Entretien – Diane de la Manif pour tous : « Je n’ai pas envie qu’on détruise le corps de la femme pour assouvir les désirs des uns et des autres »

Diane Manif pour Tous

Voici un nouvel volet de la série Place des femmes, avec Diane, « Marianne » de la Manif pour tous.

Je m’appelle Diane, j’ai 22 ans. Je suis Marianne au sein de la Manif pour tous.



Quel est votre combat ?

Mon combat est pour lutter contre la GPA et la PMA pour toutes.

Pourquoi cet engagement ?

Je me suis sentie touchée parce que je suis une jeune femme. Je n’ai pas envie que l’on détruise l’image du corps de la femme et qu’on s’en serve en tant qu’objet pour assouvir les désirs des uns et des autres. J’ai participé à plusieurs actions en tant que Marianne pour représenter la jeunesse féminine et pour représenter notre lutte contre les atteintes faites aux droits des femmes et à leur dignité.

Qu’est-ce que le vrai féminisme ?

Pour moi, le vrai féminisme c’est tout simplement le respect du corps de la femme et le respect de sa dignité. On doit autant respecter une femme pauvre, riche ou d’une classe moyenne. Je me bats en tant que Marianne pour abolir la GPA au niveau universel. Beaucoup de gens disent que le seul moyen pour les femmes pauvres est d’être mère porteuse. En échange, elles reçoivent une somme d’argent. Il y a d’autres solutions. On parle de la marchandisation du corps de la femme, c’est-à-dire d’une nouvelle forme d’esclavage.

Pourquoi « Marianne » comme symbole ?

La Marianne est le symbole de la femme libre, mais une liberté maîtrisée et raisonnée.

Quel est votre modèle féminin ?

La femme qui m’inspire est Claire de Castelbajac. Elle est morte à 22 ans. C’était une jeune femme pétillante et souriante. Elle est morte d’une maladie grave très douloureuse. Et pourtant, elle restait toujours dans l’espérance et dans la joie. J’essaie de suivre un peu ses pas.

Avec la « PMA », on choisit de se passer des hommes… Est-ce possible ?

On ne peut pas se passer des hommes. Un enfant nait d’un homme et d’une femme. La nature est faite ainsi, je n’invente rien. Je ne vois pas pourquoi on chamboulerait la nature. Cela fait des désastres.

Quel message aimeriez-vous faire passer aux femmes ?

Soyez fières de ce que vous êtes, soyez fières de votre corps et soyez fières de vos valeurs.

Tribune reprise de Boulevard Voltaire

La gueule de la République – Les Mariannes idéologiques de Marlène Schiappa

Mariannes diversité

Lundi 8 mars 2021, dans le cadre de la Journée internationale des droits de la femme, Marlène Schiappa, ministre délégué à la Citoyenneté, ministère dont personne ne connaît la feuille de route réelle, sinon son caractère de récompense pour bons et loyaux services, auparavant secrétaire d’Etat chargé de l’égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations, « mettait à l’honneur » 109 femmes supposées être de « nouvelles Mariannes » qui, selon elle, représenteraient « la France et sa diversité ». De secrétaire d’Etat à ministre, ce n’est pas rien en République, même si les titres ronflants masquent un vide sidéral. L’action portée par Schiappa ce 8 mars en est la démonstration.

Le ministre délégué à la citoyenneté organisait donc une exposition dans le but, selon ses mots, de « célébrer » cette « diversité », dans un pays où l’idée de rendre hommage à Pétain, comme général de la Grande Guerre, ou à Charles Maurras donne de l’urticaire à la majorité idéologique au pouvoir. La « diversité », pour les prétendues élites mondialisées, un peu moins cependant en un monde aujourd’hui désenchanté par le coronavirus, prime donc l’héritage.

Que des femmes du peuple soient choisies et mises à l’honneur en France à l’occasion de cette journée, personne n’y trouvera à redire, au contraire. Cependant, Marlène Schiappa en profite, utilisant et manipulant de ce fait une grande partie de ces 109 femmes, pour pratiquer ce qu’elle fait le mieux : l’idéologie massive.

L’idée ? « Renouveler les visages de la République et de la Citoyenneté » par le biais d’une exposition visant à promouvoir « le sang neuf de la République » (d’aucuns s’étonneront que des manifestations antifas ne se soient pas immédiatement déclenchées face à une telle expression) qui serait « la figure de la France d’aujourd’hui et de demain ». Les portraits sont exposés au Panthéon. Ce sont des femmes de nombreux horizons, policières, infirmières ou aides-soignantes mais aussi pléthore de féministes et de femmes naturalisées. L’exposition va plus loin dans la volonté d’imposer le « réel » quasi sectaire qui anime LREM en exposant aussi, comme symbole de la République française donc, une femme transgenre et une femme noire voilée.

Les critiques ont immédiatement fusé, à l’exemple de la réaction de Lydia Guirous, sur Twitter. Selon elle, « LREM est toujours enlisée dans le relativisme. Marianne […] ne sera JAMAIS voilée. L’islamisme et ses symboles ne se combattent pas à moitié ! ». Marlène Schiappa a voulu légitimer son choix, elle aussi par un tweet, ce qui est beaucoup reproché à des personnes telles que Donald Trump mais pourtant tout aussi pratiqué : « C’est Fatoumata Kébé, astrophysicienne, formée en France et qui fait la fierté du pays. Elle est aussi un formidable modèle pour des jeunes filles qui voudront se lancer dans les sciences. » Que Marianne et la République, pour le pouvoir en place, s’appellent « Fatoumata » en dit long sur la vision du monde qu’il promeut, sans sembler s’apercevoir que dans le 93, 13 % des « Fatoumata » qui accouchent sont excisées.

Paul Vermeulen

Article paru dans Présent daté du 9 mars 2021

Pas de Français de souche pour la justice

10/12/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Prompte à accéder à toutes les revendications communautaires, la justice a débouté en appel l’Agrif, qui se battait contre un rappeur et un sociologue pour le respect des Français de souche.

L’affaire remonte à 2010, mais trouve son triste épilogue seulement maintenant. À l’époque, l’Alliance générale contre le racisme et pour le respect de l’identité française et chrétienne (Agrif) avait attaqué un rappeur et un sociologue pour injure raciale et provocation à la haine suite à la publication de leur livre et CD, tous deux portant le titre « Nique la France ».
Les poursuites visaient le titre du livre et de nombreux passages de la chanson.
« Ce que j’en pense, de leur identité nationale, de leur Marianne, de leur drapeau et de leur hymne à deux balles. Je vais pas te faire un dessin, ça risque d’être indécent, de voir comment je me torche avec leur symbole écœurant », disait notamment la chanson, écrite par le rappeur Saïdou.
nique la france
Le tribunal correctionnel de Paris avait relaxé les deux prévenus le 19 mars 2015, estimant que la notion de Français de souche « ne recouvre aucune réalité légale, historique, biologique ou sociologique », que « la “blancheur” ou la “race blanche” » n’est « en aucune manière une composante juridique de la qualité des Français » et que « les Français blancs dits de souche ne constituent pas un “groupe de personnes” » au sens de la loi de 1881 sur la liberté de la presse.
La cour d’appel de Paris a confirmé cette analyse, et débouté l’Agrif.

S’il était encore de ce monde, La Fontaine écrirait

Selon que vous serez blanc ou noir, les jugements de cour vous rendront puissants ou misérables

Crédit photo : Sandra Cohen-Rose and Colin Rose via Flickr (CC) = Cour d’Appel Montréal


Après son dossier sur l’islamisme, l’hebdomadaire « Marianne » reçoit des menaces de mort

29/05/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Se disant victime de « menaces de mort réitérées » et d’insultes sur les réseaux sociaux après la publication d’un dossier sur les « complices de l’islamisme », le directeur de la rédaction de l’hebdomadaire Marianne a annoncé avoir déposé plainte contre X.

Joseph Macé-Scaron est-il entrain de découvrir que Vivre-ensemble et islam ne font pas bon ménage ?


“Comment les Américains vont nous bouffer” selon Marianne

"Comment les Américains vont nous bouffer" selon Marianne

14/04/2014 – PARIS (NOVOPress)
Disponible en kiosque, le magazine Marianne  (photo) propose un dossier traitant d’une menace bien réelle planant au-dessus de l’Europe : le Traité transatlantique. S’attaquer aux normes sanitaires, environnementales et juridiques, est l’objet des négociations que mènent actuellement la félonne Commission européenne avec les Etats-Unis d’Amérique. Marianne se focalise sur cet accord commercial qui se joue dans le plus grand secret et qui est perçu comme une « nouvelle arnaque européenne » par le magazine. Le numéro 886 de Marianne consacré au Traité Transatlantique est en vente du 11 au 17 avril 2014 inclus au prix de 3 €.

Valeurs actuelles au mieux, Marianne au plus bas : le rejet du pouvoir fait vendre

Valeurs actuelles au mieux, Marianne au plus bas : le dénigrement du pouvoir fait vendre

C’est une illustration très intéressante du rejet par les français du pouvoir. Le dénigrement du président, notamment dans des couvertures hebdomadaires assassines fait vendre. Marianne a connu ainsi une période faste en faisant de l’anti-sarkozysme le plus violent, sa ligne éditoriale. L’arrivée au pouvoir de François Hollande s’est révélée pour l’hebdo fondé par Jean-François Kahn une catastrophe.

Valeurs Actuelles, en revanche, a parfaitement réussi son changement de formule en se positionnant sur une ligne de droite dure contre le pouvoir et le président.

Lire la suiteValeurs actuelles au mieux, Marianne au plus bas : le rejet du pouvoir fait vendre

Le site de Marianne attaqué pendant 12 heures ce dimanche

Le site de Marianne attaqué pendant 12 heures ce dimanche

15/10/2012 – 00h55
PARIS (NOVOpress) — Marianne.net, le site de l’hebdomadaire Marianne a subi une attaque sur ses serveurs, hébergés par la société OVH, peut-on lire sur le compte Twitter du périodique, sans pour autant donner de précisions quant aux éventuels motifs de celle-ci. À l’instant où nous publions, le site, qui parvenait à peine à s’afficher, semble toutefois plus fluide.

Dans un registre similaire, Charlie Hebdo avait été attaqué depuis la Turquie en novembre 2011 pour avoir publié des caricatures jugées offensantes par les musulmans.