Mosquée de Poitiers – procès en appel des Identitaires – Me Frédéric Pichon : « Évidemment, il y a un acharnement d’ordre politique, mais également une pression des islamistes »

20/05/2020 – FRANCE (NOVOpress)
Ce mercredi 20 mai se tiendra le procès en appel des militants de Génération identitaire qui avaient réalisé, en 2012, une action sur le toit du chantier de la mosquée de Poitiers.

Au micro de Boulevard Voltaire, l’un des avocats de la défense, Me Frédéric Pichon.


Me Frédéric Pichon : « Limitation de circulation après le 11 mai : il y a risque de dérive grave d’une restriction de nos libertés individuelles ! »

Frédéric Pichon

Parmi les mesures annoncées par Édouard Philippe pour l’organisation de l’après- confinement, on apprend que les déplacements après le 11 mai seront strictement limités au-delà des 100 km autour du domicile. Dérogation possible seulement pour « motif familial impérieux ou professionnel ».

Découvrez la réaction de Maître Frédéric Pichon.

Suite aux annonces d’Édouard Philippe, beaucoup de questions se posent. On ne peut pas répondre à toutes les questions. Néanmoins, on peut répondre à la question concernant le déplacement limité à 100 km du domicile en raison d’un motif familial impérieux. Cette notion est-elle défendable juridiquement ?

D’une manière générale, les annonces du gouvernement sont assez floues. On est dans une usine à gaz. J’entends bien que nous sommes dans une situation complexe. Les difficultés vont être l’interprétation de ces notions de motif familial impérieux. On a été dans la subjectivité avec les attestations de déplacement suggérées par le gouvernement. On a vu des forces de l’ordre interpeller des citoyens qui allaient faire des courses et fouiller les caddies pour voir quelle était la nature des courses qui pouvaient relever de motif alimentaire. On a vu des gens se faire sanctionner parce qu’ils avaient acheté du coca et du shampooing. On est dans une appréciation parfaitement subjective. On peut imaginer que pour les gardes d’enfants de parents séparés, le motif familial impérieux est un motif valable. Aller visiter des personnes malades ou fragiles de notre famille c’est aussi, à mon sens, un motif familial impérieux.
Ces dernières semaines, des automobilistes ont fait l’objet de contrôle et on dû rebrousser chemin parce qu’ils allaient voir un père mourant à l’hôpital. On a assisté à de véritables abus de la part des forces de l’ordre qui n’avaient aucun droit d’obliger à rebrousser chemin, non seulement contre toute humanité, mais aussi contre toute légalité.
On ne va pas saisir un avocat et la justice pour 135 euros, mais j’invite tous les Français qui ont été victimes de tels abus de contester systématiquement les amendes.
D’un autre côté, je peux aussi comprendre que le gouvernement veuille éviter les grands déplacements notamment pour l’Ascension et la Pentecôte… Ces dernières semaines, tous les vendredis soirs, les gens partaient en week-end et les Parisiens « apportaient » leur virus à l’île de Ré ou à Noirmoutier au grand dam des habitants locaux.

Pour synthétiser, les faits seraient à l’interprétation et à l’intelligence des forces de l’ordre…

Je pense que c’est une question de discernement. L’idée générale est de limiter les déplacements. J’imagine qu’il y aura des questionnaires. La difficulté serait l’intrusion dans la vie privée des gens. Même si on est dans une situation exceptionnelle, il y a un risque de dérive très grave vers des restrictions des libertés individuelles. J’entends bien que c’est pour un bien commun collectif et une urgence sanitaire, mais je crains aussi qu’il y ait de très larges abus.
Les supermarchés sont grands ouverts, alors qu’une liberté fondamentale et constitutionnelle comme le culte ne va pas pouvoir être exercé à partir du 11 mai.

Ce confinement généralisé et forcé pose des questions de liberté individuelle et « mets à mal le droit ».

On parle du droit constitutionnel et de la liberté fondamentale. Encore une fois, je comprends qu’on veuille restreindre la liberté de circulation maximum. L’idée générale est d’éviter que les gens se déplacent à tout va et qu’on transmette le virus d’une région à une autre. On n’a pas voulu faire des mesures aussi drastiques que des limitations à des départements. Certaines frontières sont ouvertes et on peut prendre l’avion. Il y a donc des mesures contradictoires.

Tribune reprise de Boulevard Voltaire

Invasion : le sursaut

21/09/2015 – POLITIQUE (Présent 8444)
Maître Frédéric Pichon est avocat au Barreau de Paris et vice-président du SIEL, une formation présidée par Karim Ouchikh et associée au Rassemblement Bleu Marine. Il est connu pour avoir défendu de nombreux militants patriotes poursuivis devant les tribunaux pour leurs idées. Il organise un rassemblement à proximité de l’ambassade d’Allemagne le jeudi 24 septembre à 19 h 30, 24 rue Marbeau 75116 Paris (Métro Porte Maillot ou Porte Dauphine), pour protester contre la politique migratoire de l’Union européenne et d’Angela Merkel.

— Pouvez-vous préciser le sens de votre manifestation ?
Le but de cette manifestation est de protester contre la politique absolument irresponsable des autorités européennes pratiquée sous l’égide de Madame Merkel et qui vise à imposer, à l’insu des peuples d’Europe, une vague d’immigration massive absolument sans précédent dans son histoire. Sous couvert de philanthropie et d’humanisme, on ouvre les vannes d’un phénomène incontrôlable qui risque d’avoir des conséquences absolument dramatiques. À terme – car il ne faut pas se leurrer, l’immigration est devant nous – ce phénomène risque d’entraîner la disparition de la France et de l’Europe, la submersion de leur identité et les ravages d’une terrible guerre civile.

8444_Une

— Pourquoi l’ambassade d’Allemagne ?
C’est Madame Merkel qui a ouvert les vannes, sans se concerter avec les autres pays européens, et qui cherche à imposer son diktat d’une main de fer. Alors qu’elle a mis la Grèce à genoux et que des millions d’Européens sont sans travail et sans logement, elle impose aux citoyens d’Europe d’accueillir des centaines de milliers de migrants en menaçant les pays récalcitrants, comme la Hongrie ou la Slovaquie, de sanctions. Par ailleurs, un certain patronat allemand, sans scrupule devant la dénatalité, voit dans l’arrivée de migrants une main-d’œuvre à bon marché.

— L’Allemagne est-elle la seule responsable ?
Bien sûr que non ! Nous entendrons aussi dénoncer l’incroyable inconséquence de nos dirigeants et de nos élites qui, à l’instar de Sarkozy, BHL, Fabius et Hollande, ont soutenu les rebelles en Syrie et déstabilisé la Libye, entraînant de facto le développement de l’État islamique et le chaos migratoire que nous connaissons. Et n’oublions pas (sans sombrer dans le conspirationnisme) le rôle obscur des États-Unis, du Qatar et de l’Arabie saoudite dans le développement de l’État islamique.

— Que faire pour vous aider ?
Relayer au maximum cet événement. Ne soyons plus seulement spectateurs, mais acteurs de notre destin. Les élites françaises et européennes nous méprisent. N’attendons pas qu’ils décident à notre place. Que chaque lecteur de Présent se rende à cet événement, le relaie auprès de lui sur les réseaux sociaux, mobilise ses proches. Comme le dit Soljenitsyne : « Celui qui résiste ne tombe pas, il n’y a que le fuyard qui tombe. »

Propos recueillis par Franck Delétraz