McKinsey : le « Macrongate » du quinquennat ?

macron

Depuis plusieurs jours, la polémique sur McKinsey, ce cabinet qui a conseillé le gouvernement, est en train de gonfler, notamment à la suite d’un rapport du Sénat rendu public à la suite d’une commission d’enquête le 17 mars dernier. Les sénateurs ont révélé des politiques d’optimisation fiscale qui auraient même conduit ce cabinet de conseil à ne pas payer un seul euro d’impôt sur les sociétés pendant dix ans. Alors même qu’il effectuait des prestations pour l’Etat… Si McKinsey n’est pas le seul cabinet à avoir effectué des missions de conseil pour l’Etat – il est même derrière Capgemini et Eurogroupe –, il a cependant été associé à des dossiers sensibles, qu’il s’agisse du Covid, de la réforme des retraites ou des aides personnalisées au logement (APL), pour ne citer que ces exemples.

Si McKinsey prétend se limiter à un appui purement technique, le rapport du Sénat révèle néanmoins que son influence a été indéniable sur la décision publique, comme on l’a vu avec le choix de ne pas distribuer de gants pendant la crise sanitaire à la fin de l’année 2020. Ce qui laisse entendre que les politiques sont sous influence parce que les frontières entre « conseil » et « décision » deviennent en fait poreuses, comme l’a indiqué le rapport sénatorial. McKinsey a en effet joué un rôle important dans le Covid car on apprend, selon les termes du rapport sénatorial, que des « pans entiers de la gestion de crise (ont été) sous-traités à des cabinets ». McKinsey s’offre même la part du lion dans les dépenses de conseil avec 12,33 millions d’euros, arrivant ainsi en tête parmi les différents cabinets sollicités lors de cette crise épineuse…
Des consultants omnipotents

Même si ce recours à des cabinets de conseil ne date pas de la présidence actuelle et que ces derniers gravitaient déjà, par exemple, sous Sarkozy, ces pratiques démontrent un certain délitement dans l’exercice de la puissance publique. Ainsi, comment justifier que des notes administratives ont pu être rédigées par ces consultants sous le sceau de l’administration ? Ils ont bien agi comme des agents publics, alors que les vrais agents publics, eux, se sont sentis « infantilisés »… En outre, on apprend que certains responsables de McKinsey ont joué un rôle dans la campagne présidentielle de Macron en 2017. Certes, ils agissaient sur leur temps libre, mais la collusion reste suspecte. McKinsey a été sollicité par les pouvoirs publics moyennant des mécanismes souples au niveau des marchés publics qui dispensent nos administrations de recourir à des appels d’offres. Une confusion qui révèle donc la difficulté à démêler les politiques publiques des intérêts privés au point de rendre sceptiques les observateurs et les acteurs politiques. A dix jours du premier tour de la présidentielle, on est bien en présence d’une crise significative dans la gestion des deniers publics. Il y a cinq ans, les affaires Fillon avaient bousculé le déroulement de la présidentielle de 2017 en bouleversant les prévisions initiales. En sera-t-il de même ?

François Hoffman

Article paru dans Présent daté du 30 mars 2022

Emmanuel Macron se paye Las Vegas

Macron Las Vegas

Le Canard Enchaîné affirme que l’Inspection générale des finances soupçonne Macron d’un délit de favoritisme impliquant une grosse somme d’argent : le Parquet national financier n’ouvre pas d’enquête. Normal !

Comme pour Fillon, c’est Le Canard Enchaîné qui balance. Comme pour Fillon, l’hebdo est sûr de ses infos. Sa source c’est l’IGF. Le 6 janvier 2016, Emmanuel Macron, alors qu’il est ministre de l’Economie, se fait ovationner par plus de 500 entrepreneurs, personnalités et dirigeants français de start-up, en plein Consumer Electronics Show de Las Vegas, aux Etats-Unis, grand-messe planétaire de l’innovation technologique.

« Cette opération de séduction, montée dans l’urgence, à la demande expresse du cabinet du ministre, a été confiée au géant Havas par Business France (l’organisme de promotion de la French Tech dépendant de Bercy) sans qu’aucun appel d’offres ait été lancé », révèle Le Canard Enchaîné.

« La commande de la prestation Havas est susceptible de relever du délit de favoritisme », souligne l’IGF après enquête. Et le palmipède met la patte sur le coût coquet de la soirée : « 381 759 euros, dont 100 000 rien que pour l’hôtel, où la moindre chambre était facturée plus de 300 euros la nuit ».

Reprenant les conclusions de l’IGF, le Canard révèle que Business France, ou certains de ses salariés, « pourraient être incriminés pour favoritisme » et Havas France ou ses dirigeants « au titre de la complicité ou du recel ».

Mais quand ça concerne Emmanuel Macron, il n’y a jamais le feu au lac. Le parquet national financier a déclaré mercredi à l’AFP attendre « plus d’informations » pour envisager « des suites éventuelles à donner ». Plus tôt dans la journée, le ministre de l’Economie et des Finances, Michel Sapin, a passé la consigne : « Emmanuel Macron et son cabinet sont totalement hors de cause ». Pas un peu. « Totalement ». Comme pour les 120 000 euros de frais de bouche détournés du ministère de Bercy pour sa campagne présidentielle, les trois millions d’euros touchés chez Rothschild disparus dans la nature ou sa déclaration de patrimoine largement sous estimée. Le chevalier blanc du système doit rester couleur beurre frais le plus longtemps possible.

Caroline Parmentier

Article paru dans Présent daté du 10 mars 2017