Un soignant témoigne : « Si la vaccination devient vraiment obligatoire, nous rendrons la blouse » [vidéo]

soignant

20/07/2021 – FRANCE (NOVOpress)
Le compte à rebours est lancé pour le personnel soignant. Médecins, infirmiers ou pompiers ont tous jusqu’au 15 septembre pour se faire vacciner. Au risque d’être licenciés, a prévenu le ministre de la Santé, Olivier Véran. Certains n’entendent pourtant pas céder à la menace et envisagent de démissionner.

C’est le cas de Donovan Granger, agent d’aide à la personne en Ehpad. Agacé par les dernières mesures annoncées par le Président de la République, il réfléchit à rendre la blouse. Il est l’invité de Sputnik donne la parole.


Me Fabrice Di Vizio : « J’attends d’Emmanuel Macron qu’il nous explique que ce n’est pas une petite mafia médicale qui vient décider des politiques de santé publique de ce pays ! »

Fabrice Di Vizio

01/04/2021 – FRANCE (NOVOpress)
Boulevard Voltaire a donné la parole au médiatique avocat Fabrice Di Vizio.

Il nous livre son analyse sur la situation sanitaire : pressions des médecins, poids des laboratoires pharmaceutiques et marges de manœuvre de l’exécutif.


Les médecins français bientôt sous tutelle des financeurs et des politiques ?

Les médecins agressés par des racailles de cités en Seine-Saint-Denis

08/12/2014 – SAINT-DENIS (NOVOpress)
Les médecins urgentistes ont récemment décidé de se mettre en grève après deux agressions successives de leurs collègues lors de visites à domicile. La préfecture, longtemps restée silencieuse, a fini par recevoir ces praticiens ulcérés.

Georges Siavellis, médecin coordinateur de la permanence des soins dans le département, a déclaré : “C’est à l’Etat d’assurer notre sécurité : on ne va tout de même pas s’armer pour aller soigner les gens dans les cités !”.

Dans ces véritables zones de non-droit, les pompiers comme les médecins sont donc régulièrement pris pour cible par des racailles de cités.

La première agression a eu lieu à Aulnay-sous-Bois. C’était un dimanche après-midi, vers 14h. Le médecin a été menacé et molesté par des jeunes qui voulaient l’empêcher de faire sa visite. La seconde altercation, à Epinay-sur-Seine, fut plus violente. Vers 23h30, un médecin urgentiste a été dépouillé à la sortie d’une visite à domicile. Tois individus cagoulés l’ont aspergé de gaz lacrymogène pour lui prendre son portable et sa malette. Le médecin a porté plainte dès le lendemain.