Tag Archives: Marion Maréchal

Francis Adolphe

Francis Adolphe, maire PS de Carpentras, condamné pour violences conjugales !

29/06/2017 – CARPENTRAS (NOVOpress) : Francis Adolphe, maire socialiste de Carpentras, dans le Vaucluse, a été condamné pour violences conjugales. Va-t-il démissionner ? Il n’y songe absolument pas ! Dans un communiqué, Hervé de Lépinau, élu FN de la ville et conseiller départementale Vaucluse, demande sa démission, ainsi que celle du poste de président de la Communauté d’agglomération Ventoux-Comtat Venaissin (CoVe).

Hervé de Lépinau

Hervé de Lépinau

« Le maire de Carpentras et président de la CoVe a vu sa peine pour des faits de violences conjugales considérablement alourdie en appel. La Cour a ajouté aux 8 mois de prison avec sursis une peine complémentaire de privation des droits civils, civiques et de famille pendant 5 ans.

« La juridiction a semble-t-il considéré que la gravité des faits de violences commis par l’édile dans un cadre privé au préjudice de sa compagne sont incompatibles avec l’exercice de mandats publics qui requièrent de l’élu probité et honorabilité. »

« Francis Adolphe a annoncé qu’il va former un pourvoi contre cet arrêt : c’est son droit, poursuit Hervé de Lépniau. Il n’en demeure pas moins que le caractère factuel de sa responsabilité pénale est acquis, la Cour de Cassation n’étant que le juge du droit.

« La décence exige à présent qu’il démissionne de ses mandats, lesquels sont incompatibles avec l’indignité de son comportement. Nous attendons une réaction des membres de sa majorité municipale mais aussi de la COVE, et en particulier des femmes qui siègent dans ces assemblées.

« Qu’en pense également la secrétaire d’Etat Brune Poirson [élue face à Hervé de Lépinau dans la circonscription de Marion Maréchal-Le Pen. Ndlr] qu’il a activement soutenue pendant la campagne des législatives, sans que celle-ci ne trouve quoique ce soit à  »

« Face à cet évènement grave qui affecte la vie de notre cité, chacun doit à présent prendre ses responsabilités. Nous sommes prêts à assumer les nôtres. »

Marion Maréchal-Le Pen 2

Marion Maréchal-Le Pen : « Je ne voulais pas finir comme Christian Estrosi »

10/05/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Marion Maréchal-Le Pen, qui a annoncé son retrait de la vie politique par une Lettre aux Vauclusiens, s’en explique un peu dans un entretien à Valeurs actuelles. Extraits.

« Être élue jeune m’a fait connaître très tôt les honneurs et le niveau de vie très confortable qui accompagnent le mandat. Cela m’a préservée d’un certain nombre de difficultés et d’inquiétudes auxquelles sont confrontés les Français, même si j’ai toujours essayé d’y rester très attentive sur le terrain, de ne jamais perdre pied. En termes de construction personnelle, j’ai besoin de vivre cela avec eux, et j’en ai également très envie. J’ai toujours aimé le monde de l’entreprise, qui m’a toujours attiré. Je pense que je ne serais pas quelqu’un de parfaitement aboutie et sans cette expérience. »

• Pourquoi choisir ce timing pour prendre cette décision ? 

Je suis convaincue que si je ne pars pas maintenant, je ne partirai jamais. Il est éminemment difficile de quitter ce monde politique. Plus on attend, plus forte est la difficulté.

« Je suis absolument terrifiée à l’idée de finir comme un Christian Estrosi , des ultra-cumulards,professionnels cyniques de la politique qui ne font plus que cela depuis des décennies et qui seraient prêts à n’importe quelle trahison pour préserver leur rente. »

C’est un modèle complètement révolu. Les Français ont besoin, pour respecter les politiques, qu’ils prouvent aussi leur liberté, leur désintéressement. Il est important que des élus démontrent qu’ils sont capables de renoncer à leur statut.

• Votre grand-père, Jean-Marie Le Pen, a affirmé aujourd’hui que votre départ était une désertion. Qu’est-ce que cela vous évoque ? 

Il a toujours un raisonnement sacrificiel à l’égard de la politique, un peu désincarné, mais je pense que nous avons changé de génération politique ! Il raisonne selon un schéma, qui a prévalu pendant des années, où il était souhaitable d’accumuler les mandats et d’avoir beaucoup d’expérience politique pour etre légitime.

« Aujourd’hui, les Français sont dégoûtés par la politique et les politiciens, qui sont considérés par eux comme des rentiers et des profiteurs. On ne peut plus faire de la politique dans les mêmes conditions qu’à l’époque de Jean-Marie Le Pen. »

Il faut que les élus fassent preuve de liberté, de désintérêt et d’expérience professionnelle.

Extraits d’un entretien publié sur le site de Valeurs actuelles

Marion Maréchal-Le Pen : « Pourquoi je quitte la vie politique »

10/05/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Dans un courrier aux Vauclusiens publié ce matin par Vaucluse Matin, Marion Maréchal-Le Pen explique les raisons qui lui font quitter la vie politique. Nous ne publions ci-dessous l’intégralité.

Marion Maréchal-Le Pen Vaucluse Matin« Chers Vauclusiens, chères Vauclusien­nes,

Je vous écris aujourd’hui pour vous annoncer que je ne me représenterai pas aux élections législatives dans la 3e circonscription de Vaucluse. Par cette let­tre, je souhaite m’en expli­quer directement avec vous au regard des liens qui nous unissent. Des liens de confiance, de respect, de travail, d’amitié même, qui me sont chers.

Certaines indiscrétions sur l’éventualité de mon départ ont malheureuse­ment suscité la parution d’articles de presse. Mise devant le fait accompli, je ne souhaitais en aucun cas nuire à la campagne de Marine Le Pen ainsi qu’au combat national, j’ai donc préféré démentir l’informa­tion. Je voulais à tout prix éviter que cette annonce ne parasite le débat présiden­tiel et fasse perdre un temps d’explication pré­cieux à notre candidate ainsi qu’à nos cadres et à nos militants. Mes inten­tions étaient bonnes, j’es­père que vous le compren­drez et me le pardonnerez.

Je sais que ma décision en­ traînera de l’incompréhen­sion et de la déception pour certains, je n’y suis pas in­différente, loin de là. Bien que cela soit un véritable déchirement affectif pour moi, je n’aurais jamais fait ce choix s’il ne m’apparais­ sait pas juste et nécessaire.

J’ai longuement mûri ma réflexion et ma décision s’impose à la fois pour des raisons personnelles et politiques.

Raisons personnelles d’abord car je suis chargée d’âme depuis bientôt trois ans. J’ai beaucoup manqué à ma petite fille dans ses premières années si pré­cieuses. Elle m’a aussi ter­riblement manqué. Il est essentiel que je puis­ se lui consacrer plus de temps.

Par ailleurs, je n’ai jamais renoncé à l’idée de m’extir­per un jour ou l’autre du monde politique pour une expérience dans la vie civi­le. J’aime le monde de l’en­treprise, je n’ai jamais ces­sé de le défendre durant mon mandat et j’aspire aujourd’hui à y travailler. Cette aspiration, je vous en avais fait part dès ma cam­pagne électorale en 2012.

Vous connaissez mon his­toire, vous savez que ce monde politique est le mien depuis toujours. À 27 ans, il est encore temps pour moi d’en sortir quelque temps.

Je suis intimement con­vaincue que si je n’en sors pas maintenant, je n’en sor­tirai jamais. Un certain nombre de médias me prêtent déjà un destin tout tra­cé ainsi que des ambitions dévorantes, je refuse de m’enfermer dans leur sché­ma.

Raisons politiques ensui­te, car je suis comme vous, je pense que l’époque des politiciens déconnectés du réel avec des décennies de mandat électif derrière eux est révolue. Si nous voulons rendre ses lettres de no­blesse à la Politique, il faut prouver aux Français qu’il existe aussi des élus libres et désintéressés refusant de s’accrocher coûte que coûte à leur statut ou à leurs indemnités. J’ai été élue très jeune, j’ai été pré­servée de certaines de vos difficultés et de vos inquié tudes, bien que je n’aie ces­sé d’y être attentive sur le terrain. L’idée que je me fais d’un bon chef politique impose que je bénéficie d’autres expériences que celles du succès électoral ou politique.

Cette légitimité et cette ex­périence acquises, j’espère pouvoir un jour de nouveau les mettre à votre service. Je ne renonce pas définiti­vement au combat politi­ que car j’ai l’amour de mon pays chevillé au cœur et je ne pourrai jamais rester in­ différente aux souffrances de mes compatriotes. J’ai aussi un engagement mo­ral auprès de tous ces mili­tants vaillants et dévoués de la France patriote qui se sont battus à mes côtés et sans qui je ne serais rien.

Sachez que ce fut un honneur et un immense plaisir pour moi de vous représen­ter pendant 5 ans. Cette magnifique terre de Vau­cluse, ses hommes et ses femmes courageux et tra­vailleurs, cette culture an­cestrale ont été mes meilleurs alliés dans la soli­tude parfois pesante de l’Assemblée.

J’espère avoir été digne de votre confiance et à la hauteur de vos attentes. Vous qui m’avez accueillie et adoptée si chaleureuse­ment lors de mon arrivée en 2012, vous qui avez porté mes équipes à 51 % aux élections régionales, vous qui avez encore massive­ ment soutenu Marine Le Pen à l’élection présiden­tielle.

Rien ne s’arrête, car je lais­se derrière moi une fédéra­tion dynamique, des dizai­nes de conseillers municipaux, deux maires, six conseillers départemen taux et cinq élus régionaux qui continueront le combat pour vous et à vos côtés. Je soutiendrai les candidats aux législatives pour que le Vaucluse soit efficacement représenté à l’Assemblée.

Mon départ n’est ni une rupture, ni une provoca­tion. Je suis convaincue que les députés FN et leurs alliés DLF seront les plus efficaces pour contrer la politique néfaste d’Emma­nuel Macron et de ses alliés socialistes.

Je démission­nerai de mon mandat ré­gional d’ici quelques se­ maines, le temps pour moi d’organiser ma succession à la tête du groupe et je vous présenterai mon suc­cesseur dans la 3e circonscription d’ici quelques jours. Le combat pour la France continue !

Chers Vauclusiens et chè­res Vauclusiennes, soyez assurés de mon attache­ment, de mon respect et de ma gratitude.

Marion Ma­réchal-­Le Pen. »

Marion Maréchal-Le Pen

Marion Maréchal-Le Pen explique les raisons de son départ sur TV Libertés

10/05/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Invitée d’Elise Blaise et de Martial Bild sur TVLibertés, le député de Vaucluse Marion Maréchal-Le Pen a confirmé ce matin l’abandon de ses mandats et fonctions politiques. Cela faisait plusieurs mois, explique-t-elle, qu’elle avait pris cette décision, et, malgré des indiscrétions parues dans la presse – début avril, Le Canard enchaîné avait annoncé sa volonté de ne pas se représenter aux législatives –, elle avait décidé de mener jusqu’au bout la campagne présidentielle de Marine Le Pen.

Outre les raisons personnelles relatives à ses devoirs de maman d’une petite fille, Marion Maréchal-Le Pen explique avoir conscience qu’elle a été préservée des difficultés des Français dans leur vie quotidienne, même si elle ne les a jamais ignorées, et qu’« il était temps pour moi de me confronter à cela, d’avoir une expérience autre que la politique » :

« J’en ai besoin, j’en ai envie, je crois que c’est nécessaire, et si un jour je dois refaire de la politique, je suis convaincue que cette légitimité-là, je pourrai la mettre au service des Français et de mon pays. »

Marion Maréchal-Le Pen ne sollicitera donc pas des Vauclusiens le renouvellement de son mandat de député et démissionnera, « d’ici quelques semaines », de son mandat de conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, « le temps pour moi de faire la dernière session […] et de faire le transfert de pouvoir de la présidence du groupe » :

« Je quitterai donc totalement pour quelques temps la vie politique d’ici fin juin. Je quitte également mes responsabilités au sein du Front national [mais] je reste néanmoins adhérente. »

Marion Maréchal-Le Pen, qui n’est pas encore fixée sur sa reconversion mais souhaite travailler « dans le cadre d’une petite entreprise » assure encore :

« Je pense que je referai de la politique […] mais pas immédiatement. […] J’espère que demain si je suis amenée à revenir, [les électeurs] me redonneront cette confiance et ils me pardonneront le fait de m’être éloignée d’eux quelque temps. »

Marion Maréchal MLP

A J-5, l’appel détendu de Marion Maréchal-Le Pen à voter pour Marine Le Pen

18/04/2017 – FRANCE (NOVOpress) : A cinq jours du premier tour de l’élection présidentielle, Marion Maréchal-Le Pen a enregistré une vidéo appelant à ne pas céder au vote utile, dont « la France crève » depuis trente ans. Se référant à la victoire de Trump ou de celle du Brexit, et aux 48 % obtenus par Norbert Hofer en Autriche, elle affirme, d’un ton particulièrement détendu qui tranche avec la nervosité ambiante :

« Votez donc Marine. Votez pour la candidate de la France. Votez pour la candidate des Français de cœur ou des Français d’héritage. Votez tout simplement pour l’intérêt national et pour l’intérêt de vos enfants. »

Marion Maréchal KTO

Marion Maréchal-Le Pen : « Je dois d’abord la charité à ma famille et à mes compatriotes. »

10/02/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Marion Maréchal-Le Pen était hier l’invitée de l’émission Face aux chrétiens sur KTO, la grande émission de la chaîne catholique réalisée en partenariat avec Radio Notre-Dame, le réseau Radios Chrétiennes de France (RCF) et le quotidien La Croix.

Marion Maréchal-Le Pen l’annonce : Marine Le Pen abrogera la nouvelle loi dite de « délit d’entrave numérique » destinée à contrôler les sites anti-avortement. Et elle ajoute :

« Il faudra faire une véritable loi de santé publique avec pour objectif une baisse du nombre d’avortement. Il n’y a plus rien qui puisse justifier qu’il puisse y avoir un remboursement intégral et illimité de l’avortement. Il faut arrêter de prendre les femmes pour des enfants, il faut les responsabiliser. »

Marion Maréchal-Le Pen en profite pour appeler les évêques français à être plus courageux :

« L’Eglise de France a une grande responsabilité dans la situation actuelle. Par exemple sur l’avortement où l’Eglise de France a renoncé à mener le combat. »

La présidente du groupe FN au conseil régional de Paca annonce également que la loi Claes-Léonetti sur la fin de vie sera revue pour revernir à l’ancienne version de la loi Léonetti, et que la loi Taubira sera également abrogée pour revenir à un Pacs élargi : « Mais nous ne démarierons pas les personnes homosexuelles qui se seront mariées. »

Et, sur l’immigration, elle a cette phrase :

« Je dois d´abord la charité à ma famille et à mes compatriotes. »

Marion Maréchal Petites Patries

Marion Maréchal-Le Pen défend les « petites patries » aux assises de Lyon

07/02/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Marion Maréchal-Le Pen s’est exprimée à la tribune des Assises présidentielles de Marine Le Pen à Lyon. Elle y a exposé la réforme institutionnelle à laquelle procéderait la présidente du Front national, si elle était élue, et en a expliqué les raisons, puisque c’est à elle que Marine Le Pen avait confié le soin de travailler sur ce projet.

Marion Maréchal justifie notamment la suppression des conseils régionaux, qui ne porterait nullement atteinte à l’identité des régions françaises : « Il n’y a pas pire menace pour [les] petites patries que de laisser affaiblir notre grande patrie complémentaire que nous avons en commun. »

Sens commun Jessey Marion

Madeleine de Jessey ne retrouvera pas Marion Maréchal-Le Pen à l’Assemblée

18/01/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Madeleine de Jessey, la fondatrice et figure emblématique de Sens commun, mouvement issu de La Manif pour tous et associé aux Républicains, ne retrouvera pas sa camarade de classe de l’établissement Saint-Pie X de Saint-Cloud, Marion Marion-Le Pen, sur les bancs de l’Assemblée nationale. « Contre toute attente », écrit Le Figaro, elle ne sera pas candidate aux élections législatives. Et c’est elle qui n’a pas voulu : « S’engager trop tôt, c’est risqué. Avant il faut une stabilité familiale », a expliqué la jeune femme de 27 ans – le même âge que Marion Maréchal –, le quotidien laissant entendre qu’une campagne électorale est peu compatible avec l’« heureux événement » qu’elle attend. « A défaut du palais Bourbon, ajoute Le Figaro, Madeleine de Jessey vise plutôt un poste dans un cabinet ministériel et lorgne sur les élections municipales de 2020. » En mai dernier, les deux jeunes femmes avaient longuement débattu dans les colonnes de Famille chrétienne, faisant apparaître leur véritable ligne de clivage : celle de l’identité.

Rendez-Vous de Béziers

Louis Aliot sera présent au Rendez-Vous de Béziers de Robert Ménard

17/04/2016 – France (NOVOpress) : Marion Maréchal-Le Pen l’a annoncé lors du Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI : Louis Aliot, vice-président du Front national et compagnon de Marine Le Pen, sera présent au Rendez-Vous de Béziers qui fera de la ville de Robert Ménard, du 27 au 29 mai prochain, la capitale de la droite française.

Le plateau de ces journées se complète peu à peu de personnalités puisque François Guillaume, ministre de l’Agriculture du gouvernement Chirac sous la première cohabitation (1986-1988) et député de Meurthe-et-Moselle (RPR-UMP) de 1993 à 2007, membre de Debout la France, a rejoint la liste des participants : il interviendra à la table ronde sur l’Europe, « fin de la France ou instrument de puissance ? », en compagnie de François Billot de Lochner, président de la Fondation de service politique, et de l’essayiste et consultant international Hervé Juvin.

Dominique Roullet

Un conseiller régional PS du Centre traite le FN de « parti fasciste »

15/04/2016 – PARIS (NOVOpress) : Dominique Roullet, vice-président PS du conseil régional du Centre-Val de Loire, traite le Front national de « parti fasciste » – rien que ça ! – dans les colonnes du quotidien régional Centre Presse. Celui qui est aussi maire-adjoint d’Issoudun (Indre) s’indigne que Marion Maréchal–Le Pen soit annoncée, le 1er juillet prochain, à une soirée privée organisée au Skarabet, un cabaret de l’agglomération de Châteauroux, organisée par Jordan Mercier, secrétaire départemental du Front national de la jeunesse (FNJ).

Car cet établissement, « à vocation culturelle et festive », bénéficie de subventions de la région Centre. Dominique Roullet considère donc que cette aide ne doit pas contribuer à « accueillir un parti politique, encore moins un parti fasciste. Sinon, nous n’y serions pas allés. L’intégralité de la somme a, malheureusement, été versée. Mais la Région demande au Skarabet d’annuler ». Ce à quoi se refuse, pour le moment, le Skarabet, qui a néanmoins publié un communiqué plutôt militant…

Aux dernières élections régionales, en décembre dernier, la liste d’union de la gauche, menée par François Bonneau, avait conservé de justesse la région dans une triangulaire au second tour, avec 35,42 % des voix contre 34,58 % à la liste de centre droit conduite par Philippe Vigier et 30 % à celle de Philippe Loiseau pour le Front national, après que la liste du « parti fasciste » était arrivée en première position au premier tour…

Le Front national n’ayant pas pour habitude de laisser passer les insultes, la plainte au pénal ne devrait pas tarder.

Ciotti Estrosi

Eric Ciotti balance à Christian Estrosi son milliard d’euros de dettes

08/04/2016 – NICE (NOVOpress) : Ça va de plus en plus mal entre Christian Estrosi, président du conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur (Paca), et Eric Ciotti, président du conseil départemental des Alpes-Maritimes, pourtant tous deux membre du même parti, Les Républicains.

Au cours de la séance d’aujourd’hui au conseil régional de Paca, Philippe Vardon, conseiller régional FN, a accusé Christian Estrosi, qui fut le prédécesseur de Ciotti à la tête du département des Alpes-Maritimes jusqu’à fin 2008, d’avoir fait passer « la dette du département de 90 millions d’euros à 747 millions, soit une augmentation de près de 730 % sur 5 ans pour atteindre 942 millions au 31 décembre 2009 par l’effet des engagements contractés sous votre règne ». Près d’un milliard d’euros de dette pour son seul département !

Philippe Vardon, élu sur la liste de Marion Maréchal-Le Pen, a ajouté, narquois : « Ces chiffres ne viennent pas de l’imagination de vos opposants Monsieur le président mais de votre successeur et ami, Eric Ciotti. Informations contenues dans un savoureux échange de courriers, où il est question de l’aide que vous sollicitez pour votre tramway, daté de février 2016 que je tiens à la disposition de la presse et qui éclaire votre attitude. »

Et en effet ! Ces courriers, que nous avons récupérés, confirment les chiffres avancés par l’élu FN et montrent une très nette dégradation des relations, déjà tendues, entre Christian Estrosi et Eric Ciotti.

Les échanges de courriers entre les deux hommes, qui s’échelonnent du 8 au 16 février dernier, portent au départ sur des questions techniques : Ciotti, au nom du département, refuse de s’engager à financer le tramway de Nice, dont Estrosi est maire, en représailles à l’absence de définition du périmètre de compétences entre les différentes collectivités, ce dont il tient le roi du cumul Estrosi, en qualité cette fois de président de la Métropole Nice Côte d’Azur, pour responsable.

Le ton monte très vite et, dès sa réponse à son « cher Eric », Estrosi parle de « chantage » et accuse son successeur à la tête du département d’avoir pris des décisions qui « posent de graves difficultés » à la ville de Nice, qu’il énumère tout au long d’une missive fastidieuse mais fielleuses, et qui se clôt par cette phrase : « Si les blessures personnelles s’estompent avec le temps, mon souci de bonne gestion m’impose de dire la vérité sur ces questions dans l’intérêt des Niçoises et des Niçois. »

La réponse de Ciotti, dont nous publions ci-dessous le début, est cinglante, et, plus terrible peut-être pour Estrosi, solidement argumentée. C’est dans celle-ci que l’on découvre que le montant de l’endettement du département des Alpes-Maritimes a grimpé quasiment jusqu’au milliard d’euros à cause de la gestion irresponsable de Christian Estrosi…

Ciotti Estrosi 1

Estrosi Ciotti 2

Petition Cope

Jean-François Copé se met à courir derrière le Front national

21/03/2016 – PARIS (NOVOpress) : Jean-François Copé aurait-il écouté Marion Maréchal-Le Pen, hier, sur BFM TV ? Le candidat à la primaire « de la droite et du centre » vient de découvrir l’article 6 de la loi El Khomri, qui ouvre grand les portes des entreprises aux revendications musulmanes. Aussi lance-t-il une pétition, dont voici le texte :

L’avant-projet de loi El Khomri sur le travail prévoit à l’article 6 de son préambule que « La liberté du salarié de manifester ses convictions, y compris religieuses, ne peut connaître de restrictions que si elles sont justifiées par l’exercice d’autres libertés. »
Si cet article devait être maintenu, il pourrait obliger les entreprises à céder aux revendications religieuses de leurs salariés. Et ainsi, soumettre l’entreprise au communautarisme.
Je tire le signal d’alarme : ne reculons pas sur la laïcité ! Ne reculons pas sur la neutralité en matière religieuse dans les entreprises !
Le maintien ou non de cette disposition dans la loi El Khomri doit être tranché en Conseil des ministres ce jeudi 24 mars. Il ne nous reste plus que trois jours pour obtenir le retrait de cette disposition dangereuse pour la République.

La pratique d’une « droite décomplexée » a du bon, même si elle ne va pas jusqu’à mentionner les droits d’auteur…

Marine répond à Marion sur la loi Taubira

18/03/2016 – POLITIQUE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

En déplacement en Italie, Marion Maréchal-Le Pen a évoqué le mariage pour tous. Devant le parti local de « La Ligue du Nord », proche du FN, elle affirme que la reconnaissance du mariage homosexuel risque d’« ouvrir la voie à de très nombreuses dérives », notamment la polygamie.
La présidente du Front National a aussitôt réagi sur l’antenne de RTL : « je crois qu’on est très très loin honnêtement de la reconnaissance de la polygamie dans notre pays ». Pour Marine Le Pen, le débat sur la loi Taubira n’est plus d’actualité, des compromis sont faits. Les questions concernant la PMA et la GPA sont plus urgentes.
Une nouvelle fois, les Français assistent à un désaveu familial à la tête du FN.

Les électorats des partis de droite partagent un même désir de retour de l’autorité

17/03/2016 – POLITIQUE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Le CEVIPOF (Centre de recherches politiques de Sciences-Po) s’est penché sur le besoin d’autorité des Français, dans la perspective de l’élection présidentielle de 2017. Les résultats sont pour le moins surprenants.

Qu’entendre exactement par ce besoin d’autorité ?
Celui-ci peut recouvrir plusieurs formes. Du renforcement du pouvoir exécutif à l’augmentation des moyens de la police et de la sévérité des juges, il semble investir tous les domaines de la vie des Français.
Il faut dire que les circonstances s’y prêtent, entre la faillite d’une Union européenne et d’un l’État français dans la lutte contre le terrorisme, contre l’immigration incontrôlée et contre le chômage. C’est ainsi que le CEVIPOF a pu constater une triple augmentation de la demande d’autorité régalienne, sécuritaire et identitaire.

Sur le plan politique, cela traduit-il la nostalgie de la monarchie gaullienne ?
On peut d’ores et déjà présumer que la campagne électorale sera centrée sur l’autorité. C’est par conséquent la droite, qui l’incarne traditionnellement, qui va devoir relever le défi et trancher la question libérale. D’autant qu’une campagne axée sur ces thèmes peut se révéler stratégiquement payante. En effet, le besoin d’autorité transcende les classes sociales. L’écart entre les catégories professionnelles supérieures et défavorisées est minime selon l’étude. Ainsi, « la demande d’autorité moyenne n’oppose pas les professions en fonction de leur rang social », même si la demande identitaire est plus forte pour les classes sociales les plus pauvres.

L’étude semble contredire l’effacement apparent du clivage droite-gauche
l’Étude montre un continuum entre les différents électorats de droite sur la question de l’autorité. Si le Front National est le parti avec les sympathisants qui réclament le plus d’autorité, l’électorat LR/UDI ou DLF en est très proche. La distinction est nette avec les électorats des divers partis de gauche. L’existence d’une différence de degré et non de nature entre les électeurs du Modem et du FN laisse la porte ouverte à de nombreuses reconfigurations électorales.

Nicolas Sarkozy sera le prochain Président de la République

08/03/2016 – POLITIQUE (NOVOpress)
Le maelström politique auquel nous assistons devrait malheureusement profiter à Sarkozy. La gauche s’effondre, le FN ne peut rassembler assez pour gagner et l’ex-président manœuvre pour verrouiller les primaires des Républicains.

Le 20 décembre 2015, j’écrivais une tribune intitulée « Présidentielles 2017 : le tripartisme va-t-il bouleverser le système ? » avec un deuxième tour : François Hollande face à Marine Le Pen.
Or, nous assistons depuis quelques semaines à une véritable explosion de la Gauche où tous les camps se déchirent autour notamment du projet de loi du travail mené par Myriam El Khomri : Une tribune sanguinaire de Martine Aubry à l’encontre de Hollande.
Une pétition de l’extrême-gauche contre la Loi El Khomri, des manifestations gauchistes, doublées d’une grève de la SNCF, Manuel Valls a même menacé de démissionner s’il ne pouvait appliquer cette loi…

Par ailleurs, coté Front National, le séminaire du FN qui s’est tenu début février 2016 n’a pas vu naître de grands changements au niveau de sa ligne politique. Deux jours durant lesquels ont notamment été réaffirmés les « principes de la souveraineté nationale et de la souveraineté économique et monétaire ».
Lire la suite

Bruno Le Maire, seul espoir de Hollande

24/02/2016 – POLITIQUE (NOVOpress)
Hollande poursuit sa descente aux enfers dans les sondages. Pour le dernier en date, menée par l’institut Ifop-Fiducial, seul un premier tour opposant le « président » à Bruno Le Maire lui permettrait de se qualifier pour le second tour.

D’après une enquête pour iTélé, Paris Match et Sud Radio, menée par l’institut Ifop-Fiducial, François Hollande serait devancé par la présidente du Front National, Marine Le Pen, ainsi que par un candidat de droite, que ce soit Nicolas Sarkozy, Alain Juppé ou François Bayrou.

Selon ce sondage, François Hollande ne se qualifierait pour le second tour que dans l’hypothèse d’une candidature de Bruno Le Maire pour la droite, avec 18 % des voix contre 17 à l’ancien ministre. Marine Le Pen serait en tête avec 28 %, François Bayrou obtiendrait 15 % et Jean-Luc Mélenchon 12 % des voix.

Dans l’hypothèse d’une candidature Fillon, Marine Le Pen arriverait également la première avec 28 %, devant l’ancien Premier ministre et l’actuel « chef » de l’État à égalité à 18 %. Dans ce cas, François Bayrou rassemblerait 14,5 % des voix et Jean-Luc Mélenchon 12 %.
Lire la suite

Marion Maréchal-Le Pen intrigue à l’international

23/02/2016 – POLITIQUE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

La nièce de Marine Le Pen fait parler d’elle à l’étranger. Parce qu’elle est le visage de la nouvelle génération patriote de la jeunesse française, beaucoup cherchent à mieux connaître qui elle est et ce qu’elle représente.

Marion Le Pen suscite l’intérêt du public étatsunien
Dimanche dernier a été mis en ligne, sur le site du média américain « Full measure », un reportage où l’on pouvait découvrir les grandes lignes de la carrière et des convictions de l’intéressée. Présentée comme le fer de lance de la lutte contre l’immigration et le mariage gay, Marion Maréchal-Le Pen incarne dans certains médias d’outre-Atlantique le désir populaire de nouveaux dirigeants. C’est ainsi que Scott Thuman, le journaliste qui a réalisé l’entretien, avait déjà parlé de Marion Maréchal comme étant l’ « étoile montante » de la droite française. Dimanche dernier, le journaliste, parlait même de cette dernière comme étant une « rock star » de la droite.

Les qualificatifs politiques diffèrent apparemment d’un pays à l’autre ?
Effectivement, on a vu que le terme de « droite » était utilisé par le média étatsunien pour définir les positions politiques de Marion-Le Pen. Le qualificatif d’ « extrême-droite » n’a quant à lui été utilisé qu’une seule fois dans le reportage, lorsque le journaliste a invité Thomas Guénolé, professeur à Science Po Paris, à exprimer son avis sur le Front National. Là encore, les points de vue sont plus ou moins tranchés : si le journaliste étatsunien relève que le Front National s’intéresse aux thèmes de l’ « immigration » ou du « terrorisme », le politologue français dénonce, quant à lui, un parti : d’« extrême-droite », « anti-islam », « anti-musulman » et « anti-arabe ». Enfin, d’après lui, « anti-immigrant » serait un « nom de code » pour « anti-arabe ».
La bataille des valeurs passe toujours par la bataille des mots.