Fabien Engelmann : « Ce qui me met en colère, c’est ce laxisme migratoire et ce laxisme de la justice : si ce délinquant avait été expulsé, cette jeune femme ne serait pas morte ! »

Fabien Engelmann

Dans la nuit de dimanche à lundi, à Hayange, un ressortissant kosovar multirécidiviste et condamné à la prison ferme a poursuivi et poignardé à mort sa compagne qui, pour tenter de lui échapper, avait sauté par la fenêtre pour se réfugier au commissariat situé à 40 mètres mais fermé à cette heure.

Réaction de Fabien Engelmann, maire de la commune, qui décrit une situation locale complexe où des migrants demandeurs d’asile en provenance des Balkans arrivent régulièrement et sont pris en charge dans des hôtels

Un fait terrible a eu lieu à Hayange et a provoqué votre colère sur les réseaux sociaux. Un ressortissant kosovar a poignardé à mort sa compagne de 21 ans. Ce drame s’est passé en pleine nuit dans les rues de Hayange. Ce Kosovar n’avait plus rien à faire sur le territoire national.

Ce Kosovar a un casier judiciaire long comme mon bras, il est multirécidiviste à 23 ans et était condamné à de la prison ferme. Il demande un bracelet électronique et on l’autorise à quitter le centre pénitencier. On se rappelle tous cette sordide histoire où après une altercation avec lui, sa compagne saute par la fenêtre pour trouver refuge au commissariat de police situé à 40 mètres de leur entrée. Elle toque à la porte pour essayer d’avoir l’aide d’un policier, mais malheureusement le commissariat est fermé. Son agresseur la poignarde de nouveau et cette pauvre jeune décède quelques minutes après avec une douzaine de coups de couteau dont plusieurs dans la gorge.

Ce qui me met et ce qui met en colère la population, c’est que l’on a un laxisme migratoire et un laxisme de la justice. Cette personne devait purger un an et demi de prison ferme et être expulsée du territoire national. Pourquoi s’amuse-t-on à garder ce genre d’individu violent qui nous vient des Balkans, sur le territoire national ?

Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin avait pourtant communiqué à plusieurs reprises en disant qu’un regain d’expulsions avait été mis en place. Qui vérifie que ces procédures d’expulsions sont bien mises en application ?

C’est une foutaise. Dans la commune, nous avons un hôtel qui a été réquisitionné par le préfet pour des soi-disant demandeurs d’asile qui nous viennent des Balkans. Parfois, leur dossier est refusé. Soit, ils restent sur le territoire, soit certains sont peut-être expulsés, mais ils reviennent. Je suis persuadé que vous pouvez partir dans ces pays-là en voiture sans le moindre contrôle. De plus en plus d’Albanais et de Kosovars viennent librement sur le territoire français. Évidemment, tout est pris en charge par les APL ou le RSA. Lorsque l’hôtel avait été réquisitionné, j’avais demandé si nous pouvions bloquer un ou deux étages pour des SDF français ou issus de l’Union européenne. On m’a tout bonnement dit « nous ne pouvons pas, il y a d’autres foyers plus adaptés pour ces gens-là ». Ces autres foyers ont également été réquisitionnés pour ces soi-disant demandeurs d’asile. Il y a une certaine colère et amertume de ma part. Il faut vraiment que cela change, car si nous continuons ainsi, je ne sais pas comment nous allons finir.

La cause est nationale et préfectorale, néanmoins les élus locaux ont-ils d’autres solutions ?

Hayange a une police municipale et nous avons lancé une offre d’emploi pour recruter d’autres policiers municipaux. En règle générale, la police municipale s’arrête à 20 heures. Elle travaille deux heures supplémentaires par rapport aux commissariats qui ferment à 18 heures.

Si une personne a besoin du commissariat d’Hayange, il faut qu’elle aille à Thionville.

Il faut faire le 17. La police municipale patrouille les vendredis et samedis du printemps et de l’été.

Je ne suis pas persuadé que la victime aurait pu aller plus loin. Son conjoint était très sportif et courait très vite. Je suis d’une part révolté de la fermeture du commissariat à 18 heures. Et d’autre part, si ce délinquant avait été expulsé du pays, elle ne serait pas décédée.

Tribune reprise de Boulevard Voltaire

Expulsion d’un violeur Kosovar : la Suisse épinglée par la Cour européenne des droits de l’Homme

11/04/2019 – INTERNATIONAL (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Une constante désormais : selon un arrêt du 9 avril de la Cour européenne des droits de l’homme, la Suisse aurait à nouveau violé l’article 8 de la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH) en ordonnant le renvoi d’un Kosovar condamné pour un viol commis en 2003. En cause ?

L’intervention de cette condamnation douze ans après les faits. Les juges du Tribunal administratif fédéral auraient négligé de tenir compte de l’évolution du condamné, ainsi que des liens sociaux et familiaux qu’il entretenaient en Suisse et au Kosovo.

Le présent arrêt de chambre peut encore faire l’objet d’un renvoi dans les trois mois devant la grande chambre de la Cour européenne des droits de l’homme.

Ils décrivent une agression et sont condamnés pour discrimination raciale

kosovars_poignardent_un_suisse

02/05/2014 – SUISSE (NOVOpress)
Deux responsables politiques suisses condamnés pour discrimination raciale pour avoir rapporté des faits avérés

Le secrétaire général de l’UDC (Union démocratique du centre, d’inspiration conservatrice et libérale) Martin Baltisser et sa suppléante Silvia Bär ont été reconnus coupables de discrimination raciale le 30 avril par un tribunal bernois.
Leur crime ? Avoir décrit dans une campagne politique l’attaque au couteau de deux ressortissants du Kosovo à l’encontre de citoyens helvètes.
Elle mentionnait :

Des Kosovars poignardent un Suisse

Cette campagne se déroulait alors qu’était discutée la mise en œuvre de l’initiative sur le renvoi des criminels étrangers et peu après le lancement de la récolte de signatures en faveur de l’initiative contre l’immigration de masse. Au mois d’août 2011, deux Kosovars ont insulté deux Suisses assis sur une terrasse d’un restaurant d’Interlaken. À la suite de l’altercation, un des Kosovars a tranché la gorge d’un des Suisses, le blessant grièvement.Les responsables politiques ont été condamnés à des peines pécuniaires avec sursis. Leur parti s’est indigné

qu’il ne soit plus permis de décrire un événement réel tel qu’il s’est produit.

Crédit photo : UDC