En 30 ans, le nombre de lieux de cultes musulmans a été multiplié par 5

21/01/2016 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

La progression de l’islam s’observe à travers celle de ses lieux de culte. 913 en 1985, 2034 en 2005 et 4987 en 2016.
Ces données proviennent du site Internet https://muzulmania.wordpress.com/.

Ces chiffres semblent supérieurs aux données qui circulent habituellement dans les médias
On parle d’environ 2 200 mosquées. La source est le ministère de l’Intérieur. Néanmoins, et c’est là la subtilité, les lieux de culte ne se résument pas aux mosquées.

L’auteur du site a comptabilisé tous les lieux et aussi les adresses physiques des associations qui remplissent le rôle de « mosquée ». À savoir les mosquées, centres cultuels, salles de prière, lieux de culte, instituts, centres éducatifs, écoles coraniques et associations culturo-cultuelles islamiques. D’où le nombre plus élevé.

C’est pourtant ce chiffre officiel qui est repris par les musulmans eux mêmes
Cela leur permet de revendiquer plus de constructions de mosquées.
C’est le cas de Dalil Boubakeur, recteur de la Grande mosquée de Paris. Il déclarait le 4 avril 2015, au 32e rassemblement des musulmans de France, organisé par l’Union des organisations islamiques de France (UOIF) : « Nous n’avons que 2 200 mosquées pour les 7 millions de musulmans de France, ce n’est pas suffisant. Il en faut le double d’ici deux ans ».
Il peut être heureux, ce chiffre est déjà dépassé.

Que disent les Français de cette explosion du nombre de lieux de cultes musulmans ?
D’après un sondage IFOP-Valeurs Actuelles publié en avril 2015, 45 % des Français interrogés étaient opposés à la construction de nouvelles mosquées en France. Alors qu’à l’exception du FN, aucun parti ne milite en faveur de l’arrêt de la construction de mosquées.
Après les attentats islamistes de novembre et les vagues de « migrants » violeurs en Allemagne, nul doute que cette proportion a dû fortement augmenter.

Mayotte au bord de la guerre civile ?

21/01/2016 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

C’est ainsi que Mansour Kamardine, l’un des anciens députés du 101e département français, voit la situation explosive de l’île. La Cour des comptes a récemment publié un rapport apocalyptique sur celle-ci. Non contente d’avoir le taux de chômage le plus élevé de France, Mayotte possède des systèmes fiscaux, éducatifs et répressifs défectueux.

Faut-il blâmer la départementalisation ?
Celle ci, qui a eu lieu en 2011, a été « Insuffisamment préparée » selon la Cour des comptes. De l’aveu même du député, l’État est « quasiment absent », et la dotation dont devait bénéficier le territoire s’est considérablement réduite. D’un autre côté, la décentralisation a provoqué un clientélisme phénoménal, au point que le conseil départemental soit désormais le premier employeur de l’île.

L’immigration est également un problème
Si l’Europe subit actuellement une vague migratoire, ce qui arrive à Mayotte relève du tsunami. Toujours selon le député « La population d’origine mahoraise est aujourd’hui minoritaire » et 75 % des nouveau-nés de 2015 étaient étrangers et clandestins. Ainsi, la route maritime vers Mayotte « Est une gigantesque autoroute à huit voies à sens unique sur laquelle le trafic est intense 24 heures sur 24 ».

Cela ne va pas sans une montée des tensions
Avec les clandestins, en très large majorité des Comoriens, arrivent des « Individus qui s’improvisent imams ou maîtres coraniques » prônant un islam radical. Et cela sans que l’État réagisse. C’est donc la population qui se sent obligée de réagir : elle a ainsi récemment détruit deux mosquées radicales pour montrer son opposition à ce qui y était prêché.

Halal : une ville danoise impose le porc dans les cantines scolaires

20/01/2016 – EUROPE (NOVOpress)
Lundi 18 janvier, le conseil municipal de Randers au Danemark a tranché. Toutes les institutions publiques devront proposer du porc au menu. Une victoire contre le lobby halal dont nous gagnerions à nous inspirer.

Auparavant, le député Frank Norgaard, avait déclaré :

Nous voulons assurer la présence de viande de porc dans les institutions à ceux qui en veulent […]. Dans plusieurs endroits, il y a d’insidieuses tentatives pour faire en sorte que l’on ne serve pas de viande de porc.


« Nous venons en paix  », mais avec nous, mieux vaut des mosquées que des bonshommes de neige !

« Nous venons en paix », c’est notre chronique de choses vues sur le web et les réseaux sociaux à propos de nos chers « migrants » / « réfugiés » / Bisounours… une petite pastille de vérité dans un océan de propagande aux bons sentiments… mais chut… PADAMALGAM ! Aujourd’hui, la vague de froid en Grande-Bretagne a des conséquences inattendues : elle nous apprend que les bonshommes de neige, c’est haram. Petits anglais, cessez donc de faire ces bonshommes blasphématoires pour l’islam !

Avec la vague glaciale qui vient de s’abattre sur l’est de la Grande-Bretagne, avec des températures atteignant — 12°, les petits Anglais s’amusent dans la neige comme ici à Bradford.
Cependant les mosquées remplacent maintenant les traditionnels bonshommes de neige, respectant ainsi la fatwa lancée en 2015 par cet érudit religieux d’Arabie Saoudite contre les bonshommes de neige, affirmant que cette pratique n’est pas acceptable pour l’Islam.

Personne ne doit construire des bonshommes de neige ou des représentations d’animaux, a déclaré Mohammad Saleh Al Minjed. Mais faire des constructions en neige des choses sans vie, comme les navires, les fruits et les bâtiments, est acceptable.

Sources : Telegraph /Daily Mail

La guerre civile ethnique est-elle évitable ? Probablement pas – par Guillaume Faye

La guerre civile est à nos portes. Et si Guillaume Faye avait raison ?

09/01/2016 – FRANCE (NOVOpress avec Guillaume Faye)

La guerre civile ethnique, comme un serpenteau de vipère qui brise la coquille de son œuf, n’en est qu’à ses très modestes débuts. « Nous sommes en guerre » aiment à rabâcher certains politiciens et journalistes. Ils entendent par là, après les attentats de janvier et de novembre : en guerre contre Daesh et contre une poignée d’islamistes fanatiques. Non, c’est bien plus grave ; il s’agit, sur le territoire français, d’un affrontement ethnique qui commence entre populations extra-européennes sous la bannière de l’islam et la nation française. (1) Les « attentats » et tentatives déjouées ne sont que la partie émergée de l’iceberg. La responsabilité de cette guerre civile ethnique dont les flammèches sont allumées incombera à une classe politique et intello-médiatique et à un appareil d’État qui, de manière criminelle, ont laissé depuis quarante ans se déverser une immigration invasive de peuplement inassimilable. Qui sème le vent récolte la tempête.

Événements d’Ajaccio : laboratoire du futur

Événement très symbolique et défi provocateur : quelques jours après la victoire aux élections régionales des nationalistes et indépendantistes en Corse, de jeunes Maghrébins passent pour la première fois à l’action violente. Ils allument des incendies dans une « cité » aux portes d’Ajaccio et y attirent les pompiers dans un guet-apens, les agressent et en blessent gravement plusieurs. Ils les traitent de « sales Corses ! » (Les médias nationaux ont censuré ce dernier point). Le lendemain, des centaines de manifestants corses investissent la cité, criant des slogans comme « Arabi, fora ! » (Arabes, dehors), dévastent un restaurant hallal et commencent à saccager une salle de prière musulmane dont ils brûlent plusieurs Corans, en guise de représailles. Jusqu’à présent, les « autochtones » faisaient le dos rond, se calfeutraient chez eux ou déménageaient. Ce scénario action/réaction, agression/représailles, critère sociologique d’un déclencheur de guerre civile, est le premier du genre en France et il fera date.

Tout d’abord, c’est la première fois que les « jeunes » des cités de Corse tendent un guet-apens aux pompiers – symboles, comme la police, des autorités françaises détestées – pratique pourtant courante sur le continent où 1 600 pompiers (!) ont été agressés en 2015. C’est aussi la première fois en France qu’on assiste à des représailles des populations de souche exaspérées, tant par le comportement des jeunes musulmans que par le laxisme d’un État qui ne les protège pas.

Et c’est là le marqueur de toute guerre civile : quand une partie de la population, se sentant abandonnée par l’État, s’y substitue, récuse son monopole de la force publique, se fait justice elle-même et assure sa défense, le désordre de la bellum civile est initialisé. En sociologie politique, le signal très concret du passage de l’émeute classique à la guerre civile est le fait que l’affrontement n’a plus lieu entre une population émeutière A et les forces de l’ordre, mais entre une population A et une population B, « par-dessus » les forces de l’ordre. L’État est désapproprié de sa fonction de pacification.

Lire la suiteLa guerre civile ethnique est-elle évitable ? Probablement pas – par Guillaume Faye

C’est l’anniversaire de Charlie !

08/01/2016 – MÉDIAS (NOVOpress)

Hier le journal satirique Charlie Hebdo célébrait le premier anniversaire de la fameuse et tragique tuerie. Pour l’occasion, le journal a sorti un numéro spécial. Sur la une, avec le bon goût que nous lui connaissons, apparaît un Dieu armé à la barbe tâchée de sang, sous-titré : l’assassin court toujours. Charlie, dont les rodomontades n’ont pas accru le courage s’en prend au Dieu des chrétiens, jugés plus placides que les sourcilleux fils du prophète. Ce numéro, tiré à un million d’exemplaires, rend hommage aux victimes, mais ne connaît généralement qu’un succès mitigé.

Comment Charlie a-t-il fait son deuil ?
Charlie n’a pas compris la leçon. Avec des dessinateurs toujours aussi irrespectueux, la feuille de chou a élargi son lectorat. En tout, presque quatre fois plus de lecteurs qu’« avant ». Avant, on le feuilletait pour rire, maintenant, on le lit jusque dans les ministères et les ambassades étrangères. Comme le dit notre ministre de la Culture Fleur Pèlerin dans ce journal : « Charlie, c’est l’insolence érigée en vertu et le mauvais goût en principe d’élégance ».

Peut-être, mais Charlie est également régulièrement désapprouvé
Le journal a déjà essuyé une plainte devant les tribunaux, de la part de Nadine Morano représentée en bébé trisomique. Devant une couverture comme celle d’hier, les mécontentements fusent. Le Vatican s’indigne. Le porte-parole du Kremlin dit simplement « c’est un pur blasphème ». Et depuis quelque temps déjà circule sur les réseaux sociaux le hashtag « jenesuispascharlie ».

Hier, au moment où François Hollande présentait ses vœux à la préfecture de police, un jeune homme d’origine marocaine a tenté d’entrer dans un commissariat de police du XVIIIe arrondissement de Paris.
Il criait « Allah Akbar ». Il ne répondait pas aux sommations de la police, qui l’a abattu. Cet homme était connu des services pour une affaire de vol. On a retrouvé sur son corps un papier sur lequel figure un drapeau de Daech et une revendication non équivoque en langue arabe. Tout le quartier de Barbès a été bouclé, rappelant aux Parisiens de tristes événements qui n’ont malheureusement pas fini de ternir notre quotidien.

Le conformisme de « Charlie »

05/01/2016 – MÉDIAS (Présent 8517)
8517P1
Surprise (si l’on peut dire) à la une de Charlie Hebdo un an après la tuerie islamiste, c’est clairement le Dieu des chrétiens que l’on reconnaît en une sous le titre : « Un an après l’assassin court toujours ». Il a beau avoir les traits déformés par la haine, porter une kalachnikov en bandoulière et un habit tout couvert de sang, la représentation iconographique du vieillard à la grande barbe et en sandales, surmonté de l’œil de Dieu ou de la Sainte Trinité, est sans ambiguïté.
Il y a comme une erreur sur le portrait-robot du tueur ! Totalement malhonnête et surtout très conformiste. Comme Charlie l’est finalement toujours. On comprend que Fleur Pellerin ait volontiers prêté la main à ce numéro-anniversaire.

Ils n’ont toujours rien compris. Bravo au dessinateur Riss qui est aussi le directeur du journal : toutes les religions sont également meurtrières. Et ce sont les chrétiens qui ont abattu tous tes potes comme des chiens en criant : « On a vengé le prophète. »

Caroline Parmentier

Un an après les attentats, Charlie Hebdo fustige le Dieu des « culs-bénits » !

Source : OJIM
Un an après l’attaque du 7 janvier 2015, Charlie Hebdo sort un numéro spécial tiré à près d’un million d’exemplaires.

En couverture, point de Mahomet, mais… un Dieu à la barbe blanche, plutôt de type judéo-chrétien, l’habit ensanglanté et armé d’une kalachnikov, avec ce titre : « 1 an après, l’assassin court toujours ». Ce numéro comprend un cahier de dessins des disparus (Cabu, Wolinski, Charb, Tignous, Honoré), mais aussi des contributeurs extérieurs dont la ministre de la Culture Fleur Pellerin (!), des comédiennes comme Isabelle Adjani, Charlotte Gainsbourg, Juliette Binoche, des intellectuels comme Élisabeth Badinter, la Bangladaise Taslima Nasreen, l’américain Russell Banks, et le musicien Ibrahim Maalouf.

Dans un édito, le dessinateur Riss, survivant de l’attaque du 7 janvier 2015, se pose en défenseur de la laïcité contre les « fanatiques abrutis par le Coran », mais aussi « les culs-bénits venus d’autres religions » qui auraient d’après lui souhaité la mort du journal. Rappelons qu’un cul bénit (ou cul béni) est la manière familière et péjorative dont on nomme les Chrétiens… « Les convictions des athées et des laïcs peuvent déplacer encore plus de montagnes que la foi des croyants », estime Riss.

Dès 2006, quand Charlie Hebdo avait publié les caricatures de Mahomet, « beaucoup espéraient qu’un jour quelqu’un viendrait nous remettre à nos places. Oui, beaucoup ont espéré qu’on se fasse tuer. TU-ER », poursuit Riss.

Sauf qu’à défaut de nommer ceux qui, précisément, ont « tué Charlie », l’hebdomadaire a préféré faire sa une contre les « culs-bénits »… Ou comment faire du business en évitant désormais tout danger !

Les « musulmans patriotes » : mythe ou réalité ?

04/01/2016 – FRANCE (NOVOpress)
Croire qu’il existe en France une masse conséquente de « musulmans patriotes » dissimule souvent une forme de cécité volontaire. Face à un clivage ethnico-religieux de plus en plus explosif, certains pensent que psalmodier « ils existent et sont de plus en plus nombreux » suffira à exorciser une réalité douloureuse.

À l’appel de différentes personnalités, une manifestation contre l’État islamique a eu lieu le 13 décembre dernier au Trocadéro. L’association musulmane « Fils de France » exhortait les musulmans à venir y clamer leur dégoût du califat et leur amour de la France. Ce fut un flop. Moins d’une centaine de personnes ont répondu présent, dont une large partie de non-musulmans. Mais au-delà de ce raté, existe-t-il en France un nombre important de « musulmans patriotes » ?

Il suffit d’étudier les statistiques. En 2012, lors de l’élection présidentielle seuls 4 % des électeurs musulmans ont porté leur suffrage sur Marine Le Pen (IFOP, 2012). En 2007, ils étaient 2 % à avoir voté pour le candidat du Front National Jean-Marie Le Pen, malgré ses nombreux appels du pied envers cette communauté durant la campagne électorale. Plus récemment, à l’occasion des élections municipales, un article de Slate — se basant sur une autre étude de l’IFOP — révèle que dans les arrondissements marseillais où Stéphane Ravier (maire FN) a été élu, « les 8 bureaux comptant plus de 50 % de prénoms musulmans sur les listes électorales ont sans exception placé la liste de gauche en tête, comme 8 des 9 bureaux en comptant entre 35 et 50 %. Inversement, le FN s’est imposé dans 28 des 32 bureaux “potentiellement les moins musulmans” du secteur et dans 13 des 19 bureaux présentant 11 à 20 % de prénoms musulmans. » (Le « verrou » du vote FN cède chez les électeurs juifs, pas encore chez les musulmans, 29/10/2015)

Lire la suiteLes « musulmans patriotes » : mythe ou réalité ?

Alain de Benoist sur les islamistes : « Nous cherchons les moyens d’exister ; eux, des raisons de vivre et de mourir »

23/12/2015 – SOCIÉTÉ (NOVOpress)
Comment une société vide de sens et de transcendance peut-elle prétendre apporter des réponses aux islamistes radicalisés, s’interroge Alain de Benoist

Le gouvernement annonce la création d’un premier centre de « déradicalisation » destiné à nos jeunes musulmans. Vous y croyez ?
Déjà, je n’aime pas beaucoup le terme, car la radicalité est tout autre chose que l’extrémisme. Mais passons. Que faut-il entendre par « déradicalisation » ? Qu’on va prendre en main de jeunes djihadistes pour essayer de leur faire comprendre qu’on leur a lavé le cerveau et que ce n’est vraiment pas bien de vouloir tuer tout le monde ? Pourquoi pas, puisque dans certains pays cela a donné quelques résultats.

Mais il est clair qu’on n’y parviendra pas avec un programme unique, tant les parcours des uns et des autres ont pu être différents, tant la palette de leurs motivations est variée. Quoi de commun entre le salafiste « quiétiste » passé au djihadisme pour des raisons de frustration et de déclassement social – voyez le beau film de Nabil Ayouch Les chevaux de Dieu (2012) – et le petit bandit de droit commun « converti » dans l’incubateur carcéral, qui a décidé de partir en Syrie sans pour autant renoncer à son goût pour les discothèques, les belles voitures, la vie facile et le whisky ? Entre le jeune sociopathe ravi de trouver une légitimation « sacrée » à ses instincts de destruction et celui qui, pareillement dépourvu de toute formation théologique, rêve seulement d’une aventure guerrière qui le fera passer à la télévision ?

Lire la suiteAlain de Benoist sur les islamistes : « Nous cherchons les moyens d’exister ; eux, des raisons de vivre et de mourir »

La Lombardie se prononce à son tour contre la Burqa

21/12/2015 – EUROPE (NOVOpress)
Mieux vaut tard que jamais, il semble que les uns après les autres, les pays se réveillent face à la montée de l’islamisme. Après La CDU allemande, c’est au tour de la province italienne de Lombardie de bannir la burqa de l’espace public.

La région la plus riche d’Italie a approuvé l’interdiction du port de la burqa dans les hôpitaux et les bâtiments officiels. La loi entrera en vigueur début 2016 et stipule que les quiconque veut entrer dans un hôpital doit être reconnaissable. En conséquence, burqa et niqab sont interdits. C’est la première fois en Italie qu’une loi est spécifiquement dirigée contre les accoutrements islamistes, même si l’Italie dispose déjà d’une législation contre les vêtements couvrant le visage.

Allemagne : explosion des vente de « faux hymens » pour les femmes musulmanes

16/12/2015 – EUROPE (NOVOpress)
Signe des temps : une société allemande qui vend de faux hymens pour simuler la virginité des femmes est en plein essor. La cible ? Les femmes musulmanes, dont la vie dépend parfois de tels artifices.

Les affaires sont florissantes pour une société allemande de marketing qui vend de la « virginité » aux femmes musulmanes pour que leurs futurs époux croient jusqu’au bout à leur chasteté. Et l’afflux massif de réfugiés de pays principalement musulmans a contribué à stimuler les ventes. Le concept de l’hymen qui peut être acheté en ligne provient de Chine et visait le marché moyen-oriental. Mais beaucoup de gens étaient préoccupés par la qualité du produit.
Maintenant le made in Allemagne a pris le relais et il répond à un besoin désespéré parmi nombre de musulmanes à prétendre qu’elles soient vierges avant le mariage. Le succès est là, car ce procédé revient à une fraction des 2500 € moyens qu’il en coûte pour une intervention chirurgicale pour remplacer l’hymen féminin. Ces produits sont achetés rapidement et anonymement par des femmes dont la vie pourrait littéralement en dépendre.
virginité musulmanes
Virginia Care vend sur Internet un paquet contenant deux membranes ultra minces qu’une femme peut insérer elle-même pour faire croire que son hymen est intact. Il est vendu sur le site Internet de la société avec l’orgueilleux : « Qualité allemande. » Chaque membrane est composée de deux peaux de cellulose, entre lesquelles une poudre stérile de sang lyophilisé a été injectée.
La membrane est conçue afin de se fixer elle-même grâce à la chaleur et à l’humidité interne du corps féminin, et puis quand elle est percée pendant les rapports sexuels le mélange de sang fournit la « preuve » de la virginité.

virginia care 02
Le produit est proposé en deux variantes de couleur.

La société possède des témoignages de clientes musulmanes qui disent que ce produit leur sauva la vie. On peut lire : « Si votre produit n’existait pas, je n’existerai pas moi non plus. » Une autre a écrit : « je ne peux pas vous dire combien vous m’avez aidé. Tous les remerciements du monde. » Le prix de base est de 49,50 euros.
Un porte-parole de la société a déclaré : « ce produit a été bien conçu et ne peut pas glisser hors du vagin. Après le rapport sexuel, il fournit un résultat apparent naturel avec une trace de sang mélangé avec les fluides corporels. »
La question du sexe avant le mariage pour les femmes musulmanes dans les familles strictes est un dangereux — même mortel — problème. Ce mois-ci, un couple originaire du Pakistan vivant dans la ville allemande de Darmstadt a été condamné pour avoir tué leur fille de 19 ans lorsqu’ils ont appris qu’elle avait eu des relations sexuelles avec un garçon qu’ils rejetaient.

Ce service a toutefois provoqué l’indignation en Égypte où les politiques ont demandé à ce qu’il soit déclaré illégal.
La société a de son côté précisé qu’ils livrent le produit partout dans le monde, mais que presque tous les clients étaient des femmes d’origine musulmane, avec maintenant une véritable explosion auprès de musulmanes vivant en Europe.
Le paquet est livré également avec des instructions indiquant à la cliente comment prétendre qu’elle n’a pas eu de relations sexuelles. Il est indiqué que : « la femme doit montrer de la douleur. C’est exactement ce que l’homme attend d’une femme ayant des rapports sexuels pour la première fois. »
La société offre même différentes textures, l’une est la Virginie Care Original et a une couleur rouge-brune visant principalement à prouver sa virginité à des parents et beaux-parents le lendemain de la nuit de noces. Le second package propose un look plus « sang frais » plus léger, conçu lui pour convaincre un nouveau mari soupçonneux.

Crédit photo : Publicité pour les faux Hymens qualité allemande Virginia Care à destination du marché turc. /small>

Quick va devenir 100 % halal

16/12/2015 – SOCIÉTÉ (NOVOpress)
Rachetée par Burger King, la chaîne de fast-food Quick va perdurer en France en version Halal.

Après le rachat de la chaîne par le géant Burger King, une quarantaine de fast-foods Quick devraient survivre en se repositionnant sur le marché halal. Ce n’est pas une nouveauté pour l’enseigne rouge et blanche qui a déjà banni le bacon dans une vingtaine de ses restaurants, qui proposent désormais des viandes certifiées conformes au rite musulman.
Au vu de la communautarisation croissante en France – notamment en ce qui concerne les personnes de confession musulmane — l’affaire paraît juteuse : cette offre commerciale a permis de multiplier par deux ou par trois le chiffre d’affaires des restaurants concernés, selon Quick.

Cependant, le risque de polémique est réel : le test des Quick 100 % halal avait provoqué des levées de boucliers, à droite comme à gauche, il y a six ans. Le maire de Roubaix, René Vandierendonck (PS), avait d’ailleurs déposé une plainte auprès du procureur de Lille, en 2010, pour « discrimination » contre l’enseigne Quick.
Si nos élus n’ont plus ce courage élémentaire, gageons que nos lecteurs ne laisseront pas la chaîne de fast-food se « halaliser » sans faire du bruit…


« Nous venons en paix », mais en Italie, le Père Noël doit céder la place à Mahomet

« Nous venons en paix », c’est notre chronique de choses vues sur le web et les réseaux sociaux à propos de nos chers « migrants »/« réfugiés »/Bisounours… une petite pastille de vérité dans un océan de propagande aux bons sentiments… mais chut… PADAMALGAM !
Aujourd’hui, passage par l’Italie, où une fête du père Noël pour les enfants de Civitanova a dû, sur injonction des autorités, céder la place à un cortège en l’honneur de Mahomet. Les « migrants » viennent bien en paix, du moment qu’on leur cède tout.

C’est une de ces anecdotes comme il y en a des centaines tous les jours à travers l’Europe et qui illustrent le Grand Remplacement en cours. Voilà pourquoi, parce qu’elle est exemplaire, non seulement le journal local, Il Resto del Carlino , mais le quotidien national Il Giornale lui ont consacré un article.

À Civitanova Marche, dans la région des Marches, en Italie centrale, devait avoir lieu dimanche 13 décembre l’arrivée du Père Noël, organisée pour les enfants par l’Assistance publique (Croce verde) et la Capitainerie du Port. Le Père Noël devait débarquer à 10 heures du matin dans le port sur une vedette de la Garde côtière – pour une fois qu’elle ramenait autre chose que des immigrés clandestins –, et traverser la ville sur un traîneau chargé de cadeaux. Cette fête des enfants devait se terminer devant l’Hôtel de Ville, sur la place centrale (la place du Vingt Septembre, ainsi nommée d’après le 20 septembre 1870, achèvement de l’unité italienne).

Mais « la communauté pakistanaise » avait décidé d’organiser juste à la même heure un cortège pour « l’anniversaire de la naissance du prophète Mahomet ». Du fait de la position centrale de Civitanova, des délégations de toutes les Marches et même des régions voisines étaient attendues. Et les musulmans tenaient à traverser la place centrale avant de se rendre au Palais des Sports de la ville « et de se recueillir en prière ».

Que croyez-vous qu’il arriva ? La Préfecture, invoquant « les attentats terroristes en France et la situation de tension que l’on vit aussi en Italie », a jugé impossible que le Père Noël puisse croiser les musulmans. Elle a donc « mis son veto » au cortège du Père Noël, repoussé loin du centre. La manifestation musulmane, elle, s’est déroulée comme le voulaient les organisateurs, sous haute protection policière, avec drapeaux verts et haut-parleurs hurlant « Allah akbar ». Les rues du centre-ville avaient été fermées à la circulation pour permettre son bon déroulement.
Ils sont chez eux chez nous, c’est bien connu.

Les racines islamiques du massacre de Charlie Hebdo, un peu “d’histoire sainte” islamique

Les racines islamiques du massacre de Charlie Hebdo, un peu "d'histoire sainte" islamique

Ci-dessus : Décapitation du poète Al-Nadr sur ordre de Mahomet, parce qu’il avait raconté des histoires drôles sur lui.

Par “Hélios d’Alexandrie

Le sang des victimes n’avait pas encore séché que les bien-pensants s’évertuaient à expliquer le massacre. Il faut chercher disent-ils les causes sous-jacentes à la radicalisation des musulmans, les causes socio-économiques par exemple, car les choses ne sont pas aussi simples qu’il n’y paraît. L’exclusion, la précarité, l’aliénation, la révolte contre un ordre social injuste, etc. On croirait entendre Tariq Ramadan quand il justifiait les horreurs perpétrées par Mohammed Merah à Toulouse il y a moins de trois ans.

Le public se laissera-t-il berner encore une fois? Non mesdames et messieurs les bien-pensants, cette fois le public ne vous suivra pas bien loin. Continuez à vous illusionner sur votre pouvoir de désinformer, les gens ne sont plus dupes, on peut même dire que les adeptes du « vivre ensemble » à n’importe quel prix, ont finalement perdu leur « innocence » avec leurs illusions. On ne vit pas à égalité avec les islamistes, on se soumet à eux dans l’humiliation ou on meurt.

Les islamistes ont leur façon à eux de nous dire qui est le maître. Ils prennent les moyens qu’ils jugent appropriés pour nous convaincre de renoncer morceau par morceau à cette civilisation, historiquement la plus achevée et la plus humaine, que nos aïeux ont édifiée, non sans sacrifices ni sans douleur. Nous avons certes raison de nous inquiéter pour la liberté d’expression, elle est aujourd’hui sérieusement amochée, mais qui s’inquiétait hier du Processus d’Istanbul, où l’on a vu des hommes politiques islamistes et des personnalités politiques occidentales de premier plan comme Hillary Clinton, s’allier pour museler les critiques de l’islam?

Les islamistes, c’est connu, sont passés maîtres dans la distribution des rôles: Erdogan et son ministre des affaires étrangères s’insurgent contre «l’islamophobie», véritable «crime contre l’humanité» selon eux; mais ce sont d’autres islamistes, plus jeunes, moins connus, mais bien financés et bien entraînés qui punissent le «crime». Le sang répandu dans la salle de réunion de Charlie Hebdo, les potentats musulmans du Qatar, d’Arabie Saoudite et de Turquie en ont plein sur les mains.

Erdogan a pour son dire qu’il n’y a pas islam et islamisme, l’islam c’est l’islam ! On ne peut que lui donner raison, et le massacre de Charlie Hebdo, n’en déplaise aux adeptes de la rectitude politique, c’est aussi et surtout l’islam. Ceux qui l’ont perpétré seront élevés au rang de héros, ils ont lavé l’honneur de Mahomet et par le fait même l’honneur de l’islam et des musulmans; en cela ils ont suivi l’exemple de leur «beau modèle» tel que rapporté dans la Sira, la biographie de Mahomet. Contrairement aux aveugles volontaires qui s’acharnent à ne pas voir l’évidence, les islamistes ne s’étonnent pas d’un tel crime, ouvertement ou en privé ils s’en féliciteront, ils s’abstiendront peut-être de danser dans les rues, mais ils ne cacheront ni leur satisfaction ni leur morgue.

Un peu « d’histoire sainte » islamique

Lire la suiteLes racines islamiques du massacre de Charlie Hebdo, un peu “d’histoire sainte” islamique

L’Afrique n’est pas “Charlie” – par Bernard Lugan

L'Afrique n'est pas "Charlie" - par Bernard Lugan

18/01/2015 – PARIS (via L’Afrique réelle)
Vu d’Afrique, l’ “affaire Charlie hebdo” illustre les limites de l’universalisme européo-centré. Vendredi 16 janvier, alors que les sociétés de l’hémisphère nord communiaient dans le culte de la liberté d’expression, une partie de l’Afrique s’ insurgeait contre la France des “Charlie”. Du Sénégal à la Mauritanie, du Mali au Niger, de l’Algérie à la Tunisie et au Soudan, le drapeau français a été brûlé, des bâtiments français incendiés et en “prime”, des églises détruites. Quant aux imprudents chefs d’Etat africains qui participèrent à la marche des “Charlie”, dont Ibrahim Boubacar Keita du Mali, les voilà désormais désignés ennemis de l’islam.

Personne n’a dit ou vu que l’ “affaire Charlie Hebdo” n’est que la goutte d’eau qui a fait déborder le vase des impératifs politiques et moraux que nous imposons à l’Afrique: démocratie, droits de l’homme, avortement, mariage homosexuel, anthropomorphisme etc. Tous y sont considérés avec dédain ou même comme de “diaboliques déviances”.

Aveuglés par la légitime émotion et noyés sous l’immédiateté, nos responsables politiques n’ont pas songé à se demander comment l’Afrique percevait les événements. Or, alors que pour nous, il s’agit d’un ignoble attentat contre la liberté d’expression commis contre des journalistes, personnes sacrées dans nos sociétés de la communication, pour une grande partie de l’Afrique, il s’agit tout au contraire de la “juste punition de blasphémateurs”. Qui plus est ces derniers n’en étaient pas à leur coup d’essai et ils avaient même été solennellement mis en garde. Voilà pourquoi leurs assassins sont considérés comme des “héros”. Quant aux foules de “Charlie”, elles sont vues comme complices des insultes faites au Prophète. De plus, comme le président de la République a marché à leur tête, cela signifie que la France et les Français sont coupables.

Les conséquences géopolitiques qui vont découler de cette situation ne peuvent encore être mesurées, notamment dans les pays du Sahel en raison du jihadisme récurrent contre lequel nos troupes sont engagées. Le plus grave est ce qui s’est passé au Niger où Boko Haram qui, jusqu’à présent ne s’était pas manifesté, a pris le prétexte de la nouvelle livraison de Charlie Hebdo pour lancer les foules contre le centre culturel français de Zinder; au même moment, nos postes militaires avancés veillent aux frontières du pays…

Personne n’a dit ou vu que l’ “affaire Charlie Hebdo” n’est que la goutte d’eau qui a fait déborder le vase des impératifs politiques et moraux que nous imposons à l’Afrique: démocratie, droits de l’homme, avortement, mariage homosexuel, anthropomorphisme etc. Tous y sont considérés avec dédain ou même comme de “diaboliques déviances”.

Lire la suiteL’Afrique n’est pas “Charlie” – par Bernard Lugan

Attentat contre le caricaturiste suédois Lars Vilks

Attentat contre le caricaturiste suédois Lars Vilks

05/09/2013 – 15h00
STOCKHOLM (
NOVOpress via Lionel Baland) – L’artiste suédois Lars Vilks qui se trouve sur les listes de gens à tuer d’Al-Qaida pour les caricatures de Mahomet qu’il a réalisées, a été victime ce mercredi 4 septembre 2013 d’une attaque qui a échouée.

Lire la suiteAttentat contre le caricaturiste suédois Lars Vilks