Pacte pour les Réfugiés : le petit frère du Pacte de Marrakech

Le pacte sur les migrations sûres, ordonnées et régulières adopté par 150 pays au sein de la conférence intergouvernementale de Marrakech le 10 décembre 2018, signé par la France sans le moindre débat dans notre pays et ratifié par l’Assemblée générale de l’ONU le 19 décembre n’est pas tout seul.
Il est accompagné d’un petit frère, le pacte mondial sur les réfugiés beaucoup plus discret dont l’adoption par l’Assemblée générale de l’ONU le 17 décembre dernier est passée quasiment inaperçue.
Renforcement du dispositif du pacte sur les migrations, roue de secours en cas d’échec de celui-ci ? En tout cas il fait partie intégrante de la démarche mondialiste d l’ONU en rupture avec sa vocation première qui est la défense de la paix et non la constitution d’un gouvernement mondial.

Il apparaît indispensable que le public et plus particulièrement les opposants aux pactes sur les migrations et sur les réfugiés sachent que cette forfaiture est doublement attentatoire à nos souverainetés nationales et doublement mortifère pour nos sociétés.

Une très grande discrétion

Comme le Pacte sur les migrations, le Pacte mondial sur les réfugiés découle d’une Déclaration de New York adoptée à l’unanimité en 2016 par les 193 membres de l’ONU et qui visait à améliorer leur aptitude à mieux accueillir réfugiés et migrants.

Rédigé sous l’autorité du Haut-commissariat aux réfugiés (HCR), basé à Genève et dirigé par l’Italien Filippo Grandi, le Pacte mondial sur les réfugiés a pour but de favoriser et organiser une réponse internationale adéquate aux mouvements massifs de réfugiés et aux situations de réfugiés prolongées.

Les phases de consultation multilatérale des Etats membres et d’autres parties prenantes, de négociation et de rédaction ont eu lieu en 2017 et surtout 2018 pendant 18 mois, parallèlement à celles du pacte sur les migrations. Le projet de pacte sur les réfugiés a été publié le 20 juillet 2018, approuvé par la commission compétente de l’ONU, le 13 novembre 2018 et ratifié par l’Assemblée générale de l’ONU le 17 décembre.

Tout au long du processus la discrétion a été de mise. Il y eut peu de communication de la part des médias alors que le pacte sur les migrations a été nettement plus visible. Les actes d’approbation et de ratification n’ont donné lieu qu’à peu de publicité et les oppositions ont été muettes.

Peu d’opposition

La résolution sur ce Pacte sur les réfugiés a été approuvée par 181 pays, deux seulement ont voté contre, les Etats-Unis et la Hongrie, et trois se sont abstenus.

L’administration de Donald Trump, qui a été partie prenante aux négociations pendant 18 mois, a expliqué que si elle soutenait l’essentiel du texte, elle était opposée à certaines dispositions comme celles visant à limiter les possibles détentions de personnes cherchant l’asile dans un pays.

Quant à la Hongrie elle a soutenu qu’il n’existait pas le besoin d’un nouvel instrument légal faisant ainsi référence à la convention de 1951 sur les droits des réfugiés.

Une présentation rassurante des objectifs

Tout d’abord, comme pour le pacte sur les migrations, il nous est bien affirmé de manière pateline que ce pacte sur les réfugiés n’est pas contraignant. Nous savons ce que cela veut dire et toute la charge de duplicité que contient cette affirmation.

Lire la suitePacte pour les Réfugiés : le petit frère du Pacte de Marrakech

Le pacte sur les migrations signé à Marrakech

11/12/2018 – INTERNATIONAL (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Cet accord a été approuvé formellement hier par des représentants de 159 pays. Il avait été ratifié par 192 des pays membres de l’ONU en juillet dernier, à l’exception des États-Unis de Donald Trump qui s’étaient formellement opposés au texte dès sa genèse. Dans l’optique de rendre les migrations « bénéfiques à tous », 23 objectifs ont été fixés par ledit pacte, avec pour chacun d’eux, les mesures nécessaires à entreprendre pour les atteindre. Les gouvernements signataires ont pris cet accord sans consulter leur peuple par référendum, ni même parfois ses représentants. La question n’a notamment pas été débattue devant l’Assemblée nationale dans le cas de la France, tandis qu’on a même vu le chef du gouvernement belge passer outre l’opposition du second parti de sa coalition pour ratifier ce traité.

Ce traité définit des positions bien précises sur l’immigration

Quand bien même celui-ci ne représente pour l’instant qu’un regroupement de propositions non contraignantes, il représente un cahier des charges clair de la gestion de l’immigration souhaitée par les Nations unies. Celle-ci y est décrite comme un phénomène inéluctable, ce qui fait que l’accord ne fait que tenter de la faciliter. Il s’adresse ainsi en majorité aux futurs et actuels pays d’accueil, les exhortant à favoriser l’arrivée de ces immigrés. Plus aucune distinction n’est par ailleurs faite entre l’immigration légale et illégale, économique ou liée à la guerre, toute personne vivant hors de son pays y étant considérée comme migrant, terme apparenté à réfugié.

Il pourrait par ailleurs représenter un danger pour la liberté d’expression

Le point 17 de ce traité prône « l’élimination de toutes les formes de discrimination, dont le racisme, la xénophobie et l’intolérance, à l’endroit des migrants et de leur famille », et encourage à « promouvoir une information indépendante, objective et de qualité, y compris sur Internet, notamment en sensibilisant les professionnels des médias aux questions de migrations ». Également, ce point invite à la lutte contre les discriminations « en cessant d’allouer des fonds publics ou d’apporter un soutien matériel aux médias qui propagent systématiquement l’intolérance, la xénophobie et le racisme », tout en garantissant, ironiquement, « le plein respect de la liberté de la presse ».