Taubira s’en va ! Ses lois restent

28/01/2016 – POLITIQUE (Présent 8534)

Elle va manquer aux délinquants, permissionnaires et terroristes. Et aux journalistes dont le concert de louanges dégouline des télés et des radios (mention spéciale à TF1 et France 2 !). À la fois totalement narcissique et horriblement complexée par son physique et ses origines, cette caractérielle parano qui a usé six directeurs de cabinet et on ne sait combien de conseillers, avait déjà menacé plus d’une fois de partir, comptant bien qu’elle serait toujours retenue. Elle qui a bénéficié d’une indulgence gouvernementale perpétuelle.
Mais à ce chantage-là, on risque que ceux qui vous retiennent de plus en plus mollement soient finalement très soulagés de vous voir partir.
8534_Une
Archi-mal à l’aise depuis les attentats, ne parvenant jamais à trouver le moindre accent de sincérité ni pour condamner le terrorisme islamiste ni pour parler au nom de la France massacrée, Taubira a brillé par son absence et son décalage. Directement mise en cause dans sa prise en charge des victimes et son manque de suivi des familles, elle avait choisi la semaine des attentats de janvier 2015 pour envoyer des consignes aux procureurs afin d’aligner le régime des récidivistes sur celui des non-récidivistes en matière de réductions supplémentaires de peines ! (délestant le récidiviste de cette circonstance aggravante)

La descendante d’esclave, victime du racisme pour les siècles des siècles, qui se prenait pour Mandela, était avant tout une idéologue sectaire qui n’a cessé de faire l’apologie de la société multiethnique, fustigeant avec haine le modèle d’une France blanche et identitaire. On retiendra ces dernières semaines son assourdissant silence sur les agressions sexuelles massives des femmes allemandes par des hordes d’immigrés à Cologne.

Évidemment on a sablé le champagne jusqu’à très tard dans les services de police mercredi. Cette démission, les gardiens, les gradés, les officiers et les commissaires étaient allés la réclamer jusque sous les fenêtres de la garde des Sceaux place Vendôme, en octobre dernier. Une délivrance. Et pas seulement pour eux : Elle s’était mis à dos à peu près toutes les professions judiciaires : dysfonctionnement grave de l’application et des remises de peine (un permissionnaire évadé par jour !) grève des avocats, crise de la justice… Son opposition idéologique au milieu carcéral, sa réforme pénale, sa suppression des peines plancher, mais aussi son projet de réforme des tribunaux pour mineurs considérés comme « potentiellement catastrophique » par les syndicats de police, allaient tous dans le même sens : renforcer l’impunité des délinquants et fragiliser les forces de l’ordre.

« La réforme pénale Taubira a envoyé un message d’impunité et d’angélisme à toute une population délinquante. On a multiplié les fenêtres de tirs pour que des gens dangereux puissent sortir », avait déclaré le patron de Synergie-officiers Patrice Ribeiro à Présent.
Les policiers demandent déjà le rétablissement des peines plancher au nouveau ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas. Et « une politique plus répressive », en particulier contre les multirécidivistes qui mobilisent sans cesse les policiers sur les mêmes personnes. Le successeur part avec un atout certain : il ne pourra pas être pire.

Caroline Parmentier

Taubira, bon débarras !

27/01/2016 – POLITIQUE (NOVOpress)
Enfin ! Enfin Christiane Taubira n’est plus au gouvernement ! Même si les effets de sa politique laxiste se feront encore longtemps sentir, on ne peut bouder son plaisir de voir enfin démissionner ce symbole de l’idéologie pernicieuse qui fait tant de mal à la France.

Idéologue sectaire, patronne brutale, politicienne crainte plus qu’aimée, Christiane Taubira fait l’unanimité contre elle, hormis une frange de la gauche qui continuait à la porter aux nues. Quand la nouvelle de sa démission est tombée, elle a aussitôt fait le « buzz » dans les médias et les réseaux sociaux. La « pire ministre de la Justice de la Ve République » selon Guillaume Larrivé, porte-parole des Républicains (seulement de la Ve ?), le symbole du laxisme pour toute la droite et la chouchoute d’une partie de la gauche et de l’extrême-gauche pour les mêmes raisons a présenté sa démission au « président » ce week-end, qui l’a rendue publique ce matin.

La démission de Christiane Taubira est une bonne nouvelle pour la France, après une action publique à la tête du ministère de la Justice absolument désastreuse pour notre pays. Le laxisme inouï de sa politique pénale, notamment, a si fortement dégradé notre situation sécuritaire et affaibli l’autorité de l’État que cette démission apparaît aujourd’hui comme un soulagement. En outre, madame Taubira incarnait un sectarisme extrêmement violent contre l’opposition démocratique patriote qui ne la rendait pas digne de servir la République.

Explique le Front National dans un communiqué qui brille par sa justesse et son esprit de synthèse.

Lire la suiteTaubira, bon débarras !

Mariage gay : Sarkozy, l’homme sans convictions

25/01/2016 – POLITIQUE (Présent 8531)

Pour redevenir président de la République, Nicolas Sarkozy est prêt à tout, même à être sincère ou à feindre de l’être. Mais quand l’est-il ? Quand dit-il la vérité, sa vérité, s’il en a une ? Lorsque dans son livre il évoque « le mariage pour tous », il n’est plus question de son abrogation. Ce n’est pas son premier revirement, sera-ce le dernier ? Pourquoi Sarkozy a-t-il renoncé à abolir cette funeste loi ? Si on l’en croit c’est, tenez-vous bien, qu’il a réfléchi, ce qui l’a conduit à changer d’avis : « A la réflexion, je crains que, compte tenu de l’état de tension et de division de la société française auquel a abouti la méthode de François Hollande, le remède soit pire que le mal. »
8531P1
Quand, en 2014, il prônait un « mariage pour les homosexuels », mais différent « dans ses conséquences sur la filiation » du « mariage pour les hétérosexuels », entraînant la « réécriture » du texte, c’était donc qu’il n’avait pas assez réfléchi. Sa réflexion fit un pas de géant quand, exposant cette idée irréfléchie devant les opposants au « mariage pour tous » qui lui crièrent « Abrogation ! Abrogation ! » il leur lança : « Si vous préférez qu’on dise (qu’il faut) abroger la loi Taubira pour en faire une autre… En français, ça veut dire la même chose… Ça aboutit au même résultat. Mais enfin, si ça vous fait plaisir, franchement, ça ne coûte pas très cher. »

Ça lui coûte cher, pourtant : sa crédibilité. Il cède au dernier qui a parlé. Étant sans idée arrêtée sur ce sujet-là, comme sur d’autres, il sombre dans la démagogie, pour « faire plaisir », espérant piper quelques voix des adversaires de la loi Taubira, réunis dans une tendance de LR (UMP à l’époque) Sens commun. Il voulait qu’ils votent pour lui afin qu’il accède à la présidence de sa formation. Maintenant, sa priorité est autre : remporter la primaire. Or, les votants n’auront pas le choix : ses principaux concurrents Juppé, Fillon, Le Maire, refusent aussi de supprimer cette loi, seul Hervé Mariton le propose. Continuer à prôner l’abolition de ce « mariage » lui serait un handicap et non pas un atout, dans le cadre d’un large électorat de 3 millions d’électeurs, pense-t-il. Ses arguments ne sont qu’un emballage improvisé pour justifier cette nouvelle trahison : « Je ne souhaite donc pas qu’on légifère à nouveau, parce que la priorité doit être de rassembler les Français. » Comment peut-il rassembler les Français s’il divise son propre camp sur cette question en méprisant ceux devant lesquels il a promis l’abrogation ?

Mais cette trahison, il a tort de croire que seuls les adversaires du « mariage pour tous » lui en feront grief. Même ceux qui y sont favorables constatent son opportunisme, ses déclarations qui varient en fonction de ses intérêts électoraux. Ce qu’il professe aujourd’hui ne sera pas sa vérité de demain, frappant de suspicion ses engagements et ses promesses dans quelque domaine que ce soit. Ce ne sont que quelques lignes dans son livre, mais elles risquent de réduire à néant son grand dessein, séduire de nouveau les Français en faisant croire qu’il a changé. Or, il est toujours le même, un homme sans conviction gouverné par une seule ambition, exercer le pouvoir.

Guy Rouvrais

Colloque du CESE sur la liberté d’expression : Taubira invitée d’honneur !

La Manif pour tous du 5 octobre fait le plein

24/09/2015 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Le Conseil Économique, Social et Environnemental organise un colloque. Sans honte, cet organisme a choisi la liberté d’expression et la censure comme thème phare de l’événement. Les manifestants contre le pseudo-mariage pour tous ont dû apprécier. On se souvient en effet qu’au moment des grandes manifestations, le CESE avait été saisi d’une pétition qui avait réuni 700 000 signatures pour donner un avis sur la loi Taubira. Cette pétition avait été contre toute attente jugée irrecevable.

Mais ce n’est pas tout. Le CESE est allé encore plus loin en choisissant pour invité d’honneur Christiane Taubira. Le mépris pour les opposants au mariage pour tous est manifeste.


Trois ans après, ils militent toujours à la Manif pour tous

Source : La Croix
À l’occasion de l’université d’été de la manif pour tous qui s’est tenue ce week-end à Quiberon, la Croix a rencontré des militants LMPT qui gardent foi et énergie. Au-delà de la loi Taubira, c’est pour la préservation de la structure familiale, l’un des socles de notre société et de notre identité, qu’ils continuent à se battre. Essentiellement au nom des valeurs chrétiennes, mais pas que. Extraits.

Rien ne pourrait les décourager. Ni l’entrée dans les us du « mariage pour tous », ni les attaques en tous genres, ni le nombre de manifestants qui s’émousse. Samedi 19 septembre, 250 militants de la Manif pour tous se sont retrouvés sur la presqu’île de Quiberon (Morbihan) pour la 3e université d’été du mouvement.

[…] Louis Ronssin, 38 ans, militant de la première heure dans le Calvados.

Au-delà de la contestation du mariage pour tous, le mouvement défend une vision du monde centrée sur l’humain et la famille, alors que notre société est tentée par une approche libérale et libertaire, centrée sur l’individu et le consumérisme.

Pour ce chef d’une entreprise d’insertion dans le bâtiment, la fragilisation de la famille, accentuée par la loi Taubira, déstabilise la société tout entière.

C’est simple, constate ce père de cinq enfants, qui habite près de Caen : les personnes que j’aide à se réinsérer sont toutes des cabossées de la famille, des gens qui ont souffert d’un divorce, d’un père absent, etc.

[…] « Il faut poursuivre sur cette lancée en bousculant les partis traditionnels, en formant les gens, en dynamisant les associations familiales, etc. » Pour ce trentenaire, le mouvement, loin de se tarir, n’en est qu’à ses débuts.
Du haut de ses 18 ans, Éloi Henry, fraîchement recruté comme chef d’équipe, ne dira pas le contraire.

[…] Ce qui m’a plu dans le mouvement, c’est son ouverture. La Manif pour tous va bien au-delà de la sphère chrétienne.

[…] Pour la suite, Catherine reconnaît être « encore interrogative » et venir chercher des réponses à l’université d’été.

[…]La vocation du mouvement va à mon avis au-delà des seules échéances électorales.


 

La Manif pour tous : “Un combat pour l’hégémonie culturelle”

22/11/2014 – FRANCE (NOVOpress)
Gaël Brustier, qui vient de publier “Le Mai 68 conservateur : que restera-t-il de la Manif pour tous ?”, a accordé un entretien très intéressant à la revue Les Inrocks. D’après le politologue, la Manif pour tous peut apparaître comme “un combat pour l’hégémonie culturelle”.

En voici quelques extraits :

Au début, les tenants de la Manif pour tous ne souhaitaient pas que leur mouvement ait une traduction politique.

La Manif pour tous n’est plus la propriété de l’association qui la porte. Aujourd’hui, ce sont des gens qui ont fait le choix de l’investissement politique : ils se retrouvent à Sens commun à l’UMP, derrière Jean-Christophe Fromantin à l’UDI, ou même autour de Marion Maréchal-Le Pen au FN… Il y a aussi des militants qui ont fait le choix de l’action par l’intellectuel, comme les Veilleurs de Gaultier Bès, qui se tiennent éloignés du pouvoir tout en imposant leurs thématiques. D’autres encore poursuivent leur engagement au niveau associatif. La Manif pour tous a été un mouvement social très vaste qui se traduit aujourd’hui par des stratégies différentes. Le mariage pour tous a permis de cristalliser ces tendances. Maintenant, il y a une lutte pour imposer la vision du monde des Veilleurs. C’est un combat pour l’hégémonie culturelle.

(…)

La Manif pour tous sera donc pérenne ?

Oui, tant que la gauche n’ouvre pas un front culturel. On a une gauche européenne sociale qui préfère parler de politiques publiques (policies) plutôt que de politique (politics). Ce discours-là ne peut pas battre la Manif pour tous. Beaucoup de gens sont heurtés par la société de la rentabilité dans laquelle on vit, une société du chiffre où on évalue les enfants dès 3 ans. Les conservateurs de la nouvelle génération proposent une vision du monde philosophiquement contre-révolutionnaire mais qui répond à ces aspirations-là, en rejetant le productivisme, le consumérisme, et l’économie inféodée à la finance. Ils trouvent écho dans la société.

Pour Nadine Morano, les couples homosexuels peuvent élever des enfants

Pour Nadine Morano, les couples homosexuels peuvent élever des enfants

11/11/2014 – NANCY (NOVOpress)
Au sujet de tous ceux qui ne cessent de vanter l’influence interne à l’UMP contre la loi Taubira, la PMA et la GPA, les dernières déclarations de Nadine Morano, que rapporte le site Lor’Actu, risquent pour le moins d’apparaître comme une douche qui refroidit violemment leurs ardeurs.

Ainsi sur Canal Plus, elle a déclaré :

« Je n’ai pas applaudi quand il a parlé de la GPA (gestations pour autrui, NDLR) pour les couples hétérosexuels », a-t-elle expliqué, se disant favorable à ce recours dans des cas précis lors d’une interview ce dimanche dans l’émission Le Supplément sur Canal+.

Nadine Morano a ensuite ajouté :

« Je vais sans doute choquer dans ma famille politique, mais quand on parle des couples homosexuels à qui l’on reconnaît l’amour (…), de quel droit pourrions-nous dire qu’un couple de même sexe pourrait être de moins bons parents qu’un couple homosexuel ? Ils ne vivent pas, contrairement à ce qu’on essaie de dépeindre, dans un milieu fermé, entre eux »

Quant à la Manif pour tous, Nadine Morano s’est permise d’affirmer :

« La caricature que j’ai vue dans certaines manifestations est inutilement blessante pour ces enfants »

Pour lire l’article dans son intégralité

Crédit photo : Cheep88 via Wikipédia (cc)

[Tribune libre] Cathos bourgeois contre christianisme identitaire

[Tribune libre] Cathos bourgeois contre christianisme identitaire

28/10/2014 – PARIS (NOVOpress) – En annonçant qu’il installerait une crèche pour Noël à l’Hôtel de Ville de Béziers, Robert Ménard n’a pas seulement suscité l’indignation prévisible de la conseillère municipale socialiste Dolores Roqué et de « ses camarades de lutte », comme les appelle Le Midi libre, le socialiste « Jean-Michel Du Plaa et le communiste Aimé Couquet ». Il s’est aussi attiré l’anathème de Maître Henri de Beauregard, « avocat officiel de La Manif Pour Tous » : à en croire ce dernier, Ménard « utilise la crèche pour faire de la provoc’ et créer de la division ».

 

Interpellé sur twitter, Me de Beauregard s’est justifié par une distinction emberlificotée entre crèches nouvelles et « crèches traditionnelles ».

 

 

 

Par « traditionnel », il entend tout ce qui existe déjà ou, peut-être, tout ce qui remonte aux temps heureux où le Président Chirac régnait sur la France. Ainsi, pour Me de Beauregard, la crèche dont la direction de la SNCF avait exigé le retrait, l’année dernière, de la gare de Villefranche-de-Rouergue, « était la crèche traditionnelle des cheminots » : elle était là « depuis dix ans », c’est vous dire.

Lire la suite[Tribune libre] Cathos bourgeois contre christianisme identitaire

Alain de Benoist : “LMPT : la France a plus besoin d’une seconde Révolution que d’une VIème République”

Pour Ivan Rioufol, le succès de la Manif pour tous “confirme l’ampleur de la révolution conservatrice qui gagne les esprits”

14/10/2014 – PARIS (NOVOpress)
Dans une tribune intitulée “Les ‘oubliés’, au cœur de la contestation”, Ivan Rioufol revient sur le succès de la dernière Manif pour tous du 5 octobre dernier.

Pour l’éditorialiste, cette forte mobilisation démontre le réveil du peuple français face aux déconstructeurs de la famille.

Quand des centaines de milliers de personnes défilent pour la énième fois, à Paris comme à Bordeaux, dans le but de défendre des valeurs liées à leur civilisation, cet événement populaire confirme l’ampleur de la révolution conservatrice qui gagne les esprits. Elle déstabilise ceux qui ont été dressés dans le culte du Progrès. Or il s’est, pour partie, perdu dans la décadence.


 

Valls contre la GPA dans le journal La Croix, pour dans Têtu !

Valls contre la GPA dans le journal La Croix, pour dans Têtu

05/10/2014 – PARIS (NOVOpress/Kiosque Courtois)
Manuel Valls a déclaré avant-hier au quotidien La Croix (qui se réclame chrétien et catholique) que la GPA (gestation pour autrui) « est et sera interdite en France ». C’est dit-il « une pratique intolérable de commercialisation des êtres humains et de marchandisation du corps des femmes ».

C’est le même Valls qui, en mai 2011 dans le journal homosexualiste Têtu, déclarait « Nous devons permettre de nouveaux droits, et la GPA est une évolution incontournable ».

Pour la GPA quand il s’adresse aux lecteurs de Têtu, contre quand il s’adresse à ceux de La Croix deux jours avant La Manif pour tous de ce dimanche…

Crédit photo : Thomas Bresson, via Wikipédia, (cc).

Bordeaux : La presse locale se déchaine contre la Manif pour tous

Bordeaux : La presse locale se déchaine contre la Manif pour tous

04/10/2014 – BORDEAUX (NOVOpress via Infos Bordeaux)
« Qui veut tuer son chien l’accuse de la rage » dit le dicton populaire. Pour discréditer un mouvement ou une personne, la gauche a toujours pratiqué la diabolisation ou la « reductio ad hitlerum ». Il ne s’agit pas de débattre avec des arguments de fonds, mais de disqualifier l’adversaire. Que des groupuscules d’extrême-gauche utilisent de telles méthodes ne surprend pas, mais quand il s’agit de la presse financée en grande partie par le contribuable, c’est plus surprenant.

Il faut dire que la couverture médiatique de ces derniers jours est particulièrement caricaturale. Que ce soit le Sud-Ouest, Rue89 ou radio France, c’est toujours la même méthode. Tenter de faire croire au grand public que la manif pour tous est un rassemblement d’extrême-droite, alors qu’il s’agit d’un public familial, composé en grande partie de personnes politiquement proche du centre ou de la droite (on rappellera qu’Édouard du Parc, l’ancien responsable, a rejoint l’UMP et non pas le Front national).

Pour le Sud-Ouest, c’est la journaliste Stella Dubourg qui ouvre le bal avec un article intitulé « Bordeaux, bastion de la famille traditionnelle ? ». Celle-ci ne prend pas la peine d’interroger un responsable de la Manif pour tous, mais interviewe le « spécialiste » Matthieu Rouveyre, par ailleurs conseiller municipal socialiste, homosexuel revendiqué, et ancien président de la Lesbian and Gay Pride. Autant dire un homme d’une objectivé totale sur le sujet ! Pour ce dernier, les réunions qu’organisent les défenseurs de la famille sont « des rendez-vous qui ne visent qu’à cultiver la haine de l’autre ». Ce matin encore, le quotidien récidive dans un nouvel article intitulé « La manif pas pour tous » où la parole est uniquement donnée à des opposants de gauche, qui accusent les manifestants « d’attiser les peurs et de nourrir les discriminations ».

Lire la suiteBordeaux : La presse locale se déchaine contre la Manif pour tous

Manif pour tous du 5 octobre : le coup d’envoi (Présent 8191)

Manif du 5 octobre : le coup d’envoi (Présent 8191)

Ci-dessus : La Manif pour tous à Toulon le 2/2/2013. Crédit : Novopress, (cc).

18/09/2014 – PARIS (NOVOPress) – C’est à l’étage de la brasserie Le Concorde (près de l’Assemblée nationale) que la Manif pour tous a tenu mercredi matin sa conférence de presse. Le mouvement qui mobilise des Français par centaines de milliers n’attire pas plus d’une dizaine de journalistes… Mépris médiatique qui fait écho au mépris gouvernemental.

Manif du 5 octobre : le coup d’envoi (Présent 8191)Ludovine de La Rochère a rappelé la raison de manifester le 5 octobre : l’humain n’est pas une marchandise, la GPA doit être combattue à tout prix. Les faux arguments socialistes ne doivent tromper personne. « Najat Vallaud-Belkacem, ce matin encore, a déclaré que les enfants nés de GPA ne doivent pas être “des fantômes de la République”. Ce propos est absolument scandaleux. Les enfants nés de GPA ont l’état civil et la nationalité du pays de leur naissance. Le prétexte est malhonnête. » Et de rappeler la réalité : « La gestation pour autrui est un asservissement de la femme et une marchandisation de l’enfant. » Le gouvernement, sur la question, louvoie autant que Hollande entre deux femmes : « Il n’est absolument pas opposé à la GPA. Laisser faire, tolérer, est contradictoire avec sa position officielle. Nous demandons une cohérence. »

Mais la cohérence du projet gouvernemental est connue, comme l’explique le délégué général de l’association Alliance VITA et porte-parole de la Manif pour tous, Tugdual Derville : « Le “mariage pour tous” était une façade, un piège dialectique… Nous disions déjà à l’époque, après le vote de la loi Taubira, que les premiers enfants adoptés seraient des enfants conçus artificiellement et à l’étranger. »

Et le gender, dans tout cela ? Les Mères-Veilleuses dénoncent clairement l’emprise de l’Education nationale sur les enfants, bien souvent à l’insu des parents. Ludovine de La Rochère tient à dissiper des termes équivoques : « Je parle toujours d’idéologie du genre. La “théorie du genre” relève de l’enfumage de Najat Vallaud-Belkacem qui veut empêcher le vrai débat de se développer. Nous ne sommes pas dans une théorie mais dans une idéologie. »

Lire la suiteManif pour tous du 5 octobre : le coup d’envoi (Présent 8191)

Théorie du genre : les « ABCD de l’égalité » changent – juste – de nom (Présent 8135)

Théorie du genre : les « ABCD de l’égalité » changent – juste – de nom (Présent 8135)

30/06/2014 – PARIS (NOVOpress)
Des rumeurs évoquant ici et là un probable abandon du projet. Des gros médias qui font mine de s’insurger contre la nouvelle « reculade » du gouvernement devant « une poignée d’illuminés réactionnaires ». Quelques opposants distraits qui crient « victoire » un peu trop vite… Cela a toutes les apparences d’une escroquerie, et pour cause : loin d’annoncer l’abandon pur et simple de l’« ABCD de l’égalité », les ministres de l’Education nationale et des Droits de la femme ont au contraire promis, le week-end dernier, son extension, sous une autre appellation, à l’ensemble des établissements scolaires dès la rentrée 2014.

« L’essentiel est dans le contenu »

Une du 8135 de "Présent"
Une du 8135 de “Présent”

Il y a quelques jours déjà, répondant aux rumeurs évoquant un possible retrait du projet, Benoît Hamon affirmait qu’il n’y aura « aucun changement de stratégie », que « le bilan est positif pour les ABCD », et que « l’essentiel est dans le contenu, pas dans le contenant ». Et de fait, seul le contenant va changer. Invitée dimanche sur France 3, Najat Vallaud-Belkacem a en effet expliqué : « Ce que nous annoncerons lundi (30 juin), vous le verrez, est très ambitieux. Plus que ne l’étaient les “ABCD de l’égalité”, qui ne concernaient que 275 écoles et étaient donc limités. (…) Ce que nous annoncerons concernera toutes les écoles, tous les enseignants, tous les élèves. (…) Le nom “ABCD de l’égalité”, attaché à une expérimentation, n’apparaîtra plus pour une raison simple, c’est que nous ne serons plus dans l’expérimentation. » Et le ministre des Droits de la femme, s’adressant alors aux défenseurs des « ABCD », d’ajouter : « Je les rassure sur le fait que l’objectif (…) sera atteint grâce au plan que nous allons présenter » !

« Un successeur bien pire »

Ce « Plan d’action pour l’égalité filles-garçons à l’école dès la rentrée 2014 », Benoît Hamon devait en livrer les grandes lignes lundi matin dans Le Parisien : inscription de la lutte contre les inégalités entre hommes et femmes « dans le socle commun » de savoirs que tout élève doit maîtriser à 16 ans, « dès la rentrée (…), la formation initiale de tous les professeurs s’enrichira d’un module consacré à l’égalité » entre les sexes, « pour les enseignants déjà en exercice, nous l’intégrerons dans la formation continue », mise en ligne sur internet d’une « mallette pédagogique » pour aider les enseignants sur « la base des modules des “ABCD” évalués par l’inspection générale comme étant les plus pertinents ».

Lire la suiteThéorie du genre : les « ABCD de l’égalité » changent – juste – de nom (Présent 8135)

La Manif pour tous s’exporte en Allemagne

La Manif pour tous s’exporte en Allemagne

12/06/2014 – COLOGNE (NOVOpress via Bulletin de réinformation)
Après l’Italie et Taïwan, la Manif pour tous s’exporte en Allemagne (photo) depuis le mois d’avril dernier. Des Allemands du sud ont décidé de créer aussi leur propre mouvement et de le baptiser Demo Für Alle, littéralement : « Manif pour tous ». Il a été fondé à l’instigation de Hedwig Beverfoerde, porte‑parole de l’organisation « Protection de la famille ».

Pourquoi ce mouvement, puisque le mariage entre personnes de même sexe est interdit en Allemagne ?

S’il est vrai que ce genre de mariage n’est pas autorisé outre‑Rhin, le conjoint peut cependant adopter les enfants de son partenaire homosexuel. Mais ce n’est pas cela qui est à l’origine de la Manif pour tous, version allemande, c’est l’affaire des parents allemands condamnés à une peine de prison ferme pour avoir refusé de laisser leurs enfants assister à des cours d’éducation sexuelle promouvant la théorie du genre. Déjà en janvier 2014, une manifestation contre ces cours qui par leur contenu ressemblent à la « sex‑box » de certains programmes scolaires suisses, regroupait un millier de parents à Cologne.

Contre qui ce nouveau mouvement s’oppose‑t‑il principalement ?

La « Manif pour tous » allemande s’oppose à tous les promoteurs de l’idéologie du genre. Le but du mouvement est ainsi de fédérer les associations de défense de la famille afin de faire émerger un lobby qui serait de taille à lutter contre l’influence du lobby LGBT allemand en reprenant les méthodes de la Manif pour tous française. Ce lobby LGBT allemand est très écouté par le SPD (parti socialiste allemand) et les Verts. Ces deux partis dirigent le Baden‑Wurtemberg, un länder du sud de l’Allemagne où ils veulent introduire des cours d’éducation sexuelle sur la tolérance envers les différentes pratiques sexuelles d’ici 2015 à l’école primaire !
La prochaine manifestation aura lieu le 28 juin à Stuttgart.

Photo : domaine public.