Tag Archives: l’invasion migratoire

L’immigration bactérienne

12/11/2015 – FRANCE (Présent 8481)

Discours « immonde et puant » aux yeux de Sandrine Rousseau (EELV), « honteux, scandaleux et condamnable » pour Natacha Bouchart (LR), « xénophobie » qui « vire à la folie » selon François Lamy (PS)… Pour avoir osé énoncer une évidence, la présidente du FN fait aujourd’hui l’objet d’un lynchage politico-médiatique aussi scandaleux qu’hypocrite.
8481-Une
À l’origine de cette nouvelle polémique, une mesure qui figurerait dans le programme de Marine Le Pen, publié mardi dans un supplément de La Voix du Nord sur « Les propositions des candidats aux régionales pour la santé et l’environnement ». Selon ce texte le FN, constatant que « les centres hospitaliers régionaux font face à la présence alarmante de maladies contagieuses non européennes liées à l’afflux migratoire », affirmerait vouloir « éradiquer toute immigration bactérienne ».
Gale, tuberculose…

Il n’en fallait pas plus pour que les chiens de garde de l’antiracisme sortent illico l’artillerie lourde et fustigent en chœur le lien sacrilège établi entre immigration et maladies. Un concert pitoyable, au sein duquel la palme du crétinisme revient au maire LR de Calais, Natacha Bouchart, celle-là même qui pleurait en octobre pour qu’on lui envoie l’armée, et qui est allée jusqu’à déclarer : « Moi, ça me rappelle très clairement les camps d’extermination, la condamnation des juifs, les chambres à gaz » !

Face à ce déchaînement, Marine Le Pen a expliqué mardi qu’il s’agissait en fait « d’une erreur de copié-collé » de la part du FN et qu’« immigration bactérienne » avait été écrit à la place d’« épidémie bactérienne ». Cependant, comme le soulignait très justement Sébastien Chenu, tête de liste FN dans la Somme, « il n’en est pas moins vrai qu’il existe une problématique sanitaire dans les camps de migrants à Calais ». Chacun, en effet, a encore en mémoire l’épidémie de gale qui a ravagé l’un de ces camps l’an dernier, au point de contraindre les autorités d’en détruire les baraques insalubres.

Recrudescence des cas de gale, mais aussi de tuberculose, dont le Haut Conseil de la santé publique a enregistré une hausse de 10 % depuis 2002. Selon l’Institut national de veille sanitaire, près de 5 000 cas auraient ainsi été comptabilisés en 2013. En tête des départements les plus touchés ? La Seine-Saint-Denis, selon l’Agence régionale de santé. L’ARS, qui soulignait par ailleurs que « les personnes d’origine étrangère sont aussi surreprésentées (56 %) », et « parmi elles une majorité sont nées en Afrique (62 %) ».

Interrogée par RFI en août dernier, le Dr Véronique Vasseur, chef de service du centre d’accès aux soins de santé de l’hôpital Saint-Antoine, a même expliqué : « On a eu une résurgence, effectivement, des maladies de la pauvreté. » Et, s’alarmant de la situation des migrants arrivés d’Erythrée ou du Soudan, elle ajoutait : « Nous avons énormément de réfugiés depuis un ou deux ans. »

Franck Delétraz

De l’identité… Par Renaud Camus

Le Grand Remplacement vu d’Italie : une bataille pour l’essentiel

Source : Institut Iliade

Le concept de Grand Remplacement naît de la plume de Renaud Camus : intellectuel pluriforme et controversé, bien loin de tous les clichés de l’intellectuel de droite, fréquentant les avant-gardes intellectuelles, de Roland Barthes à Andy Warhol, homosexuel déclaré, il vit aujourd’hui dans un château et dédie la plus grande partie de son temps à dénoncer la substitution des peuples européens par des peuples allogènes via l’immigration incontrôlée.

Aujourd’hui la thèse du Grand Remplacement trouve un large écho parmi tous les mouvements identitaires et, malgré quelques réticences de la part de Marine Le Pen, est entré dans le discours du Front National. En Italie, seul Matteo Salvini s’en fait le porte-voix.
On n’est pas obligé de partager toute l’œuvre de son auteur (…) pour apprécier l’efficacité du concept.
Il est toutefois nécessaire de rendre grâce à Camus d’avoir identifié le nœud de la question, l’axe central autour duquel faire tourner l’ensemble du discours sur l’immigration.
Le Grand Remplacement rend par exemple obsolète le débat sur l’intégration. Ce terme qui s’interprète comme le lent procédé de « digestion », par une collectivité homogène, d’éléments étrangers afin qu’ils soient assimilés sans effet de rejet.
Mais qu’en est-il de l’intégration dans un contexte où est absente l’intégrité initiale de l’ensemble qui devrait assimiler ? Dans un quartier peuplé à 90 % d’allogènes, qui doit s’intégrer ?

Le risque d’effacement de la civilisation européenne…

Le scénario dans lequel les Européens sont en minorité sur leur propre territoire rend secondaires donc tous les discours sur l’effet criminogène (pourtant clair) de l’immigration, ou de ses coûts économico-sociaux, ou sur les problématiques religieuses et culturelles qui lui sont liées, tout comme perdent leur sens les analyses sur les motivations et les questions sur qui « fuit la guerre » ou pas. Au moment même où elle risque d’effacer la civilisation européenne, l’immigration doit être rejetée ontologiquement, refusée en tant que telle, toute autre considération fait partie de la tactique contingente et de la rhétorique politique occasionnelle. Ce n’est pas parce que les immigrés respectent les lois et paient leurs impôts qu’ils deviennent « acceptables », sinon dans une logique myope de courte durée.
Lire la suite

Pays-Bas : Wilders veut fermer les frontières aux clandestins

11/11/2015 – EUROPE (NOVOpress)
Le député néerlandais Geert Wilders, en tête des sondages dans son pays, a affirmé lundi 9 novembre dans un entretien à l’AFP vouloir fermer les frontières de son pays afin d’empêcher la venue de milliers de clandestins.

la seule manière de gérer la crise est de recouvrer notre souveraineté nationale et de fermer nos frontières nationales

a déclaré Geert Wilders.


Publié le

Émeute à Calais

10/11/2015 – FRANCE (Présent 8480)

Seize : c’est le nombre de policiers blessés qu’a déploré officiellement la Préfecture du Pas-de-Calais, au lendemain des violents affrontements qui ont opposé plusieurs centaines de clandestins de la « jungle » aux forces de l’ordre dans la nuit de dimanche à lundi. Des heurts d’une gravité sans précédent, qui font craindre aujourd’hui le pire aux syndicats de police, témoins depuis des semaines de la dégradation de la situation à Calais.
8480-Une
« On est inquiets »

À l’origine de ces affrontements, les tentatives répétées par plusieurs centaines de clandestins de ralentir le trafic sur la rocade portuaire de Calais pour prendre d’assaut les véhicules y circulant. Une situation qui a contraint les CRS, victimes d’abondants caillassages, à recourir à de nombreux tirs de flash-balls et à employer « presque 300 grenades » lacrymogènes pour réussir, après plusieurs heures de lutte et l’arrivée de renforts, à repousser ces hordes de migrants.
Rappelons que, la semaine dernière déjà, des groupes de clandestins s’en étaient pris violemment aux agents postés sur la rocade, contraignant ainsi les policiers à tirer des dizaines de grenades pour ramener le calme dans la zone.
Mais avec 16 policiers blessés, l’affaire est cette fois bien plus grave, et inquiète beaucoup les syndicats de police qui redoutent des émeutes massives à Calais. En effet, rapportait au Figaro un agent présent samedi sur le terrain, « le plus surprenant, c’est que, lorsque les CRS en renfort ont mis pied à terre, ce sont les migrants qui ont chargé ! Et ça, c’est totalement inédit à Calais ». De son côté, Gilles Debove, du syndicat SGP Police-FO, expliquait : « C’est la première fois que c’est aussi violent et qu’on a malheureusement autant de collègues blessés (…). On est inquiet, si un jour on a une révolte au sein du camp, ça va être la folie »…

Bientôt l’armée ?

Il faut dire qu’avec ses 6 000 clandestins venus d’Afrique de l’Est, du Moyen-Orient ou encore d’Afghanistan, la « jungle » de Calais est devenue une véritable bombe à retardement. Les heurts sanglants entre groupes ethniques y sont quotidiens, sans parler des trafics et agressions de toutes sortes. Une situation devenue tellement ingérable que le maire LR de Calais, Natacha Bouchart, a demandé, en octobre dernier, le renfort de l’armée. En effet, a-t-elle expliqué sur RMC, « à partir du moment où nous avons une ville de 6 000 personnes à côté de chez nous, dans laquelle nous ne savons pas ce qui se passe, il ne serait pas inopportun (…) que l’armée puisse venir surveiller, rassurer, peut-être aussi démanteler certains réseaux qui peuvent exister ».

Franck Delétraz

Immigration en Bretagne. Le retour du préfet et de la centralisation française

Immigration en Bretagne. Le retour du préfet et de la centralisation française

Source : Breizh Info

Ces dernières semaines, sur ordre du gouvernement, les préfets de région, épaulés par des organismes comme Coalia notamment, se concentrent sur la répartition de l’immigration dans les régions.

Les préfectures et sous-préfectures ont ainsi tous pouvoirs pour réquisitionner, dans les communes, des biens appartenant à l’État, pour y loger des immigrés. Ainsi, à Plévenon, dans les Côtes-d’Armor, ou à Sarzeau, dans le Morbihan, les centres d’accueil PEP qui appartiennent à l’Éducation nationale sont mis à disposition de ces nouveaux arrivants en provenance de la Jungle de Calais.

Nous n’avons pas notre mot à dire !

nous a expliqué Mme le maire de Plévenon, dont les administrés sont furieux, le ministère de l’Intérieur s’inquiétant même d’éventuels mouvements de sabotage ou d’opposition à cette installation.

Certes, les préfets répartissent prioritairement dans les communes où les conseils municipaux ont prononcé le vœu d’accueillir des « réfugiés ». C’est le cas dans le Finistère, où des arrivées (on parle de plusieurs centaines, selon une information émanant d’un employé des services sociaux du département) sont prévues à Pleyber Christ, à Brest, à Saint-Thégonnec, mais également dans de nombreuses communes dirigées par des élus membres du Parti socialiste.

La population n’est bien entendue jamais consultée.

Cela constitue un symbole et un message fort de la part du gouvernement à ses administrés : c’est le pouvoir central, et lui seul, qui décidera de l’implantation et de la répartition de l’immigration. Et celle-ci se fait désormais majoritairement dans cette France périphérique, où les immigrés représentaient jusqu’ici une proportion faible, voire inexistante. Une France périphérique ou bien souvent, des autochtones avaient choisi de s’installer, car justement, ces campagnes, ces petites communes n’étaient pas touchées par les grands maux des métropoles multiculturelles et multiethniques de France.
Lire la suite

Sauver la Suisse ou pour l’attribution post-mortem du Prix Nobel de la Paix à Mouammar Kadhafi

09/11/2015 – MONDE (Tribune libre du Dr Anatoly Livry)
Avant que de prétendus démocrates ne renversent ces régimes, la Libye, l’Irak et la Syrie constituaient des verrous face au déferlement migratoire et contribuaient ainsi à la stabilité, donc la paix mondiale. Maintenant qu’ils ont sauté, la survie de l’Europe et de la Suisse sont menacées. Si pour le moment, le minima sociaux achètent une certaine paix sociale, la situation ne saurait perdurer.

Mettons les choses au clair : il n’y a pas de cadre civique qui soit plus immonde et plus nuisible aux peuples boréaux que la démocratie. Cela est le plus visible chez nous, en Suisse, où ce système abject – porte ouverte à une tyrannie déjà largement installée en Occident – se heurte constamment au rarissime trésor social issu des tréfonds de notre civilisation indo-européenne qu’est la politie : la cité qui s’exprime via « initiatives » et « référendums », autrement dit la voix du pays réel, est détestable au pays légal, cette tyrannie cosmopolito-médiatique, ultra-minoritaire, souvent allochtone, haïssant tant sa terre que son peuple et qui continue à se nommer, dans sa stupide arrogance, « démocratie ». En somme, nous avons dans les poumons alpins du continent l’illustration de ce qu’a théorisé Aristote durant ses promenades lycéennes.

En effet, les gouvernants avaient laissé, durant les dernières décennies, cette politie à la Suisse étant donné que ce pays servait de refuge utile aux « démocrates » du monde entier qui s’évertuaient à piller, chacun selon ses coutumes, leur État. Semblables à ces familles mafieuses qui s’engraissent du racket, de la prostitution et de la drogue, ils préféraient ces quartiers tranquilles de l’Europe pour élever leur progéniture dans le cadre de la préférence nationale, du patriotisme glorifié, du service militaire obligatoire via des milices populaires ayant leurs armes à domicile, du franc qui avait naguère glorieusement résisté à la monnaie unique et du secret bancaire tant qu’il existait. Désormais, la mondialisation permet à ces pseudo-élites de s’installer confortablement parmi des peuplades moins élevées et donc moins fières. Ils abandonnent par conséquent la Suisse, laquelle sera dès lors perdue en quelques décennies par son ancestral respect de la personnalité humaine, tout comme le continent qui l’entoure.
Lire la suite

Un plan pour désengorger Calais, le temps des élections ?

09/11/2015 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

À Calais, au campement de migrants appelé « la jungle », il n’y aurait plus aujourd’hui que 4 500 personnes, contre un peu plus de 6 000 il y a quelques semaines. D’après l’association France Terre d’Asile, « un plan d’hébergement semble être mis en œuvre auprès des migrants de Calais sur une base volontaire ».
D’un autre côté, 600 individus auraient été interpellés et placés en centre de rétention administrative pour désengorger Calais, alors que les élections régionales approchent. D’après la Cimade « 99 % des personnes enfermées sont libérées dans les 5 premiers jours de leur enfermement en CRA (Centre de Rétention Administrative). La plupart sont déjà de retour à Calais ».


Fermer les frontières… juste pour la Cop21

09/11/2015 – FRANCE (Présent 8479)

Dans un premier mouvement, Bernard Cazeneuve avait annoncé que la France allait « fermer ses frontières pendant quelques semaines », mais, aussitôt après, un communiqué du ministère de l’Intérieur à l’AFP précisait qu’il ne s’agit « en aucun cas » d’une « fermeture » de ces frontières ! Cazeneuve dans le même mouvement de rétropédalage s’est défendu de vouloir « suspendre Schengen. Ça n’est pas du tout ça ».
Il ne s’agit que du rétablissement de simples « contrôles » du 13 novembre au 13 décembre pendant le grand show écolo-présidentiel, la Cop21. Et cela, souligne le ministre de l’Intérieur, « Dans un contexte de menace terroriste – ou de risque de trouble à l’ordre public – qui pourrait venir entacher cette grande manifestation internationale qui porte un grand message pour l’humanité ». Il contrôle les frontières pas seulement pour la France, mais aussi pour l’avenir de l’humanité réchauffée !
8479-Une-Présent
S’il refuse le terme « fermeture » au profit de celui de « contrôle » c’est afin que l’on n’amalgame pas la France à ces méchants pays qui ferment leurs frontières aux « migrants », nous restons dans le camp du Bien, nos frontières et nos cœurs ouverts. Il est vrai qu’il y a une différence importante entre notre gouvernement et ceux de l’Est de l’Europe : chez nous, on « contrôle » nos frontières pour protéger les grands de ce monde ; chez eux, on les ferme pour préserver tous les habitants de la ruée des « réfugiés ». Ce que l’on fait pendant un mois pour les chefs d’État étrangers doit l’être pour tous les Français. Rien à voir avec la suspension de Schengen, dit Cazeneuve ? Force est pourtant de constater que, pour défendre l’ordre public, il faut rétablir les contrôles aux frontières que Schengen fait disparaître.

Qui menace cet ordre pendant la Conférence ? Ces commandos d’anarchistes, gauchistes, casseurs, connus sous le nom de Black Block qui se déplacent en bandes organisées sur le théâtre de manifestations internationales. Notre ministre est bien présomptueux en annonçant pouvoir les contrôler ! Comment, en étant incapable d’arrêter des gens du voyage qui brûlent des voitures et barrent les routes, pourrait-il maîtriser des individus rompus à la guérilla urbaine, bottés, casqués, armés de cocktails Molotov ? Et s’il en a la volonté et les moyens que ne les a-t-il mis en œuvre contre les gens du voyage et autres casseurs impunis !

Pendant le contrôle aux frontières pour empêcher les anarchistes de venir chez nous, elles restent ouvertes au tout-venant, notamment aux « migrants ». Croit-on que les nervis du Black Block vont se présenter au pont de Kehl en tenue de combat, cagoulés, une barre de fer à la main ? Ils se faufileront dans les files parmi les touristes, les vrais et les faux, les « migrants » et les « réfugiés ». Va-t-on les interroger ? On leur demandera s’ils viennent pour tout casser, auquel cas on les expulsera, s’ils viennent pour s’installer chez nous, on leur dira, bienvenue ? Il ne faut donc pas uniquement contrôler les frontières, mais les fermer, les demi-mesures ne sont qu’à moitié efficaces et être efficace à moitié, c’est ne pas l’être du tout…

Guy Rouvrais

Une commune des Vosges refuse de loger des « migrants » de Calais

09/11/2015 – FRANCE (NOVOpress)
L’État continue à chercher des solutions pour loger, dans toute la France, les “migrants” qui squattent à Calais.

C’est ainsi que la la préfecture des Vosges avait pensé à la commune d’Étival-Clairefontaine (2600 habitants) pour en accueillir quinze immigrés clandestins.
C’était sans compter sur la réaction du maire qui a fait rejeter le projet par son conseil municipal, dénonçant un manque de moyens des communes rurales.


L’invasion migratoire s’accélère

08/11/2015 – EUROPE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)
Le Haut Conseil de l’ONU pour les réfugiés, le HCR, prévoyait que 700 000 personnes traverseraient illégalement les frontières de l’Europe, en 2015. Elles sont déjà 800 000 selon Frontex.

218 000
C’est le nombre de clandestins qui ont franchi la Méditerranée en octobre. Alors même que les conditions météorologiques étaient défavorables. Ce chiffre est un record qui vient battre le précédent record de 172 000 arrivées en septembre.

600 000
Ce sont les prévisions d’entrées de clandestins en Europe pour les 4 prochains mois, toujours selon l’ONU.

3 millions
C’est le nombre de clandestins à accueillir (sic) d’ici 2017 d’après la Commission européenne. Un chiffre d’autant plus étonnant qu’il y a quinze jours un sommet européen avait affirmé qu’il fallait réguler les entrées.

Quel est le but de ces annonces ?
Le matraquage de l’opinion publique. Lui faire croire que l’invasion migratoire est inéluctable. Pour accélérer le grand remplacement. Car les migrants sont essentiellement des hommes. Et, si rien ne change, avec le regroupement familial, ils feront ensuite venir femmes et enfants et vieux parents.

Quelles sont les réactions des politiques ?
Ils sont aux abonnés absents ! Le patron de Frontex appelle les États européens à « faire usage de manière plus conséquente » de leur droit, prévu par les textes, de placer en rétention « jusqu’à 18 mois » un étranger en situation irrégulière pour « organiser son retour ». Mais cet appel à la raison n’est pas suivi.

Quant aux députés européens « Les Républicains, ils ont voté avec le PS un milliard d’euros de crédits supplémentaires au budget européen pour l’hébergement en Europe des clandestins ».

Et le Front National ?
Il s’est opposé à cette rallonge budgétaire au Parlement européen. Le FN apparaît pour les élections régionales des 7 et 14 décembre comme un vote refuge pour les adversaires de l’immigration invasion.

Ces prises de position sont elles à la hauteur des événements ?
C’est affaire d’appréciation. Pour ma part, je ne le pense pas comme je viens de l’écrire aujourd’hui dans une tribune parue sur Boulevard Voltaire intitulé : Hou, hou, les politiques, on pourrait vous entendre ?

La Croatie, « Antemurale Christianitis » ?

08/11/2015 – MONDE (NOVOpress)
Les législatives croates se tiennent aujourd’hui, le 8 novembre. Sans donner de consigne de vote, la hiérarchie catholique défend l’identité nationale. Pour autant, le clergé suit la ligne immigrationniste du Pape François… du moins officiellement.

Aujourd’hui, les Croates sont appelés aux urnes pour élire les 140 députés de leur Parlement. S’ils suivent les consignes du clergé, ils devraient donner congé à la coalition sortante dirigée par le parti social-démocrate (SDP), héritier de l’ancienne Ligue des communistes de Croatie.

Choisissez les programmes axés sur le renforcement de l’État et de l’identité croate, la lutte contre la corruption et la justice sociale pour tous les citoyens

exhortait le cardinal Josip Bozanic, archevêque de Zagreb, dans une lettre aux fidèles rendue publique le 27 octobre, à quelques jours des élections législatives. Le message du prélat était clair, il faut chasser du pouvoir les tenants du libéralisme et du matérialisme. L’influent hebdomadaire de la Conférence épiscopale  Glas Koncila (La Voix du Concile) ne dit pas autre chose. Il faut mettre fin à « de nombreuses années d’affaiblissement systématique de la Croatie »
Lire la suite

Le soutien de l’invasion migratoire et « Le Monde »

Source : OJIM
Le 10 septembre dernier, Le Monde prétendait « repenser la crise des réfugiés » en donnant la parole à divers intellectuels européens. Sous couvert de débat et de pluralité des opinions, il s’agissait bel et bien de faire passer le message que « les migrations de vaste ampleur sont notre avenir »… Claude Chollet, président de l’OJIM, a décrypté pour boulevard Voltaire ce numéro du monde.

L’édition datée du jeudi 10 septembre veut « Repenser la crise des réfugiés » donnant la parole à des « intellectuels européens ». Décryptage.

Le philosophe allemand Jürgen Habermas – dernier survivant de l’école de Francfort – définit l’asile politique comme « un droit fondamental », qui doit « être respecté par la population dans son entier », et gare aux contrevenants. Heureusement, « une élite politique résolue… peut conduire sur le long terme l’opinion publique et la société civile » dans le camp du bien. Certes, « la paresse, l’égoïsme et l’absence de hauteur de vue de la population » peuvent être des obstacles, mais le droit prévaudra. Un totalitarisme juridique obligatoire et pérenne.

Robert Badinter renchérit avec un président d’« associations d’accueil ». Le « gouvernement s’engage dans une politique d’accueil positive », mais on peut se demander si c’« est suffisant au regard des flux de demandeurs ». Créer 20.000 places en centres d’accueil, « ce n’est pas créer un appel d’air ». Tout lecteur comprend bien que les nouveaux arrivants souhaiteront inviter, à leur tour, leur famille, leurs amis et les amis de leurs amis dans un cycle sans fin.

Plus coruscante, l’intervention de l’écrivain italien gauchiste Erri De Luca. « Si l’Europe refuse l’asile aux migrants, elle les noie. » Oubliés les agissements irresponsables des États-Unis en Irak, en Syrie et ailleurs (et de la France en Libye), oubliées les exactions de l’État islamique. Ces « pèlerins du salut ne cherchent pas une résidence, mais une halte ». Qui peut imaginer que ces centaines de milliers d’hommes sont là pour une « halte » ?

Plus nuancée l’analyse de Slavoj Žižek, philososophe marxiste slovène. « Les plus grands hypocrites sont ceux qui défendent l’idée de frontières grandes ouvertes. » Les « réfugiés… semblent considérer leur rêve comme un droit inconditionnel, exigeant des autorités européennes… produits alimentaires et soins médicaux ».

La globalisation libérale réclame la libre circulation des marchandises, mais aussi celle des hommes. Après un tel constat, on pourrait s’attendre – même si le « populiste raciste » est dénoncé au passage – à une prise de position équilibrée. Non, il faut « fournir aux réfugiés les moyens leur permettant de survivre dignement », car « il n’y a pas à transiger : les migrations de vaste ampleur sont notre avenir et ce sera soit un tel engagement soit la barbarie ».

Dans un éditorial du même numéro, Le Monde propose Angela Merkel… pour le prix Nobel de la paix… Un psychiatre se penchera un jour sur la névrose de culpabilité de la chancelière allemande et sur l’étrange traitement qu’elle veut nous infliger. Entre-temps, comme le souligne Slobodan Despot dans l’édition en ligne de Causeur du 7 septembre, « les Européens à qui l’on veut faire avaler sans broncher un des mouvements de population les plus colossaux de l’Histoire ne sont pas des citoyens qu’on veut convaincre, mais des chiens de Pavlov qu’on s’emploie à dresser ».

«Nous venons en paix» : On va vous égorger ! explique ce “migrant” à la caméra

19/09/2015 – MÉDIAS (NOVOpress)
« Nous venons en paix », c’est notre chronique de choses vues sur le web et les réseaux sociaux à propos de nos chers « migrants »/« réfugiés »/Bisounours… une petite pastille de vérité dans un océan de propagande aux bons sentiments… mais chut… PADAMALGAM ! Aujourd’hui, découvrons combien le langage du cœur et des gestes est universel.

Lors d’un reportage en Hongrie qui montre le côté un peu négligent de nos « chers réfugiés » (les monceaux d’ordures derrière le journaliste, ce n’est pas une grève des éboueurs), finit dur un bel exemple de communication. Faisant fi de la barrière de la langue, un paisible migrant fait un signe à la caméra sans équivoque : « on va vous égorger ». À moins que cela ne veuille dire « revenez plus tard, nous n’avons pas fini le ménage » ?

On va rompre le jeûne du Ramadan à l'Hôtel de Ville de Paris !

Face à l’invasion migratoire, l’église se détourne-t-elle de l’europe ?

15/09/2015 – FRANCE (NOVOpress)
L’invasion migratoire que subit l’Europe divise profondément les nations européennes. À cause de l’action de nos dirigeants, l’avenir de nos enfants risque d’être bien compliqué. Face à cette réalité, quels sont les moyens de résistance des Européens pour ne pas abdiquer devant l’adversité ? Tribune libre de Vincent Revel.

Vendredi dernier, Anne Hidalgo posait devant les caméras en compagnie de familles de « réfugiés » venus de Syrie ou d’Irak, pour lesquels la mairie de Paris s’était « mobilisé », débloquant des crédits en urgence pour aménager de nouveaux centres d’accueil. Mieux encore, la mairie de Paris leur souhaite la bienvenue en Arabe ! Ceux qui s’étonnent que de telles actions ne fussent pas possibles pour les SDF, chômeurs et autres précaires français ont la mémoire courte. Une telle action s’inscrit dans la droite ligne de la soumission à l’islam et de la xénophilie affichée par nos élites.
L'Hôtel de Ville de Paris à l'heure du Ramadan
Ainsi, une très mauvaise habitude a été prise par nos élus républicains. À chaque fin de ramadan, le « lèche-babouche » devient obligatoire.
Pour bien montrer qu’ils sont dans les normes du politiquement correct, qu’ils ont bien appris leurs leçons, qu’ils savent ne pas stigmatiser ou bien faire des amalgames douteux, ils n’hésitent plus à ouvrir toutes grandes les portes de leurs mairies ou de leurs locaux municipaux pour fêter en grandes pompes l’Aïd el-Fitr. Le ramadan, en moins de vingt ans, est devenu, grâce à la volonté de notre élite, l’un des faits incontournables dans la vie politique, sociale et économique de la France ! Anne Hidalgo, maire de Paris, qui tenait récemment des propos irresponsables sur l’accueil des migrants, se réjouissait publiquement au début de l’été que « le ramadan soit une fête appartenant au patrimoine culturel français. »
Lire la suite

Allemagne : après la grande ouverture, la grande fermeture

14/09/2015 – EUROPE (Présent 8439)

La fête est déjà finie ! Les applaudissements, les haies d’honneur pour accueillir les « réfugiés », Mme Merkel ouvrant son cœur comme ses frontières et tançant les pays qui les fermaient, c’était il y a quelques jours. Maintenant, l’Allemagne dépassée, submergée, envahie, ne sait plus que faire de tous ceux dont elle a souhaité la venue, les assurant qu’il y avait de la place pour ceux, de l’argent, des logements et du travail. Par milliers – 17 000 pour ce week-end – ils continuent d’affluer vers l’Eldorado teuton à l’appel d’Angela Merkel, laquelle a promis d’en accueillir 800 000 ! La « bonne nouvelle » s’est répandue rapidement chez tous ceux pour qui l’Europe est la terre promise à leur espoir. Gouverner c’est prévoir, et elle n’avait pas prévu cette marée humaine ; or il n’était pas besoin d’être extralucide pour prédire ce grand déferlement.

8439-P1

Ceux qui ont cru Berlin déchantent. À Munich, des milliers d’individus ont dû dormir dehors, faute de place pour les héberger, eux qui croyaient qu’on allait se bousculer pour leur offrir un toit. « L’Allemagne introduit à titre provisoire des contrôles le long de ses frontières. En tout premier lieu est concernée celle avec l’Autriche », a annoncé le ministre de l’Intérieur, Thomas de Maizière. « L’objectif de cette mesure est de limiter l’afflux actuel vers l’Allemagne. » Les chemins de fer autrichiens avaient déjà constaté que l’Allemagne avait interrompu la circulation des trains en provenance d’Autriche. Les congés des policiers ont été annulés pour que tous les effectifs disponibles se portent aux frontières pour endiguer le flux. C’est la panique et le chaos.

La faute à qui si nos voisins ferment leurs frontières alors qu’ils prévoyaient de les ouvrir plus largement ? À Merkel et à sa « générosité » dont elle n’a pas les moyens ? Pas du tout, assure son ministre de l’Intérieur ! Ce sont les autres pays, ceux de l’Est, qui sont responsables de cet engorgement, car ils refusent de prendre leur part du fardeau. C’est aussi la raison donnée par l’Élysée. C’est un comble d’imputer à ceux qui ont vu juste avant l’Allemagne les désastreuses conséquences de la décision irresponsable de celle-ci. Ce lundi, à Bruxelles, c’est pourtant ce que Hollande – suiviste jusqu’à l’absurde – et Merkel feront valoir pour déverser dans les autres États le trop-plein des « réfugiés » d’outre-Rhin, avec parmi eux la France.

Comment allons-nous faire chez nous, où il y a cinq millions de chômeurs, 1,8 million de personnes en attente d’un logement social, où le 115 ne répond plus aux SDF ? Réponse de Cazeneuve : « C’est un devoir moral », en conséquence l’intendance doit s’incliner devant cet impératif catégorique. Ayant ensemencé notre pays à la graine de moraline franco-allemande, résidences, emplois, crédits vont jaillir bientôt de notre sol pour le confort des « réfugiés ». Le piteux exemple allemand devrait inciter Hollande à renoncer à cette utopie et à fermer nos frontières avant la catastrophe, et non après.

Guy Rouvrais

Cazeneuve se casse la tête pour caser les clandestins

08/09/09/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Après les annonces présidentielles, il faut assurer le service après-vente. Pour l’happy hour présidentiel des clandestins, c’est Cazeneuve qui s’y colle.

Le ministre de l’Intérieur va faire appel à la bonne volonté des maires de France pour caser les 24 000 potentiels réfugiés que Hollande a promis d’accueillir sur deux ans, débarrassant sa compère Merkel des syriens, irakiens et érythréens que l’Allemagne (qui fait le tri avant de nous les envoyer) n’aura pas jugés assez bon pour elle. Mais chez nous, ces clandestins se mueront rapidement en réfugiés « comme c’est généralement la règle pour des ressortissants de ces pays » précise le ministre de l’Intérieur. Il réunira le 12 septembre les édiles volontaires, sous la bienveillante houlette du « coordinateur national », le préfet Kléber Arhoul. On attend la réaction des populations des villes concernées quand elles vont apprendre que les plus pauvres d’entre eux ne sont plus prioritaires pour les logements sociaux…

Crédit photo : Capture d’écran du point presse de B. Cazeneuve, filmé par BFMTV


 

 

 

L’immigration clandestine divise les Français

07/09/09/2015 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

L’actualité est encore très riche sur la question de l’immigration clandestine
Ce qui marque l’actualité du week-end, ce sont les manifestations en soutien aux clandestins. Des manifestations dites apolitiques ont eu lieu dans presque toutes les villes de France. Une poignée de militants a perturbé le rassemblement à Nantes déployant une banderole contre l’immigration. D’après le collectif « pas en notre nom » ce sont 5 000 personnes qui se sont réunies à Paris, 8 500 d’après la police. A Paris également des contremanifestants ont appelé à un référendum sur l’immigration.

Les artistes y vont aussi de leur geste de solidarité
Derrière le comédien Alex Lutz, 66 artistes ont signé dans le Journal du Dimanche un appel à la solidarité. Plein d’émotion à la vue de la photographie de l’enfant mort sur une plage turque, ils annoncent tous verser un cachet à une association immigrationniste.

Parmi ces signataires le chanteur Marc Lavoine
Ce dernier était interrogé à ce sujet par la radio RTL. Alors qu’il faisait part de son émotion, des larmes dans la voix, le journaliste lui demanda s’il était prêt à accueillir des clandestins chez lui. Le chanteur ne se laisse pas démonter, mais répliqua que la situation demandait une réponse collective. Il renvoya alors la balle aux associations.

On peut dire que ce genre de personnalités ne représentent pas le peuple français
Et de loin. Si les opposants à l’immigration clandestine se font peu entendre, au-delà de quelques groupes militants, il s’agit bien d’une majorité. Ainsi, selon un sondage Odoxa en date du 5 septembre, les Français sont 55 % à être contre un assouplissement des règles d’octroi du statut de réfugié. Précision importante : ce sondage a été réalisé après la publication de la photo du cadavre de l’enfant. Le sentimentalisme ne semble plus fonctionner.



Lire la suite

Commission européenne

Commission Européenne, CEDH, gouvernements allemand et français : tous complices de l’invasion migratoire !

Source : Boulevard Voltaire
La Commission européenne distribue en ce moment les bons et les mauvais points. Les gouvernements ayant les politiques immigrationnistes les plus zélées sont félicités ; tandis que les gouvernements qui souhaitent protéger leurs peuples, comme ceux de la Hongrie ou de la Slovaquie, sont brocardés et lâchement abandonnés.

La Commission européenne distribue en ce moment les bons et les mauvais points. Les gouvernements ayant les politiques immigrationnistes les plus zélées sont félicités ; tandis que les gouvernements qui souhaitent protéger leurs peuples, comme ceux de la Hongrie ou de la Slovaquie, sont brocardés et lâchement abandonnés. Frans Timmermans, vice-président de la Commission Européenne, s’est ainsi fendu d’un communiqué qui ne fait pas mystère des intentions profondes de cette institution non élue : « Nous allons mettre à la disposition des autorités françaises jusqu’à 5 millions d’euros supplémentaires. Ces nouveaux fonds serviront à la mise en place d’un campement pouvant offrir une assistance humanitaire pour environ 1.500 migrants (et à) soutenir le transport des demandeurs d’asile de Calais vers d’autres destinations en France. » Il a par ailleurs assuré que la Commission européenne ne refoulerait jamais « ceux qui ont besoin de protection ».
Lire la suite