L’inceste : une violence qui touche 2 millions de Français [audio]

L'inceste : une violence qui touche 2 millions de Français [audio]

02/12/2011 – 17h30
PARIS (NOVOpress) –
L’Association internationale des victimes de l’inceste (AIVI) a lancé il y a quelques semaines une pétition afin d’introduire l’inceste dans le code pénal. En effet, actuellement, l’inceste est jugé comme viol, agression ou atteinte sexuelle, mais le mot inceste, qui lie des membres de la famille à cette acte sexuel, est lui oublié. Une proposition de loi faite en ce sens a d’ailleurs été invalidée par le Conseil d’État.

Selon les statistiques publiées par l’AIVI suite à un sondage commandé à l’IFOP, ce sont pourtant plus de 2 millions de français qui en serait victimes. Le sujet semble néanmoins rester tabou dans notre société. Honte des victimes et arrogance des bourreaux, quand ça n’est pas tout simplement mise en avant politique de certains déviants sexuels (on rappellera que Daniel Cohn-Bendit, un des leaders écologistes au parlement européen, un des amis de Nicolas Sarkozy, revendiquait il y a maintenant 30 ans le droit de caresser librement des petits enfants)… telles sont sans doute les causes de ce non-dit qui provoque chaque année des drames et qui fait naître des pathologies profondes, des dépressions, des suicides ainsi que des mal-être permanents.

Entretien avec Isabelle Aubry (photo ci-dessus), président de l’AIVI, qui nous parle de cette pétition et de la lutte contre l’inceste.

Propos recueillis par Yann Vallerie pour Novopress.

[box class=”info”]Crédit photo : DR[/box]

[MEDIA not found]

Le gouvernement lance une campagne contre le port du niqab dans l’espace public

Le gouvernement lance une campagne contre le port du niqab dans l'espace public
Affiche officielle sur l'interdiction du port du niqab dans l'espace public
Affiche officielle sur l'interdiction du port du niqab dans l'espace public

30/09/2011 – 11h30
PARIS (NOVOpress) – La France de 2011 a décidément bien du mal à faire respecter le sacro-saint principe de laïcité instauré un siècle auparavant. Foncièrement anti-catholique, la laïcité s’est peu à peu imposée au sein de la société française comme une règle d’or. Mais c’est sans compter sur les mesures immigrationnistes prises par les thuriféraires de la loi de 1905.

Résultat, des flux migratoires massifs qui se sont accompagnés d’un cortège de dérives religieuses obligeant la République française à voter, tardivement (?) la loi du 11 octobre 2010 entrée en vigueur le 11 avril 2011. Objectif de cette loi, réaffirmer le principe de laïcité bafoué en banissant la dissimulation du visage dans l’espace public, mais aussi « de marquer la volonté de la représentation nationale de réaffirmer solennellement les valeurs de la République et les exigences du vivre ensemble ». Des exigences du vivre ensemble (sic) il est vrai mises à rude épreuve.

Une énième loi qui semble être allégrement transgressée dans de nombreuses zones abandonnées par les pouvoirs publics et qui ne résoudra en aucun cas les problèmes posés par l’immigration de masse. Une chose est sûre, la République ne lésine pas sur les moyens pour mener sa campagne en créant un site dédié relatif à l’interdiction de porter le niqab dans les lieux publics. Des affiches et autres dépliants ont même été réalisés indiquant que « la République se vit à visage découvert ».

Une campagne menée à grands renforts de communication qui risque d’aboutir à un résultat nul tant l’impuissance et le manque de courage politique caractérisent la classe dirigeante française.

Prières de rue à la Goutte d’or : les musulmans bravent l’interdiction

Prières de rue à la Goutte d’or : les musulmans bravent l’interdiction

16/09/11 – 18h00
PARIS (NOVOpress)
– Décidément l’État de droit peine à se faire respecter dans les quartiers multiethniques à forte population musulmane.

Ainsi, plus de 200 musulmans priaient cette après- midi dans les rues de la Goutte d’or, malgré l’interdiction prononcée par la gouvernement via le ministre de l’Intérieur Claude Guéant (au centre, photo ci-dessus en compagnie de Jean-Claude Gaudin, maire de Marseille à droite).

Défiant ainsi l’autorité d’un gouvernement toujours plus efficace dans les déclarations électoralistes que dans les faits, les fidèles musulmans se sont rassemblés vers 14 heures sur la chaussée de la rue Polonceau (18ème arrondissement).

Le ministre de l’Intérieur avait pourtant affirmé être bien décidé à faire respecter l’interdiction de prier dans les rues dès ce vendredi, notamment à Paris et Marseille, où ces phénomènes sont les plus massifs et les plus visibles.

La mobilisation des musulmans, qui bénéficiaient de la mise à disposition d’une caserne Boulevard Ney pour pratiquer leur prières, est donc un camouflet pour la gouvernement sarkozyste, ainsi qu’un message très clair sur le peu de cas qui est fait de la loi française dans ces quartiers.

«Si d’aventure il y a des récalcitrants nous y mettrons fin», avait pourtant averti le ministre de l’Intérieur sur l’antenne de RTL. On attend donc de voir l’application de ces mâles propos…

[box class=”info”]Photo sous licence Creative Common : Marcovdz/Flickr[/box]