Manifestations monstres anti-américaines dans les pays musulmans : échec total de la politique pro-islam d’Obama

Manifestations monstres anti-américaines dans les pays musulmans : échec total de la politique pro-islam d’Obama

21/09/2012 — 12h30
PARIS (NOVOpress via le Bulletin de réinformation) —
On se souvient en particulier du discours de Barack Obama au Caire, le 3 juin 2009. Un discours qui se voulait une main tendue vers l’islam, une sorte de réconciliation après les années de méfiance consécutives aux attentats du World Trade Center. «Les Etats-Unis ne seront jamais en guerre contre l’islam» avait alors déclaré le président des Etats-Unis. On se souvient également de l’incroyable courbette de celui qui est en principe l’homme le plus puissant de la planète devant le roi d’Arabie saoudite, une courbette qui avait ulcéré nombre d’Américains.

Lire la suite

Manifestations à Moscou, la marche des millions d’euros… – Par Xavier Moreau

Pour rappel, Vladimir Poutine a obtenu en mars dernier, 45 602 075 voix, tandis que l’ensemble de ses opposants en ont obtenu 25 262 899. La presse française nous explique donc, sans rire, que Vladimir Poutine aurait opéré un bourrage d’urnes de… 20 339 176 voix.

Comme nous l’avions annoncé lors de notre dernier article, le désintérêt de la population russe pour l’agitation des groupuscules fascisto-anarcho-gauchisto-gay-libéraux, poussera ces derniers vers la radicalisation, afin de fournir la presse internationale, française notamment, en photos et vidéos truquées.

Nous n’étions pas à la marche dite des millions (en fait 50 fois moins nombreuse), qui ne fut marquée par aucun incident, pour avoir respecté les autorisations qui avaient été données aux organisateurs. En Russie comme en France, les manifestations sont soumises à autorisation. Le gouvernement russe vient simplement de faire correspondre sa législation aux législations européennes. Nous soulignerons au passage que le maintien de l’ordre en Russie est incomparablement moins violent que la répression exercée aux États-Unis contre les mouvements liés à « occupy Wall-Street ».
Enfin Ksénia Sobchak (photo), mélange de passionaria et de Paris Hilton, va devoir expliquer l’origine du million d’euros trouvé chez elle dans des enveloppes. La belle égérie affirme pour l’instant, qu’il s’agit de ses économies et qu’elle ne fait pas confiance aux banques… Il semble que pour l’opposition anti-Poutine, il soit plus facile de réunir des millions d’euros que des millions de militants.

Armement franco-russe

Suivant toujours scrupuleusement le mot d’ordre du département d’État américain, la presse française s’est émue de la collaboration franco-russe dans le domaine de l’armement. Parmi les organes de propagande dont Hillary Clinton dispose en France nous retiendrons cette fois France 24. Après nous avoir vendu la guerre en Libye, la chaine « française » tâche d’en faire autant avec la Syrie. La propagande est y tellement grossière, que nous finissons par nous dire que le public visé est composé de simples d’esprit. La palme peut être décernée au reportage du 23 mars 2012, qui se passe de commentaires (le passage à 3 min 19 vaut le détour, notamment avec l’excellent doublage de France 24).

Une des explications de la position russe se trouve dans ces reportages ridicules. Ni Vladimir Poutine, ni Sergei Lavrov, ni personne au sein du ministère russe des affaires étrangères ne croit cette propagande grossière. Si l’URSS était « l’empire du mal » pour Ronald Reagan, les États-Unis sont pour la Russie, « l’empire du mensonge ». Rarement dans l’Histoire des relations internationales, une puissance n’aura menti aussi massivement et aussi systématiquement. La patience des Russes à ce sujet fut exemplaire, mais il semble désormais que Sergei Lavrov soit fatigué de faire semblant de croire à la bonne volonté d’Hillary Clinton.

La véritable inquiétude du département d’Etat ne vient pas des hélicoptères russes mais des systèmes anti-aériens russes qui sont les meilleurs au monde et qui rendent impossibles les bombardements d’appui au sol et très périlleux le bombardement des populations civiles, qui reste le moyen favori du Pentagone pour faire plier les gouvernements insoumis.

La Russie a au contraire montré qu’elle était un facteur de stabilité, notamment dans le Caucase où son intervention mit fin à la tentative de nettoyage ethnique entreprise pas Mikhail Saakashvili. Le rapport de l’Union Européenne a d’ailleurs confirmé la légitimité de la riposte russe.

La France a donc le droit, parce que c’est son intérêt, et le devoir, parce que la Russie est un allié historique, source de stabilité régionale, de collaborer avec elle en matière d’armements. Le nouveau Président français et son nouveau Premier Ministre, sont réputés pour leur pragmatisme, la relation franco-russe sera une occasion parfaite de le vérifier.

Création de l’Observatoire franco-russe

Nous avons appris avec une joie non dissimulée la création de l’Observatoire franco-russe. À l’origine de ce projet se trouvent deux grands amis de la Russie, Emmanuel Quidet et Jean-Gabriel Arqueros. Ces deux hommes d’affaires, en prise permanente avec la réalité économique russe, ont une vision diamétralement opposée aux âneries de la presse française. C’est sans doute par crainte de voir cet institut accusé de « poutinisme », que ces deux russophiles ont confié la direction de l’observatoire à Arnaud Dubien, grand défenseur des révolutions oranges et critique véhément de Vladimir Poutine (son éditorial d’Eurasian Intelligence n°13 reste un modèle du genre). Sa première note d’analyse sur le nouveau gouvernement russe est un bon résumé de ce que l’on peut trouver dans la presse russe. Malgré un effort évident pour rester factuel, le nouveau directeur de l’observatoire n’a pu s’empêcher de nous servir une petite leçon de morale démocratique (bas de la page 2), tout en nous resservant subtilement le mythe de l’opposition Poutine-Medvedev.

Nous sommes cependant persuadé qu’Arnaud Dubien, avec les moyens dont il dispose, sera capable de faire mieux que les journalistes français basés à Moscou, ce qui ne devrait pas être très difficile. Une petite suggestion d’analyse : « d’où provient le million d’Euro réparti en petites enveloppes trouvé chez Ksenia Sobchak ? ». En tout état de causes, Realpolitik se fera un plaisir d’être un observatoire de l’observatoire.

Xavier Moreau

 

À propos de l’auteur
Xavier MoreauXavier Moreau

Saint-Cyrien et officier parachutiste, titulaire d’un DEA de relations internationales à Paris IV Sorbonne, spécialisé sur les relations soviéto-yougoslaves pendant la guerre froide. Fondateur d’une société de conseil en sûreté des affaires, installé en Russie depuis 12 ans, travaillant également sur l’Ukraine, le Kazakhstan et la Serbie.

[box class= »info »] Source : Realpolitik.tv. [/box]

Crédit photo de Ksénia Sobchak : A.Savin, licence CC.

Russie : Manipulation des images et guerre médiatique – Par Alexandre Latsa

Russie : Manipulation des images et guerre médiatique - Par Alexandre Latsa

Beaucoup de lecteurs se souviennent de cette photo [image en Une] qui avait fait le tour des médias (l’agence Ria-Novosti l’avait publiée). On y voyait (lors d’une marche de l’opposition russe a Vladimir Poutine en date du 31/08/2010) une jeune fille qui hurlait au sol, ayant visiblement été bousculée et / ou battue par les policiers russes.

Pourtant, un célèbre blogueur russe du nom de Zyalt était sur place (on peut voir ses cheveux bouclés dans le coin inférieur droit de la photo ci dessus). On ne peut vraiment pas suspecter Zyalt d’être affilié au pouvoir russe ni à la police, voila néanmoins ce qu’il écrivait après avoir assisté à la scène: « К слову о театре. Эта девушка легла на асфальт и, на радость фотокоррам, начала биться в истерике. В принципе, никто ее не трогал. Зато на фотографиях все будут думать, какие милиционеры жестокие, девушку избили ».
Traduction : « Quelques mots sur le théâtre, cette jeune fille s’est allongée sur l’asphalte et devant la joie des caméras présentes, s’est mise à devenir hystérique. Pourtant absolument personne ne l’a touchée, personne ne l’a malmenée mais tous penseront qu’un policier l’a sévèrement battue ».

Surprenant pensez vous? Pas tant que ça finalement. Figurez vous au contraire qu’il s’est passé presque la même chose pendant la manifestation du 6 mai dernier lorsque des incidents ont opposé les forces de l’ordre à des « manifestants » venus cagoulés à la manifestation, visiblement pour en découdre avec la police et créer des affrontements.

Russie : Manipulation des images et guerre médiatique - Par Alexandre LatsaExemple 1: Cette jeune fille qui a fait le tour du monde des médias. Les yeux bandés elle est emmenée sans douceur par un OMON russe.

Cette image et bien d’autres ont été accompagnées de commentaires terribles sur les arrestations arbitraires de la police russe et la répression contre des manifestants pacifiques. Mieux, elle est utilisée comme étendard par une association qui organise depuis Paris une manifestation contre les soit disant « violences policières inouïes qui auraient accompagné l’intronisation de Vladimir Poutine pour son troisième mandat, contre des manifestants pacifiques ».

Question : pourquoi cette jeune fille en robe à t-elle été arrêtée?

Réponse : parce qu’elle a attaqué la police a coup de pierres a bout portant, comme vous pouvez le voir en vidéo ici. C’est finalement plutôt banal, ou que ce soit dans le monde on est arrêté si on lance des pierres sur la police pendant une manifestation.

Exemple 2: Lors de cette manifestation, la police russe aurait frappé une femme enceinte au sol. Ces images ayant selon le Nouvel Observateur choqué la blogosphère russe. Sur la fameuse blogosphère russe, la vidéo phare accompagnant cette odieuse arrestation était celle-ci.

Russie : Manipulation des images et guerre médiatique - Par Alexandre Latsa

Question : Pourquoi cette femme enceinte serait-elle au cœur d’une manifestation qui dégénère et pourquoi un policier russe lui mettrait des coups de pieds dans le ventre ?

Russie : Manipulation des images et guerre médiatique - Par Alexandre LatsaRéponse : Parce ce n’est pas une femme enceinte. C’est en réalité un manifestant (homme) qui aurait contribué aux désordres du 6 mai dernier.

Voila en vidéo les secondes suivant le coup du policier et voila notre soit disant femme enceinte en photo au début de la manifestation et avant son interpellation. La encore la présentation est émotionnelle et falsifiée dans la presse, à des fins de désinformation.

Curieusement, cette offensive illustrée s’est accompagnée d’une mini offensive politique : Cet article du Nouvel Observateur à propos de la manifestation de Moscou est un modèle du genre. En quelques lignes, on y trouve les mots : De Gaulle – résistance – Raymond Aubrac – rafles – occupation allemande – heures sombres – complaisance envers Poutine, et ensuite quelques conseils à François Hollande sur ce que doit être sa politique étrangère.

Toutes ces manipulations de l’information, les vidéos truquées qui disparaissent quelques jours après, les articles pleins d’exagérations des grands médias sont inutiles: Il y a heureusement de plus en plus de bloggeurs témoins directs sur le terrain pour fournir des images et rétablir un peu de réalisme.

Alors revenons à la réalité : Pendant cette manifestation, il y a eu 30 blessés parmi les forces de l’ordre. Les organes de sécurité ont parlé de « provocations planifiées et organisées » sur le modèle des techniques utilisées par les anarchistes / autonomes lors des manifestations explosives qui accompagnaient les sommets économiques des dernières années, que l’on se souvienne de Gênes en 2001 par exemple. Source: ici et la. Ces procédés sont connus, percée du cordon de police de ligne de police, puis jets de produits explosifs (bombes incendiaires, cocktails Molotov), utilisation des barrières de sécurité, et hampes de drapeaux pour attaquer et frapper les policiers, dissimulation de sprays au gaz ou au poivre dissimulés dans les canettes de coca cola, kvas ou bière et enfin, jets de pierre (comme notre jolie et jeune brune), pierres apportées sur place pour l’occasion a des fins évidemment malveillantes.

Par exemple ici l’utilisation des barrières par les manifestants, ou encore la quelques radicaux en train d’attaquer la police. La percée des manifestants (à travers la ligne de police) est filmée ici. On peut voir sur cette vidéo que les arrestations des leaders Boris Nemtsov et Sergueï Oudaltsov, se sont passées sans violences alors qu’il y avait des affrontements autour. Enfin cette vidéo de synthèse (durant près de 40 mns) montre les attaques des manifestants contre les policiers.

En réalité, entre 15 et 20.000 personnes ont défilé, c’est-à-dire beaucoup moins que lors du meeting de Février (comparaison vidéo ici). Parmi ces milliers de manifestants, quelques centaines d’activistes ont volontairement provoqué la police, cherchant l’incident en présence des caméras de télévisions étrangères ou russes. Aucun média étranger n’a publié la photo d’un policier sans casque, sans gants, sans protège tibias et la tête en sang. Lorsque l’on sait le salaire d’un policier à Moscou et qu’on le compare avec les revenus des manifestants à Ipad (les Ipadshikis), on ne peut que ressentir une certaine compassion.

Russie : Manipulation des images et guerre médiatique - Par Alexandre Latsa

En mars dernier, j’avais posé deux questions : Michael Prokhorov peut-il coaliser l’opposition autour de lui ? Est-ce que la frange la plus radicale et non politique de cette opposition si disparate, ne va pas chercher à créer des troubles dans la rue, en refusant de reconnaître une élection présidentielle que personne dans le monde ne conteste déjà plus?

C’est visiblement ce qui s’est passé, Michael Prokhorov s’est récemment désolidarisé de ces manifestations, les méthodes violentes contre la police étant improductives selon lui. Alors que les grandes manifestations de l’hiver dernier s’étaient passées sans problèmes, on a vu apparaitre depuis un noyau dur de manifestants violents.

Pour les lecteurs qui s’inquiéteraient du sort des manifestants arrêtés, cet article de RFI (dans lequel la vidéo sur la soit disant femme enceinte a déjà été supprimée !) montre bien l’ambiance dans les fourgons de police. Les chefs de l’opposition posent calmement pour les photos et continuent à Twitter sur Internet… Etonnant non ?

Russie : Manipulation des images et guerre médiatique - Par Alexandre Latsa

Russie : Manipulation des images et guerre médiatique - Par Alexandre Latsa

Alexandre Latsa

[box class= »info »] Source : DISSONANCE, Un autre regard sur la Russie. En français, en russe.
L’article original a été publié sur Ria-Novosti. [/box]

Notre-Dame-Des-Landes : Grosse manif à Nantes contre le projet d’ « Ayrauport »

Notre-Dame-Des-Landes : Grosse manif à Nantes contre le projet d’ « Ayrauport »

26/03/2012 – 08h00
NANTES (NOVOpress Breizh) – « Non à l’Ayrauport » : plusieurs milliers de personnes – 3.000 selon la police, 10.000 selon les organisateurs – ont manifesté samedi à Nantes contre le projet d’aéroport qui doit être construit d’ici à 2017 par le groupe Vinci à Notre-Dame-des-Landes, à 30 km au nord de la cité des Ducs en remplacement de celui de Nantes-Atlantique actuellement en service dans la banlieue sud de Nantes. Un projet soutenu par Jean-Marc Ayrault et l’ensemble des oligarques socialistes locaux, d’accord sur ce point – comme sur beaucoup d’autres – avec l’UMP.

Organisée par l’Association Citoyenne Intercommunale des Populations concernées par le projet d’Aéroport de Notre Dame des Landes (ACIPA), la manifestation avait reçu le soutien de syndicats et de partis politiques comme la Confédération Paysanne, Attac, le Parti de Gauche ou Europe Ecologie-Les Verts.

Pour ce qui concerne ce dernier, on se souvient qu’alors qu’il avait toujours déclaré que l’abandon du projet de construction d’un aéroport à Notre-Dame-des-Landes (44) était – avec l’abandon de la filière nucléaire – une condition incontournable pour qu’un accord soit conclu avec le PS, ses dirigeants – Cécile Duflot en tête – ont signé en novembre dernier un accord électoral avec les socialistes. Mettant soigneusement de côté leurs « convictions » en échange de l’assurance de disposer d’un groupe de députés à l’Assemblée nationale.

Même souci au Front de Gauche, où si le Parti de Gauche est contre le projet, son allié du Parti communiste est à fond pour. Pour la petite histoire, on pouvait voir hier dans la manifestation un vieillard invalide qui brandissait fièrement une pancarte « parti communiste ». Un dissident, probablement.

De son côté le Front national a demandé un moratoire immédiat sur le projet. Il se déclare partisan d’un référendum local, comme il le demande sur tous les grands projets locaux, « afin que les citoyens soient informés de ses tenants et aboutissants véritables. »

De nombreux groupuscules d’extrême-gauche ayant également annoncé leur venue – avec l’idée d’en découdre – le centre ville était quadrillé dès le matin par un très important dispositif policier. Toutes les rues menant à la préfecture, à la mairie ,à l’hôtel du Département et à celui de la Région étaient barrées.

Venant de trois directions, plus de 250 tracteurs accompagnés de milliers de manifestants à pied ou à vélo ont conflué dans le calme vers la préfecture, d’où est parti le cortège en direction du Cours des 50 otages, l’une des grandes artères de la cité bretonne. « C’est une réussite, on attendait une mobilisation, un soutien, et on l’a eu », a déclaré Dominique Fresneau, co-président de l’ACIPA.

Comme prévu, après la dissolution de la manifestation vers 17 heures, les premiers incidents ont éclatés. Un important feu de palettes a été allumé au milieu du « Cours des 50 otages » par des militants anarchistes qui ont lancés des projectiles en direction des forces de l’ordre. Au grand regret des agriculteurs pour qui ces jeunes étaient « des cons et des nuls ». Les forces de police ont répliqué par des tirs de grenades lacrymogènes. Selon la préfecture, sept manifestants ont été interpellés et cinq mis en garde à vue.

Crédit photos : Novopress Breizh.

Semaine d’action pour un avenir sans pesticides

Semaine d’action pour un avenir sans pesticides

21/03/2012 – 16h30
RENNES (NOVOpress Breizh) – « Construisons un avenir sans pesticides, c’est possible ». A l’occasion des 10 premiers jours du printemps, période de reprise des épandages de pesticides, se tient la 7ème édition de la Semaine pour les alternatives aux pesticides. Une action de sensibilisation importante quand on sait que la France reste le premier pays européen consommateur de pesticides, avec une consommation en hausse, malgré les décisions du Grenelle de les réduire de 50% d’ici 2018.

Conférences-débats, ateliers, marches, projections de films, visites, démonstrations, animations pédagogiques, repas bio, fermes ouvertes, spectacles : près de 700 évènements sont programmés dans 21 pays en vue d’informer sur les risques des pesticides de synthèse, promouvoir les alternatives et mobiliser un public de plus en plus large pour un avenir sans pesticides.

Semaine d’action pour un avenir sans pesticides Née en France, en 2006, à l’initiative de l’association Générations Futures (aujourd’hui coordinatrice de l’opération) et de l’ Action Citoyenne pour les Alternatives aux Pesticides (collectif de 160 organisations), la manifestation est relayée, cette année, dans au moins 16 pays : en Europe (Belgique, Royaume-Uni, Allemagne, Suisse, Espagne), en Afrique (Bénin, Burkina-Faso, Cameroun, Mali, Ouganda, Sénégal, Togo, Maroc, Congo) et pour la première fois dans des pays plus inattendus, comme le Tadjikistan ou l’Iles Maurice.

A Paris un important congrès sur le thème « Pesticides et santé » se tiendra du 23 au 24 au Palais du Luxembourg. Au programme : « Impact des pesticides pendant la grossesse sur le développement de l’enfant ; pesticides et risques sanitaires chez les non utilisateurs ; la question des effets cocktails ; impacts des pesticides chez les professionnels: maladies neurodégénératives et cancers ;comment faire évoluer les pratiques vers des systèmes plus respectueux de la santé et l’environnement, sans mettre en péril l’équilibre économique des entreprises? » Des sujets de réflexion auxquels chercheurs, médecins, agriculteurs, juristes tenteront d’apporter des réponses en proposant des solutions appropriées.

Plusieurs marches symboliques sont par ailleurs organisées en France, dont une qui partira de la Pointe de la Torche à Plomeur (29) le dimanche 25 mars à 14 h. Une campagne d’affichage aura lieu dans tous les parcs et jardins de Paris, un week-end du jardinage écologique est prévu dans les 59 magasins Botanic et la fourniture de 10 000 repas bio dans les cantines scolaires du Var.

Plusieurs manifestations vont être organisées en Alsace sur le thème « les pesticides ont la vie dure, changeons de culture ! », dans les Pyrénées Orientales (« Construisons un avenir sans pesticides, c’est possible»), ainsi qu’en Bretagne, où 48 communes d’Ille-et-Vilaine se sont associées pour différentes actions de sensibilisation aux méfaits des pesticides. La France reste le premier pays européen consommateur de pesticides, avec une consommation en hausse, malgré les décisions du Grenelle de les réduire de 50% d’ici 2018.

À bout de souffle ! Par Xavier Moreau

À bout de souffle ! Par Xavier Moreau

Tel aurait pu être le thème de la manifestation de l’opposition de rue ce samedi à Moscou, où la police moscovite a généreusement dénombré 10.000 participants. L’absence massive des représentants de la bourgeoisie aisée moscovite, qui composaient d’habitude le ventre mou de la contestation, a permis de mieux contempler le florilège des groupuscules hétéroclites qui forment l’épine dorsale de cette alliance improbable.

Nous avons donc pu observer une fois de plus les anarchistes défiler à côté des communistes et des gauchistes, qui défilaient eux-mêmes à côté des libéraux, défilant eux-mêmes à côté des fascistes, suivis de près, mais pas trop, par les activistes gays, qui arboraient prudemment leurs drapeaux arc-en-ciel. Ksénia Sobchak, la Paris Hilton russe, prit de nouveau la parole et se fit de nouveau siffler copieusement par les nationalistes qui la qualifièrent d’adjectifs, que la décence nous interdit de retranscrire ici.

Beaucoup de badauds, dont l’auteur de cet article, étaient venus assister à cette nouvelle manifestation, qui faute d’empêcher Vladimir Poutine de dormir, pourrait devenir une attraction touristique originale pour le samedi après-midi à Moscou. L’activiste, Sergeï Oudaltsov, a promis que l’opposition réunirait un million de manifestants pour le 1er mai, démontrant ainsi que son « Front de gauche » avait autant d’humour que son homologue français. La conclusion de cette manifestation pourrait tenir dans les deux mots que le nouveau Président russe a adressés à ces mêmes groupuscules le 7 mars dernier : « soyez sérieux ».

Xavier Moreau

[box] Cliquer sur les images pour les agrandir et lire plus facilement les légendes indiquant les drapeaux de différents mouvements, anarchistes, nationalistes, libéraux, gays. [/box]

À bout de souffle ! Par Xavier Moreau

À bout de souffle ! Par Xavier Moreau

À bout de souffle ! Par Xavier Moreau

[box class= »info »] Source : Realpolitik.tv. [/box]

[Tribune libre] Réflexions sur les manifestations en Russie – Par Alexandre Latsa

Réflexions sur les manifestations en Russie - Par Alexandre Latsa

L’année 2011 se termine et avec elle un mois de décembre placé sous le signe des manifestations politiques. Rappelons les faits: suite aux élections du 04 décembre 2012 qui ont entraîné une baisse de Russie Unie et une forte hausse des partis nationalistes ou de gauche, des fraudes électorales ont été dénoncées. Ces fraudes auraient permis au parti au pouvoir et disposant de la ressource administrative, de gonfler son score et de fausser les résultats. Pourtant, près de deux semaines après les élections, alors que des enquêtes sont en cours suite aux plaintes déposées, le nombre de fraudes recensées dans le pays y compris Moscou ne semble pas avoir faussé notablement le scrutin, dont les résultats sont conformes aux nombreux sondages et estimations d’avant et d’après vote.

Revenons aux manifestations: Le 10 décembre 2011, un grand meeting unitaire d’opposition avait lieu à Moscou, rassemblant 30 à 40.000 personnes. J’ai déjà décrit la relative incohérence politique de cette manifestation qui rassemblait côte à côte des membres de la jeunesse dorée Moscovite, des nationalistes radicaux, des antifascistes, ainsi que des libéraux et des communistes. Souhaiter le départ à la retraite de Vladimir Poutine n’est pas un programme politique, et quand à la tenue de nouvelles élections, on se demande en quoi elle concerne des dizaines de sous-groupuscules politiques non candidats à la représentation nationale.

Le 17 décembre le parti d’opposition libérale Iabloko a rassemblé quelques 1.500 partisans, alors que le meme jour qu’un millier de sympathisants du mouvement eurasien et du syndicat des citoyens russes (Профсоюз Граждан России) se réunissaient pour dénoncer les manipulations oranges et rappeler la nécessité d’un état fort. Le lendemain, le 18 décembre, ce sont près de 3.500 militants du parti Communiste qui se sont réunis. Le 10 décembre, lors de la grosse manifestation dopposition, l’un des leaders de l’opposition liberale, Mikhaïl Kassianov, avait affirmé que « Si aujourd’hui nous sommes 100.000, cela pourrait être 1.000.000 demain ». Celui ci a appelé à un printemps politique en Russie, un discours étrangement similaire à celui de l’excessif républicain John Mc Cain ces dernières semaines. Pour autant aucune marée humaine n’a déferlé dans les villes du pays, au grand dam de nombre de commentateurs occidentaux qui annonçaient déjà l’Armageddon en Russie, et c’est seulement une neige abondante qui a recouvert le pays le 24 décembre, jour de la manifestation unitaire.

Cette journée du 24 décembre n’aura finalement été un succès qu’a Moscou. En province, dans les autres villes de Russie, la mobilisation aura faibli par rapport aux rassemblements du 10 décembre. A Vladivostok, la manifestation a réuni 150 personnes, contre 450 le 10 décembre. A Novossibirsk 800 personnes ont défilé contre 3.000 le 10 décembre. A Tcheliabinsk dans l’Oural, les manifestants étaient moins de 500 contre 1.000 le 10 décembre, à Iekaterinbourg 800 personnes ont manifesté contre 1.000 le 10 décembre dernier. A Oufa, 200 manifestants se sont rassemblés, soit autant que le 10 décembre. Enfin 500 personnes ont défilé à Krasnoïarsk contre 700 le 10 décembre. Notons qu’à Saint-Pétersbourg, haut lieu de la contestation et bastion libéral en Russie, de 3 a 4.000 personnes ont défilé, contre près de 10.000 le 10 décembre dernier. (Sources : Ria-Novosti et Ridus.ru).

Dans la capitale le 24 décembre, 3 meetings différents ont eu lieu. 2.000 nationalistes du parti nationaliste Libéral-Démocrate de Vladimir Jirinovski, et 3.000 sympathisants du politologue Sergueï Kurginyan ont manifesté séparément pour répondre à la « peste orange ». Enfin et surtout dans ce qui est sans doute le plus gros meeting d’opposition de l’année, avenue Sakharov (photo), ce sont 40 à 50.000 personnes qui se sont rassemblées. La manifestation de Moscou s’est déroulée sans incidents notables, si ce n’est à la fin du meeting, quand des radicaux d’extrême droite ont tenté de monter sur la tribune en force, alors même que le leader ultra nationaliste Vladimir Tor (dirigeant du mouvement NazDems) avait pris la parole quelques minutes auparavant. On peut du reste se demander pourquoi les nombreux journalistes occidentaux présents n’ont pas relevé le fait que plusieurs milliers de jeunes nationalistes radicaux sifflaient ou criaient « russophobe » en direction de certains orateurs de diverses confessions et scandaient des slogans tels que: « les russes ethniques de l’avant », ou « donnez la parole aux russes ethniques ». Un deux poids deux mesures pour le moins surprenant.

Dans le pays et donc surtout à Moscou, les rassemblements du 24 décembre ont tourné à la cacophonie politique totale. Les meetings ont de nouveau rassemblé toutes les composantes politiques les plus improbables, des nationalistes radicaux aux antifascistes, en passant par les libéraux, les staliniens, les activistes gays et lesbiennes ou quelques stars du Show Business russe. Plus surprenant, toujours lors de la manifestation de Moscou, la présence du milliardaire Prokhorov et de l’ancien ministre des finances Aleksei Koudrine, pourtant proche de Vladimir Poutine. Aleksei Koudrine a d’ailleurs pris la parole, ajoutant à la cacophonie ambiante et déclenchant un record de sifflements du public. Pour la première fois un député d’opposition très connu a mis le doigt sur cette désunion systémique de la soi disant opposition, en quittant la manifestation avant même de prendre la parole. Même son de cloche pour l’analyste politique Vitali Ivanov, pour qui l’opposition à Vladimir Poutine est une nébuleuse qui mène des conversations de cuisine.

La prochaine grande journée de manifestation devrait avoir lieu en févier, c’est à dire pendant le mois précédant l’élection présidentielle du 4 mars 2012. Pour autant, on imagine difficilement comment Vladimir Poutine ne serait pas réélu et tout d’abord au vu de la situation économique que connaît le pays. La croissance du PIB devrait frôler les 4,5% en 2011 et sans doute autant en 2012. Le taux de chômage est descendu à 6,3%, la dette du pays est faible, inférieure a 10% du PIB, et les réserves de change sont d’environ 500 milliards de Dollars. L’inflation est à la baisse, estimée pour cette année à 6,5% soit son plus faible niveau depuis 20 ans. La Russie est aujourd’hui la 10ieme économie du monde en produit intérieur brut nominal et la 6eme économie mondiale à parité de pouvoir d’achat. Selon les analyses du centre de recherche britannique CBER la Russie devrait être la 4ieme économie de la planète aux environ 2020.

Il est donc très difficile d’imaginer comment la personne jugée directement responsable de ce redressement économique par la majorité des citoyens pourrait ne pas être réélue. Bien sur il est plausible que la vague de mécontentement se reflète dans les scores de la présidentielle de mars 2012, et que Vladimir Poutine ne soit pas élu au premier tour avec 71% des voix, comme en 2004, ou avec 72% des voix, comme Dimitri Medvedev en 2008, dans une Russie en totale euphorie économique. Celui ci devra probablement envisager un score plus proche de celui de mars 2000 (Vladimir Poutine avait obtenu 52% des voix) voire se préparer à un second tour. Si tel est était le cas, il y affronterait probablement le candidat du parti communiste, Guennadi Ziouganov. Un choix cornélien pour les occidentaux, mais qui refléterait parfaitement la tendance électorale initiée par les dernières élections législatives russes qui ont vu les partis de gauche augmenter fortement leur poids électoral.

Alexandre Latsa

 

* Alexandre Latsa est un journaliste français qui vit en Russie et anime le site DISSONANCE, destiné à donner un « autre regard sur la Russie ». Il collabore également avec l’Institut de Relations Internationales et Stratégique (IRIS), l’institut Eurasia-Riviesta, et participe à diverses autres publications.

[box class= »info »] Source : RIA Novosti. [/box]

Crédit photo : Bogomolov.PL, licence CC.

Manipulations américaines en Russie : « La révolution des rubans blancs n’a pas eu lieu »

Manipulations américaines en Russie : "La révolution des rubans blancs n’a pas eu lieu"

[box class= »warning »]Article de Xavier Moreau, repris du site d’analyses géopolitiques Realpolitik.tv[/box]

La révolution des rubans blancs n’a pas eu lieu

L’Histoire ne retiendra pas le 10 décembre 2011. Malgré un battage internet intense et la promesse par les médias occidentaux d’une révolution orange, les manifestations organisées dans différentes villes de Russie par l’opposition pro-occidentale n’ont évité le ridicule qu’à Moscou et Saint-Pétersbourg. Dans le reste de la Russie, elles n’ont pas atteint la taille critique qui en auraient fait des événements politiques significatifs.

À Moscou, la manifestation devait commencer à 14h00, mais dès 13h30, le flux massifs et continu des manifestants commença à envahir la place Bolotnaïa. Il en fut ainsi jusque vers 16h00. Cependant dès 14h40, un flux inverse de gens quittant la manifestation commença à s’écouler et vers 15h30, il devint plus important que le flux rentrant. Beaucoup de Moscovites sont sans doute venus plus curieux que militants. Ces allées et venues font que si 25 à 30000 manifestants participèrent au meeting, la place fut occupée en permanence par environ 15 à 20000 personnes. L’atmosphère fut dans l’ensemble assez bon enfant, la majorité des gens n’étaient pas venus pour faire la révolution. Les forces de l’ordre se sont montrées bienveillantes et sont intervenues vers 16h30 pour permettre au flux grossissant des partants de ne pas se faire écraser par les voitures.

À l’intérieur de la manifestation se trouvaient un ensemble de groupuscules et de partis politiques hétéroclites, ce qui en dit long sur le « programme commun » de nos démocrates américanophiles. Le « levy front » antifasciste (front de gauche) de Sergeï Udaltsov, côtoya ainsi les monarchistes et les anarchistes, qui eux-mêmes, défilaient au côté des communistes du KPRF, fraichement ralliés à la manifestation, comme les quelques représentants de Russie Juste. Vers 15h00, un à deux milliers de  fascistes visiblement issus de la galaxie qui tournait autour du groupe récemment dissout, le DPNI, arrivèrent dans la manifestation, encagoulés, prêts à en découdre avec les «Tchétchènes de Poutine ». Sur la scène les intervenants se succédaient avec un message politique qui réclamait de nouvelles élections et affirmait le rejet de  Vladimir Poutine, revendiquant ouvertement le soutien d’Hilary Clinton, devenu l’égérie des quelques centaines de libéraux regroupés autour du podium.

Beaucoup, y compris l’auteur de ces lignes, avaient redouté le pire, mais dès 17h00 il devint clair que la manifestation se disperserait sans problème sous l’œil bienveillant des OMON.

Même si nous sommes donc bien loin d’un début de révolution colorée, cette manifestation est cependant riche en enseignements.

– 25 à 30000 manifestants pour 18 millions d’habitants, cela peut paraître insignifiant, mais pour Moscou, on peut estimer que c’est une manifestation importante. Si le noyau dur était composé de plusieurs groupuscules fascistes, antifascistes, libéraux, monarchistes ou anarchistes, la majorité des participants étaient sincères dans sa démarche. Il y a donc bien une inquiétude d’une partie de la population russe, qui doit être prise en compte par le Kremlin.

– Le gouvernement russe a bien joué cette partie, en autorisant la manifestation et en évitant les provocations avec les forces de l’ordre. L’absence de répression est un mauvais point pour les libéraux, qui préfèrent se rassembler sans autorisation pour provoquer les arrestations sous les yeux des caméras occidentales.

– Le mouvement libéralo-fascisto-gauchiste a montré ses limites :

  • Pas de programme commun possible entre ces factions que tout oppose.
  • Pas de résultats immédiats tangibles suite à la manifestation.
  • Pas de leader valable pour mener ce conglomérat hétéroclite. Boris Nemtsov, réduit à distribuer ses livres gratuitement pendant la manifestation, est surtout connu pour son incompétence en tant que ministre, qui mena la Russie à la crise d’août 1998. Mikhaïl Kassianov, l’homme du clan Eltsine et de la spéculation sur les GKO (bons du trésor), est surnommé de temps à autre, Misha 2%, en souvenir de ce temps où il était si facile de s’enrichir rapidement.

– Bien que pris au dépourvu, les partisans du Kremlin commencent à réagir. La collusion entre le célèbre opposant Navalny, l’ONG Golos et l’ambassade américaine est désormais étalée sur la place publique. Le fait que le domaine www.belayalenta.com (rubans blancs) a été enregistré en octobre 2011 démontre bien que ce mouvement n’a rien de spontané. La collaboration de Navalny aux mouvements racistes démontre de son côté que la démocratie en Russie n’est sans doute pas le but recherché par le département d’État américain. Plusieurs bloggeurs russes ont en outre souligné la double nationalité russo-israélienne des agitateurs pro-américains, certains comme Anton Nosik ayant même servi dans Tsahal. Le ministère des Affaires Étrangères israélien ayant soutenu clairement le Kremlin quant au déroulement des élections russes, il semble cependant que les ficelles soient davantage tirées de Londres ou de New York, plutôt que Tel-Aviv.

La médiocrité de l’opposition russe pro-américaine ne doit cependant pas atténuer le fait que la Russie de Vladimir Poutine doit faire face à une usure réelle du pouvoir, qui s’ajoute à une inquiétude globale, tandis que le monde entier s’enfonce dans une crise sans précédent. Il est impératif que le futur gouvernement russe reprenne les réformes au même rythme qu’entre 2000 et 2004. Selon son propre aveu, seules 39% de celles qui étaient prévues ont été accomplies. Le meilleur moyen de contrer les opérations de déstabilisation du département d’État américain est de ne laisser aucune prise aux agitateurs.

Xavier Moreau

[box class= »info »]Saint-Cyrien et officier parachutiste, titulaire d’un DEA de relations internationales à Paris IV Sorbonne, spécialisé sur les relations soviéto-yougoslaves pendant la guerre froide. Fondateur d’une société de conseil en sûreté des affaires, installé en Russie depuis 10 ans, travaillant également sur l’Ukraine, le Kazakhstan et la Serbie.[/box]
Crédit photo : www.alexandrelatsa.ru

[Kiosque étranger] Varsovie : manifestations pour l’anniversaire de l’indépendance [vidéos]

[Kiosque étranger] Varsovie : manifestations pour l'anniversaire de l'indépendance

13/11/2001 – 12h00
VARSOVIE (NOVOpress) –
Plusieurs dizaines de milliers de patriotes polonais ont défilé avant-hier dans les rues de Varsovie afin d’honorer le 93e anniversaire de l’indépendance de la Pologne.

Déclarée illégale par la mairie de la capitale à la suite d’échauffourées entre manifestants honorant l’indépendance, et contre-manifestants anarchistes, elle a toutefois été autorisée à nouveau pour permettre à ses participants d’évacuer les lieux en fin d’après-midi. Par ailleurs, des affrontements violents ont opposé les patriotes polonais et les forces de l’ordre à la fin de manifestation, au total, 186 personnes ont été interpellées et onze policiers blessés.

« Hiver chrétien » en Égypte : l’eurodéputé FPÖ Franz Obermayr soutient les Coptes

"Hiver chrétien" en Égypte : l'eurodéputé FPÖ Franz Obermayr soutient les Coptes

08/11/2011 – 14h30
VIENNE (NOVOpress) — Le 25 octobre dernier, des Coptes de toute l’Europe s’étaient réunis devant le Parlement européen à Strasbourg pour une manifestation, afin d’attirer l’attention de l’Union Européenne sur la dramatique situation des chrétiens d’Égypte et les persécutions dont ils sont victimes.

Après un rassemblement public, les Coptes européens ont présenté un manifeste au président du Parlement de l’UE, Jerzy Buzek, dans lequel ils ont demandé un engagement accru de l’UE pour la sécurité des chrétiens égyptiens.

L'eurodéputé Franz Obermayr (FPÖ)
L'eurodéputé Franz Obermayr (FPÖ) se distingue pour son engagement public en faveur des chrétiens d'orient. Crédits photo : europa.eu

Ils ont pu compter notamment sur le soutien du député européen Franz Obermayr (Autriche, FPÖ). « Il est intolérable quand à la frontière de l’Europe les chrétiens soient massacrés, que l’UE détourne le regard. Ce n’est pas un cas isolé, mais un état permanent qui a atteint son paroxysme depuis la révolution de janvier dernier. L’UE a suffisamment d’opportunités pour exercer des pressions en matière de politique étrangère, nous devons enfin avoir le courage d’exploiter ces opportunités » a-t-il déclaré.

Entre autres choses, Obermayr a exigé la suspension de l’aide de l’UE à l’Égypte s’il n’est pas mis un terme aux violences contre les chrétiens. Le « printemps arabe », si populaire en Europe, est bien en train de se transformer en « hiver chrétien ». Reste à savoir si les européens sont encore en mesure de soutenir les chrétiens d’orient, ou non.

Photo en Une : le parlement européen à Strasbourg. Crédit : Cédric Puisney.

Les chrétiens dans la rue contre les insultes et les provocations [vidéo]

Les chrétiens dans la rue contre les insultes et les provocations [vidéo]

30/10/11 – 17h00
PARIS (NOVOpress)
– Lassés d’être la seule religion que l’on peut insulter, agresser et souiller sans risque ni danger et même sous les applaudissements de la « bien pensance », les chrétiens ont défilé hier samedi pour exprimer leur refus de cette « christianophobie » rampante.

Dans la lignée de la mobilisation contre la pièce de théâtre jugée blasphématoire de l’italien Romeo Castellucci actuellement jouée au Théâtre de la Ville, ils étaient près de 3000 à s’être rassemblés autour de la statue de Jeanne d’Arc, derrière une banderole proclamant « La France est chrétienne et doit le rester. »

Vidéo de la manifestation

Le cortège s’est ensuite dirigé vers la place André Malraux, à proximité du Palais Royal, et environ 200 catholiques se sont ensuite rendus devant le théâtre de la Ville, place du Châtelet, pour y prier devant un cordon de CRS en tenue anti-émeutes les empêchant d’atteindre les abords du théâtre.

Bordeaux : prochaine « marche pour la vie » prévue le 24 mars 2012

Bordeaux : prochaine "marche pour la vie" prévue le 24 mars 2012

27/10/2011 – 09h30
BORDEAUX (via infos-bordeaux.fr) — Pour la 4ème année consécutive, l’association Oui à la Vie appelle ses sympathisants à marcher dans les rues de Bordeaux le samedi 24 mars 2012. A un mois du 1er tour de l’élection présidentielle, cette marche qui rassemble chaque année un grand nombre de jeunes, aura pour but de « montrer à ceux qui nous voient que, quelles que soient les vicissitudes et les blessures de la vie, celle-ci vaut la peine d’être vécue et défendue ».

Bordeaux : prochaine "marche pour la vie" prévue le 24 mars 2012Pour Nicolas Franchinard, président de l’association, le but de cette manifestation est de « témoigner de notre attachement à la vie et à la famille. Nous avons à cœur de proclamer que les enfants sont une richesse magnifique, que la famille est un cadre irremplaçable pour leur épanouissement, que les personnes âgées ont droit à notre respect et que les personnes handicapées doivent être accueillies dans la société comme des êtres humains à part entière »

Photo en Une : Bordeaux, mai 2011, 3ème Marche pour la vie. Crédit : Oui à la Vie

Emeutes à Rome : “Les ‘black blocs’ n’existent pas, ils sont l’alibi pour assurer l’impunité de l’extrême gauche”, déclare le président de CasaPound

Emeutes à Rome : “Les ‘black blocs’ n’existent pas, ils sont l’alibi pour assurer l’impunité de l’extrême gauche”, déclare le président de CasaPound

17/10/11 – 16h45
ROME (NOVOpress)
– Réagissant aux graves violences qui ont eut lieu ce week-end à Rome à l’occasion des manifestations des « Indignés », Gianluca Iannone, président du mouvement social CasaPound, a affirmé que les fameux “black blocs”, soit disant incontrôlés et non connus du reste des mouvements d’extrême gauche, n’existaient pas et ne servaient que d’épouvantail et d’alibi pour assurer l’impunité des groupes activistes rouges.

Pour Gianluca Iannone : « Ceux qui ont détruit la ville, incendié les voitures de citoyens sans défense, et saccagé les rues, sont les mêmes que ceux qui, le 28 octobre de 2008, ont impunément mis à feu et à sang la place Navona pour agresser les militants du Blocco Studdentesco au nom de l’antifascisme, les mêmes qu’ils ont incendié et dévasté le centre de Palerme pour empêcher la présentation du livre de Dominico De Tullio Nessun Dolore, une histoire de CasaPound, les mêmes qui ont blessé une de nos responsables à Naples et qui chaque jour attaquent nos militants dans les universités pour les empêcher de faire de la politique. Ils sont ceux qui font les cortèges escortés par la police et qui arrivent à Rome en cars accompagnés d’élus de gauche. ».

Pour les dirigeants de CasaPound, il est donc clair que les casseurs d’extrême gauche bénéficient d’une protection du pouvoir, arguant notamment du nombre dérisoire d’arrestations (à peine une quinzaine), comparéà l’étendue des échauffourées et des dégâts.

Selon eux, la prétendue contestation contre la crise économique et les politiques d’austérité ne sont qu’un prétexte pour les groupes gauchistes de laisser libre cours à leur nihilisme haineux.

« La lutte contre l’usure, la précarité du logement, le pouvoir excessif des banques, ne sont pas des problèmes d’aujourd’hui, ce sont des questions de fond sur lesquelles travaille Casapound depuis des années, dans la solitude et l’indifférence générale, sans avoir besoin pour cela de détruire les voitures des travailleurs ni de saccager la ville éternelle », a également rappelé Gianluca Iannone, qui a annoncé que, la prochaine fois, il n’hésiterait pas à organiser « une contre-manifestation contre les banques, l’usure et les voleurs d’avenir mais aussi pour défendre notre ville. »

[box class= »info »]Crédit photo : “La Repubblica”[/box]

Radars : le racket fiscal monte au nez des Dijonnais

Radars : le racket fiscal monte au nez des Dijonnais

18/06/2011 – 15h15
Dijon (NOVOpress) –
Dans le cadre de la journée nationale de sensibilisation au racket fiscal auto-moto, les Identitaires de Bourgogne sont montés au créneau dès l’aube ce matin du 18 juin.

Plusieurs militants identitaires de Bourgogne ont répondu à l’appel du Bloc Identitaire, qui organise aujourd’hui, dans une trentaine de départements, une opération de sensibilisation des usagers de la route au “racket fiscal” auto-moto. Une banderole de 6 mètres portant l’inscription « Radars : Stop au Racket » fut déployée dans la matinée sur un pont surplombant l’autoroute A31 entre Dijon et Nuit-Saint-Georges.

Lire la suite