[Tribune libre] Et si Kadhafi n’était pas mort ?

Et si Kadhafi n'était pas mort ?

Au-delà du caractère difficilement soutenable de la séquence ci-dessus, on notera tout particulièrement l’apparition de cette scène, contestée car qualifiée de photomontage, ainsi que je le rapportais dans mon précédent article :

Et si Kadhafi n'était pas mort ?

Autre prise de vue de la même scène, avec une meilleure définition mais capturée à un autre instant, comme l’attestent quelques différences :

Et si Kadhafi n'était pas mort ?

Outre l’impression diffuse qu’il donne de ne pas avoir été tourné sur les mêmes lieux que la vidéo de lynchage la plus connue et la plus largement diffusée, ce “nouveau” film appelle les réflexions suivantes :

– La photographie, s’il ne s’agit finalement pas d’un montage, a-t-elle donc été extraite de cette séquence ? Ou bien, au contraire, la séquence a-t-elle été tournée a posteriori, afin de crédibiliser l’authenticité de la photo en question ?…

– Dans cette séquence, Mouammar Kadhafi -ou l’individu censé être Mouammar Kadhafi- apparait mourant, voire déjà mort. De toute évidence, cette scène est donc supposée avoir été tournée après la scène de lynchage la plus connue et la plus diffusée, où il apparait très grièvement blessé mais encore bien vivant. Or, sur le nouveau film, on note l’absence flagrante de la trace sanglante très abondante qui recouvre toute la partie gauche de son visage. Où donc est passé tout ce sang, entre temps ? Comment la disparition d’une telle quantité de sang est-elle physiquement possible ? Ce “détail” est d’une importance capitale, et devrait tout particulièrement retenir notre attention.

– Quelle est la date d’encodage réelle de cette vidéo ? A-t-elle bien été tournée le 20 octobre 2011, ou bien l’a-t-elle été à une date antérieure, voire postérieure ?…

– S’agit-il là du lynchage réel de Mouammar Kadhafi, de celui d’un malheureux sosie, ou bien d’une habile mise en scène montée de toutes pièces, faisant appel aux services d’un acteur ressemblant, voire à l’utilisation d’un mannequin réaliste ?…

– L’ approvisionnement en électricité ayant été totalement coupé dans Syrte et ses environs bien avant la chute de la ville, comment se fait-il donc que les rebelles pro-CNT, qui l’assiégeaient, aient pu disposer de batteries de téléphones portables rechargées, pour filmer ces scènes ?…

– Pourquoi, dans les derniers instants de la “nouvelle” vidéo, peut-on voir certains de ces rebelles quitter les lieux à bord de plusieurs véhicules, alors même que, compte tenu de l’importance historique du supposé évènement, il eut été plus plausible qu’ils restent sur place jusqu’au bout, pour assister à l’intégralité de la scène ? Ou bien s’agit-il juste de véhicules passant sans s’arrêter ? N’est-ce pas là un curieux détail ?

Autant de points qui, loin de dissiper les doutes, appellent au contraire de nouvelles interrogations.
Surtout concernant l’absence de la marque sanglante sur toute la moitié gauche du visage, laquelle est particulièrement intrigante…

Hans CANY

[box class=”info”] Source : L’étoile noire – Le blog de Hans Cany. [/box]

La mort de Kadhafi,retour à la Barbarie ? Par Yves-Marie Laulan

La mort de Kadhafi,retour à la Barbarie ? Par Yves-Marie Laulan

Il est indécent de se réjouir autour d’un cadavre, fut-il celui de votre pire ennemi. Mais cette exécution sommaire, aux allures d’assassinat, appelle bien des interrogations.

Certes, le personnage n’était guère sympathique. Rappelons la cruelle affaire des infirmières bulgares qui a longuement traîné de 1999 à 2007, les attentats de Lockerbie de décembre 1988 et du vol de l’UTA l’année suivante et de bien d’autres encore. Mais Kadhafi, terroriste repenti, avait quand même fait acte de repentance, versé des réparations et des compensations, de façon à redevenir respectable et même fréquentable aux yeux de la communauté internationale.
La Libye, Etat souverain, était représentée à l’ONU et Nicolas Sarkozy n’avait pas hésité à recevoir le colonel Kadhafi à l’Elysée en visite officielle en décembre 2007 (photo).

Et c’est le moment choisi par Nicolas Sarkozy , en prenant prétexte d’une révolte intertribale inspirée par le fameux printemps arabe, pour prendre la tête, pour des raisons toujours obscures, d’une croisade improvisée contre la Libye.

Sur le plan du droit international, notre position est difficilement défendable. La résolution 1973 arrachée à grand peine à l’ONU par Alain Juppé, souvent mieux inspiré, accordait strictement l’autorisation de procéder à des frappes aériennes, pour protéger les populations civiles, soi disant menacées de génocide par le forces libyennes. Elle ne permettait nullement d’envahir indirectement ce pays, de l’écraser sous les bombes, d’armer, de financer et de former les rebelles, afin de renverser le gouvernement du colonel Kadhafi, de le faire prisonnier et encore moins de provoquer sa mort et celle de sa famille.

A part l’exécution de Ceaucescu par les maquisards roumains en décembre 1989, de Mussolini et de sa maîtresse par les résistants communistes en 1945, l’histoire récente ne présente guère d’épisodes aussi sordides et sanglants. Même Saddam Husseim, capturé , a eu droit à un procès en bonne et due forme devant un tribunal normalement constitué avant d’être régulièrement jugé et condamné. Du point de vue du droit, cet épisode est clairement une mascarade juridique.

Yves-Marie Laulan
Yves-Marie Laulan

Sur le plan militaire, cette médiocre affaire n’a rien de bien glorieux non plus. Car il aura fallu 8 longs mois pour que les forces de l’Otan, coalisées contre la minuscule Libye , parviennent péniblement à en venir à bout. Et encore a-t-il fallu que l’armée française, exsangue et sous équipée, soit obligée, au bout de quinze jours, d’emprunter de l’essence et des munitions à l’Oncle Sam lequel, toujours obligeant, s‘est empressé au surplus de détruire les défenses anti ariennes des forces libyennes. Faute de quoi, ni les avions ni les hélicoptères de l’OTAN n’auraient pu se promener impunément dans le ciel libyen.

Notons enfin qu’à peine installées au pouvoir, les forces rebelles n’ont pas manqué de s’entre déchirer avec ardeur, ce qui promet assurément de fort mauvaises surprises dans la suite des évènements avec, en fond de toile, la perspective d’une main mise d’ Al Quaïda ou quelque autre ramification islamiste . Dans quelque temps, nous risquons fort de nous demander si nous n’avons pas sottement joué les apprentis sorciers.

Mais le pire est ailleurs. Cette exécution sommaire, commanditée, qu’on le veuille ou non, par l’occident, ne manque pas de provoquer un profond malaise, sur le plan moral cette fois. Car voilà les justiciers que nous prétendons être yeux du monde, armés du droit d’ingérence et du droit humanitaire, grands défenseurs des droits de l’homme et de la justice, abondamment pourvus de tribunaux internationaux chargés d’appliquer la justice, qui foulent impudemment aux pieds les principes moraux mêmes qu’ils prétendent imposer, par la force si besoin est, aux autres nations. La leçon ne sera pas sans doute perdue pour tout le monde.

L’honneur de la France, tant invoqué en la circonstance, n’est-il pas quelque peu écorné ? ? Faut-il réintroduire l’assassinat comme instrument de la politique étrangère et la barbarie serait-elle de retour dans les relations internationales ? Comment l’histoire va-t-elle juger ce triste épisode et ne risque-t-elle pas de se venger tôt ou tard, à notre détriment et de la pire manière.

Yves-Marie Laulan

[box class=”info”] Source : Le blog de Yves-Marie Laulan. [/box]

Crédit de la photo en haut d’article : U.S. Navy photo by Mass Communication Specialist 2nd Class Jesse B. Awalt/Released. Domaine public.
Crédit de la 2em photo de Kadhafi : DR.

Kiosque Courtois du samedi 22/10/2011 – L’actualité de la semaine en écrit

Kiosque Courtois du samedi - Logo – L’actualité de la semaine en écrit

[box class=info]Le samedi, une sélection des principaux sujets de la semaine des biens connus Bulletins de Réinformation de Radio Courtoisie. Ce Kiosque est présenté cette semaine par Cécile Lorrain et Marc Rocher avec la collaboration de Françoise Monestier.

Novopress a publié dès samedi matin, en différé, l’audio de ce Kiosque Courtois dans la fenêtre “Radio Courtoisie : le bulletin de réinfo” de sa colonne de droite. Pour ceux qui préfèrent lire qu’écouter, en voici le contenu sous forme de texte enrichi d’images.[/box]

FRANCE

Kiosque Courtois du samedi 22/10/2011 – L’actualité de la semaine en écrit François Hollande met fin au suspense imposé par les media

Parti en campagne bien avant le déclenchement de l’affaire DSK, François Hollande avait eu le temps d’imposer sa candidature. A la tête du PS quand le parti perdait élection sur élection, il se présentait pourtant comme le seul capable de battre Sarkozy. Mondialiste et européiste convaincu, il a joué la comédie de l’élu local radical-socialiste et patelin. Les récents ralliements de Valls, Royal et Montebourg ont conforté son statut de favori et les assurances qu’il a données concernant la non-participation de DSK à un futur gouvernement  lui ont permis de l’emporter face à Martine Aubry. Cependant le traitement médiatique des primaires  a conduit  le CSA à mettre en demeure les responsables des trois grandes chaines d’information continue ainsi que France –Inter et Europe 1 de rétablir l’équilibre entre le PS et les autres formations politiques, Front national compris.

Franc succès pour la 4e journée de la réinformation

Kiosque Courtois du samedi 22/10/2011 – L’actualité de la semaine en écrit Jean‑Yves Le Gallou (photo), responsable du bulletin de réinformation et Président de la fondation Polémia  a animé la quatrième journée de la réinformation devant près de 200 personnes sur le thème : « Comment les blogs changent les medias dominants ». Pour Jean-Yves  Le Gallou, 98 % des journalistes sont, je cite : « des commis de presse ou des commis de l’oligarchie financière ». Seul Internet permet d’échapper à cette mainmise du politiquement correct et d’accéder à une information dissidente. Moment fort de cette journée, la participation de Robert Ménard, ancien président de Reporters sans frontières et chroniqueur à i>Télé et Sud Radio. Pour lui, l’autocensure n’est pas liée à l’oligarchie financière mais à un état d’esprit  conformiste généralisé. Deux thèses en fait complémentaires: le confort intellectuel de la gauche caviar et de la droite conformiste s’accommode du confort matériel de travailler dans un gros média complice des oligarchies financières.

Les liaisons dangereuses du Parti socialiste et des groupes de pression sionistes.

Une délégation socialiste devait se rendre prochainement en Israël et dans les territoires occupés. Le voyage vient d’être reporté à une date indéterminée. Il a été préparé par le Cercle Léon Blum, une structure explicitement communautaire. Elle combat évidemment l’antisémitisme et veut œuvrer au « rapprochement » entre la « gauche française » et la « gauche israélienne ». Ce même Cercle Léon Blum  a dressé  la liste des personnalités israéliennes qui devaient rencontrer les membres de la délégation du PS.

Ainsi,  le PS, parti de gouvernement, s’en remet à des associations communautaires…

Benjamin NetanyahuCela ne gêne en rien Jean-Christophe Cambadélis qui s’est étonné qu’on puisse s’en étonner.
Laurent Azoulai, président du cercle Léon Blum, a avoué  ne pas avoir « le contact avec Benjamin Netanyahou » (photo),  chef de la droite ultra-sioniste, actuellement au pouvoir. Il a donc demandé de l’aide  à Arie Bensemhoun, candidat malheureux à la présidence du Crif. En 2010, après avoir rencontré les animateurs de l’AIPAC, le principal groupe de pression pro-israélien aux Etats-Unis, Bensemhoun exprimait explicitement sa volonté, je cite, de « s’inspirer de certaines méthodes de travail de l’AIPAC ». En bon français, importer dans notre pays un système qui consiste à soudoyer les élus afin de les sensibiliser aux intérêts juifs en France et dans le monde.

M. Juppé a fêté hier la mort de Kadhafi en saluant, je cite, « la fin de 42 ans de tyrannie en Libye ».

Le ministre des Affaires étrangères et européennes a cependant omis de souligner toutes les années durant lesquelles  ses amis du parti présidentiel surent entretenir les meilleures relations avec le dictateur. Ainsi Claude Guéant, dont les contacts personnels avec Moussa Koussa, l’ancien patron des services spéciaux libyens, étaient  un secret de Polichinelle. Alexandre Djourhi, un des hommes clé du financement occulte de la vie politique française,  accompagna les efforts de Guéant auprès de Kadhafi en faveur des marchés français, entre autre pour la vente d’Airbus.

Ainsi également de Patrick Ollier, l’actuel ministre chargé des relations avec le parlement…

Kiosque Courtois du samedi 22/10/2011 – L’actualité de la semaine en écrit Ce dernier a fondé en 2003 un très influent « Groupe d’amitiés France Libye » qu’il préside jusqu’en 2010. Il a conclu de juteux contrats d’armement avec le régime de feu le colonel Kadhafi. En 2004, date de  la fin de l’embargo avec la Libye, Ollier se transforme en VRP et effectuera, une quinzaine de voyages vers Tripoli. En 2006, Ollier (photo avec Michèle Alliot-Marie) annonce un accord sur le nucléaire civil, tandis que sa compagne, Michèle Alliot-Marie, alors ministre de la Défense, affirme que la Libye est «intéressée par l’achat d’avions Rafale et d’hélicoptères Tigre ». En décembre 2007, Ollier se félicite même sur Europe 1 des «discussions engagées pour différents armements », et bien sûr les fameux Rafale de l’ami Dassault, sénateur UMP, propriétaire du Figaro  et comme par hasard membre du groupe d’amitié France-Libye, En 2005, Patrick Ollier est épinglé par le général Rondot, alors coordinateur du renseignement. Ce dernier notera ainsi sur ses fameux  carnets, des soupçons de «compromission». Un rapport de la DST signale alors une enquête effectuée sur Ollier. En cause ? Un juteux marché libyen…

Opération de relations publiques autour de la libération de Gilad Shalit

Kiosque Courtois du samedi 22/10/2011 – L’actualité de la semaine en écrit La libération du soldat israélien Gilad Shalit (photo), après cinq ans de détention par le Hamas à Gaza, a donné lieu à un véritable emballement médiatique  concernant l’échange disproportionné entre le soldat et 1017 prisonniers palestiniens. Ce drame individuel a offert un support à la victimisation d’Israël et à la démonstration de la solidarité de la France envers l’Etat hébreu. Les défenseurs de Gilad Shalit ont même inventé le concept de soldat « franco‑israélien », comme s’il existait une armée franco‑israélienne ! Un bémol est venu du Conseil représentatif des institutions juives de France qui a critiqué la réaction du parti socialiste se réjouissant de  la libération de Shalit, mais également de celle de prisonniers palestiniens. Autrement dit, l’opération de relations publiques communautariste continue : pour le CRIF, la libération de l’otage ne doit pas servir la cause de ses ennemis !

Le CRIF félicite François Hollande

Celui que certains observateurs politiques caractérisent de « DSK de substitution » a reçu les félicitations très officielles du Conseil représentatif de la communauté des Juifs de France. Une façon pour ce lobby de mettre en avant l’engagement du désormais candidat officiel du PS aux côtés d’Israël et des juifs de France.

L’Etat modernise la saisie du patrimoine des voyous

Rien n’est plus frustrant pour un juge de devoir renoncer à saisir les biens mal acquis des voyous qu’il juge. Depuis  février et la mise en place de l’agence de gestion et de recouvrement des avoirs saisis et confisqués, les beaux jours des voyous sont terminés ! Cette agence encaisse  ainsi  200.000 euros chaque jour, grâce aux saisies d’argent liquide et de comptes bancaires. Sans compter plusieurs centaines de véhicules, et de biens immobiliers. Désormais, les délinquants sont frappés au portefeuille.

Proxénétisme : DSK de nouveau sur la sellette

Kiosque Courtois du samedi 22/10/2011 – L’actualité de la semaine en écrit On en sait un peu plus sur René Kojfer, le personnage-clé au cœur de l’affaire de prostitution lié à l’hôtel Carlton à Lille.  Il est franc-maçon et appartient à la communauté israélite du Vieux-Lille. L’increvable DSK est quant à lui de nouveau sur la sellette. Un chef d’entreprise du Pas-de-Calais et son épouse, auraient facilité les contacts entre Dominique Strauss-Kahn et certains membres du réseau de proxénètes. Une filiale du groupe Eiffage aurait réglé une large partie  – entre 12.000 et 15.000 euros – des parties fines lilloises de l’ex-directeur du FMI ainsi que ses allers-retours Washington-Lille. Un des billets d’avion porte une date amusante : le 13 mai 2011, veille de l’arrestation mouvementée du social-partouzeur.

Polémique autour du projet de loi de François Rebsamen sur le vote des étrangers

Kiosque Courtois du samedi 22/10/2011 – L’actualité de la semaine en écrit Le président du groupe socialiste au Sénat, François Rebsamen (photo) suscite la polémique. Ce proche de François Hollande va déposer un projet de loi pour ouvrir le vote aux étrangers non ressortissants de l’Union européenne et en situation régulière lors des élections municipales, cantonales et régionales. Une priorité également pour le nouveau président du Sénat, le trotskiste Jean-Pierre Bel. Martine Aubry, Nicolas Sarkozy et Eric Besson s’étaient déjà prononcés pour le droit de vote des étrangers. Il y a fort à parier qu’en 2012, après les élections présidentielles, leurs vœux ne soient promptement exaucés.

Le chiffre de la semaine

Combien coûte aux contribuables l’hébergement d’immigrés clandestins ? La réponse vient des Mureaux, cité emblématique des ravages du multiculturalisme. Depuis quelques jours, 17 familles hors la loi  en provenance de Seine-Saint-Denis sont logées dans un hôtel de la ville. Le maire des Mureaux, François Garay, a estimé que le logement d’une famille nombreuse d’immigrés coûte environ 6 000 euros par mois. En juin dernier, France Soir, avait chiffré le coût de l’immigration clandestine à 4,6 milliards d’euros. Montant qui grimpe à 30,4 milliards d’euros par an en cumulant les coûts de l’immigration légale et clandestine.

Kiosque Courtois du samedi 22/10/2011 – L’actualité de la semaine en écrit

Kiosque Courtois du samedi 22/10/2011 – L’actualité de la semaine en écrit La phrase de la semaine

« Si M. Noah était un citoyen français comme nous, il paierait ces 580.000 euros qu’il doit au fisc ». C’est ce qu’a déclaré sur RMC le journaliste Jean‑Jacques Bourdin. Quand on sait que Yannick Noah est un soutien officiel de François Hollande dans la course à l’Elysée, force est de constater que incivisme fiscal et candidature Hollande font bon ménage.

 

NOUVELLES DU MONDE

La Confédération helvétique s’apprête à renouveler son Assemblée fédérale

Les Suisses votent dimanche pour élire leurs députés. Historiquement, ces élections sont sans grande incidence sur la gestion des affaires du pays. En effet, les partis du système se partagent les sept sièges du Conseil fédéral — le gouvernement suisse — dont un seul pour le premier parti en nombre de voix, l’Union démocratique du Centre, l’UDC de Christoph Blocher et Oskar Freysinger. Cette élection pourrait cependant marquer un tournant dans la vie politique suisse car l’UDC frôle les 30 % d’intentions de vote et pourrait revendiquer un second siège gouvernemental. Le parti populiste s’emploie à faire fructifier dans les urnes les succès de ses initiatives citoyennes et de sa ligne politique nationale et identitaire.

Qui sont les « indignés » américains ?

Si l’on sait que les indignés italiens pouvaient cacher en leur sein des casseurs d’extrême gauche ceux de New‑York se révèlent être particulièrement hostiles aux Juifs et à Israël. Selon le site Israël‑Infos de nombreux manifestants brandissaient des pancartes comme « Gaza soutient l’occupation de Wall Street » où dénonçait pêle‑mêle, je cite : « Le vol de l’Amérique par les Juifs » ou « Obama comme marionnette de la communauté juive Etats‑Unienne ».

La Carinthie restreint l’accès au logement social pour les étrangers

Le Land autrichien de Carinthie, gouverné par une coalition entre populistes et conservateurs, a adopté une réforme des conditions d’accès au logement social. Désormais, tout candidat à un appartement subventionné par les pouvoirs publics devra démontrer qu’il a une connaissance au moins élémentaire de la langue allemande, soit le niveau linguistique A2. Le gouvernement fédéral et la Cour constitutionnelle autrichienne ont validé cette mesure sur le plan juridique.

La zone euro en pleine confusion

Le président français et la chancelière allemande ont indiqué dans un communiqué que la «réponse globale et ambitieuse à la crise que traverse actuellement la zone euro » pourrait « être adoptée définitivement par les chefs d’Etat et de gouvernement lors d’une deuxième rencontre au plus tard mercredi »… Un optimisme qui ne trompe personne, tant les risques d’effondrement de l’euroland n’ont paru aussi grands. Sarkozy et Merkel se retrouveront  ce soir à Bruxelles pour continuer leur jeu  de Monopoly totalement délirant.

La mort de Kadhafi ne met pas fin à la guerre civile en Libye

Kiosque Courtois du samedi 22/10/2011 – L’actualité de la semaine en écrit

C’est en tout cas ce qu’a estimé le président de l’Institut du Proche-Orient Evgueni Satanovski. « La guerre civile en Libye se poursuivra avec ou sans Kadhafi, a-t-il déclaré à l’agence Rianovosti, comme elle se poursuit en Irak avec Saddam Hussein ou sans lui, comme elle continue en Afghanistan avec ben Laden ou sans lui ».

La bonne nouvelle  de la semaine est d’ordre métapolitique, sociétal, voire civilisationnel !

La crise finale arrive ? Le monde bascule vers la barbarie post-libérale ? Mondialisme, dettes, immigration, violences urbaines, surpopulation, famine, etc. : n’ayez pas peur ! Nagez dans la France d’après comme un poisson dans l’eau grâce à « Survivre à l’effondrement économique », un manuel de survie écrit par Piero San Giorgio,  qui le dédicacera aujourd’hui  samedi de 14h à 18h, à la librairie Facta, 4 rue de Clichy, dans le 9ème

 

Mort de Mouammar Kadhafi [vidéos]

Mort de Mouammar Kadhafi [vidéos]

20/10/2011 – 22h50
PARIS (NOVOpress) –
Le CNT (Conseil National de Transition libyen) a annoncé avoir tué ce jeudi l’ancien dirigeant libyen Mouammar Kadhafi dans sa région natale de Syrte.
Selon le ministre de la Défense français, Gérard Longuet, un Mirage-2000 de l’armée française a stoppé, en l’attaquant, un convoi dans lequel Kadhafi se déplaçait, ce qui a permis au CNT de le capturer.

Vidéos très dures. Sans commentaires.

Dernière vidéo de Kadhafi vivant après sa capture par les combattants du CNT. Au milieu des Allah akbar (Allahou akbar).

 

Ci-dessous à la télévision Al Jazeera, la première vidéo de Mouammar Kadhafi mort.

Le fils de Franck Ribéry s’appellera “Seïf El Islam”

Le fils de Franck Ribéry s’appellera "Seïf El Islam"

22/09/11 – 20h30
PARIS (NOVOpress)
– Hommage au « Guide » libyen déchu, simple coïncidence ou communion islamique dépassant frontières et continents ?

Quoiqu’il en soit, le nouveau-né du couple Franck Ribéry et Wahiba, venu au monde le 16 septembre dernier, se prénommera « Seïf El Islam » comme le fil préféré du colonel Mouammar Khadafi

C’est au cours d’une interview accordée au site allemand TZ Online que Franck Ribéry a révélé le prénom de son fils: « Seïf el Islam », le « glaive de l’Islam » en arabe.

Un prénom qui fleure bon la France et l’amour de ses traditions pour le fils de l’attaquant de l’équipe nationale et ex-amant de la sulfureuse Zahia.

Libye [exclusif] : sur fond de traité de paix avec Israël, Kadhafi aurait-il pu faire libérer Gilad Shalit ?

Libye [exclusif] : sur fond de traité de paix avec Israël, Kadhafi aurait-il pu faire libérer Gilad Shalit ?

06/09/2011 – 03h00
TRIPOLI (NOVOpress) —
Ultime coup de poker de Kadhafi ? Selon le quotidien pan-arabe Asharq Al-Awsat, dans une interview exclusive accordée au ministre israélien adjoint pour le développement du Néguev et de la Galilée, le politicien druze Ayoob Kara, le colonel Mouammar Kadhafi aurait proposé à Israël la libération du soldat Gilad Shalit, détenu par le Hamas depuis 5 ans. Préliminaire à un traité de paix entre la Libye et Israël, l’offre de Mouammar Kadhafi était également motivée par une intervention de Tel-Aviv auprès de la communauté internationale, afin de faire cesser les attaques de l’OTAN contre la Libye.

Ayoob Kara a ainsi déclaré “j’ai des amis communs avec Saif al-Islam Kadhafi, en Autriche. Il a étudié à Vienne un certain nombre d’années, et mes amis qui étaient ses camarades de classe ont intercédé en sa faveur. Le personnage principal dans la médiation a été David Lasar [membre du Parti autrichien de la liberté] qui est un citoyen juif autrichien qui a pris contact avec nous.”

Ayoob Kara, membre du Likoud, député à la Knesset et ministre adjoint pour le développement du Néguev et de la Galilée
Ayoob Kara, membre du Likoud, député à la Knesset et ministre adjoint pour le développement du Néguev et de la Galilée. Crédit photo : Wikipedia Commons

Kara a également révélé que Kadhafi lui a envoyé une invitation officielle à se rendre en Libye afin de discuter de cette proposition, et qu’il a personnellement voulu se rendre en Libye, mais a été empêché de le faire par les autorités israéliennes pour des raisons de sécurité. Pour cette raison, le vice-ministre israélien a demandé à son ami autrichien de visiter la Libye à sa place. David Lasar, qui est également conseiller municipal de la ville de Vienne, s’est donc rendu en Libye où il a rencontré Saif al-Islam Kadhafi et lui a parlé en détail de l’offre libyenne pour obtenir la libération de Gilad Shalit et de signer un traité de paix avec Israël. Kara a affirmé que Saif al-Islam Kadhafi a même exprimé sa volonté de visiter personnellement Israël – après la libération de Gilad Shalit – et de prendre la parole devant la Knesset, de la même manière que le président égyptien Anouar Sadate en 1977.

Kara a précisé à Asharq Al-Awsat que l’offre libyenne avait été prise très au sérieux à Tel Aviv, qui a demandé à Kadhafi de la formuler par écrit. La situation à Tripoli l’a toutefois empêché de le faire, l’avancée des rebelles décidant les autorités israéliennes à cesser toute communication. En réponse à une question sur la capacité du régime de Kadhafi à obtenir la libération de Gilad Shalit, Kara a déclaré que “nous avons également posé cette question et la réponse que nous avons reçue était que Saif al-Islam et son père ont des relations très poussées avec le chef du Hamas, Meshal Khalid, et avec les autorités syriennes.” Il a ajouté que “il n’y avait aucun doute qu’il [Saif al-Islam] pouvait parler en toute confiance [pour la libération de Shalit] dans ce contexte.”

Répondant à une question concernant ce qu’attendait précisément le régime de Kadhafi en échange, Kara a révélé que “ils voulaient que les forces de l’OTAN cessent leur guerre. Ils ont également demandé à Israël d’intervenir [pour le compte de la Libye] aux États-Unis, ce qui aurait influencé ses alliés en Europe et mis un terme à l’offensive de l’OTAN.” Quant à savoir si Tel Aviv pouvait accepter de telles demandes, Kara a rétorqué à Asharq Al-Awsat que “nous étions de toutes façons intéressés à libérer Shalit et à signer un traité de paix avec un pays arabe.”

Interrogé pour savoir si il était politiquement viable pour Israël de soutenir un régime qui poursuit une politique de violence à l’égard de son propre peuple, le vice-ministre israélien a souligné que “notre politique n’est pas de nous immiscer dans les affaires intérieures des États. Aussi cette question aurait été en effet discutée par le gouvernement avant une prise de décision. Nous n’avons pas atteint ce stade, l’offre est arrivée trop tard.” Kara a également indiqué que Tel Aviv n’est pas actuellement en rapport avec le leader libyen déchu, bien que lorsqu’il lui a été demandé si Israël sait où est Kadhafi aujourd’hui, il ait refusé de répondre.

Crédit photo en une : U.S. Navy photo by Mass Communication Specialist 2nd Class Jesse B. Awalt/Released. Légende : Mouammar Kadhafi au 12ème sommet de l’Union Africaine, le 2 février 2009 à Addis-Abeba
[box class=”info”]Voir (en anglais) : jpost.com et asharq-e.com[/box]

Moustafa Mohamed Aboud al-Djeleil souhaite être jugé

Moustafa Mohamed Aboud al-Djeleil souhaite être jugé - crédit photo : Foreign and Commonwealth Office

24/08/2011 – 09h15
TRIPOLI (NOVOpress) — Le bourbier libyen dont Alain Juppé prédisait une issue courte n’a pas fini de faire parler. Certes, si l’on en croit le concert unanime des annonces diffusées par les médias occidentaux, la chute de Mouammar Kadhafi serait une question d’heures. Loin d’obtenir un satisfecit pour avoir déposer l’ex-ami des chefs d’États occidentaux, les guerroyeurs de l’OTAN vont désormais faire face à plusieurs dilemmes dont le principal sera d’installer une personne capable de pérenniser « le vent démocratique » (sic) qui souffle sur la Libye. Une mission qui s’annonce ardue tant ce pays risque d’assister à des règlements de compte inévitables même si le CNT s’en défend. Mais surtout, quel rôle jouera désormais le très célèbre chef du Conseil national de transition (CNT), Moustafa Mohamed Aboud al-Djeleil, adoubé par les Sarkozy et consorts, dont le pédigrée est entaché par une collaboration de quatre années avec le régime de Kadhafi ?

Voulant certainement couper l’herbe sous le pied de ses détracteurs, il s’est dit « prêt à comparaître devant la justice pour avoir coopéré par le passé avec le colonel Kadhafi » lors d’une conférence de presse à Benghazi, retransmise par des chaînes arabes. Une annonce qui révèle la fragilité latente de la coalition formée par le CNT dont les murs pourraient rapidement se lézarder sur la question de la personne la plus chevronnée pour diriger le pays. Ainsi comme le mentionne Kamran Bokhari, analyste chez STRATFOR, aucun homme ne fait l’unanimité dans les rangs des insurgés. La quête du pouvoir, sous contrôle américain évidemment…, pourrait opposer le dissident Ali Tarhoun ou l’actuel Premier ministre du gouvernement des rebelles et ancien responsable chargé du développement sous Kadhafi, Mahmoud Jibril. Ou comment, selon la formule, faire du nouveau avec de l’ancien. Après les bombardements meurtriers de l’Otan, la Libye est un pays exsangue qui pourrait rapidement s’exposer à un scénario comme celui que connait actuellement l’Irak, aujourd’hui en proie à une véritable guerre civile après la victoire des forces alliées de l’OTAN en 2003.

[box class=”info”]Moustafa Mohamed Aboud al-Djeleil – Photo : Foreign and Commonwealth Office[/box]