Sahara occidental : succès marocain, le royaume en passe de sortir du piège – Par Jean Bonnevey

Sahara occidental : succès marocain, le royaume en passe de sortir du piège - Par Jean Bonnevey

Ci-dessus : Dakhla, Sahara Occidental.

Le temps où le Maroc était sur la défensive diplomatique sur le Sahara parait bien révolu. La reconquête pacifique de la province saharienne par l’extraordinaire mouvement patriotique de la marche verte, s’était transformée en piège. L’Algérie, pour affaiblir son voisin et instaurer son leadership diplomatique et militaire en Afrique du nord, avait soutenu une rébellion armée des sahraoui indépendantistes et dénoncé la colonisation du Maroc remplaçant celle de l’Espagne.

Les nouveaux territoires ont été, au fil des années, développées économiquement comme aucune autre partie du royaume, mais cela n’a évité ni les troubles, ni des dépenses ruineuses. Certes la partie « utile » du Sahara marocain était sous contrôle, mais le Polisario est toujours resté menaçant puis poreux par rapport au terrorisme islamique.

C’est sans doute cette dérive qui explique que les USA ont lâché Alger et soutiennent enfin le Maroc dans cette région du monde.

Lire la suiteSahara occidental : succès marocain, le royaume en passe de sortir du piège – Par Jean Bonnevey

Sahara occidental : Aymeric Chauprade à la tribune des Nations unies

Sahara occidental : Aymeric Chauprade à la tribune des Nations unies

Discours prononcé par Aymeric Chauprade le mardi 8 octobre à la tribune des Nations unies, 4ème commission, à propos de la question du Sahara occidental.

Lire la suiteSahara occidental : Aymeric Chauprade à la tribune des Nations unies

Italie : le Maroc paie l’arabe pour tous à l’école primaire

Italie : le Maroc paie l’arabe pour tous à l’école primaire

28/09/2013 – 08h00
TRÉVISE (NOVOpress) –
« Zinoun Bouchra, enseignant d’origine marocaine résidant à Trévise, a la joie et l’enthousiasme dans la voix : “Nous voulons lancer un pont entre les cultures différentes pour construire des moments de rencontre et, nous l’espérons, de paix” ».

Lire la suiteItalie : le Maroc paie l’arabe pour tous à l’école primaire

Le mariage qui fait honte à la France

Le mariage qui fait honte à la France

Lui se nomme Sofiane Ben Ahmed, elle Yamina El Attari. Leur récent mariage, à Orange, n’est pas passé inaperçu. On y a hissé les couleurs, mais pas celles de la France. Celles du Maroc et de l’Algérie. Pour le mariage d’un soldat avec une gendarmette, voilà qui fait désordre.

C’est une histoire symptomatique des ravages de la double allégeance ; une histoire de Français de « la France d’après »; une histoire comme on en voit tous les samedis ou presque mais qui cette fois, par la personnalité singulière des protagonistes, touche le corps social dans ce qu’il devrait avoir de plus fiable : ses forces armées.

Lire la suiteLe mariage qui fait honte à la France

Le calvaire des chrétiens au Maroc

Le calvaire des chrétiens au Maroc

29/03/2013 –  08h00
CASABLANCA
(NOVOpress) – Trek dans l’Atlas, le souk bariolé de Casablanca, les plages d’Agadir… Oubliez la carte postale du Maroc. Faire du tourisme dans ce pays maghrébin, c’est aussi cautionner un régime qui persécute les chrétiens. Comme voyager à Cuba ou au Vietnam, c’est maintenir sous perfusion deux dictatures communistes. Le site Portes Ouvertes vient de consacrer un article au calvaire que vivent les 25 000 chrétiens vivant au sein du royaume chérifien.

Lire la suiteLe calvaire des chrétiens au Maroc

Maroc/Espagne : démantèlement d’un réseau de mariage blanc

Maroc/Espagne : démantèlement d'un réseau de mariage blanc

04/02/2013 – 12h00
MADRID (NOVOpress) – Quatre personnes viennent d’être arrêtées en Espagne pour avoir organisé des mariages blancs entre des Marocaines et des Espagnols, mais également pour avoir falsifié des documents afin de leur procurer des titres de séjour.

Lire la suiteMaroc/Espagne : démantèlement d’un réseau de mariage blanc

La France soutient la délocalisation d’activités de services vers le Maroc

La France soutient la délocalisation d'activités de services vers le Maroc

22/12/2012 — 08h00
PARIS (NOVOpress via le Bulletin de réinformation) — Le MUNCI, principal syndicat d’informaticiens français, dénonce le prêt accordé par le gouvernement français à Casanearshore, une zone franche marocaine qui emploie des sous-traitants de grands groupes français. Le 12 décembre, à l’occasion du déplacement du Premier ministre Jean-Marc Ayrault au Maroc, l’Agence française de développement (AFD) avait annoncé la signature avec le MEDZ (filiale de la Caisse des dépôts et de gestion marocaine) d’une convention de prêt de 100 millions d’euros destinés au refinancement des activités de délocalisation développées à Casanearshore.

Lire la suiteLa France soutient la délocalisation d’activités de services vers le Maroc

Immigration : le Maroc craint « le péril noir »

08/11/2012 – 10h00
RABAT (NOVOpress) – Après avoir exporté des millions de personnes sur le continent européen depuis des décennies, le Maghreb s’inquiète à son tour des ravages de l’immigration. Notamment le Maroc. L’hebdomadaire Maroc Hebdo vient de consacrer sa Une (ci-dessus) sur « Le péril noir ». Un dossier visant l’immigration subsaharienne. Des milliers d’immigrés prêts à s’implanter en France, en Italie ou en Espagne, mais qui peuvent parfois également rester au Maroc et générer divers trafics délictueux.

Lire la suiteImmigration : le Maroc craint « le péril noir »

Une élue d’Europe Ecologie mise en cause dans le cadre d’une affaire de blanchiment d’argent

Une élue Europe Ecologie mise en cause dans le cadre d’une affaire de blanchiment d’argent

15/10/2012 — 18h50
PARIS (NOVOpress via le bulletin de Réinformation) —
La semaine dernière, une adjointe au maire du treizième arrondissement de Paris a été arrêtée puis placée sous contrôle judiciaire dans le cadre d’une affaire de blanchiment d’argent issu de la drogue.

Le réseau de blanchiment, lié à des trafiquants qui auraient importé au moins huit tonnes de cannabis du Maroc pour plusieurs millions d’euros impliquerait de nombreux cadres et chefs d’entreprises. Trois frères, les Elmaleh, d’origine marocaine, sont accusés d’être à la tête de cette organisation ; ils sont mis en examen et écroués, l’un à Paris, les deux autres en Suisse.

Lire la suiteUne élue d’Europe Ecologie mise en cause dans le cadre d’une affaire de blanchiment d’argent

Maroc : en prison car il ne se plie pas au ramadan

Maroc : en prison car il ne se plie pas au ramadan

29/08/2012 – 12h00
RABAT
(NOVOpress) –  Au Maroc, douter de Mahomet peut mener en prison. Et refuser de se plier au ramadan, aussi. Ainsi, un jeune marocain vient d’être condamné à trois mois de prison pour avoir rompu publiquement le jeûne pendant le mois de ramadan à Rabat. « Ce jeune a été arrêté par la police alors qu’il était en train de manger publiquement dans la médina de Rabat. Le verdict a été rendu vendredi », selon une source judiciaire. Il est vrai que l’article 222 du code pénal marocain punit de six mois ferme d’incarcération la rupture publique du jeûne pendant le mois de ramadan.

La victime aurait refusé de se plier à ce rituel au nom de sa liberté individuelle. D’autres Marocains ont créé récemment sur Facebook un groupe appelé « Masayminch » (« Nous ne jeûnons pas » en arabe marocain) pour « défendre le droit de ne pas jeûner pour les non croyants ». Ce nouvel épisode judiciaire au royaume chérifien rappelle que l’islam est un totalitarisme. Une religion qui veut tout régenter : vie privée comme sphère publique. Cette menace contre la liberté de penser gagne l’Europe via l’immigration.

Le conseil régional socialiste d’Île-de-France délocalise un centre d’appel au Maroc

Le conseil régional socialiste d’Île-de-France délocalise un centre d’appel au Maroc

27/07/2012 — 18h00
PARIS (NOVOpres) —
C’est une nouvelle dont le gouvernement socialiste, et plus particulièrement Arnaud Montebourg – le vibrionnant ministre du Redressement productif –, se serait passé. En effet, le conseil régional d’Île-de-France, présidé depuis 1998 par le socialiste Jean-Paul Huchon, a décidé de délocaliser le centre d’appel du Stif (le syndicat chargé des transports en commun de la région parisienne) au Maroc. Selon une information du Parisien-Aujourd’hui en France.

Lire la suiteLe conseil régional socialiste d’Île-de-France délocalise un centre d’appel au Maroc

Maroc : douter de Mahomet mène en prison

Maroc : douter de Mahomet mène en prison

25/07/2012 – 12h00
CASABLANCA (NOVOpress) –
La religion musulmane semble incompatible avec la liberté de penser. Nouvel exemple en provenance du Maroc. La police de Casablanca vient de faire une descente au domicile d’un jeune Marocain et l’a arrêté. Le motif ? Le jeune homme serait « fortement influencé par les écrits de Darwin » et aurait « reconnu son athéisme », rapportent les sites Achekayn.com et Hespress.com.

Lire la suiteMaroc : douter de Mahomet mène en prison

Le Maroc continue d’inonder l’Europe en drogues

Le Maroc continue d’inonder l’Europe en drogues

05/06/2012 – 10h00
CASABLANCA (NOVOpress) –
Selon l’ONUDC (Office des Nations unies contre la drogue et le crime), le Maroc demeure  l’un des plus grands producteurs au monde de cannabis et le premier exportateur en Europe. Dans ce pays du Maghreb, 47 500 hectares de cannabis sont cultivés. Le royaume produit 760 tonnes de résine et 38 000 tonnes d’herbe de cannabis. Des chiffres à prendre avec des pincettes puisque le Maroc ne permet plus à l’ONUDC d’enquêter sur le terrain.

Le cannabis est cultivé dans le nord du Maroc, dans la région du Rif. Le pouvoir ferme les yeux sur la production de cannabis dans cinq villages « historiques » du Rif. Depuis, les cultures se sont largement étendues en dehors de ces limites, jusqu’à Chefchaouen et Larache. Un business contrôlé par des barons locaux en relation avec le banditisme maghrébin implanté en Europe, particulièrement en France.

Photo : Marche mondiale pour le cannabis – Paris – 12 mai 2012. Crédit photo : Rémi Noyon via Flickr, licence CC.

La porte-parole de François Hollande militait pour maintenir “l’identité marocaine” !

La porte-parole de François Hollande militait pour maintenir “l’identité marocaine” !

29/04/2012 – 18h00
LYON (NOVOpress Lyon) – Jeudi dernier Novopress Lyon citait dans une publication les relations de la porte-parole de François Hollande pour la campagne présidentielle, Mme Najat Vallaud-Belkacem, avec le  “Conseil de la communauté marocaine de l’étranger” (CCME). Celle-ci a indiqué dès vendredi à l’AFP qu’elle faisait partie de ce Conseil depuis décembre 2007 mais qu’elle n’en était plus membre depuis décembre dernier.

J’en ai fait partie de décembre 2007 à décembre 2011: un engagement volontaire et bénévole au service de l’intérêt général et du dialogue entre les cultures, un parmi tant d’autres. Pourquoi le découvrir maintenant à 7 jours d’une élection présidentielle ? Puisque les militants d’extrême-droite, et maintenant l’UMP de Nicolas Sarkozy, ont décidé d’en faire leur obsession à mon égard, il s’agit d’une institution très transparente qui ne vaut pas autant de mystères, et qui rassemble des Marocains qui vivent à l’étranger pour qu’ils apportent leur expérience, leur regard extérieur sur leur pays d’origine“.

Dans un communiqué publié vendredi (le lendemain de la publication de Novopress Lyon), la déléguée générale de l’UMP Valérie Rosso-Debord avait attaqué Mme Vallaud-Belkacem (photo) sur son appartenance à cette instance qui “a pour but de renforcer l’identité marocaine des Marocains de l’étranger, d’émettre des avis sur leur éducation religieuse (en l’occurrence musulmane)“.

Une militante du maintien de l’identité marocaine en France :

Najat Vallaud-Belkacem semble particulièrement ennuyée par cette affaire et sa présentation du “Conseil de la communauté marocaine de l’étranger” est plus que partiale. Elle a milité pendant 4 ans, jusqu’en décembre dernier (donc alors qu’elle était déjà porte-parole de François Hollande) , dans cette instance officielle marocaine dont on trouve dans les buts :
“(…) assurer aux Marocains résidant à l’étranger le maintien de liens étroits avec leur identité marocaine, et plus particulièrement celles relatives à l’enseignement des langues, l’éducation religieuse et l’action culturelle
renforcer la contribution des Marocains de l’étranger au développement des capacités de leur pays d’origine, au développement humain durable et à la modernisation de la société”.

Crédit photo : Parti Socialiste via Flickr, licence CC.

Besançon : nouveau trafic de drogue en provenance d’Algérie

Besançon : nouveau trafic de drogue en provenance d’Algérie

29/02/2012 – 10h00
ALGER (NOVOpress) –
La police vient de mettre la main sur 61 kilos de résine de cannabis, un pistolet automatique 9 mm Parabellum et 165 000 € d’argent liquide à Besançon (Doubs). Pour L’Est républicain, cette affaire pourrait s’inscrire dans « le cadre d’un important trafic de stupéfiants entre l’Algérie et Besançon via Marseille ».

L’Algérie, est une plaque tournante du transit de drogue destinée à l’Europe. Lors de la dernière réunion ministérielle du G8 sur le trafic de drogue en mai 2011 à Paris, le ministre algérien de l’Intérieur, Daho Ould Kabia, évoquait une saisie annuelle en Algérie de 64 tonnes de cannabis.

Le Maroc est aussi une véritable plaie pour la santé de la jeunesse européenne : l’ONU rappelait en juin dernier que la production de résine de cannabis se concentre au Maroc et en Afghanistan. Le royaume de Mohammed VI possède officiellement 47 500 hectares de résine de cannabis dont la production est « destinée principalement pour les marchés de l’Afrique du nord et de l’Europe occidentale et centrale ».

Crédit photo : Luis Sarabia via Flickr, licence CC.

La nouvelle usine Renault au Maroc, symbole du suicide économique de l’Europe, par Marc Rousset

Par Marc Rousset économiste, écrivain, auteur de « La Nouvelle Europe Paris-Berlin-Moscou »

Chômage des travailleurs européens ou profits des multinationales dans les pays émergents fournissant des produits manufacturés à l’Europe : il va falloir choisir ! Sinon la révolte éclatera d’une façon inéluctable lorsque le taux de chômage sera tellement insupportable que la folie libre échangiste mondialiste apparaitra comme un nez au milieu de la figure ! Pour l’instant nous sommes seulement à mi-chemin de la gigantesque entreprise de désindustrialisation initiée dans les années 1950 aux Etats-Unis pour favoriser les grandes entreprises américaines, et dont le flambeau a été depuis repris par toutes les sociétés multinationales de la planète ! Pendant ces 30 dernières années, la France a perdu 3 millions d’emplois industriels, l’une des principales raisons de la crise de notre dette souveraine ! Si un protectionnisme douanier ne se met pas en place d’une façon urgente, les choses vont encore aller en s’accélérant ! L’ oligarchie mondiale managériale , actionnariale et financière a des intérêts en totale contradiction et en opposition frontale avec le désir des peuples européens de garder leur « savoir faire » et leur emploi !

L’usine géante Renault de Melloussa au Maroc

Alors que la production automobile de Renault recule dans l’hexagone, l’usine géante de Melloussa au Maroc dans la zone franche du port de Tanger , avec une capacité de 340 000 véhicules par an, commence à produire des voitures « low-cost » sous la marque Dacia . Le site a pour vocation d’exporter à 85% vers le Vieux Continent. Cette usine marocaine vient s’ajouter au site roumain de Pitesti qui produit 813 000 voitures par an. Renault et les équipementiers de la région de Tanger pourraient créer 40 000 emplois ! Le salaire net mensuel d’un ouvrier marocain est de 250 euros par mois, contre 446 euros par mois en Roumanie. Le coût salarial horaire d’un ouvrier dans les usines Renault est de 30 euros /heure en France, 8 euros par heure en Turquie, 6 euros par heure en Roumanie et ô surprise 4,5 euros par heure au Maroc, à deux jours de bateau des côtes françaises, Algésiras en Espagne étant seulement à 14km ! C’est la raison pour laquelle le monospace « Lodgy 5 ou 7 places » (10 000 euros) fabriqué à Melloussa sera deux fois moins cher que le Renault Grand Scenic (24 300 euros) assemblé à Douai. Il ne fait donc aucun doute qu’à terme , suite au rapport qualité/ prix et en faisant abstraction de quelques gadgets Marketing et des dénégations du Groupe Renault, les consommateurs français , s’ils ne sont pas trop bêtes, achèteront des Lodgy fabriquées au Maroc en lieu et place des Grand Scenic fabriquées à Douai ! Bref, une délocalisation élégante supplémentaire avec les miracles et les mensonges de la Pub et du Marketing comme paravent !
Alors que faire ? Qui incriminer ? Certainement pas Carlos Ghosn et les dirigeants de Renault qui font parfaitement leur travail avec les règles du jeu actuel , car ils rendent compte à leurs actionnaires et doivent affronter une concurrence terrible, la survie du Groupe Renault étant même en jeu s’ils ne délocalisent pas ! Non, les responsables, ce sont nous les citoyens , nous les électeurs, qui acceptons cette règle économique du jeu ;les principaux coupables, ce sont nos hommes politiques incapables , gestionnaires à la petite semaine avec un mandat de 5 ans, subissant les pressions du MEDEF et des médias à la solde des entreprises multinationales l Les dirigeants d’entreprise et les clubs de réflexion qui mentent comme ils respirent, le MEDEF, tout comme le lobby des affaires à Washington et à Bruxelles, voilà ceux qui sont à l’origine du mal et nous injectent délibérément car conforme à leurs intérêts financiers, le virus, le venin destructeur malfaisant du libre échangisme mondialiste dans nos veines ! Le mondialisme doit laisser sa place d’une façon urgente à un libre échangisme strictement européen ! Les hommes politiques des démocraties occidentales ne sont pas des hommes d’Etat, mais des gagneurs d’élection et ne voient pas plus loin que le bout de leur nez ; ils ne s’intéressent en aucune façon aux intérêts économiques à long terme de la France et de l’Europe ! Ils attendent tout simplement la catastrophe du chômage structurel inacceptable et la révolte des citoyens pour réagir, comme cela a été le cas en Argentine et comme c’est le cas actuellement avec la crise des dettes souveraines.

Les idées de la préférence communautaire et du Prix Nobel Maurice Allais triompheront

Les idées de Maurice Allais triompheront car elles sont justes et correspondent aux tristes réalités que nous vivons ! On ne peut pas arrêter une idée lorsqu’elle est juste ! L’idéologie économique libre échangiste mondialiste s’écroulera totalement devant les réalités du chômage, comme le Mur de Berlin en raison de l’inefficacité du système soviétique, comme l’idéologie droit de l’hommiste devant les réalités néfastes de l’immigration extra-européenne avec à terme les perspectives d’une guerre civile ! IL est clair qu’il faut changer le Système , non pas en attendant la disparition totale de notre industrie, mais dès maintenant en mettant en place tout simplement des droits de douane au niveau européen! Même l’Allemagne ne réussira pas à terme à s’en sortir avec le libre échange mondialiste. Elle résiste encore aujourd’hui car elle n’a pas fait les mêmes bêtises que les autres pays européens, mais à terme elle sera également laminée par la montée en puissance de l’éducation et le trop bas coût de la main d’œuvre dans les pays émergents. Aux Européens de savoir préserver les débouchés de leur marché domestique suffisamment grand pour assurer un minimum d’économies d’échelle! La «  théorie des débouchés »  va très vite revenir à l’ordre du jour !
La vieille théorie des « avantages comparatifs »de Ricardo n’a plus grand-chose à voir avec la réalité. Pour la première fois dans l’histoire du monde, des Etats (la Chine, l’Inde et le Brésil) vont en effet posséder une population immense ainsi qu’une recherche et une technologie excellentes. L’égalisation par le haut des salaires, selon la théorie de Ricardo, n’ira nullement de soi du fait de « l’armée de réserve » rien qu’en Chine de 750 millions de ruraux, soit 58% de l’ensemble de la population, capables de mettre toute l’Europe et les Etats-Unis au chômage. 300 millions d’exclus vivent, selon la Banque asiatique du développement, dans l’Empire du milieu, avec moins d’un euro par jour. La Chine ne se classe qu’au 110e rang mondial du PIB par habitant. Ce ne sont pas quelques succès épars européens mis en avant par les médias, suite à des effets de mode ou de luxe, qui doivent nous faire oublier le tsunami du déclin des industries traditionnelles en Europe (quasi disparition des groupes Boussac, DMC et de l’industrie textile dans le Nord de la France, de l’industrie de la chaussure à Romans, de l’industrie navale, des espadrilles basques…). Les pays émergents produiront inéluctablement de plus en plus, à bas coût, des biens et des services aussi performants qu’en Europe ou aux Etats-Unis. Les délocalisations deviennent donc structurelles et non plus marginales !
L’épouvantail contre le protectionnisme mis en avant par les lobbys du MEDEF et des multinationales comme quoi 25% des Français travaillent pour l’exportation est un mensonge d’Etat parfaitement mis en avant par Gilles Ardinat d’une façon indiscutable dans le dernier «  Monde Diplomatique ». Les multinationales, le MEDEF confondent délibérément valeur ajoutée et chiffre d’affaires des produits exportés, ce qu’il fait qu’ils arrivent au ratio fallacieux de 25%. La Vérité est qu’un salarié français sur 14 seulement vit pour l’exportation en France ! (1)
Dans un système de préférence communautaire, l’Europe produirait davantage de biens industriels et ce que perdraient les consommateurs européens dans un premier temps en achetant plus cher les produits anciennement « made in China » , serait plus que compensé par les valeurs ajoutées industrielles supplémentaires créées en Europe . Ces dernières augmenteraient le PIB et le pouvoir d’achat, tout en créant des emplois stables et moins précaires, système que la CEE a connu et qui fonctionnait très bien. Alors, au lieu de s’en tenir au diktat idéologique de Bruxelles et au terrorisme intellectuel anglo-saxon du libre échange, remettons en place le système de la préférence communautaire !

Les investissements occidentaux et les délocalisations

Il importe de faire la distinction entre marché domestique européen intérieur et marché d’exportation. Ce qu’il faut, c’est, grâce à une politique douanière de préférence communautaire fermer l’accès aux pays émergents qui détruisent les emplois européens pour des produits consommés sur le marché intérieur européen.
Il n’est pas réaliste d’accepter le dogme stupide que délocaliser la production physique d’un bien ne représente qu’une infime partie de sa valeur, même s’il est inéluctable que le poids relatif de l’Occident continue à décliner au profit de l’Asie. Intégristes du tout marché et théoriciens d’un libéralisme de laboratoire se délectent du déclin de la France et des Etats-Nations ; complices ou naïfs, ces inconscients nous emmènent à la guerre économique comme les officiers tsaristes poussaient à la bataille de Tannenberg des moujiks armés de bâtons. Les Européens ne peuvent se contenter d’une économie composée essentiellement de services. La seule façon de s’en sortir pour tous les pays européens, et plus particulièrement la France, est de réduire d’une façon drastique le nombre des fonctionnaires et les dépenses publiques, diminuer la pression fiscale sur les entreprises et les particuliers, mettre en place une politique industrielle inexistante à l’échelle de l’Europe, développer la recherche et l’innovation, encourager le développement des jeunes pousses, favoriser le développement des entreprises moyennes, et enfin restaurer la préférence communautaire avec des droits de douane plus élevés ou des quotas afin de compenser les bas salaires des pays émergents !

Le problème de fond du déficit commercial de la France n’est pas lié au taux de change de l’euro, mais au coût du travail. Le coût horaire moyen de la main d’œuvre dans l’industrie manufacturière est de l’ordre de vingt dollars en Occident contre 1 dollar en Chine ! Un ouvrier en Chine travaille quatorze heures par jour, sept jours sur sept. 800 millions de paysans chinois dont deux cents millions de ruraux errants forment une réserve de main d’œuvre inépuisable capable de mettre les Etats-Unis et toute l’Europe au chômage, nonobstant la main d’œuvre tout aussi nombreuse d’autres pays émergents !
Attirés par les bas salaires, les investissements étrangers en Chine s’élèvent à plus de 100 milliards de dollars par an, soit davantage qu’aux Etats-Unis. Le fait que les exportations chinoises soient réalisées à 65% par des entreprises détenues totalement ou partiellement par des Occidentaux n’est qu’un argument de plus pour nous endormir et une étape intermédiaire dans le déclin programmé du continent paneuropéen et de l’Occident. Les seuls investissements justifiés géopolitiquement sont les implantations pour s’intéresser au marché domestique chinois, des autres pays d’Asie et de tous les pays émergents. Ce qu’il faut bien évidemment combattre, ce sont avant tout les investissements européens en Chine ou ailleurs pour alimenter le marché européen qui sont suicidaires mais justifiés pour les chefs d’entreprise, tant que les Européens et la Commission de Bruxelles n’auront pas rétabli la préférence communautaire et des droits de douane afin de compenser les bas coûts de main d’œuvre chinois, source première du chômage et de la précarité en Europe.

Conclusion

Il ne faut pas acheter français, ce qui ne veut plus rien dire, mais acheter « fabriqué en France »  en se méfiant des noms francisés et des petits malins avec des usines tournevis ou d’assemblage dont toute la valeur ajoutée industrielle viendrait en fait des pays émergents ! Seule une politique de droits de douane défendra l’emploi du travailleur européen et combattra efficacement d’une façon implacable le recours démesuré aux sous-traitants étrangers ! Tout cela est si simple, si clair, si évident qu’il nous manque qu’une seule chose, comme d’habitude, dans notre société décadente : le courage ! Le courage de changer le Système, le courage de combattre les lobbys des entreprises multinationales avec les clubs de réflexion à leur botte, le courage de mettre en place une protection tarifaire , mais sans tomber pour autant dans le Sylla du refus de l’effort, de l’innovation, du dépassement de soi, du refus de s’ouvrir au monde et de tenter d’exporter autant que possible, le Sylla de l’inefficacité et des rêveries socialistes utopistes qui refusent la concurrence et l’efficacité intra-communautaire. L’introduction de la TVA sociale est une excellente décision, mais elle est totalement incapable de compenser les bas salaires de l’usine marocaine Renault de Mélissa et ne vaut que pour améliorer la compétitivité de la Maison France par rapport aux autres pays européens !

(1)Gilles Ardinat-Chiffres tronqués pour idée interdite » p12-Le Monde Diplomatique -Janvier 2012

Réflexion sur la “victoire politique” des islamistes marocains, par Bernard Lugan [Tribune libre]

[box class=”info”]Tribune reprise du site Realpolitik[/box]

Contrairement à ce qui est affirmé par les médias, c’est une victoire relative que viennent de remporter les islamistes marocains alors même qu’ils menèrent une très forte campagne de mobilisation et annonçaient un raz de marée électoral. Leur victoire apparente n’est due en effet qu’à une nouvelle disposition constitutionnelle faisant obligation au roi de nommer un Premier ministre issu du parti arrivé en tête lors des élections législatives. Sans cela, ils auraient été mathématiquement écartés du pouvoir.

Que l’on en juge :
Le parti islamiste PJD (Parti de la Justice et du développement) qui affirme à la fois sa « modération » et son attachement à la monarchie, a réuni 30 % des votants, soit 15% des inscrits, et obtenu 107 sièges sur 395 dans la nouvelle assemblée. Il est donc clairement minoritaire, à la fois dans l’absolu mais également face aux deux grandes coalitions sortantes. En renversant la perspective nous constatons en effet que 70% des votants ne lui ont pas accordé leurs suffrages et qu’au parlement, 288 députés appartiennent à des formations autres que la sienne.

Le parti arrivé en seconde position est l’Istiqlal, parti nationaliste historique ancré comme le PJD sur le terreau islamique et qui remporte 60 sièges au Parlement. En troisième et quatrième position, nous trouvons deux partis liés au Palais, à savoir le RNI (Rassemblement national des Indépendants) qui obtient 52 sièges et le PAM (Parti Authenticité et Modernité) 42 sièges, soit à eux deux quasiment autant que le PJD. En cinquième place, l’USFP (Union socialiste des Forces Populaires) poursuit son délitement avec 39 sièges, puis, arrivent le MP (Mouvement Populaire), parti berbériste monarchiste avec 32 sièges, l’Union Constitutionnelle avec 23 sièges et le PPS (Parti du progrès et du Socialisme) avec 18 sièges. Dix autres partis totalisent les sièges restants.

Les responsables du PJD ont déclaré qu’ils étaient prêts à former un gouvernement de coalition, ce que, avec sa légèreté coutumière, la presse française a salué comme une preuve de maturité politique. Or, cette « conscience démocratique » doit, elle aussi, être relativisée car le PJD n’a pas d’autre choix que de nouer des alliances. Il est même acculé à trouver des alliés puisqu’il lui manque au moins 90 sièges pour disposer d’une majorité de gouvernement.

Quelques réflexions et questions :
– On ne peut comparer le référendum du 1° juillet 2011 sur la Constitution qui a rassemblé 72% des inscrits et les dernières élections législatives, avec un taux de participation de 45,4%. Le premier fut en réalité un référendum sur la Monarchie au moment où, monté en épingle par la presse internationale, un mouvement révolutionnaire agitait la rue, demandant sa mise sous tutelle ou même sa disparition. Or, 99 % des Marocains, ont voté en faveur d’une monarchie certes modernisée, mais d’abord traditionnelle avec un roi qui continue à régner, même s’il ne dirige plus seul. Si le présent scrutin législatif n’a réuni qu’un peu plus de 45 % des citoyens inscrits sur les listes électorales – pour mémoire celui de 2002 n’en avait attiré que 37 % -, la raison de cette faible participation n’est pas à rechercher dans un désaveu du souverain, mais dans celui de la classe politique et de partis totalement discrédités.
– Le roi Mohammed VI va laisser les partis jouer le jeu constitutionnel après avoir nommé un membre du PJD comme Premier ministre. Puis, deux cas de figure se présenteront :
Une majorité de gouvernement sera constituée avec pour conséquence la dissolution des revendications du PJD qui n’aura pas la force politique lui permettant d’imposer un retour en arrière au sujet des grandes réformes entreprises par le souverain au début de son règne, notamment le code de la famille.
Un blocage du système avec anarchie parlementaire et impossibilité de constituer une véritable et stable majorité de gouvernement, ce qui contraindrait alors le roi à intervenir pour mettre fin à la crise. Ne perdons pas de vue, et le règne d’Hassan II l’a montré, que chaque tentative d’instauration d’une démocratie véritable au Maroc a, par le passé, débouché sur des évènements gravissimes obligeant le souverain à reprendre directement le contrôle des affaires [1].
– Autre question : le PJD a-t-il atteint son étiage ou bien ce scrutin n’est-il qu’une étape dans une lente et inexorable progression ? Ne va-t-il pas profiter du discrédit qui va encore davantage entourer des partis politiques s’entre-déchirant pour le pouvoir et ses avantages ? Ne risque t-il pas au contraire d’être emporté dans le tourbillon des intrigues parlementaires qui s’annoncent et dans ce cas, laisser filer ses électeurs déçus vers ces radicaux extra parlementaires qui contestent à la fois la monarchie et la notion de Commandeur des Croyants ?

[1] Voir à ce sujet les pages 327 à 332 de mon livre intitulé Histoire du Maroc, Ellipses, 2011.

[box class=”info”]Crédit photo : Zanthia (Flickr cc)[/box]

Italie : des commerçants pakistanais rackettés par un gang marocain

Italie : des commerçants pakistanais rackettés par un gang marocain

30/09/2011 – 17h30
ROME (NOVOpress) –
Ils faisaient régner la terreur parmi les commerçants étrangers de Foggia, dans les Pouilles, auxquels ils extorquaient des marchandises et de l’argent sous la menace. La police les a finalement arrêtés après la plainte d’un épicier pakistanais. Il y a un mois, ils avaient débarqué dans sa boutique armés d’un couteau, s’étaient emparés de 120 euros, avaient brisé une vitrine, et avaient menacé leur victime d’enlever un de ses jeunes enfants s’il osait porter plainte. La semaine dernière, ils avaient fait exploser une bombe artisanale dans un commerce alimentaire, provoquant des dégâts matériels. L’enquête a révélé que le magasin appartenait au même épicier.

Mohammed Derfoufi, 24 ans, son frère Badreddine, 21 ans, et Idriss Oiaamuoi, 27 ans, trois Marocains en situation irrégulière et sans domicile fixe, ont été arrêtés, sous l’inculpation d’association de malfaiteurs aux fins d’extorsion et de vol aggravé, et ont été reconnus par les victimes. Les enquêteurs pensent qu’au moins deux autres Maghrébins ont participé à ce racket.

La société multiraciale est donc la société multiraciste.

[box class=”info”] Sources : corrieredelmezzogiorno.corriere.it/ilgrecale.it[/box]