Bateau de migrants refoulé. Pour Damien Lempereur, «Matteo Salvini a envoyé le bon signal»

13/06/2018 – EUROPE (NOVOpress)
Dans cet entretien paru sur RT France, Damien Lempereur – porte parole de Debout le France- s’exprime sur l’affaire du bateau, L’Aquarius, transportant des centaines de migrants secourus en mer par des ONG et que l’Italie a refusé d’accueillir.


Le nouveau gouvernement italien inaugure sa politique anti-immigrés par un geste fort

12/06/2018 – EUROPE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Pour rappel les dernières élections générales italiennes ont marqué une poussée historique de la Ligue du Nord, parti nationaliste dont le slogan “Les italiens d’abord” a fait mouche dans une Italie en première ligne face à la vague migratoire qui envahit l’Europe en particuliers ces dernières années. Son chef, Matteo Salvini, a obtenu le poste de ministre de l’intérieur, ce qui lui a offert une place rêvée pour lutter contre ce flux migratoire. Après de nombreuses déclarations annonçant notamment commencer par renvoyer 300 clandestins par jour, il a eu l’occasion d’étayer ses paroles d’actes ces derniers jours.

Quelles sont donc les circonstances dans lesquelles le nouveau ministre de l’Intérieur a pu agir concrètement contre l’immigration ?

C’est une histoire hélas banale, celle d’un navire affrété par une ONG raflant de nombreux immigrés dans les eaux libyennes, pour ensuite partir déposer ceux-ci dans un port italien, leur ouvrant ainsi la voie vers l’Europe. Ce navire, l’Aquarius, est donc arrivé dans les eaux italiennes nanti de plus de 600 clandestins, pour se voir refuser l’entrée des ports italiens par décision du gouvernement italien. Après avoir subi un refus similaire de la part de Malte, aux dernières nouvelles il ferait route vers les ports espagnols, le nouveau gouvernement ibérique portant fort à gauche n’ayant pas manqué l’occasion d’accueillir ces immigrés illégaux.

L’analyse de ces événements permet de mettre en lumière un fait intéressant

Il apparaît en effet que le navire en question a pu embarquer tous ces clandestins grâce à des instructions du centre de secours de Rome. On pourrait ainsi supposer que les autorités italiennes ont guidé l’Aquarius pour après mieux le refuser, et donc marquer leur opposition à l’immigration illégale par un coup d’éclat soigneusement orchestré. Le peuple italien n’a pas manqué de montrer son soutien à cette action. Les premiers résultats des élections municipales indiquent effectivement un considérable succès de la coalition de droite menée par la ligue du nord. Dans le même temps le mouvement 5 étoiles, beaucoup moins ferme sur la position migratoire mais sorti lui aussi gagnant des législatives de début mars, a subi un échec cuisant, étant absent de tous les ballottages dans les principales villes. Coup de maître donc de la ligue du Nord, qui remporte un succès électoral remarquable, tout en marquant fermement aux ONG et donc aux immigrés illégaux que les portes de l’Italie ne leur sont plus si ouvertes.

En Italie, Matteo Salvini refuse d’accueillir l’Aquarius, un bateau chargé de migrants

11/06/2018 – EUROPE (NOVOpress)
C’est la première décision spectaculaire du nouveau ministère italien de l’Intérieur, Matteo Salvini: il refuse qu’un navire humanitaire chargé de réfugiés entre dans un port italien. Le bateau en question, l’Aquarius, transporte 600 personnes, dont 123 mineurs isolés.

“Il estime que l’Italie est attaquée par ces migrants, rappelle Blandine Hugonnet, correspondante de BFMTV à Rome, et demande l’aide de l’Europe, l’aide de l’OTAN.”

Matteo Salvini a notamment déclaré que « l’Italie et la Sicile ne peuvent être le camp de réfugiés de l’Europe ».



Italie : Matteo Salvini demande aux migrants clandestins de faire leurs valises

Matteo Salvini Ligue du Nord

06/06/2018 – EUROPE (NOVOpress)
Alors que Giuseppe Conte a exprimé sa volonté de voir mis en place un système de répartition des demandeurs d’asile à l’échelle de l’Union européenne, Matteo Salvini lui a promis de réduire le nombre d’arrivée de réfugiés, et de lancer le processus d’expulsion des migrants illégaux. Une politique qui divise la société italienne.


Matteo Salvini en Sicile pour marteler son discours anti-immigration

04/06/2018 – EUROPE (NOVOpress)
A peine désigné, déjà sur le terrain. Le nouveau ministre de l’Intérieur italien Matteo Salvini est venu en Sicile ce dimanche. Objectif : marteler son discours anti-immigration. A l’occasion d’une réunion de soutien à ses candidats aux municipales du 10 juin, il en a dit un peu plus sur sa politique.

Comme ministre, je travaillerai avec nos partenaires européens et avec les pays africains pour empêcher des milliers de personnes désespérées de nourrir l’illusion qu’en Italie, il y a du travail et un un toit pour chacun. En Italie, le coût de chaque demandeur d’asile est le plus élevé d’Europe. Le temps d’examen des situations est le plus long d’Europe. Il est temps d’agir.


Tollé après la plantation de dizaines de palmiers devant la cathédrale de Milan

Palmiers cathédrale Milan

18/02/2017 – ITALIE (NOVOpress) : La plantation de palmiers devant la cathédrale de Milan, piazza Duomo, fait bondir les défenseurs du patrimoine italien et de la civilisation européenne. Ainsi du patron de la Ligue du Nord, Matteo Salvini, député au Parlement européen, qui s’est écrié :

« Des palmiers et des bananiers “piazza Duomo”, tout ce dont on a besoin maintenant ce sont les singes et les chameaux pour avoir vraiment l’Afrique en Italie ! »

Ce sont en effet 42 palmiers qui doivent être plantés, « dont certains dépassent les cinq mètres de haut », ainsi que des bananiers. Cette plantation massive est d’autant plus perçue comme une provocation qu’elle a été financée par la chaîne de salons de café Starbucks, dont Novopress a déjà raconté qu’elle entendait donner la priorité aux migrants dans son recrutement.

« En ce qui me concerne, le café, j’irai le boire ailleurs », avait déjà déclaré Salvini à l’annonce de l’implantation de Starbucks en Italie, où la société américaine projette d’ouvrir plusieurs centaines d’établissements !

Marine Le Pen à Milan, star de la droite patriote européenne

30/01/2016 – EUROPE (NOVOpress)
Star du groupe parlementaire européen « Europe, Nations et Liberté » qui s’est réuni hier à Milan, Marine Le Pen a tiré à boulets rouges sur l’Europe de Bruxelles.

La droite patriote s’est retrouvée hier à Milan à l’invitation de Matteo Salvini, le leader de la Ligue du Nord. Du PVV du Hollandais Geert Wilders au FPÖ Autrichien, en passant par le Vlaams Belang et des partis europhobes polonais et roumains et bien sûr le Front National, le groupe « Europe, Nations et Liberté » tenait sa première convention.

Acclamée telle une star, Marine Le Pen a pu allègrement qualifier le Traité de Schengen « d’infamie » et prédire la fin de l’Europe de Bruxelles.

Manuel Valls en France, Jean-Claude Juncker à Bruxelles, Christine Lagarde à Washington, tous s’affolent de la dislocation en cours de l’Union Européenne. Il est vrai que de toutes parts l’édifice européiste tel qu’ils l’ont eux-mêmes si maladroitement dessiné s’effondre. Mais je veux le faire savoir aux citoyens des nations d’Europe : ils n’ont rien à regretter de la fin de ce monde antique. Au contraire, ils ont tout à espérer du retour des nations et de leurs libertés.

Plaidant pour une refonte de l’Europe, le retour des monnaies nationales à côté d’un euro « monnaie commune », Marine Le Pen a dessiné les contours d’un Eirope des nations, seule à même de lutter contre les dangers qui la menacent, dans le respect de la liberté et de l’identité des peuples qui la composent.

Car Bruxelles ne menace pas seulement la liberté, mais aussi l’existence même des peuples européens, menacée par « la subversion migratoire voulue par Bruxelles et Berlin », a expliqué en substance la présidente du Front National.

C’est l’ultime bras armé de la politique européiste et de son projet funeste : appauvrir et dissoudre les nations européennes, noyer à jamais les civilisations.

Elle a ajouté concernant les évènements de Cologne qu’ils avaient « révélés les menaces que l’immigration de masse faisait peser sur les droits des femmes et la pérennité de la civilisation occidentale ».
Mais s’est réjoui que « les peuples européens commencent enfin à se lever face à cette atteinte majeure à leur sécurité, à leur prospérité, et à leur identité ».

De son côté, Matteo Salvini s’est particulièrement emporté contre une Europe qui « s’écroule sous la faim, les clandestins et le chômage. » Tandis que Marcel de Graaff, du Parti de la liberté néerlandais, a parlé de « l’échec de l’Union européenne qui apporte des centaines de milliers de clandestins lesquels menacent femmes et enfants. »
Sur le diagnostic, ces partis sont tous d’accord dans les grandes lignes. Il leur reste à accéder aux responsabilités.



http://dai.ly/x3p8555

Régionales en Italie : la Lega Nord ouvre une autre voie

Source : Boulevard Voltaire – Régionales en Italie : la Lega Nord ouvre une autre voie

Matteo Salvini et la Lega Nord bousculent totalement la politique italienne.

Dimanche dernier, les bonnes nouvelles électorales ne nous sont pas parvenues que du Vaucluse (où Joris Hébrard, maire FN du Pontet, a été réélu dès le premier tour avec près de 60 % des voix) mais aussi d’Italie. Les élections régionales partielles ont, en effet, permis de confirmer l’émergence de la Lega Nord (Ligue du Nord) comme une force politique d’ampleur nationale et ont ainsi conforté la stratégie mise en place par le secrétaire fédéral Matteo Salvini depuis son accession à la direction du mouvement en 2013.

Si le Partito Democratico (Parti démocratique, centre gauche) a emporté cinq des sept régions dans lesquelles les électeurs italiens étaient appelés aux urnes, l’ensemble des médias se sont accordés pour dire que le grand gagnant du scrutin était en réalité « l’autre Matteo ». C’est ainsi qu’ils ont pris l’habitude de désigner Matteo Salvini, pour l’opposer à Matteo Renzi, actuel chef du gouvernement et leader du Partito Democratico.

En Vénétie tout d’abord, les listes de la coalition (en Italie, plusieurs listes se présentent tout en soutenant le même candidat au poste exécutif, ce qui induit des rapports de force internes) du président sortant Luca Zaia, membre de la Lega Nord, ont rassemblé 50,4 % des suffrages. La liste citoyenne qu’il dirigeait et la liste officielle de la Lega totalisant à elles seules 40 % ! La candidate du centre gauche a, pour sa part, rassemblé 22,7 % des voix. Si la victoire en Vénétie est sans appel, d’autres résultats sont peut-être encore plus significatifs. En Ligurie, la victoire du candidat de Forza Italia (centre droit) n’a été possible que grâce à son alliance locale avec la Lega Nord, la liste de la Lega dépassant même sa propre liste. En Ombrie, en Toscane, dans les Marches, les listes de la Lega Nord réalisent des scores oscillant entre 13 et 16 %, et si elle ne bat pas le centre gauche, elle est en revanche en permanence en tête de son opposition « de droite ». Même à l’extrémité sud de l’Italie, dans les Pouilles, la liste « Noi con Salvini » parvient à rassembler 38.000 électeurs.

Lire la suiteRégionales en Italie : la Lega Nord ouvre une autre voie

Italie : la Ligue du Nord dénonce le Grand Remplacement

Italie : la Ligue du Nord dénonce le Grand Remplacement

21/02/2015 – MILAN (NOVOpress) – « Il faut faire attention car, parmi les centaines de milliers de personnes qui arrivent et qui débarquent, il est facile que s’infiltre quelqu’un qui vient pour se faire sauter. Mais, même si ce n’était pas le cas, l’immigration est une bombe sociale car ce qui est en cours est un changement de peuple ». Et « cette tentative de changement de peuple qui est en cours, nous la combattrons par tous les moyens possibles ». Voilà ce qu’a déclaré Matteo Salvini, secrétaire de la Ligue du Nord, dans un entretien exclusif, jeudi 19 février, avec le quotidien en ligne Il Primato Nazionale (proche de Casapound), en réponse à une question sur le Grand Remplacement (Grande Sostituzione) [vidéo de l’entretien en fin de notre article].

Une semaine plus tôt, Matteo Salvini avait commenté sur sa page facebook les derniers chiffres désastreux de la natalité italienne : « En 2014 seulement 509.000 enfants sont nés en Italie, le chiffre le plus bas depuis 150 ans. Une société qui ne fait plus d’enfants est une société qui risque de mourir. […] À moins que certains pensent à nous remplacer par des milliers d’immigrés. Moi, je ne me rends pas et je combats ? Et vous ? »

Lire la suiteItalie : la Ligue du Nord dénonce le Grand Remplacement

Milan : le peuple italien dans la rue contre l’immigration clandestine

Milan : le peuple italien dans la rue contre l'immigration clandestine

19/10/2014 – MILAN (NOVOpress)
« Assez d’immigration ! », « Nous ne voulons plus de centres d’accueil ! », « Pour chaque immigré sous-payé, c’est un italien au chômage ! », « Nous défendons la Nation, nous ne voulons plus d’immigration », tels étaient quelques-uns des slogans qui ont retenti samedi dans les rues de Milan à l’occasion de la grande manifestation nationale organisée par la Ligue du Nord pour dénoncer les ravages de l’immigration clandestine qui frappe l’Italie de plein fouet.

Ce sont ainsi plus de 100.000 personnes, selon les médias italiens, qui ont défilé pour réclamer le contrôle des frontières nationales et exiger l’arrêt immédiat de l’opération de soutien aux clandestins « Mare Nostrum ».

L’Italie, fortement éprouvée par la crise économique et les politiques ultra-libérales imposées par l’Union Européenne et les instances internationales, n’est plus capable de faire face au déferlement continu d’immigrés clandestins africains débarquant sur son sol, notamment via la tête de pont de Lampedusa. Face au « pathos » des médias et à la fausse charité des bien pensants, Matteo Salvini, le chef de la Lega (Ligue du Nord) en appelle au réalisme et à la responsabilité politique pour sauver ce qui peut encore l’être de la nation italienne.

 

 

Au sein de l’immense cortège, on notait la présence de près de 2.000 militants du mouvement Casapound Italia dont la participation à l’événement est le nouveau signe d’un rapprochement avec la Lega. Rapprochement qui fait la une de nombreux journaux transalpins et inquiète fortement l’establishement de la péninsule.

 

 

Autre mouvement italien présent, Generazione Identitaria.

Des militants identitaires avaient également fait le déplacement, notamment Philippe Vardon et Jean-David Cattin, pour marquer leur solidarité avec ce mouvement populaire de réaction à une tragédie qui concerne tous les Européens. Ainsi que des membres de Génération identitaire, au premier rang desquels leur président Arnaud Delrieux.

 

 

 

 

 

Crédit photo Une : DR