Devoir de mémoire : CasaPound défend les morts de la Première Guerre mondiale

Devoir de mémoire : CasaPound défend les morts de la Première Guerre Mondiale

14/11/2011 – 10h00
LUCQUES (NOVOpress) –
En Italie comme en France, être de souche, c’est avoir son patronyme inscrit sur un monument aux morts de la Première Guerre mondiale ; en Italie, comme en France, les politiciens ne se soucient guère de défendre cette mémoire-là. Car si la tradition, selon le mot fameux, c’est le droit de vote accordé aux morts, les morts de la Première Guerre mondiale ne votent pas bien.

À Lucques, en Toscane, le Parc de la Mémoire, construit dans les années 1920 grâce à une souscription publique, pour honorer les morts lucquois de la Première Guerre mondiale – un arbre avait été planté pour chaque mort, avec son nom sur une plaque –, est laissé à l’abandon depuis des années. Une partie a été transformée en terminus pour autocars. Le reste est devenu un terrain vague. Les arbres ont depuis longtemps perdu leurs plaques. La municipalité a même déplacé ailleurs les célébrations du 4 novembre (fin de la guerre sur le front austro-hongrois), l’équivalent italien du 11 novembre.

Le maire, Mauro Favilla, caricature du politicien italien (77 ans, ex-démocrate chrétien passé au berlusconisme) veut à présent détruire le Parc entièrement pour édifier à la place des gradins permanents, destinés à servir de salle de concerts en plein air. Les monuments seraient déplacés dans un coin. Les arbres sont censés être déracinés et replantés – avec quelles chances de survie, étant donné leur âge, on ne le voit pas ou plutôt on ne le voit que trop bien. Le coût du projet est officiellement chiffré à 5.300.000 €, dont 3.150.000 € de subventions européennes, le reste étant à la charge des caisses municipales qui sont déjà exsangues. Il n’y a bien sûr aucun rapport – qu’allez-vous imaginer ? –, mais l’adjoint au maire chargé des travaux et le directeur des services d’urbanisme ont été arrêtés en juin dernier pour diverses affaires dont celle de la construction d’un nouveau stade. Le maire Favilla a pour sa part été mis en examen pour corruption.

L’association « Italia Nostra » a lancé une pétition « pour sauver la mémoire », qui a recueilli plus de 2.000 signatures, apportées le mois dernier à la mairie. Plusieurs associations dont CasaPound Italia s’y étaient associées. En juillet, les militants de l’association culturelle Epsilon, section lucquoise de CasaPound, avaient en outre procédé au nettoyage du Parc : quinze sacs de déchets divers ont été ramassés. Le 4 novembre, pour remettre ce lieu de mémoire au centre des célébrations, Epsilon y a déposé une couronne de lauriers.

Devoir de mémoire : CasaPound défend les morts de la Première Guerre mondialeCette campagne de CasaPound pour sauver le Parc de la Mémoire a culminé samedi dans une manifestation (photo ci-contre et en Une) qui a réuni 150 personnes, derrière une immense banderole « Défendons nos héros ». Le journaliste de La Gazzetta di Lucca a été manifestement impressionné par ces manifestants, « en majorité jeunes, parfois très jeunes, exactement comme tant de Lucquois qui tombèrent au cours de la Première Guerre Mondiale ». Pour rappeler le lien sacré entre les arbres du Parc et les morts, les militants de CasaPound ont recherché dans les archives les noms de 60 morts, avec leurs dates de naissance et de mort, et les ont inscrits sur des plaques. À la fin du cortège, les noms ont été lus un par un et les nouvelles plaques ont été placées sur les arbres.

L’action, qui a trouvé un important écho, a fait le premier titre des informations régionales.

Les héros contemporains morts pour la France vont avoir leur monument

Les héros contemporains morts pour la France vont avoir leur monument

14/10/11 – 17h00
PARIS (NOVOpress)
– C’est place Vauban, à Paris, que devrait être inauguré un site à la mémoire des soldats morts pour la France depuis 1963 et la fin de la guerre d’Algérie.

Ils sont plus de 600 à être tombés pour le drapeau depuis cette date et auront désormais droit, sous réverse des dernières validations étatiques, comme leurs prédécesseurs, à un lieu de mémoire et de reconnaissance.

C’est à la demande du général Elrick Irastorza, chef d’état-major de l’armée de terre, que les autorités françaises ont adopté l’idée d’un tel mémorial qui pourrait être inauguré dans un peu plus d’un an et demi.

Pour les promoteurs de ce projet, il s’agit de « marquer la reconnaissance nationale » envers ces hommes tombés pour la France sur de nombreux théâtres extérieurs, et mettre à l’honneur le « soldat gardien de la Cité ».

[box class=”info”]Crédit photo : Pedro Layant sous licence Creative Common[/box]

Début du Tro Breiz 2011-2017 le 1er août au départ de Tréguier

Début du Tro Breiz 2011-2017 le 1er août au départ de Tréguier

22/07/2011 – 16h10
TRÉGUIER (NOVOpress Breizh)
– Un nouveau Tro Breiz septennal commencera le 1er août à Tréguier. En six étapes, les pélerins rejoindront Saint-Brieuc.

Les Chemins du Tro Breiz entament cette année une nouvelle boucle. Le pèlerinage des sept saints de Bretagne se déroulera sur sept années, de 2011 à 2017. Sa première partie, du 1er au 6 août, ira de Tréguier à Saint-Brieuc avec étapes à Pontrieux, Paimpol, Plouha, Lanvollon et Pordic. Chaque étape représente environ 25 km.

Le succès du Tro Breiz ne se dément pas : les hébergements collectifs prévus pour 300 personnes ont été vite réservés. Il reste aux retardataires à amener leur tente ; il est possible aussi d’organiser soi-même son logement en gîte, chez l’habitant, etc. L’association assure le transport quotidien d’un bagage par personne. Une animation spirituelle est prévue chaque soir. Des événements festifs émailleront aussi le parcours.

La participation est réservée aux adhérents de l’association Les Chemins du Tro Breiz. Les non adhérents, tout comme les personnes qui ne sont pas disponibles pendant les six journées du parcours ou ne peuvent accomplir ses 150 km à pied, ont la possibilité de ne s’inscrire que pour une journée ou deux.

Tous les renseignements concernant l’étape 2011 du Tro Breiz sont disponibles sur le site web des Chemins du Tro Breiz : www.trobreiz.com.