Londres : manifestation d’islamistes contre l’Angola et les chrétiens [vidéo]

Londres : manifestation d'islamistes contre l'Angola et les chrétiens [vidéo]

03/12/2013 – 21h30
LONDRES (NOVOpress) Des islamistes ont manifesté à Londres contre l’Angola et contre ce qu’ils appellent “la tyrannie chrétienne”. En effet, une rumeur a couru pendant plusieurs jours au niveau international a prétendu que l’Angola voulait interdire l’islam et démolir les mosquées du pays, suite aux déclarations d’un ministre angolais. Rumeurs démentis depuis par le gouvernement angolais.

En tout cas, cela n’a pas plu aux islamistes vivant à Londres et ont profité de cette histoire pour s’attaquer une nouvelle fois aux chrétiens, venant avec leur sempiternelle pancarte “L’islam dominera le monde”.

http://youtu.be/T1GGF0gHwy0

Londres : meurtre barbare à la machette d’un soldat britannique par deux hommes agissant au nom d’Allah

Londres : meurtre barbare à la machette d'un soldat britannique par deux hommes agissant au nom d'Allah

22/05/2013 – 21h30
LONDRES (NOVOpress) – Assiste-t-on aux rivières de sang dont Enoch Powell avait parlé de manière prémonitoire ? Ce mercredi en début d’après-midi, un soldat britannique a été massacré à la machette et au hachoir par deux hommes, en pleine rue, sous les yeux de douzaines de témoins horrifiés, à Woolwich, dans le sud-est de Londres.

Lire la suiteLondres : meurtre barbare à la machette d’un soldat britannique par deux hommes agissant au nom d’Allah

Grande-Bretagne : islamisation et immigration contre identité

Grande-Bretagne : islamisation et immigration contre identité

13/11/2012 – 10h00
LONDRES (NOVOpress) –
Un recensement daté du 11 décembre constate que l’islam s’affirme comme la religion ayant la plus forte croissance en Grande-Bretagne et au Pays de Galles. Actuellement,  32,2 millions de Britanniques se déclarent chrétiens, contre 37,3 millions en 2001. En parallèle, la proportion de musulmans a augmenté officiellement de 3 % à 4,8 %. En 2010 une étude officielle notait déjà que la population musulmane avait augmenté dix fois plus vite que la moyenne anglaise entre 2006 et 2010.

Cette islamisation du Royaume-Uni, valable d’ailleurs en France, Allemagne, Espagne ou Italie, s’accompagne d’une substitution de population via l’immigration de masse.

Lire la suiteGrande-Bretagne : islamisation et immigration contre identité

Les bonus des financiers londoniens dégringolent

Les bonus des financiers londoniens dégringolent

14/11/2102 — 10h00
LONDRES (NOVOpress via le Bulletin de réinformation) — Selon une étude publiée lundi par le journal économique La Tribune, les bonus des financiers de Londres de 2012 devraient diminuer de plus de la moitié par rapport en 2011. Ils passeraient ainsi de plus de quatre milliards d’euros à moins de deux milliards d’euros pour l’ensemble de la City (photo ci-dessus).

Lire la suiteLes bonus des financiers londoniens dégringolent

JO : fier des résultats obtenus par les Britanniques, David Cameron attend maintenant des retombées économiques

JO : fier des résultats obtenus par les Britanniques, David Cameron attend maintenant des retombées économiques

13/08/2012 – 21h00
LONDRES (NOVOpress Breizh) –
Alors qu’ils ont pris fin hier, le Premier ministre britannique David Cameron a tiré le bilan des JO de Londres et chargé Sebastian Coe (photo ci-dessus), le président du comité d’organisation des Jeux, d’assurer le service après vente de cette manifestation. Un mélange de fierté nationale et de conception marchande de l’olympisme assumé sans complexes. So british…

« L’esprit des JO ne doit pas durer seulement le temps d’un été mais pour de bon » a affirmé lors d’une conférence de presse tenue dimanche David Cameron. Pour le leader conservateur,« les JO ont été l’occasion de montrer le meilleur dont le pays est capable. Nous sommes sûrs de ce que nous sommes, et fiers de nous-mêmes. »

Lire la suiteJO : fier des résultats obtenus par les Britanniques, David Cameron attend maintenant des retombées économiques

Jeux Olympiques : place aux arbitres voilées ! Par Pierre Cassen

Jeux Olympiques : place aux arbitres voilées ! Par Pierre Cassen

On n’arrête plus l’islamisation des Jeux Olympiques de Londres. Nous avons eu l’histoire de la judoka saoudienne voilée, d’un niveau indigne de Jeux Olympiques, et d’une athlète voilée qui a couru un 400 mètres en 2 minutes, quand les meilleures courent en 50 secondes. Il est vrai que pour les pays islamistes comme l’Arabie saoudite, il est difficile d’interdire aux femmes de pratiquer le sport, et de regarder une compétition sportive, et en même temps d’aligner des soldates de l’islam voilées dans les compétitions internationales.

Lire la suiteJeux Olympiques : place aux arbitres voilées ! Par Pierre Cassen

Elections municipales au Royaume-Uni : les conservateurs essuient une lourde défaite

Elections municipales au Royaume-Uni : les conservateurs essuient une lourde défaite

08/05/2012 – 08h00
PARIS (NOVOpress via le Bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) –
Les élections municipales partielles organisées jeudi dernier au Royaume-Uni ont vu les conservateurs perdre douze conseils municipaux et quelques 400 élus, alors que l’opposition travailliste mettait la main sur 32 communes.

Seule consolation pour la droite, Londres reste tenue par l’iconoclaste Boris Johnson (photo) qui a résisté de justesse aux assauts de l’ancien maire Ken Livingstone surnommé Ken le Rouge.

Cherchant à tirer des conclusions de cet échec, plusieurs parlementaires ont appelé de leurs vœux une « droitisation » de la politique du gouvernement Cameron. L’UKIP, parti souverainiste de droite, a en effet enregistré les meilleurs résultats de son histoire tandis que les libéraux-démocrates, alliés centristes des conservateurs, s’effondraient.

Le Premier ministre a rejeté ces appels, préférant expliquer que les coupes budgétaires imposées par la crise économique étaient les principales responsables de cette défaite électorale.

Crédit photo : Boris_Johnson via Wikipédia, licence CC.

Un pub londonien de 1872 transformé en centre islamique

Un pub londonien de 1872 transformé en centre islamique

04/05/2012 – 08h00
LONDRES (NOVOpress) –
L’islamisation s’attaque à tous les symboles de la culture européenne. Nouvel exemple en Angleterre. A Londres, un centre islamique a pris possession d’un pub datant de 1872 : le « Queen’s arms ». Désormais, la convivialité d’une soirée autour d’une bonne pale ale dans ce bar chargé d’histoire, fera place aux prières et conférences islamiques.

L’association islamique de Norfolk Ouest aurait reçu « un grand nombre de lettres d’opposition. L’opposition était aussi la résultante d’un rejet de l’islam par des habitants », reconnaît le site Ajib.fr. Face à cette résistance, les responsables musulmans du site « envisagent même des rencontres liées à la vie du quartier afin d’améliorer la vie de tout le monde ». Un prosélytisme qui ne devrait pas faire oublier aux Anglais le goût de leur bière traditionnelle.

Mairie de Londres : le candidat travailliste joue la carte islamique

Mairie de Londres : le candidat travailliste joue la carte islamique

21/03/2012 – 10h00
LONDRES (NOVOpress) –
« Je ferai de Londres un phare de l’Islam ». C’est la promesse de Ken Livingstone, candidat à la mairie de Londres aux élections municipales qui auront lieu au mois de mai.

Livingstone s’est adressé aux musulmans vendredi dernier, lors de la prière à la mosquée de Finsbury Park (photo), longtemps contrôlée par l’islamiste Abu Hamza, actuellement en prison pour terrorisme, et désormais contrôlée par une association extrémiste liée au Hamas, la Muslim Association of Britain. Livingstone a expliqué qu’il avait lu l’année dernière « le dernier sermon du Prophète (que la paix soit sur lui) » et qu’il y voyait « un programme pour l’humanité tout entière » et « un Credo pour nous tous ». Il a continué en s’engageant à « arrêter la démonisation de l’Islam», qui, selon lui, est répandue « par des journaux empoisonnés comme le Daily Mail et le Daily Telegraph ». « Je veux passer les quatre années qui viennent [les quatre années de mandat du maire, NdR] à assurer que tous les non-musulmans à Londres connaissent et comprennent les paroles et le message » de Mahomet. Pour joindre, si l’on ose dire, l’utile à l’agréable, Livingstone a promis aux fidèles de la mosquée de « rendre votre vie un peu plus facile sur le plan financier ».

Livingstone avait été maire de Londres de 2000 à 2008 et, en cette qualité, avait accordé de très généreuses subventions aux mosquées et aux associations musulmanes de la ville, qui l’en avaient remercié en faisant activement campagne pour sa réélection à un troisième mandat en 2008. Il n’en avait pas moins été battu par l’actuel maire conservateur, Boris Johnson. Il est prêt à tout pour reconquérir la mairie en 2012.

Les statistiques ethniques étant, comme on sait, autorisées en Grande-Bretagne, un rapport officiel sur les élections municipales de 2004 et de 2008 à Londres  avait souligné l’importance dans le vote de l’appartenance ethnique et religieuse. «Le lien entre le vote pour le parti travailliste et les zones à pourcentages élevés de Pakistanais et de Bangladeshis s’est renforcé entre 2004 et 2008. Un autre important changement enregistré concerne le rapport entre le vote pour le parti conservateur et les zones à pourcentages élevés de population Britannique blanche. La corrélation positive entre ces éléments est passé de 0,44 en 2004 à 0,56 en 2008 » (le coefficient de corrélation est compris entre -1 et 1 ; un coefficient de +/- 0,5 est considéré comme fort). Il y a de même une forte corrélation positive (0,57) entre vote travailliste et pourcentages élevés de musulmans, comme entre vote conservateur et pourcentages élevés de chrétiens.

Commentant les propos de Livingstone sur son blogue du Daily Telegraph, Ed West  estime que « Ken va probablement perdre l’élection, et la raison est qu’il a un sérieux problème blanc ». « Des propos comme ceux qu’il a tenus à la mosquée de Finsbury Park ont peu de chances de renverser cette tendance ». Compte tenu de l’évolution de la population londonienne, brutalement manifestée par les émeutes de l’été dernier, on peut pourtant penser que Ken Livingstone sait ce qu’il fait.

Crédit photo : Matt Buck, via Flickr, licence CC.

Ema West, le “buzz de novembre 2011”, présentée au tribunal à Londres

Ema West, le "buzz de novembre 2011", présentée au tribunal à Londres

04/01/2012 – 17h00
LONDRES (NOVOpress via Lionel Baland) –
Emma West, la plus “célèbre” des anglaises actuelles (la vidéo de son “pétage de plomb” dans un métro londonien ayant fait le tour du monde)  a comparu ce mardi 3 janvier 2012 devant un tribunal pour les propos qu’elle a tenu dans le métro. Elle doit faire face à une charge supplémentaire : «  tentative de provoquer la peur ou de provoquer des violences envers un passager. »  La prochaine comparution aura lieu le 17 février 2012. Emma West est tenue de vivre et dormir chez elle, ne pas voyager en métro dans la zone de Croydon et Sutton et de ne pas commenter son cas, particulièrement sur les réseaux sociaux. Des membres du British National Party ont assisté à l’audience afin d’apporter leur soutien à cette mère de famille.

 

Tony Parker : porte-drapeau français aux JO de Londres ?

Tony Parker : porte-drapeau français aux JO de Londres ?

04/01/2012 – 08h00
SAN ANTONIO (NOVOpress) –
Selon Le Parisien, le basketteur Tony Parker aurait entamé « une campagne de lobbying » pour devenir le porte-drapeau de la délégation française aux Jeux Olympiques de Londres (27 juillet – 12 Août 2012).

Né d’un père afro-américain et d’une mère néerlandaise, il joue pour l’équipe américaine des Spurs de San Antonio (Texas) depuis dix ans. Pétri de sous-culture américaine, Tony Parker navigue dans l’univers hip hop et chante « Rap est mon job » sur le morceau Balance toi. En 2010, le basketteur people fait la Une des tabloïds pour avoir « trahi son épouse » outre-Atlantique, Eva Longoria, après un mariage paillettes célébré en 2007 par Bertrand Delanoë. Aux Etats-Unis, il est d’ailleurs l’un des sportifs les plus détestés. Avec un tel parcours effectué sous le sceau des Etats-Unis, Tony Parker est mal placé pour avoir l’honneur de porter le drapeau tricolore aux JO de Londres l’été prochain.

Crédit photo : Keith Allison via Flickr, licence CC.

Londres : la farce des pseudo-indignés de la cathédrale Saint-Paul

Londres : la farce des pseudo-indignés de la cathédrale Saint-Paul

01/11/11 – 19h30
LONDRES (NOVOpress) –
A cross between a socialist and a socialite, « une combinaison de socialiste et de mondain » : c’est en ces termes que Yes, prime minister, l’excellente série satirique de la BBC dans les années 1980, caractérisait « l’évêque anglican idéal ». Dans l’épisode en question (« The Bishop’s Gambit »), le Premier Ministre finit par nommer évêque un spécialiste de l’Islam, qui définit la Bible comme « une sorte de Coran pour chrétiens ». Vingt-cinq ans plus tard, les choses ne se sont pas améliorées : l’Église anglicane a aujourd’hui la triste distinction d’être la plus politiquement correcte des Églises chrétiennes européennes et, en conséquence, celle qu’on prend le moins au sérieux.

Le triste état de ce qui fut l’Église officielle du plus vaste Empire que le monde ait connu – au temps où le clergé anglican prônait volontiers « le christianisme musculaire » –, est à nouveau apparu au grand jour depuis que des « indignés » anti-capitalistes, empêchés par la police de s’installer devant la Bourse de Londres, ont planté leurs tentes devant la cathédrale Saint-Paul, le 15 octobre dernier. Leur leader est un étudiant en philosophie, autoproclamé « anarchiste » et fils d’un promoteur immobilier multimillionnaire. Les chanoines de la cathédrale étaient trop proches, par l’idéologie comme par la sociologie, de ces pseudo-rebelles, pour ne pas les accueillir à bras ouverts. Ils ont même ordonné à la police de s’en aller pour ne pas les gêner.

Au fur et à mesure que la « protestation » se pérennisait, les inconvénients d’un tel voisinage ont commencé à apparaître. Le 21 octobre, Saint-Paul a dû fermer, pour la première fois depuis la Seconde Guerre Mondiale, à cause des problèmes de sécurité – les « indignés » bloquant notamment les sorties en cas d’incendie. Non seulement les services religieux ont été interrompus mais, l’entrée étant payante pour les touristes, la cathédrale a perdu au moins 16.000 livres par jour.

Dans l’intervalle, l’imposture des « indignés » est devenue évidente. Des journalistes du Daily Telegraph ont pu vérifier grâce à une caméra thermique que la plupart des tentes étaient inoccupées la nuit, les neuf dixièmes de ces grands rebelles préférant rentrer dormir à la maison. Le principal signe d’occupation était l’odeur de marijuana dans l’air.

Dans la journée, selon un reporter « infiltré » du Daily Mail, « une activité essentielle consiste à s’asseoir en rond pour fumer des joints et descendre de la bière ». Des gens ivres urinent sur les marches de la cathédrale et sur les tentes. « Dans leur vingtaine, avec une majorité de filles », la plupart des « protestataires » sont des étudiants des universités londoniennes, qui se partagent entre le campement et leurs cours. Ils hurlent, avec un accent très middle class, pour convoquer à des meetings divers et variés « pour les femmes, les minorités ethniques, et les groupes de soutien aux LBGT (Lesbian Gay Bisexual Transgender) ». « Un Blanc barbu converti à l’Islam fait le tour du camp en criant dans un mégaphone “Réveillez-vous, ce n’est pas un pique-nique” ».

La réouverture de Saint-Paul, le 27 octobre, qui faisait présager une expulsion des « indignés », a immédiatement provoqué la démission de leur principal partisan au sein du chapitre, le Révérend Dr Giles Fraser, chancelier de la cathédrale et connu entre autres pour son soutien au mariage homosexuel, ses campagnes contre « l’islamophobie » et sa négation publique de l’immortalité de l’âme.

Le chapitre a effectivement voté, le 28 octobre, à une courte majorité, le recours à la justice pour faire évacuer le campement, comme le recommandait le doyen, le Très Révérend Graeme Knowles. Mais les chanoines s’étant presque immédiatement désolidarisés de la décision, c’est cette fois le doyen qui a démissionné, le 31 octobre. Mark Field, député conservateur de la Cité de Londres, a alors accusé le chapitre d’avoir fait de Saint-Paul « une farce nationale ». La cathédrale a décidé aujourd’hui de suspendre son action en justice.

La responsabilité de la crise revient à présent à l’évêque de Londres, le Révérendissime Richard Chartres. Il avait commencé par féliciter les « protestataires » pour leur contribution « à la future forme du monde » mais avait finalement approuvé le recours à la justice pour les faire évacuer, ce qui lui vaut d’être aujourd’hui dénoncé comme un hypocrite.

Richard Chartres, dont on parle beaucoup actuellement pour l’archevêché de Cantorbéry, a succédé comme évêque de Londres à David Hope, célèbre pour avoir déclaré que sa sexualité était « une zone grise », après qu’il eut été « outé » par des militants homosexualistes.

Dans « Yes, Prime Minister », le secrétaire du Premier Ministre lui explique que les Church Commissioners lui proposeront deux candidats pour l’évêché vacant, mais de telle sorte qu’il choisisse nécessairement leur favori. « C’est comme un tour de carte, vous finissez toujours par choisir la carte que le magicien veut vous faire prendre. Dans le cas de l’Église d’Angleterre, le choix est généralement between a queen and a knave », entre une dame (une folle) et un valet (une crapule). Le jeu de mots, en tout cas, est intraduisible en français…

[Football] Club du jour : West Ham United

[Football] Club du jour : West Ham United
Les supporters de West Ham en 1933
Les supporters de West Ham en 1933. Crédit : Wikipédia Commons / ChrisTheDude (cc)

Fondé en 1895, le club de West Ham se situe malgré son nom à l’est de Londres. À ses débuts, le club évolue au Boleyn Ground (plus de 35 000 places) dont il ne reste aujourd’hui qu’un pub du même nom. Car l’antre des Hammers – surnom donné au club « claret and blue » – est aujourd’hui Upton Park, qui se trouve au même endroit que son prédécesseur.

West Ham United n’est pas réputé pour son palmarès : à peine trois Coupes d’Angleterre, une Community Shield et tout de même une Coupe des Vainqueurs de Coupe de Football en 1965, l’ancienne coupe d’Europe intermédiaire entre la C1 et la C3. Le club n’a rien gagné depuis 1981.

Non, si les Hammers sont connus à travers le monde, c’est pour leurs sulfureux fans. Les Cockney – les gars originaires de West Ham – se regroupent dès les années 70 sous le nom intrigant de « ICF ». ICF pour InterCity Firm. Les Cockney sont en effet friands de voyages à travers le Royaume Uni via le service ferroviaire.

En réalité, Manchester United, Chelsea et Newcastle n’arrivent pas à la cheville du club sud-londonien de Millwall. À l’origine des tensions entre les deux clubs, une histoire ouvrière. Les deux clubs sont en effet ceux des Dockers. Mais en 1926, un conflit social dur est lancé par les travailleurs. Ceux de Millwall reprendront le travail alors que West Ham campera sur ses positions.

West Ham est donc craint dès les années 70. Les bandes du club déboulent dans les villes et instaurent un jeu dans lequel ils excelleront : la prise des Terraces (les kops sans sièges) de leurs adversaires. Aston Villa début 70, Middlesborough en 1975, puis la machine est lancée, Chelsea, Stoke, Liverpool et bien d’autres.

L’ICF déclenchera aussi des émeutes en ville (Brighton), dans les trains (très souvent lorsque les fans d’équipes londoniennes retournent par le même train et se croisent) et même dans les ferrys (contre Manchester en 1986).

Mais West Ham United est bien plus qu’un club de foot, c’est une communauté. S’y expriment entre autre les Cockney Rejects, un groupe de Oï (sorte de punk rock) qui fera le top 50 plusieurs fois d’affilée. Les membres de ce groupe appartiennent aux bandes de West Ham et plusieurs de leurs chansons s’inspirent directement du club et de ses fans dont la reprise punchy de l’hymne du club, « Forever Blowing Bubbles ».

Le côté communautaire du club s’exprime aussi par l’absence de politisation du stade. Si jusque dans les années 1980, le National Front est implanté du côté d’Upton Park, il va se marginaliser au fur et à mesure que certains leaders de l’ICF, dont le fameux Cass Pennant, prendront de l’importance bien que Noirs. De même, si la Croix de St Georges flotte parfois dans le North End, la tribune des fans londoniens, les contingents pour suivre l’équipe nationale sont moins nombreux que leurs voisins de Millwall, Chelsea et les clubs du Nord.

Aujourd’hui, si l’ICF a officiellement arrêté ses activités et que la répression politico-policière a eu raison des classes populaires dans le foot britannique, il fait toujours bon vivre aux abords d’Upton Park. Les pubs se gargarisent de tatouages, de polos et de costauds. Il arrive parfois que des émeutes éclatent encore, notamment face à l’ennemi héréditaire Millwall en 2009.

Si vous voulez en savoir plus sur ce club mythique, vous pouvez lire les livres de Cass Pennant, voir le film qui a été fait sur lui ou les « Hooligans » qui s’inspire directement de l’ICF.

Mais le mieux est encore de flâner du côté de l’East End londonien, prendre une bonne pinte au Brit à Plaistow (une station d’Upton Park, pub des enragés de WHU) et dénicher une place pas trop chère pour faire siffler vos oreilles au son du « Forever Blowing Bubbles » !

[Kiosque étranger] Londres, la fracture ethnique s’accentue

[Kiosque étranger] Londres, la fracture ethnique s'accentue

05/10/2001 – 13h30
LONDRES (NOVOpress) –
Dans un article du Daily Mail, Kate Loveys rapporte les inquiétudes de David Levin, directeur de la City of London School for boys, lequel avertit que la ville de Londres poursuit une ségrégation ethnique qui la conduit à une situation comparable à celle de Johannesburg durant l’apartheid.

Cet éducateur mentionne des exemples frappants. Une école peut compter 97% d’enfants pakistanais, alors que, dans une autre, ils seront pratiquement tous Africains de l’Ouest.

Dans quelques années, prévient-il, du fait d’une ethnicisation volontaire des zones d’habitat, les enfants seront scolarisés selon leur appartenance ethnique.

[Kiosque étranger] Le prix de la diversité pour l’UBS : une escroquerie de près d’1,5 milliard d’euros

[Kiosque étranger] Le prix de la diversité pour l'UBS : une escroquerie de près d'1,5 milliard d'euros

16/09/2011 – 15h00
LONDRES (NOVOpress) –
Dans un papier très bref paru dans The Telegraph, les journalistes Gordon Rayner, Andrew Hough et Victoria Ward publient un compte-rendu de la fraude dont vient d’être victime la branche londonienne de la banque suisse UBS. Soit près d’1,5 milliards d’euros

A l’inverse des journaux français comme Libération  – à l’exception notale du Parisien ou du Figaro –, les Britanniques n’hésitent pas à publier très rapidement la photo et le nom du trader incriminé. Ce trader d’origine africaine s’appelle Kweku Adoboli.