Migrants violeurs, le cartel du silence

07/01/2016 – EUROPE (Présent 8519)

Pendant plusieurs jours après le réveillon du Jour de l’an, les médias allemands et internationaux ont voulu cacher les faits, comme à leur habitude en ce qui concerne les agressions sexuelles et autres crimes commis par ces fameux « migrants ». Mais cette fois l’affaire était trop grosse. On comptait au 6 janvier déjà 150 plaintes déposées à Cologne, mais aussi des dizaines à Hambourg, Francfort, Stuttgart, Düsseldorf, Bielefeld, etc. Mercredi, sur son site internet, le plus gros quotidien allemand, le tabloïde Bild, posait la question de l’attitude des médias outre-Rhin, faisant remarquer que beaucoup d’Allemands se demandent aujourd’hui pourquoi il a fallu tant de temps aux médias nationaux pour s’emparer du sujet. L’ancien ministre de l’Intérieur Hans-Peter Friedrich (CSU) parle même d’un « cartel du silence ».
8519P1
Sur la base des rapports de police du 1er janvier, les médias locaux ont même au départ affirmé que la Saint-Sylvestre s’était bien déroulée à Cologne, sans troubles particuliers. Les rumeurs qui ont commencé à circuler sur les réseaux sociaux ont toutefois obligé la presse locale à revoir sa copie dès le 1er janvier au soir, en publiant des témoignages de femmes agressées. L’afflux de plaintes a aussi contraint la police à admettre que le réveillon s’était en fait mal passé et, le 3 janvier au matin, l’édition régionale du Bild parlait déjà de 30 femmes victimes d’agressions sexuelles.

Le scandale a pris une dimension nationale quand le gros quotidien national Frankfurter Allgemeine Zeitung a finalement décidé de publier des articles le lundi 4 sur les agressions sexuelles massives par des foules d’étrangers, visiblement « arabes et nord-africains ». Néanmoins lundi soir, la télévision publique ZDF qui disposait enfin d’un reportage et d’informations confirmées a refusé de traiter ce sujet dans son journal du soir. Aujourd’hui, elle présente ses excuses à ses téléspectateurs, mais c’est uniquement sous l’afflux de critiques à son encontre sur son site et sur les réseaux sociaux. Le mardi 5, l’information sur les agressions sexuelles à Cologne et à Hambourg faisait la Une du site internet du Bild.

En réalité, cela fait des mois que les médias nationaux allemands taisent les informations sur les nombreux viols et agressions sexuelles que subissent les demandeuses d’asile et les Allemandes de la part de ces migrants, principalement des hommes jeunes et musulmans, qui sont plus d’un million à être arrivés en Allemagne cette année dont une dizaine de milliers à Cologne.

Et en France ? Les grands médias nationaux n’ont commencé à parler de l’attitude monstrueuse de ces jeunes hommes fraîchement immigrés que le mardi 5 dans l’après-midi, alors que l’information circulait déjà depuis la veille sur les sites de la réinfosphère. Mais pour ne pas « stigmatiser », on préfère parler de « bandes de jeunes » plutôt que de « migrants » et on insiste lourdement pour que les lecteurs/auditeurs prennent bien leur cachet de PADAMALGAM.

Olivier Bault

Cologne : quand les journalistes français craignent plus les “dérapages racistes” que les viols…

Les migrants sont-ils une chance pour les Allemandes ? Viols à Cologne

06/01/2016 – EUROPE (Présent 8518)

L’info est tellement politiquement incorrecte qu’elle a été carrément censurée par la grosse presse française. À l’exception de quelques sites. Les journalistes allemands, eux, ne savaient pas comment en parler. Une centaine de femmes ont été agressées sexuellement lors de la nuit du 31 décembre près de la gare Centrale de Cologne par des groupes de migrants.
8518P1
« Les crimes ont été commis par un groupe d’hommes âgés de 18 à 35 ans qui viennent pour la plupart de l’Afrique du Nord et des pays arabes », a déclaré le chef de la police de Cologne, Wolfgang Albers. Depuis trois jours, les plaintes se multiplient : 90 femmes avaient déclaré mardi avoir été harcelées, dévalisées et agressées sexuellement. Les autorités estiment que le nombre réel des victimes est sans doute beaucoup plus élevé.

Les enquêteurs ont rapporté des attouchements, des vols et des blessures, ainsi qu’au moins un viol. Selon la police et plusieurs médias locaux, il s’agit de la plus vaste agression sexuelle jamais enregistrée. Avec une « dimension nouvelle » : « plus d’un millier de personnes » a agressé ou protégé les groupes d’agresseurs.

L’affaire suscite une très forte émotion en Allemagne. Mais aussitôt le ministre de la Justice a mis en garde contre toute « instrumentalisation » dans le débat sur l’afflux de migrants en Allemagne. L’apparence des agresseurs « ne doit pas conduire à faire peser une suspicion générale sur les réfugiés qui, indépendamment de leur origine, viennent chercher une protection chez nous », a pour sa part renchéri le ministre de l’Intérieur, Thomas de Maizière.

Dans une conférence de presse surréaliste, le maire de Cologne Henriette Reker a demandé aux femmes d’adopter des règles de comportement pour éviter les agressions… Elle n’a fait aucune allusion à l’origine des auteurs que de nombreux témoignages, vidéos et déclarations de police identifient comme étant des migrants. (En 2015, l’Allemagne a accueilli plus d’un million de réfugiés, pour la plupart originaires de Syrie). Avant de conclure : « Nous devons expliquer aux hommes d’autres cultures le carnaval de Cologne [qui doit se tenir en février] afin que son comportement si joyeux ne soit pas confondu avec de la disponibilité sexuelle. »

« Est-ce que l’Allemagne est suffisamment ouverte sur le monde et multicolore pour vous, Madame Merkel ? » a demandé avec colère Frauke Petry, la patronne du parti populiste (AFD) à celle qui a sous-titré pour la première fois le soir du 31 ses vœux en arabe.
Une réussite.

Caroline Parmentier

Jobards et bobards de la dhimmitude

05/01/2016 – MÉDIAS (NOVOpress)
Le dhimmi du jour est sans conteste le journal Le Monde, pour sa chronique surréaliste de l’état d’urgence, vu par les pôvres musulmans. Il faut dire qu’ils se mettent à plusieurs pour atteindre un tel niveau de dhimmitude.

On n’a pas, ces temps-ci, tant d’occasions de rire. À ceux qui cherchent une lecture franchement désopilante, je recommande sans hésiter « l’Observatoire de l’état d’urgence », où des journalistes du Monde racontent aux bobos éplorés l’effroyable persécution subie par nos chers musulmans de France. Car les musulmans vivent désormais dans la terreur, traqués sans relâche, jour et nuit, par la police et la justice des féroces islamophobes Hollande, Valls, Cazeneuve et Taubira. Les femmes en burqa n’osent plus sortir sans raser les murs.

Les atrocités commises font froid dans le dos. C’est bien simple, « la famille Madiev, des réfugiés tchétchènes », a « cru que les Russes revenaient ». « Dina, dont la religion veut qu’elle couvre ses cheveux en présence d’un homme, s’est retrouvée en chemise de nuit devant les policiers. Ils ne lui ont pas laissé le temps de s’habiller, assure-t-elle. Ils ont marché avec leurs chaussures sur le tapis de prière ». On se demande comment les Madiev acceptent encore de rester en France.

Lire la suiteJobards et bobards de la dhimmitude

Un journaliste allemand dénonce les manipulations et les mensonges des médias

20/12/2015 – MÉDIAS (NOVOpress)
Un journaliste allemand fait son mea culpa et dénonce les manipulations et les mensonges des médias et comment ils poussent à la guerre. une vidéo plus qu’édifiante ! Nous attendons qu’un journaliste français fesse lui aussi son chemin de Damas… 

https://www.facebook.com/DomAfterShock/videos/10204922301677549/

L’ostracisme comme arme politique

Marine Le Pen lors du 1e Mai 2012

18/12/2015 – POLITIQUE (NOVOpress)
Comment peut-on se débarrasser d’un adversaire politique encombrant et gênant ? Dans un système manichéen, où le bien et le mal s’affronte, il n’y a rien de plus simple pour nos gouvernants d’utiliser les médias, acquis pleinement à la pensée unique, pour diaboliser un adversaire apte à les battre.

Les partis actuels dits de gouvernement sont devenus les maîtres de l’ostracisme. Jouant avec un certain talent et avec une bonne dose d’hypocrisie mais aussi de malhonnêteté intellectuelle le rôle émouvant des défenseurs de la démocratie et des valeurs de la République, notre oligarchie politique n’hésite pas quand ses intérêts sont menacés à sortir l’artillerie lourde en créant une hostilité collective contre les individus désignés comme dangereux pour l’idéologie dominante.
Systématiquement, le levier de l’émotion est employé lorsque la société mondialisée, sans-frontière et multiculturelle est attaquée dans ses fondements. Pour ceux qui ont la prétention de s’inscrire réellement dans le jeu démocratique en présentant aux peuples des idées politiques autres que celles défendues par notre élite apatride, la sanction est immédiate et les comparaisons les plus haineuses et les plus inacceptables sont automatiquement employées pour faire taire tout esprit d’opposition.

Lire la suiteL’ostracisme comme arme politique

L’éternel retour de la « diabolisation » : la victoire des médias de propagande

Source : Boulevard Voltaire
Il est vain de rêver à un changement tranquille. C’est un bouleversement qui est nécessaire.

Il a été de bon ton de croire que la diabolisation du FN venait des soupçons d’antisémitisme qui pesait sur Jean-Marie Le Pen. Nous savons désormais que c’est faux.
Explications.

En mars 2015, Roger Cukierman, président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), a déclaré que sur le sujet de l’antisémitisme Marine Le Pen était « irréprochable » ce qui n’était pas le cas de son père. Depuis « l’irréprochable » Marine Le Pen a exclu Jean-Marie Le Pen du FN. Pourtant à une semaine du premier tour des régionales, c’est Roger Cukierman qui a donné le signal de départ de la campagne anti-FN en déclarant « qu’il n’était pas possible pour un juif de voter FN ».

D’autres oligarques ont suivi : Keller le Grand maître du Grand Orient de France a appelé à faire barrage au FN au nom de la République, malgré le discours sincèrement républicain des dirigeants du FN. Mais il est vrai qu’aujourd’hui les « valeurs républicaines » n’ont plus rien à voir avec la Res Publica. C’est juste le nouveau mot pour dire « politiquement correct ».

Sans craindre la contre-performance, Gattaz le patron du MEDEF a tonné contre le programme économique du FN alors que celui-ci veut développer la formation professionnelle et l’apprentissage dans les régions, qui est l’intérêt des TPE/PME.
Et tous les médias de propagande subventionnés ont pris le relais. Dans une campagne d’ahurissement exemplaire entre les deux tours.

Cela s’explique : le FN s’oppose frontalement au MIM – le mondialisme immigrationnisme marchand – que défend la superclasse mondiale partout dans le monde. Logique dans ces conditions que la section française de la superclasse mondiale diabolise le FN !

Entre le peuple et l’oligarchie qui le trahit et l’ahurit, le conflit est inévitable.

Il est vain de rêver à un changement tranquille. C’est un bouleversement qui est nécessaire.

Jean-Yves Le Gallou

Le magazine “Dabiq”, un outil de communication au service de l’État islamique

15/10/2014 – IRAK (NOVOpress)
L’État islamique dispose d’un magazine écrit en anglais et disponible sur le Net : “Dabiq”. Cet outil de communication permet de relayer largement la propagande des barbares islamistes : prêches, appels au djihad et photos d’exécutions.

Dans le dernier numéro de “Dabiq” (disponible ici), l’État islamique lance un appel aux “loups solitaires” afin de leur demander d’agir dans les pays qui prennent part à la coalition anti-EI.

L’on apprend également que des femmes et enfants yazidis auraient été réduits en esclavage :

Après leur capture, les femmes et enfants yazidis ont été répartis parmi les combattants de l’EI ayant participé aux opérations de Sinjar


Pourquoi les djihadistes lèvent-ils l’index vers le ciel ?


VIDEO – Pourquoi les djihadistes lèvent-ils l… par Europe1fr

Livre : Pierre-André Taguieff s’attaque à “l’antilepénisme ordinaire”

Livre : Pierre-André Taguieff s'attaque à "l'antilepénisme ordinaire"

PARIS (NOVOpress) – Les éditions du CNRS publient aujourd’hui « Du diable en politique », le nouvel ouvrage du sociologue et politologue Pierre-André Taguieff, connu notamment pour ses travaux sur le racisme, la judéophobie et le courant dit de la « Nouvelle Droite ». Dans ce livre, qui s’annonce fort peu « politiquement correct », l’auteur s’attaque au traitement politico-médiatique du Front national et de ses dirigeants, le qualifiant de « phénomène de diabolisation où l’anathème et la condamnation morale ont remplacé toute tentative de débat d’idées et de combat politique ».

Constatant l’échec total de ce discours convenu et moralisateur, devenu une sorte de « catéchisme » systématique et sans portée, Pierre-André Taguieff s’interroge sur la persistance de celui-ci malgré son incapacité complète à endiguer la montée du parti lepéniste.

Le sociologue se penche aussi sur la troublante indulgence dont bénéficie « l’extrême gauche » par rapport à tout ce qui touche ou est qualifié « d’extrême droite » ainsi que sur l’opposition des « trois France » (« La France d’en bas », « La France des élites », « La France des périphéries et de l’immigration ») qui morcelle la nation.

Peu soupçonnable de sympathie pour le parti nationaliste, Pierre-André Taguieff a au moins le mérite de vouloir comprendre et analyser ce qu’il combat et n’hésite pas pour ce faire à bousculer le conformisme et la paresse idéologique qui entourent « la question Le Pen » depuis de trop nombreuses années.

« Du diable en politique – Réflexions sur l’antilepénisme ordinaire », de Pierre-André Taguieff, Editions du CNRS, 400p., 29 euros.

Sur France Culture, Jean Arthuis et Jean-Yves Le Drian s’affirment sans complexes résolument « sécuritaires »

Sur France Culture, Jean Arthuis et Jean-Yves Le Drian s’affirment sans complexes résolument « sécuritaires »

30/03/2012 – 14h30
RENNES (NOVOpress Breizh) – Marc Voinchet était à Rennes hier dans le cadre de la tournée régionale de France Culture baptisée « Inventaire avant élections ». L’animateur avait invité, pour débattre dans les locaux de l’Institut d’études politiques de Rennes, Jean-Yves Le Drian, président du conseil régional de Bretagne (PS) et Jean Arthuis, président du conseil général de Mayenne et sénateur (Union centriste). Une émission au cours de laquelle ces deux invités ont tenu, en matière de sécurité, des propos pour le moins inattendus.

Après avoir donné, avec un plaisir non dissimulé, le résultat du vote des étudiants de l’IEP – 35.89% pour François Hollande, 30% pour Jean-Luc Mélenchon, 8.93% pour E. Joly, 8.04% pour F. Bayrou, Nicolas Sarkozy n’arrivant qu’en 5° position avec un score qui ne sera pas révélé – Marc Voinchet, relayé par Hubert Huertas – chef du service politique de la rédaction de France Culture – et Brice Couturier – chroniqueur dans les matins de France Culture se définissant comme « libéral de gauche » – s’est efforcé de faire dire à Jean Arthuis qu’il pourrait choisir François Hollande au second tour en 2012 au lieu de Nicolas Sarkozy comme en 2007.

Le jeu consista donc à prendre tout ce qui pouvait rapprocher les centristes des socialistes. Sans succès, car Jean Arthuis a une trop longue pratique des débats pour tomber dans un panneau aussi grossier. Cela lui vaudra au final d’être accusé par un Hubert Huertas, toujours aussi aimable avec les invités qui ne partagent pas ses convictions très « gauche bobo », de « pratiquer la langue de bois ».

De langue de bois il n’en fut par contre pas question lorsqu’en fin d’émission Marc Voinchet, tout en se déclarant « assez fier pour n’avoir pas mis en avant la question de l’insécurité », ne pût néanmoins s’empêcher d’y faire allusion en affirmant qu’à Rennes ce sont les jeunes qui la ressentent « du fait de la vidéo surveillance mise en place » (sic).

Réponse immédiate de Jean Arthuis : « l’attente de sécurité, c’est le corollaire, c’est la condition de la liberté ». Et pour ne pas être en reste Jean-Yves Le Drian affirma sans hésitation : « La question de la sécurité, c’est la première des libertés » avant d’ajouter, pour que ce soit bien clair : « En France, c’est la mère des libertés et ceux qui sont les victimes de l’insécurité, ce sont généralement les plus faibles….ce n’est pas acceptable de vivre dans un état de non-droit. » Une position affirmée depuis toujours par Marine Le Pen. Manifestement, sur certains thèmes majeurs de société, les lignes semblent bouger. Au grand dam de certains journalistes, ces « nouveaux chiens de garde » (P. Nizan) du Système.

(à écouter sur France-Culture, à partir de la 33ème minute)

Photo : Jean-Yves Le Drian. Crédit photo : Bretagne écologie, via Flickr, licence cc

Viande halal : les Français doivent être informés !

Viande halal : les Français doivent être informés !

21/02/2012 – 11h45
PARIS (NOVOpress) — Lors d’un déplacement à Lille samedi, Marine Le Pen, s’appuyant sur le dernier numéro d’Envoyé spécial a affirmé : « Il s’avère que l’ensemble de la viande qui est distribuée en Ile-de-France, à l’insu du consommateur, est exclusivement de la viande halal. Tous les abattoirs d’Ile-de-France vendent du halal, sans exception. Que du halal ». L’Ile-de-France compte quatre grands abattoirs ovins et bovins. Sur ces quatre abattoirs, trois pratiquent un abattage exclusivement rituel : Ezanville, dans le Val-d’Oise, et Jossigny et Meaux, en Seine-et-Marne. Le quatrième est un abattoir de porcs. La totalité de la viande ovine et bovine produite en Ile-de-France est donc halal.

« Pour des raisons économiques, tous les animaux abattus en Ile-de-France le sont selon les techniques halal. Et le phénomène est en train de gagner toute la France…». On estime que la viande ovine et bovine consommée en Ile-de-France est halal à 80%

Sur les 200.000 tonnes consommées annuellement en Ile-de-France, 5.000 tonnes, soit 2,5%, sortent de ces trois abattoirs. Certains en ont conclu un peu rapidement que seuls 2,5% de la viande consommée dans la région-capitale serait halal. Ce qui est évidemment faux. Les 195.000 tonnes complémentaires viennent des grands bassins de production français, Normandie, Bourgogne, Pays-de-Loire, Bretagne, auxquels s’ajoutent la viande d’importation. Or, selon Gilbert Mouthon, professeur à l’École Vétérinaire de Maison Alfort (94) et expert auprès des tribunaux : « pour des raisons économiques, tous les animaux abattus en Ile-de-France le sont selon les techniques halal. Et le phénomène est en train de gagner toute la France, où on estime que 80% des moutons sont abattus selon les méthodes halal ». Quant aux viandes d’importation, on peut estimer qu’elles sont en majeure partie halal si l’on en croit ce document de 2004 (la situation a largement empiré !) sur le halal-business qui précise entre autre : « Il est remarquable que les principaux exportateurs de viandes et produits halal soient essentiellement les pays sans tradition musulmane comme l’Australie, la Nouvelle Zélande, le Brésil, l’Argentine, les États-Unis, le Canada et également quelques pays européens comme l’Irlande, le Danemark (…) ». (p 15)

« Le consommateur est en droit de savoir. »

Pour le Dr Jean-Louis Thillier, auteur de nombreux rapports officiels sur la sécurité sanitaire, le scandale du halal « c’est celui du non-respect des normes d’hygiène, conduisant à une augmentation des contaminations à l’Echerichia Colli, ces terribles bactéries qui provoquent tant d’insuffisances rénales chez les enfants. Au cours de ce type d’abattages rituels, le contenu de l’œsophage et des intestins des animaux risque de souiller la viande, particulièrement les quartiers avant qui finissent dans les steaks hachés. Voilà pourquoi l’étiquetage indiquant comment les animaux ont été abattus est si important. Le consommateur est en droit de savoir. »

Le consommateur a en effet le droit de refuser d’être malade, le droit de refuser d’acheter de la viande provenant d’un animal condamné à souffrir de longues minutes après égorgement, et le droit de refuser de subventionner l’implantation sur notre sol d’une volonté politique et cultuelle exogène, puisque les bêtes estampillées halal le sont moyennant une redevance aux mosquées !

Henri Dubost pour Novopress France

Crédit photo : BrotherMagneto via Flickr