futur. Parfois pour le meilleur, souvent pour le pire.
À tel point que, sans doute pour préparer le troupeau français et européen à l’avènement glorieux du traité transatlantique de libre-échange, nos gouverneurs locaux de l’empire atlantiste ont pris l’habitude de singer leurs maîtres. L’UMP s’appelle par exemple « Les Républicains » et, à la suite de l’affaire Charlie, quand les événements étaient encore dans toutes les mémoires, un Patriot Act à la française, dite « loi relative au renseignement », a été voté le 19 mars 2015, puis promulgué en plein mois de juillet.

Sait-on qu’il y eut, au mois de mars, quelque 35.000 messages de dénonciation ? Dans le monde anglo-saxon, c’est chose admise. Non que l’on n’ait pas, nous, Français, usé de cette vénérable coutume… Toutefois, nous sommes loin d’en être fiers ! En tout cas, en Grande-Bretagne et aux USA, c’est dans les mœurs depuis longtemps, et rémunéré. Le progrès… Twitter et Internet veillent sur nous.
Encore m’empressé-je d’ajouter, pour ne pas faire porter le chapeau à nos amis d’au-delà des mers, que, nous aussi, nous avons rejoint la joyeuse cohorte des rapporteurs. Le ministère de l’Intérieur met à notre disposition, en effet, un site tout à fait salutaire. Avis aux amateurs !

Pour en revenir à nos amis yankees, ils viennent d’inventer un nouveau jouet, qui risque d’enthousiasmer nos chères têtes plus ou moins blondes. Le FBI a créé un jeu interactif, sur le Web, utilisable en classe, et intitulé « Don’t Be A Puppet » (« Ne sois pas une marionnette »). Un joujou, comme on le voit, plus « ludique » que le triste site du ministère français censé lutter contre les djihadistes.
Rien de plus louable, en effet, que de n’être pas un automate ! Surtout quand il s’agit d’échapper à l’emprise terroriste (même s’il en faut peu pour être l’ennemi public numéro un aux USA) !

Sans préjuger de la pertinence des critères retenus, souvent vaseux, pour jauger si votre voisin est une bête immonde, on sera sans doute plus circonspect quant à l’approche éthique d’une telle opération. Enseigner la délation, est-ce vraiment sain ? La défiance universelle est le plus sûr chemin vers le totalitarisme.
Le paradoxe, dans notre société qui se veut critique, est sans doute que qui veut être libre, finalement, risque de faire la marionnette. Le but du jeu n’est pas toujours celui qui est indiqué sur l’emballage. On croit remplir son devoir de citoyen, avec la meilleure volonté possible, et l’on ignore complètement jusqu’où mènent les ficelles, qui les tire, et qui est manipulé.

Claude Bourrinet
Professeur de Lettres

Les «migrants» et le lobby «artistocrate»

Source : OJIM
Un décryptage fouillé et précis, comme l’OJIM sait les produire, sur le fameux « Appel des 800 » et sur les coups de pression médiatiques exercés par le lobby très élargi de ceux que Philippe Muray appelait les « artistocrates »… le dossier est en deux parties (ici et là), nous en rassemblons les principaux extraits.

Après la tragédie, la farce. Des mythes fondateurs et panthéonisés, dans l’imaginaire collectif français, de ces intellectuels prenant la défense des faibles et des opprimés contre le système et la foule, cette chevalerie de la plume dont les modèles furent Voltaire et Zola, on est tombés à la simagrée parodique et répétitive dont l’appel de Calais et ses 800 signataires représentent la plus accomplie des dénaturations.
[…]
Dans les 800 signataires, y a-t-il seulement une personnalité qui représente symboliquement un demi-Voltaire ? Quel est d’ailleurs le rapport de cette masse avec, à proprement dit, le métier de la réflexion, de la critique éclairée ou des spéculations métaphysiques ? […] Le « grand intellectuel isolé », dans la dernière version du mythe, se trouve ainsi désormais être une foule de 800 personnes composée essentiellement d’intermittents du spectacle… Et cette foule s’exprime sur un support particulier : Libération. […]

Nicolas Philibert

Nicolas Philibert

le cinéaste Nicolas Philibert ajoute: “Il y a un sentiment collectif de ras-le-bol face au mutisme des politiques et à la montée d’une pensée réactionnaire disséminée par une demi-douzaine d’intellectuels médiatiques”. Dans leur viseur, Alain Finkielkraut, Michel Onfray, Éric Zemmour ou Michel Houellebecq, en couverture des hebdomadaires et invités régulièrement à la télévision », lit-on sur le site du Figaro dans le cadre d’un entretien du journaliste avec les initiateurs de l’appel. […] Nous ne nous trouvons donc pas dans la configuration de l’intellectuel isolé face aux passions de la foule mais dans celle d’une foule arguant fallacieusement d’une autorité morale pour s’en prendre à des intellectuels isolés et cela selon un ratio de deux-cents contre un ! […]
Lire la suite

Victor Orban : « nous ne voulons pas d'immigrés en Hongrie »

Orban accuse Soros de déstabiliser l’Europe en aidant les réfugiés

Source : Le Saker francophone
Prise de bec entre deux éminences hongroises : le Premier ministre hongrois Viktor Orban accuse George Soros d’alimenter la crise des migrants en Europe.

Viktor Orban, le premier ministre hongrois n’est pas vraiment un pro-migrant.
Il a même fait tout son possible pour faire savoir à toute l’Europe que Budapest n’est absolument pas intéressée à accueillir les centaines de milliers de migrants fuyant un Moyen-Orient déchiré pas la guerre. Et voici ce qui arrive lorsque des réfugiés osent tester la résolution d’Orban à défendre la nouvelle barrière anti migrants :

0102

Comme nous le savons déjà, la Hongrie a fermé ses frontières avec la Croatie et la Serbie, ce qui a entraîné une véritable bataille aux frontières dans laquelle personne ne sait plus trop comment diriger des centaines de milliers de réfugiés vers l’Allemagne sans transformer son propre pays en une autoroute de migrants.

De son côté, le marionnettiste ukrainien, fraudeur fiscal, milliardaire philanthrope et hongrois de naissance Georges Soros a déclaré que la politique d’Orban empêchait l’Union européenne de répondre efficacement au défi.
Voici un extrait d’une analyse de Project Syndicate [le groupe de réflexion financé par Soros, NDT] dont nous avions déjà parlé ce mois-ci :

Le premier ministre hongrois, Viktor Orban, vient de sortir un plan en six points pour résoudre la crise. Mais son plan, qui place les droits humains des demandeurs d’asile et des migrants sous la responsabilité des gardes-frontières, menace de diviser et de détruire l’Union européenne en la faisant renoncer aux valeurs sur lesquelles elle a été construite et viole les lois qui sont censées la gouverner.

Lire la suite

Complément d’Enquête : un « reportage » à charge contre la Hongrie [Tribune]

Complément d’Enquête: un «reportage» à charge contre la Hongrie [Tribune]

Ferenc Almássy, franco-hongrois vivant à Budapest, est traducteur et journaliste indépendant. Il a suivi tout l’été la « crise des migrants » en Hongrie et revient dans cette tribune sur le travail de désinformation des médias français, un de ses sujets de prédilection.

Alors que l’Europe est en train de vivre un tsunami migratoire inédit dans toute son Histoire, la préoccupation principale des élites dirigeantes et des médias aux ordres est portée sur la tolérance et l’accueil de l’Autre. Au point que ça semble devenir non plus une priorité, mais bien le seul élément important, la clef de voûte de la réussite du monde multiculturel, qui avait pourtant été verbalement déclaré comme mort par Angela Merkel il y a cinq ans.

Ce comportement que certains spécialistes jugeraient sans détour, s’il apparaissait chez un individu donné, comme étant une forme d’obsession maladive qui se caractérise par un déni de réalité et une crispation hystérique, semble atteindre le corps fébrile d’une certaine caste aujourd’hui.

Aussi, lorsque des pays d’Europe Centrale au passé, aux problématiques et aux défis différents de ceux d’Europe de l’Ouest disent non au fatalisme, cela ne manque-t-il pas de déclencher un véritable branle-bas de combat aux QG des rédactions subventionnées. « Comment ces gueux a qui ont a fait la grâce de rentrer dans notre Union Européenne osent nous dire non, à nous, les patrons ? »

Une correction, d’abord verbale, s’impose. Et ce sera par voix de presse.
La détérioration dans la presse occidentale de l’image de Viktor Orbán depuis sa réélection en 2010 – puis son maintien en 2014 – en sont symptomatiques. Oui, nous sommes en démocratie, et les dirigeants des États membres sont indiscutablement souverains en leur pays. Enfin, tant qu’ils s’alignent sur Bruxelles…

Le sujet est passionnant et pour un œil avisé, la guerre médiatique à l’encontre de la Hongrie qui s’opère aujourd’hui est un phénomène tout sauf anodin (je vous invite pour en savoir plus à se sujet à vous reporter à ma conférence du 14 septembre 2015 donnée au Cercle Aristote, trouvable sur YouTube : « Hongrie : Paroles de médias et réalités »).

Mais ce qui m’a poussé à réagir aujourd’hui est l’émission « Complément d’enquête » de France 2 récemment diffusée, hallucinante attaque non seulement contre Viktor Orbán, mais contre la Hongrie et son peuple dans son ensemble. On ne s’y prit pas autrement pour mettre de son côté l’opinion publique — ou tenter de le faire — avant d’attaquer, bombarder ou mettre sous blocus économique certains pays par le passé… la technique est rodée, connue, mais toujours aussi infecte.

Passons donc ensemble au crible cette pièce à conviction qu’est ce reportage intitulé de façon neutre et journalistique : « La parano hongroise ».

Je vous invite, si ce n’est pas déjà fait, à visionner ce torchon audiovisuel avant de continuer, il dure un quart d’heure.

Lire la suite

Hollande chez Lucette: la retraitée au bord de la dépression. Le président contagieux?

02/11/2015 – POLITIQUE (NOVOpress)
Les cameramans de BFMTV sont retournés voir Lucette après la visite impromptue du « président » chez la retraitée jeudi dernier, devant toute la presse. « Surprise », tout était calibré, jusqu’aux questions et réponses. Décidément, depuis VGE, les visites « au peuple », ça ne réussit pas aux locataires de l’Élysée… ni à leurs hôtes. /strong>

« Oh, ben ça, si je m’attendais », avait l’air vouloir exprimer la face faussement étonnée de Hollande, aussi bon comédien qu’un type débarquant dans son anniversaire-surprise qu’il aurait lui-même organisé, en découvrant les rangées de journalistes qui se massait dans l’appartement de Lucette.
C’est d’ailleurs exactement ce qui s’est passé chez Lucette, cette retraitée du nord qui a reçu ce week-end la visite « impromptue » du « président », venu discuter logement avec des vraies gens, des sans-dents, sous les flashs et les projeteurs. Opération « proximité », sourire bon enfant et mine concernée de mise, le sous-préfet espérait se ripoliner un peu la popularité au contact du populo, pt’it café sur la table de la salle à manger, sans façon, trois images qui évitent aux journalistes de voir les manifs et les perturbations des opposants et tout le monde repart content.

Sauf que, à défaut d’avoir la mémoire longue et de se souvenir des pt’its dej de VGE chez l’habitant, les journalistes de BFMTV ont tout de même trouvé qu’il y avait baleine sous gravillon et que ça puait le coup monté, ce truc spontané au milieu d’un improbable voyage de presse élyséen dans le nord, officiellement pour aller serrer la louche de quelques élus locaux. Faut dire que même les petits coups de comm » de base, Hollande, il ne sait plus les faire. Éventés, tous les trucs de prestidigitateur de salle des fêtes communale de notre « président ».

Donc, nos brillants confrères sont retournés voir Lucette, qui est une brave femme, une vraie, pas une actrice. Et elle leur a répondu sans détour, Lucette, aux journalistes : copine du maire PS de Vandoeuvre, c’est lui qui l’a choisie pour tenir le crachoir à Hollande et ce sont les services de la mairie qui ont fourni ménage, chaises, café, et joli (?) bouquet. Après, Lucette a répété les questions et les réponses avec le gars de l’Élysée, qui lui a bien dit de pas parler des sujets qui fâchent.

J’avais une idée, c’était de dire qu’il s’occupait beaucoup des immigrés, mais pas des clochards qui crèvent dans la rue. Mais ça, il fallait pas que je le dise.

Eh non, mais c’est le jeu, ma pauvre Lucette !
D’ailleurs, nous sommes tous désolés pour elle, qui n’en peut plus de la polémique née à la suite de la visite de Hollande chez elle. Après avoir trouvé refuge chez sa fille, la retraitée a chu dans les escaliers, sans gravité heureusement et elle aspire au calme, horriblement stressée et déprimée par toute cette affaire.
Hollande arrive quelque part, il pleut. il promet de s’occuper du chômage, il augmente. il se mêle de relations internationales, il ridiculise la France. il rend visite à une paisible retraitée, elle tombe dans les escaliers et en dépression. Il est peut-être pas vraiment dangereux, il suffit de pas trop s’approcher.

Charles Dewotine


Lire la suite

Jusqu’à preuve du contraire: décryptage des mensonges médiatiques

Source : OJIM

Au menu de cette nouvelle chronique de décryptage des mensonges médiatiques de Christopher Lings, la France n’est pas un « pays de race blanche » mais le CSA estime qu’il y a trop de Blancs à la télévision (cherchez l’erreur) ; les médias nous bombardent d’images d’« enfants migrants » pour tenter de nous émouvoir, eux qui dénonçaient il y a quelques mois l’« utilisation des enfants » faite par La Manif pour Tous (cherchez l’erreur bis) ; le détournement d’une photo par le maire de Béziers Robert Ménard est scandaleuse mais le recadrage et le bidouillage de celle du petit Aylan ne pose aucun problème (cherchez l’erreur ter) ; le Bondy Blog enfin dénonce la télé facho… et là, miracle, on est d’accord avec eux !

Publié le

Onfray dans Éléments, panique à «gauche» !

17/10/2015 – CULTURE (NOVOpress)
Pagination augmentée de 50%, nouvelle maquette tout en couleurs, tout le monde ne parle que d’Éléments, l’excellente revue d’idées et de débats, qui a fêté récemment ses 40 ans. Ah, on me dit dans l’oreillette que les commentateurs ne l’ont pas lue et critiquent simplement la présence de Michel Onfray dans le magazine d’Alain de Benoist.

Nouvelle chasse aux sorcières en cours : Michel Onfray persiste et signe à préférer s’entretenir avec des gens intelligents qui ne sont pas de gauche plutôt qu’avec des crétins politiquement corrects. Le philosophe fait en effet la couverture du dernier numéro d’Éléments, la revue des idées dirigée par Alain de Benoist. Aussitôt la foule des petits censeurs de s’émouvoir, de s’indigner, de vitupérer… oui décidément, Onfray, qui clame partout être de gauche n’est en fait qu’un vil fasciste, un suppôt de l’extrême-droite, un social-traitre, une vipère lubrique, un tigre de papier, un agent double au service de Marine Le Pen, des zeureleplusombres et des idées rances et nauséabondes…

C’est évidemment bien plus simple que d’ouvrir cette revue écrit petit et serré, avec assez peu d’images (nous n’avons pas encore reçu notre exemplaire pour juger de la nouvelle maquette…) et qui prétend traiter les sujets au fond plutôt que de s’attacher à l’écume des choses, aux étiquettes et aux convenances « intellectuelles » des rédactions parisiennes et états-majors de partis politiciens.
Alain de Benoist ayant été l’un des fondateurs du mouvement intellectuel de la « nouvelle droite », il est catalogué ad vitam aeternam dans le camp du mal, essentiellement par des gens qui n’ont jamais lu une ligne de lui. Qu’il s’attache à la poursuite de la vérité où qu’elle se trouve, ne s’intéressant en rien aux petites étiquettes qui servent de bréviaire aux « intellectuels » de plateau télé ne fait rien à l’affaire. Nos belles âmes seraient par exemple édifiées du nombre de référence à Marx et à des auteurs marxistes que l’on trouve dans cette revue « d’extrême-droite ».

Tout cela pour dire que, personnellement, j’attends avec impatience le facteur pour ouvrir mon exemplaire d’Éléments et y découvrir le dossier sur la droite et le poison libéral et – entre autres — les propos de Michel Onfray, avec qui je ne suis pas forcément d’accord, mais dont j’apprécie l’honnêteté intellectuelle, le genre d’attitude subversive qui a tôt fait de vous classer parmi les infréquentables, n’est-ce pas Michel ?

Charles Dewotine


 

Onfray, fier d’être «populiste» en couve de @Revue_elements. Au moins, les choses sont claires… pic.twitter.com/Ih1vVZI9wr

— Guillaume Gendron (@g_gendron) 15 Octobre 2015

Dupond et Dupont mènent l’enquête sur Michel Onfray… pic.twitter.com/CZaCnAqzzm

— Revue éléments (@Revue_elements) 16 Octobre 2015

 

«manipulateurs» : sans surprise, Hollande nie toute invasion migratoire

16/10/2015 – POLITIQUE (NOVOpress)
En marge du sommet de Bruxelles consacré à la crise migratoire, le « président » Hollande a qualifié de « manipulateurs » ceux qui parlent de France envahie. Venant d’un spécialiste du mensonge et de la mauvaise foi, le propos ferait presque sourire s’il ne s’agissait d’un sujet aussi grave.

Le « président » argue que la France n’a accepté d’accueillir que 24 000 réfugiés, face aux 800 000 à un million que l’Allemagne a accepté pour nier toute invasion migratoire.

Hollande « oublie » opportunément les 200 000 immigrants légaux et au moins le même nombre d’illégaux qui entrent dans le pays chaque année, hors crise migratoire, et ce depuis des décennies.

Il « oublie » aussi la libre circulation dans l’espace Schengen qui permet aux clandestins de facilement venir ou ils le souhaitent une fois les frontières extérieures de l’UE franchies. Et si beaucoup de migrants veulent aller en Allemagne, les déçus, les rejetés pourraient se retrouver en partie en France…

Il « oublie » encore de signaler que ces fameux 24 000, issus d’une répartition négociée entre pays européens sur la base de 160 000 « réfugiés » est naturellement caduque. Elle sera forcément remise en cause dès que la Commission européenne aura acté des 630 000 « migrants » arrivés en Europe depuis le début de l’année, dénombrés par l’agence européenne Frontex, chiffre bien sûr sous-évalué au vu de la faiblesse du dispositif de l’agence européenne et des contrôles aux frontières extérieures de l’UE, Hongrie exceptée.

Sans vouloir être puéril et jouer à « c’est celui qui dit qu’y est », qui est le manipulateur dans cette affaire ?




Lire la suite

Valls contre la GPA dans le journal La Croix, pour dans Têtu

Vallsgate : désolé, MM. Valls et Hollande, la polémique n’est pas close !

12/06/2015 – POLITIQUE (NOVOpress)
Abus de bien social, mensonge, mépris, voilà ce que les Français pensent de l’affaire du voyage privé de Manuel Valls à Berlin. Lui parle d’erreur de communication, Hollande essaie maladroitement de tourner la page.

Quand on lui demande si Manuel Valls n’a pas abîmé son image dans cette affaire, François Hollande coupe court: “Cette polémique est désormais close. Il a lui-même dit ce qu’il fallait. Il n’y a rien à ajouter.”
Et pourtant, il y a ! Non seulement la vague d’indignation à l’encontre de M. Valls ne retombe pas, mais une association anti-corruption, le Front républicain d’intervention contre la corruption (Fricc), devrait saisir formellement la justice pour détournement de fonds publics après son déplacement en avion à Berlin pour la finale de la Ligue des champions.

Selon un sondage Elabe pour BFMTV, 77 % des Français étaient choqués du voyage de Manuel Valls à Berlin à bord du Falcon officiel en présence de ses deux enfants pour assister à la finale entre la Juventus et le Barça.
Le sondage n’évoque pourtant pas les autres aspects de l’affaire qui choquent les Français :
• Le mensonge au plus haut niveau de l’État pour couvrir le Premier ministre, avec Hollande qui évoque un rendez-vous officiel avec Platini
• La bêtise dudit mensonge, alors que l’agenda de la FIFA est sur leur site web et qu’une minute de consultation suffit à lever le pot aux roses
• Le mépris pour le peuple qu’induit l’attitude consistant à finalement n’avouer qu’une faute de communication et à annoncer qu’il remboursera la part de ses enfants.

Et comme il n’apprend pas vite, après avoir utilisé les moyens de l’État à des fins récréatives, il affiche une fois de plus son mépris de l’argent public en allant faire un tour à la Réunion, suivi un jour plus tard par Najat Vallau Belkacem. Deux avions en 24 h ? Décidément, oui, le gouvernement est “exemplaire” !
Le premier ministre tentera de démontrer, selon un conseiller de Matignon, que « le gouvernement a beaucoup fait pour l’outre-mer et que l’outre-mer est une priorité pour le gouvernement ». Bref, il est en campagne aux frais de l’État.

Lire la suite

rangers

Mort de Ben Laden : la manip’ démontée

Source : World Socialist Web Site
Seymour Hersh démasque les mensonges officiels sur le meurtre de Ben Laden, Par Niles Williamson, 13 mai 2015

Près de quatre ans après le raid des forces spéciales américaines ayant abouti à l’assassinat d’Oussama Ben Laden, un extraordinaire article de révélation politique du journaliste d’investigation et lauréat du prix Pulitzer Seymour Hersh, publié dimanche dans la London Review of Books, a enlevé le masque au récit officiel qu’en avait donné le gouvernement américain.
L’abondance de détails fournie par l’article de Hersh attire l’attention sur le fait que rien de ce qu’un responsable gouvernemental peut dire publiquement ne peut être considéré comme la vérité, et que les médias grand public fonctionnent comme une caisse de résonance pour mensonges officiels. Hersh affirme que

les comptes-rendus donnés par le président Barack Obama et les membres de son cabinet « pourraient avoir été écrits par Lewis Carroll, » l’auteur d’Alice au pays des merveilles.

Parmi les affirmations exposées comme des fabrications, il y a :
• que le programme de torture de la CIA a contribué à la découverte de la cachette de Ben Laden ;
• que le raid a été réalisé à l’insu du gouvernement pakistanais ;
• que l’équipe des opérations spéciales visait à prendre Ben Laden vivant ;
• que l’équipe l’avait tué seulement quand il a résisté ;
• qu’on avait donné à Ben Laden un enterrement islamique en mer à partir du porte-avions USS Carl Vinson.

Lire la suite

Ruquier n'invitera plus jamais Caroline Fourest dans ses émissions

Quand Laurent Ruquier ne veut plus inviter Caroline Fourest dans ses émissions

12/05/2015 – PARIS (NOVOpress)
L’animateur Laurent Ruquier, après vérification faite sur le mensonge de Caroline Fourest, a décidé ne plus jamais inviter la journaliste antiraciste dans aucune de ses émissions et l’a fait savoir au grand public lors du dernier “on n’est pas couché
Il n’a pas précisé s’il s’en tiendrait uniquement à elle ou s’il entendait, désormais, étendre cette éthique à l’ensemble de ses invités. Son plateau n’en deviendrait-il pas désespérément vide ?
Caroline Fourest n’a t-elle pas eu surtout le tort d’avoir été prise en flagrant délit par Aymeric Caron, d’avoir menti de façon trop visible ?

Qui donc s’est rendu quelques fois aux “Bobards d’Or“, lit les divers sites de réinformation sérieux ou analyse de son chef l’information diffusée dans les médias mainstream sait à quel point cette journaliste (qu’il ne s’agit pas de dédouaner) est très largement concurrencée dans le mensonge par sa caste de propagandistes.
Et en était-elle à son premier mensonge, elle qui décrivait les yeux bleus des terroristes dans l’attentat contre Charlie-Hebdo ?

Crédit photo : capture youtube de l’émission “On n’est pas couché”


Caroline Fourest et Aymeric Caron

Caroline Fourest : ouh, la menteuse !

Source : OJIM
Caroline Fourest ne nous déçoit pas. elle s’est ait prendre la main dans le pot de confiture, ayant délibérément menti devant des millions de téléspectateurs lors de son accrochage avec Aymeric Caron sur le plateau de l’émission On est pas couché.

Parmi les divers sujets d’accrochage, Aymeric Caron a rappelé à son interlocutrice qu’elle avait été condamnée pour diffamation en 2013 après avoir laissé entendre, sur France Culture, que l’agression de la jeune femme voilée Rabia Bentot, à Argenteuil, pouvait être « bidonnée », ce qui avait entraîné une plainte de l’intéressée. Pourtant, ce soir-là sur France 2, Fourest a assuré avoir « gagné (s)on procès ». Non pas en première instance, où elle a perdu, mais « en appel ». Face au scepticisme de Caron, celle-ci a annoncé que son avocat ferait un communiqué le lendemain.

Communiqué qui n’est jamais arrivé. En leu et place, elle a depuis affirmé que l’avocat adverse avait « délibérément laissé filer le délai de prescription pour que cet appel n’ait pas lieu, et abandonné les poursuites ». Ainsi, la militante féministe s’est considérée « affranchie de cette plainte ridicule ». Version aussitôt démentie par les avocats de la partie adverse.
En clair, Caroline Fourest aurait-elle menti pour protéger son image publique un soir de grande audience ? Une stratégie « ridicule et suicidaire » pour Daniel Schneidermann. Dans L’Obs, le fondateur d’@rrêt sur images souligne que dans cette situation de « mensonge cynique », de mensonge « à la Cahuzac », « le menteur ne peut pas ignorer qu’il va être démasqué un jour ». C’est pourtant la voie choisie par Fourest ce soir-là.

Vérification faite, auprès de toutes les parties, oui, elle a menti

assure-t-il avant de conclure : « Si le mensonge de Fourest est un problème, c’est d’ailleurs d’abord pour la cause qu’elle prétend servir, celle de la laïcité et du droit au blasphème, cause qui mérite d’être défendue dans le débat public, défendue vigoureusement, à la loyale, et qu’elle torpille. »

Crédit photo : capture d’écran de l’émission ONPC du 2 mai


"Le Traité transatlantique et autres menaces", d’Alain de Benoist - par Bernard Mazin

“Le Traité transatlantique et autres menaces”, d’Alain de Benoist – par Bernard Mazin

15/02/2015 – PARIS (via Polémia)
« On n’en parle guère, alors que l’on est en présence d’un des plus grands événements de ce début du XXIe siècle, et d’une des plus grandes menaces. De quoi s’agit-il ? D’un projet de “grand marché transatlantique”, et même du plus important accord commercial bilatéral jamais réalisé, puisqu’il s’agit de mettre en place, en procédant à une déréglementation généralisée, […] la plus grande zone de libre-échange du monde grâce à l’union économique et commerciale de l’Europe et des Etats-Unis ». Ainsi commence le dernier ouvrage d’Alain de Benoist, Le Traité transatlantique et autres menaces.

Alain de Benoist nous a habitués à apparaître souvent là où on ne l’attend pas. Mais il ne prétend pas jouer pour autant les experts en économie. Son propos est dans le prolongement direct des réflexions qu’il mène, avec d’autres auteurs de plus en plus nombreux, sur la dérive du libéralisme depuis les années 1970, d’Hervé Juvin à Jean-Claude Michéa et de Wolfgang Streeck à Yves-Marie Laulan. On trouvera dans les notes suivant chacun des chapitres de nombreuses autres références en la matière.

Le « TAFTA », illustration de la diplomatie secrète

Du Traité transatlantique – TAFTA : Transatlantic Free Trade Agreement – il sera en fait assez peu question, car « beaucoup n’hésitent pas à parler de “négociations commerciales secrètes” pour qualifier ces tractations qui se déroulent à huis clos ».

Le Traité transatlantique est un avatar paroxystique d’un mouvement plus général qui a commencé à la fin des Trente Glorieuses, et qui a pris une intensité particulière depuis la crise des subprimes de 2008 et les convulsions à répétition qui l’ont suivie. C’est aux différents volets de cette évolution, ces « autres menaces », que notre auteur consacre les autres chapitres de son ouvrage, avec sa lucidité habituelle et son habileté à déceler les convergences et les « transversalités » entre phénomènes à première vue hétérogènes.

C’est dire que l’information disponible est en quantité limitée. Pas au point cependant de ne pas être en mesure d’apprécier la dangerosité du projet : intégration au sein d’une véritable « OTAN économique » sous tutelle américaine. « Il s’agit bien, pour les Etats-Unis, de tenter de maintenir leur hégémonie mondiale en enlevant aux autres nations la maîtrise de leurs échanges commerciaux au bénéfice de multinationales largement contrôlées par leurs élites financières. » (p. 21) ; mise en place à terme d’une « nouvelle gouvernance » commune aux deux continents ; alignement sur les normes les plus « libérales », en pratique les plus « dérégulatrices », en l’occurrence celles des Etats-Unis ; etc. Dans ce système, des entreprises multinationales seraient en mesure de porter plainte contre des Etats pour entrave à la libéralisation des marchés!

Le Traité transatlantique est un avatar paroxystique d’un mouvement plus général qui a commencé à la fin des Trente Glorieuses, et qui a pris une intensité particulière depuis la crise des subprimes de 2008 et les convulsions à répétition qui l’ont suivie. C’est aux différents volets de cette évolution, ces « autres menaces », que notre auteur consacre les autres chapitres de son ouvrage, avec sa lucidité habituelle et son habileté à déceler les convergences et les « transversalités » entre phénomènes à première vue hétérogènes.

Lire la suite

Islamisme : inconscients et lâches – par Vincent Revel

Islamisme : inconscients et lâches – par Vincent Revel

26/01/2015 – PARIS (NOVOpress)
Quelle incompétence ! Leur culpabilité est tellement flagrante, affligeante, visible et constatée, que plus personne ne se permet de remettre en place nos politiciens. Si la France est aujourd’hui confrontée au problème de l’islam politique, à l’échec de son procédé d’intégration, à la faillite de son système social, au fiasco de notre apprentissage scolaire, à un communautarisme conflictuel de plus en plus violent, à une crise identitaire sans précédent, ce n’est pas dû au hasard ou à un manque de chance.

Tout ceci n’est pas sorti subitement et soudainement du chapeau d’un magicien mal intentionné. Ces maux, que certains décrivent depuis longtemps, sont le résultat d’une politique sociétale choisie avec conviction par nos élus. Ceux qui essaient de nous embrouiller l’esprit en nous faisant culpabiliser une fois de plus en nous expliquant que ce sont les discriminations et le racisme qui sont en cause sont des hypocrites.

Ceux qui nous font croire que l’islamisme n’a strictement rien à voir avec cette belle religion de paix qu’est l’islam sont des menteurs. Ceux qui affirment, sans honte, que ces intégristes sont des déséquilibrés, des cas isolés, appartenant à des groupes plus que minoritaires, sont des inconscients ou des lâches qui ne nous permettent pas de nous préparer contre le danger qui nous attend demain.

Cette incapacité chronique qu’ont nos politiques à ne pouvoir se remettre en cause peut nous précipiter vers le chaos. Ne pas vouloir nommer correctement les choses pour éviter soi-disant de stigmatiser, d’offenser, d’amalgamer, ne nous évitera pas de devoir un jour se confronter à la vraie vie. Cette volonté affichée de nos grands médias à relayer la même propagande est un crime contre cette même liberté d’expression qu’ils prétendent pourtant défendre.

Il est urgent que les Européens cessent de se laisser manipuler. Il devient vital que notre peuple sorte de sa dormition pour enfin voir ce qui se passe chez lui et autour de lui. Le monde des Bisounours n’existe pas. Le « soldat Hollande », soi-disant fameux rempart du monde libre face à la barbarie, n’est qu’un leurre. Le slogan « je suis Charlie », affiché avec conviction ou compassion, ne veut strictement rien dire et n’apportera aucune solution sur le long terme. Nous employons tous, et souvent avec empressement, les mots liberté, égalité, fraternité, tolérance.

Ce ne sont que des idées et des mots, collés à un système de pensée, qui malheureusement sont devenus avec le temps des dogmes au service de l’idéologie du bien vivre ensemble. A présent, l’égalité a été remplacé par l’égalitarisme, permettant toutes les dérives sociétales, la fraternité nous renvoie systématiquement à l’autre, auprès de qui chaque Européen a un devoir, en souvenir et en compensation des soi-disant crimes commis dans notre passé, la tolérance nous oblige à tolérer l’inacceptable dès l’instant que les droits des minorités dites visibles sont garantis, et la liberté permet aux nouveaux chiens de garde de s’ériger en censeurs pour mieux abattre et ostraciser tous ceux qui dévient du politiquement correct.

Quand j’entends Manuel Valls mettre en garde des lycéens en leur expliquant qu’ils doivent se préparer et accepter de vivre avec le danger du terrorisme islamiste, c’est un véritable scandale ! Ces hommes politiques nous précipitent depuis trente ans vers un possible début de guerre civile et ils s’en lavent les mains en demandant aux jeunes générations de faire avec. Face à un échec comme celui que nous vivons au quotidien, nos élus auraient dû assumer leurs paroles et leur politique libérale, immigrationniste, mondialisée, démissionner et rendre des comptes au lieu de s’en accommoder, de persister et de faire comme si tout ceci ne pouvait être qu’une fatalité.

Lire la suite

Face à l'escroquerie politique Sarkozy, un long travail commence

Face à l’escroquerie politique Sarkozy, un long travail commence – par Pierre Saint-Servant

20/09/2014 – PARIS (NOVOpress)
Vendredi 19 septembre 2014, Nicolas Sarkozy a choisi avec l’amour de la forme et le sens de la dignité qui le caractérisent de confirmer son retour – serpent de mer depuis de nombreux mois – dans la vie politique française. Retour qui avait d’ailleurs été anticipé grâce aux nombreuses mises en causes judiciaires dont il est le protagoniste.

Sa déclaration, qui singe la grandeur et le sens des responsabilités mais ne sonne finalement que factice et cérémonieuse, frappe surtout par sa vacuité. Fatigue du sens dirions-nous avec Richard Millet. Une millième fois, nous est joué le coup du changement, de la rupture, du nouvel élan, de l’avenir radieux. Encore heureux que Séguéla ne soit pas passé par là, lui qui appelait il y a quelques jours sur les ondes de Radio Classique à un “espoir d’espérance” en évoquant Sarkozy. Sont-ils tombés bas ? Et depuis combien de temps poursuivent-ils ces discours de basse fosse, nous imposent-ils cet air irrespirable ?

Sa déclaration, qui singe la grandeur et le sens des responsabilités mais ne sonne finalement que factice et cérémonieuse, frappe surtout par sa vacuité.

Malheureusement, plusieurs décennies de culture de masse, de vide culturel, de déracinement acharné, de destruction de l’école, de la famille et de tous les lignages des hommes francs (c’est-à-dire libres) nous portent à la plus grande vigilance. Qu’une nouvelle majorité de Français se forme autour du vide empli de mensonges n’est pas chose impossible. A coup de matraquage médiatique et de “story-telling” savament orchestré, l’imposture peut à nouveau faire son nid.

Lire la suite