Entre le RN et Zemmour, une interrogation nommée Marion Maréchal

Reportage – Marine Le Pen fait visiter la Capitainerie

Lundi soir, porte de Saint-Cloud, la presse était conviée à l’inauguration des nouveaux locaux du Rassemblement national. Après le Paquebot et le Carré (Nanterre), voici la Capitainerie, plus volontiers appelée « le 114 » par les habitués. Côté pratique, l’équipe de la campagne présidentielle est moins éloignée des radios et des télévisions. Côté symbolique, a souligné Jordan Bardella, « on se rapproche de l’Elysée ». Le RN occupe trois étages d’un immeuble, dont un niveau dédié à la présidentielle, où se trouve le bureau de Marine Le Pen – dans des tons blancs, avec quelques touches vert empire. Le thème marin y prédomine, mais ce que l’on remarque dès l’entrée est le buste de Brigitte Bardot en Marianne, dédicacé à la candidate par notre actrice nationale qui – elle est la seule à le faire dans le milieu de la défense animale – pourfend avec courage l’abattage halal en abattoir ou… à domicile lors de l’Aïd el-Kébir.

Assaillie par les journalistes, Marine Le Pen s’est livrée à une conférence de presse informelle. Déclarations prises au vol : elle demande que l’Otan serve à lutter contre l’islamisme, sous forme de coalition internationale – l’islamisme étant une menace pour tous les pays, y compris ceux du Moyen-Orient. Elle veut une réforme de l’hôpital avec d’une part, pour commencer, un moratoire sur la fermeture des lits, et d’autre part une spécialisation des urgences : des urgences pour les personnes âgées, des urgences « médecine de garde » pour ceux qui cherchent un médecin – chose désormais impossible à trouver en France le soir, la nuit ou le week-end. Quant au vaccin, il est pour Marine Le Pen une efficace protection individuelle puisqu’il préserve d’une forme grave du Covid, mais il n’est pas une protection collective puisqu’il n’empêche pas de l’attraper. En ce sens c’est plus un traitement qu’un vaccin. L’énergie ? « Un sujet essentiel. Si on parle de souveraineté, on ne peut pas ne pas parler d’énergie. C’est un des éléments fondamentaux de notre indépendance. » Marine Le Pen sera d’ailleurs dans les Bouches-du-Rhône en fin de semaine, où elle visitera ITER, le réacteur thermonucléaire expérimental international.

Et Zemmour ? Son irruption dans le jeu politique n’a pas été une surprise pour Marine Le Pen, puisque cela faisait des mois qu’on savait qu’il allait se lancer dans l’aventure. « C’est l’agitation médiatique qui a été une surprise, peut-être même pour lui. » A la question de Présent : est-ce que la présence d’Eric Zemmour n’a pas forcé votre camp à se remettre en question alors que tout semblait acquis pour le second tour en avril 2022, Marine Le Pen répond : « Une concurrence est toujours positive, parce qu’elle oblige à se surpasser, à être meilleur. Ça a peut-être été un électrochoc pour les équipes, mais pas pour les idées : celles du RN sur l’immigration et l’insécurité, par exemple, sont bien connues des Français et rencontrent leur adhésion. Eric Zemmour ne fait aucune nouvelle proposition. »

Si Zemmour s’en est pas mal pris à Marine Le Pen ces dernières semaines, celle-ci n’entend pas rentrer dans ce petit jeu. Jordan Bardella le rappelle : « Notre adversaire dans cette campagne, c’est Emmanuel Macron. Notre objectif est de le remplacer pour que Marine Le Pen, qui défend des idées majoritaires dans le pays, puisse les mettre en œuvre de façon concrète, pour le bien-être des Français. »

Samuel Martin

Article paru dans Présent daté du 16 novembre 2021

Visite présidentiable – Orbán et Marine Le Pen sur la même ligne

Orban marine le pen

La dirigeante du Rassemblement national a été reçue en grande pompe mardi par le Premier ministre hongrois Viktor Orbán. Comme on aime à le souligner dans l’entourage de Marine Le Pen, si sa nièce Marion Maréchal et le polémiste et candidat non déclaré Eric Zemmour avaient été reçus par Orbán il y a un mois à l’occasion du 4e Sommet démographique auquel ils avaient participé, « ils ont été reçus en tant qu’intellectuels, en marge d’un colloque ; Marine Le Pen ne va pas rencontrer Viktor Orbán dans sa bibliothèque mais dans ses bureaux! » (dixit l’eurodéputé Philippe Olivier). Mais comme l’a déclaré le Hongrois, répondant à la question d’un journaliste français lors de la conférence de presse commune avec Marine Le Pen, il n’est pas question d’apporter un soutien à l’un ou l’autre des candidats à la présidentielle française car « il faut être respectueux de ses hôtes » et le gouvernement magyar ne peut « pas prendre de position sur ce qui ne regarde que le peuple français ».

Il n’empêche que recevoir Marine Le Pen avec les honneurs est une manière de jeter les bases d’une coopération entre nos pays dans l’éventualité d’un changement de l’équipe dirigeante à Paris. De son côté Marine Le Pen était venue afficher son soutien à Viktor Orbán et à sa majorité parlementaire et montrer que le rapport de forces pourrait bien changer au sein de l’UE après les élections d’avril en France. Ce n’est pas inutile pour le Premier ministre hongrois alors que son opposition va présenter un candidat unique à l’issue d’un processus de primaires qui a abouti il y a une dizaine de jours et qu’elle compte faire campagne avec notamment la promesse d’améliorer les relations avec Bruxelles.

Lors de la conférence de presse conjointe, le Premier ministre hongrois a remercié Mme Le Pen et son parti pour ses positions au Parlement européen en défense de la Hongrie, et il a fustigé la dérive de l’UE : « Actuellement en Europe, il y a une pression idéologique jamais vue encore. (…) Pour nous ce n’est pas quelque chose de nouveau. Nous avons déjà connu la doctrine Brejnev. (…) Nous savons donc ce que c’est, un centre idéologique qui ne reconnaît pas la pluralité des opinions et qui veut nous contraindre à respecter un seul cadre idéologique. » De même, Marine Le Pen a critiqué cette UE qui « s’envisage désormais de plus en plus comme un Etat unitaire centralisé (…) Nous n’avons plus affaire à une volonté de coopération mais une volonté d’asservissement, non plus à une organisation interétatique mais un à véritable empire ». Répondant à la question d’un journaliste français sur la loi hongroise de protection des enfants, qui interdit l’endoctrinement LGBT à l’école, Marine Le Pen a d’ailleurs répondu qu’elle ne défendait pas la souveraineté de la France pour aller dire aux Hongrois quelles sont les lois qu’ils doivent se donner, et que c’est sur les questions communes, comme l’immigration, que les nations européennes sont appelées à travailler ensemble.




Faisant écho à la tirade d’Orbán sur la doctrine Brejnev remise au goût du jour par l’UE, avec le chantage financier de la Commission et de certains gouvernements (dont celui de Castex) qui a remplacé les chars du Pacte de Varsovie, la candidate du RN a déclaré : « La Hongrie de 2021, sous votre conduite, Monsieur le Premier ministre, se place une nouvelle fois et conformément à sa vocation multiséculaire à la pointe du combat pour la liberté des peuples, ce combat si essentiel dans un monde en proie à la tentation totalitaire, ce combat sans lequel il n’y a pas de liberté des personnes. »

Sur les souverainetés nationales, sur les limites des compétences de l’Union européenne inscrites dans les traités et à faire respecter, sur la politique énergétique et le risque que les propositions de la Commission européenne en matière de lutte contre le réchauffement climatique ne détruisent les classes moyennes (dixit Orbán) et aussi les classes modestes (dixit Le Pen), et aussi sur la nécessité de former une alliance des souverainistes au Parlement européen, les deux responsables politiques ont affiché leur convergence de vues tout au long de cette conférence de presse.

Olivier Bault

Article paru dans Présent daté du 27 octobre 2021

Marine Le Pen : confidences sur Eric Zemmour [vidéo]

Marine le Pen

26/10/2021 – FRANCE (NOVOpress)
Samedi 23 octobre 2021 – En marge de son déplacement à la foire agricole de Poussay dans les Vosges, Marine Le Pen s’est confiée à Livre Noir, sans filtre.

Un début de campagne présidentielle bousculé par la percée d’Éric Zemmour dans les sondages. Un phénomène qui ne semble pas pour autant déstabiliser la candidate “habituée à la violence en politique”.

Âpreté de la vie politique, équilibre avec sa vie personnelle, confidences sur Éric Zemmour, Jordan Bardella et Marion Maréchal et l’après-Le Pen, Marine nous dit tout.


Cette semaine dans Valeurs Actuelles : L’interview verité de Marine Le Pen : Zemmour, Macron, sa stratégie…

“J’ai peur du mondialisme, de la société qu’on nous propose” – L’humoriste Philippe Chevallier votera pour Marine Le Pen en 2022

Immigration : le référendum que propose Marine Le Pen, par Francis Bergeron

référendum immigration

Marine Le Pen a tenu mardi une conférence de presse pour faire le point sur sa campagne et son programme. Le thème essentiel a porté sur le référendum qu’elle entend soumettre aux Français dès son élection acquise. Un référendum qui porterait sur le thème central de la présidentielle : l’immigration.

On peut regretter que les sujets abordés par la candidate du RN, depuis qu’elle a annoncé sa candidature, aient presque exclusivement tourné autour de l’insécurité, de l’immigration, du terrorisme islamiste. D’autant que, sur ces sujets, Darmanin, Bertrand, Pécresse, ont cherché, ces derniers mois – et plus ou moins réussi –, à pratiquer une surenchère. Darmanin en avait fait l’aveu lors de son débat de février dernier, quand il avait brocardé la tiédeur supposée des positions de Marine Le Pen.

Pour la suite, pour la mise en œuvre de mesures concrètes, c’est tout autre chose. Et la différence entre le programme « tiède » de Marine Le Pen et les engagements ronflants d’une Pécresse, d’un Bertrand ou d’un Darmanin, c’est que ces derniers ont tenu (et tiennent encore) les leviers du pouvoir et qu’ils ne nous ont guère convaincus, à ce jour, de leur réelle volonté d’agir sur ce terrain.

La proposition de Marine Le Pen d’organiser un référendum après son élection bouleverse les données du problème, et va obliger les macronistes comme le marais LR à entrer dans le dur du sujet, au-delà des effets de manche. « Elue présidente, je proposerai un référendum où la question sera simple : approuvez-vous le projet de loi C2I (citoyenneté, identité, immigration), qui comprendra un plan complet de maîtrise de l’immigration ? »

Le point déterminant de ce référendum serait l’inscription dans la Constitution de la maîtrise de l’immigration, de la priorité nationale, de la prééminence du droit français afin de permettre une révision de « l’ensemble du droit applicable aux étrangers » vivant en France ou ayant l’intention de s’y rendre.

Ni Darmanin, ni Bertrand, ni Pécresse ne peuvent se placer sur ce terrain, introduire de tels concepts dans la Constitution. Cela redonnerait certes une maîtrise des flux migratoires au pays, mais ce serait une première, un bannissement presque certain de l’Union européenne (il faudra en effet que la France s’affranchisse de la charte européenne des droits fondamentaux), voire de l’ONU.

La France traitée comme la Corée du Nord

La radicalité de cette proposition est spectaculaire. Le risque serait évidemment que la France soit mise au même niveau que la Corée du Nord, traitée en pestiférée absolue, mondialement boycottée. Pourtant si la question de la submersion migratoire doit être au cœur de la campagne présidentielle – et ceci est de moins en moins contesté par une majorité des Français –, cette approche par référendum et par modification de la Constitution est certainement la bonne. Mais elle va mettre d’emblée la droite dans un sérieux embarras.

Passer sous silence ou minimiser la portée de cette proposition, la traiter d’utopique, sera le premier réflexe de la droite et des macronistes. Et Zemmour ? Va-t-il se rallier à cette proposition, l’intégrer à son propre programme ? Ou pense-t-il à une autre voie, tout aussi radicale ?

Pour l’heure, Marine Le Pen a au moins réussi à revenir, par la grande porte, dans le débat présidentiel.

Francis Bergeron

Article paru dans Présent daté du 29 septembre 2021

Marine Le Pen présente son projet de référendum sur l’immigration

Marine Le Pen se présente comme l’avocate “des libertés” pour l’élection présidentielle de 2022 qui sera, selon elle, “un choix de civilisation”

Congrès du Rassemblement national : Marine Le Pen rêve de transformer ce qu’elle perçoit comme une «victoire idéologique en victoire politique»

Robert Ménard : « Gagner une élection, c’est réunir une majorité »

Robert Ménard

Au lendemain du second tour des élections départementales et régionales, le maire de Béziers revient sur ce « vrai rejet des partis politiques ». Concernant les mauvais scores du Rassemblement national, Robert Ménard pense que l’abstention n’est pas la seule explication à chercher.

Le second tour des élections régionales et départementales a eu lieu hier. L’abstention a progressé dans certaines régions. Est-ce préoccupant ?

C’est plus que préoccupant, c’est un poison pour la démocratie. Je parie que l’ensemble de la classe politique l’aura oublié dans trois semaines et on repartira comme si de rien n’était. Il y a un désaveu, une scission, un apartheid qui s’est mis en place entre la classe politico médiatique et les petites gens. On n’arrive pas à combler ce gouffre qui touche tous les partis. On pouvait espérer que le Rassemblement national était à l’abri de cette critique de tous les partis parce qu’il n’a pas été au pouvoir. Il y a un vrai rejet des partis politiques.

16 % des Français font confiance aux partis politiques. Derrière un certain nombre d’autres raisons comme le Covid, il y a aussi le désaveu profond d’une classe politique.

Le Rassemblement national espérait beaucoup mieux de ces élections. Ce parti compte surtout sur le vote des abstentionnistes et des contestataires. Les abstentionnistes, les contestataires, les anti système n’ont pas trouvé dans le Rassemblement national, un moyen de l’exprimer dans les urnes.

Il y a plusieurs points dans votre question. L’abstention frappe particulièrement son électorat et en particulier les classes populaires. Que l’on puisse réduire les mauvais scores du Rassemblement national à l’abstention et s’en prendre aux abstentionnistes pour expliquer une faiblesse terrible au second tour encore pire que le premier, je crois qu’il y a d’autres explications. Il y a aussi un problème d’identification, d’incarnation des idées du Rassemblement national. Les gens sont prêts à voter pour des idées, mais ils votent aussi pour les gens qui portent les idées. Le manque de cadre et de leaders du Rassemblement national est un vrai problème. Certaines personnes ont du talent, mais pour emporter l’adhésion, il faut avoir une capacité à dire un certain nombre d’idées que les candidats nationaux n’ont pas, n’ont plus ou n’ont jamais eues.

Marine Le Pen ne s’exprimera pas dans les médias jusqu’au congrès de Perpignan parce qu’elle est sous le feu des critiques. Les partisans de la candidature d’Eric Zemmour à la présidentielle masquaient difficilement le fait qu’ils se frottaient les mains suite à ce résultat.
Marine Le Pen est-elle la bonne candidate ? Est-ce qu’une candidature alternative doit émerger ?

Je ne me frotte pas les mains des déboires du Rassemblement national. Cette droite nationale est mangée de l’intérieur par les rivalités, les guerres d’égo, les histoires d’il y a quarante ans et les rancunes. Je suis étranger à toutes ces histoires-là et j’ai la ferme intention de rester à distance de cela.

Je pense que Marine Le Pen a mis en œuvre une certaine normalisation qui me semble aller dans le bon sens. Normalisation ne veut pas dire alignement sur le reste de la droite. Cela veut dire essayer de répondre à cette interrogation terrible dont personne n’est capable d’y répondre. Comment se fait-il que les idées que l’on défend trouvent souvent un écho majoritaire en France, alors qu’en même temps le reste des partis appelle à un front républicain, les gens répondent à ce front républicain ? On continue à faire peur à une partie de la population. Pardon de le dire, ce ne serait pas une candidature encore plus clivante que celle de Marine Le Pen, bien plus à droite et bien plus radicale, qui va répondre à cette interrogation-là et qui va permettre de gagner l’élection. Je rappelle que gagner l’élection n’est pas se faire plaisir en allant toujours plus loin dans la radicalité. Gagner une élection c’est réunir une majorité des Français et réussir une alchimie entre le vote populaire qui dépasse le vote de droite et un vote conservatoire plus libéral économiquement. Monsieur Sarkozy l’avait fait en 2007.

Sommes-nous capables de le faire ? Y a-t-il quelqu’un d’autre que Marine Le Pen ?

Les sondages sont cuisants pour les autres candidats qui penseraient s’imposer.

La question ne se pose pas. Vous soutenez Marine Le Pen en 2022.

Cela fait quatre ans que j’essaie de trouver une alternative. Cette alternative n’est pas là. Je vous rappelle que l’on vote dans moins d’un an et je ne veux pas faire le lit de monsieur Macron.

Tribune reprise de Boulevard Voltaire

Élections régionales : l’heure de la remise en question pour le Rassemblement national ?

Dimanche dernier, était ici évoquée l’éventuelle possibilité d’un “sursaut citoyen”. Avec tout juste 2 % d’électeurs supplémentaires ayant daigné se rendre aux urnes, nous en sommes loin ; alors que toutes les forces en présence appelaient au dit “sursaut”.

Il était donc logique que ces résultats de second tour viennent confirmer, tout en les amplifiant, ceux du premier. Les sortants de LR et du PS sont reconduits. Les écologistes de EELV marquent le pas. Les mélenchonistes de LFI sont laminés. La République en marche est inexistante. Quant au RN, c’est la dégringolade. On lui promettait d’une à trois régions, voire plus ? Il n’en aura aucune.

Cette défaite est d’autant plus cinglante que même en PACA, Thierry Mariani, pourtant arrivé en tête dimanche dernier, est sèchement remercié, abandonnant plus de dix points à son adversaire, Renaud Muselier. Qu’en déduire ?

Allons court : les résultats des LR, qu’ils soient ou non en rupture du parti fondé par Nicolas Sarkozy, risquent d’être problématiques pour une échéance de 2022 annonçant pléthore de candidats potentiels, Xavier Bertrand, Valérie Pécresse, Laurent Wauquiez, pour ne citer que ceux-là, sans oublier les querelles internes à venir allant avec. Une droite gouvernementale qui retrouve donc le sourire, mais l’on sait aussi, jurisprudence François Fillon oblige, qu’une élection présidentielle donnée gagnante peut être parfaitement perdue. Quant au Parti socialiste, il démontre qu’il redevient ce qu’il a toujours été avant François Mitterrand et sa prise en main en 1971 : un parti de notables.

En revanche, la situation du Rassemblement national est autrement plus périlleuse. En effet, le prochain congrès du mouvement lepéniste, qui devrait se tenir à Perpignan la semaine prochaine, s’annonce des plus aigres. Si la région PACA était tombée dans son giron, Marine Le Pen aurait pu exciper de ce succès pour masquer les faiblesses structurelles de son parti. Là, elle risque de se retrouver au pied du mur.

Car même si la liberté d’expression en interne n’est pas tout à fait la marque de fabrique de ce mouvement, elle ne pourra pas faire l’économie de ces questions :

Pourquoi 71 % des électeurs lepénistes ne se sont-ils pas déplacés ? On peut certes évoquer l’abstention de masse, mais les sondeurs assuraient que cet électorat était le plus sûr de son vote. Il est donc indéniable que le RN ne fait pas, ou ne fait plus envie ; et cela ne saurait être la seule faute du « Système ».

Pourquoi est-elle manifestement incapable, au contraire de son père, de faire coexister au sein de son parti, les diverses nuances de la droite de conviction, sans oublier ceux qui ont des convictions et qui ne sont pas forcément de droite ? L’autoritarisme peut certes payer, mais à condition que le succès soit au rendez-vous ; et quand les échecs s’enchaînent, l’autocratie peut vite prendre des airs de tyrannie…

Pourquoi, et là, elle imite son père, indexe-t-elle toujours la stratégie du RN sur l’élection présidentielle, tout en négligeant élections locales et corps intermédiaires – dont ses propres cadres de province, trop souvent pris de haut –, au profit de cette éternelle « mère des batailles », cet étendard si souvent brandi, mais auquel manque la hampe ; soit le substrat intellectuel et politique, l’enracinement dans cette France d’en bas, peut-être trop invoquée dans les discours et pas assez dans les faits ?

Certes, le pouvoir nécessite l’incarnation en une personne. Et le nom de Le Pen, qui en est l’un des symboles, ne suffit manifestement pas ; ou plus.

Marine Le Pen ne pourra pas faire l’économie de cette réflexion ; mais cette fois, elle ne pourra pas la mener seule.

Nicolas Gauthier

Tribune reprise de Boulevard Voltaire

Marine Le Pen : «Moi, j’ai à dire quelque chose à ceux qui ont choisi Monsieur Youssoupha et comme ce n’est pas le président de la FFF, j’en conclus que c’est à l’Elysée qu’il a été choisi»

La candidature d’Éric Zemmour, une chance pour Marine Le Pen ?, par Jean-Yves Le Gallou

zemmour candidature

Ira ? N’ira pas ? Les spéculations vont bon train à propos de la possible candidature d’Éric Zemmour à l’élection présidentielle. Pour les uns, c’est un leurre, il n’ira pas pour garder son audience médiatique, son éditeur, son influence métapolitique et… ses revenus. Pour d’autres, en cette année du bicentenaire de Napoléon qu’il admire, il franchira le Rubicon et se jettera dans le grand bain politique. Affaire à suivre…

Les craintes du Rassemblement national

Affaire déjà suivie au Rassemblement national. Pour Philippe Olivier, immédiatement repris par Marine Le Pen, la candidature Zemmour, c’est le risque Taubira. Une comparaison peu flatteuse. Pour Eric Zemmour d’abord : Taubira n’avait rassemblé que 2 % à la présidentielle de2002. Mais peu majorative surtout pour Marine Le Pen : Jospin avait alors perdu les 2 % de suffrages décisifs et était tombé à 16 % ce qui l’avait éliminé du deuxième tour. Étrange tout de même que Marine Le Pen ait un tel manque de confiance en elle alors qu’elle caracole en tête de la présidentielle à 27 % dans les sondages d’opinion.

En vérité la vraie question est la suivante : quel est le véritable objectif de Marine Le Pen ?

S’assurer seulement un bon premier tour en mai 2022 ? Et finir au deuxième tour, certes vaincue, mais en améliorant le résultat de 2017 ? Et se maintenir ainsi en piste pour 2027, voire 2032 ?
Ou bien prendre la mesure du délitement de la France, de l’ampleur du Grand Remplacement et de l’urgence d’y mettre un terme ? Et donc se battre non pour témoigner mais pour gagner.

Pour cela il faut deux conditions : une mobilisation du maximum d’électeurs possible au premier tour et des réserves de voix susceptibles de se rallier au deuxième tour.
C’est ici qu’une candidature Zemmour pourrait s’avérer précieuse pour Marine Le Pen.

L’atout chance de Marine Le Pen ?

Zemmour pourrait participer à la recomposition du paysage politique et mobiliser trois électorats jusqu’ici rétifs à Marine Le Pen :

– la droite souverainiste et hors les murs (de l’ordre de 5 % à 7 %),
– les LR « de droite », conscients du délitement du pays, les fillonnistes volés de la campagne de 2017, les aficionados de Wauquiez ou Bellamy qui peuvent difficilement se reconnaitre dans Pécresse ou Bertrand, qu’une feuille de papier à cigarettes parvient à peine à distinguer de Macron et de La République En Marche (aussi de l’ordre de 5 % à 7 %),
– des abstentionnistes en rupture avec le système mais qui peinent à adhérer à Marine Le Pen faute de confiance et de crédibilité (a minima quelques pourcents).

Notons d’ailleurs que les sociologies des électeurs de Marine Le Pen et des partisans de Zemmour ne sont pas les mêmes. C’est chez les CSP + et les urbains que Zemmour cartonne sur CNEWS et sur les réseaux sociaux. Plus que dans les Hauts de France où Marine Le Pen qui a la « fesse populaire » remporte un incontestable succès.

Bref on ratisse mieux à deux que tout seul ! Et Il est très clair qu’au soir du premier tour le total de voix rassemblées par Éric Zemmour et Marine Le Pen serait supérieur à ce que serait susceptible de rassembler la seule candidate du Rassemblement national. Qui disposerait alors d’un réservoir de voix pour le second tour et du soutien d’un homme radicalement critique du politiquement correct, tout en bénéficiant d’une certaine aura et d’un grand tissu relationnel au sein du système. Ce qui reste un atout incontestable.

Les craintifs bien sûr peuvent redouter que la candidature Zemmour ne fasse « pschitt ». C’est possible. Ou qu’elle marche trop bien conduisant à diviser les voix nationales en deux parts trop égales, c’est aussi envisageable.

Les amateurs de politique fiction peuvent aussi évoquer deux scénarios catastrophes : pour les nationaux, si les deux candidats s’éliminaient l’un l’autre ; ou pour les tenants du système, si les deux candidats – à la faveur d’un chaos sécuritaire ou migratoire – se qualifiaient l’un et l’autre pour le second tour.

L’histoire est le lieu de l’imprévu. Reste que pour Marine Le Pen l’atout chance pour accéder à l’Élysée serait une candidature Zemmour !

Jean-Yves Le Gallou

Texte daté du 31 mai 2021 et repris du site Polémia

Près de 75% des policiers actifs auraient l’intention de voter pour le parti de Marine Le Pen, selon une récente étude effectuée par le CEVIPOF

Me Gilbert Collard : « On a la preuve qu’il y a une mécanique politique de répression judiciaire qui porte atteinte à l’honneur ! »

Gilbert Collard

Le tribunal de Nanterre a décidé la relaxe de Marine Le Pen et de Me Gilbert Collard, qui étaient poursuivis pour avoir publié, en 2015, sur Twitter, des photos d’exactions de l’État islamique.

Vous avez été relaxé ainsi que Marine Le Pen dans l’affaire des tweets montrant les exactions de Daech. Vous aviez, à l’époque, dénoncé un procès politique. Visiblement, la Justice vous a donné raison.

Oui, c’est une bien belle chose lorsque la Justice est indépendante. Il faut quand même rappeler que pour arriver à cette décision de relaxe, au point que les revues juridiques s’y intéressent, il a fallu passer par deux demandes de levées d’immunité parlementaire. La première a été refusée par une commission à majorité socialiste. La seconde acceptée par une majorité à composante de La République en marche et des Républicains, passée par un juge d’instruction qui n’a pas eu le courage de rendre une ordonnance de non-lieu. Et se retrouver, après plusieurs années, devant un tribunal. Tout cela pour des faits qui n’auraient jamais dû faire l’objet de poursuites. On a la preuve qu’il y a une mécanique politique de répression judiciaire qui fatigue et qui porte atteinte à l’honneur, et une mécanique de décisions de justice qui, lorsqu’elle est indépendante, fait la leçon à toute cette mécanique de poursuite.

C’est un coup monté par les hommes de main de M. Hollande, tant au Parlement qu’au ministère de l’Intérieur. Cette affaire a été montée de toutes pièces pour nous faire du tort.

Un procureur nous a fait convoquer par la police et par un juge d’instruction, tout cela pour un jugement qui est remarquablement motivé et qui nous ramène, finalement, au départ. Jamais nous aurions dû être poursuivis. Il va falloir, un jour, que l’heure sonne des responsabilités.

Maintenant que vous avez été relaxés, envisagez-vous de porter plainte pour procédure abusive ?

Je n’en ai pas fini avec le Parlement. J’ai donc saisi la Cour européenne au sujet de la levée de mon immunité. Croyez-moi, je n’appartiens pas à la catégorie des gens qui lâchent et je ne lâcherai pas !

Tribune reprise de Boulevard Voltaire