Lutter pour nos libertés par la contre-économie

Avertissement : cet article ne s’adresse pas à ceux qui demeurent convaincus que le pass sanitaire est un dispositif destiné à limiter la propagation d’un virus.

Je me tourne vers ceux qui ont compris que les mesures liberticides qu’on nous inflige relèvent plutôt de l’ingénierie sociale et pourraient fort bien se prolonger durablement.

Nous nous dirigerions alors vers une dystopie où les individus seraient étroitement contrôlés, appauvris par une hyperinflation, des faillites en cascade et, financièrement dépendants d’un revenu de subsistance alloué par le gouvernement.

Que l’oligarchie dirigeante parvienne à ses fins est un fait loin d’être acquis. Une partie des peuples résiste.

En attendant, nous sommes nombreux à nous interroger sur la façon de lutter contre cette chape technico-sanitaire qui s’abat sur le monde occidental.

Je suis de plus en plus convaincu que la solution passe par le développement de ce qu’on appelle une contre-économie.

C’est-à-dire repenser une économie en dehors des circuits classiques tenus par les grandes firmes.

Pour ce faire, nous devons revenir au « local » en nous orientant vers des échanges de proximité.

Pour y parvenir, il faudra nécessairement se regrouper pour produire nous-mêmes ce dont nous avons besoin pour survivre hors de ces systèmes qui se referment sur l’individu comme un piège orwellien.

En y réfléchissant bien, ces oligarchies ne doivent leur pouvoir qu’à notre consentement à nous soumettre à leurs diktats.

Ce sont majoritairement nos modes de consommation qui nous rendent dépendants de ces grandes puissances financières et économiques.

Si nous décidions soudainement de ne plus y recourir, leur cours boursier s’effondrerait aussitôt, ainsi que leur fortune constituée en grande partie de parts de fondateurs.

Nous avons donc notre part de responsabilité : en déléguant à d’autres nos conditions de subsistance et d’accomplissement, nous sommes, de proche en proche, devenus complètement inféodés à une forme de matrice géante.

Aussi le meilleur moyen d’é­chapper à leurs délires, vous l’avez compris, est de s’en extraire en boycottant les GAFAM (et autres) et en privilégiant les circuits courts.

Il faut absolument réinventer nos vies pour les recentrer sur des activités plus essentielles et surtout en développant des liens réels avec des personnes poursuivant les mêmes objectifs.

Dans cette mouvance de la contre-économie, on va même jusqu’à évoquer le concept de village autonome revenant à créer un écosystème coopératif au sein duquel seraient par exemple, développés le maraîchage pour relocaliser une partie des productions alimentaires, ainsi que les échanges de services.

Vous avez des compétences en plomberie ?

Échangez-les, par exemple, contre des cours particuliers pour votre enfant.

On ne peut plus aller au restaurant ?

Pas dramatique, on organise des pique-niques dans l’espace public.

On ne peut plus aller au cinéma ?

Organisons des projections privées entre amis.

Échanger un dépannage informatique contre un panier de fruits n’engendre aucune trace sur les comptes bancaires.

Aucune lecture de code QR.

Un tel acte échappe à tout contrôle ainsi qu’aux éventuelles sanctions du crédit social à la chinoise qui se profile à l’horizon.

Ce type de contestation économique par un changement radical de nos modes de vie semble plus efficace que les protestations de rue qui ne déboucheront que sur des contre-mesures gouvernementales encore plus liberticides.

Évidemment, tout cela à un coût car la vie moderne nous a habitués à bien des caprices d’enfants gâtés.

Sans le savoir, nous avons vécu à crédit.

Aussi, tout le monde n’acceptera pas d’en payer le prix : moindre pouvoir d’achat, moindre confort, moins de voyages, probablement plus d’efforts physiques, des distractions différentes, etc.

À n’en pas douter, la transition sera douloureuse.

Mais, en contrepartie, il s’agira d’un retour vers des activités plus basiques, plus authentiques, peut-être même plus spirituelles.

Ce n’est là, évidemment, qu’une piste de réflexion à approfondir mais, quoi qu’il advienne, n’oublions jamais que ce n’est pas la richesse de biens qui nous rend heureux, mais la richesse de liens.

Marc Amblard

Tribune reprise de les4verites.com

La grande réinitialisation est-elle en marche ?

Hold-up - le documentaire

Cela fait un an que le monde a basculé dans la pandémie.

Au début, la Chine a été pointée du doigt, puis il n’a plus été question de la Chine, en Europe tout au moins, sans doute parce que la Chine fournissait les masques et une large part des médicaments, et que les gouvernants européens voulaient signer des contrats avec le gouvernement chinois.

Aux États-Unis, Donald Trump continuait à dire «coronavirus chinois», mais les dirigeants européens clamaient que Donald Trump était un abruti, et attendaient avec impatience que les démocrates le renversent par tous les moyens, ce qui est désormais chose faite.

Au début aussi, les chiffres frelatés donnés par l’Organisation Mondiale de la Santé étaient pris au sérieux et créaient la frayeur.

Les chiffres ont été revus très nettement à la baisse, mais la frayeur a été entretenue, et peu de pays en Europe n’y ont pas cédé.

Des décisions ont été prises sur la base de la panique, et peu de pays n’ont pas pris ces décisions, presque toujours catastrophiques et inutiles.

Le port du masque s’est disséminé et reste prôné, bien que les masques, pour l’essentiel d’entre eux, ne permettent pas d’arrêter le moindre virus.

Le confinement s’est répandu comme une traînée de poudre, bien qu’il soit établi que confiner conduit à accroître le nombre de contagions, puisque cela contraint des personnes contaminées à rester dans des lieux clos en compagnie de personnes qui ne sont pas contaminées, et le confinement continue d’être utilisé (en France, on utilise aussi le couvre-feu, comme en temps de guerre).

La liberté d’aller et venir a été abolie pendant des semaines dans plusieurs pays.

Des contrôles dignes de régimes autoritaires ont été mis en place sur l’intégralité de la population dans les mêmes pays et ont montré à quel point la démocratie est fragile, et qu’en utilisant des arguments où le risque de mourir est omniprésent, la docilité de millions de gens peut être obtenue.

Les médecins dans toute l’Europe occidentale et dans quelques États américains ont perdu l’autorisation de prescrire des médicaments qui soignent, mais qui ont le malheur de ne pas coûter cher, et des gens qui auraient pu être soignés ont dû attendre que la maladie s’aggrave pour aller à l’hôpital et se retrouver intubés, avec des chances de survie très amoindries.

Les économies des pays d’Europe occidentale et d’Amérique du Nord ont été, à des degrés divers, mises à l’arrêt, et on a pu assister à la première récession délibérément créée par des gouvernements.

Les faillites se sont multipliées.

Chômage et pauvreté sont montés en flèche.

La phase actuelle est celle des vaccinations, et des idées de vaccination obligatoire de toute la population se sont disséminées dans plusieurs pays.

On parle même maintenant de «passeport vaccinal» et de la nécessité d’exiger qu’on soit vacciné pour pouvoir voyager, aller au spectacle, dîner au restaurant.

Ceux qui disent que la létalité de la maladie n’est pas très élevée, que d’autres épidémies au moins aussi graves ont eu lieu dans le passé sans que soient prises des mesures aussi destructrices, ou que la quasi-totalité des morts sont des personnes atteintes de comorbidités et d’un âge très avancé, ne sont pas écoutés.

Les écouter impliquerait de dire que la gestion de la maladie en Corée du Sud ou à Taïwan a évité les décisions ineptes prises en Occident.

Parler d’hydroxychloroquine est tabou, alors que les pays où ce médicament a été largement utilisé ont des taux de létalité bien plus bas.

La Chine, d’où la pandémie est partie, pourrait être la grande gagnante.

Et, lorsqu’on sait que la Chine, quand la maladie est apparue à Wuhan, a interdit aux gens présents à Wuhan de se rendre ailleurs en Chine, mais les a laissés volontairement se rendre partout sur la planète, en cachant au reste du monde qu’une maladie contagieuse déferlait sur Wuhan, on ne peut que parler de crime.

Lorsqu’on voit les décisions ineptes prises en Occident, on peut se demander s’il y a simplement là de la stupidité ou une forme de complicité.

Des discours insistent disant que «plus rien ne sera comme avant», et on peut craindre qu’effectivement plus rien ne soit comme avant, et que la grande réinitialisation évoquée par les gens de Davos soit en marche.

Guy Milliere

Tribune reprise de les4verites.com

Le coup d’État des réseaux sociaux

L’énorme agitation médiatique qui a entouré l’intrusion de quelques personnes dans le Capitole a occulté un véritable coup d’État, dont la portée me semble gravissime (et largement au-delà des frontières américaines).

Mais, avant d’y venir, permettez-moi de dire un mot de la fascinante partialité des médias dominants.

À l’heure où j’écris ces lignes, plusieurs jours après les événements, il reste difficile de savoir ce qui s’est passé. En particulier, je continue à m’interroger sur le rôle d’éventuels provocateurs (plusieurs Antifas et activistes de Black Lives Matter ont été identifiés dans le Capitole, «déguisés» en supporters de ­Trump) et sur le rôle de la sécurité (qui ne semble pas avoir beaucoup résisté.

Malgré cette confusion, instantanément, les médias dominants ont hurlé au coup d’État.

Qu’il suffise de songer au traitement de la prise des Tuileries en août 1792 (qui a fait tout de même beaucoup plus de morts) et l’on verra que, pour la bien-pensance, il y a de bonnes et de mauvaises «séditions».

Le tribun communiste Mélenchon déclarait naguère que c’était la rue qui portait «les aspirations du peuple français lorsqu’il ne peut les faire entendre autrement». Ne peut-il comprendre qu’une partie du peuple américain ait considéré que la rue était désormais la seule de se faire entendre? Mais non, il déclare: «L’extrême droite doit être repoussée et réprimée aux USA, et ses connexions dans le monde mises hors d’état de nuire.»

Invitation, que dis-je? sommation au gouvernement de durcir encore les atteintes aux libertés publiques au nom d’un coup d’État fantasmatique aux États-Unis (croit-on vraiment que des conjurés auraient déambulé à visage découvert dans les couloirs du Capitole s’ils voulaient renverser le régime?) – et de connexions internationales, plus fantasmatiques encore.

Mais j’en viens au véritable coup d’État. Twitter et Facebook ont fermé les comptes de Donald Trump (président des États-Unis en exercice, tout de même!).

Et aucun média ne trouve ça bizarre? Et tout le monde considère qu’il est légitime qu’un simple particulier ait le droit de censurer un chef d’État, sans même une décision de justice?

C’est d’autant plus cocasse que cela se passe précisément au moment où Donald Trump publie une vidéo pour appeler au calme. Et que cette censure a lieu précisément sur ces réseaux sociaux qui posent en héros de la liberté d’expression.

Nous sommes dans du Orwell pur: tout ce qui est dit publiquement doit se comprendre à l’envers. Si on vous assure qu’un tel lutte pour la vérité, vous pouvez être assuré que c’est un menteur. Si telle organisation soutient la liberté d’expression, c’est, selon toute vraisemblance, une officine de censure!

Le plus extraordinaire peut-être, c’est que ces réseaux sociaux portent une écrasante responsabilité dans l’hystérisation du débat public. Comme les algorithmes de ces sites poussent à ne « débattre » qu’avec des gens qui pensent comme nous, ils poussent mécaniquement à l’archipélisation de la société et à la radicalisation des internautes (quelle que soit leur idéologie). En d’autres termes, Facebook et Twitter sont au moins coresponsables de ce dont ils accusent Trump.

Mais le plus grave, c’est évidemment que des personnes qui n’ont aucune responsabilité politique s’arrogent le droit de décider qui peut s’exprimer, sur quoi et dans quel sens.

Voici des années que je pense que la sous-culture soixante-huitarde touche à sa fin.

Mais je n’aurais jamais cru qu’elle serait achevée par les réseaux sociaux, «incarnation» de ce monde individualiste, libertaire, et sans-frontière!

p style=”text-align: right;”>Guillaume de Thieulloy

Tribune reprise de les4verites.com

La victoire de la famille Lefevre et le combat culturel, par Guillaume de Thieulloy

famille Lefevre

Juste avant Noël, le 15 décembre, nous avons eu la joie d’apprendre la victoire de la famille Lefevre en finale de l’émission «La France a un incroyable talent» sur M6, devant plus de 4 millions de téléspectateurs.

Les bonnes nouvelles étant rares, pourquoi ne pas savourer celle-ci?

Je dois vous avouer que j’ignorais tout de cette émission avant cette victoire.

Et, de façon générale, je suis un bien mauvais « client » pour la télévision en général et les concours télévisés en particulier.

Il n’empêche que je me réjouis vivement de cette victoire, comme de toute victoire dans le combat culturel – à tout prendre beaucoup plus décisif pour l’avenir politique de notre pays que le combat électoral.

Pour une fois, les étranges lucarnes n’ont pas promu pas telle minorité, visible ou invisible, mais une famille de France chantant magnifiquement un répertoire de chant sacré.

Tout dans ces concurrents aurait dû susciter la détestation des médias dominants. Pensez : une famille de 6 enfants, versaillaise, ne dissimulant même pas qu’elle était catholique, quoi de plus « ringard » ?

Eh bien, non : le jury et le public ont été séduits – soutenus par l’impressionnante mobilisation des « cathos » sur les réseaux sociaux.

Ils ont été séduits d’abord, bien sûr, par le talent. Mais aussi par cette famille si manifestement unie et heureuse de chanter ensemble.

En quelques minutes, ces huit personnes ont plus fait que des dizaines de manifestations – et que des centaines de lois et d’élections! – pour la famille, cellule de base de la société, et pour rappeler que la nation n’est pas un agglomérat d’individus, mais une famille de familles.

Surtout, la famille Lefevre a montré à tous – y compris, surtout, aux plus éloignés de la culture française – que l’être humain est fait pour le beau, autant qu’il est fait pour le bon et pour le vrai.

Notre société post-moderne croit très malin de lire Nietzsche à la lettre et de placer sur un pied d’égalité le laid et le beau, le mal et le bien, le faux et le vrai.

Mais il est évident que l’on ne peut pas vivre humainement comme cela.

Tout au plus peut-on survivre comme une brute.

Mais ce qui me laisse pantois, c’est le traitement de cette victoire par les commentateurs.

Je passerai sur les remarques ordurières dont les réseaux sociaux sont familiers – et l’on pouvait difficilement s’étonner qu’une famille versaillaise aussi «caricaturale» échappe à de telles caricatures.

Mais les éditorialistes ont été, dans leur vaste majorité, incapables de comprendre ce qui se jouait ici (la plus notable exception étant l’excellent éditorial de Constance Prazel pour «Liberté politique»).

Ils en sont restés à de bêtes considérations sociologiques sur le mode : Tiens, comment se fait-il que ces attardés aient du talent?

Pourtant, il faut aller du fait divers à la conséquence politique et même civilisationnelle.

Ce qu’a apprécié le public, c’est une famille où la transmission semble une évidence. Parents et enfants y cherchent ensemble ce qu’il y a de plus beau et consacrent leurs efforts à le rendre accessible à leur entourage.

C’est exactement cela une civilisation: transmettre au mieux le meilleur de ce que nous avons reçu.

Que notre monde post-soixante-huitard en soit incapable ne signifie qu’une chose: il est déjà mort.

Mais toute la question est de savoir si notre civilisation française et européenne sera entraînée dans cette chute ou si la mort de cette contre-culture sera le début de la renaissance. En tout cas, pour 2021, je nous souhaite à tous de nombreuses familles Lefevre sur tous les champs de bataille culturels!

Guillaume de Thieulloy

Tribune reprise de les4verites.com

Vers l’abolition de la démocratie sur terre?

Je rappelle aussi souvent que possible la définition de la démocratie qui me semble la plus pertinente: le choix par un peuple de ses dirigeants et des orientations politiques de son pays en connaissance de cause.
Chaque mot de cette définition compte.

Pour que le choix s’exerce, il faut qu’il y ait un peuple, et un peuple se définit par l’adhésion à une histoire et à des valeurs communes.

Quand cette adhésion n’existe plus, le peuple s’érode et se dissout.

Cette érosion et cette dissolution s’opèrent présentement dans l’ensemble du monde occidental.

C’est particulièrement net en France où, sous l’effet des idées relativistes disséminées par la gauche, l’assimilation des immigrants a été abandonnée depuis longtemps, et où l’intégration elle-même est en voie de disparition: une part croissante de la population française aujourd’hui ne se reconnaît plus dans l’histoire de la France et est imprégnée de valeurs très différentes des valeurs françaises et des valeurs occidentales.

Le mal est désormais si grand que la gauche n’est plus seule à le propager, et qu’une part importante des gens se disant de droite le propagent aussi, et s’inscrivent ainsi dans le sillage de la gauche.

Pour que les orientations politiques soient celles d’un pays donné, il faut que ce pays soit encore souverain.

Quand la souveraineté se trouve abolie, les orientations politiques sont guidées de l’extérieur, sans que le peuple y puisse encore quelque chose.

La construction européenne est un dispositif conçu pour avancer vers l’abolition de la souveraineté des pays européens, et l’abolition est désormais très avancée.

Les dirigeants politiques des divers pays d’Europe occidentale font semblant de pouvoir encore décider, mais, en réalité, une part croissante des décisions qui s’appliquent dans les pays d’Europe occidentale sont prises à un niveau supérieur, par des gens sur lesquels les peuples européens n’ont quasiment aucun pouvoir réel.

Ce qui se passe en Europe occidentale se retrouve dans l’ensemble du monde occidental et, si Donald Trump se trouve poussé hors de la Maison Blanche par le coup d’État en cours, les États-Unis pourraient suivre le même chemin.

Enfin, et c’est extrêmement important, la connaissance disparaît.

L’information dans tous les pays occidentaux se trouve graduellement remplacée par la propagande.

Plutôt que transmettre des moyens de comprendre la société dans laquelle ils vivent et de comprendre le monde, l’essentiel des grands médias transmet des éléments de dogme, élimine autant que possible les faits qui ne sont pas acceptables par le dogme, déforme jusqu’à les rendre méconnaissables les faits qu’il n’est pas possible d’éliminer.

Quand Jean-François Revel avait publié un livre appelé «La connaissance inutile», le remplacement était déjà très avancé en France et dans le reste du monde occidental.

Aujourd’hui, le remplacement est presque complet. Seuls ceux qui font preuve d’opiniâtreté peuvent accéder à la connaissance, et ils sont condamnés à être très minoritaires.

La propagande permet d’égarer, de dissoudre les repères, d’obtenir des effets de soumission tels ceux qu’on observe dans quasiment tout le monde occidental depuis le début de la pandémie de coronavirus.

Même les sciences exactes sont touchées, et la pandémie de coronavirus a permis de le voir dans le domaine de la biologie et de la médecine; on le voyait depuis des années dans la climatologie, avec la dissémination de la peur du «dérèglement climatique».

Ce qui prend forme en raison de ce que je viens d’écrire est une dissolution des peuples, très avancée dans tout le monde occidental, une abolition des souverainetés, très avancée elle aussi dans tout le monde occidental, et une abolition de la connaissance.

Et ce qui prend forme, donc, est une abolition de la démocratie, qui se trouve peu à peu réduite à un simulacre partout où elle existe.

Ce qui prend forme est la prise de pouvoir par une oligarchie qui entend régir le monde, réduire les populations au statut de plèbes soumises.

Je l’ai déjà dit. Je dois le redire car ce qui prend forme avance, et la très sombre année 2020 qui va bientôt s’achever pourrait apparaître comme l’année d’un basculement vers cette prise de pouvoir.

Guy Milliere

Tribune reprise de Les 4 Vérités

Le film «Hold-up» et la grande réinitialisation

Hold-up - le documentaire

Je n’ai d’abord entendu parler du film «Hold-up» que par la diabolisation dont il a fait l’objet.

J’ai vu ensuite que quelques rares esprits dissidents avaient osé le défendre.

Je l’ai dès lors regardé. J’y ai trouvé quelques erreurs mineures relevées par ceux qui l’ont diabolisé. J’y ai vu apparaître une ou deux personnes tenant des propos excessifs.

Je n’y ai vu strictement rien qui permette, comme on le fait largement, de parler de «complotisme».

Ce mot est d’ailleurs devenu un moyen pour les tenants de la pensée de gauche en quête d’hégémonie totalitaire pour éliminer les analyses qui les dérangent, aussi fondées soient-elles – à un point tel qu’il est désormais nauséabond.

Évoquer le projet de grande réinitialisation, qui est au cœur du film, est évoquer un projet qui existe bel et bien.

Ce projet fait l’objet de réunions, de colloques, de publications dans lesquelles tout est expliqué de manière limpide et où ce qui est laissé en filigrane est aisé à déchiffrer, sauf pour les partisans de l’aveuglement volontaire.

Il s’agit, comme je l’ai dit dans un précédent article, de chercher à mettre en place une «gouvernance mondiale» (en fait, un gouvernement mondial) non démocratique.

Au sein de cette gouvernance mondiale, des élites autoproclamées (des dirigeants d’entreprises de dimension planétaire, des financiers, des dirigeants politiques, des économistes se plaçant à leur service) régiraient le monde, surveilleraient, placeraient les populations en dépendance, définiraient ce qui peut se dire et se faire, marginaliseraient ce qui ne peut pas se dire et pas se faire.

Le film montre dans sa dernière partie les partisans de la «grande réinitialisation», et les propos qu’on entend sont ceux qu’ils ont effectivement tenus.

Le film décrit l’utilisation de la pandémie pour créer la peur, détruire les économies et les sociétés occidentales, obtenir la soumission, installer au pouvoir des adeptes de la grande réinitialisation, et les mécanismes d’installation de la peur énoncés dans le film ont effectivement été utilisés.

Et, hélas, ils ont été utilisés avec succès, puisque la peur règne jusqu’à ce jour.

La destruction des économies et des sociétés a elle-même été effectivement mise en œuvre, et a touché profondément plusieurs pays européens, dont la France.

La récession qui a pris forme est sans précédent depuis des décennies et elle est la première récession des temps modernes à avoir été décidée par les gouvernements.

Les effets de l’enfermement, de la désocialisation, du chômage forcé, de l’impossibilité pour des malades atteints de pathologies graves de se soigner pendant plusieurs semaines n’ont pas encore été mesurés et montreront l’ampleur de la catastrophe lorsqu’ils le seront.

La soumission a été largement imposée et obtenue, et plusieurs pays d’Europe occidentale ont, «au nom de la santé», glissé vers un fonctionnement de type autoritaire.

En Europe occidentale, des adeptes de la grande réinitialisation sont au pouvoir presque partout.

Aux États-Unis, leurs équivalents s’efforcent de renverser Trump et ont enclenché un coup d’État.

Le film aborde le combat mené contre l’hydroxychloroquine, et ce combat a été mené de la façon dont le film le décrit.

Il est difficile de ne pas voir le rôle de grands laboratoires pharmaceutiques et de leurs agents dans ce combat.

Le film évoque de manière pertinente le rôle de la Chine dans la dissémination du virus : la Chine s’est protégée contre la dissémination du virus hors de la province de Hubei, mais a laissé des gens contaminés quitter Wuhan et prendre l’avion vers le reste du monde en cachant que ces gens étaient contagieux, ce qui était un acte criminel.

L’idée que le virus a été modifié en laboratoire n’est pas entièrement prouvée, mais une scientifique chinoise a demandé l’asile politique aux États-Unis et a fourni des documents qui semblent accablants.

Ceux-ci sont étudiés en ce moment par les services américains.

Insister sur les erreurs mineures que contient le film pour le diaboliser est un procédé indigne.

Parler de complotisme pour éliminer des analyses qui dérangent, et faire comme si les faits qui fondent les analyses n’existaient pas est le comportement d’une gauche en quête d’hégémonie totalitaire.

Incontestablement.

Le film «Hold-up» mérite d’être vu et pris au sérieux.

Guy Milliere

Tribune reprise de les4verites.com

Macron contre nos libertés

L’incohérence semble décidément la marque de fabrique du macronisme.

M. Macron prétend lutter contre l’islam radical, mais il maintient les frontières grandes ouvertes et libère des djihadistes qui s’empresseront de reprendre les armes contre nous.

M. Macron prétend encourager l’intégration européenne, mais, contestant l’existence même d’une culture française, il ne peut évidemment pas promouvoir la culture européenne qui est pourtant le socle le plus solide de toute collaboration entre pays européens.

M. Macron avait annoncé une grande entreprise de libération des énergies françaises. Mais jamais les libertés n’ont été aussi attaquées depuis 1944 et la fin de l’occupation allemande. Et jamais la spoliation fiscale n’a atteint un tel sommet.

De ce point de vue, l’actuel chef de l’État a réussi à dépasser son glorieux mentor, François Hollande, ce qui n’est pas un mince exploit!

Aujourd’hui, la majorité LREM prétend lutter contre le terrorisme islamique en censurant les comptes Twitter des Identitaires.

Comprenne qui pourra!

Ou plutôt, on comprend bien que nos braves oligarques n’ont aucune intention de lutter sérieusement contre le terrorisme et qu’ils préfèrent sévir contre les honnêtes gens.

Ils nous rééditent le coup de 2002 où, alors que la campagne présidentielle avait promis davantage de sécurité (ce que tous les Français avaient compris comme davantage de contrôle de l’immigration), le curieux attelage Chirac-Sarkozy nous avait offert davantage de … radars (sous prétexte de sécurité routière).

En tout cas, prétendre défendre le soi-disant «droit au blasphème» en interdisant l’expression de toute pensée dissidente est assez original.

À supposer que la culture française (qui, bien sûr, n’existe pas!) se résume à ce «droit au blasphème» cher à M. Macron, il faudrait en déduire qu’Éric Zemmour, Marine Le Pen (ou Jean-Luc Mélenchon) doivent pouvoir s’exprimer.

Ils le peuvent, nous ne sommes pas en dictature, rugit M. Macron. Certes, mais en prenant le risque de procès devant la 17e chambre correctionnelle où une masse d’associations grassement subventionnées promeut la préférence étrangère.

Pour ne rien dire du risque de perdre son emploi quand l’extrême gauche et le capitalisme de connivence appellent de concert au lynchage médiatique.

En réalité, la seule cohérence dans le modèle macronien, c’est le goût pour le modèle chinois fait de passe-droits pour les oligarques et d’esclavage pour les autres.

Jean Rouxel

Tribune reprise de les4verites.com

Crise sanitaire ? Le risque, c’est la vie !

Si, depuis la préhistoire, l’homme n’avait pas pris de risque, il est quasiment certain qu’il aurait disparu de notre planète.

S’il n’était pas descendu de son arbre, au risque d’affronter les prédateurs, il serait mort de faim ou aurait été délogé par des grands singes plus puissants.

Ramenons maintenant cette prise de risque à notre civilisation actuelle et regardons ce qu’elle nous a amené et surtout les catastrophes qu’elle nous a permis d’éviter.

Cela a commencé par le feu. Il n’a été apprivoisé que par l’homme, et ça n’a pas dû être sans un certain courage. Notre espèce lui doit, sans jeu de mots, une «fière chandelle».

Des milliers d’années après, l’homme a domestiqué le cheval et, là aussi, il a pris des risques. S’il ne l’avait pas fait, nous serions restés, avec notre force limitée, soumis à Dame nature.

L’homme n’est pas parfait, loin de là, mais le courage, avec son corollaire, la prise de risque, nous a permis de résister aux envahisseurs.

Aujourd’hui, les risques sont d’une tout autre nature, de l’ascension des hauts sommets aux défis sportifs, en passant par un autre risque, beaucoup moins reconnu dans notre pays : la création d’une entreprise! J’en sais quelque chose : j’ai pris d’énormes risques pour créer la mienne.

S’il y a un risque que nous devons soutenir, c’est bien celui-là. Avec le COVID, la population peut comprendre que l’entreprise est vulnérable avec toutes les conséquences catastrophiques que sa disparition provoquerait, nous en aurons malheureusement confirmation dans les mois qui viennent avec les dépôts de bilan annoncés.

La situation actuelle de nos entreprises n’est pas seulement due à cette pandémie; elle n’est qu’un accélérateur. C’est notre impréparation qui en est la première cause.

Nous ne pouvons pas en rejeter la faute sur les chefs d’entreprises français. Le mal vient de bien loin – je dirais depuis une quarantaine d’années, lorsque l’entreprise est devenue la seule valeur d’ajustement pour un financement de la protection sociale, l’antithèse de la prise de risque.

Les Français n’acceptent plus le moindre risque. Ils sous-traitent à l’État l’ensemble de leur sécurité dans tous les domaines.

Le risque zéro est impossible, mais coûte très cher quand on veut s’en approcher : nos gouvernants ont ainsi ponctionné, encore et encore, nos entreprises jusqu’à l’overdose actuelle.

Le résultat ne s’est pas fait attendre, principalement dans les entreprises industrielles qui payent pratiquement deux fois plus de charges que leurs concurrentes allemandes. Depuis l’an 2000, notre pays en a perdu la moitié et, malgré la charge de notre ministre des Finances pour leur «relocalisation», elles continuent inexorablement leur effondrement.

Une règle économique simple: si une entreprise ne peut pas dégager une marge suffisante, elle ne peut pas investir autrement que par l’emprunt, ce qui la fragilise et surtout elle n’a pas la trésorerie suffisante pour affronter des situations de crise comme celle que nous rencontrons aujourd’hui.

Vous l’aurez compris, si le risque c’est la vie, le «principe de précaution» à outrance, c’est la mort!

Claude Goudron

Tribune reprise de les4verites.com

Lutte contre le séparatisme ou contre nos libertés?, par Guillaume de Thieulloy

Le 2 octobre, M.Macron a prononcé aux Mureaux (quartier emblématique du merveilleux «vivre-ensemble» chanté sur tous les tons par nos chers dirigeants) un important discours sur le «séparatisme».

J’ai déjà dit que le mot «séparatisme» me semblait particulièrement inadéquat pour définir le problème que l’islam pose à la France: l’objectif ultime des islamistes n’est pas de régner sur des quartiers où la loi française ne s’appliquerait plus (c’est déjà le cas dans plusieurs centaines de quartiers «sensibles»), mais de soumettre tout le territoire français à la charia.

Cela fait maintenant plusieurs décennies que la France a un problème islamique, mais les dirigeants font mine de ne pas comprendre.

Ainsi, dès le début de son discours, le chef de l’État dénonce le projet politico-religieux du «séparatisme islamique», sans sembler s’apercevoir que c’est le Coran lui-même qui porte un projet politico-religieux.

On notera avec amusement l’évolution du discours. Voici quelques années, nous étions de dangereux complotistes quand nous dénoncions les horaires de piscine réservés aux femmes. Eh bien, désormais, Emmanuel Macron nous emboîte le pas.

Encore quelques années, et il va peut-être «découvrir» que le projet islamiste a quelque chose à voir avec l’islam!

L’aveuglement volontaire de ces prétendues élites devrait radicalement les disqualifier pour conduire la nation. Mais, manifestement, la mémoire courte des Français permet toutes les manipulations. Jusqu’à tenter de faire du successeur de François Hollande un chef d’État capable de lutter sans faiblesse contre « l’islam politique » (comme s’il en existait un autre).

Mais, en dehors de ce spectacle absurde et familier, où les responsables de l’ouverture des frontières et du désarmement de la France osent jouer aux hommes d’État, ce discours est inquiétant.

Car, en ne ciblant pas nommément les incompatibilités entre certains points de l’islam et certaines de nos mœurs et de nos lois, M. Macron envisage d’un cœur serein de mettre toute la société française en prison.

Je ne prendrai dans son discours que deux exemples de ces mesures liberticides, évidemment inefficaces contre l’islamisme, mais ravageuses contre les libertés des vieux Français.

Il est annoncé que la loi interdira désormais l’instruction à la maison, pour que l’école redevienne «un creuset républicain». Pour ma part, je ne crois pas du tout que l’école doive être une officine de propagande robespierriste ou mélanchoniste. Et je crois que les parents doivent être les premiers éducateurs de leurs enfants. C’est ce que dit le droit naturel. C’est aussi ce que dit la déclaration universelle des droits de l’homme.
Très consciemment, je scolarise mes enfants hors du « creuset républicain » où l’on n’apprend plus à lire, écrire, ni compter, mais où, dès la maternelle, on chante les merveilles de cette «diversité» qui fracasse notre patrie.

Deuxième exemple: l’État réclame désormais le droit de dissoudre les associations pour des motifs indéfinis.

Faute de savoir résister à la conquête islamique, M. Macron restera – comme ses prédécesseurs – dans l’histoire comme un fossoyeur des droits naturels des êtres humains et des libertés des Français.

Guillaume de Thieulloy

Tribune reprise de les4verites.com

Lutter contre le séparatisme islamique ?

Après l’été sanglant que nous avons vécu, une partie du gouvernement semble se réveiller et considérer enfin que la première mission de l’État n’est pas d’accueillir la terre entière aux frais du contribuable, mais de protéger les Français.

Je dis: «une partie», car le gouvernement compte encore – et au plus haut niveau – des dangereux utopistes comme le Garde des sceaux qui a osé réemployer l’expression socialiste de « sentiment d’insécurité » pour mieux dissimuler le rôle de la «justice» dans le développement galopant de l’insécurité.

Pourtant, Emmanuel Macron a élevé le ton, ces dernières semaines, et dénonce martialement le «séparatisme islamique», contre lequel une loi devrait être votée bientôt.

Je ne peux que me réjouir que le candide technocrate parvenu au sommet de l’État, sans beaucoup d’expérience du gouvernement des hommes, découvre la réalité du danger islamique.

Mais j’avoue me méfier des gesticulations actuelles.

D’abord, je note que M. Macron refuse de regarder l’islam en face. Redisons une énième fois qu’il est faux et archi-faux que «l’islam politique», comme on dit désormais, constitue un dévoiement du « vrai islam », comme l’a encore déclaré récemment le chef de l’État.

Il suffit de feuilleter le Coran (dont je rappelle qu’il est supposé être la parole incréée de Dieu et donc ne peut faire l’objet d’aucune interprétation ni d’aucune contextualisation – à la différence notable de la Bible) pour constater que c’est bien la «révélation» islamique qui prévoit l’asservissement des femmes ou des «mécréants».

Par ailleurs, le problème n’est pas le «séparatisme». Ou plutôt n’est pas seulement le séparatisme.

Il est évident qu’il serait souhaitable que les territoires français où s’applique déjà, au moins partiellement, la charia soient reconquis.

Mais, d’une part, le séparatisme n’est pas un phénomène nouveau. Voici des années que des quartiers toujours plus nombreux passent sous une autre loi que la loi française – souvent avec la complicité des élus qui, en échange de suffrages, ferment les yeux ou encouragent.

Et, d’autre part, il y a pire que le séparatisme. Il serait peut-être temps que M. Macron et les siens prennent au sérieux nos adversaires (mais, comme leurs prédécesseurs du Front populaire avaient refusé de croire que «Mein ­Kampf» constituait le programme ­d’Adolf Hitler, ils refusent de croire que le Coran constitue le «programme» des islamistes).

Or, le Coran n’encourage pas au séparatisme, sinon en situation de minorité ou de faiblesse. Il encourage à la conquête. C’est tout différent. Au train où vont les choses, la lutte contre le séparatisme pourrait être prochainement «gagnée» par l’application de la charia à tout le territoire national!

Plus grave, le gouvernement fait mine de lutter contre le séparatisme islamique, mais il en aggrave les causes en réclamant encore plus d’immigration.

Cerise sur le gâteau, nous avons appris tout récemment – mais, à vrai dire, nous l’avions supposé dès qu’il fut question d’une loi – que la loi lutterait contre « tous les séparatismes ».

Point n’est besoin d’être devin pour comprendre que cette loi ne va pas beaucoup gêner les islamistes, mais qu’elle va attaquer les libertés de tous les Français.

Au fond, le problème n’est plus tellement que les islamistes détestent notre civilisation. Il est plutôt que ceux qui prétendent nous diriger ne voient pas pourquoi il faudrait l’aimer et la défendre. À tout prendre, les islamistes sont logiques; c’est nous qui sommes absurdes de nous donner des chefs qui nous haïssent ou nous méprisent.

Guillaume de Thieulloy

Tribune reprise de les4verites.com

Le drame du Kosovo, exemple à méditer

Nous avons sous nos yeux, en Europe même, l’exemple d’un pays où les musulmans ont pris le pouvoir avec la bénédiction et l’aide de l’OTAN, de l’Union européenne, et de la France. De plus, ces musulmans ne sont pas des immigrés, ce sont des autochtones.

Ce pays est le Kosovo, et les musulmans sont des Albanais, islamisés et soumis aux Ottomans depuis des siècles.

J’ai assumé la direction de la MIP (Mutuelle de l’Industrie du Pétrole) de 1982 à 1994. Notre siège social était installé dans un complexe d’immeubles de bureaux construit entre 1975 et 1980 près de la station RER de Val de Fontenay, à Fontenay–sous-Bois (94).

L’installation électrique ne justifiait pas la présence d’un technicien d’entretien à plein temps. Nous faisions appel à un technicien de la DIAC (filiale crédit de Renault), qui ne venait dans nos locaux que quelques heures pendant le week-end.

Je trouvais sur mon bureau, le lundi matin, un compte rendu de son intervention. Lorsqu’il avait quelque chose de plus important à me faire savoir, il venait me rejoindre à la cafeteria et nous prenions notre repas ensemble.

Ce technicien s’appelait Vulovic. Il était Serbe, installé en France depuis de nombreuses années, mais il retournait souvent dans son pays natal, auquel il restait très attaché. Nous parlions donc travail, mais aussi, fréquemment, de son pays d’origine.

Après l’éclatement de la Yougoslavie, la Serbie fut le théâtre de nombreux conflits, avec tou­tes les souffrances que peuvent supporter les populations dans ces guerres civiles.

Vulovic profitait de ses vacances pour accompagner des convois humanitaires qui apportaient des secours aux populations serbes. À son retour, Vulovic me faisait part de son indignation de voir qu’en Europe occidentale et même en France, alliée traditionnelle de la Serbie, les Serbes étaient toujours désignés comme les coupables. Il me décrivait les brutalités, voire les atrocités, dont étaient victimes les Serbes, notamment dans la Krajina qui appartenait à la Croatie, et dont les Serbes ont été chassés sans ménagement et dans l’indifférence générale.

En outre, Vulovic me faisait part de ses inquiétudes pour une région dont je n’avais jamais entendu parler : le Kosovo. Le Kosovo, me disait-il, a pour les Serbes la même valeur sentimentale que l’Alsace-Lorraine pour les Français. C’est là que s’est déroulée la bataille du Champ des Merles (1389), qui symbolise la lutte séculaire du peuple serbe contre l’envahisseur ottoman. De plus, le Kosovo abrite des monastères orthodoxes qui sont parmi les plus beaux de Yougoslavie.

Le Kosovo, ajoutait Vulovic, comportait au départ une faible minorité albanaise. Mais les choses ont beaucoup changé depuis 1945. Au cours de la 2e guerre mondiale, l’Italie, qui avait annexé l’Albanie en 1939, créa une « Grande Albanie » englobant le Kosovo. Cela provoqua un afflux important d’Albanais. Après la guerre, les Serbes (orthodoxes) ont adopté un mode de vie à l’occidentale avec peu d’enfants par famille. Au contraire, les Albanais (musulmans) ont continué d’avoir une très forte natalité. Ainsi, au fil du temps, l’équilibre démographique s’est fortement modifié en faveur de la population albanaise, qui est devenue majoritaire. Cela s’est accompagné d’une montée des revendications identitaires de la part des Albanais.

Depuis l’éclatement de la Yougoslavie, – toujours selon Vulovic –, les Albanais sont devenus agressifs. Des commandos armés agressent les Serbes du Kosovo, qui n’osent plus sortir de chez eux. Ils ne comptent plus que sur l’armée pour rétablir l’ordre et leur sécurité, disait Vulovic. Et il ajoutait : tout cela va très mal finir.

Voilà les propos que j’entendais entre 1990 et 1994, date de mon départ en retraite. Vulovic avait quelques années de moins que moi. Malheureusement, il est décédé prématurément, peu après ma fin d’activité.

En 1999, les forces de l’OTAN ont pilonné la Serbie avec la participation d’avions français.

J’ai repensé à ce que Vulovic m’avait annoncé de façon prémonitoire plus de sept ans auparavant.

En mémoire de lui, je suis allé porter mes dons à l’église orthodoxe serbe de Paris.

Le Kosovo est indépendant depuis 2008. Malgré les soldats de la KFOR, la plupart des monastères orthodoxes ont été saccagés.

Les rares Serbes restés au Kosovo vivent dans des enclaves entourées de barbelés, et leur sécurité est plus que précaire.

Quel sera le prochain Kosovo ?

Raymond Croella

Tribune reprise de les4verites.com

L’ignominie d’Emmanuel Macron, par Guy Milliere

Je n’ai cessé de le dire bien avant que Macron soit élu Président. Macron est un imposteur. C’est surtout un homme dangereux.

Il est arrivé au pouvoir en se comportant sans scrupule vis-à-vis de quiconque.

Grâce à une gigantesque opération mêlant publicité, propagande et instrumentalisation de la justice.

Avant que le coronavirus de Wuhan ne déferle sur la France, il avait déjà montré ce qu’il y avait de vil en lui.

Ce qui a mené au soulèvement des gilets jaunes a été son insupportable mépris pour les gens qui ne sont pas de sa caste, qu’il n’a cessé d’insulter.

Ses réponses au soulèvement des gilets jaunes qui, au commencement, était une révolte contre l’oppression étatique et fiscale, ont été absolument odieuses.

Elles ont associé le dédain arrogant au recours à la violence policière, agrémenté de l’usage de gauchistes violents chargés de faire apparaître de pauvres gens désespérés comme des barbares et des casseurs.

Son attitude pendant la grève contre la réforme des retraites a été identique.

Il était devenu à ce moment le Président le plus détesté depuis le début de la Ve République.

Puis est venu ce qui constitue pour l’heure une forme d’apothéose dans l’ignominie et l’horreur : la gestion de la pandémie. Les mensonges ont succédé aux mensonges, les mesures ineptes se sont ajoutées aux mesures monstrueuses.

Les frontières ont été laissées ouvertes jusqu’à une date tardive et les vols venus de Chine ont apporté leurs suppléments de contagion.

Les masques et les moyens de protection ont manqué au personnel soignant.

L’absence de gestion en aval a conduit à l’engorgement des hôpitaux, au tri des malades et au recours à l’euthanasie.

La peur a été agitée pour obtenir la soumission et un emprisonnement de la population sous contrôle policier.

Les Français ont dû passer ensuite à la liberté surveillée.

Des milliers d’entreprises vont déposer leur bilan.

La France sera en récession, voire en dépression, pendant une période indéterminée qui s’étendra jusqu’au milieu de 2021 peut-être au-delà.

En parallèle, les médecins en France se sont vu retirer l’autorisation de prescrire et n’ont pu offrir que paracétamol ou Rivotril.

L’hydroxychloroquine est soudain devenue un médicament diabolique et le professeur Raoult, qui s’est comporté en médecin digne de ce nom d’un bout à l’autre de la pandémie, a subi une opération de démolition qui a pu ressembler aux minutes de haine décrites dans le « 1984 » de George Orwell.

Des imposteurs dont la cuistrerie grandiloquente ressemblait à celle du docteur Diafoirus, si bien décrit jadis par Molière, se sont répandus en propos imbéciles sur les plateaux de télévision où les vomissures qu’ils ont proférées ont alterné avec leurs paroles de mansuétude servile envers le Président et le gouvernement.

Un « conseil de scientifiques » lié à de grands laboratoires est censé avoir « conseillé » la clique au pouvoir et est co-responsable de ce qui serait une simple farce ignoble s’il n’y avait des milliers morts et des millions de chômeurs et de gens réduits à la misère.

La situation est grave.

La France n’a pas été le seul pays où de mauvaises décisions aux conséquences mortelles ont été prises, mais – et j’ai bien observé –, dans aucun pays autant de mensonges contradictoires n’ont été proférés, dans aucun pays un soi-disant Président et un soi-disant gouvernement ne se sont moqués à ce point de la population.

Dans aucun pays, de soi-disant « scientifiques » ne se sont conduits ainsi. Dans aucun pays, autant de médias ne se sont faits complices à ce degré.

Il reste en France des hommes et des femmes politiques dignes de ce nom, des médecins intègres, des journalistes scrupuleux.

Cela suffira-t-il pour redresser le pays avant qu’il soit trop tard ? J’aimerais le penser. Pour l’heure, je n’y parviens pas. Je vois, avec douleur, le désastre, surtout le désastre.

Les mois à venir vont être douloureux, vraisemblablement ­ho­r­ribles. Toutes les institutions seraient à rebâtir, car elles sont toutes à terre. Et je n’ai rien dit des zones de non-droit, de l’islamisation du pays, du fait que tous les leviers de pouvoirs restent dans les mains de gens qui n’auraient jamais dû être à même de s’en approcher.

Est-il possible encore de sauver la France ? On le saura bientôt. Il reste peu de temps.

Guy Milliere

Tribune reprise de les4verites.com

Vers une alliance des droites pour chasser les traîtres ?, par Guillaume de Thieulloy

ivan-rioufol

Ivan Rioufol est l’un des très rares journalistes de droite à demeurer actif au sein de la « grande presse » – « Le Figaro » en l’occurrence.

Son dernier petit livre mérite de franchir le mur du silence, dont ses éminents confrères vont vraisemblablement le couvrir, faute de pouvoir y répondre par des arguments rationnels.

« Les traîtres », ce sont les politiciens qui, depuis des décennies, ont choisi délibérément de mener des politiques contraires aux intérêts de la France et des Français.

Car, on l’oublie – ou plutôt on l’occulte – trop facilement, le déclin est un choix politique.

À droite comme à gauche, les dirigeants « français » ont assumé le préjugé selon lequel la France était de l’histoire ancienne et qu’il fallait tourner la page.

C’est au nom de cette idée absurde que l’on a créé un monstre supranational à Bruxelles qui, incapable de trouver une position diplomatique commune entre Berlin, Paris ou Rome, prétend nous dicter la forme des concombres que nous mangeons ou le diamètre des robinets de nos salles de bains !

C’est au nom de cette idée absurde aussi que l’on a fait venir des millions d’étrangers inassimilables en France – et des dizaines de millions en Europe.

Encore aujour­d’hui, alors que le désastre est évident, même pour l’observateur le moins attentif, d’innombrables commentateurs continuent de croire – ou de faire semblant de croire – que toutes les cultures se valent et que les hommes sont de simples pions aisément interchangeables.

C’est peut-être vrai quand l’homme tient le rôle du consommateur.

Ça l’est déjà beaucoup moins quand il devient producteur. Il est bien connu que nous « importons » des bac – 5 et que nous « exportons » des bac + 5. Qui oserait prétendre que cela n’a aucune conséquence sur le niveau général de qualification ? Et, même à niveau de qualification supposé égal, qui oserait affirmer que les milliers de médecins que nous « importons » du Maghreb ont reçu la même formation qu’à la faculté de médecine de Paris ?

Mais, surtout, il est complètement délirant de croire que les hommes sont interchangeables quand ils tiennent un rôle non économique, à commencer par celui de citoyen.

Chacun sait que l’immigration islamique est pour beaucoup dans l’épidémie de viols qui sévit depuis quelques années. Bien sûr, il y a toujours eu des détraqués dans toutes les sociétés. Mais il n’est pas exactement identique d’avoir été éduqué au respect de la femme par les chansons de geste et d’avoir été éduqué selon le modèle coranique à croire que les femmes sont un « champ de labour », voire le butin du vainqueur.

Comme le dit très bien Rioufol, c’est contre ces dirigeants traîtres à la nation que les gilets jaunes se sont soulevés.

Qu’ils aient été, ensuite, gangrenés par l’extrême gauche est une autre affaire, mais, tôt ou tard, une révolte semblable obtiendra cet objectif éminemment souhaitable : se débarrasser enfin d’une oligarchie malfaisante.

Et l’auteur donne le mode d’emploi de la réussite en ce domaine : l’alliance (que nous prônons depuis longtemps dans ces colonnes) entre la droite populaire refusant l’immigration et la droite conservatrice refusant la déculturation et le Moloch étatique qui ne sert plus qu’à entretenir l’extrême gauche antifrançaise et l’immigration.

Guillaume de Thieulloy

Tribune reprise de les4verites.com

Le choix de l’immigration contre la politique familiale, par Guillaume de Thieulloy

J’ai déjà eu l’occasion de commenter ici les déclarations de Jean-Paul Delevoye sur les retraites et l’immigration (n° 1222).

Mais, alors que le « Haut-commissaire aux Retraites » se débat – comme tant de ses congénères – dans un scandale grandissant de dissimulation de possible conflit d’intérêts, il me semble important de revenir sur l’autre aspect de sa déclaration.

Le choix de l’immigration est effectivement, en sens inverse, un refus de toute politique familiale.

Fondamentalement, le versement des pensions dépend de deux critères : l’état de l’économie et l’état de la démographie.

C’est évidemment ce que pointait maladroitement Jean-Paul Delevoye en rêvant à ses 50 millions d’immigrés.

Je n’insiste pas, une nouvelle fois, sur le fait que cette immigration ne pourra évidemment pas maintenir l’économie au niveau où elle se trouve aujourd’hui – et qu’au contraire, elle pèsera lourdement sur les comptes publics.
Mais Jean-Paul Delevoye a tout de même raison sur un point : même en pur régime de capitalisation, s’il n’y a plus d’actifs, il n’y a plus de pensions.
Nous avons donc deux choix : soit privilégier la politique familiale, soit privilégier l’immigration.

De toute évidence, pour la France qui n’a jamais été – quoi qu’en dise la propagande – ni une terre d’immigration, ni une terre d’émigration (seulement, parfois, une terre envahie quand l’affaiblissement de l’État rendait ses richesses particulièrement alléchantes pour ses voisins), la solution migratoire est une mauvaise solution, du point de vue de la cohésion nationale comme du point de vue économique.
Même les États-Unis, pourtant bâtis par l’immigration (et une immigration qui apporte économiquement au pays) commencent, pour la première fois de leur histoire à s’intéresser à la politique familiale.

Ainsi Marco Rubio, qui déclarait encore voici quelques années que toute politique familiale était un premier pas vers le socialisme, vient-il de déposer un plan en faveur d’une politique familiale – très proche de celle du gouvernement hongrois.

Au contraire, en France, alors que nous avions une politique familiale efficace – issue du catholicisme social, puis de Vichy et du gouvernement provisoire de 1944 – et que celle-ci a porté des fruits remarquables (nous permettant notamment de rattraper le retard démographique sur l’Allemagne qui nous avait coûté si cher en 1870, 1914 et 1939), nous la détruisons méthodiquement.

Il est symptomatique que les mères de famille soient les principales perdantes de la réforme des retraites actuellement en discussion.
Les « élites » françaises ont fait un choix clair : elles préfèrent l’immigration à la politique familiale (bien que cette dernière soit nettement plus économique et, surtout, nettement plus naturelle et profitable pour le pays).

Il faudra bien qu’elles en paient un jour les conséquences électorales.

Guillaume de Thieulloy

Tribune reprise de les4verites.com

Immigration illégale en Europe, par Jean Rouxel

immigration

Une récente étude du think tank américain Pew Research Center évalue la population d’immigrés clandestins en Europe un peu au-dessous de 1% de la population globale en 2017: entre 3,9 et 4,8 millions d’immigrés clandestins sur 500 millions d’habitants dans les 32 pays d’Europe étudiés.

Ce chiffre est déjà, à lui seul, extravagant. J’ai beau être conscient de la gravité du problème, j’ai été ébahi de lire une telle estimation – surtout sous l’autorité d’un organisme qui ne passe pas vraiment pour être d’«extrême droite»!

Plus grave encore, le Pew Research Center explique que 70% des immigrés clandestins sont répartis parmi 4 principaux pays: l’Allemagne, le Royaume-Uni, la France et l’Italie.

La France, loin de s’opposer à l’immigration illégale, refuse en effet de garder ses frontières, de condamner sévèrement les trafiquants de chair humaine qui font passer des dizaines de milliers de clandestins chaque année, et réserve même des prestations sociales (notamment la fameuse Aide médicale d’État) aux personnes n’ayant aucun droit d’être sur notre territoire.

Il aurait donc été surprenant que les clandestins ne soient pas nombreux chez nous.

Pourtant, il est très vraisemblable que les chiffres du Pew Research Center soient nettement minimisés.

D’abord, un rapide calcul montre une différence de 5% environ entre les chiffres de clandestins indiqués pour chacun des 4 pays les plus « accueillants» et 70% de l’ensemble: si l’on additionne les populations de clandestins entre Angleterre, Allemagne, France et Italie, nous serions entre 2,6 et 3,5 millions, alors que 70% de la population globale donne un intervalle de 2,73 à 3,36 millions.

Surtout, pour la France, l’étude indique 300000 à 400000 clandestins en 2017, dont 38000 demandeurs d’asile en attente de décision. Ces 38000 ne devraient, par définition, pas être (enco­re) des clandestins. Pourquoi d’ailleurs ne pas comptabiliser tous les plus de 100000 demandeurs d’asile enregistrés en 2017? Il est donc probable que ces 38 000 «demandeurs d’asile» soient en réalité des déboutés du droit d’asile devenus clandestins.

J’ajoute qu’il y a si longtemps que l’on estime à 300 000 le nombre de clandestins, sachant qu’au moins 100000 entrent chaque année en France, qu’il me semble peu vraisemblable que nous soyons encore à ce chiffre.

La fourchette basse consiste à prendre la proportion de clandestins en Europe (0,87%) et à l’appliquer à la population française. Soit au minimum 565 000 clandestins. Et, sans doute deux fois plus puisque la France est l’une des destinations préférées des clandestins!

Jean Rouxel

Tribune reprise de les4verites.com

L’islam est-il compatible avec la démocratie ?

J’ai posé en titre de cet article une question dont je connais la réponse.

Non, bien sûr, l’islam n’est pas compatible avec la démocratie. Toute personne qui connaît un tant soit peu l’islam le sait.

Le Coran, censé être la parole de Dieu dictée en arabe, le dit : Allah énonce des lois que les musulmans doivent respecter à la lettre, il gouverne le ciel et la terre, et aucun être humain électoralement désigné par d’autres êtres humains ne peut prétendre gouverner un peuple quel qu’il soit.

Les êtres humains ne peuvent se donner à eux-mêmes des lois.

Le Coran n’admet aucun écart, et dit que tout musulman doit non seulement respecter à la lettre les lois énoncées par Allah, mais doit obéir à l’intégralité de celles-ci.

Cela signifie qu’un musulman qui ne le fait pas n’est pas un bon musulman et que ce qu’on appelle en Occident les « musulmans modérés » ne sont pas de bons musulmans.

(J’explique tout cela en détail dans mon livre « L’ombre du djihad ».)

Quiconque regarde la planète constate aisément que l’incompatibilité entre islam et démocratie se vérifie dans les faits.

Sur cinquante-sept pays musulmans sur la terre, ceux qui sont censés connaître des éléments de démocratie se comptent sur les doigts d’une seule main.

Et je parle d’éléments de démocratie, pas de démocratie à proprement parler – ce qui signifie que des élections peuvent y avoir lieu, mais qu’elles conduisent toujours assez vite à la victoire du candidat le plus islamiquement correct.

L’exception a été la Turquie, tant que les règles fixées par Mustafa Kemal, qui détestait l’islam et n’hésitait pas à le dire, ont été en vigueur et tant que l’armée laissée par lui veillait.

Mais, dès qu’un islamiste a pu éroder ces règles et transformer l’armée, l’exception a cessé d’en être une, et l’islamiste Erdogan a fait de la Turquie une tyrannie islamique.

Les naïfs ont imaginé que la Tunisie serait une autre exception et ont pris le renversement de Zine Ben Ali (qui avait vis-à-vis de l’islam des réserves proches de celles énoncées par Mustafa Kemal) pour une bonne nouvelle permettant au pays de devenir une démocratie musulmane.

Ce qui restait de cette illusion vient de tomber, ce qui n’a rien de surprenant pour ceux qui se souviennent qu’Ennahda avait gagné en 2011.

Depuis, deux présidents se sont succédés qui ont été très conciliants avec Ennahda et ont gouverné ou passé accord avec ce parti islamiste.

Un troisième président vient d’être élu, Kais Saied, présenté en France comme « ultra-conservateur », expression qui ne veut rien dire et qui est totalement inadéquate pour le décrire, ou comme « robespierriste », expression qui ne veut rien dire non plus et qui est, là encore, totalement inadéquate pour le décrire.

Kais Saied est islamiste, se déclare en guerre contre l’Occident et contre Israël, et entend mettre fin aux élections législatives.

Il va faire glisser la Tunisie vers la tyrannie islamique, et il le fera avec l’assentiment de la population tunisienne et même, cela doit être souligné, avec l’assentiment des Tunisiens vivant dans les pays d’Europe, particulièrement en France où ils sont nombreux.

Ainsi une tyrannie islamique prend forme aux portes de la France et à faible distance des côtes italiennes (cent cinquante kilomètres séparent Tunis de la côte sicilienne), ce qui n’est pas bon signe (l’économie tunisienne se délabre à grande vitesse).

Plus grave encore, des musulmans vivant en Europe, particulièrement en France, et votant pour un président islamique, montrent que l’incompatibilité de l’islam avec la démocratie est un problème très lourd pour l’Europe, en particulier pour la France (qui est le principal pays musulman d’Europe).

Le vote des Tunisiens est à regarder en face.

Le vote des Algériens et des Marocains, si on l’observe, va dans la même direction que le vote des Tunisiens.

La France ne deviendra pas une tyrannie islamique, mais elle est déjà un pays sous influence islamique.

Par ailleurs, les données démographiques, la poursuite d’une immigration musulmane (présentement au rythme de 400 000 nouveaux arrivants par an) montrent que l’influence islamique est destinée à s’accroître sur la France, et les propos de Macron et du gouvernement, par-delà les faux-semblants, sont porteurs de marques indéniables de glissement vers la soumission.

Guy Milliere

Tribune reprise de les4verites.com

Mickaël Harpon : un scandale d’État, par Jean Rouxel

Le 3 octobre, un dénommé Mickaël Harpon, agent administratif à la Préfecture de police de Paris, a assassiné au couteau 4 de ses collègues avant d’être abattu.

Malgré tous les cris d’orfraies sur le thème « padamalgam », il fut vite évident que l’assassin s’était converti à l’islam radical.

Il fréquentait la mosquée de Gonesse – dont d’ailleurs l’ancien imam faisait l’objet, depuis 2015 (!) d’une obligation de quitter le territoire.

Le plus ahurissant, dans cette histoire, est qu’un individu dangereux – dont les collègues avaient repéré d’inquiétants changements – ait pu continuer à avoir accès au cœur du renseignement policier français.

On ignore aujourd’hui à quoi il a pu avoir accès, mais, potentiellement, il a pu connaître (et éventuellement transmettre à d’autres assassins) les données personnelles de nombreux agents des forces de l’ordre.

Le laxisme et la peur panique d’être taxé d’« islamophobie » ont causé la mort de quatre personnes et entraîneront peut-être des conséquences encore plus graves dans l’avenir.

Avec le dossier Harpon, nous disposons de tous les « dysfonctionnements » (comme dirait Christophe Castaner pour minimiser l’effarant scandale) possibles en matière de traitement de l’islam radical par les forces de l’ordre et de renseignement.

Un homme connu comme dangereux a été laissé en place au cœur même du dispositif policier français.

Le politiquement correct, l’inertie administrative, le laxisme se sont conjugués pour obtenir ce résultat effrayant.

Le pire, c’est qu’aucune leçon ne semble jamais être tirée des catastrophes précédentes.

Que l’on n’ait pas vu la dangerosité de l’islam radical en 1980 pouvait se comprendre. Qu’on fasse mine de l’ignorer au sommet de l’État en 2019 est proprement ahurissant. Je sais bien que l’on ne peut pas juridiquement s’en prendre à un simple suspect. Mais, précisément, il est urgent de changer la loi pour qu’il devienne impossible à un homme potentiellement dangereux d’exercer des missions régaliennes.

Et il devient également nécessaire de préciser à quelles conditions les musulmans peuvent s’installer chez nous (on se souvient que les musulmans « modérés » ont choisi l’État islamique contre leurs voisins chrétiens en Irak et en Syrie. Pourquoi en irait-il autrement chez nous ?).

Il n’est pas supportable que la seule réponse aux attentats, entre deux processions à la bougie et à l’ours en peluche, soit de dire sur tous les tons que « cela n’a rien à voir avec l’islam ».
Oui, nous avons un problème – qu’il faut regarder en face – avec l’islam, idéologie totalitaire !

Jean Rouxel

Tribune reprise de les4verites.com

Racisme? Vous voulez vraiment qu’on en parle?, par Guillaume de Thieulloy

Lilian Thuram

Voici des années que, dans ces colonnes, nous nous opposons aux lois liberticides issues de la funeste loi Pleven de 1972 – et, depuis, maintes fois aggravée, y compris abondamment sous l’actuel gouvernement.

Je conteste résolument que toute «discrimination» soit nécessairement de la «haine».

Je conteste résolument que le fait d’observer des différences entre les hommes soit nécessairement du racisme – au sens de l’idéologie (profondément de gauche, je vais y revenir) d’une hiérarchisation des races.

Et je conteste résolument que le parlement soit en mesure de fixer les canons du débat public, en disant le vrai et le faux, ou en prétendant lutter, comme la récente loi Avia, contre une «cyber­haine» jamais définie.

Il est insupportable que la droi­te traditionnelle qui, par ses racines chrétiennes en particulier, a toujours défendu la thèse d’une unité de l’humanité soit en permanence soupçonnée, par les idéologues de l’anti-racisme, de mépriser «l’autre».

C’est d’autant plus paradoxal que l’accusateur est souvent issu de la gauche qui promut naguère, sous couvert d’évolutionnisme plus ou moins scientiste et progressiste, le racisme proprement dit – c’est-à-dire la hiérarchisation des races et l’abolition de toute différence de nature entre l’homme et les primates (le Noir se trouvant chez Voltaire, Darwin et quelques autres mentors du merveilleux monde moderne, à mi-chemin entre le chimpanzé et le Blanc).

Mon opposition radicale, tout à la fois au racisme et à l’idéologie anti-raciste, est l’une des raisons de mon soutien à l’action de l’AGRIF (Alliance Générale contre le Racisme et pour le respect de l’Identité Française et chrétienne) – parmi d’autres raisons comme la nécessité de lutter dans les prétoires contre le racisme anti-français et les actes anti-chrétiens qui font l’objet, de la part de caste politico-médiatique d’une étrange indulgence.

C’est assez dire que j’ai savouré cette ahurissante déclaration de Liliam Thuram, footballeur reconverti dans l’anti-racisme: «Il y a du racisme dans la culture italienne, française, européenne et plus généralement dans la culture blanche. Il est nécessaire d’avoir le courage de dire que les Blancs pensent être supérieurs et qu’ils croient l’être. C’est quelque chose qui dure malheureusement depuis des siècles.»

D’abord, j’ignore ce qu’est la «culture blanche». Je connais une culture européenne, une culture française, ou une culture arabe (car, que je sache, les Arabes sont blancs!); pas de culture blanche.

Même la très gauchiste Licra a toussé en se plaignant, au nom de «l’universalisme républicain», de «l’essentialisation» (quel jargon délectable!) d’un groupe humain.

Quand Thuram dit que les Blancs pensent être supérieurs, il entretient, volontairement ou non, une confusion néfaste.

Il parle vraisemblablement du racisme moderne. Or celui-ci ne dure pas depuis des siècles, mais simplement depuis l’évacuation brutale du christianisme hors de l’espace public par les «Grands ancêtres» de la gauche.

Peut-être aussi parle-t-il de l’esclavage. Mais, alors, il «amalgam» indûment les «Blancs» chrétiens qui, lentement mais sûrement, s’opposèrent à l’esclavage, et les «Blancs» musulmans dont certains le légitiment encore au nom d’une lecture littérale du Coran.

Est-il besoin d’ajouter que cette insistance sur le racisme blanc permet opportunément d’oublier le racisme anti-blanc?

La mort de Robert Mugabe, le dictateur du Zimbabwe, responsable de la ruine de son pays, notamment par sa chasse sanglante aux fermiers blancs, aurait pourtant été une bonne occasion d’y réfléchir!

Guillaume de Thieulloy

Tribune reprise de les4verites.com