Covid-19, la piste du laboratoire privilégiée

19/05/2021 – INTERNATIONAL (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Le jour de la réouverture des terrasses et des musées, la gestion du virus Covid 19 est entrée dans nos habitudes quotidiennes, avec actuellement la grande campagne de vaccination mondiale. Cependant, l’origine du coronavirus n’a jamais été clairement établie, laissant libre cours aux diverses possibilités de départ.

Quelles sont les principales hypothèses envisagées ?

Les deux hypothèses qui ressortent sont d’une part le saut d’une espèce animale sauvage vers les humains et d’autre part la manipulation du virus en laboratoire, suivie d’une fuite de ce laboratoire vers le reste du monde.
La piste naturelle, c’est-à-dire provenant d’animaux, se base sur le scénario du virus MERS (Moyen-Orient) en 2012, passé des chauves-souris aux hommes grâce aux camélidés. Les chameaux et dromadaires ont été identifiés comme hôte intermédiaire en moins de 9 mois, tout comme les civettes l’avaient été pour le virus SRAS-1 qui était passé des chauves-souris aux civettes, puis des civettes aux humains lors de leur vente pour viande. Pourtant 18 mois après le début de l’épidémie, il n’a été trouvé ni la population de chauve-souris infectée par un virus assez proche pour infecter les humains, ni de potentiel hôte intermédiaire naturel.

Qu’en est-il de l’hypothèse de la manipulation en laboratoire ?

Cette théorie ne plaît guerre et pourtant ne peut être écartée de par ses nombreux exemples historiques. En effet, un virus s’échappe de laboratoire au moins une fois par an depuis les années 70. Le SRAS-1 s’est par exemple échappé de laboratoires à Singapour, Taïwan, et 4 fois depuis l’Institut de Virologie de Pékin. Par ailleurs, le laboratoire de Wuhan est agréé P4 (niveau de sécurité maximale), mais les règles de sécurité correspondent à un niveau P2, c’est à dire le niveau d’hygiène d’un cabinet de dentiste. Le virus est bien adapté aux cellules humaines, comme le serait un virus manipulé par l’homme, en modifiant par mutation les virus d’animaux sauvages. Pour finir, les premières souches contaminées à Wuhan proviennent d’une unique introduction du virus dans la population, fait contredisant la piste naturelle.
On peut dire qu’aucune preuve ne rend avérée une des hypothèses, cependant peu de choses viennent à l’encontre de la manipulation par l’homme de ce virus dangereux, s’étendant ensuite au sein de la population.

Le COVID-19 est-il sorti du laboratoire de Wuhan ?

Et si le COVID-19 avait été inventé par l’homme ? Si on veut réellement demander des comptes sur la gestion de la crise sanitaire aux politiques, il faudra certainement remonter à l’origine de l’apparition de ce virus.

Vendredi 17 avril, le professeur Luc Montagnier semait la panique sur le plateau de Pascal Praud, sur CNews. « L’histoire du marché aux poissons est une belle légende. Ce n’est pas possible », indiquait-il, allant à contre-courant de la communauté scientifique et de l’OMS. Prix Nobel de médecine pour sa découverte du VIH, le professeur dénonçait un virus qui « a échappé peut-être à ses promoteurs ». « Au départ, ils ont travaillé sur un modèle qui est le virus de la chauve-souris, et c’est ce virus-là qu’ils ont modifié. Je pense – c’est l’hypothèse la plus raisonnable – qu’ils voulaient faire un vaccin contre le VIH. Donc, ils ont utilisé un coronavirus, qui en principe pouvait atténuer et ne pas donner de maladie, comme porteur des parties de molécules du virus du Sida », avait-il expliqué.

En quelques heures à peine, les propos de ce médecin provoquèrent une levée de boucliers de la part de ses confrères, le traitant de « vieux sénile » ou tout autre adjectif décrédibilisant son propos. Il est vrai que depuis les années 2000, Luc Montagnier a traversé plusieurs tempêtes dans sa communauté pour des sorties et des accusations en tout genre. Mais la question qu’il soulève ne peut-elle pas se poser ?

Un curieux reportage italien

Surtout depuis la réapparition d’un reportage de la télévision italienne, sorti en 2015 et présentant un « supervirus » fabriqué en Chine. Une émission sérieuse, « Leonardo », diffusée sur la RAI et spécialisée dans l’actualité scientifique. On y apprend que des scientifiques chinois créent un super-virus qui s’attaque aux poumons, à partir de chauves-souris et de souris. Un virus élaboré « à des fins scientifiques », assurent-ils, mais qui a provoqué de nombreuses réserves parmi les chercheurs. Les Chinois ont « greffé une protéine prélevée sur des chauves-souris sur le virus SARS, connu pour déclencher une pneumonie aiguë, lequel a été développé à partir de souris. C’est de cette combinaison qu’est né un super-virus qui pourrait affecter les humains ». L’homme pourrait-il être infecté ? Oui, et même directement de la chauve-souris à l’homme, sans passer par la souris.

Le laboratoire de Wuhan

Cette « chimère » créée en laboratoire aurait dû y rester confinée (sans même l’autorisation de faire son jogging quotidien). En serait-elle sortie ? Précisément, serait-elle sortie du laboratoire P4 de Wuhan, un bijou de technologie destiné à étudier les maladies infectieuses émergentes ? Ce laboratoire a été livré par la France, dont les scientifiques ont l’expertise nécessaire à sa réalisation et à son fonctionnement. Entre 2004, année de naissance du projet, et 2018, année de l’inauguration du labo, plusieurs responsables français ont alerté sur les dangers de l’opération. Si Raffarin, Chirac et Kouchner étaient à l’époque favorables à la construction du P4 à Wuhan, la Défense et le renseignement français étaient plus que méfiants à l’égard de ce qui pourrait devenir un foyer bactériologique incontrôlable.

Dans les faits, le programme qui prévoyait que scientifiques français et chinois collaboreraient au sein de l’unité de recherche n’a pas été respecté : assez rapidement, les Chinois y ont travaillé seuls, sans contrôle extérieur de leurs recherches et des procédures de sécurité. L’insuffisance de ces procédures dans le laboratoire de Wuhan a été signalée dès 2018 par des membres de l’ambassade américaine à Pékin venus visiter le laboratoire flambant neuf. Un employé mal décontaminé aurait-il emmené un virus avec lui à l’extérieur ?

Fin mars, une étude Ifop pour la Fondation Jean Jaurès et l’Observatoire du conspirationnisme claironnait pour s’en moquer la complotite aiguë des électeurs du Rassemblement national : 40 % d’entre eux penseraient que le coronavirus a été conçu en laboratoire. Marine Le Pen remettait immédiatement les choses au point : « Que des gens s’interrogent pour savoir si ce virus est d’origine naturelle ou s’il ne peut pas avoir échappé d’un laboratoire, c’est une question de bon sens. » Le complotisme n’est pas dans les questions qu’on pose, il est dans la façon dont on y répond. Trois semaines plus tard, c’est le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo qui désire qu’on creuse cette théorie d’un virus échappé d’un laboratoire. Et c’est Emmanuel Macron qui déclare : « A l’évidence, des choses se sont passées là-bas dont nous n’avons pas connaissance. » Les médias français, une fois de plus, ont joué l’idéologie plutôt que l’investigation.

Etienne Lafage

Article paru dans Présent daté du 23 avril 2020