Le Media Development Investment Fund : arme financière des réseaux d’influence médiatique de George Soros

MDIF Soros

Anciennement “Media Développement Loan Fund” de 1995 à 2013, le Media Development Investment Fund (MDIF) est destiné à soutenir financièrement « les entreprises indépendantes du secteur des médias et de l’information opérant dans des environnements difficiles, surtout dans les pays ayant un passé en matière d’oppression de la presse ».

Les débuts du fonds d’investissement sorosien

Cette organisation à but non lucratif a été créée en 1995 par le journaliste serbe Saša Vučinić et le journaliste américain Stuart Auerbach grâce à un financement à hauteur de 500 000 dollars octroyés par le milliardaire américain d’origine hongroise George Soros.

Initialement, elle est conçue comme une « banque des médias » et a été lancée dans le contexte de l’après chute du mur de Berlin en ayant principalement pour objectif d’aider les journalistes d’Europe de l’Est et du Sud, une région alors en pleine transition du communisme à l’économie de marché. Très rapidement, les contributeurs à ce projet se rendent compte du « besoin urgent de financer des médias de pays faisant face à d’autres formes de transition et de sociétés cherchant à échapper à l’autoritarisme et à la corruption systémique ». C’est ainsi que le MDIF est aujourd’hui présent du Guatemala à l’Indonésie, de l’Ukraine au Zimbabwe, dans 44 pays et à 88,6% dans des États où la presse est considérée comme « n’étant pas libre ou qu’en partie ».

Depuis sa création, cette organisation, dont le premier financement a été accordé à un média slovaque en 1996, a financé plus de 130 « médias indépendants » pour un total de 250 millions de dollars.

Le MDIF et l’OSF, une même famille

Basé à New York, le MDIF dispose aussi d’un siège à Prague, où officie notamment Maria Nemcová, au poste de directrice des opérations. Maria Nemcová est l’ancienne directrice des opération des Open Society Foundations à Prague et est membre du conseil de direction de Magyar Yeti Zrt., la société derrière le projet de fact-checking Lakmusz mis en place par le média en ligne libéral-libertaire hongrois 444 en collaboration avec l’AFP et la Commission européenne.

Maria Nemcová n’est pas la seule au MDIF à avoir des liens de premier avec la galaxie OSF. Le PDG du MDIF depuis 2011, directeur-adjoint de 1998 à 2011, Harlan Mandel, est l’ancien conseiller général adjoint de l’Open Society Institute et du Soros Foundations Network. L’avocate Elena Popovic, conseillère et secrétaire générale du MDIF, a rejoint l’organisation en 1997 après avoir s’être occupée de droit de la propriété des réfugiés et avoir géré une task force sur la Yougoslavie à partir des bureaux de l’Open Society Institute de New York. Par ailleurs, Patrice Schneider, le directeur stratégique du MDIF est basé à Zürich et a été en 1998 Senior Advisor pour le Forum économique mondial (Sommet de Davos) après avoir été directeur-adjoint chez Hachette Filipacchi Media entre 1994–1998.

L’équipe du MDIF est aussi composée de deux anciens dirigeants des médias QatarLiving et Al Jazeera. Mohamed Nanabhay, actuellement Senior Advisor au MDIF, a fondé QatarLiving en 2005 et était à la tête de la version en ligne anglaise d’Al Jazeera pendant les « Révolutions arabes » de 2011. Bilal Randeree, directeur des programmes pour l’Afrique et le Moyen-Orient au MDIF, est l’ancien PDG de QatarLiving et a été directeur des réseaux sociaux et éditeur en ligne chez Al Jazeera.

Pour lire la suite, c’est ici !