Italie : nouveau record pour la dette publique

13/12/12 – 18h00
ROME (NOVOpress)
– Les brillants résultats économiques du gouvernement du « technicien » Mario Monti, tant vanté par les instances financières internationales qui l’ont imposé et les médias à leurs ordres, tardent à se faire sentir… Le mois de septembre 2012 a en effet vu le déficit public italien atteindre un nouveau record. Les chiffres publiés par la Banque d’Italie témoignent ainsi d’une hausse de 19,5 milliards par rapport à août, pour atteindre un nouveau record de 1 995,1 milliard.

Et pendant ce temps les Italiens continuent à voir leurs taxes et impôts augmenter et leurs emplois se précariser, seules les banques internationales qu’il « rembourse » généreusement ayant à se féliciter de la politique de Mario Monti…

Lire la suiteItalie : nouveau record pour la dette publique

Italie : Mario Monti veut déclarer illégale « l’agriculture à kilomètre zéro »

Italie : Mario Monti veut déclarer illégale « l'agriculture à kilomètre zéro »

01/11/12 – 10h00
ROME (NOVOpress)
– Le président du conseil Mario Monti, l’homme des banques et des institutions internationales, a déposé une requête contre la Région de Calabre devant la cours constitutionnelle du pays.

De quoi s’est donc rendue coupable la région Calabre pour s’attirer ainsi les foudres de M. Monti ?
Celle-ci est en fait accusée par le chantre du libéralisme mondialisé d’avoir légiférer au-delà de ses compétences en édictant des textes favorisant la commercialisation des produits agricoles régionaux (textes dits “d’encouragement à l’agriculture à kilomètre zéro“).

Lire la suiteItalie : Mario Monti veut déclarer illégale « l’agriculture à kilomètre zéro »

Les « garde-côtes » italiens vont chercher 226 clandestins dans les eaux libyennes pour les emmener à Lampedusa

Les « garde-côtes » italiens vont chercher 226 clandestins dans les eaux libyennes pour les emmener à Lampedusa

26/10/2012 — 16h00
ROME (NOVOpress) —
De plus en plus fort ! Les « garde-côtes » italiens ne se contentent plus d’aller remorquer les clandestins pour les amener au port, ils vont les chercher jusque dans les eaux libyennes.

À l’initiative de cette opération, l’abbé Mosè (Mussie) Zerai, un prêtre conciliaire érythréen demeurant au Vatican, responsable de l’agence Habeshia pour la Coopération et le Développement. L’agence Habeshia  se consacre à « la solidarité en faveur des demandeurs d’asile, réfugiés, bénéficiaires de protection humanitaire présents en Italie », à « la lutte contre le racisme, les discriminations et la marginalisation sociale », et à la défense « des libertés fondamentales reconnues par les conventions internationales, en particulier la Convention européenne des droits de l’homme ».

Lire la suiteLes « garde-côtes » italiens vont chercher 226 clandestins dans les eaux libyennes pour les emmener à Lampedusa

Privatisation de la Croix Rouge en Italie : réaction à l’échelle nationale du mouvement Casapound

Dans toute l’Italie, Casapound proteste contre la privatisation de la Croix Rouge

25/10/12 – 08h00
ROME (NOVOpress)
– Hier matin les militants du mouvement de droite radicale Casapound ont organisé des manifestations et des occupations symboliques à travers toute l’Italie afin de protester contre la « privatisation » de la Croix Rouge.

Des bannières affirmant « 4500 familles en situation de crise. Stop au bradage ! » ont ainsi fleuri dans de nombreuses villes italiennes.

Lire la suitePrivatisation de la Croix Rouge en Italie : réaction à l’échelle nationale du mouvement Casapound

[Tribune libre] “L’éternel recommencement, l’a-démocratie, ou la révolution”

[Tribune libre] “L’éternel recommencement, l’a-démocratie, ou la révolution”

Dans le cadre des prochaines élections locales italiennes, Novopress ouvre ses colonnes aux différents mouvements italiens. Que ce soit par le biais d’entretiens ou de tribunes libres. Pour débuter, un site proche de Casapound Iialia qui s’exprime par le biais d’une tribune libre.

[divider_1px]

Source : www.zentropa.info

À l’heure des élections régionales et municipales, trois chemins s’offrent au peuple italien appelé prématurément aux urnes suite à la vague de scandales politico-financiers qui a fini de balayer les restes de l’ancienne « majorité de centre-droit » rassemblée autour de la figure histrionnesque de Silvio Berlusconi.

Lire la suite[Tribune libre] “L’éternel recommencement, l’a-démocratie, ou la révolution”

Rome : action spectaculaire des militants du Blocco Studentesco à l’Autel de la Patrie

05/10/12 – 19h30
ROME (NOVOpress)
– Les étudiants radicaux du « Blocco Studentesco », le syndicat étudiant de Casapound Italia, ont réussi à déjouer la sécurité d’un des monuments les plus fameux de Rome pour déployer à son sommet le désormais célèbre portrait géant de Mario Monti transformé en vampire.

Lire la suiteRome : action spectaculaire des militants du Blocco Studentesco à l’Autel de la Patrie

Rome : 2.000 étudiants du Blocco Studentesco manifestent contre le gouvernement Monti

Rome : 2.000 étudiants du Blocco Studentesco manifestent contre le gouvernement Monti

27/09/12 – 12h00
ROME (NOVOpress)
– « La génération perdue se révolte contre le gouvernement des barons ». C’est sur cette thématique que près de 2.000 étudiants se sont rassemblés hier matin (mercredi 26 septembre) dans les rues de Rome à l’appel du Blocco Studentesco, le syndicat étudiant de Casapound Italia.

« A l’assaut de l’avenir ! », « Jeunesse au pouvoir !» et «Sauvons l’éducation publique et l’Etat social !», tels étaient quelques-uns des slogans qui retentissaient hier matin dans les rues de la capitale italienne.

Lire la suiteRome : 2.000 étudiants du Blocco Studentesco manifestent contre le gouvernement Monti

Italie : la Cour de Cassation confirme le droit d’asile homosexuel pour les Africains

Italie : la Cour de Cassation confirme le droit d’asile homosexuel pour les Africains

Crédit photo : Philippe Leroyer via Flickr (cc). Gay pride, Paris, juin 2011
25/09/2012 – 08h00
ROME (NOVOpress) — La première brèche avait été ouverte il y a deux mois, quand un juge de paix de Padoue avait suspendu un avis d’expulsion contre un Nigérian en situation irrégulière, lequel s’était déclaré homosexuel. « Il s’agit, s’étaient alors félicitées les immigrationnistes, d’un premier pas très important : il démontre l’ouverture de notre pays vis-à-vis des homosexuels étrangers persécutés dans leur pays ».

Lire la suiteItalie : la Cour de Cassation confirme le droit d’asile homosexuel pour les Africains

Rome : Casapound prend la direction de la révolution

Rome: Casapound prend la direction de la révolution

24/09/12 – 14h10
ROME (NOVOpress)
– « Direction Révolution ! », tel était le thème des traditionnelles journées de rentrée politique du mouvement Casapound Italia.

Ce sont ainsi plusieurs centaines de militants, venus de toute l’Italie et même de quelques pays européens voisins (notamment la France et l’Espagne) qui se sont rassemblés à « Area 19 », la station de métro abandonnée occupée par Casapound depuis plusieurs années, pour assister à des conférences, des débats, des concerts et même une pièce de théâtre originale, écrite et montée par la troupe artistique rattachée au mouvement.

Lire la suiteRome : Casapound prend la direction de la révolution

Crise sociale en Italie: Casapound dénonce l’incapacité du gouvernement « technique »

Crise sociale en Italie: Casapound dénonce l'incapacité du gouvernement « technique »

12/09/12 – 10h00
ROME (NOVOpress)
– À la suite de la journée de manifestation des ouvriers de l’usine d’aluminium Alcoa (Sardaigne) dont l’activité est quasiment condamnée à la disparition, le mouvement Casapound a dénoncé l’impéritie du gouvernement de Mario Monti, entièrement soumis aux diktats de la finance internationale relayés par les institutions de l’Union Européenne.

Lire la suiteCrise sociale en Italie: Casapound dénonce l’incapacité du gouvernement « technique »

Italie : gouvernement Monti, 8 mois d’échecs

Italie : gouvernement Monti, 8 mois d'échecs

04/09/12 – 16h00
ROME (NOVOpress)
– Combien de temps encore Mario Monti (au centre, photo ci-dessus), avec l’aide des médias internationaux, va-t-il pouvoir continuer à rendre les précédents gouvernements responsables de la situation économique catastrophique de l’Italie ?

Lire la suiteItalie : gouvernement Monti, 8 mois d’échecs

Les immigrés quittent l’Italie “au profit” de la France

Les immigrés quittent l’Italie pour la France

31/08/2012 — 19h00
ROME (NOVOpress) — Le pauvre homme ! Tartuffe-Riccardi devrait être heureux. Son immigrationnisme frénétique lui vaut tous les honneurs. Il est ministre de la Coopération internationale et de l’intégration dans le gouvernement italien de la Goldman Sachs. François Hollande, à peine élu, s’est hâté de le nommer commandeur de la Légion d’honneur. Nul doute que, lors qu’il mourra, la puissante communauté Sant’Egidio, dont il est le fondateur, le portera sur les autels conciliaires ou ce qui en tient lieu.

Lire la suiteLes immigrés quittent l’Italie “au profit” de la France

Italie : Monti ne connaît pas l’hymne national !

Italie : Monti ne connaît pas l’hymne national !

03/07/2012 — 08h00
ROME (NOVOpress) — De sa déroute face à l’Espagne dimanche à Kiev, l’Italie a particulièrement retenu une image : celle de la tribune officielle où le Premier ministre Mario Monti bredouille le début de l’hymne national (Fratelli d’Italia, écrit par Goffredo Mameli en 1847, le grand chant du Risorgimento), puis s’interrompt brusquement et reste silencieux, l’air égaré, pendant que joueurs italiens et supporters chantent à pleins poumons.

Sur Twitter, l’indignation se déchaîne immédiatement : « Offrons le texte de l’hymne à Monti », écrivent de très nombreux internautes, tandis que d’autres ironisent : « Il sait seulement l’hymne de la Goldman Sachs ». Au lendemain du match, beaucoup de sites, comme Libero, accusent carrément Monti de « nous avoir porté la poisse ».

Ironiquement, la Chambre des députés a adopté le mois dernier une loi pour faire enseigner l’hymne de Mameli dans les écoles et pour instituer une « Journée de l’Unité nationale, de la Constitution, de l’Hymne et du Drapeau », fixée au 17 mars (date de la proclamation à Turin, en 1861, de l’Unité italienne). Il est vrai qu’il s’agissait aussi (surtout ?) d’une manœuvre politique contre la Ligue du Nord, seul parti à voter contre. « Nous ne serons disposés, a expliqué le député ligueur Davide Cavallotto, à chanter l’hymne italique que lorsque nos peuples jouiront d’une égale dignité. Tant que nos langues, comme le piémontais et le vénitien, ne seront pas respectées et reconnues par l’État central, il ne pourra pas y avoir de respect pour ceux qui oppriment la liberté de peuples qui ont des millénaires d’histoire ».

Gageons que ce ne sont pas des considérations de ce genre qui ont empêché Monti de chanter l’hymne national.

Italie : en toute discrétion, l’invasion continue

Italie : en toute discrétion, l’invasion continue


12/06/2012 – 08h00
ROME (NOVOpress) — Depuis que Mario Monti est au pouvoir, les débarquements de clandestins semblent n’être plus qu’un souvenir. On ne voit plus jamais toutes ces images de « réfugiés » entassés sur les épaves, de femmes au dernier stade de la grossesse, d’enfants terrifiés, de cadavres échoués sur les plages, que les médias passaient et repassaient naguère en boucle, pour culpabiliser les Italiens de souche et paralyser toute réaction du gouvernement Berlusconi, réduit – la Lega « xénophobe » et « raciste » en tête – à jouer indéfiniment les sauveteurs en mer, en attendant que les flux d’immigrés veuillent bien s’arrêter tout seuls. Le 28 mars dernier, le ministre de l’Intérieur de Monti, Annamaria Cancellieri, avait tenu à rassurer ceux, s’il en était, qui s’inquiéteraient encore : il n’y aurait eu depuis janvier que 1.407 débarquements, contre près de vingt mille dans la même période de l’année dernière.

Dans un article paru la semaine dernière dans Libero, le journaliste Salvatore Garzillo a rétabli la vérité : « les bateaux arrivent encore mais on n’en parle pas : l’urgence est niée ». Sur la base des journaux locaux – les seuls à donner parfois encore quelques informations, l’espace d’un entrefilet –, Garzillo a cité des exemples, qui sont loin d’être exhaustifs : 56 Kurdes, Irakiens et Afghans débarqués dans le Salento le 11 mai ; le lendemain, 23 Tunisiens recueillis par les garde-côtes et conduits à Mazara del Vallo en Sicile ; dix jours après, 54 Somaliens secourus sur un canot pneumatique au large de Lampedusa ; le 31 mai, 198 personnes arrivées sur les côtes du Salento à bord d’un bateau de trente mètres, et qui se sont immédiatement dispersées entre Otrante et Porto Badisco. Dans les premiers jours de juin, au moins 300 personnes ont débarqué sur les côtes méridionales de l’Italie : rien que dans la nuit du 1er au 2 juin, 70 immigrés sont arrivés sur un canot pneumatique à Seccagrande, en Sicile, tandis que 65, dont un enfant d’un an, étaient recueillis dans le canal de Sicile, et que 60 débarquaient le lendemain à Pozzallo (province de Raguse, toujours en Sicile).

Depuis la parution de l’article de Garzillo, la liste s’est encore allongée : à Crotone, en Calabre, 156 clandestins, Afgans, Syriens, Iraniens et Irakiens sont arrivés dans la nuit de samedi à dimanche, à bord de deux yachts partis d’Izmir (Smyrne) en Turquie. On compte parmi eux 68 mineurs. Beaucoup de parents étaient accompagnés de leurs enfants. Un couple afghan avait amené avec lui ses huit enfants, presque tous mineurs. Une famille nombreuse comme on n’en voit plus jamais parmi les Italiens de souche.

Dans les centres d’accueil, par exemple le centre Don Tonino Bello à Otrante, le personnel explique que les arrivées sont en réalité « en nette augmentation par rapport à l’année dernière. Il n’y a qu’une différence : avant, il y avait moins de bateaux mais remplis à craquer, à présent les débarquements sont plus nombreux, mais ils se font avec de petites embarcations. Le résultat final ne change pas beaucoup ». Les centres d’accueil continuent à fonctionner à plein régime, avec leur lot régulier de fuites et de révoltes.

Bref, l’invasion continue imperturbablement. Mais, sous les nouveaux maîtres de l’Italie, elle s’accomplit désormais sans bruit. Dans cette discrétion feutrée dont le gouvernement Monti a fait sa devise.

Crédit photo en Une : Friendsofeurope via Flickr (cc)

Pendant que l’Italie est ravagée par les tremblements de terre, Monti va déjeuner avec les immigrés

Pendant que l’Italie est ravagée par les tremblements de terre, Monti va déjeuner avec les immigrés

01/06/2012 – 08h00
ROME (NOVOpress) —
 Mardi, Mario Monti a affiché ses priorités. À 9 heures du matin, l’Émilie était secouée par un nouveau séisme, qui a encore aggravé la catastrophe humaine, économique et patrimoniale de cette malheureuse région. À midi, le premier ministre italien, flanqué de son ministre de la Coopération internationale et de l’intégration sociale, le catho-immigrationniste Andrea Riccardi, est allé, tout sourire, participer au déjeuner pour SDF de la communauté Sant’Egidio, au Transtévère (l’un des rioni de Rome, sur la rive droite du Tibre). Un déjeuner qui est l’emblème de la préférence étrangère, puisqu’il est essentiellement destiné aux immigrés, même si, avec la crise, de plus en plus de nouveaux pauvres italiens tentent désespérément d’y trouver une place. Selon le quotidien ex-communiste L’Unità la liste des hôtes « est pleine à craquer de Mohammed et de noms Rom ». Le déjeuner de Sant’Egidio avait du reste déjà fait la une des journaux le mois dernier, quand un Marocain, mécontent de devoir attendre pour se mettre à table, avait poignardé un serveur italien et un SDF «roumain ». Politiquement correct oblige, le porte-parole de la Communauté de Sant’Egidio avait alors parlé d’une « explosion de folie individuelle ».

Monti a posé complaisamment devant les caméras avec dans ses bras « Osman, deux ans et demi, né en Italie de parents sénégalais musulmans ». Pour L’Unità, « c’est le symbole de la journée ». Le premier ministre aurait également échangé des plaisanteries avec « Ivan », 36 ans, dont l’origine n’est pas précisée et que d’autres journaux présentent comme « retardé mental ». Monti a ensuite mangé le déjeuner commun : lasagnes, viande hachée avec pommes de terre et épinards, kiwi et fraises. Il est à présumer que tout était halal. Monti, en tout cas, a trouvé son repas « excellent ».

Pendant que l’Italie est ravagée par les tremblements de terre, Monti va déjeuner avec les immigrés
Mario Monti et le Président du Conseil Européen, Herman Van Rompuy, le 22 novembre 2011. Crédit photo : President of the European Council via Flickr (cc)

Cette ostentation immigrationniste risque d’aggraver encore le sentiment d’abandon des sinistrés de la région de Ferrare. Il y a quelques jours, l’un d’entre eux avait écrit au Corriere della Sera leur « rage de ne voir personne parmi les politiciens de premier plan, en dehors de la fugace apparition de Mario Monti, qui accomplisse la visite due à ce territoire ». Il faut dire que, lors du bref passage en question, après le premier séisme, Monti avait été copieusement hué et sifflé par les sinistrés, qui venaient de subir les mesures d’austérité imposées – aux Italiens – par le gouvernement : «Honte à vous, voleurs, vous pouvez rester chez vous ! » Pour essayer d’arranger les choses, le sous-secrétaire à la présidence du Conseil, Antonio Catricalà, avait cru habile d’expliquer : « Monti a été contesté, mais il l’aurait été aussi même s’il n’y avait pas eu de tremblement de terre ». Une fois rentré à Rome, peut-être sous l’effet de ces huées, le premier ministre avait annoncé que les maisons rendues inhabitables par le séisme seraient exemptées de taxe d’habitation cette année.

On comprend que Monti n’ait pas souhaité renouveler l’expérience et qu’il ait préféré aller se faire applaudir par les immigrés – et peut-être, parmi eux, un Italien retardé mental – à la communauté Sant’Egidio.

Image en Une : capture d’écran du site internet rainews24.it

Italie : Casapound souhaite un bon premier mai aux travailleurs suicidés

Italie: Casapound souhaite un bon premier mai aux travailleurs suicidés

02/05/12 – 12h00
ROME (NOVOpress)
– « Blu » (Blocco Lavotario Unitario), le syndicat du mouvement social Casapound a profité de la fête du travail pour dénoncer la vague de « suicides économiques » qui frappe aujourd’hui l’Italie à la suite des mesures de rigueur et des réforme ultra-libérales entreprises par le gouvernement non-élu de Mario Monti.

Afin de bousculer les traditionnels et consensuels défilés organisés par les syndicats du système et les partis de gauche, « Blu » a effectué dans plus de 50 villes à travers toute l’Italie une campagne d’affichage choc souhaitant « un bon 1er mai aux travailleurs suicidés », slogan souvent accompagné de la silhouette d’un pendu.

L’Italie est en effet frappée aujourd’hui par une vague sans précédent de suicides d’hommes et de femmes acculés au désespoir par la situation économique et sociale du pays.

Harcèlement fiscal, expulsion du domicile, perte d’emploi, pas une journée ne s’écoule dorénavant sans que les médias transalpins ne relatent une nouvelle tragédie provoquée par la politique du gouvernement Monti (précarisation de l’emploi, dérégulation, démantèlement des services publics, diminution de la protection sociale et juridique des travailleurs…).

Italie : Allongement des permis de séjour pour les immigrés non-européens

Italie : Allongement des permis de séjour pour les immigrés non-européens

02/05/2012 – 08h00
VENISE (NOVOpress) –
Une par une, méthodiquement, sans guère rencontrer d’opposition, le gouvernement Monti (photo de Mario Monti) démantèle les quelques barrières qui restreignaient encore la submersion migratoire de l’Italie. Dernière invention en date, la durée des permis de séjour va être prolongée.

L’annonce vient d’en être faite au nom du ministre de l’Intérieur par le préfet de Vénétie, Domenico Cuttaia, au cours d’une rencontre à Venise avec Andrea Riccardi, ministre de la Coopération Internationale de Monti, le préfet de police Fulbio Dalla Rocca, et les représentants des communautés immigrées.

La loi italienne prévoit que les permis de séjour ne sont donnés qu’aux immigrés qui justifient d’avoir un employeur. Leur durée dépend du type de travail, de six mois pour un travail saisonnier jusqu’à deux ans pour un emploi en CDI. Un immigré en recherche d’emploi peut bénéficier d’un permis de six mois. Or, avec la crise, de nombreux immigrés sont sans emploi, si bien que, sur 600.000 permis de séjour sur le point d’expirer, plus de la moitié risquent de ne pas pouvoir être renouvelés : perspective évidemment terrifiante et qui violerait la règle sacro-sainte selon laquelle tout immigré qui a mis le pied sur le sol européen a vocation à y rester indéfiniment. On peut ajouter à cela le cas particulier des Tunisiens de Lampedusa, auxquels le gouvernement Berlusconi avait distribué des permis de séjour dits humanitaires de six mois en avril 2011 : lesdits permis avaient été renouvelés pour six mois en octobre dernier, et sont donc de nouveau arrivés à expiration.

Au cours de la réunion avec le ministre Riccardi, le vice-président du Conseil provincial pour l’immigration de Vénétie, le Sénégalais Masaer Diane a donc « demandé une extension de la durée du permis de séjour, pour le porter à trois ans, pour faciliter la recherche d’un nouvel emploi en cas de licenciement, comme cela arrive ces mois-ci en raison de la crise. Nous demandons la possibilité d’un peu de sérénité ». Le catho-communiste Riccardi, fondateur de la communauté mondialiste Sant’Egidio, a évidemment apporté « un plein soutien » à cette demande. Riccardi est déjà intervenu afin que le permis pour immigré en recherche d’emploi soit porté de six mois à un an.

Mais la déclaration la plus importante a été celle du préfet Cuttaia, qui a annoncé que la décision du ministre de l’Intérieur en ce sens était imminente. La durée de tous les permis existants devrait être doublée.

Selon le préfet, cette prolongation facilitera aux immigrés la recherche d’un nouvel emploi, tout en allégeant la charge de travail du personnel des préfectures de police, « comme celle de Venise, mobilisée en permanence pour le renouvellement des permis ». Des mesures de régularisation des clandestins devraient en outre être adoptées.

Crédit photo : FriendsofEurope via Flickr, licence CC.

Bilderberg, Trilatérale et Wall Street : Monti en accusation au Parlement européen [vidéo]

Bilderberg, Trilatérale et Wall Street : Monti en accusation au Parlement européen [vidéo]

17/02/12 – 17h00
PARIS (NOVOpress) –
Séance difficile au Parlement européen mercredi pour le Premier Ministre italien Mario Monti, qui était reçu en assemblée plénière. Le chef de file des députés de la Ligue du Nord, Francesco Speroni, ancien ministre des réformes institutionnelles du gouvernement Berlusconi – avant d’être envoyé au Parlement européen comme un peu trop radical –, a rappelé « les grandes compétences financières » de Monti, acquises notamment « dans des cercles restreints comme Bilderberg et la Trilatérale ». Speroni a ensuite évoqué le récent voyage de Monti « à Wall Street pour rencontrer les maîtres de cette finance internationale qui nous a réduits à l’état que les citoyens de l’Union européenne et en particulier ceux de l’Euroland connaissent bien, à partir de leurs propres portefeuilles. Je me demande encore si vous avez rencontré vos complices ou vos maîtres ».

« Complices – a poursuivi Speroni – puisque, en tant que commissaire européen pendant dix ans, vous partagez la responsabilité de la situation économique et financière de l’Union. Maîtres, parce que, depuis que vous avez revêtu la charge de chef de gouvernement, sans passer par des élections démocratiques, vous vous employez brillamment à piller les contribuables, en jouant le rôle de receveur officiel de la finance internationale ».

Le nouveau Président du Parlement européen, le social-démocrate allemand Martin Schulz (généralement connu en Italie comme le kapo, depuis que Silvio Berlusconi lui avait donné ce surnom en 2003) a coupé la parole à Speroni, en lui éteignant son micro. Mais le mauvais quart d’heure de Monti n’était pas tout à fait terminé puisque l’intervenant suivant, le député européen français Bruno Gollnisch, l’a interrogé sur son manque de légitimité démocratique.

Monti n’a pas répondu à Speroni, qu’il a préféré couvrir de son ironie méprisante: « J’attends de pouvoir examiner le texte écrit de l’intervention, en raison de la complexité des points philosophico-systématiques qu’elle présente ». « Monti, a riposté Speroni, a essayé de me tourner en ridicule. Moi, au Parlement européen, je fais de la politique, pas de la philosophie. Je n’utilise pas les grands mots dont Monti a l’habitude dans les amphithéâtres universitaires. Je fréquente les gens normaux, je m’exprime simplement ».

Monti a répondu en revanche à Bruno Gollnisch, en français, et a reconnu avec une remarquable franchise, ou peut-être avec un remarquable cynisme, qu’il n’avait aucune légitimité démocratique. « Mais si on vous avait demandé à vous de prendre les rênes de votre pays dans un moment de difficulté, je ne sais pas si vous auriez refusé parce que vous n’aviez pas de légitimité démocratique ».

On reconnaît le modèle de la dictature romaine, très en vogue sous le fascisme. La démocratie italienne, depuis 1945, avait généralement évité de s’y référer, car, de la dictature à la romaine à la dictature tout court, la pente est aisée.

Image en Une : copie d’écran de la vidéo ci-dessus sur YouTube.