Contre l’islamisation et l’invasion migratoire, pour la remigration – En marche vers la reconquête !

Dimanche, à l’appel de Génération identitaire et Academia Christiana, près de 600 Français ont marché contre l’islamisme. Date choisie pour rendre hommage aux victimes tombées il y a quatre ans sous les balles islamistes.
La manifestation avait été interdite en 2017 puis cette interdiction condamnée par le tribunal administratif. Le cortège, joyeux et coloré, s’est élancé de la place Denfert-Rochereau pour rallier Cambronne dans le XVe arrondissement. La plupart des présents sont jeunes. Fiers de leur culture, ils représentent l’avenir du pays.

Pourquoi si peu de monde, déplorent certains ? « Il faut sensibiliser autour de nous, y compris dans nos familles, sur la situation et la réalité, notamment dans les banlieues et les grandes villes. Une majorité de Français ne se rend pas encore compte de la progression de l’islamisation dans notre pays. Tant que cela ne les touche pas, ils n’y prêtent pas attention », analyse une manifestante. « Il y a deux types d’individus, explique un des orateurs, ceux qui pourront regarder leurs enfants dans les yeux, fièrement et qui pourront leur dire qu’ils ont tout tenté pour protéger leur peuple et leur civilisation, et tous les autres, ceux qui baisseront les yeux, honteux quand leur descendance viendra leur demander des comptes. » Anaïs Lignier, porte-parole de Génération identitaire, renchérit : « Notre peuple n’est pas mort, il est juste endormi mais commence à se réveiller. »

Outre des drapeaux, essentiellement bleu, blanc, rouge, certains brandissent des pancartes avec la photo de terroristes. « Attentats de Paris, ni pardon, ni oubli », « Une seule solution, c’est la remigration » ou « Stop aux fichés S, stop aux terroristes, nous chasserons les islamistes », proclament les slogans. Arnaud Danjou, président d’Academia Christiana, résume la longue histoire de l’Europe chrétienne luttant pour la Reconquista face à l’invasion musulmane. L’histoire se répète…

« Le problème de l’islam n’est pas seulement un problème religieux, et la réponse à ce problème, ce n’est pas seulement la laïcité. Que des musulmans prient chez eux Allah, c’est leur affaire. Que des musulmans, que des associations musulmanes, que les Frères musulmans, que les salafistes, veuillent nous imposer chez nous leurs mœurs, leurs lois, leurs croyances, leurs coutumes, c’est notre problème et ça ne doit pas être accepté. » Après avoir dressé ce constat, Jean-Yves Le Gallou, fondateur de Polémia, poursuit en dénonçant le « pouvoir liberticide qui veut détruire notre identité ».

La conclusion des différentes interventions se résume en quelques mots : résister, se mobiliser contre l’islamisation et l’invasion migratoire, organiser la remigration. « La peur doit changer de camp, nous avons commencé à le faire en étant ici aujourd’hui », insiste Anaïs Lignier. La manifestation se clôt avec le mot « reconquête », dont les lettres se détachent en rouge, éclairées par des fumigènes, cette reconquête qui n’en est qu’à ses débuts mais portée par des jeunes déterminés à défendre leur culture, la culture de leurs ancêtres. Vive la France française !

Hélène Rochefort

Article paru dans Présent daté du 18 novembre 2019